Tout ce que vous avez toujours voulu savoir pour faire du savon sans jamais oser le demander...

Je reçois souvent des mails de personnes voulant se lancer dans la fabrication de savon et qui se posent des questions ne figurant pas dans mes pas à pas...

Alors, voici un résumé des différentes méthodes, avantages, inconvénients et récapitulatif des questions qui me sont posées le plus fréquemment

 

 

I - Les différentes méthodes de fabrication

 

Le melt and pour : Le fondez-versez en français. Ce sont des bases de savon glycériné qu'on fait fondre, on peut ajouter des colorants, huiles, fragrances ou huiles essentielles, on verse dans des moules puis démoulage rapide. Utilisation dès refroidissement total. idéal comme activité à faire avec les enfants.

Allez voir les beaux savons de Daphnéa ainsi que ceux de Tallulah.

La refonte : C'est, comme son nom l'indique, la fonte d'un savon déjà sec au bain marie afin d'y rajouter des additifs tels que hv, he, fragrances, purées de fruits ou légumes.

La méthode à froid : Fabrication du savon de A à Z, maturation du savon à température ambiante

La méthode à chaud : idem que méthode à froid, sauf qu'on accélère la saponification en chauffant la pâte à savon au bain marie

ITMHP = In The Mold Hot Process : idem que méthode à froid, sauf qu'on accélère la saponification en chauffant la pâte à savon dans le four à 70-100°C pendant 2 heures.

La méthode fouettée : on fouette les huiles avec la soude de façon à incorporer de l'air dans le savon qui flottera

 

 

II - Méthode à froid

 

1. Fabrication

Voir les méthodes en image : Pas à pas de Thomaelle, le savon de biscuit et Le Savon Artisanal de Nancy

La pâte à savon est versée dans des moules, on attend que le savon durcisse avant de démouler et couper le savon si besoin, ensuite la saponification se termine en une semaine à température ambiante. Attendre 4 semaines, que le savon soit bien sec, avant de l'utiliser.

Avantages : Savon bien lisse, possibilité de faire des savons marbrés, pas de cuisson.

Inconvénients : Délais d'attente avant utilisation longue

 

2. Les huiles végétales

Les propriétés intrinsèques des huiles se renssntent dans le savon. Propriétés des huiles : Allez voir les tables de Derma-Nova, les fiches d'Aroma-zone.

- Huiles bio ou pas : c'est un grand débat, certaines s'accordent à dire que la soude tue tout, donc pas besoin d'huiles bio, d'autres assurent que certains pesticides ne sont pas tués par la soude, donc, d'après elles il vaut mieux prendre du bio. Personnellement, je crois plus à la première version, donc je n'achète pas bio

- Huiles ajoutées à la trace : elles peuvent être ajoutées à la trace afin de ne pas trop détériorer leurs propriétés ou  si l'on veut que les acides gras non-saponifié de nos savons surgras correspondent plutôt à ces huiles. 

- Huile de coco = végétaline, pas besoin d'huile qui sente le coco pour le savon

- Huile de palme = "spécial frites" de leader price

- Attention aux huiles qui font rancir le savon plus vite : maïs, tournesol. Il convient d'utiliser un conservateur dans ces savons-ci : vitamine E, etrait CO2 de romarin, préparation anti-racissement (Aox-cos, anti-ranz, etc.)

- Mes huiles préférées pour les savons : coco, palme, colza, pépin de raisin, olive

- Proportions : j'utilise une base qui se compose toujours d'à peu près les mêmes proportions d'huiles. En général 10 à 15 % d'huile de coco, 20 à 25 % d'huile de palme et le reste : huile d'olive, canola, pépins de raisin...

- Cire d'abeille : sert à faire durcir le savon. Elle n'a pas de propriétés spéciales pour la peau, ne peut pas se substituer à une huile, fond à 60°C donc le mélange eau/soude+huiles doit se faire à température plus élevée que d'habitude.

 

3. le matériel

- Mixeur pied métal : ne pas utiliser un mixeur dont le pied n'est pas en plastique ou en 100% inox sinon la soude va réagir avec le métal du pied et le détériorer.

- Cuillère en bois : difficile à nettoyer, préférer une cuillère en plastique.

- Les moules : Les moules en silicone ou en latex n'ont pas besoin d'être graissés... ça se démoule tout seul.

Pour utiliser des moules en plastique rigide, on ne graisse pas non plus, mais pour démouler, on mets une heure au congélateur, puis on passe à la vapeur, et ça se démoule tout seul.

Pour un moule en bois, il faut mettre du papier sulfurisé ou un sac poubelle au fond du moule.

Vous pouvez aussi utiliser des briques de jus de fruits ou des boites de pringles propres. L'avantage c'est que ces contenants ont une paroi interne qui permet un démoulage facile tout simplement en cassant la boite.

- La balance de ménage utilisée pour le dosage des ingrédients peut aussi être celle de la cuisine car elle n'est pas en contact avec la soude, pas besoin d'en racheter une autre.

 

4. le liquide de dilution de la soude

- Eau distillée, déminéralisée ou du robinet : l'eau distillée est exempte de microbes (au moment de l'ouverture du flacon seulement), la soude tuant tout, ce n'est pas nécessaire d'utiliser cette eau plus chère qu'une autre.

Si l'eau du robinet est dure, mieux vaut utiliser de l'eau déminéralisée qu'on trouve en supermarché. Sinon l'eau du robinet suffit.

- Quantité : le calculateur The Sage indique une fourchette pour le liquide de dilution de la soude, prenez le juste milieu.

 

- Laits pour diluer la soude :

il faut les congeler avant, car avec le processus de saponification fait cuire les sucres du lait (caramélisation).

En général, la moitié du liquide de dilution est de l'eau et l'autre moitié est du lait, la chaleur dégagée par la dilution de l'eau avec la soude monte le mélange à 94°C, l'ajout du lait congelé fait descendre la température du mélange tout en décongelant le lait, qui ne cuit pas.

Les savons au lait sont très crèmeux et très doux.

 

- Jus de carotte, de citron, infusion : pas nécessaire de les congeler, mieux vaut juste les refroidir au frigo

 

5. additifs à la trace

  • miel
  • huiles précieuses
  • lait : mieux vaut qu'il soit très froid, pas congelé mais "en cristaux"
  • graines de toutes sortes
  • purées de fruits
  • he ou fragrances
  • colorants : épices, argiles, oxydes de fer, micas....
  • ...

 

6. Petits problèmes

- Pellicule blanche = cendre de soude : Ce n'est pas dangereux (voir le savon C. l'avocat" : savon à l'huile d'avocat par Michèle)

- Le savon est mou : si les proportions d'huile et de soude sont bonnes, le savon devrait durcir fatalement. Patience. Si le savon est composé uniquement d'huiles liquides, le savon ne sera jamais très dur.

- Tâches blanches dans savon : La pâte à savon n'a pas été suffisamment mélangée et la saponification n'est pas complète. Les grains blancs sont des grains de soude, le savon est donc caustique, il faut jeter tous les savons.

 

 

III - Procédés à chaud

 

Méthodes en image sur le site du savon de biscuit

 

1. Méthode à chaud

La pâte à savon est chauffée au bain marie après l'apparition de la trace pendant une ou deux heures, jusqu'à la fin de la saponification.

Attention : il ne faut pas que le fond du bol qui contient la pate à savon touche l'eau du bain marie, sinon ça cuit trop vite ! C'est prêt quand la pâte à savon a une texture de purée.

Les he sont introduites à la fin de la cuisson.

 

Avantages : on peut utiliser le savon tout de suite après. Idéal pour les impatientes. On peut introduire à la fin de la cuisson des ingrédients qui ne supporteraient pas le contact avec la pâte à savon caustique. Il faut moins d'he pour parfumer un savon méthode à chaud que pour une méthode à froid, pour une odeur équivalente.

Inconvénient : Le savon a un texture moins lisse que la méthode à froid.

 

2. In The Mold Hot Process (ITMHP)

La pâte à savon est versée dans des moules après l'apparition de la trâce et est chauffée au four à 80-100°C pendant 2 heures.

Avantages : Pas de période de murissement, le savon est utilisable immédiatement. La texture est lisse comme pour la méthode à froid classique.

Inconvénients : le savon fond quand même plus vite qu'un savon qui a muri pendant 4 semaines. Mieux vaut quand même le laisser sécher un peu avant de l'utiliser. Attention, quand c'est un savon au lait, ça cuit les sucres... j'ai eu une mauvaise expérience avec du lait de chèvre ajouté à la trâce puis méthode itmhp....

 

III - Méthode fouettée

Allez voir l'article de Nadyne, pas de photo mais très bien expliqué ainsi que le site du créateur de cette méthode, Nizzy, malheureusement en anglais.

La composition des huiles doit être obligatoirement : 80% d'huiles solides (coco, palme) et 20% d'huiles liquides.

On fouette avec un batteur à oeufs les huiles solides à température ambiante, puis on ajoute les huiles liquides. On verse le mélange eau-soude (qui doit être lui aussi à température ambiante, donc nécessaire de le faire à l'avance) doucement, tout en continuant à battre. Il n'y a pas de trace dans cette méthode, quand le mélange commence à figer, c'est bon, on peut mouler après ajout de colorants et de fragrance ou he.

 

Avantages : le savon flotte, on peut colorer avec des colorants alimentaires et avoir de bons résultats, pas de chauffe des huiles. Le savon se démoule moins de 24 h après moulage. On peut faire des beaux savons artistiques avec une poche à pâtisserie, tels ceux de Bire5.

Inconvénients : la solidification de la pâte à savon est telle que c'est presque impossible de mouler dans des moules individuels. si on attend trop pour démouler le savon, le couper est presque impossible.

 

Voilà, j'arrive au bout de ce à quoi j'ai pensé...
Si vous avez d'autres questions, n'hésitez pas, j'y répondrais !


Autour du chaudron

    Méthode : Hot process

    Bonjour Michèle: Je m'intéresse à cette méthode , mais à quelle moment ( en degré) de la fin de cuisson doit -on ajouter les HE ainsi leurs pourcentages?
    Merci d'avance

    Posté par Médina le 04 février 2015 à 09:23
  • Cako, bonjour et bienvenue.

    La cuisson du savon au four s'appelle la méthode ITMHP ou In The mold Hot process que Thomaelle détaille dans son message ci dessus.

    Vous fabriquez votre savon normalement selon la méthode dite à froid, vous le coulez dans des moules qui supportent la cuisson et vous enfournez dans un four à 70° maximum pendant 2h. Vous laissez refroidir dans le four éteint pendant 24h.

    Thomaelle indique dans son message que je vous laisse relire une température de 80 à 100° mais il faut se méfier d'une trop forte température qui pourrait faire "bouillir" la pâte et occasionnerait des bulles :

    "2. In The Mold Hot Process (ITMHP)

    La pâte à savon est versée dans des moules après l'apparition de la trace et est chauffée au four à 80-100°C pendant 2 heures.

    Avantages : Pas de période de murissement, le savon est utilisable immédiatement. La texture est lisse comme pour la méthode à froid classique.

    Inconvénients : le savon fond quand même plus vite qu'un savon qui a muri pendant 4 semaines. Mieux vaut quand même le laisser sécher un peu avant de l'utiliser. Attention, quand c'est un savon au lait, ça cuit les sucres... j'ai eu une mauvaise expérience avec du lait de chèvre ajouté à la trace puis méthode itmhp...."

    Je pratique personnellement cette méthode à 70° avec succès.

    Posté par michele le 04 février 2015 à 10:24
  • Ma chère Médina,

    - Pour la méhtode ITMHP, tu dois ajouter tes HE à la trace comme pour une méthode à froid normale.

    La cuisson à 70° ne gâche pas le parfum.
    Je mets un minimum de 3% d'huiles essentielles (% calculé sur le poids des huiles végétales saponifiées) mais je ne saurai pas te dire quel % de fragrances il faut.

    Pour 1kg d'huiles saponifiées, je mets 30ml d'HE.

    - Si tu cuis ta pâte au bain marie, c'est différent.
    J'appelle cette méthode la cuisson au chaudron et je rajoute les HE en fin de cuisson sans prendre la température.
    Il ne faut pas attendre trop longtemps sinon la pâte durcit et tu ne peux plus ni la couler dans le moule, ni la façonner.

    http://www.potions-et-chaudron.com/archives/2011/07/04/21530573.html

    Posté par michele le 04 février 2015 à 10:30
  • A froid et à chaud?

    Bonsoir,

    merci beaucoup pour ta réponse.
    Je fais mes savons avec la méthode à froid.
    J'ai tenté une foi au four mais j'avoue que je préfère à froid.
    Penses tu que l'on peut mettre un savon au four, qui est déjà en cure, pour accélérer la saponification en cours de séchage?

    Ton site est super! Merci de prendre le temps de nous répondre avec précision. C'est top!

    Posté par cako le 08 février 2015 à 19:07
  • Cako,

    Je ne pense pas que ce soit utile de faire cuire au four un savon qui a déjà quelques semaines. La saponification étant terminée, cela n'aurait aucun intérêt.
    Le temps de cure permet surtout de faire perdre de l'eau au savon et le rendre plus durable.

    Ce blog est collectif et merci pour les compliments que je partage avec tous ses contributeurs y compris ceux qui ne font que commenter. C'est énorme évidemment

    Posté par michele le 09 février 2015 à 13:33
  • Michele,

    merci pour cette réponse.
    Je voudrais mettre un savon qui est en cours de séchage, depuis 15 jours, au four, pour accélérer la cure justement. Est ce possible?
    Ce serait effectivement ridicule, de mettre un savon finis, au four. %-p

    Posté par cako le 09 février 2015 à 17:40
  • Cako, 15 jours c'est déjà quelques semaines (au moins 2) ^_^ donc non vraiment, je pense que cela n'aurait aucun intérêt de les cuire au four.

    Ils risquent de se ramollir et je ne suis pas certaine que cela accélèrerait tant que ça la cure qui comme je le pense sert surtout à faire perdre de l'eau.

    La cuisson au four se fait directement après fabrication.

    Posté par michele le 10 février 2015 à 09:20
  • Ok. C'est ce que je me disais "ça risque de le ramolir"
    Mais je voulais avoir l'avis d'une experte.
    Merci beaucoup!!
    A bientôt.

    Posté par cako le 10 février 2015 à 10:05
  • je suis un débutant dans le domaine et jusqu’à présent les savons que j'ai eu a faire s'éffritte. pouvez vous m'expliquer pourquoi? Et aussi comment reconnaitre l’apparition de la trace.

    Posté par MAUREL 123 le 11 février 2015 à 10:14
  • Bonjour Maurel,

    Il est difficile de savoir pourquoi vos savons s'effritent sans en connaitre la formule. Je ne saurai vous recommander de bien faire les calculs et les pesées car la première des causes est une trop grande quantité de soude.

    La trace est le net épaississement de la pâte à savon au fur et à mesure qu'on la mixe. C'est parce qu'une goutte de pâte posée à sa surface laisse une trace que l'on appelle ainsi ce phénomène.

    Je vous recommande ce message de Kafee que je trouve parfait car les photos sont très explicites :
    http://soapsession.com/blog/2009/12/10/la-trace/

    Mais je m'inquiète de lire que vous faites des savons sans savoir reconnaître la trace.

    Posté par michele le 11 février 2015 à 13:01
  • Nan , mais Lucette ...! c'est pas bientôt fini , vos âneries , là !
    Que des grandes filles , ici , qui se chargent de leur destins ! hein les filles ???
    Bon , il faut effacer ce moche message ...
    le mien aussi , d'ailleurs !

    Posté par patsch le 18 septembre 2015 à 14:52
  • Oups ! message effacé ...
    quelqu'un dégaine plus vite que moi ... hi hi

    Posté par patsch le 18 septembre 2015 à 14:53
  • Site/blog que j'aime beaucoup

    Heureusement que vous savez si bien expliquer. Je lis, relis, rerelis toutes techniques spéciales débutantes et la méthode SAF idem. Je ne post pas mes essais crèmes, car je ne suis qu'une lente tortue. Mais depuis un an je fabrique mes petits produits quotidiens. J'utilise tout. Sauf que j'ai de la camomille matricaire dont je suis amoureuse! et que j'ai fait tellement de macérats que je n'ai pas d'excuses pour ne pas savonner....Je risque de m'y laisser glisser. MAIS j'ai encore un brin de crainte....

    Posté par tortue36 le 18 septembre 2015 à 20:17
  • Huile de coco

    Bonjour,

    Je débute dans la fabrication de savon et comme j'en ai déjà fait quelques uns, je m’interroge sur l'aspect coût.

    Vous dites que huile de coco = végétaline (donc pas besoin d'une huile qui sente le coco)

    et plus bas vous citez l'huile de coco comme une de vos préférées.

    si j'ai bien compris l'huile de coco donne au savon la propriété de mousser ?

    est ce que les savons obtenu avec de la végétaline ont les mêmes propriétés que ceux fait avec l'huile de coco ?

    merci de votre article , trés utile pour un débutant.

    Alain

    Posté par Alain le 26 décembre 2015 à 15:37
  • ces recettes très utiles pour la peau et pour guérir certaines plaies sont importantes surtout que cette fabrication de ce savon importé est utiles pour faire pleines de belle choses ensembles comme se laver ses cheveux, son linge, sa vaisselle, enfin se laver ensemble j adore ce savon ange gabrièlle.Merci beaucoup

    Posté par benard le 11 octobre 2016 à 01:13
  • Merci Ange gabrielle, faire du savon maison c'est une joie et il sert pour de multiples usages, c'est vrai.

    Posté par michele le 11 octobre 2016 à 10:15
  • vegetaline

    bonjour
    tu parle d'utiliser de la vegetaline pour l'huile de coco j'ai voulu en acheter aujourd'hui mais la mention 100 %huile de coco HYDROGENE m'a arrete. Le fait que l'huile soit hydrogene pose t il un probleme pour la saponification ou les calculs de quantité de soude
    merci pour le site
    a bientot

    Posté par petitmuflon le 13 octobre 2016 à 23:07
  • ça y est !

    Premier savon en avril dernier, puis 2; puis 3, et le dernier cuit au chaudron. Plûtot assez bien. Mais je manque de pratique. J'ai voulu le diluer puis un savon douche. Cela déphase un peu. On secoue. Mais il y a peut-être une astuce? En tout cas merci pour ce blog collectif.

    Posté par Tortue36 le 26 juillet 2017 à 17:05
  • Bonjour Tortue36,

    Je me permets de répondre à la question. Un savon fait avec du NaOH (hydroxyde de sodium = soude caustique) donnera un savon solide. Durant le processus de saponification, il se formera une glycérine naturelle dans la barre. Lorsqu'on mélange le savon artisanal fait maison avec de l'eau dans l'espoir d'en faire un savon liquide, la glycérine fait gonfler l'amalgame et donne un produit pas facile à aimer et loin des textures de gel douche. Pour faire un savon liquide, ça prend du KOH, hydroxyde de potassium ou potasse, qui donnera une pâte qu'on peut ensuite diluer dans l'eau et qui peut donner, selon la méthode, un savon liquide intéressant parent du gel douche. Ce sont d'autres défis pour le savon à la potasse, car si on vise la transparence du produit, il ne faut pas surgraisser à plus de 2%. Personnellement, je les réussis, mais je ne trouve pas ce savon aussi "hydratant" (faute d'autres termes) que nos bons vieux SAF. Il existe tout plein de vidéos YouTube pour débuter les savons à la potasse, je vous encourage à chercher.

    Bonne suite!

    Posté par S4br1n4k le 27 juillet 2017 à 18:07
  • Merci. J'ai acheté la potasse mais n'ai pas encore tenté. Donc à suivre. Mais que c'est intéressant. Encore merci

    Posté par Tortue36 le 27 juillet 2017 à 20:40
  • Coucou,
    Merci pour ces explications !
    J’ai une centaine de savons à faire pour juillet 2018 (cadeaux invités mariage) en saponification à froid. Si je les fait dès maintenant seront-ils encore utilisables à ce moment là ? Pendant combien de temps un savon non utilisé se conserve t’il ?
    Pour le mélange j’ai choisi 30% coco, 20% tournesol, 50% olive.
    Merci d´avance pour ta réponse.

    Posté par HANNAH le 10 novembre 2017 à 21:46
  • Bonsoir Hannah,

    La conservation du savon dépend des huiles qui le composent et particulièrement de celles qui sont les plus fragiles à l'oxydation si vous surgraissez beaucoup.
    En l'occurence, remplacez l'huile de tournesol trop oxydable par de l'huile de colza plus stable.

    Je vous recommande de tester la recette sur 1kg d'huiles pour voir comment le savon évolue sur 4 à 5 semaines avant de vous mettre à la fabrication finale.

    Pour le mois de juillet, mettez vous au travail 3 mois avant sauf si vous avez de grands moules.
    C'est une très jolie idée!

    Posté par michele le 13 novembre 2017 à 20:00

Commenter l'article