Huile de coco faite maison

Trucs et astuces

Par CatherineNC

Il y a beaucoup de cocotiers en Nouvelle-Calédonie mais figurez-vous qu'on ne trouve pas d'huile de coco à acheter, sinon une huile qui vient de Singapour, c'est un comble !

Tout comme j'ai des pieds d'aloès au bas de mon immeuble, j'ai, devant mon entrée, de jolis cocotiers chargés de noix :

 

huile_de_coco_015huile_de_coco_011



 

 

 

 

 

 

et je rage de ne pouvoir acheter de l'huile de coco produite localement.

Après quelques recherches sur le net, j'ai essayé de produire mon huile de coco à partir de cocos fraîchement râpés achetés au marché municipal ; étant très maladroite avec les objets coupants, je n'ai pas pris le risque d'utiliser le coupe-coupe traditionnel.

J'ai trouvé 2 méthodes, l'une à chaud, l'autre à froid.

Dans les deux cas, il faut du lait de coco extrait de la pulpe râpée d'une noix bien mûre et de l'eau de coco ; l'eau de coco est contenue dans le coco mûr, en général, elle est jetée (celle des cocos verts se boit à la paille et c'est bon !); elle peut être récupérée avant d'ouvrir et de casser la noix, en perçant les 3 yeux situés en haut de la noix.

 

images

 

Dans les deux cas, j'ai pressé à fond une première fois, dans un linge fin mais solide, la pulpe de 2 noix pour en extraire le lait, puis retrempé mon torchon dans l'eau de coco et pressé à nouveau, à fond ; la pulpe devient sèche et peut tout à fait finir dans un gâteau, un gommage...

1/ Méthode à froid :

Placer le lait recueilli  dans un bocal transparent pour voir la séparation et laisser reposer une dizaine d'heures dans un endroit chaud, ici il fait dans les 30 degrés donc la température est idéale.

 

huile_de_coco_001

 

 

L'eau de coco fait office de ferment naturel ; l'eau se dépose au fond du pot, le gras remonte à la surface et, au bout de quelques heures, les protéines du lait se désolidarisent de l'huile.

 

 

huile_de_coco_016huile_de_coco_017

 

 

 

 

 

 

 

 

Il faut ensuite récupérer l'huile qui flotte, sans toucher à l'eau, et la passer dans un filtre, à café par exemple, pour éliminer les protéines. Je n'ai pas eu la patience d'attendre mais je pense qu'avec plus de repos les protéines seraient entièrement remontées à la surface de l'huile.

La prochaine fois, j'utiliserai un récipient à large bord car il n'est pas facile de récupérer délicatement l'huile dans un bocal à ouverture étroite.. hihihi.

On obtient une jolie huile pure et transparente qui sent très légèrement le coco.

 

 

huile_de_coco_019

 

 

Il s'agit d'un pot de yaourt, on récupère donc très peu d'huile pour 2 noix de coco, dommage.


2/ Méthode à chaud :

Mettre le lait à chauffer dans une casserole en remuant sans cesse ; la chauffe va permettre à l'eau de s'évaporer, le lait va épaissir et, au bout d'un assez long moment, les protéines vont commencer à se séparer de l'huile :

 

 

huile_de_coco_004huile_de_coco_006

 

 

 

huile_de_coco_007

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'odeur dégagée était tellement agréable que j'ai poussé le vice jusqu'à faire griller les protéines.

 

huile_de_coco_010

 

 

 

Voici l'huile obtenue, après filtration ; elle est plus trouble mais elle sent bonnnnnn !!!!!

Michèle, qui a reçu un échantillon de cette huile, pourra vous en parler.

La quantité obtenue est également petite pour 2 noix de coco, dommage....

Il existe certainement d'autres méthodes pour extraire cette huile artisanalement ; j'ai vu que Missmo en parlait sur son blog, mais elle n'a pas encore indiqué sa méthode, elle fait encore des essais ; j'espère qu'elle viendra nous en parler.


Autour du chaudron

  • question?

    bonjour je viens de découvrir ton blog , je vis en cote d'ivoire ou l 'on vend de l' huile de coco artisanale. au debut quand je l 'utilisais je sentais qu'elle assechait mes cheveux parce que je l'utilisait toute entiere avec la partie blanche qui est a l'interieur j 'ai donc decidé de separer la partie blanche de l'huile et utiliser que l'huile. mais plusieurs questions me taraudent : est elle aussi nutritive que celle vendu en magasins?? existe il une utilité pour la partie blanche??

    Posté par inesita le 26 mars 2013 à 09:55
  • Ma nouvelle aventure

    bonjour à tout et à tous ,je suis une jeune maman dorigine Guadeloupéenne,je tiens à vous dire un grand merçie pour la recette de l'huile de coco.Parce_que aujourd'huit j'ai fais de l'huile de coco fait maison avec mes enfants et je peut vous dire que cela été une expérience nouvelle pour moi,mais j'en suis fière du résultat obtenue.Et quand je vois le temp que cela prend et la patience qu'il faut avoir, pour obtenir son beau l'huile de coco parfumer.Alors,j'ai compris pourquoi il est vendu aussi cher ,surtout si c'est de la bonne qualité. Alors Médame,si vous avez des cocos prèt de chez -vous faites comme-nous tenté l'expériences cela ne vous ferez pas de mal,au contraire cela vous fera que du bien ;aujourd'hui je suis heureuse,content de mon résulta.Gladys big bisous et à très bientôt..

    Posté par dyska le 23 avril 2014 à 20:27
  • Habitant à Tahiti, je me suis fait la même réflexion. On trouve du monoï partout, à tous les parfums et sous toutes les formes. Mais impossible de trouver de l'huile de coco vierge.
    J'ai quand même la chance de pouvoir trouver du lait de coco pur frais qui m'évite la fabrication un peu laborieuse de celle ci pour les novices comme moi
    Faute de patience pour la méthode à froid (qui doit être de meilleure qualité), je viens de tester la méthode à chaud. C'est hyper simple à faire. Autant je trouve que le lait de coco ne sent pas beaucoup la coco, mais au fur et à mesure que l'eau s'évapore, une odeur incroyable de coco se dégage. Et l'huile sent vraiment un super parfum de coco, naturellement! c'est divin!
    J'ai ajouté un peu d'huile de tournesol (peut être 10%) pour son apport en vitamine E qui est censé éviter l'oxydation de l'huile (à voir)
    A tester absolument si vous avez des noix de coco à disposition!

    Posté par Margot le 10 septembre 2014 à 02:13
  • Salut, Margot (et bonjour a tous les autres aussi )

    Je suis aussi sur Tahiti et c'est vrai qu'on a la chance de trouver facilement des cocos, verts comme murs et a peu près tout ce qui y touche, sauf l'huile

    Le problème c'est que moi je ne veut pas faire de cuisson, pour ne pas dénaturer l'huile, mais a froid, le rendement est médiocre.

    Je voulais donc savoir si quelqu'un avait eu de bons résultat sans cuisson?

    Combien de ml d'huile peut on espérer avoir pour 4 cocos?

    C'est dommage parce que j'ai un très bon rendement en lait de coco avec mon extracteur (1 litre de lait de coco pour 4 cocos) mais le passage a l'huile fais mal.

    Bonne journée a tous

    Willy

    Posté par Willpf le 28 décembre 2014 à 10:23
  • Willy, je n'ai pas testé la méthode à froid. Par contre, j'ai réussi à trouver de l'huile de coco vierge pression à froid : à carrefour Arue, dans le rayon "local", huile de coco esprittahiti fakarava ; et au grenier de joseph-araka import à Pirae.

    Posté par Margot le 28 décembre 2014 à 20:37
  • Whoaw Ok merci beaucoup, je vais aller checker ça des demain. Je pense que ça doit pas être donné mais bon.
    Merci encore et bonnes fêtes

    Posté par Willpf le 28 décembre 2014 à 23:44
  • 1200f la bouteille de 500ml au grenier de joseph, et il me semble que c'était 1000f pour 500ml aussi à carrefour
    Ca reste beaucoup moins cher que le monoï, et en plus c'est bio, non raffiné, non chauffé, parfum naturel, comestible (en remplacement de l'huile de tournesol dans un gateau au yaourt ou des cookies, le top!)...
    Bonnes fêtes aussi! Ia orana i te matahiti api

    Posté par Margot le 29 décembre 2014 à 02:55
  • ça me fait bien plaisir que vous communiquiez sur mon article, amis du bout du monde. J'entends votre accent en lisant vos commentaires et ça me réchauffe un peu.

    C'est quand même un comble de ne pas trouver facilement d'huile de coco à Tahiti....

    Bonnes fêtes à tous !!!

    Posté par Catherine le 29 décembre 2014 à 06:58
  • Bonjour et bonne année a tout le monde.
    Oui Catherine, c'est quand même fantastique internet, deux personnes d'une même île qui communiquent via un site 22000km d'ici.

    Sinon pour Margot, j'ai bien trouvé de l'huile de coco a Araka, elle viens de Tikehau, mais ils n'ont pas pu me garantir que c'était bien pressé a froid. En tout cas 1200cfp le demi litre c'est bien plus intéressant que de le faire soi-même.

    Encore bonne année a tous

    Posté par Willpf le 31 décembre 2014 à 23:30
  • Bonne année à toi Willpf !
    A tous les addicts de P&C , aussi d'ailleurs !

    Que j'aimerai être à Tahiti ... plutôt qu'ici où l'hiver vient de commencer , BRrrrr

    Alors , ça fait combien en euro , 1200cfp ?

    Posté par patsch le 01 janvier 2015 à 17:56
  • Patsch, 1 euro = 120 FCFP donc, donc 10 euros

    Bonne année à tous et à toutes !

    Posté par Catherine le 01 janvier 2015 à 19:49

Commenter l'article