Lait onctueux pour un corps d'ambre chaud

Soins du corps

Par totopetitpas

Avec un titre pareil, j'ai intérêt à me montrer à la hauteur !

La formule m'est venue cette nuit (ça y est, je me mets à rêver d'émulsifiants !) tandis que je me demandais ce que donnerait l'association de l'Olivem 1000 et du Cétearyl glucoside.

Ploum, ploum, ploum, pensai-je. Oui, quand je pense, ça fait ploum, ploum, ploum.

Mon amie la Lysolécithine n'a pas tardé à pointer le bout de son nez collant mais si doux et j'ai décidé dans la foulée de la joindre à la danse.

J'ai aussi débauché ce compagnon fiable qu'est le MF pour faire une ronde encore plus douce.

Me disant qu'un peu de corps serait le bienvenu pour corser ce menuet des plus sereins, j'ai invité les inséparables Alcool cétylique et Cétyl palmitate pour un quadrille plus soutenu.

Enfin, comme je ne sais plus danser sans mon trio Coco fractionnée, Squalane et Isopropyl palmitate, j'ai bouclé la chenille en y invitant la nourricière huile de Germes de blé qui fait un si beau couple avec son amant diaphane le Kukui.

Cette troupe de danseurs effectue pirouettes et entrechats, pas chassés et portés majestueux avec à même la peau rien d'autre qu'un peu d'extrait de Centella asiatica, de NFF et de Panthénol.

Quel spectacle !, me dis-je. Seulement, pour que la fête continue sans que les artistes soient fatigués, il m'a semblé bien naturel de leur offrir à boire.

Je les ai ainsi grisés d'un breuvage secret et mûri aux arômes profonds, boisés et vifs, évocateur d'un doux ambre chaud.

 

Voici la troupe :

Phase huileuse 31%

. 5  HV germes de blé
. 10 HV kukui
. 5  HV coco fract.
. 3  Squalane
. 2  IPP
. 1  Alcool cétylique
. 1  Cétyl palmitate
. 2  Cetearyl glucoside
. 1  Olivem 1000
. 1  Lysolécithine
. 10 gt Vit. E

 

Phase aqueuse 60%

. 58  Eau
. 1 pointe de couteau Xanthane
. 2  MF


Troisième phase 9%

. 2 Tecamilk
. 2  NFF
. 2  Panthénol
. 15 gt Cosgard
. 5 gt Acide lactique
. 2  HE "03"

 

Tous ces camarades s'échauffent chacun dans son coin et se rejoignent pour s'assembler sous le rythme infernal des lames de mon mixer. Ils en ressortent inséparablement liés sous la forme d'un lait onctueux. C'est seulement alors que je les gâte de quelques actifs et les abreuve de cet élixir magique qu'est le mélange d'HE n° 03.

 

Le voici, d'ailleurs, en gouttes pour 100 g :

 

Du profond :

. 20  Benjoin
(à 25% dans l'alcool)
. 10  Tonka
(à 10% dans l'alcool)
. 5   Myrrhe
. 10  Encens (carterii)

Du boisé, profond aussi :

. 7  Cèdre Himalaya
(assez semblable à l'Atlas)
. 5  Kunzea
. 3  Ciste
. 3  Bois de rose

Du vert doux :

. 2  Bay Saint-Thomas
. 3  Sauge sclarée

Du vif fleuri :

. 3  Lavande fine
. 7  Orange
. 3  Citron vert
. 3  Petit grain bigarade
. 5  Rhododendron
(une merveille trouvée chez Hévéa, au parfum de rose agrumée sucrée)

 

DSCN1419

 

Le Lait onctueux dans son bain froid sur assiette creuse et kitsch.
(Voit-on la goutte tombée qui creuse la surface ?)

N.B. : Consultez les commentaires pour un trio émulsifiant moins épaississant et plus proche d'un lait. C'est encore en projet !


Autour du chaudron

  • Une seule question, à froid ce matin : comment est la texture sur la peau ?
    Glisse ?
    Pénètre vite ?
    Ne laisse pas de film blanc ?
    Donne une sensation de confort ?
    De légèreté ?
    En tout cas, elle est très belle !
    Car l'intérêt dans le mélange d'émulsifiants, c'est de trouver une texture idéale alliée aux avantages de chacun.
    Vite, je suis impatiente d'en savoir plus.

    Posté par chabou le 20 novembre 2010 à 07:26
  • Quel mélange odorant! J'ai un peu de mal à imaginer le résultat et presque l'envie de le fabriquer ce mélange n°3.

    J'utilise un rhododendron de Myrtea chez qui je ne retrouve pas la note rose mais un mélange citron/benjoin très agréable.

    Pourquoi ne mets-tu pas les quantités de cosgard et de xanthane?
    Est-ce délibéré de ta part?

    Tu sembles apprécier l'huile de germes de blé qui se retrouve dans tes deux soins.
    Mais je l'aurais mise en dernière phase car elle rancit rapidement.
    Je suis étonnée qu'elle ne colore pas plus ton lait.

    C'est Mlk qui va dorer ton lait, lécithine + autres émulsifiants pour des soins légers, c'est aussi sa patte cosmétique.
    Quoique je trouve qu'elle a changé ces derniers temps.

    Merci Totopetitpas!

    Veux-tu laisser quelques 3/4 jours entre deux messages le temps qu'on puisse s'en imprégner?

    Ne le prend pas mal hein, c'est toujours dommage et délicat de freiner les ardeurs créatrices mais je trouve un peu frustrant de ne pas pouvoir revenir plusieurs jours d'affilée lire les subtilités de chaque formule.

    Tu sembles avoir tant de choses à partager et ta prose est très fluide et humoristique, je ne voudrais pas qu'on rate ça.
    Tu me pardonnes de te freiner?

    Posté par michele le 20 novembre 2010 à 09:56
  • J'ai une HE de rhododendron de chez AZ. J'y retrouve plus la description olfactive de Michèle. Pour la synergie toute entière, j'ai du mal à imaginer, d'ailleurs je ne connais pas plusieurs de ces HE utilisées.

    Ce lait semble bien onctueux et ta prose est agréable à lire Totopetitpas, c'est un plaisir.

    Posté par Catherine le 20 novembre 2010 à 10:26
  • J'adore tes styles de danse
    tes verts doux, et ton vif fleuri
    J'ai du mal à visualiser la synergie parfumesque
    avec les autres tonalités
    mais why not!
    Et je confirme apprécier ce mélange d'émulsifiant très doux et qui donne des textures onctueuses fort appréciées des peaux très sèches
    Tu es très créatif Totopetitpas et vif et alerte et gai

    Posté par mlk le 20 novembre 2010 à 10:34
  • Je viens de lire tes deux billets et je dois dire que ce début de weekend commence bien ! Un "nouveau" chez P&C à la plume alerte, drôle et partageuse !
    Belle création que ce lait ! Ta synergie parfumée semble bien prometteuse. Avec une telle collection d'HE, tu dois t'en donner à coeur joie !

    Posté par Kat le 20 novembre 2010 à 10:53
  • Pas de mal, Michèle.

    Je me suis demandé si deux d'un coup n'étaient pas trop et... je me suis lancé. Dans la danse, en l'occurence.

    Au moins, ça vous ouvre une lucarne sur mon caractère : parfois mes petits pas sont rapides !

    Je vais profiter du battement pour étoffer mes réponses aux commentaires et en dire plus sur le rendu tactile du lait.

    A bientôt.

    Posté par totopetitpas le 20 novembre 2010 à 12:16
  • Oulala, je reviens vite, très vite, cette formule m'intrigue... Quel mélange détonnant, mais je vois que tu es aussi un adepte des sucro/glycéro-esters.

    À très vite...

    Bises ;o))

    Posté par Yulaan le 20 novembre 2010 à 13:10
  • Je comprends de plus en plus à te lire que les synergies d'émulsifiants sont aussi subtiles à batir que les synergies d'HE ; à chacune sa "pointe" de quelque chose...tout ça est fort enrichissant!
    Si je puis me permettre, freine, peut-être (encore que...pourquoi, au fond?) mais pas trop quand-même : j'attends la suite avec gourmandise.

    Posté par lolapit le 20 novembre 2010 à 15:05
  • CHABOU :

    Le GLISSANT est modéré, j'en aurais préféré plus.
    C'est un lait devenu plus épais le lendemain et vraiment confortable, nourrissant sans être lourd.

    En revanche, il y a une TRACE BLANCHE mais elle se fond presque immédiatement. Je me console en arguant que cela permet de voir où on a mis la crème. C'est pratique, surtout dans le dos quand on se contortionne devant le miroir pour atteindre la zone entre les omoplates !

    D'ailleurs, d'où viennent-elles, ces traces blanches ?
    -Le CG, avec son CETEARYL ?,
    -l'Olivem ? (j'avais noté cet effet pour les crèmes visage),
    -ou les épaississants ?
    Je sèche.

    La texture est plus épaisse qu'un lait mais toujours pompable. Cependant, pour davantage de fluidité, je serais d'avis d'ôter l'ALCOOL CETYLIQUE et de ne garder que le CETYL PALMITATE. Je crois savoir que ce dernier épaissit moins que le premier. Qu'en penses-tu, MICHELE ? (cf. ton beurre d'ambre)

    Pour le c(h)oeur émulsifiant, je réduirais le CG de 2 à 1, mais je garde la LYSOLECITHINE, c'est ma copine !

    Posté par totopetitpas le 20 novembre 2010 à 17:43
  • MICHELE, CATHERINE, MLK, KAT :

    Je n'ai pas indiqué les quantités de vit. E, Xanthane et Cosgard. C'est respectivement, 10 gt pour protéger les huiles ici fragiles, une pointe de couteau pour avoir un gel léger, et 15 gt pour 100 g de préparation.

    Je ne savais pas l'HV Germes de blé si fragile. Elle colore peu au final, ici, elle est pourtant d'une très belle couleur jaune foncé mais il n'y en a que 5%.

    Le n° 3 est ambré, j'entends fond balsamique et chaud, rassurant comme le Benjoin, relevé par les agrumes et l'accord vert doux, avec la tête enveloppée de rhododendron. Le mien est chémotypé alpha-pinène, résine de pin rosé à la fois vif et doux, délicieux.

    Imaginez un peu quand j'ouvre ma boîte à HE.
    Comment vous dire ? Une branche de sapin vous gifle le visage, s'excuse en vous consolant d'un bourgeon résineux, vous allonge contre ses racines pour que vous vous y endormiez en découvrant tout près des fleurs incongrues qu'il fait apparaître à ses pieds et vous apaise tout à fait en vous tendant une orange belle comme une pomme d'amour.

    Ouh là, et pourtant j'ai rien fumé. C'est fort, les HE !

    Posté par totopetitpas le 20 novembre 2010 à 18:10
  • YULAAN, LOLAPIT et re-CHABOU :

    J'ai tenté une première pour moi avec cet assemblage émulsifiant, encouragé que je fus par certaines recettes du site qui mêlent aussi plusieurs émulgateurs.

    J'ai voulu la LYSOLECITHINE pour sa douceur et son affinité avec la peau (paraît-il) et pour la souplesse fluide qu'elle me donne dans les émulsions, ben que je l'utilise aussi pour les baumes et toujours dans les cérats.

    Je me réinitie au CETEARYL GLUCOSIDE, dont j'ai oublié les effets. Il faut que je me re-familiarise avec lui, qu'on dit presque parfait.

    Quant à l'OLIVEM, je misais sur sa pénétration et son effet confort.

    C'est toi, YULAAN, qui m'a initié sans le savoir aux sucro-glycéro esters.

    Ici le trio émulsif est très suffisant, je réduirais même le CG, et, pourquoi pas, envisagerais pour une prochaine fois CG 1%/sucrose 1%/lécithine 1%.

    Posté par totopetitpas le 20 novembre 2010 à 18:23
  • Totopetitpas, magnifique lait et on voit bien l'empreinte que la goutte a laissé sur la surface en tombant.

    La texture onctueuse de ton lait est bien visible sur la photo.

    Merci beaucoup pour cette très belle formule.

    Posté par Colchique le 20 novembre 2010 à 20:50
  • Oh la jolie histoire que voilà !! Très joliment raconté, ton lait donne encore plus envie !

    Posté par Sealeha le 20 novembre 2010 à 21:33
  • Tout simplement superbe ton lait.

    Posté par lys blanc le 23 novembre 2010 à 10:51
  • Merci Totopetitpas.

    - Je pense qu'effectivement l'alcool cétylique donne un épaississement plus "lourd" que le cétyl palmitate.

    Je perçois ce dernier comme couvrant et nourrissant mais avec finesse. Il serait plus "rond" que les cétyl esters très légers.

    Je trouve que c'est difficile de décrire les textures et sensations apportées par les différents épaississants.
    Mais quand on les teste, c'est évident sur la peau.

    - Pour obtenir plus de glissant, il te faudrait peut-être un peu de jojoba, mettre seulement 0.5% d'alcool cétylique et surtout peser ta xanthane (0.2/0.3%).

    Les huiles de kukui, squalane et coco frac sont très fines, elles donnent un toucher "sec" qui s'arrondirait avec un peu d'huiles omégas 9, un peu de beurres.

    Mais tu tenais peut-être à des huiles assez fines. Peu d'hommes aiment les gras.

    - les huiles de germes de blé et kukui sont sensibles à l'oxydation.
    Tu peux les protéger si tu tiens à les chauffer mais elles auraient leur place en 3è phase, surtout le kukui.

    C'est une jolie formule totopetitpas, je pense que le lait évoluera encore dans les semaines à venir et peut-être que le "moelleux" se développera encore.
    Il se peut même que finalement tu n'aies plus le désir de modifier tout cela.

    Bravo!

    Posté par michele le 24 novembre 2010 à 10:06
  • Ce lait est superbe, Totopetitpas! J'adore la goutte qui tombe, ce qui permet de bien voir la fluidité de ton lait.

    Le seul bémol : je trouve qu'il y a vraiment bcp d'HE ds ta synergie n°3. Mais ça c'est moi, plus de 6 HE ds une synergie et je capote!

    Posté par Loulou le 25 novembre 2010 à 23:26
  • Totopetitpas,

    Une piste à suivre peut-être : à mon sens, le CG donne des crèmes plus "riches" au toucher, que le sucrose stéarate (si tant est que l'on puisse qualifier de riche une émulsion aux sucro-esters). Les hommes aiment ce types d'émulsions : fraiches, pénétrantes, douce, évanescentes et surtout légères.

    Quant à la lécithine, je ne l'utilise personnellement pas à plus de 0,5 %. Ce dosage suffit amplement aux effets que je recherche avec : majorer l'émollience et freiner encore davantage la déshydratation de la peau. Peut-être qu'avec 1%, ça alourdirait la texture voire la pénétration. Si tu testes, tu nous dis ?

    Bises ;o))

    Posté par Yulaan le 27 novembre 2010 à 19:17
  • J'ai refait un lait soyeux tout récemment pour ma peau sèche sur le corps, contrairement au visage plutôt mixte, avec 2% ester, 1% lysolécithine, 2% cétyl palmitate et 36% huiles dont entre autres coco fract. et jojoba.
    Je le trouve mieux : nourrissant, c'est sûr, j'en ai besoin, et glissant sans être pourtant collant. Un léger film reste sur la peau et est absorbé assez vite. Une fois ma peau relipidée (!) avec ce lait, je reviendrai vers une formule plus légère.

    Posté par totopetitpas le 27 novembre 2010 à 23:16

Commenter l'article