"Aqua mask" : masque-crème hydratant à l'argile bleue

Soins du visage

Par atelierdemichele

                    La saga des masques continue avec un masque crémeux pour peaux mixtes matures à l'huile d'onagre que je désire rafraîchissant, hydratant, adoucissant.

Un masque douceur, un peu nettoyant et qui ait une jolie couleur. Pour cela les argiles marchent parfaitement bien.

Je pense que l'on peut choisir une base de crème qui nous réussit et la compléter avec de l'argile pour avoir un bon masque.

 

            * L'argile bleue perle

 

Elle est dite "oxygénante", elle apporte de l'éclat et de la luminosité au teint alors on y va!

Selon les sources, assez pauvres je dois le dire, on lit qu'elle conviendrait aux peaux normales ou mixtes, aux peaux grasses, aux peaux sèches et très sèches... Je pense qu'elle convient à toutes les peaux comme l'argile blanche ou l'argile rose.

 

DSC03746

Argile bleue en cours d'hydratation à l'eau de sureau

      

         C'est une argile très sensible au pH comme la majorité des ingrédients bleus dont les pigments sont des farceurs.

J'ai dû jongler lors de la fabrication pour qu'elle ne rosisse pas (dès pH 5 elle devient rose). Sur la photo ci dessus, on peut malheureusement observer quelques spots roses dans un fond bleu pâle.

L'argile bleue serait-elle colorée comme l'est l'argile violette?

 

         J'avais formulé au départ avec de l'hydrolat de rose considéré comme acide.

J'ai réalisé mon mélange argile/HA et oh surprise, il rosissait immédiatement. Croyant avoir fait une bourde (genre, je n'ai plus toute ma tête), j'ai recommencé en me concentrant bien fort sur ma tâche: rose!

J'ai recommencé avec un autre HA de rose: même constat.

J'ai continué avec un nouvel HA de rose (et ai découvert en même temps que j'étais entre autres une acheteuse compulsive d'HA de roses ^_^) : même chose!

J'ai arrêté ces tests aberrants, ai repris le livre de Susan Catty qui indique quelques pH, ai sorti mes HA de ciste et d'immortelle sensés avoir  un pH nettement inférieur à 4: même chose, l'argile bleue perle devenait rose!

 Susan Catty, "Hydrosols the next aromatherapy", Healing Arts Press

 

       J'ai donc mesuré le pH de mes hydrolats (où étaient donc mes deux neurones scientifiques dites-moi?!).

- HA de rosa centifolia Lueurs du Sud : pH 5

- HA de rosa Damascena Sylviane Reina : pH 7

- HA de rosa Damascena Essenciagua : pH 6

- HA de ciste Vitalba :  pH 6

- HA d'immortelle corse Vitalba : pH 6

 

        Soit mes HA sont vieux (C'est fort possible, les HA voient leur pH augmenter dans le temps, le dernier acheté était celui de Lueurs du Sud, soit Susan Catty a réalisé ses mesures de pH au cul de l'alambic, soit il faut vraiment réviser cette histoire de pH et d'astringence selon les HA qui deviennent somme toute très relatifs.

Piste à suivre donc...

 

        En attendant, j'avais de moins en moins d'argile bleue dans mon paquet!

J'ai donc choisi un hydrolat dont je suis certaine du pH très acide que j'avais mesuré et dont je parle dans mon masque japonais.

Il s'agit de l'hydrolat de sureau qui possède une belle action nettoyante et je l'ai couplé avec de l'HA de saponaire qui a un pH proche de 7.

 

L'hydrolat de saponaire dont j'aime beaucoup la douce odeur de savon mousse un peu lors de la fabrication du gel sans dommage pour la crème finale qui semble gonflée et  ronde.

J'y retrouve le type de texture des émulsions fabriquées avec du savon comme émulsifiant que les copines ont fabriquées et que j'ai eu le bonheur de tester.

Il contient un peu d'acide malique acidifiant et conservateur.

Tout ça fait que le mélange avec l'argile gonfle et est un peu moussant.

onagre

                  *  La formule du "Blue aqua-mask"

 

- Phase A

10% HA de sureau
5% argile bleue perle

Saupoudrer l'argile au dessus de l'hydrolat sans mélanger. Laisser s'hydrater le temps de fabriquer l'émulsion.
 

- Phase B

35% HA de saponaire
10% HA de sureau
5% glycérine végétale bio
2% urée
0.5% allantoïne
0.2% gomme xanthane

Faire dissoudre urée et allantoïne dans un bécher désinfecté contenant le mélange hydrolat et glycérine tiédi.

Former le gel avec la gomme.
 

- Phase C

5% émulsifiant CG/CA (ou 1.5 cétéaryl glucoside + 3.5 alcool cétéarylique)
5% huile de carthame oléique bio (ou olive)
5% végélane (ou squalane)
3.5% biodine
2.5% zenibee cream (ou karité nilotica)
1% cétyl palmitate
0.2% antiox Cos 

Faire fondre la phase C, porter à 75° et verser en mixant dans la phase B portée à la même température.

Mixer pendant 5/10mn, ajuster l'eau perdue à froid idéalement avec un hydrolat.
 

- Phase D

3% huile d'onagre bio
3% sea silk
3% D panthénol
0.6% Ecogard
0.5% huiles essentielles

Ajouter la phase D dans la crème en mélangeant entre chacun des ingrédients.

Ajouter de l'acide lactique goutte à goutte pour obtenir un pH nettement acide à 4/5 sinon l'argile bleue rosira lors de son ajout.

 

DSC03748

 

Mélanger la phase A à l'aide d'une spatule souple pour obtenir un mélange homogène sans grumeaux.

Ajouter dans la crème acidifiée et mélanger intimement.

Couler en tube souple, étiqueter et ... dater!

 

         Le fil conducteur du parfum qui m'a valu quelque réflexion amoureuse certes mais fort peu délicate était la présence d'esters aromatiques que j'apprécie dans la camomille, la lavande fine, le petit grain mandarinier et l'ylang ylang mais aussi dans l'absolue de genêt très puissante malgré la dilution à 10% dans l'alcool (ne pas en abuser!).

Une seule goutte est largement suffisante.

 

Le parfum en gouttes pour 100g :

4 encens sauvage Florame,
3 lavande altitude bio Florame,
2 extrait CO2 de vanille Bourbon Bilby,
2 myrrhe sauvage Senteurs de fées,
1 absolue de genêt diluée dans de l'alcool Myrtea,
1 bois de rose Sevessence,
1 camomille romaine Nugier

 

Il y manque  un peu d'agrumes pour l'aérer car je le trouve un peu lourd pour un masque douceur hydratant. 

  

                      * L' émulsifiant

 

      C'est un mélange tout prêt d'alcool cétéarylique (AC) et de cétéaryl glucoside (CG) très courant dont nous avons de nombreuses formules sur ce blog.

Ce mélange donne des émulsions très professionnelles.

La proportion maximale de corps gras ne devrait pas dépasser 20/25% sous peine d'instabilité.

 

 DSC03761

      

         Je l'utilise à 5% de la formule couplé à 1% de cétyl palmitate.

Le cétyl palmitate permet à cette dose d'augmenter la stabilité des émulsions à la chaleur. Avec de la glycérine plein la formule, on accroît la stabilité au froid et on hydrate à fond.

Mon tube de masque va durer un certain temps dans la salle de bain contrairement à une crème de jour qui s'utilise quotidiennement.

De plus ce co-émulsifiant apporte confort, épaississement, onctuosité... toutes caractéristiques bonnes à prendre pour un masque-crème.

  


DSC03747DSC03749DSC03751    

 

                     * Les corps gras

 

- L'huile de carthame oléique bio


riche en omégas 9 très protecteurs cutanés.

Informations sur la composition en acides gras de la bouteille:

              


8%


AG saturés


77%


AG mono-insaturés dont oléique


14.8%


AG omégas 6


0.2%


AG omégas 3


40.1mg pour 100g


Vitamine E

 

DSC03750

 

           Je m'interroge souvent lorsque j'emploie ces huiles oléiques pour la cosmétique car elles pourraient tout à fait être remplacées par de l'huile d'olive qui contient plus de 60% d'acide oléique.

J'aime beaucoup l'huile de carthame dans les savons quand je ne choisis pas l'huile de chanvre trop verte. Ici, que reste t-il des caractéristiques du carthame quand elle est sous forme oléique?

 

- L'huile d'onagre bio


riche en omégas 6, ciments cutanés fort utiles pour les peaux déshydratées. Elle est préconisée pour réduire les rides et assouplir la peau.

 

Informations prises sur la bouteille :


8.3%


AG saturés


6%


AG mono-insaturés dont oléique 


84%


AG omégas 6 dont acide gamma linolénique


1.7%


insaponifiables

 

 

 

 

 

 

 

L'huile d'onagre est sensible à l'oxydation, je l'introduis en 3è phase et j'utilise un bon anti-oxydant dans la formule.

 

- Le végélane


Il est considéré comme le plus pur des squalanes d'olive.

Il apporte entre 2 et 15%, une souplesse à la peau, pénètre rapidement et est également un bon fixateur des pigments et des parfums.

Proche du sébum humain, il protège les peaux que l'on soumet à l'action répétée de masques divers et variés au cours de l'année des masques ^_^

 

- Le zenibee cream


Ou comment profiter des bienfaits de la cire d'abeille sans en subir les inconvénients.

C'est une cire d'abeille estérifiée (INCI : Beeswax esters C14-30) dont Chabou a parlé dans sa crème multipurpose très réussie.

Elle est très intéressante quand l'on veut se désintoxiquer du karité un peu de couvrance et une action émolliente.

Cette cire d'abeille a été modifiée pour diminuer son point de fusion en un beurre onctueux et très lisse sur la peau.

Pour une peau plus sèche que la mienne, j'aurais augmenté le pourcentage à 4/5% puisque cette formule ne contient que 15.5% de corps gras dont 2.5 de zenibee cream.

 


                   * Les agents actifs et hydratants

 

Urée, sea silk, allantoïne, D panthénol, glycérine végétale bio sur lesquels je ne m'étend pas ici pour développer la biodine.

INCI : Macadamia Ternifolia (25-30%), Phospholipids (20-25%), Glycine soja (10-15%), Stearic acid (10-15%), Glycerin (10-15%), Palmitoyl PG-linoleamide (5-10%), Squalane (5-10%).

 

La biodine dont l'INCI dit tout est un magnifique ingrédient  composé entre autres de plusieurs lipides que l'on retrouve naturellement dans la peau.

Elle s'oppose à la déshydratation, restaure le film lipidique (peaux sèches), régule le sébum (peaux grasses), densifie la peau (peaux matures).

On l'utilise entre 0.3 et 0.5% dans les produits qui se rincent et entre 3 et 4% pour les émulsions. Dois-je considérer mon Aqua-mask comme un lavant ou comme une émulsion à laisser sur la peau?

A 3.5% j'ai joué la carte de l'efficacité puisque je peux juste essuyer ce masque après la pose le soir sans rincer pour profiter de ses bienfaits.

 

       Ma formule de masque peut sembler redondante pour la glycérine, le squalane voire les omégas 6 avec cet ingrédient mais je trouve que sa qualité hydratante vient aussi de là.

 

                        *  Le verdict après utilisation

 

 La texture est souple, onctueuse et agréable à étaler en couche épaisse.

 

 Le parfum est très perfectible et ne pourrait pas convenir aux nez délicats ou peu habitués aux HE.

Ce masque me semble a posteriori très "beauté/médoc" comme la crème "nard c'est nard". On ne se renie pas ^_^

 

  La couleur est plutôt parme (elle plairait à Mlk), elle  pâlit dans le temps et je pense qu'il n'y en aura plus dans quelques semaines. Perfectible donc...

 

  La rinçabilité est parfaite grâce à la présence détergente de l'hydrolat de saponaire.

Le masque juste essuyé et laissé sur la peau pour la nuit la rend souple et  hydratée à fond le matin; je n'ai eu aucune intolérance liée au pH plutôt acide.

Cette formule serait presque un masque "coup de fouet" avant une sortie ou un événement important. Je crois que je me fais cette réflexion à chaque fois que j'utilise un masque!

Je la garderais bien pour refaire un masque hydratant simple sans argile pour peau sèche en choisissant d'autres huiles végétales... et du karité!

 

   J'aime beaucoup, beaucoup, beaucoup !


Autour du chaudron

    Oui, la couleur parme me plaît et toutes les explications pédagogiques et surtout sur les photos, l'onctuosité est bien parlante
    Ha de saponaire, cela me plaît drôlement, j'en aime les fleurs et je pensais faire une décoction
    à inclure dans l'eau de dissolution de la soude
    je ne savais pas que l'on en tire une ha
    Drôlement bien balançé ton masque qui te plaît beaucoup et moi, je suis très preneuse aussi du parfum "nard c'est nard"
    Ma coéquipière de SPa, n'a pas encore daigné s'amuser avec moi pour le mamiwata, bleu nuit
    alors, je vais revenir.... c'est bientôt la quille! sous la pluie mais à l'air

    Michèle, je pense au vu des tests de Célimène
    sur les émulsifiants maison, que l'on pourrait tenter de s'approcher de la Zenibee(http://tout-naturellement.blogspot.com/2011/03/abeille-emuls.html#comment-form si tu passes par là)

    Posté par mlk le 03 avril 2011 à 16:37
  • Sympa tes tests d'HA de Rose Michèle!
    Ma peau du visage n'aime pas les acides et ce que tu dis des HA de roses confirme mes impressions. Je ne supporte effectivement que la damascena.

    Je te rassures, je suis aussi "beauté/médoc" ^_^

    Pleins de bises et bon dimanche...

    Posté par Zinette le 03 avril 2011 à 17:00
  • Merci, Michele, j'aime fort lire tes articles et tes recettes qui ont une très belles explication.
    Pleins de bises

    Posté par Roos le 03 avril 2011 à 17:31
  • Incroyable cette quête de bleu !!! Quel jeu de couleurs !

    De l'absolue de genêt ? Ce doit être fabuleux !!!

    Posté par Nansou le 03 avril 2011 à 18:15
  • Je ne connaissais pas l'argile bleue !! Merci pour cette découverte !!
    Le zenibee cream, est-il l'équivalent du céralan ?

    Posté par Sealeha le 03 avril 2011 à 20:45
  • Encore un superbe article fort instructif,que je vais bien relire pour bien m'en imprégner...
    Je crois que pas mal de personnes supportent assez mal l'hydrolat de rose finalement...
    Bonne soirée.

    Posté par lys blanc le 03 avril 2011 à 20:55
  • Quel article passionnant, quelle formule sophistiquée… et quelle poursuite obstinée de l'aventure masque

    D'abord tes tests de pH des hydrolats: je vais m'y mettre moi aussi… Je ne te savais pas collectionneuse d'hydrolats de rose… C'est vrai qu'ils sont souvent dessechants, je les utilise surtout pour couper mes teintures et pour le corps.

    -je trouve que les argiles de couleur sont un vrai bonheur; dommage que la violette (et la bleue donc) soient si fragiles. La violette s'évanouit peu à peu dans les cremes (je compte une dizaine de jours )


    -je n'aurais pas pensé à mettre de l'urée dans un masque (pour peu que j'en fasse, c'est à dire jamais… je me contente de profiter des créations des copines… ) alors que c'est en effet une super idée . Pourquoi as-tu choisi 2% seulement?

    -Combien de temps laisses-tu pauser?

    -pourquoi as-tu préféré l'onagre, moins courante, à la bourrache?

    -enfin, avec un pH si acide, as-ton aussi un effet légèrement exfoliant?

    bravo… c'est une formule, une fois de plus, très inspirante

    Posté par venezia le 03 avril 2011 à 22:41
  • Michèle, très intéressants tes commentaires avec photos sur cette recette avec cette argile.

    Du coup je me demande si certains hydrolats ne contiennent pas des substances qui ont pu empêcher d'obtenir du bleu malgré un pH acide.

    As-tu essayé de diluer de l'argile bleue dans de l'eau de source acidifiée à l'acide lactique pour voir la couleur obtenue ?

    Ce qui est certain, c'est que je ne savais pas que l'argile bleue était si capricieuse car je ne l'ai jamais utilisée.

    Posté par Colchique le 04 avril 2011 à 16:31
  • Coucou Michèle,

    Je cherche à comprendre pourquoi ta préparation a viré au rose.

    Ce bleu qui vire au rose me fait penser aux hortensias.

    Il est possible que lors de la la dilution de l'argile, le taux du minéral qui permet la couleur bleue devienne insuffisant.

    Extrait du lien ci-dessous :

    http://www.sicamus.com/conseil.html

    Seules quelques régions de Bretagne et d’Anjou principalement, peuvent conserver des bleus naturels, le sol étant plus acide et souvent riche en ardoise.

    Toutefois, il est possible de conserver votre hortensia bleu en le plantant dans un trou isolé d’un plastique comme indiqué ci-dessus et en ajoutant du "Bleu de France" ou "Sels d’Alun" ou encore "Sulfate d’Alumine" au substrat que vous mélangerez correctement.

    Ci-dessous un autre lien avec son extrait :

    http://www.sports-sante.com/index.php/tag/comment-obtenir-un-hortensia-bleu

    L'hortensia bleu pousse sur sol légèrement acide, on peut enrichir le sol avec de l'ardoise pilée ou des produits de jardinerie à base de sels d'alumine. Si le sol est neutre, l'hortensia vire au mauve puis au rose ou rouge si le sol est calcaire (basique).

    Posté par Colchique le 04 avril 2011 à 17:47
  • Colchique,

    En réalité c'est l'aluminium du sol qui est absorbé par l'hortensia en milieu acide uniquement.

    J'ai pensé plus tard en regardant la
    photo de l'argile en cours de réhydratation que ce sont les particules d'aluminium qui faisaient les spots roses; les argiles contiennent de l'aluminium sous forme de sels (silicates...).

    Cela me fait douter que c'est une argile colorée comme je l'écris à propos de l'argile violette.

    Mais je ne comprend pas bien ta question à propos d'autre chose dans les HA qui feraient virer la couleur.

    Posté par michele le 04 avril 2011 à 18:04
  • Michèle, j'ai lu ton article d'une traite comme on boit un grand verre d'eau après avoir eu bien chaud. Mais, j'ai un peu l'esprit de travers car en lisant ta remarque sur tes cosméto/médoc, je ne sais pas pourquoi mais j'ai immédiatement pensé au VIN ! et j'essayé de trouver le rapport entre ton masque et un bon Bordeau.
    En fait, je crois que je n'ai toujours pas retrouvé mon neurone !
    Trève de plaisanterie, j'adore ta saga des masques et plus je te lis et plus j'ai envie à mon tour de me lancer ; ça va venir, une fois que j'aurai bien intégré tous tes articles.
    Je ne ferai aucun commentaire sur tes bleus qui virent, car moi je n'ai même pas eu la chance d'obtenir des roses dans mon dernier savon !
    C'est très marrant, cette différence dans les hydrolats de roses. Pour ma part je les adore et ma peau aussi et j'ai toujours un flacon de chez Essenciaga sous la main. Je viens d'en tester un de chez Fraisse et Quattrone dernièrement, dont le parfum est doux et suave à souhait....
    Merci Michèle pour ce nouvel opus.

    Posté par lolitarose le 04 avril 2011 à 18:07
  • Ma Lolitarose, pose toi, prend un bon verre de Médoc pour avaler ton "médoc" = médicament en mon langage perso.

    Tu m'as fait rire!

    Je serai ravie que tu nous concoctes quelques masques.
    Je trouvais qu'on les délaissait un peu alors que ce sont des formulations qui permettent :

    - soit de rester dans les classiques émulsions,
    - soit des audaces de formulation que j'espère pouvoir mettre en oeuvre cette année après le masque du japon et le noir.

    Je fais la collec des HA de rose et de néroli. Il y en a plein les frigos car deux de mes loustics en font des crêpes et des guimauves.
    Il faut donc qu'ils soient sans conservateurs donc j'en achète dès que possible.

    Posté par michele le 04 avril 2011 à 18:43
  • Je n'ai pas terminé et c'est parti.

    J'avais testé avec l'eau du robinet qui est à pH 7 chez moi et c'est devenu rose.
    Le seul doute que j'ai est que la couleur a continué à évoluer depuis la fabrication vers le parme.

    Mais mes mesures de pH se font au papier pH avec toute la relativité que cela suppose.

    - Venezia,

    Je compte bien ne pas en rester là à propos des masques; j'ai plein d'idées mais un seul visage pour tester alors il faut patienter.

    Réponses à tes questions:

    . 2% d'urée seulement (tiens, elle est régulatrice du pH cutané...)
    C'est la fourchette basse car j'avais plein
    d'autres actifs dont l'allantoïne qui a des propriétés identiques pour certaines.

    J'ai d'ailleurs mis moins d'allantoïne qu'à l'accoutumée (1%) pour cela aussi.
    Je me demande si ces deux actifs n'auraient pas une action sur le pH de mon masque du coup...

    .Pose du masque: environ 15mn, je n'aime pas laisser sécher les masques.

    Et j'avoue que déjà 15mn où je ne fais rien d'autre qu'à écouter mon masque poser, c'est un luxe extrême que j'ai du mal à m'accorder.

    Je remarque que tu écris "pauser" un masque. Moi c'est "poser" (?)

    . L'huile d'onagre est pour moi la quintessence des omégas 6 (+ de 60% de mémoire).
    Bien plus que la bourrache.

    Je ne sais pas pourquoi la bourrache est plus connotée cosmétique que l'onagre.
    D'ailleurs il y a quelques réticences aujourd'hui à donner de l'onagre en interne mais sur la peau, il ne faut surtout pas hésiter, c'est un véritable soin réparateur.

    Tu devrais y penser pour ta peau intolérante, elle te réparerait peut-être très bien cette huile.

    Je mets souvent le contenu d"une capsule d'onagre bio le soir en guise de soin de nuit. En capsules, elle se conserve sans problème.

    Dans mes acides gras, j'ai voulu privilégier omégas 9 et 6 pour aider la peau.
    Il m'a semblé vain de mettre des omégas 3 que je visualise plutôt en véritables actifs à laisser sur la peau.

    Mais peut-être que l'idée d'un masque anti-oxydant aux omégas 3 à essuyer est à réaliser pour l'année des masques!

    . Le pH n'est peut-être pas assez acide pour donner un effet AHA.
    J'ai acidifié à l'acide lactique mais je ne pense pas que ce soit suffisant pour une action exfoliante.


    - Lys blanc,

    L'HA de rose a un parfum si agréable que ce serait dommage de s'en priver.
    Il faudrait peut-être le couper d'eau pour améliorer la tolérance.


    - Sealeha,

    Le zenibee cream est vraiment un beurre, pas du tout dur comme le céralan.

    Ce sont des cires d'abeilles estérifiées toutes les deux mais le zenibee l'est avec de l'octydodecanol.
    Les chaines d'acides gras en font un produit plus souple et crémeux que l'estérification qui donne le ceralan avec du polyglycérol.

    Le zenibee a pour intérêt principal de fondre à bien plus basse température et de donner une action émolliente que n'a pas le ceralan.
    On l'utilise à la place d'un beurre, pas d'une cire.

    Et il est quasiment "inrancissable"!


    - Nansou,

    Toi qui aimes le nard tu devrais aimer l'absolue de genêt!
    Elle est vraiment costaud même diluée à 10%.


    - Merci Roos,
    Long time, no see ^_^


    - Merci zinette,

    Il faudrait écrire un truc sur les HA de rose!


    - Mlk,

    C'est certain qu'il te plairait. Il n'est pas sans me rappeler certains de tes masques. L'HA de saponaire se comporte comme un savon émulsifiant, c'est rigolo.

    Fabriquer nous même du zenibee, je ne sais pas. Sans le solvant adéquat, j'ai peur que ce soit bien difficile.
    Même mes ersatz de polyglycéryl-3 sont vraiment des pâles copies faute de polyglycérol.

    Mais l'essai était palpitant!

    Posté par michele le 04 avril 2011 à 18:47
  • Je vais me lancer aussi dans des essais fin de semaine,ça me titille depuis le masque Mamiwata et une amie qui voulait un masque gélifiant hydratant...à la rose.
    Ça n'a peut-être rien à voir avec la choucroute,mais lors de la fabrication d'une de mes émulsions,ma teinture de rose rouge a viré au bleu pendant la chauffe. Tout est resté bleu jusqu'à ce que j'ajoute l'Ecogard à la fin. J'ai aussi pensé à une histoire de pH.En bref,je n'y comprends pas grand chose à ces changements de couleur.Je vais re-relire les commentaires...

    Posté par lys blanc le 04 avril 2011 à 18:48
  • J'aime bien finalement l'expression de Venezia "pauser un masque", on visualise ainsi la pause obligatoire que l'on s'offre, juste pour soi et sa peau. Bon, je crois que je vais arrêter le vin et memettre à boire des hydrolats de rose ! j'aurai les yeux en face des trous comme ça !

    Posté par lolitarose le 04 avril 2011 à 18:51
  • Lys blanc

    Le chou rouge donne du bleu quand on le cuit. J'avais testé avec une solution de soude mais je ne sais plus ce que ça a donné.

    Certainement pas du bleu sinon j'en aurais fait un savon, c'est sûr!

    Est-ce que tes roses étaient rouge très foncé quand tu as fait la teinture?

    Les pigments rouges classiques (vin, pétales de rose, coquelicot...) virent au brun en milieu basique mais je n'en ai jamais vu passer par le bleu.

    Posté par michele le 04 avril 2011 à 18:55
  • Lolitarose, je t'adore!

    Posté par michele le 04 avril 2011 à 18:55
  • Ah ! tu vois Michèle, il n'y a pas que moi qui parle de vin !!!

    Posté par lolitarose le 04 avril 2011 à 19:06
  • Je ne sais pas Michèle,la phase aqueuse était bien bleue,et j'ai eu une émulsion gris-bleu ciel (j'ai une mauvaise photo,ça a juste l'air gris). La teinture est foncée.Elle a ...exactement la couleur du vin rouge!
    Ma belle-mère me jure qu'elle n'a pas trafiqué ses rosiers(aucun traitement).
    on croirait un blog de cuisine,je ris seule: vin,chou,crêpes,guimauves...

    Posté par lys blanc le 04 avril 2011 à 22:10
  • Michèle,

    -L'huile de bourrache contient bien plus d'AGL,-acide gamma linolénique, le plus interessant des omégas 6- que l'onagre (24g/100G contre 8g/100g) c'est pour ça que je te posais la question.
    -c'est vrai que pauser me semble d'une inspiration plus flemmarde que poser!

    -j'ai une autre question (encore!) : j'ai regardé pour le vegelane. Est-ce différent du squalane qu'on utilise régulièrement? je n'ai pas trouvé d'explication probante sur le net

    Posté par venezia le 04 avril 2011 à 22:21
  • Michèle, je me demandais si la composition chimique des hydrolats n'aurait pas joué un rôle dans le virement de la couleur de l'argile bleue.

    Oui, je pense que l'idéal serait d'utiliser un pH mètre pour avoir une mesure précise.

    Je pense aussi que les actifs peuvent avoir une influence sur le pH de la préparation finale.

    Extrait du lien ci-dessous concernant les hydrolats :

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Hydrolat

    Ils ont aussi tendance à changer de couleur dû à la présence combinée de particules végétales et de sels métalliques.

    Posté par Colchique le 04 avril 2011 à 23:59
  • Michèle, je vois que la table ronde est squatée par la relève pour un autre type de tambouille mais non des moindres!
    Je suis impatiente de lire ta prochaîne recette de masque avec du karité... et j'espère du bleu!!! ben quoi... les masques de schtroumpfette, c'est le fun, non?
    Michèle, pourquoi ne pas accepter de pauser un masque pdt 15 min. avec un bon verre de vin rouge accompagné de qq guimauves, p-ê que vu sous cet angle, cela deviendra un "luxe" plus régulier...

    Colchique, si tu veux des hortensias bleus, il faut mettre des clous rouillés autour du pied du plant.

    Posté par Loulou le 05 avril 2011 à 05:24
  • Loulou si en plus du vin on peut manger des guimauves moi je suis partante pour tester tous les laqUes de Michele

    Posté par lolitarose le 05 avril 2011 à 07:10
  • Ah bah moi aussi !!!!!

    Posté par Catherine le 05 avril 2011 à 10:21
  • Loulou, oui, il paraît que de mettre des clous rouillés au pieds des hortensias permet d'avoir des fleurs bleues.

    Posté par Colchique le 05 avril 2011 à 10:36
  • "Guimauve party" un de ces jours pour tout le monde!
    Merci à toutes pour votre humour et votre participation active à faire avancer notre réflexion.


    Je réponds à Venezia qui devient experte en questions (où est Patte?)

    - L'onagre me semble plus adaptée à l'usage topique car elle est la plus riche en omégas 6 tous confondus, qui sont le ciment de la peau.

    Je trouve la bourrache plus adaptée à l'usage interne où les AG gamma linoléniques sont certainement mieux métabolisés et dont les effets indirects sur la peau me semblent évidents.

    Je suis certainement influencée par les cosmétiques commercialisés (Onagrine, Exomega..) qui contiennent si je ne me trompe pas plutôt de l'onagre.
    Est-ce que la bourrache est plus présente dans les cosmétiques naturels?

    L'huile de bourrache sent très fort et je la trouve bien plus instable que l'onagre.

    Cette dernière devrait pourtant être considérée comme plus oxydable eu égard à sa + grande richesse en omégas 6.

    Ce ne sont que des ressentis, je n'ai pas réfléchi outre mesure, j'ai choisi l'onagre d'emblée.


    - Le végélane est considéré comme le plus pur des
    squalanes par ... le vendeur:

    naturactiva.net/articles/olive_gift.doc
    Est-ce un nom déposé?

    Je pense que squalane, c'est tout aussi bien^_^

    J'avais acheté du végélane en grande quantité il y a des années chez NDA.uk avant que l'on n'ait tant de fournisseurs qui en proposent.

    Quand j'écris squalane dans une formule, c'est souvent du végélane dont je viens de terminer le flacon.

    Au toucher je ne vois pas de différences entre les deux.

    Posté par michele le 05 avril 2011 à 14:01
  • Hum, Michèle,

    tu ne t'en souviens peut être pas mais tu m'avais fait tout un (dis)cours un jour sur la bourrache versus onagre… et j'avais écouté!!

    … et en plus, comme j'adore apprendre avec toi, j'avoue ne pas me géner pour poser des questions…

    Posté par venezia le 05 avril 2011 à 21:36
  • Lolitarose, nous devrions former le club des vinoguimaumasquotesteuses!

    Michèle, je ne pose pas de questions car bourrache, onagre et moi ne faisons pas bon ménage! Mais je suis comme Vénézia... j'adore apprendre et c'est encore plus le fun quand ça passe par toi!

    Posté par Loulou le 05 avril 2011 à 23:01
  • Notre Chabou Nationale ou plutôt Internationale est reviendue!

    Posté par Loulou le 05 avril 2011 à 23:03
  • Oh voui Loulou, je suis partante pour un club vinoguimauv....
    Personnellement j'ai également trouvė que l'huile de bourrache laissait une odeur soutenue dans les crèmes, et du coup j'ai plutôt tendance à utiliser l'onagre. Histoire de goût ou plutôt d'odeur...

    Posté par Lolitarose le 06 avril 2011 à 19:24
  • pfiou, je ne suis pas aussi scientifique! super ces tests sur HA de ros et acidité!
    moi je me dis toujours que dois me fair eplus de masques, mais je ne prends pas le temps!!

    Posté par melodye le 08 avril 2011 à 12:28
  • Coucou à toutes, je pose mes valises et je retrousse les manches pour rattraper mon retard.

    Posté par chabou le 08 avril 2011 à 18:19
  • Bon retour chez toi Chabou, tu nous as manqué !

    Posté par Catherine le 08 avril 2011 à 22:33
  • - Venezia, je fais des discours sur l'onagre moi?
    ^_^
    Il faudrait que je note tout ce que je te dis, j'ai la langue bien pendue des fois.

    Alors je souhaite ne pas avoir dit trop de bêtises car aujourd'hui (aujourd'hui seulement peut-être...) je pense qu'on devrait plutôt avaler la bourrache et poser l'onagre sur la peau.

    Mais pour les troubles de la nyctémère l'onagre en interne marche super bien et il parait qu'on devrait l'éviter.
    Donc on fait comme on aime finalement.

    - Loulou et Lolitarose sont des gourmandes avinées

    - Melodye,

    C'est effectivement une manière de prendre du temps pour soi que de se fabriquer et utiliser des masques.
    J'aime beaucoup cela et je réalise à chaque fois que c'est une espèce de luxe suprême, je ne suis pas difficile

    - Bon retour Chabou! Tu te fais rare.

    Posté par michele le 20 avril 2011 à 09:20
  • Même si tu m'as "vexée" en me disant que j'étais bon public, j'ai adoré ce masque, la couleur très soft et apaisante
    L'odeur à tomber en pâmoison, sucrée, fleurie
    très relaxante
    L'application de ce masque est crémeuse et glissante , je veux même l'employer en doux nettoyant
    Bref, j'aime bien être ton "bon public"

    Posté par mlk le 03 juin 2011 à 15:23
  • Que tu es "mauvais public" Mlk!

    Bon tu sais que j'adore quand tu es bon public et je te l'accorde, l'odeur de ce masque est devenue une espèce de bonheur olfactif d'une douceur que je n'aurais pas imaginée.

    Je pense que je vais refaire la synergie dans un flacon et le réutiliser ailleurs.

    La texture te ressemble et n'est pas sans me rappeler tes crèmes pour les pieds réalisés pour le défi de Malegria.

    Merci pour ton retour, toi mon "bon public préféré" ^_^

    Posté par michele le 07 juin 2011 à 22:13
  • A bonne "acteuse" bon , voire très bon public
    Bises

    Posté par mlk le 08 juin 2011 à 10:35

Commenter l'article