Remplacer l'huile de palme dans les savons

              Question importante, récurrente et incontournable dès lors que l'on veut faire des savons et que l'on se renseigne sur son impact écologique.

Selon sa sensibilité, on préfère l'éviter.

On fait alors des savons qui se tiennent, moussent et lavent tout comme leurs congénères formulés avec de l'huile de palme.

 

           Alors pourquoi cette huile me semble apporter un plus dans mes savons?

Pourquoi je ne cherche pas à tous prix à l'éviter?

Et si je veux l'éviter pour une raison ou une autre, par quoi la remplacer valablement?

Je ne reviendrai pas sur les raisons abominables qui ont mené à cet état désastreux et à la mauvaise réputation de l'huile de palme dans le monde (et même dans les pays où on la consomme traditionnellement!).

Internet est plein de liens sérieux sur le sujet.

L'avis de Rita Stiens

 

huile_de_palme-62e7d

Source image

 

           L'huile de palme contient selon la provenance, près de 44% d'acide palmitique, un acide gras saturé contenant 16 atomes de carbone.

On en trouve aussi dans d'autres graisses végétales mais aussi dans les graisses animales, la viande, le lait et par conséquent dans le beurre et les fromages ...

 

          Mais si aujourd'hui l'on peut avoir honte d'avouer publiquement que l'on aime la viande, le beurre, l'huile de palme et les fromages ^_^  l'acide palmitique nous est indispensable car il est à l'origine de tout le métabolisme des lipides et de la fabrication par notre organisme des acides gras de plus longue chaîne réputés bons pour notre santé.

Si vous en mangez, vous ne mourez pas plus qu'en consommant de la viande, de l'huile d'olive, du beurre ou du fromage; il faut juste veiller à la choisir brute, éthique autant que faire se peut, riche de ses bêta carotènes et surtout NON HYDROGENEE.

Et la consommer avec la modération qu'il faut si vous êtes très carnivores.

 

           L'introduction de l'huile de palme dans trop, beaucoup trop d'aliments est juste aberrante pour la santé dans les pays occidentaux où des alternatives ont toujours existé pour l'acide palmitique mais elle ne l'est pas sur le plan économique pour certains grands groupes, c'est sûr.

Alors ouvrons l'oeil et revenons à nos savons.

 

         Pour mémoire, ce sont les acides gras qui donnent  les caractéristiques du savon une fois qu'ils sont saponifiés.

 

- Les acides gras saturés de 12 carbones comme l'acide laurique (huiles de coco, de babassu, de palmiste, de murumuru, de tucuma...) sont une fois saponifiés, des détergents durs qui moussent en grosses bulles légères.

Laurique

=

Bulles légères et détergentes peu durables

 

- Les acides gras saturés de 16 ou 18 carbones comme l'acide palmitique ou l'acide stéarique (huile de palme, saindoux, karité, cacao...) donnent à la saponification de la dureté et stabilisent la mousse en la rendant très crémeuse et durable.

 

Laurique + stéarique ou palmitique

=

Bulles crémeuses durables et  détergentes

 

- Les acides gras insaturés de plus de 18 carbones comme les acides oléique, linoléique ou linolénique (huiles d'olive, tournesol, chanvre, ricin...) donnent une fois saponifiés de la douceur au savon.

 

Laurique + Stéarique ou palmitique + Insaturés

bulles crémeuses et durables et douces

=

Super savon!

 

          Comme les huiles végétales et animales sont complexes, elles sont souvent un mélange entre ces divers acides gras en proportions variables avec plein d'autres acides gras plus rares ou spécifiques.

Nos savons sont donc souvent un mélange de ces divers acides gras saponifiés.

 

        

           Il me semble que l'acide palmitique (plutôt que l'huile de palme donc) est un incontournable dans les savons pour

 

- améliorer la dureté à terme

Mais l'acide stéarique le fait aussi jusqu'à rendre le savon cassant quand il y en a trop. Les gras animaux font ça aussi et même encore mieux que les gras végétaux durs.

 

- rendre la mousse crémeuse et onctueuse

Mais l'acide stéarique et le ricinoléique aussi font ça bien

 

- améliorer la rinçabilité

Et c'est là que le bât blesse pour moi car j'aime que la mousse démarre au quart de tour, que le savon glisse immédiatement sur la peau.

Jaime voir couler une eau savonneuse non laiteuse.
Elle me donne le sentiment que toutes les bonnes huiles surgraissantes s'écoulent dans les égouts, ce qui est très subjectif évidemment.

 

              Formuler sans huile de palme demande à mon avis de ne pas seulement se focaliser sur la présence de corps gras durs mais aussi sur la richesse en acide palmitique des huiles végétales liquides si l'on veut éviter les gras animaux.

On utilise donc les deux solutions et on compare!

 

palmier-a-huile-arbre_lightbox

Source image

 

Solution n°1 : Corps gras solides riches en acide palmitique

 

- Beurres de cacao, mowrah ou illipé , saindoux, huile d'autruche, suif de boeuf, graisse de canard (env 25%)

- Autres beurres végétaux stéariques et/ou palmitiques (kokum 18%, buriti 16%, mangue 15%, sal 13%, cupuaçu 7% ...)

- Beurre de karité ou kpangnan (3/5%)

  (sources Aroma-zone et wikipedia).

           

            Par expérience personnelle, je me vautre dans le karité mais je n'ai pas la formulation heureuse en saponifiant du karité en grande proportion.

Tout simplement parce que  j'apprécie le toucher et la mousse des savons aux corps gras riches en acide palmitique.

Le beurre de karité n'en contient que très peu (3-5%), il est plutôt riche en acide stéarique (40%) un peu "sec" pour moi quand il est saponifié en grande quantité dès 30/40% des huiles).

Le savon noir africain saponifié à la potasse ne me fait pas le même effet.

Sa grande richesse en insaponifiables apporte beaucoup bien entendu et la nature fait bien les choses en l'occurance mais bon, je n'aime plus trop de karité dans mes savons durs.

La meilleure association est pour moi : 40 à 45% olive, 30% coco, 10% palme, 5 ou 10% karité, 5% ricin, 5% cacao.

 

           Si vous connaissez la richesse et le lustre des savons contenant beaucoup de beurre de cacao, vous comprendrez la différence d'avec ceux au karité car le beurre de cacao est riche en acide palmitique (à peu près autant que d'acide stéarique, environ 20-25%).

Mais point trop n'en faut et la meilleure association a été à mon goût : 30 ou 32% olive, 31% coco, 15% cacao, 15% palme, 7 ou 9% jojoba .

 

           Pour ne choisir que les corps gras les plus accessibles, la simple formule suivante vous permettra de faire la différence : 31% coco, 27% palme, cacao ou karité, 42% olive.

Celui à l'huile de palme pour moi est parfait, celui au cacao  a une dureté sublime et celui au karité est un savon que je qualifierais d'ordinaire même si 27% de karité dans un savon est du luxe en soi!

Tout étant relatif par ailleurs, ces goûts n'engagent que moi.

 

               Je ne retiens pas ici l'adjonction de cire d'abeille ou d'acide stéarique qui me semblent être uniquement durcisseurs et ne se rapprochent pas de l'acide palmitique saponifié.

 

Solution n° 2 : Huiles liquides riches en acide palmitique  (plus de 10%)

 

- Huile de coton (23%)

- Huile de baobab (22%)

- Huile d'avocat (21%)

- Huile de son de riz, de yangu (18%)

- Huiles d'olive, de neem (16%)

- Huiles de noix du Brésil, de germes de blé, de papaye (14%)

- Huiles d'argan, de bourrache française, de calophile, de figuier de Barbarie, de nigelle (12%)

- Huiles de soja, de pépins de courge, de fruit de la passion, de melon  (10-11%)

- Huile d'arachide (7-16%)

- Huiles aux taux honorables (entre 5 et 10%) : camelia, noix, colza, macadamia, pépins de raisin, sapote, sésame

(sources Aroma-zone et wikipedia).

 

    En lisant la liste des huiles, on comprend pourquoi la simple huile d'olive est superbe une fois saponifiée.

Elle contient environ 16% d'acide palmitique ce qui est très honorable. A ne donc pas négliger dans une bonne formule sans huile de palme!

 

rhubarbe sans palme80% coco,  20% autruche, très surgraissé,  poudre de rhubarbe

 

            Quelques formules pour décliner tout cela comme on le désire:

 

Non vegan 

 

34% olive, 31% coco, 15% gras animaux (saindoux, blanc de boeuf, graisse de canard, autruche, oie...), 10% cacao, 5% karité, 5% ricin

34% olive ou autres huiles palmitiques, 10% gras animaux, 15% graisses végétales palmitiques (cacao, mangue), 10% huiles omégas 6 et 3 qui moussera peu

25% huile d'olive (ou colza pour une trace lente), 25% huile d'avocat, 25% coco, 25% graisse de canard

 

Vegan 

 

30% coco, 70% autre huile (biwil)

50% olive, 25% coco, 20% karité, 5% ricin (peut-être le plus formidable des sans palme!)

42% olive, 31% coco, 27% karité ou beurre de cacao

45% huile d'olive, 25% coco, 10% beurre de cacao, 10% beurre de karité, 10% huile de colza

34% huiles riches en palmitique (coton, olive, avocat...),  31% coco, 10% cacao, 10% karité, 10% autres huiles oméga 3 et  6 (tournesol, colza, chanvre, sésame...), 5% ricin

45% coton, 30% coco, 20% cacao, 5% colza

 

Idées de savons sans palme sur Potions et chaudron

Réflexions intenses chez Soapsession (Kafée)

Excellent message de Lalla qui a élaboré et expérimenté autour du remplacement de l'huile de palme dans les savons

 

         Quelle est votre recette favorite de savon sans palme?

 


Autour du chaudron

    Ma meilleure formule sans palme est très simple est très simple; un tiers karité, un tiers coco, un tiers colza, le savon est dur sans casser , un très beau grain, et d'un blanc surprenant, il est très doux, surgraissé à lanigelle vierge il en garde l'odeur, il est sublime,

    Posté par Epicette le 21 août 2011 à 13:08
  • Michele, merci beaucoup pour cet article très intéressant.

    Ma recette de savon préférée mais chère :

    70 % végétaline (coco)
    20 % beurre de cacao
    10 % beurre de kpangnan
    Surgraissage 20 %

    Pour rendre cette recette pas chère, j'ai l'intention de remplacer le beurre de cacao par de l'huile de palme mais avec un dosage de 25 % et le beurre de kpangnan par 5 % d'acide stéarique. Je surgraisserai cette recette à 25 %.

    Heureusement, de l'huile de palme on en trouve toujours à la vente, contrairement à l'huile de palmiste que j'ai vu que sur le site Naturi Ebene de Swahily. Merci Swahily de penser aux personnes qui veulent utiliser l'huile de palmiste.

    Dommage que l'huile de palmiste est très chère, car personnellement, c'est l'huile que j'aimerais utiliser à la place de la végétaline (coco).

    Pour l'instant, le corps gras que j'ai utilisé et qui me donne les savons les plus durs, c'est l'huile d'olive. Bien entendu, je parle de la consistance du savon après un temps de cure.

    J'aime les savons qui fournissent une crème abondante, épaisse, très moussante comme lorsqu'on appuie sur une bombe de mousse à raser et qui se rince très rapidement.

    J'ai remarqué, que si je compense le pouvoir jugé trop lavant d'un savon par un taux de surgraissage très élevé, j'obtenais sur le calculateur Mendrulandia (seul calculateur à ma connaissance capable de tenir compte du surgraissage dans les caractéristiques du futur savon), plus de conditionnement et moins de lavant tout en ayant beaucoup de mousse.

    Par contre, j'ai de moins en moins envie d'utiliser les graisses animales dans les savons, car j'ai remarqué que les savons qui en contenaient avaient tendance à rancir.

    Je préfère donc rempacer à l'avenir, les graisses animales par de l'huile de ricin ou de la glycérine avec un peu de lactate de sodium, car j'ai remarqué que ces derniers apportaient un peu la même chose aux savons.

    Voilà pour mon expérience à ce jour en savonnerie.

    Posté par Colchique le 21 août 2011 à 13:10
  • Merci pour ton exposé, très clair , comme d'habitude. Comme je suis toujours dans l'expérimentation, je n'ai pas de recette favorite! mais j'apprécie beaucoup 5 à 10% de beurre de cacao dans les savons. je n'utilise pas toujours du palme , mais je fais attention avec les différents acides gras, pour ça, soap calc est très bien.

    j'aime beaucoup aussi le coco surgraissé avec ajout d'un peu de cacao et d'une autre huile (sésame, arachide) les savons sont super ensuite.

    Un peu de gras de bœuf apporte également de la douceur. J'ajoute dans ce cas des anti oxydants.

    Posté par venezia le 21 août 2011 à 13:41
  • Cet article tombe à pic, je suis en panne d'huile de palme et tous les magasins bio autour de chez moi sont en vacances! J'ai ma recette sans palme que je trouve bien satisfaisante:
    50% HV coco
    20% HV olive
    20% HV tournesol
    10% HV ricin

    avec toutes ces infos je m'en vais savonner (sans palme) comme tous les dimanche merci Michèle!

    Posté par Ppk le 21 août 2011 à 16:18
  • Merci pour ta publication, Michèle !
    Mes 2 recettes préférées sont :
    - graisse de boeuf : 41 %
    - coco : 15 %
    - olive : 33 %
    - ricin : 11 %
    et
    - saindoux : 30 %
    - coco : 28 %
    - ricin : 25 %
    - olive : 17 %
    Je ne sais pas encore si c'est mieux avec du lactate.
    J'ajouterai de la vitamine E si je vois qu'il y a un problème de rancissement.

    Posté par Jazz le 22 août 2011 à 09:04
  • Bonjour Michèle,

    Ce sont mes réflexions actuelles également, au cours de mes recherches googleuses, je suis arrivé sur le blog de Cyan: 'de mousse et d'eau fraiche' (te souviens-tu?) et sur ton commentaire en rapport à la dureté recherché sans huile de palme qui dit: >.

    Est-ce qu'aujourd'hui, tu penses encore la même chose ou as-tu changé d'avis depuis?

    Pleins de bises à toutes !

    Zinette

    Posté par Zinette le 22 août 2011 à 12:28
  • Un article prodigieux que tu as fait Michèle.
    Ca a dû te prendre un temps fou.Je le garde précieusement dans la farde ""Michèle"".

    Pour ma part, au risque de ma faire passer pour une feignasse, j'avoue bien que je copie les recettes dont les "formulatrices" ont pu tester les effets lavants, moussants, hydratants ...et me donner l'envie d'en faire.Je dirais même prétentieusement que , c'est un honneur que je fais aux savonnières bien plus calées que moi.
    Je vais d'ailleurs copier une de tes recettes soumises dans cet article . ben oui, faut que ça serve, un article pareil . Mille fois merci Michèle.

    Posté par moune le 23 août 2011 à 07:32
  • Ton explication va directement dans mes fichiers, c'est plus clair que tout ce que j'ai appris en 7ans !
    Si j'ai bien suivi, nous sommes comme M. Jourdain, nous faisons pour la plupart du "bon" savon sans le savoir.... rien qu'en utilisant plusieurs huiles qui se complètent et contiennent sans palme de l'acide palmitique.
    Bravo pour cet article et merci.
    Je ne fais pas souvent de savon sans palme, mais j'ai aimé une recette simple et efficace, bien sur- graissée :
    31% coco
    31% olive
    28% saindoux
    10% ricin

    Posté par chabou le 23 août 2011 à 19:06
  • Vavavoum Michèle! Merci pour cette très jolie et très instructive démonstration.
    Tout comme Vénézia, je n'ai pas de recette préférée. Cpdt, mes huiles et gras sont dans l'ordre alphabétique : coco, colza, olive, saindoux et tournesol. Je complète souvent avec 10% de beurre de cacao ou de Karité avec parfois 10% de ricin en plus.
    A l'inverse de toi, je n'arrive pas à mélanger karité et cacao ds la même recette. Est-ce grave Docteur?
    Moune, tu ne fais bien rire avec tes commentaires. Inversement pour moi, j'ai du mal à copier une recette... de savons.
    Zinette, quelle mémoire!

    Posté par Loulou le 23 août 2011 à 23:54
  • Coucou Loulou, comment vas-tu?

    Alors, en même temps, je m'aperçois que le commentaire de Michèle que j'avais copier et coller n'est pas lisible, je le recolle ici mais sans les guillemets:

    Michèle avait dit entre-autres : ... arachide + olive donne une dureté proche du palme ...


    Michèle, si tu as changé d'avis depuis...

    Posté par Zinette le 24 août 2011 à 10:13
  • Loulou : Je suis bien contente de te lire . Dis, essaie une fois de copier . Ca fait pas du mal , au contraire , ça repose vachement la tête, Tu verras. Moi, Je ne fais pas fondre mes derniers neurones alors que les" maitres es savons" l'ont déjà fait pour moi hein dis. Bisous Loulou.

    Posté par moune le 25 août 2011 à 07:54
  • Bonjour Michèle,

    Cela fait très longtemps que je n'utilise plus d'huile de palme dans mes savons. Je crois que j'ai publié plusieurs articles sur cette question sur mon blog (ne sachant pas si je peux mettre un lien, je m'abstiens).

    Je trouve qu'elle est avantageusement remplacée par du saindoux. Ou un mélange karité et beurre de cacao auquel on peut rajouter de l'huile de ricin.

    Les savons avec plus de 60% de coco et des huiles/beurres nourrissants (karité, coco, ricin, amandes douces, olive...) sont très bien aussi, tant que le surgraissage dépasse les 15%.

    Une de mes recettes favorites contient 45% de karit, 22% de coco, 22% de ricin et 11% d'huile d'amandes douces. Elle donne un savon très dur et lisse, à la mousse plus qu'abondante et extrêmement doux. La présence d'huile de ricin à très fort dosage compense largement les inconvénients du karité ( dureté excessive, absence de mousse).

    Posté par Lalla le 25 août 2011 à 18:58
  • Merci mille fois pour cet article édifiant
    Je m'approche souvent de ta formule 50% olive, 25% coco, 20% karité, 5% ricin et c'est vrai que je n'ai jamais été déçue

    Posté par DragonJoli le 26 août 2011 à 10:35
  • Je reviens...
    Merci pour vos messages.

    Posté par michele le 26 août 2011 à 17:33
  • Merci pour cet article encore très intéressant Michèle.

    Je viens justement de faire mon premier savon dans ma nouvelle résidence et je n'avais pas d'huile de palme, j'ai donc fait avec ce que j'avais.

    35 % coco
    35 % olive
    30 % colza

    J'ai ajouté un peu de cire d'olive en pensant donner un peu de consistance et de l'huile d'argan à la trace.

    Il n'a pas terminé sa cure mais il est déjà très agréable, je pense qu'il faudra que je le laisse bien sécher car il aurait tendance à fondre rapidement mais il produit déjà une très belle mousse très crémeuse, comme j'aime.

    Posté par Catherine le 26 août 2011 à 19:32
  • Michèle tu ne chômes point et je dois dire que tes articles entrent à l'insu de mon plein gré dans ma caboche
    Comme Venezia, étant toujours au stade de l'expérimentation pas de recette fétiche,
    Par contre tester tout ce qui me passe par la tête au tout coco surgraissé à 20% me ravit et me permet de bien cibler et vérifier l'apport des beurres et huiles utilisés
    Je trouve la plupart de ces savons agréables et "consensuels" chacun y trouve son bonheur(mousse, crème, douceur)
    et moi, j'y trouve mon bonheur de savonnière tant dans les couleurs
    que les techniques
    Malgré tout, je trouve qu'un peu de palme donne une mousse plus tenue comme tu l'as dit dans un post
    Coco, cacao, karité et palme et surgraissage à 20% pour moi c'est génial, sans oublier l'hv de ricin, mais je ne sais expliquer de main de maître comme toi, tu as la palme ih!ih!
    Ah! si, je me souviens d'un de mes savons avec beaucoup d'acide stéarique qui donnait un savon dur, tenu, à bulles serrées et crémeux...Encore plein de jeux

    Posté par mlk le 28 août 2011 à 12:57
  • - Mlk,

    Aura t-on jamais fait le tour des expérimentations en matière de savons?
    Pour ma part, ce n'est jamais fini et je n'ose plus compter les années de savonnerie que j'ai derrière moi

    Tu sembles apprécier comme Colchique les savons avec un maximum de gras durs et je dois dire que tu y excelles!


    - Catherine,

    J'ai failli le voir ce savon
    Il faut en effet qu'ils sèchent longtemps si l'huile d'olive n'est pas en grande quantité.
    Surtout que tu as chargé en colza que j'adore!

    Mais à plus de 50% d'olive, on obtient des savons relativement durables à mon goût.


    - DragonJoli,

    Cette formule me semble être l'une des plus réussies sans palme.

    J'en ai fait un dernièrement et j'apprécie beaucoup la douceur rendue.
    Elle est très perceptible, la mousse est crémeuse, la couleur est souvent claire...

    Il faut juste attendre quelques semaines pour un séchage parfait mais c'est une excellente formule même peu surgraissée!


    - Lalla,

    Ravie de te lire à nouveau.
    Bien sûr que tu peux mettre un lien vers ton blog, c'est toujours enrichissant, au contraire, j'apprécie beaucoup de savoir comment font les autres personnes.

    Tu peux mettre les liens quand tu veux.

    Je suis curieuse de tenter ta dernière formule très riche en karité et ricin, ce que je n'ose plus faire.
    Tu le surgraisses à combien?


    - Zinette,

    Je n'avais pas le souvenir de cette conversation mais je n'ai pas changé d'avis.

    C'est sûr qu'olive + arachide sont riches en acide palmitique si tu reprends les valeurs que je donne dans le texte.
    La dureté est donc au rendez-vous sans palme dès 50% des deux huiles.

    Alors pourquoi associer les deux si elles ont un profil d'acides gras si proche?
    Parce que l'huile d'arachide seule ne donne pas l'émollience particulière de l'huile d'olive saponifiée qui est la plus riche en acide oléique (72/75%).

    Selon sa provenance, l'huile d'arachide peut être assez pauvre en oléique (35/72% d'après wikipédia) et plus riche en stéarique.
    Je trouve alors que les savons sont très durs, durables, bien plus que l'olive seule.

    Alors j'aime bien associer les deux.

    Je regrette l'absence de Cyan.


    - Loulou,

    Pourquoi pas karité et cacao ensemble?
    On a tous nos préférences et limites en matière de savons, c'est rigolo!

    Au contraire de toi, je les trouve très complémentaires utilisées ensemble.
    Et mon association préférée c'est avec 5% de karité, 5% ricin et 5% cacao.

    Quand on n'est pas très riche et que l'on veut bonifier ses savons, ce trio est toujours très punchy!


    - Chabou,

    Même si l'on ne théorise pas, on a souvent l'intuition de ce que l'on préfère.
    Et ceux qui aiment l'effet palme et qui ont du mal à l'utiliser peuvent dormir tranquille.

    J'étais souvent déçue d'entendre dire qu'utiliser n'importe quel gras dur suffisait. Or pour moi, il y a un "plus" très notable avec le palmitique saponifié.

    Les acides gras ne sont pas tous identiques à mon goût. Ils sont tous spécifiques.


    - Moune,

    J'ai la chance de toujours travailler vite.

    Je suis souvent parasitée mentalement par un truc et quand mon cerveau n'est plus squatté, les choses s'écrivent vite.

    Cet article a arrêté de me squatter depuis belle lurette. Il me fallait juste un peu de temps pour l'écrire. C'est donc fait et je suis ravie qu'il te serve!

    J'en ai un sur les huiles et le type de peau qui me squatte depuis un moment (initié par Chabou) mais je ne trouve pas encore la porte de sortie , ça viendra un jour...


    - Jazz,

    Je te remercie pour tes recettes.
    Le saindoux est vraiment magnifique en savon et c'est bien dommage de ne pas trouver aisément ces graisses animales en bio pour ceux qui craignent les traitements infligés aux bêtes.

    Ma meilleure association de ce type était 80% coco/20% saindoux enrichi en lait de coco et cuit en ITMHP mis dans mon livre et fabriqué pour l'un de mes fils.

    On n'a pas idée de la douceur de cette recette pourtant uniquement composée de gras durs.
    C'est sans compter sur la richesse du saindoux en acide oléique comme l'huile d'olive!

    Tout est dans la composition chimique des graisses et huiles, je radote


    - Ppk,

    C'est une très chouette formule que tu as là. Viendras-tu nous dire ce que tu as obtenu?

    Il va peut-être falloir attendre un peu la trace avec 20% tournesol et 10% ricin; c'est une formule formidable quand on veut faire des marbrés ou des effets de textures ou de couleurs après la trace!

    J'adorerais faire un savon tous les dimanches!


    - Venezia,

    Je ne suis pas adepte de Soapcalc pour ajuster les formules de savons.

    Je trouve que fabriquer un savon est l'une des activités les plus créatives qui soit et que le calculateur utilisé pour autre chose que pour calculer la soude me "briderait" par trop.

    Intuitivement, on "sait" comment se comporte chaque huile, je théorise cela évidemment ici alors que je dis qu'il faut laisser l'imagination au pouvoir.

    Les calculateurs te donnent des indications qui m'ont toujours heurtées pour le ricin considéré comme boosteur de mousse (comme le coco) alors que je le trouve plutôt stabilisateur de mousse (comme la palme).

    Ils te donnent l'olive non durcissante alors qu'on sait tous qu'un castille 100% olive est super dur après séchage...

    Bref, je ne les utilise pas pour ajuster mes formules malgré ce qu'a pu faire croire mon message sur le yomogi soap.

    Mais je vois sur blogs et forums que ce sont des aides très utilisées par d'autres savonnières.
    Je respecte cela bien entendu mais ça m'étonne toujours.


    - Colchique

    Merci pour ton éclairage.
    Je suis bien d'accord avec le fait que l'huile d'olive donne des savons très durs et que cela n'est pas repris par les caractéristiques données par les calculateurs.

    Je n'utilise pas le calculateur de Mendrulandia non plus mais il semble certain qu'un gras détergent voit sa puissance "décapante" compensée par le surgraissage sans diminuer le pouvoir moussant puisque le savon sera composé en majorité de ce gras.

    Mettre beaucoup de coco n'est pas forcément un problème si l'on surgraisse pas mal et si l'on supporte une certaine détergence. Il faut tout relativiser...

    Je n'ai pas compris si tu voulais éviter l'hydrogénation du coco dans la végétaline ou si tu tenais vraiment à l'huile de palmiste.
    C'est vrai que c'est une huile plus rare en France car de peu de rendement par rapport au coco et peu usitée en matière culinaire par rapport à l'huile de palme.

    Tu trouveras dans tous les magasins exotiques du coco indien non odorant assez abordable. Il n'est pas hydrogéné si c'est cela qui te gêne.


    - Epicette
    Tu as un si joli pseudo, petite épice

    Je suis curieuse également de tester ta formule riche en karité qui ne me réussit généralement pas.

    Ta description avec la nigelle est très tentante. Merci de ton passage!

    Posté par michele le 29 août 2011 à 10:22
  • Michèle, le fait que la végétaline soit de l'huile de coco hydrogénée ne me dérange pas dans les savons uniquement.

    Ce que j'ai voulu dire, c'est que l'huile de palmiste me semble donner des savons plus doux que la végétaline ou l'huile de coco, tout en favorisant la mousse et la crème.

    Posté par Colchique le 29 août 2011 à 15:50
  • Colchique j'avais vraiment apprécié l'association palme et palmiste dans mes pains "Mamadou et Aïcha" en effet:

    http://potionchaudron.canalblog.com/archives/2010/04/27/17708556.html

    L'un de mes amis chimiste fabrique des savons sans huiles liquides avec juste palmiste, palme et karité.
    Ils sont merveilleux, sans parfums, juste avec des liquides enrichissants (aloé, concombre, cendres de plantes ...).

    Posté par michele le 31 août 2011 à 16:36
  • ça y est : je me suis remise à savonner après 8 mois d'arrêt !
    Et je me suis inspirée de cet article, de mon désir de faire un savon/shampooing anti poux, et sans palme, du livre de Léanne Chevallier, de la recette de Loulou (pour m'en éloigner... moi non plus je ne peux pas suivre une recette) !

    J'ai bien potassé (ça s'impose), et je ne pourrais vous donner le résultat que dans quelques semaines...

    Merci Michèle de théoriser pour nous !

    Posté par Lyjazz le 31 août 2011 à 18:20
  • Merci Michèle pour cet excellent article qui va me donner les clefs pour trouver ma recette de base.

    Par contre je compte bien faire une formule sans huile d'olive car je n'aime le côté mou et gluant qu'elle apporte dans les savons. Et à ce que je vois dans ton article cela va s'avérer difficile d'avoir un savon ayant une bonne mousse stable et bien dur, sans palme et sans olive.

    Posté par Ka Fée le 01 septembre 2011 à 11:24
  • Merci pour ce superbe article Michèle!!! Une grande aide pour m'aider à me passer (enfin) de l'HV de palme ) Je pense déjà à mon prochain batch !

    Posté par Marie-Bo le 01 septembre 2011 à 14:24
  • - Bon retour Lyjazz!

    On attend donc avec impatience le résultat de toutes tes cogitations.
    As-tu aimé faire du savon à nouveau?

    - Kafée,

    Je pense que si tu cherches un savon relativement économique, ce sera difficile de faire sans huile d'olive. Ne crois-tu pas?
    Surtout en bio et local, elle valorise ces aspects sans augmenter trop de prix de revient.

    Il y a d'autres alternatives mais très exotiques du coup (son de riz, avocat mais elle est verte, coton, baobab...).

    Mais ça peut être un parti pris original de formuler des savons autour d'une huile particulière.
    On le fait bien autour du karité tout aussi exotique et qui peut aussi poser des problèmes éthiques quand toutes les femmes d'une communauté en vivent au détriment d'autres sources de revenu.

    Je frémis à l'idée de la catastrophe annoncée quand le monde occidental se détournera du karité au profit d'une autre lumière exotique...

    Je pense que tu peux chercher la formule idéale sans palme avec olive sans que cela soit trop mou et gluant.
    Je te fais confiance

    - Marie-Bo,

    Je suis contente que cela te donne des idées pour respecter ce choix et je te remercie de ton passage.

    Quant à moi, je formule avec ou sans palme au gré de mon envie et de mon inspiration.

    Je ne fais pas l'apologie du sans palme à tout crin car malheureusement les choses me semblent très compliquées, en tous cas toujours plus qu'il n'y parait.
    Et je tenais à comprendre pourquoi j'aime l'huile de palme saponifiée.

    Posté par michele le 02 septembre 2011 à 12:01
  • Pas facile en effet de combiner les bonnes propriétés des huiles, le côté économique et le côté éthique. Je me rapproche du but et ce sans palme et sans huile d'olive. J'attends la fin de la cure pour tester cette ultime formule.

    Posté par Ka Fée le 02 septembre 2011 à 17:31
  • Oui, merci Michèle ! J'ai fait 1 batch un jour, et 3 le suivant. J'ai donc retrouvé rapidement mes réflexes...
    Et même joué un peu avec l'orcanette et le poivron.

    Pour moi je cherche le savon le plus dur possible pour éviter les jeux de pâte à modeler de mon plus jeune garçon, grand testeur de matériaux.

    Posté par Lyjazz le 03 septembre 2011 à 00:43
  • Michèle, j'ai publié cette recette sur mon blog, c'est My american Soap. Tu as bien compris le sens de ma recette, je voulais en effet jouer sur l'effet de texture. Je l'ai bien laissé curer avant de l'utiliser afin que la fonte ne se fasse pas trop rapidement. Comme il est plein d'inclusion le test n'est pas juste à 100%.
    Aujourd'hui je vais savonner sans palme mais avec beurre de cacao...

    Posté par Ppk le 04 septembre 2011 à 11:59
  • Bonjour,

    Je surgraisse entre 7 et 8%.

    Voici les liens:
    http://ideescosmetiques.canalblog.com/archives/2010/02/18/16863287.html

    http://ideescosmetiques.canalblog.com/archives/2008/12/25/11862488.html

    Je me suis remise à faire des savons depuis une dizaine de jours. Je teste en ce moment une combinaison entre soude et potasse dans des savons durs. Je n'ai pas encore assez de recul pour juger du reste mais la dureté n'est pas compromise.

    Posté par Lalla le 05 septembre 2011 à 09:17
  • Merci Lalla, je vais aller lire tout ça et peut-être me mettre en cuisine bientôt...

    Posté par michele le 05 septembre 2011 à 13:40
  • bravo à vous pour tout ce que vous faites pour le monde de la savonnerie.

    no comment

    Posté par DJAHA le 14 février 2013 à 18:41
  • Bavo

    que signifie 35% huile de coco?

    Posté par DJAHA le 14 février 2013 à 18:43
  • Djaha,

    Je ne suis pas sûre de bien comprendre la question. Si vous saponifiez 100g d'huiles au total, 35g seront de l'huile de coco. Cela correspond à 35/100 = 35% d'huile de coco.

    Posté par michele le 16 février 2013 à 12:21
  • Les savons à l'huile végétale

    Bonjour et merci pour votre article,

    J'ai écrit un court article qui explique les propriétés des différentes huiles végétales dans l'élaboration des savons. Il est accessible à cette adresse:
    http://www.bienfait-naturel-sante.com/savon-huile-vegetale/

    Posté par savon végétal le 31 décembre 2014 à 17:11
  • Merci , savon végétal , nous connaissons bien les tableaux AZ !

    Personnellement je préfère l'article ci-dessus de Michèle qui nous en apprend
    bien plus

    Posté par patsch le 01 janvier 2015 à 17:48
  • superbe récap ; j'adore ; merci pour le boulot !!!

    Posté par valou le 20 septembre 2015 à 19:52
  • C'est un plaisir Valou.

    Posté par michele le 23 septembre 2015 à 21:03
  • Un grand merci pour toutes ces précisions sur la bonne composition d'un savon et ces explications claires !
    Je cherche à faire du savon le plus "local" possible, en évitant donc l'huile de palme pour cette raison. Mais je voudrais aussi me passer de l'huile de coco, karité, cacao...
    Pas facile de faire du bon savon sans tout ça !
    Je vais donc tenter baie de laurier, saindoux, olive, tournesol.

    Posté par Damien le 28 décembre 2015 à 20:46
  • Bonjour Damien,

    Mais si je vous assure que c'est très facile d'être local si vous êtes motivés.

    On peut faire du savon avec juste de l'huile d'olive comme Patsch nous en a redonné le goût :
    http://www.potions-et-chaudron.com/archives/2015/12/17/33056017.html

    Et vous citez à juste titre le saindoux ou d'autres gras durs animaux (graisse, d'oie, de canard, de boeuf..) qui sont d'excellents substituts de l'huile de palme car ils contiennent beaucoup d'acide palmitique.

    Pour moi seule l'huile de coco est très originale une fois saponifiée car elle contient l'acide laurique si spécifique et difficile à substituer avec des huiles occidentales.
    Mais quand on est motivé, on se dit que ce n'est pas la mousse qui importe

    Posté par michele le 30 décembre 2015 à 12:16
  • Bonjour,

    Tout d'abord je souhaite vous féliciter pour la clarté des informations du site. Bravo!
    Cela fait un an que je fabrique mes savons et ceux de ma grande colocation (8 personnes). J'utilise le site http://calc.mendrulandia.es pour tester de nouveaux dosages, c'est un fabuleux calculateur qui en fonction des dosages et types d'huile est capable de vous indiquer quelles caractéristiques aura vos savons.
    Mais voilà, je suis entourée de fortes têtes "jusqu'au-boutiste" qui me font remarquer que mon savon, même si je n'utilise que des huiles bio, n'est pas très écolo. Bah oui, l'huile de palme, de coco, de karité, c'est pas très local, ce qui donne à mon savon un bilan carbone pas terrible. (oui, ils sont un peu relou..)
    Mais leur remarque est quand même intéressante, d'où ma question:
    Connaîtriez-vous des huiles locales (France/Europe) qui pourrait remplacer l'huile de palme et de coco? Parce qu'un savon 100% huile d'olive, on est d'accord, ça manque de quelque chose.
    De même, j'utilise de la soude caustique, mais j'aimerai à terme utiliser de la potasse fabriquée à partir des cendres de ma cheminée, mais je ne sais pas comment calculer sa concentration.. Avez-vous une idée?

    Merci d'avance pour vos réponses,
    Bonne année

    Posté par charlotte le 04 janvier 2016 à 14:44
  • Bonjour Charlotte,

    Je vous conseille de relire attentivement ce message ainsi que ma réponse à Damien juste au dessus car j'y donne toutes les pistes pour remplacer l'huile de palme.

    Pour l'huile de coco, évidemment c'est plus complexe sauf à tolérer une moindre mousse.
    Je trouve que c'est très intéressant de vouloir faire du savon totalement local mais alors il ne faut pas vouloir exactement les mêmes caractéristiques qu'avec des huiles exotiques.
    La fibre écolo doit jouer à fond pour ne pas tout vouloir à n'importe quel prix

    Quant à faire vous même du savon avec de la potasse produite à partir de cendres, vous trouverez des recettes sur le net comme celle ci :
    http://alteravie.blogspot.fr/2012/01/le-savon-la-cendre-de-bois.html

    Je n'ai jamais essayé mais ce sera du savon liquide et non du savon en pains. Il ne me semble pas possible de calculer exactement le surgraissage ni la quantité de potasse produite avec ce procédé artisanal.

    Posté par michele le 04 janvier 2016 à 18:17
  • Merci Michele pour vos conseils

    Posté par charlotte le 05 janvier 2016 à 09:30

Commenter l'article