Huile sèche parfumée

Soins du corps

Par atelierdemichele

           Pressée par le temps pour fabriquer quelques cadeaux, j'avais pensé qu'une huile sèche pourrait convenir à toutes les personnes présentes : tous sexes, tous âges et tous types de peaux.

Si rapide à formuler et à réaliser, j'avais même un mélange d'huiles essentielles qui macérait depuis des années. C'est incroyable comme on peut être aidé des fois ^_^


           Pour fabriquer une huile sèche naturellement, il faut y mettre des huiles estérifiées en quantité.

Nous avons aujourd'hui le choix, à commencer par la très courante huile de coco fractionnée. Ce sont des huiles que j'aime surtout en été car elles donnent une sensation velours pénétrante.

En fignolant un tant soit peu les mélanges lipidiques, on arrive à fabriquer des soins drôlement efficaces et en y ajoutant des extraits CO2, on réalise des prouesses de raffinement.

 

 

DSC04369Huile sèche sprayable pour le corps

 

           J'ai choisi du dicaprylyl carbonate qui possède une action hydratante bienvenue avec des propriétés sensorielles épatantes pour qui n'aime pas trop le gras.

 

Je reprends quelques unes de ses caractéristiques :

- 100% d'origine végétale

- sans ingrédients sujets à polémique (PEG, huiles minérales, silicones...)

- non comédogène, ce qui en fait un ester formidable pour le visage ou le dos des peaux qui bourgeonnent facilement

- facile à étaler, diminue le toucher gras des huiles conventionnelles, sensation intéressante pour une huile corporelle

- inodore et sprayable

 

Il est préconisé de l'utiliser entre 2 et 15% de la formule.

Ici j'exagère et je monte à 50% pour obtenir la plus impalpable des huiles. Elle peut être remplacée par son homologue, le propanediol dicaprylate, du coco caprylate ou de l'huile de coco fractionnée (caprylic capric triglycérides).

A chaque fois, vous aurez une sensation différente mais toujours l'aspect huile sèche.

Autre formule d'huile sèche avec du coco caprylate (coco silicone) (à la fin de l'article)

 

 

Formule de l'huile sèche corporelle
En % ou grammes

 
- 50 dicaprylyl carbonate Héliocosm

- 10 huile de son de riz japonaise

- 10 huile de jojoba bio Bilby and Co.

- 10 macérât de calendula du jardin sur coco fractionné

- 9 huile d'argan cosmétique bio

- 4.5 huile de rose musquée bio Héliocosm

- 3 extrait CO2 framboise Héliocosm

- 1.5 huiles essentielles

- 1 Hydranol (lanoline végétale)

- 1 vitamine E

 

 

DSC04307
Fleurs de calendula fraîches

 

                  Depuis des années, je plante des graines de souci (calendula)dont les premières m'avaient été offertes par Pescalune.

Sans succès, elles ne poussaient jamais, j'avais de pauvres feuilles qui souffraient en silence et j'étais condamnée à acheter mes fleurs de calendula.

En tout début d'été 2011, fort tard donc, je me suis résolue à re-planter quelques graines et oh surprise, tout un buisson m'a donné des fleurs, des fleurs, encore des fleurs ... à compter du mois de septembre et la dernière a été récoltée la semaine dernière avant le gel, le vrai (janvier 2012!).

Donc cette année, tadam,  je suis très fière de vous annoncer que mon macérât huileux de calendula sur coco fractionné est fait avec MES fleurs à moi.

Je suppose que vous vous en foutez mais je me réjouis toute seule en mon for intérieur.

Fabriquer son extrait végétal sur coco fractionné

 

 IMG_0728
Le flacon d'huile des copains (merci Emadra)

 

            J'ai choisi une association d'huiles végétales  avec le dicaprylyl carbonate.

Cet ester permet une sensation cireuse sur certaines peaux, donnant ainsi  une illusion de confort accru avec des huiles végétales :

- glissantes et pénétrantes (jojoba, son de riz) 

- traitantes (calendula, vitamine E, hydranol)

- anti-âge (argan, rose musquée).

 

 

L'hydranol à remplacer par de la lanoline végétale sert à améliorer l'émollience sans tuer le côté sec mais du coup l'huile est un peu trouble.

L'extrait CO2 de framboise est une merveille de richesse antioxydante qui permet aux peaux matures de lutter contre les radicaux libres. Grâce à ses acides gras poly-insaturés elle augmente leur élasticité, leur donnant un aspect plus jeune.

On considère qu'à 3% (dose maximale recommandée),  une action hydratante s'installe et est bienvenue pour un soin huileux.

 

 DSC04324
Fleurs séchées doucement, lentement sur le radiateur

 


Le parfum

Les 100g d'huile sèche contiennent 45 gouttes de  ce mélange fabriqué en mars 2010 :

- 10 cèdre de l' Atlas bio
- 20 encens sacra Farfalla
- 20 géranium rosat bio Florame
- 10 absolue de jasmin grandiflorum
- 20 ylang-ylang première
- 10 genévrier nain bio Vitalba
- 10 néroli bio Florame
- 20 patchouli Astérale
- 20 santal austrocalédonicum
- 20 absolue vanille

 
Comme je trouvais cela trop sucré/vanillé, j'ai ajouté 20 gttes de citron d'Italie bio dans les 100g d'huile sèche pour aérer un peu.

 

IMG_0729Perles d'huile dorée (merci Emadra)

         

           Cette huile sèche parfumée a beaucoup plu au moins à deux des destinatrices qui sont prêtes à tout pour que je publie la formule ici.

Il parait que c'est une huile qui ressemble beaucoup à une huile bien connue, qu'elle pénètre si bien et si vite qu'on ne la sent pas, qu'elle vous réconcilie avec les huiles, qu'on l'utilise aussi sur le visage...

C'est une huile prodigieuse donc ^_^


Autour du chaudron

    Merci Michèle ! super recette qui me fait penser à une huile que tu m'avais offerte il y a un petit moment et que j'avais adorée.

    Je vais m'empresser de fabriquer cette formule car c'est le genre de produit que j'adore et je suis persuadée qu'elle va bien m'aller moi qui n'aime pas le gras ; vu les supplications des filles qui l'ont testée, elle doit être super.

    Pour ma part, pas d'hydranol ni lanoline végétale, puis-je remplacer ou oublier ?

    Tes fleurs de calendula sont magnifiques !

    Posté par Catherine le 17 janvier 2012 à 11:40
  • Et ta synergie... elle doit être sublime !

    Posté par Catherine le 17 janvier 2012 à 11:48
  • Mais non Michèle, on ne s'en fout pas de la belle pousse de tes calendulas que tu offres si généreusement
    Elles sont aussi belles que celles de nos producteurs de simples, voire plus, vu que tu nous aimes et que l'on t'aime
    Et cela veut dire aussi que tu commences à avoir les doigts verts et que tu as bien dû les désaltérer
    j'aime beaucoup les huiles corporelles, sèches ou pas d'ailleurs!!!
    Michèle, l'hydranol à 1%, c'est plus pour jouer sur une forme d'émulsification non? plutôt que sur le toucher sec
    je pense que c'est aussi lui qui tient ou disperse les huiles essentielles plus harmonieusement
    Ta synergie doit être renversante craquante

    Posté par mlk le 17 janvier 2012 à 13:26
  • Catherine, le parfum est agréable, très sucré curieusement, je ne m'y attendais pas tant.
    Il faut dire que j'avais oublié ce mélange depuis plus d'un an et demi sans jamais l'ouvrir ni le sentir entre temps. Je n'ai plus le souvenir du moment où je l'ai fabriqué.

    Dans l'huile sèche, le côté doucereux m'a gênée alors j'ai citronné pour apporter un peu de vivacité.

    Tu pourrais remplacer la lanoline végétale par de la lécithine liquide si tu en as. Il suffira de la faire fondre dans ton caprylyl carbonate à peine tiédi voire mélangé aux autres huiles stables (coco frac, son de riz, jojoba) pour augmenter le volume.

    Puis au refroidissement complet tu mets les HV fragiles, HE etc. Je pense que ça sera trouble aussi mais que la finesse y sera en plus de l'effet hydratant.

    Si tu n'as pas de lécithine liquide mais de la lécithine en paillettes alimentaires, tu la fais dissoudre dans de l'HV stable (soja, olive...).
    Il suffit de laisser en contact une nuit et bien mélanger le lendemain en écrasant les résidus. Tu peux ajouter quelques gouttes supplémentaires d'HV si c'est trop long.

    Je mettrais 50/50 pour obtenir un truc moins sirupeux (1/2 cac rase lécithine granulés + 1/2 cac HV).

    Posté par michele le 17 janvier 2012 à 13:32
  • Mlk, je ne peux pas dire que j'aime jardiner en pays tempéré, je trouve que c'est un supplice de devoir attendre l'automne pour planter ce qui poussera au printemps.
    En automne, il fait déjà généralement trop froid pour moi.

    Mais j'avoue que cette année, avec le temps détraqué j'ai eu de la chance. Même des coquelicots sauvages jamais plantés qui ont fleuri en septembre/octobre (!)

    Comme le jardin a les pieds dans l'eau, pas besoin d'arroser, na! Si tu veux savoir, le romarin est superbe, il faudrait que je le taille en pointe ou arbre de Noël comme vu chez Venezia


    L'hydranol me semble apporter une rondeur au toucher car les huiles estérifiées peuvent te laisser sur ta "faim" tant elles pénètrent vite donc j'ai joué de prudence car ça trouble l'huile, ce qui est dommage dans un flacon transparent.

    Je n'avais pas pensé à une possible action sur le parfum tiens.

    Je pense que ton flacon a dû rester chez Yulaan, tu ne dis pas comment tu l'as trouvée? Tu dois avoir trop de cadeaux toi

    Posté par michele le 17 janvier 2012 à 13:39
  • Merci Michèle !

    Posté par Catherine le 17 janvier 2012 à 14:09
  • Michele, je suis d'autant plus contente que tu postes cette très jolie recette que je suis en train de finir ton petit flacon que j'ai reconditionné en vapo tant l'huile est parfaitement sprayable. Elle pénètre très vite et j'en passe tous les soirs sur mes gambettes qui te disent merci.
    Pour le parfum, c'est de ta faute s'il est modifié… car après avoir lu tes "trucs" sur les Céphées, je t'ai aussitôt copiée et j'ai rajouté dedans un fond de flacon d'HE d'encens rinçé avec ton huile !! Ça reste délicieux mais du coup, je ne peux hélàs pas commenter la VO!`

    Ça tombe bien aussi car je me doutais bien que tu avais mis du dicaprylyl carbonate ou un ingrédient de ce genre pour avoir cette texture très fine et je pensais moi aussi qu'il fallait absolument des huiles estérifiées pour obtenir ce genre de toucher. Or je viens de terminer une huile sèche de Déc… éor particulièrement fine elle aussi; sur l'INCI, comme corps gras il n'y a que jojoba/camelia kissi et huile de noisette (qui n'apparait pas sur internet mais figure bien sur l'INCI de la boite). Je suis très étonnée de cette formule sans huiles estérifiées qui a un tel toucher . Penses tu que ce soit lié au camélia kissi? Par ailleurs, elle ne sent pas du tout la noisette, or je n'ai trouvé nulle part trace d'une huile de noisette non désodorisée! Si tu as des idées pour éclaircir ces mystères…

    Posté par venezia le 17 janvier 2012 à 14:55
  • Bonjour,
    Je peux vous confirmer que cette huile est vraiment fabuleuse et je suis ravie de connaître enfin la composition. Je me demandais bien ce qu'il y avait dedans. Et je me félicite d'en mettre tous les matins sur le décolleté.
    Son toucher est vraiment non gras,pénètre très rapidement,on peut s'habiller de suite;

    Le parfum est lui divin,sucré,très raffiné (comme moi ^^) et ressemble beaucoup à mon parfum préféré.

    Et bravo pour ton jardin!

    Posté par Lys Blanc le 17 janvier 2012 à 15:16
  • Oui, Michèle, c'est toujours dans les paquets de Yulaan l'Arlésienne si je puis dire!
    Et je n'ai pas osé encore récriminer, ne sachant si tu m'en avais offert
    Alors, là je vais "gronder" Yulaan

    Je vois à ta réponse à Catherine que tu visualises bien le comportement de la lecithine
    elle est très bien aussi pour les huiles de bain pour avoir un lacté, idem dans les fondants de douche
    Je suis bien heureuse pour le romarin, je veux bien être sa co marraine

    Oui, je trouve aussi que les huiles esterifiées laissent sur la faim comme tu le dis

    Posté par mlk le 17 janvier 2012 à 15:33
  • Michele, je ne supporte pas le coco caprylate sur ma peau au-delà de 1 % dans une crème hydratante, donc le dicaprylyl caprylate qui fait partie je pense de la même famille ne me conviendrait pas.

    Le coco caprylate au-delà de 1 % dans une crème hydratante fait briller ma peau comme des souliers vernis, l'épaissit et la durcit.

    Je trouve que ces ingrédients avec un effet silicone, sont intéressants pour les produits capillaires pour mon cas personnel.

    Par contre, je vais essayer de faire une huile ou un baume avec du coco caprylate, car peut-être que contrairement à une crème hydratante, il est possible que ma peau l'apprécie dans un produit nourrissant comme ta recette.

    Merci beaucoup pour cette recette qui peut être adaptée également pour faire un sérum pointes des cheveux abîmées.

    Posté par Colchique le 17 janvier 2012 à 16:34
  • Sur P&C, je savais qu'il y avait de belles fées, mais il y a aussi un ange, ange Michèle toujours disponible et qui a un sens du partage que j'admire.

    Savez-vous mesdames et messieurs, que cette merveille est l'huile de mon coeur.
    J'ai la version en flacon avec compte goutte qui sied parfaitement.
    Vous déposez quelques gouttes de cette fabuleuse huile de la couleur du soleil sur votre peau puis vous massez délicatement tout en humant sa synergie délicatement féminine et sophistiquée.
    Son touché est d'une finesse exceptionnelle qui fond sur la peau pour y déposer un sillage de sensualité et de douceur sans aucune sensation de gras.
    Votre peau est douce et délicate.
    Et là vous êtes au nirvana.

    Je n'avais pas aimé l'huile prodigieuse, mais adoré une autre d'un célèbre parfumeur qui propose également une ligne de poudre bronzante ...
    Et là c'est sa réplique exacte.

    Oh que non on ne s'en fout pas de tes belles fleurs de calendula.
    C'est un très belle satisfaction et tu as bien raison de nous le préciser.

    En découvrant ta formule, je comprends mieux la finesse de ton huile.
    50% de dicaprylyl carbonate, le choix des huiles et l'hydranol, sans oublier les CO2.

    Cette sublimissime formule est à décliner à l'infini pour le visage (je vais m'empresser de suivre les conseils de Chabou avant qu'il ne m'en reste plus), pour le corps et en huile parfumante pour le cou et les poignets ...
    Ange Michèle vient de nous livrer le hip glam absolu de cet hiver, du printemps et de l'été prochain.
    Comment cela, je suis addict !

    Venezia, j'adore l'huile de camélia kissi qui a un remarquable glissant.
    Je l'utilise entre autre pour mes produits capillaires et elle est beaucoup plus efficace que l'huile de brocoli.

    Mlk, gronde

    Posté par emadra le 17 janvier 2012 à 17:06
  • - Merci Emadra pour les photos additionnelles.

    Ben dis donc quel enthousiasme, je ne savais pas que tu aimais tant ce type d'huiles.
    Ce sont des soins faciles à faire et malgré tout laissant la place à notre imaginaire dans le choix des ingrédients et leurs %.

    J'aime beaucoup mettre de l'huile


    - Colchique,

    Peut-être que le toucher de l'huile de coco fractionnée te conviendrait plus et en moindre quantité? Je la trouve moins "sèche" que le coco caprylate. assez particulier il est vrai.

    Je pense que couper ses huiles avec le minimum de ces huiles estérifiées se sent vraiment. Dans les baumes aussi évidemment le toucher est perceptible mais certainement plus confortable que dans une huile.

    Je te mets le lien vers une huile visage dans laquelle il y avait très peu de coco frac et un ester particulier le isodécyl néopentanoate).

    http://potionchaudron.canalblog.com/archives/2009/10/05/15316242.html

    On ne trouve plus cet ingrédient ici je crois mais il permettait de donner aussi ce toucher velvet-ester.

    A ces taux là on observait déjà un allègement de la texture et une pénétration fine. On ne peut pourtant pas l'appeler huile sèche comme celle de ce message.
    Tout est question de dosage en effet et de l'usage que l'on veut en faire. Si la formule à 50% de dicaprylyl carbonate convient au visage de Chabou, moi je le préfère que le corps.

    Donc il faut trouver chacune notre préférence.

    Je reviens tout à l'heure finir de répondre.

    Posté par michele le 17 janvier 2012 à 18:25
  • Je suis ébahie de voir que tu as pu cueillir des fleurs en janvier alors qu'ici, nous croulons sous la neige depuis le 25 décembre... Très belle récolte Michèle et de magnifiques couleurs.
    Je suis surprise que tu puisses avoir des synergies faites de longue date... tu t'améliores^-^
    J'avais fait ta synergie "Voyage à Maurice" qui c'est bcp acidulée avec le temps. Il m'en reste qq gouttes.
    Ton huile sèche semble être une petite merveille digne des plus grands créateurs!

    Posté par Loulou le 17 janvier 2012 à 19:02
  • Michèle, peux-tu m'expliquer, stp, à quel "truc" Vénézia fait référence? Je viens d'aller voir sur le site des Céphées mais je ne peux y accéder et les nouvelles inscriptions ne sont plus possibles. Merci d'avance.

    Posté par Loulou le 17 janvier 2012 à 19:06
  • le truc de Michèle, c'est ça, Loulou (je te fais un copié collé du forum des Céphées qui a ouvert une rubrique trucs et astuces pour les tambouilles)


    "Je remplis les flacons vides d'HE précieuses avec de l'huile végétale stable (coco frac, jojoba ou son de riz).
    Quand j'en ai plusieurs, je les vide dans un grand flacon pour avoir une huile corporelle parfumée au santal + néroli + rose ..."
    J'ai "rallongé" la quantité d'HE sèche en rinçant mon flacon d'HE d'encens avec.

    Posté par venezia le 17 janvier 2012 à 21:43
  • Je suis très contente, Michèle, de voir que je ne suis pas la seule à aimer ton huile, ce que j'en disais est tout à fait sincère, et j'en ai refait déjà deux fois, pour offrir, avec coco fractionnée car je n'ai pas de dicaprylyl carbonate, enfin pas assez.

    Je trouve que c'est un soin si pratique, à ajouter à la demande à la place ou sous une crème, peu ou plus, et sur le visage aussi bien que sur le corps (pour moi).

    C'est, de plus, très vite fait et pour Noël, je l'ai colorée en bleue et pailletée, pour en faire une color-thérapie déstressante pour mon fils qui travaille beaucoup.
    Il pouvait regarder monter et descendre les paillettes dans le mica bleu, sentir les he apaisantes et se masser les mains. Du coup, on ne voyait plus que la lanoline avait quelque peu opacifié !

    Merci infiniment, c'est une belle trouvaille, qui me va comme un gant....de peau ^_^

    Posté par chabou le 17 janvier 2012 à 22:40
  • Michele, merci beaucoup piur ta réponse et le lien concernant l'ingrédient isodecy neopentanoate que je trouve très intéressant.

    Oui, le coco caprylate je l'apprécie dans un produit pour la peau.

    Posté par Colchique le 17 janvier 2012 à 22:41
  • Michele, je rectifies ma dernière phrase de mon dernier message ci-dessus par coco fractionnée au lieu de coco caprylate.

    Posté par Colchique le 17 janvier 2012 à 22:45
  • Merci Vénézia!

    Posté par Loulou le 18 janvier 2012 à 00:28
  • - Colchique, désolée, j'ai dû m'interrompre.

    Je disais qu'effectivement le coco caprylate me semblait un peu plus "sec" sur la peau avec ce côté lustré qui peut indisposer certaines peaux.

    Tu as certainement besoin d'une émollience marquée car je note aussi que tu aimes la véritable lanoline.


    - Loulou,

    Ici l'hiver a été très curieusement chaud, certaines fleurs ont refleuri, des bourgeons sont déjà apparus, des fuschias sont en fleur chez certains... et nous sommes au dessus de la Loire.

    Pour l'astuce, Venezia t'a répondu. Merci à elle.
    Dans cette huile sèche, il n'y a pas d'huiles de rinçage donc le parfum est fidèle à ce que j'ai noté.

    Mes flacons vides d'HE précieuses sont laissés plusieurs mois en contact avec l'huile neutre et généralement c'est pour l'été que je pars avec mon huile des restes.

    C'est intéressant car l'HE de santal est tellement sirupeuse qu'il est toujours difficile de tout prélever. Vive le recyclage donc Loulou.


    - Chabou,

    Comment trouves-tu la formule avec du coco fractionné à la place du caprylyl carbonate? Sens-tu la différence?

    Merci en tous cas pour ton retour.


    - Mlk,

    Tu nous diras ce que tu en penses le moment venu alors.
    Je suis contente que tu donnes ton sentiment sur le remplacement de la lanoline végétale par de la lécithine, toi qui la connais bien.

    Je pense à Venezia et toi à chaque fois que je prélève un brin de romarin


    - Lysblanc,

    Merci pour ton retour aussi, c'est délicat d'en mettre sur le décolleté.
    Redis moi le parfum auquel elle te fait penser cette composition d'HE, je ne le connais pas.


    - Venezia,

    Il fut un temps où Décléor utilisait des dérivés siliconés et des huiles minérales dans ses compositions.
    J'ai retrouvé un INCI sur beauté test :

    http://www.beaute-test.com/huile_seche_adoucissante_decleor.php

    Je vois souvent aujourd'hui qu'ils précisent sur certains "sans huiles minérales, 100% naturel" ce qui n'exclut pas les huiles estérifiées.

    Les HV cosmétiques sont souvent des huiles raffinées ou des huiles winterisées (de winter = hiver = froid) pour en retirer les cires et autres acides gras libres qui limitent la durée de vie.
    Ce sont souvent des huiles extrêmement fines au toucher et inodores évidemment.

    Si tu as déjà acheté des HV chez Copaïba, tu connais certainement ce toucher dit cosmétique très perceptible; les formules sont donc à l'encan, plus fines, plus "cosmétiques".
    J'ai eu du jojoba chez lui incomparable et méconnaissable sur ce plan là, assez formidable, je dois le dire.

    Si Décléor dit vrai, cela peut suffire à donner de la finesse à leur huile corporelle puisque noisette et camélia sont quand même à l'origine des huiles très fines et pénétrantes même pour la noisette bio pressée à froid.
    Les proportions entre elles changent aussi la donne évidemment.

    S'ils s'approvisionnent en Chine ou au Japon (ça m'étonnerait) pour le camélia, ne cherche pas, les japonais sont friands d'HV extrêmement raffinées.

    La marque DHC commercialise une 100% huile d'olive méconnaissable même pour moi qui ai déjà utilisé de l'huile d'olive alimentaire raffinée.

    Des liens vers tout ça?

    http://www.olvea.fr/12-33-6._Winterisation.html

    http://www.olvea.fr/12-31-5._Huile_raffinee.html

    http://www.winterisation.com/Huiles_de_foie_de_morue-107-124.html

    Posté par michele le 18 janvier 2012 à 11:59
  • un grand merci pour ces précisions si précieuses, Michèle.

    Je regrette seulement d'avoir vidé le flacon sinon je t'aurais fait tester d'autant que je pense que c'est un produit pas simple à trouver (on me l'avait donné), il n'est même pas référencé sur beauté-test.

    J'ai vraiment l'INCI sur la boite et il n'y a rien d 'autre que ce que j'ai dit (je ne parle pas du parfum, bien sûr); Encore maintenant, la marque a en effet des formules très conventionnelles par ailleurs… il y a plus de 15 ans, j'utilisais sa très belle ligne aromessence, quasi naturelle, je crois que c'est ce qui m'a tant fait aimer les baumes .


    Super!! je ne connaissais pas la winterisation.
    Je me demande si je ne vais pas "winteriser" un peu, moi… car j'ai remarqué que certaines huiles (surtout l'olive) cristallise en partie au frigo où je garde tous les macératset mes huiles (sauf jojoba et les raffinées pour les savons). Tu penses que si je filtrais de l'olive en partie "cristallisée", j'aurais une huile winterisée?

    en faisant des recherches sur le net, j'avais trouvé certains sites qui suggèrent de faire chauffer les huiles pour les transformer en huiles sèches… ce qui serait l'inverse d'une winterisation¡ Je reste sceptique, car je n'ai pas trouvé d'explication technique convaincante pour l'instant.

    Posté par venezia le 18 janvier 2012 à 13:06
  • j'ai oublié de dire que je fais'"trempoter" mes fonds d'He de rose (qui cristallisent parfois un peu aussi) dans du jojoba pour les baumes ou meme pour le visage;

    Posté par venezia le 18 janvier 2012 à 13:11
  • Venezia, moi aussi j'avais lu, dans un livre sur l'ayurvédique, que pour "sécher" une huile, ils suffisait de la chauffer à 100°, me semble-t-il. Je me suis toujours demandé si cette action ne détruisait pas toutes les qualités de l'uile.

    Posté par Catherine le 18 janvier 2012 à 13:56
  • Chauffer une huile la rend momentanément plus fluide puisque les cires et autres insaponifiables sont liquéfiés par la température élevée.
    Du coup si tu l'utilises tiède, je pense que tu peux avoir le sentiment qu'elle est plus légère mais de là à en faire une huile sèche, j'ai des doutes.

    Catherine on utilise le sésame chauffé dans les massages ayurvédiques mais je ne sais pas si c'est pour cela ou pour avoir une température "neutre" par rapport à celle du corps.

    Venezia, je pense que tu peux refroidir ton huile et filtrer sur toile puis recommencer refroidissement/filtration sur papier cette fois et voir.
    Je pense que ce sera une "wintérisation maison" tout à fait acceptable mais c'est sûr que tu perds pas mal de nutriments.

    Si tu testes, tu me diras?

    On wintérise surtout le tournesol qui constitue le gros des huiles végétales de marques bio d'entrée de gamme.

    Posté par michele le 18 janvier 2012 à 18:11
  • Ce sont deux touchers proches mais un peu différents, ta formule est plus "poudrée" que la mienne, plus pénétrante, elle "disparait" plus vite.
    J'ai fait l'essai sur le dos de chaque main.

    Je pense que le dicaprylyl carbonate est ce qu'il y a de mieux pour le visage, c'est magique car si le confort perdure, on n'a aucune sensation huileuse.

    La coco fractionnée reste une alternative intéressante pour le corps (dans mon cas), l'huile pénètre bien et laisse un film très doux, un poil plus cireux, plus élastique et comme avec une épaisseur de plus.

    Je ne vois rien de mieux pour expliquer, en tout cas, c'est vraiment un super soin : vite fait, facile à offrir, facile à utiliser et qui évite entre autres la peau de nos gambettes qui desquame l'hiver sous le frotti-frotta des leggins et des collants.

    Je propose que tu organises un concours pour lui donner un nom, moi je dis : Magic Michoud

    Posté par chabou le 18 janvier 2012 à 23:15
  • Michèle,

    J'ai été très intrigué par cette huile sèche quand j'ai découvert le flacon. Je ne parlerai que très peu de la texture, qui vous réconcilierait le plus néandertal des "hommes qui n'aiment pas le gras" avec les huiles sèches.

    Je préfère parler du parfum...

    Je vois parfaitement ce que tu veux dire par trop sucré. Je le trouve très sirupeux. La vanille domine nettement au dessus du flacon mais très sucrée et presque "piquante" dans son sucré (sans doute le citron). C'est difficile à décrire. Certains parfums féminin (des Guerlain je crois) axés sur la vanille me font également cet effet-là.

    Mais ce n'est en aucun cas une vanille gourmande (culinaire j'entends) ou enfantine. Elle me fait plutôt voguer sur la mer des Caraïbes. Je décèle des accords baumés, épicés et surtout tabacés et même des effluves de vieux rhum... Peut-être est-ce mon imaginaire qui prend le relais. Je ne sais pas. Je ressens...

    La vanille est bien présente sur ma main, le citron lui apporte juste ce qu'il faut de vivacité et de solaire. Je décèle presque immédiatement l'encens (et sans doute le cèdre et le genévrier) pour l'accord baumé-épicé. J'ai enfin trouvé l'accord que je ne parvenais pas à nommer : un accord orangeade très fleuri comme note de cœur. Le mélange s'épanoui dans les fleurs blanches : un néroli, assez sucré lui aussi, mais aussi très floral et magnifié (oserais-je dire plus néroli que le néroli ?).

    La texture maintenant : difficile d'en parler en fait tellement elle est évanescente (comment ça, c'est trop facile comme raccourcis ?). Ce que j'aime surtout, c'est quelle satine merveilleusement la peau, sans la rendre brillante façon huilé au monoï. Elle met en valeur le grain de peau et le galbe des différentes courbes du corps.

    J'ai bien envie de la refaire en lui donnant une texture avec plus de corps, façon gelée huileuse fondante qui tiendrait en flacon pompe. Voici juste une ébauche, qu'en penses-tu :

    48 dicaprylyl carbonate
    20 macérât multi-plante sur coco frac (après une descente chez Ormenis à organiser rapidement)
    10 sésame
    9 kukui
    3 alcool cétéarylique
    2 glycéryl stearate
    1,5 alcool cétylique
    1,5 HE
    1 lanoline végétale
    1 magnésium stéarate
    1 vitamine E

    à laisser mûrir un mois ou deux.


    Mlk,

    oui, oui, c'est bien moi qui ai ton flacon. J'ai aussi le savon calque et le masque du Dr M. Est-ce que j'oublie quelque chose Michèle ?

    Bises à tout le monde ;o))

    Posté par Yulaan le 19 janvier 2012 à 00:51
  • À la réflexion, il y a peut-être trop d'épaississants dans ma formule...

    Posté par Yulaan le 19 janvier 2012 à 00:55
  • Je reviendrai plus en détail plus tard mais pour gélifier l'huile en lipogel, j'aurais choisi soit du céralan soit mieux je pense :

    - 10% olivem 900 = cire olive protection
    - 90% mélange huileux

    Il faudrait faire un test sur seulement 10g et voir s'il est intéressant de diminuer encore le % d'émulsifiant. Il sera fonction des différentes polarités de ta phase huileuse.

    On en reparle, là le train va me laisser...
    Bises

    Posté par michele le 19 janvier 2012 à 08:16
  • Ah tiens, pourquoi cette préférence pour le ceralan et l'olivem 900 ? Je ne connais pas trop le ceralan mais j'ai une petite idée pour l'olivem 900 : est-ce pour le glissant qu'il apporte dans les produits anhydres (il me semble que c'est ça) ?

    Bises

    Posté par Yulaan le 19 janvier 2012 à 19:06
  • Parce que tu évoquais une huile gélifiée à conditionner en flacon pompe.

    Je trouvais que gélifier au céralan était le plus simple comme l'a fait Marie :
    http://potionchaudron.canalblog.com/archives/2011/09/10/21972392.html

    Mais on peut aussi gélifier des huiles avec l'olivem 900 même si cette propriété est peu évoquée.

    C'est un gélifiant huileux très efficace s'il est utilisé entre 10 et 30%; le reste étant des huiles liquides (esters et véritables huiles).
    Il me semble apporter bien plus d'émollience cutanée (ton dada) que le céralan.

    Je comptais faire 10g de tests pour conclure:
    - 1g olive protection + 9g HV
    - 3g olive protection + 7g HV

    et éventuellement diminuer encore le % à moins de 10%

    Il semble à lire ta formule que tu cherches un produit pour le massage (est-ce bien raisonnable alors qu'on attend toujours ton super baume mais si tu veux un produit fluide, les gels huileux sont plus simples et marchent sur le glissant si tu fignoles les corps gras au lieu des agents de textures.
    J'aurais pensé à ces derniers pour un baumes mais pas pour un gel huileux.

    Mais tu as peut-être une autre idée en tête. Dis moi.

    Posté par michele le 20 janvier 2012 à 19:56
  • J'adore vous lire, j'avoue me perdre un peu dans le jargon cosmétique, mais nom de dieu quel enthousiasme !!!

    J'en rêvais et Michèle l'a fait. Une huile sèche. C'est vrai que le gel huileux est un bonheur pour la peau. Et sa consistance un pur plaisir. J'ai moi aussi souvenir de ces huiles sèches, celles que l'on applique à la plage pour bronzer avec leur parfum de vacances.....

    Ah Michèle continue de nous donner l'onction !

    Posté par Mariebaume le 21 janvier 2012 à 00:45
  • Je pensais qu'on pouvait gélifier avec n'importe quel épaississant ou des émulsifiants qui en sont dérivés (comme le glycéryl stéarate ou le cetyl palmitate). Ce n'est pas le cas ?

    On finit par s'y perdre dans le dédale de tous ces esters.

    En fait, j'ai formulé avec les 3 dont je pense qu'il jouent le plus sur l'épaisseur des baumes. Je pensais qu'ils pouvaient tout aussi bien donner des lipogels que le ceralan. Il faudrait quand même que je le teste en produit anhydre, celui-là, depuis le temps... Je crois que j'ai peur du toucher cireux (alors que je sais que c'est un ester, mais les préjugés sur la cire d'abeille sont parfois tenaces).

    Oui, mon dada, c'est l'émollience avec un toucher velours (donc perceptible) mais non gras.

    Le super baume est déjà réalisé, il est en train de mûrir gentiment dans son coin (même si j'y plonge le doigt régulièrement tant j'aime la texture). Il est étrangement peu odorant dosé à 5% (?!)

    Ici, c'est vraiment une huile sèche que je veux, mais avec une viscosité plus grande. Pas du tout un produit de massage.

    Le magnésium stéarate est là car j'aime le côté non gras qu'il apporte aux baumes. Je l'aime pour l'adhérence qu'il apporte aux produits anhydres. Je l'ai constaté dans un baume que j'aurais dit gras sur les mains mais qui ne laissait de trace nulle part, pas même sur le papier non couché (brut). Mais c'est vrai qu'un baume qui en contient est plus perceptible sur la peau... Dilemme...

    En fait, je n'ai jamais fait d'huile sèche et je suis encore assez novice en baumes, donc j'ai formulé avec ce que je sais... pour un baume. Je pensais bêtement que les gels huileux étaient des baumes moins épais. Ça ne semble pas être le cas.

    Décidément, je suis dans ma période sorbitan olivate : je le teste en ce moment en couple avec l'ester de sucre (entre autre) en émulsion.

    Bises

    Posté par Yulaan le 21 janvier 2012 à 01:18
  • Tu peux épaissir avec n'importe quel émulsifiant/épaississant mais gélifier me semble différent.
    On obtient vraiment une texture plus unifiée.

    J'ai fait les tests sur 10g et je tente de mettre une photo

    Posté par michele le 21 janvier 2012 à 14:50
  • Je suis désolée mais je n'ai pas pu faire de photo plus nette.

    - A gauche, on obtient un baume avec :

    3g olivem 900
    4g coco frac
    3g huile d'olive bio

    donc inintéressant car impossible à mettre en flacon pompe.
    La pénétration est éclair, sans souci au niveau du gras, très fin.


    - A droite, on a un véritable gel huileux qui peut couler en flacon pompe avec la formule :

    1g olivem 900
    4g coco frac
    5g olive bio

    Il glisse plus longtemps sur la peau mais pénètre aussi vite. Et il y a pas mal de vraie huile; j'ai choisi l'olive à dessein car elle est nourrissante.

    Vraiment c'est une piste à creuser; il me semble qu'il suffirait de bien penser les huiles et esters que tu mets pour avoir glissabilité et gélification.

    Posté par michele le 21 janvier 2012 à 14:57
  • Sinon, tout cet été, j'ai fait des gels huileux au céralan, impeccables pour rehydrater après le soleil.

    Posté par venezia le 21 janvier 2012 à 18:25
  • Michèle, je viens d'en faire avec lanoline liquide (je l'ai retrouvée en fouillant, je ne pensais pas en avoir...) et j'ai compensé l'huile de rose musquée que je n'avais pas par l'huile de son de riz. C'est terrible, j'aime beaucoup ; je devais justement offrir un produit à une jeune femme, ça tombe bien ; pour le parfum je vais attendre, je tiens un bon rhume.

    Posté par Catherine le 21 janvier 2012 à 20:15
  • Michèle,

    C'est super, tu fabriques plus vite que ton ombre ! Je voulais aussi faire les tests mais je n'ai pas eu le temps. Je sens que je vais fabriquer un de ces gels huileux sous peu. La texture me tente plus qu'une huile sèche sprayable. Je crois que j'aime l'effet fondant sur la peau, justement moins sec au moment de l'application qu'avec une huile sèche (enfin, j'imagine).

    Comment trouves-tu ce gel huileux à l'olivem 900 par rapport à ceux au céralan ?


    Venezia,

    Utiliser l'olivem 900 m'arrange, je n'ai pas (encore) de ceralan. Ne pas craquer pour en acheter, ne pas craquer...


    Catherine,

    remets-toi vite, ma belle

    Bises à tout le monde

    Posté par Yulaan le 22 janvier 2012 à 01:22
  • -Yulaan,

    Le gel huileux au céralan varie selon l'huile que tu utilises. Avec de vraies huiles, tu obtiens un gel plutôt "crémeux" à la texture confortable.

    Voici les photos de Nansou qui avait testé sur plusieurs huiles :

    http://sassenach.canalblog.com/archives/2010/12/18/19905865.html

    Avec du coco fractionné tu as une texture plus sèche comme celui de Marie. Mais les deux se "montent" parfaitement en mayonnaise avec de l'eau ou un hydrolat pour faire une douce émulsion.

    Avec l'olivem 900 ( cire protection) ça ressemble vraiment à un baume fluide avec la transparence en plus surtout si tu choisis des huiles claires.

    Je pense quand même qu'on peut descendre encore sous les 10% d'émulsifiant.


    - Super Catherine!

    Qu'appelles-tu lanoline liquide? le substitut d'Aromazone?
    Soigne toi bien.

    Je pense que tu peux transformer ton huile sèche en "huile du tigre" en y ajoutant 10% d' HE anti-rhume et du menthol/camphre.
    Ma soeur m'en demande et je n'ai pas encore eu le temps d'en faire. Il faut une huile sèche même du simple coco fractionné ferait l'affaire.

    C'est rapide à réaliser je pense.


    - Oui Venezia les gels huileux au céralan sont intéressants l'été.
    Produits stables polyvalents.

    J'en ai déjà utilisé en ajoutant un pschitt d'hydrolat au moment du besoin. Ce sont de vraies émulsions si on les monte à l'eau et c'est mieux qu'huile + HA ou baume classique + HA.

    La trousse de voyage est alors réduite au minimum.

    Posté par michele le 23 janvier 2012 à 09:46
  • Je ne sais ce que j'ai préféré de la formule de cette huile divine ou des innombrables et passionnants commentaires ! J'adore les huiles sèches, tout comme les baumes fluides (j'en ai mis tout l'été ) ou huiles gélifiées. Ce sont de petites merveilles sur le corps et même sur le visage en sérum comme avec ton huile des merveilles que j'avais adoré.
    Il me manque de ces huiles esterifiées et je sens que je vais faire une descente chez heliocosm à mon retour à Paris.
    Ou alors il faut que toutes nos apprenties chimistes se remettent au travail pour nous concocter des huiles estérifiées maison ! Les filles à vos chaudrons !

    J'adore tes calendulas, ils sont magnifiques ! c'est vrai que la nature a été perturbée cette année, moi aussi j'ai cueilli toutes sortes de fleurs en janvier, mon jardin était tapissé de calendulas sauvages ! et maintenant c'est au tour de la neige de faire son apparition.

    Bises à toutes les sorcières !

    Posté par lolitarose le 04 février 2012 à 21:05
  • Michèle,le parfum me fait penser à Ysatis de Givenchy.
    La pyramide sur Osmoz donne:
    *notes de tête

    Mandarine, Galbanum, Bois de Rose, Noix de Coco

    * notes de cœur

    Tubéreuse, Jasmin, Narcisse, Oeillet

    *notes de fond

    Patchouli, Santal, Castoreum, Civette

    Donc en fait...euh...rien à voir! Je dois me tromper,je ne l'ai pas porté depuis des années car ma peau ne le supporte plus.
    En tout cas,je suis toujours conquise

    Posté par Lys Blanc le 16 février 2012 à 14:25
  • Toujours dans l'élaboration de mes cadeaux de Noël, je me demandais si l'huile serait sprayable si on y ajoutait des micas ? D'ailleurs, combien rajouterais-tu de micas ?

    Bises ;o))

    Posté par Yulaan le 05 décembre 2012 à 22:31

Commenter l'article