Le karité de Sélé et son baume extra-fin

        Sélé (prononcez Séléé) est une belle jeune femme de 23 ans. Elle a les joues marquées de deux scarifications verticales comme tous les Gourmantché. Et elle fabrique le meilleur beurre de karité du monde.

 

 

DSC05184Le beurre de Sélé un peu modifié par le voyage et le frigo

 

             Sélé habite le petit village de Batia niché au pied de la chaîne de l'Atacora, juste aux portes du parc national de la Pendjari.

Elle est l'épouse du mécanicien venu du sud du pays en suivant son patron. C'est lui qui m'a proposé de m'emmener acheter du karité. Croyant être les seules intéressées, ma nièce et moi avons trouvé place à ses côtés dans le robuste 4x4 carrossé pour les safaris.

La horde de garçons et d'homme occupée à courser les fourmis rouges a subitement remarqué les 2 fauteuils sur le toit du véhicule. Ils ont crié en nous poursuivant pour monter à bord eux aussi. Nous avons donc débarqué dans la cour en force ^_^

Comme Sélé a fréquenté l'école, elle parle ce pur français classique que l'on n'entend presque plus qu'en Afrique francophone.

 

DSC04927Cases des femmes (Village Gourmantché)

 

       Elle est mère de famille, ce qui ici veut aussi dire éleveuse d'animaux (cochons, pintades...), cultivatrice (coton, mil, maïs,  sorgho...), porteuse d'eau mais elle travaille aussi au centre de santé du village.

A ma question "Pourquoi n'y a t-il que des femmes dans les champs?", Alain le guide-pisteur  m'a répondu "Les femmes travaillent beaucoup ici".
J'ai souri en lui disant "Partout dans le monde, les femmes travaillent beaucoup".

Et en plus de toutes ces activités, Sélé perpétue la tradition en fabriquant du beurre de karité pour l'usage de sa famille au fur et à mesure de leurs besoins.

 

        La saison de fabrication du beurre de karité bat son plein en août, les arbres portent encore quelques rares fruits vert vif de la taille d'un abricot.

Les karités sont de très beaux arbres au port arrondi comme les pommiers. Les bouquets de feuilles dentelées au bout des branches vont loin chercher le soleil.

Autant vous dire que je les trouve très beaux ^_^

 

DSC04860

DSC04848

DSC04847

DSC04859Les arbres à beurres du camp Numi

 

                L'on récolte les fruits dont on retire la pulpe une fois blets. Les graines utilisables ont une jolie  coque brun luisant qui sonne clair quand l'amande sèche.

Les amandes sont encore mises à sécher au soleil dans les cours des maisons et Sélé range les siennes dans de grands sacs en tissu qu'elle garde précieusement au fond de sa case.

Chez les Gourmantché les cases des femmes et les cuisines sont rondes; Les cases communes et celles des hommes sont rectangulaires.

                Le beurre de karité est ensuite extrait de ces graines torréfiées et réduites en pâte au mortier et pilon en bois. La pâte de karité est mise à bouillir avec de l'eau, la matière grasse barratée surnage au dessus de l'eau et est récupérée petit à petit. Aujourd'hui les méthodes modernes d'extraction consistent en un pressage de la pâte pour réduire le chauffage et l'oxydation.

Un beurre de karité artisanal est donc beaucoup plus fragile qu'un beurre semi-industriel.

Les habitants n'aiment pas que l'on vienne leur acheter les graines sèches pour les exporter les privant du surplus financier lié à la valorisation de leur produit. Et on les comprend mais malheureusement c'est pratique courante dans certaines régions pas si lointaines du pays Gourmantché.

 

DSC04900Noix de karité séchant dans la cour de Sélé

 

              Sélé m'a regardée d'un drôle d'air quand son mari lui a expliqué que je voulais lui acheter un peu de son beurre. Je n'ai pas compris la courte discussion qui s'en est suivie (on parle plus de 40 langues différentes au Bénin), elle a semblé hésiter, il a insisté.

Elle a tourné les talons puis est revenue avec un bol en inox contenant 6 ou 7 petits pains oblongs de beurre de karité clair et humide.

Elle m'a regardée avec curiosité porter le bol à mon nez, sourire, en prélever une lichette et la masser sur le dos de ma main portée à nouveau au nez.

L. ma nièce a voulu sentir aussi "Mais Tata, ça sent presque le chocolat!"
"Oui ma fille, c'est un magnifique beurre. Garde le souvenir de cette odeur si un jour tu dois acheter du karité"

Un beurre extra-frais fabriqué la semaine précédente, gardé au frais dans un canari rempli d'eau au fond de sa case. Un beurre qui n'a pas souffert d'une chauffe excessive, qui n'a aucune impureté...

Un beurre fabriqué avec la patience qu'il faut. Le meilleur du monde!

              

DSC05179
Karité : noix et amandes sèches

 

               J'ai demandé son prix. Elle a hésité et m'a donné un chiffre ...

Je connais le travail que c'est, je connais la très grande valeur de ce beurre extra frais. Le monde n'est pas moral.

Nous avons ensuite échangé en français puisqu'elle le parle si bien, elle a accepté de poser pour une photo avec moi, s'est écriée au dernier moment, a disparu encore une fois dans la case ronde et est revenue portant un T shirt orange.

Mon mari s'est écrié " Toutes les mêmes, pour la photo, il y a toujours un truc à ajuster!"

Moi pour une fois, toute à la joie de ce moment parfait, pour la photo j'ai oublié d'ôter mes lunettes orange mais elles étaient assorties au T shirt de Sélé ^_^

 

                     Après la baignade aux chutes de Tanoungou, le retour au camp a été suivi d'une douche au seau (j'adore!). J'ai enduit les cheveux de ma nièce avec le beurre de karité de Sélé et les ai tressés en une belle natte luisante.

Nous avons ensuite tâché de prendre soin de nos mains et pieds abîmés par les conditions spartiates de ce séjour en brousse.

 

                      Nous y sommes retournés à la tombée du jour. Tout le hameau était en émoi, Sélé n'était pas là.

"Puisque tu le trouves si bien, pourquoi tu ne lui en achètes pas plus?
Je ne le "sens" pas, je ne sais pas si c'est bien
C'est idiot, tu n'en auras jamais plus de l'aussi frais"

Nous avons attendu qu'on aille la chercher, elle est arrivée en courant. Je l'ai trouvée très stressée.

Il n'y en a plus, elle en fabrique au compte goutte au fur et à mesure de ses besoins afin qu'il soit toujours frais. Elle a couru chez sa copine qui en fabrique aussi mais elle n'était pas là. Partie chercher de l'eau.

Les femmes travaillent beaucoup ici...


 

DSC04814

 

                    Le lendemain, peu avant l'aurore, nous quittions le campement pour le long voyage de retour vers  la capitale. Le mécanicien était là, il s'est approché de moi avec un papier plié dans la main.

"Ma femme m'a demandé de vous donner son adresse".

J'ai vu de la fierté au fond de ses yeux.
J'étais très émue, je ne sais quel espoir j'ai pu allumer dans le coeur de Sélé.

Mon mari qui répète à qui veut l'entendre que je suis LA spécialiste du karité a pris le relai pour parler.
Il a dit ce qu'il fallait. C'est un homme bon et très humain.

 

                 Je dois rendre hommage à Sélé avec un baume parfait.

Le très magnifique karité de Sélé a été la proie de mon entourage féminin à mon retour dans le sud (soeur, tantes, mère, cousines, nièce...). J'en ai sauvé 2 pains arrachés carrément des mains de la dernière arrivée. Chacun d'entre eux fait environ 60g.

J'ai repris une formule simple et très pénétrante, une formule que j'aime beaucoup car le synchrowax apporte une application en douceur et une pénétration impalpable.

                Si vous connaissez la finesse des huiles estérifiées dans les baumes et les émulsions, vous comprendrez que cet ester cireux fait pareil mais en épaississant.

Cela donne donc un baume non gras qui respecte la finesse de pénétration du beurre frais.

 

Le baume extra-fin au karité de Sélé

10% Cire synchrowax (Huiles et sens)
30% Beurre de karité de l'Atacora (Sélé)
59.5% Huile de coco fractionné (Biowellcosmetics)

0.5% Mixed tocopherols (Bilby and co.)

 

Chauffer  l'huile et la cire au bain marie jusqu'à fonte de la cire.
Ajouter le beurre de karité en morceaux et mélanger jusqu'à ce qu'il fonde complètement.

Bien mélanger.
Ajouter la vitamine E et couler en pot.

 

               Le baume durcit très lentement au fil des jours, laisser reposer tranquillement comme Sélé qui fabrique lentement son karité.
J'ai choisi un pot noir en verre d'Héliocosm, simple et chic pour mettre en valeur le beurre. Il sent discrètement le karité d'origine.

Je vais m'en servir comme beurre à tout faire : corps, cheveux, visage, application d'HE...

 

               DSC05203Le baume au karité de Sélé 4 ou 5  jours après fabrication

 

 DSC05206
Dix jours après, le baume devient beurre, patience ...


Autour du chaudron

    J'ai pleuré, c'est tout ...

    Posté par Irène le 27 août 2012 à 16:56
  • Ne pleure plus Irène. Tu me fais venir les larmes!
    Je t'embrasse.

    Posté par michele le 27 août 2012 à 17:14
  • Michèle, quelle belle aventure pleine d'émotion... merci de la partager avec nous, j'ai l'impression de voir Sélé et de sentir son merveilleux beurre de karité.

    Posté par Catherine le 27 août 2012 à 17:25
  • Michèle,

    En te lisant, j'étais avec toi à Atacora. Merci.
    Nous saurons désormais que le meilleur karité sent le chocolat, ça n'arrive pas tous les jours…
    Sais-tu si Sélé l'utilise aussi dans la cuisine?

    Posté par venezia le 27 août 2012 à 17:58
  • Merci beaucoup Michèle pour le partage.
    Saisie de l'intérieur je suis.
    Les larmes sont montés aussi.

    Posté par swanee le 27 août 2012 à 17:58
  • Merci pour ce reportage magnifique et la mise en valeur de ce produit si rare!

    Posté par gingembre le 27 août 2012 à 18:45
  • je pleure aussi, larmes mêlées de joie aussi, tant ton bonheur d'être là et nous le faire découvrir et apprécier est palpable, à fleurs de peaux, très chère Michèle
    Je n'ai jamais vu un arbre à karité et je t'imagine si pleinement heureuse de savourer cet état de grâce
    Des femmes qui travaillent et ne savent à quelle point elles sont créatives et fortes, cette terre en porte beaucoup et dans mes pensées et cœur, il y a toujours une Sélé
    Tu as dit avec tes tripes Michèle
    Cela me fait comme un voyage avec toi
    Ton homme juste et bon, te mérite
    Qu'est ce que c'est palpablement joli un karité pour de vrai
    Merci et pleurer fait du bien

    Posté par mlk le 27 août 2012 à 18:48
  • Michele, Oh ! la ! la ! Quel sublime article ! Quelles somptueuses photos à tomber à la renverse ! Quel coin de paradis !

    Ton article est un conte de fée africain avec la princesse Sélé et il m'a transporté dans une Afrique comme j'aimerais pouvoir la visiter un jour.

    C'est le plus bel article sur le beurre de karité que j'ai la grande chance de lire et toutes les photos sont un énorme ravissement. Vive Internet !

    J'adore au plus haut point toutes tes images incroyables de beauté.

    Que c'est beau un arbre de karité et ce beurre précieux comme de l'or en barre qui me fait écarquiller les yeux d'envie !

    Grand respect pour le grand talent que demande la transformation en beurre divin les graines de karité.

    Les graines de karité qui sèchent parterre me font penser à des noisettes et j'ai envie de les manger.

    Un tel voyage va te rester gravé en mémoire à jamais.

    Merci beaucoup pour ce très beau partage, car tu as réussi à me transporter dans un véritable coin de paradis.

    Je suis tellement subjuguée par tes images et ton récit, que j'allais oublié de te dire que j'aime beaucoup ta recette de baume.

    Posté par Colchique le 27 août 2012 à 19:33
  • Un récit tellement émouvant... Quel bonheur ça doit être de sentir ce beurre à la source!
    Nous n'avons pas droit à la photo de Sélé?

    Posté par Flore le 27 août 2012 à 19:35
  • - Flore,

    Oh non je me permets de parler de Sélé mais je ne peux pas me permettre de publier sa photo sur internet. Cela me choquerait, elle recevra les tirages papier.

    Crois moi elle est jolie, elle a un visage poupin un peu rond, la peau bien noire et malgré son expression intimidée, on sent beaucoup d'intelligence au fond de ses yeux vifs.

    C'est une très jeune femme: 23 ans et déjà, tant de responsabilités.


    - Colchique,

    ton enthousiasme me fait tant plaisir! La prochaine fois, je t'emmène chercher du beurre à Batia. Il faut être libre entre juillet et septembre

    Les montagnes peu élevées mais présentes, les hautes herbes, le parc naturel, les karités, les gens, les sources d'eau, l'absence de sacs en plastique ... tout est vraiment très attirant. C'est une très jolie région si loin de tout.

    Mais quand même, j'ai dit à mon mari que je voulais une maison dans la savane au pied de l'Atacora.
    Il n' a pas dit non mais je crois quand même qu'il nous manque l'hélicoptère

    Puisque tu en parles, j'ai oublié de prendre le baume en photo. Je répare ça dès que possible!


    - Mon Mlk, tu étais tout le temps dans mes pensées en compagnie de toutes les copines.
    Je sais que vous auriez aimé ce partage là. Les origines, ça vous remet la tête à l'endroit

    Je remarque que je n'avais jamais fait d'article spécifique sur le karité. Tu crois ça?


    - Merci de votre passage Gingembre.


    - Swanee,

    J'ai beaucoup pensé à toutes mes connaissances d'origine antillaise. Il y a là bas une communauté de personnes antillaises qui ont fait le voyage à l'envers pour toujours... Et volontairement cette fois

    Merci de partager cette émotion aussi.


    - Venezia,

    Je n'aurais pas dit chocolat au premier abord.
    Mais quand L. l'a dit, ça m'a évoqué une note que je qualifierai de cacao lègèrement torréfié si tu as déjà senti ça, vraiment fugitive.
    Elle a disparu dès que j'ai stocké mon beurre au frigo.

    L'usage alimentaire n'a plus court.
    L'huile d'arachide a supplanté pas mal d'oléagineux locaux.
    Mais l'engouement de beaucoup de béninois aisés pour les aliments de santé fait apparaitre dans les magasins de la capitale d'autres huiles locales même non alimentaires (baobab, sésame, neem...)


    - Catherine,

    La prochaine fois, on remet le charter au goût du jour et on part!
    La chaîne de l'Atacora m'a rappelé par endroits la route RN1 vers Bourail. Au loin les petits baobabs ont des airs de niaouli.

    Tu aurais aimé.

    Posté par michele le 27 août 2012 à 20:25
  • Oh oui Michèle, quel bonheur ce serait ! depuis petite je rêve secrètement de découvrir le continent africain...

    Posté par Catherine le 27 août 2012 à 20:37
  • Quel bonheur de partager avec toi ce moment exceptionnel ! Merci.
    Je crois que je penserai à Sélé chaque fois que j'utiliserai du karité maintenant.

    Ce beurre t'a rendu de cette belle façon ton amour immodéré.

    Je veux bien faire partie du charter, je ne connais pas non plus la terre d'Afrique. (^_^)

    Posté par chabou le 28 août 2012 à 08:16
  • Sublime ode au karité Michèle. J'ai rarement été aussi émue par la lecture d'un article.
    Tu nous as appris tant de choses sur ton pays !Tu m'as fait faire un voyage merveilleux .
    Merci mille fois pour ce partage Michèle.
    La formule de ton baume simplissime sera impossible à refaire..... sans LUI !!!
    mais qu'importe...
    je n'aurais voulu pour rien au monde rater ton article .
    MERCI ........

    Posté par moune le 28 août 2012 à 08:59
  • émotion et justesse...
    bravo et merci.

    Posté par ninoou le 28 août 2012 à 11:25
  • Oh dis donc... Superbe ton article. On était avec toi là-bas... On sent l'amour de ce pays que tu portes en toi, et on sent aussi, bien évidemment, l'amour de ce parfait beurre de karité Merci pour le voyage !

    Posté par Sealeha le 28 août 2012 à 14:06
  • - Merci Sealeha

    Si les personnes qui ont du mal avec le karité pouvaient avoir la possibilité de savoir d'où il vient, qui le fabrique etc. elles auraient peut-être un regard différent lorsqu'elles l'achètent.

    C'est une matière grasse à la composition très originale et l'on l'oublie trop souvent.

    - Ninoou merci de votre passage par ici

    - Moune,

    Je sais que tu apprécies et utilise le beurre de karité de Côte d'Ivoire où il doit y avoir une Sélé qui y met tout son savoir faire.

    - Chabou,

    Lorsque j'utilise un produit naturel, je ne pense pas assez souvent aux personnes qui l'ont extrait et fabriqué. C'est un plaisir de savoir que peut-être nous serons nombreux à penser à Sélé maintenant.

    - Catherine,
    Le charter! le charter!

    Bien de choses à tous!

    Posté par michele le 29 août 2012 à 11:24
  • Coucou Michèle, j'ai maintenant une furieuse envie de faire un baume au karité !

    Une petit souci : depuis hier je n'arrive plus à lire les commentaires sur Mozilla. Suis-je la seule ?

    Bisous

    Posté par chabou le 29 août 2012 à 11:47
  • Chabou, ça y est j'ai ajouté la photo du baume pour que ton envie perdure. Viendras-tu nous dire ce que tu as fabriqué?
    Pas de problèmes ici sous firefox. C'est curieux ça...

    Posté par michele le 29 août 2012 à 19:03
  • J'ai envie d'y plonger le doigt. Sélé serait certainement heureuse de voir ce que tu sais faire avec son cher karité. Au moins tu penseras à elle quand tu t'en serviras. J'ai l'impression que ton récit marquera mon esprit pendant un bon bout de temps...

    Posté par Catherine le 29 août 2012 à 19:22
  • Merci Catherine. Cette formule donne un baume crémeux qui pénètre très vite.
    Il faut impérativement le laisser se faire au fil du temps, le touiller de temps en temps et le regarder épaissir.

    Posté par michele le 29 août 2012 à 19:28
  • Michele, je vois qu'on est plusieurs à vouloir aller dans ce merveilleux coin d'Afrique.

    Ton baume a une texture sublime et rend un grand hommage à ce beurre de karité exceptionnel.

    Très belle réussite ! Bravo et merci beaucoup pour cet article qui me plaît fortement.

    Posté par Colchique le 29 août 2012 à 20:21
  • c'est le plus beau des articles.

    Posté par angie le 29 août 2012 à 20:55
  • Émouvant et modeste, Michèle , ton récit témoigne encore une fois de l'importance du commerce équitable.

    Comme les photos des branches de l'arbre à karité sont belles, les feuilles ont l'air vraiment douce et caressante, semblable à leur beurre.

    Oui beaucoup ne connaissent pas la valeur de leur travail.
    Sélé trouvera surement d'autres occasions de le valoriser.

    Merci de ton partage.
    Bises.

    Posté par Zinette le 30 août 2012 à 10:09
  • Merci Zinette. Je suis toujours ravie de te lire et je connais ton engagement personnel à ce propos.

    Angie, merci, c'est gentil.

    Colchique, la texture du baume a encore évolué depuis la photo. J'aurais presque dû vous mettre l'évolution complète.
    Tu devrais en aimer la texture.

    Posté par michele le 31 août 2012 à 09:23
  • Je commente extrêmement rarement et pourtant je suis une lectrice assidue depuis les début de Potions... Mais là, tu parles à un morceau de mon enfance, ce coin du nord du pays. Tu le racontes si bien, ce voyage... Et oui, ce beurre de karité se suffirait à lui-même. Ma soeur vient de rentrer avec du beurre frais acheté à Dantokpa.... il a moins de magie et de poésie que le tien... Merci pour ce beau billet.

    Posté par FD le 31 août 2012 à 19:39
  • Oh FD qui es-tu?
    Tout de même acheter du karité à Dantokpa c'est poétique! Le plus grand marché d'Afrique noire, je devrais presque écrire le plus grand marché du monde non

    Merci de ton passage et ne sois plus silencieuse ici.

    Posté par michele le 01 septembre 2012 à 11:43
  • Merci infiniment Michèle de partager avec nous tes moments de poésie et cette trop belle rencontre avec Sélé.
    Suis également sous l'émotion et c'est compliqué d'écrire quelques chose de censé sans paraphraser les jolies phrases des belles de P&C.

    Merci infiniment de nous conter le merveilleux travail de Sélé pour fabriquer son trop précieux beurre de karité.

    Tes photos sont magnifiques.
    L'arbre est majestueux, les feuilles sont d'un vert intense et les fruits de karité comme des trésors à respecter, que c'est beau à regarder.

    Qu'est ce que j'aimerai pourvoir choyer cet arbre dans mon jardin.

    Et je comprends ton amour immuable pour ce fabuleux beurre qui est le meilleur au monde grâce au travail passionné de Sélé que tu valorises avec respect et sincérité.

    Posté par emadra le 01 septembre 2012 à 13:09
  • bouche bée !

    Rien à ajouter, tout est dit !. BRAVO et Merci Michèle pour ce beau récit, MERCI pour toutes les séléé d'Afrique, d'Occident et d'ailleurs !
    Merci pour cette recette : Je vais essayer la recette, par quoi peut-on remplacer la cire synchrowax ? l'alcool stéarilique ?!

    Posté par Rolande le 02 septembre 2012 à 20:38
  • - Comme je suis contente de te lire ici Rolande

    Je pense que tu pourrais remplacer le synchrowax par de l'alcool cétylique plutôt pour le côté glissant. Tu obtiendrais à 10% un baume plus dur d'emblée mais si tu veux de l'onctueux, tu pourrais n'en mettre que 2 à 5%.

    5g Alcool cétylique
    30g Karité
    65g Huile de coco fractionné

    Ce sont des baumes qui évoluent dans le temps donc il faut les laisser tranquilles quelques jours avant d'obtenir la texture finale.

    Je t'embrasse bien fort!

    - Emadra,

    C'est un arbre d'autant plus précieux que sa culture ne fonctionne pas bien ou tout au moins n'est pas rentable. La plupart des peuplements sont donc sauvages.

    Merci pour ton enthousiasme.

    Posté par michele le 03 septembre 2012 à 11:10
  • J'ai ajouté une photo du beurre une dizaine de jours après fabrication afin de bien visualiser le changement de texture.

    Posté par michele le 10 septembre 2012 à 10:11
  • Ah oui Michèle, il est vraiment beau ce beurre, merci.

    Posté par Catherine le 10 septembre 2012 à 10:24
  • Merci Catherine, il est super.

    Posté par michele le 11 septembre 2012 à 18:07
  • Mais où étais-je donc pour passer à coté d'une telle perle ! ???

    Que tu en ai fait un baume est vraiment très touchant, car ce travail de maître alchimiste en karité qu'opère Sélé tu le continue en l'oeuvrant sous cette forme qui respecte tellement le produit vivant !
    Ce baume unique et précieux qui porte en mémoire le touché de Sélé qui lui à donner vie et de toi par ton hommage si beau, gardes-en toujours une petite goute pour qu'en essence ce qu'il est se transmette et vive.......Bien sûr fais comme tu l'entends, je phantasme c'est tout devant la beauté que tu nous offres. Merci
    Je t'embrasse belle africaine

    Posté par mariebaume le 12 septembre 2012 à 19:44
  • Je trouve que la simplicité de ta formule rend un bel hommage à ce merveilleux karité et à la sincérité de ta rencontre avec Sélé. Merci, j'ai adoré voyager à tes côtés. Au fait, pas trop de peur avec les serpents ? ;o)

    Grosses bises

    Posté par Yulaan le 12 septembre 2012 à 22:20
  • - Mariebaume,

    Je l'utilise avec parcimonie en effet ce baume et j'aime l'idée de le faire durer autant que possible.
    Je t'embrasse.

    - Yulaan,

    Même pas peur tu vois ^_^

    Posté par michele le 14 septembre 2012 à 09:19
  • Toujours émerveillée ...

    Je ne passe plus une journée sans venir vous faire une petite visite quotidienne tant j'apprécie toutes les informations que vous nous partagez si généreusement .je m'inspire de beaucoup de toutes vos réalisations et celles de Michèle sont de véritables potions de hauts vols qui m.ont permis de faire de grands pas .....Alors MERCI ,TOUT SIMPLEMENT.Je n'ai pas pu résister à la tentation ( une de plus,je suis complètement addict !!) de fabriquer ce baume dont l'article était si émouvant ,je n'avais pas le beurre de Sele bien sur mais celui de Zinette ( le Nilotica) que j'apprécie tant ( si je pouvais ne plus me laver les mains lorsque ,pour ne pas en perdre une once ,je récupère le peu qui reste sur la spatule qui m'a permis de prélever la quantité nécessaire et me masse les mains doucement,longtemps afin d'en apprécier toutes les qualités ..)
    Mon baume patiente dans son petit pot de se parer d'une belle texture ,et moi je l'observe avec tout l'amour du travail bien fait,avec la joie de pouvoir réaliser simplement un soin d'exception .
    Je suis heureuse de pouvoir vous lire ,vous "copier" dans vos si beaux et précieux partages de connaissances

    Posté par Pénélope le 04 janvier 2013 à 21:03
  • Je suis très touchée Pénélope par votre message.
    C'est le but de ce blog de partager ce que nous aimons, savons, testons avec succès ou non.

    Votre baume devrait être plus souple avec du karité nilotica. Ce serait très sympa de venir nous en donner des nouvelles une fois stabilisé.
    Mille bisous et pensées pour 2013.

    Posté par michele le 05 janvier 2013 à 19:08
  • À mon tour d'être touchée par votre réponse et surtout ces milles bisous et pensées pour 2013 ,si je compte bien cela fait entre deux et trois bisous et pensées par jour pour l'année entière ,vous me gâtez beaucoup et je reçois cette attention comme un cadeau ,je suis heureuse de pouvoir moi aussi vous souhaiter une merveilleuse année riche de joies avec les personnes que vous aimez ,riches d'idées toutes plus belles les unes que les autres a partager ,riche de nous offrir vos innombrables richesses de cœur .
    À chacun d'entre vous toutes mes pensées afin que ce beau chemin fait d'échanges et de partages soit toujours aussi lumineux tout au long de cette année qui commence

    Posté par Pénélope le 05 janvier 2013 à 21:08
  • J'ai testé mon beurre ce matin et ,alors qu'avant hier encore la surface était lisse et brillante ,qu'elle ne fut ma surprise en voyant quelques petits points blancs parsemés ici et la ...la texture est très souple ,fondante,les grains ,à l'application ,fondent et ne se sentent quasiment pas mais je suis cependant déçue de l'aspect visuel alors que la pénétration du produit est très agréable,laissant un film sur la peau sans que la sensation de"gras" soit trop présente ( c'est un beurre tout de même !!)
    Mes mains très sèches en hiver ont apprecie le massage doux et nourrissant sans oublier que je n'avais pas pu m'empêcher d'y ajouter quelques gouttes d'absolue de vanille de chez Neroliane ,laissant un très léger parfum gourmand de madeleines ...Proust !!! J'en referai avec du beurre de Karite mais est ce que quelqu'un pourrait me donner une explication concernât l'apparition tardive de ces petites granulations? Merci a vous tous et toutes de m'offrir vos commentaires afin de comprendre et de m'améliorer

    Posté par Pénélope le 10 janvier 2013 à 15:31
  • Pénélope c'est certainement le karité qui a granulé. Beaucoup disent que le nilotica ne granule pas, ce qui semble plus nuancé en réalité comme vous l'avez expérimenté.

    Il me faut préciser que le bol doit rester dans le bain marie chaud pendant l'ajout du karité et l'on doit bien mélanger pendant quelques minutes avant de le sortir pour ajouter la vit E.
    Avez vous utilisé la synchrowax?

    Certains paramètres sont difficiles à maitriser dans nos cuisines et salles de bains. Le refroidissement occasionne de temps en temps de tels désagréments qui ne devraient rien enlever au plaisir je l'espère.

    Merci pour votre retour Pénélope.

    Posté par michele le 11 janvier 2013 à 08:43
  • Toujours grande débutante .....

    Tout d'abord merci de votre réponse ,je n'ai pas assez de connaissances en tout ce qui concerne la cosmétologie home made ni sur la composition des ingrédients ,ni sur leur réaction en présence de tel ou tel autre produit ,ni non plus concernant les méthodologies de fabrication.Du coup je fais des copieurs collés de vos créations auxquelles je ne modifie presque rien si ce n'est un actif ou une fragrance .Oui Michèle j'ai utilisé la Synchrowax alors il est fort probable que cette légère granulation soit due ou aux températures mal respectées ou a mon beurre de Nilotica si sensible et généreux à la fois ...Parce que le plaisir à l'application est intact ,les petits grains fondent au cours du massage et ma peau absorbe avec gourmandise ce beurre extra fin et nourrissant à la fois .Je réitérerai car tout me plait dans ce petit pot magique hormis l'apparence visuelle et je ne me dis jamais qu'aux apparences ....et la je sais que j'ai eu bien raison !!! À bien vite de vous lire tant je suis avide d'apprendre ,encore merci

    Posté par Pénélope le 11 janvier 2013 à 12:34
  • J'ai pu remarquer que les conditions de refroidissement jouent un rôle dans l'éventuelle granulation du beurre de karité.

    Posté par Irène le 11 janvier 2013 à 12:41

Commenter l'article