Baume de massage aux jeunes pousses de sapin

Aroma beauté, bien-etre et santé

Par atelierdemichele

            La cueillette de jeunes pousses de sapin au bout du chemin a été presque un peu tardive. 
Je venais de lire le bouquin de Christophe Bernard dont Venezia a vanté les mérites et du coup, les doigts me démangeaient.

Le coin où je récolte les feuilles de consoude se trouve à proximité de deux beaux sapins dont les jeunes pousses menaçaient de grandir dans la nuit si je ne revenais pas de suite les cueillir.

En rentrant, juste avant que l'orage nous menace, j'ai avisé un ramasseur grognon (ça ne change pas avec l'âge ces bêtes là) et nous voilà sous le sapin qui déborde côté forêt.
Nous avons cueilli les plus petites pousses (moins de 3 cm de long).

 

DSC06782

DSC06799

 

          Il s'agit d'un baume de massage plaisir qui peut décontracter les muscles, détendre les pieds douloureux, délasser les mains des travailleurs manuels, abaisser des épaules tendues, assouplir une nuque radie par le stress ...

Il existe de nombreux ouvrages et même quelques vidéos sur internet permettant de pratiquer des auto-massages avec les mots clés : do-in, auto-massage.
Ils sont faciles, rapides à mémoriser, peuvent se faire à sec ou habillé mais avec le bon baume, on peut aller loin.

 

La formule du baume aux jeunes pousses de sapin

61g Huiles de son de riz et soja raffiné macérées aux jeunes pousses de sapin
20g Beurre de karité du Bénin macéré aux feuilles de consoude

10g Cire d'abeille de l'apiculteur (très pâle)
5g Alcool cétéarylique
3.5g Huiles essentielles
0.5g Vitamine E

 

          Le parfum s'affine lentement ainsi que la texture car j'ai ajouté de l'alcool cétéarylique pour sophistiquer le toucher cosmétique.
Idéalement ce baume s'utilisera au moins 10 jours après fabrication.

Mélange d'HE  (en gouttes)

30 Orange douce* (Sevessence)
20 Sapin géant (Nugier)
20 Pruche (Myrtea Oshadi)
15 Romarin officinal cinéole (Herdade de Vale Côvo)
10 Lavande fine altitude (Florame)
10 Muscade (Néroliane)

* L'essence d'orange douce est photosensibilisante. Ne pas appliquer avant une exposition solaire.

 

    Les baumes à la cire de l'apiculteur me semblent bénéficier grandement de l'ajout d'un peu d'alcools gras (alcool cétéarylique) qui de 2 à 5% de la formule sont de grands perfecteurs de texture :

. onctuosité majorée
. pénétration affinée
. parfum plus régulier tout au long du massage.

 

 DSC06803
Le lendemain de la préparation

 

Le macérat huileux de jeunes pousses de sapin

          Il y a peu de littérature en France sur les macérats huileux de jeunes pousses de conifères mais l'on trouve des recettes culinaires comme cette recette de sirop de jeunes pousses de sapin.
Curieusement personne n'indique qu'une liqueur de jeunes pousses à boire avec modération commence exactement comme une teinture de plante ;)

         Outre Atlantique l'on retrouve de nombreuses recettes d'huile infusée de jeunes pousses ou de bourgeons de pins/sapins : ici, ici, ici, ici

Ces huiles sont utilisées en cuisine ou pour faire des baumes thérapeutiques.
Tous les pins et sapins servent dans ces onguents.

         

         J'ai suivi certaines des indications de Christophe Bernard pour réaliser ce macérat huileux par intermédiaire alcoolique (page 116) :

- Briser le matériau végétal en menus morceaux.
Il préconise de les pulvériser au blender. Je suppose que cela n'est valable que pour des plantes sèches mais je préfère hacher très finement les jeunes pousses fraîches au couteau.

- Humecter les plantes d'alcool à 96°C (merci Nanette!) lentement et sans excès puis laisser en contact pendant 2h.
L'alcool ne doit pas couler si l'on presse les plantes.

- Verser de l'huile contenant 1 capsule de vitamine E sur les plantes alcoolisées. Christophe Bernard indique quelles proportions de plantes et d'alcool il faut.
En cosmétique, je pense inutile de mesurer ce ratio huile/plantes.
On fait les macérats de façon empirique, je préfère faire des triples macérations avec à chaque fois de nouvelles plantes.

Je ne pense pas que l'on arrive si vite à saturation de l'huile dès la première macération. Il suffit d'ailleurs lorsque le macérat se colore, de voir ce coloris s'intensifier à chaque filtration.

- Mixer le mélange huiles/plantes fraîches alcoolisées au mixer à pied.
Cela me semble plus efficace et plus pratique de procéder ainsi pour des plantes fraîches plutôt que de les passer systématiquement au blender.

- Mettre au bain marie doux pendant 2 h en mélangeant régulièrement.

J'ai fait 3 macérations successives en changeant les plantes à chaque fois mais je suis déçue par le parfum final qui est quasiment inexistant alors que l'huile s'est bien colorée.

Le terroir sur lequel pousse ce sapin n'est pas à proprement parler un terroir à sapins (trop d'eau, pas tellement de neige, pas d'altitude).
Il se peut que mes jeunes pousses ne soient pas très concentrées en huile essentielle et que l'on obtienne de meilleurs résultats au Canada ou dans les Vosges n'est-ce pas?

Néanmoins j'utilise une bonne huile de son de riz offerte par ma copine Mlk qui a toujours fait intuitivement ses macérats huileux ou glycérinés en passant les plantes à l'alcool avant l'huile. 

 

 

DSC06789

DSC06793
On voit bien le changement de coloration de l'huile après macération

 

 

Le beurre de karité à la consoude

Un peu déçue par le parfum de mon huile de jeunes pousses de sapin ... mais je peux le rattraper avec des huiles essentielles de conifères.

J'ai voulu en corser la couleur par un beurre vert.
Mes feuilles de consoude sont récoltées au pied de ce sapin, je les ai à peine laissées sécher quelques heures puis mises à macérer dans du beurre de karité du Bénin.

 

DSC06806
Le beurre de karité macéré aux feuilles de consoude

          Les feuilles de consoude n'ont pas besoin d'être longtemps séchées; elles se racornissent très vite, passant d'une souplesse molle à un aspect craquant très surprenant.

Je les ai froissées pour les briser et mouillées d'alcool quelques heures avant de les mettre à macérer dans le beurre fondu. La température a suffi à vaporiser le peu d'alcool résiduel.
Elles ont coloré le karité en un rien de temps au rice-cooker position réchauffage pendant 2h.
Ne pouvant pas y passer du temps, j'ai testé ainsi pendant que je bossais mais la couleur aurait été plus foncée si j'avais pu faire une triple macération.

Ce beurre de karité à la consoude peut s'utiliser tel quel pour masser des zones musculaires ou articulaires douloureuses. Le beurre de karité a des usages traditionnels comme antalgique des muscles et des articulations; La synergie avec la consoude est évidente.

 

     Les baumes à la consoude sont efficaces sur les douleurs musculaires et articulaires ainsi que sur les ecchymoses. L'on utilise généralement les feuilles qui ne posent pas de problèmes en usage externe par rapport aux racines dont la richesse en pyrrolizidines hépatotoxiques est contre-indiquée en usage interne. Christophe Bernard les évite aussi surtout en interne bien sûr.
Source

Je trouve que c'est là l'occasion de redire combien il est important parfois d'utiliser la phytothérapie.
L'aroma n'est pas forcément incontournable même si j'adore ça et je milite un peu pour éviter l'auto-médication aromathérapeutique par voie orale sans avis médical ou pharmaceutique .

 

 

DSC06790 DSC06786 DSC06788
DSC06783 DSC06787 DSC06800
DSC06799 DSC06782 DSC06806
Florilège de mes manipulations botaniques du jour

 

Formule générale d'un baume de massage affiné aux plantes médicinales

5% alcools gras ou acides gras purs (alcool cétylique, alcool cétéarylique, acide stéarique, cétyls esters, cetyl palmitate...)
10% cire d'abeille
20% beurre végétal macéré aux plantes
61% huile végétale macérée aux plantes
3.5% HE
0.5% vitamine E

. Si l'on préfère ne pas mettre d'HE, il suffit d'ajouter les 3.5% en macérat huileux, extraits CO2...
. Si l'on n'a pas d'alcools gras, il suffit de rajouter 5% de beurre végétal pour un baume souple ou 5% de cire si l'on préfère un baume plus ferme.

Peser les ingrédients sauf la vit E et les HE, mettre à fondre au bain marie en mélangeant continuellement à la spatule en silicone souple réchauffée.

Retirer du bain marie et continuer à mélanger quelques instants sans attendre la prise du baume.
Ajouter HE et vit E, mélanger et couler immédiatement en pots.

Étiqueter et fermer une fois le baume froid.

 

 

DSC06800
J'ai adoré faire ces macérations et ce baume.
Merci Venezia pour ton article alléchant même si j'ai trop parlé sur ce message du coup !


Autour du chaudron

    Trop beau Michèle, long, jamais trop long. Je ne me lasse pas des variations autour des baumes surtout verts. Vert même si cela est d'une platitude totale, vert pour moi c'est la vie, le mouvement Et bizarrement la diversité, trompeuse de l'ennui. Le fameux jour des lapines aux yeux rouges, qui fait tant rire nôtre Miss Ed, nous avions cueilli des cônes de sapin et ils trempouillent dans de l'alcool et je pensais parfum, mais bof. Je pense qu'il vaut mieux du très résineux et collant, à l'intuition, mais peut être que je me trompe. D'où l'intérêt d'avoir un bon livre de phyto écrit par un homme de bien et d'expérience qui n'hésite ni ne rechigne à partager et aussi à dire " je ne sais pas, et vos expérimentations m'ouvrent des perspectives". Avec Venezia, nous avions dégusté et du coup acheté un vinaigre de pin !!! La bouteille est finie et ma mémoire flanche, mais le plaisir et le en bouche sont inscrits dans ma chair. C'est très beau ma Michèle ton haché menu au couteau , et tes verts en baume.et puis toutes ces étapes en photos, j'aime. Et puis l'empirique, c'est pas si sot et fou, le bon sens et l'instinct de survie aiguisent les neurones. Bref, moi j'adore ton post et bref, je suis très émue😊

    Posté par mlk le 02 juin 2015 à 23:42
  • Mlk, c'était un vinaigre à base de bourgeons de sapins du Canigou, un vraie merveille. J'ai sifflé mon flacon tout cet hiver sur des endives crues.
    Michèle, je me souviens avec émotion de ta recette de baume à l'achillée qui m'avait ouvert un immense champ d'expérimentations (j'ai gardé sentimentalement pendant des années le petit pot que tu l'avais offert) c'est ici:
    http://www.potions-et-chaudron.com/archives/2008/12/16/11767374.html
    j'utilise presque toujours des macérations phyto dans mes baumes, et j'ai remarqué que, sauf exception, leur parfum hélàs se dilue (même si l'efficacité reste). C'est pourquoi, pour le parfum, je rajoute souvent l'HE correspondant à la plante macérée (parfois une seule gouttes suffit!)

    la jeune pousse de sapin a t'elle le gout irrésistiblement sucré-acide des aiguilles de pin?
    Quand tu mixes au mixer à pied, tu obtiens quoi? un style soupe? Avec quoi filtres-tu ton macérat ensuite? Ça en fait des questions, car je suis intriguée…

    Posté par venezia le 03 juin 2015 à 00:23
  • Bonsoir Michèle.
    Impossible de trouver de l'alcool à 90° non modifié en pharmacie, alors comment faire pour trouver de l'alcool à 96° ???
    J'aime beaucoup ce blog! Un grand merci

    Posté par isabeille le 03 juin 2015 à 00:46
  • Wow! Wow! Wow!
    Je jure que je pouvais sentir le sapin pendant toute la lecture et j'ai eu l'appel de la forêt très fort, surtout que par ici, la neige, l'altitude, les pousses de sapin, on les oublie presque tellement ça fait partie du décor!
    Encore une fois, ton écriture me transporte.
    Merci! Ça donne envie. Encore un projet qui s'ajoute. Ouf.

    Posté par S4br1n4k le 03 juin 2015 à 03:29
  • A vous deux, Venezia et toi, vous me donnez très envie de lire ce livre.
    Ton baume doit être très agréable et tes macérats m'inspirent !

    Merci Michele !

    Posté par nansou le 03 juin 2015 à 06:57
  • Ahhh moi aussi Venezia m'a donné envie de vite me procurer ce chouette livre et je ne le regrette vraiment pas ! Même si je n'ai pas encore du tout eu le temps de concrétiser ....... du coup je savoure cette féerique réalisation que tu nous contes chère Michèle !
    Merci pour cette belle inspiration
    ... mon seul regret et de ne plus arriver à trouver de l'alcool à 90° que j'utilisais quand même fréquemment pour plein de préparations .....

    Posté par Pescalune le 03 juin 2015 à 08:55
  • Michèle, je me permets de donner ma meilleure façon de procéder.
    Je mouille la plante sèche où fraiche d'alcool à 90, mise dans un bocal adéquat, je secoue l'ensemble, puis fait chauffer au BM, juste à évaporation de l'alcool et verse de suite l'huile pour une
    macération douce au temps nécessaire à mon nez et feeling. L'huile mise juste à frémissement de la plante alcoolisée chaude, donne le sentiment d'un accord harmonieux, et retient ainsi mieux le parfum, il me semble. Tu vois comme cela m'intéresse😋.

    Posté par mlk le 03 juin 2015 à 10:18
  • Michele, superbe recette de baume et magnifique article qui donne envie de partir en forêt avec son petit panier.

    J'aime attendre au moins dix jours avant d'utiliser toutes mes préparations cosmétiques.

    Un régal cet article aussi bien par son contenu que par ses illustrations ! J'adore !

    Magnifique baume avec une très belle texture et qui doit sentir extrêmement bon.

    Tes articles ne seront jamais trop longs.

    Posté par Colchique le 03 juin 2015 à 12:33
  • J'ai aussi acheté ce livre que je trouve très bien et je m'entraîne actuellement à faire des percolations, macérations glycérinées, etc.

    Michèle, ton baume est très beau, dommage que l'odeur de sapin ne ressorte pas mais comme tu le dis, tu compenses avec les HE, tu gardes au moins les propriétés de la plante.

    J'ai aussi un pied de consoude dans ma jardinière de terrasse (un présent de Moune, merci Moune), je vais penser à l'utiliser...

    Ton baume donne envie et ton article est super avec tous ces détails, ces photos, comme d'habitude, j'adore.

    Posté par Catherine le 03 juin 2015 à 20:25
  • Ah mais non , là , c'est pas du jeu ! il n'y a plus de pousses de sapin à cueillir !

    Posté par patsch le 03 juin 2015 à 22:47
  • Comme toujours ma chère Michèle, ce message est magnifique.
    Tes illustrations sont superbes.
    Et c'est super appréciable de découvrir en images tout ton cheminement pour la fabrication de ce si joli baume.

    Tu fais bien de redire encore et encore, je le lisais déjà lorsque j'étais sourie silencieuse, de la triple macération de plantes que je ne pratique quasiment jamais !

    As-tu une préférence pour le choix de ou des alcools gras ?
    Ou plutôt en fonction des saisons, du glissant souhaité ...

    Comme les copines, j'ai cet ouvrage qui est un régal de lecture.

    @ Isabeille et Pescalune
    Malheureusement, maintenant, peu de pharmacies vendent de l'alcool à 90° non dénaturé !!!
    Il faut chercher et demander dans pas mal d'officines, persévérez

    Posté par emadra le 03 juin 2015 à 23:24
  • Michèle, j'aime beaucoup également le livre de Christophe Bernard.

    Et j'ai adoré ton article si documenté et magnifiquement illustré, tes photos sont superbes !
    La formule de ce baume est tellement inspirante !
    Absolument à garder, à copier, à adapter...

    Bon, comme le dit Patsch, il est trop tard pour les pousses de sapin ?

    Merci infiniment Michèle pour cette recette, j'apprends tellement avec toi !
    Et, non, tes articles ne sont jamais trop longs. J'en redemande

    Posté par gingembre le 04 juin 2015 à 10:18
  • Bonjour Michèle,
    Encore une petite merveille d'article, tout en couleurs et douceur. Ce vert est tellement rafraîchissant!!!!!Merci pour toute cette beauté subtile.
    Pour le karité à la consoude, je suppose que tu as mis dans un petit pot, genre un bain-marie, mais dans le rice-cooker, c'est bien ça? Par ailleurs, ça fait un bout de temps que je souhaitais faire un baume consoude -calendula, mais il me semblait avoir compris que c'était les racines qu'il fallait exploiter. Bon, j'ai encore du travail!!!! .

    Posté par nanette le 04 juin 2015 à 10:45
  • Venezia, c'est un peu HS, pardon Michèle, mais puis-je me permettre de te demander où tu as trouvé ton vinaigre aux bourgeons du canigou je te prie, c'est LE truc que je dois absolument offrir à ma mère, originaire de la région, ça lui ferait un immense plaisir j'en suis sûre!!!!!

    Posté par nanette le 04 juin 2015 à 10:47
  • Je suis allée lire l'article de princesse/venezia pour en savoir plus sur ce livre. Comme toujours, je suis admirative devant autant de connaissance et ma soif d'apprendre n'en est que ravivée. J'admire aussi la diversité de vos approches et le respect que vous vous témoignez. Superbe article, Venezia.
    Je me permets, Michèle, de te demander : ce livre sur l'utilisation des plantes en cosméto, c'est pour quand?
    Allez!
    S.t.p.?
    On s'inscrit chez quel éditeur en liste d'attente?
    ^_^

    Posté par S4br1n4k le 04 juin 2015 à 12:18
  • Un régal ma chère Michèle !

    Et merci pour toutes les explications et photos.
    C'est Maria Treben qui m'a rendue amoureuse de la consoude laquelle, de plus, colore si bien les savons !

    Maintenant, pour les macérations, je ne me sers que de mon saucier que je remercie tous les jours

    C'est un baume "magique" ...

    Posté par Irène le 04 juin 2015 à 12:54
  • Nanette, nous avions trouvé cette petite merveille avec Mlk en nous baladant ensemble au salon Marjolaine!

    En regardant sur internet, j'en ai trouvé deux!
    comme j'ai fini ma bouteille depuis longtemps, Mlk nous aidera peut être à trancher .
    Il me semble bien que son créateur nous avait parlé de nectar de sapin
    dans ce cas, pour ce vinaigre au nectar de sapin, tu as les coordonnées du producteur sur ce site: http://zenaltitudesorganisation.e-monsite.com/pages/marche-biozen-2014/exposants.html#.VXAx1b9zE7A

    sinon, il y en a un autre, acetis, plus largement diffusé: http://www.abieslagrimus.com/
    tous deux sont sur vinaigre balsamique

    Posté par venezia le 04 juin 2015 à 13:12
  • Je suis en amour avec les baumes et ceci depuis mon enfance grâce à ma jolie grand- mère qui s'inspirait déjà des écrits de Maria Treben et ses baumes au Calendula et à la Consoude ont accompagné mon enfance.
    J'adore ton partage Michèle,ta volonté généreuse à nous décrire toutes les étapes de réalisation de ce trésor " baumesque ".
    Appliquer ce baume soignant ,masser tout en douceur le corps douloureux ne peut que décupler son efficacité,cela résonne en moi comme une belle évidence .
    Merci mille fois de cet article qui est une mine d'or vert et d'amour à offrir.
    Une petite question ,le fait de faire macérer la consoude dans le beurre de Karité au Rice cooker évite t'il la granulation de celui -ci ?
    A bien vite pour lire et relire tes merveilleuses pérégrinations cosmétiques et soignantes

    Posté par Pénélope le 05 juin 2015 à 05:37
  • - Très chère Mlk,

    Je suis touchée par ton message qui rend un hommage vibrant à notre façon d'utiliser les végétaux dans nos soins.

    Ta récolte a été faite sur ce même sapin et je m'étonne que tu aies laissé les pousses dans l'alcool depuis tout ce temps (?)
    En effet les pousses de sapin n'ont pas vraiment parfumé l'huile mais l'ont colorée.

    Il faudrait que j'aille plus loin en forêt au printemps prochain pour récolter des bourgeons ou de la résine de pin sylvestre plus adapté à mon terroir et dont le parfum se propage les jours de grande chaleur quand on passe dessous. Mais l'impériosité de mon désir de récolte a imposé cette formule là, ce jour là.

    J'ai fabriqué l'extrait de fleurs d'acacia sur glycérine pour toi. Il est filtré et il est beau, j'adore sa couleur miel clair
    J'espère qu'il te plaira.

    - Venezia,

    * Je te remercie de déterrer ma formule de baume à l'achillée dans laquelle je voulais monter comment utiliser les teintures de plantes quand on ne veut pas garder l'alcool mais surtout quand on veut corser nos soins en actifs végétaux.

    Dans ce baume il y avait l'équivalent en actifs de 100ml de teinture d'achillée maison, ce que l'on ne peut pas raisonnablement faire avec la teinture même très riche en plantes directement intégrée aux baumes comme on peut le faire par ailleurs.

    * Je vais bientôt publier un message sur l'extrait de fleur de pivoine rouge que j'ai fait il y a quelques semaines sur ce même principe.
    Bientôt... j'ai beaucoup de messages en attente car le printemps booste mes fabrications de soins et nourritures botaniques.
    Mon infusion de fleurs de sureau attend depuis hier d'être gélifiée dans la casserole à confitures. Miam, j'adore

    * Le goût de la jeune pousse de sapin est beaucoup moins puissante que les aiguilles plus riches en huiles essentielles. Je pense vraiment que le résultat olfactif dépend du terroir. A refaire donc...

    * Quand j'ai mixé le mélange huileux, j'ai procédé par impulsions plutôt que par mixage long. J'ai obtenu une espèce de mélange liquide+ plantes en suspension assez allongée parce que j'ai mis pas mal d'huile.
    Je n'ai pas mixé en continu comme pour une soupe qui aurait été très délicate à filtrer.

    Après avoir chauffé, j'ai grossièrement filtré sur un grand filtre métallique aux mailles proches de celles d'un chinois.
    J'ai remis des pousses hachées, mixé et re-bain marie. Au total, 2 opérations encore.

    La filtration finale s'est faite longuement et lentement :
    . sur filtre métal pour éliminer le gros des pousses
    . puis sur filtre plastique à maille plus fines genre filtre à thé japonais (n'est-ce pas toi qui me l'a offert?)
    . puis sur filtre papier
    jusqu'à obtenir un mélange très limpide que tu peux voir sur la photo (à peine 50ml au final).

    - Isabeille,

    Je pense qu'avec de l'alcool à 90° cela irait même avec des plantes fraiches qui contiennent de l'eau.

    On peut trouver de l'alcool à 90° non modifié dans certaines pharmacies (en général des grandes) qui ont accepté de payer les taxes douanières.
    Il faut demander sans relâche jusqu'à trouver, il y en a dans toutes les grandes villes.

    Sinon traquer les vodkas qui titrent fort. Mais encore une fois plutôt dans les grandes villes chez les cavistes bien achalandés.
    Sinon traverser les frontières (Italie, Espagne...) et être vigilent car il peut y avoir des additifs non comestibles.

    - S4brin4k,

    File dès que possible trouver des sapins. C'est certain que par chez toi, avec les jeunes pousses, ça devrait être magnifique mais c'est peut-être un peu tard à présent pour trouver de jeunes pousses?.

    Je dirais même avec des aiguilles, ce devrait être superbe au canada! Tu nous diras si tu le fais?

    - Merci Nansou,
    tu ne seras pas déçue de ce livre, c'est certain.
    Au moins pour faire des bonbons et autres jellies de plantes pour tes enfants

    - Pescalune,

    Toi aussi tu devrais pouvoir trouver de l'alcool dans une grande ville.
    C'est dommage de faire des km en voiture exprès pour cela mais il faut le garder dans un coin de sa tête quand on se déplace et ne pas hésiter à faire comme je fais quand je veux plusieurs flacons de 250ml.

    La je termine la bouteille que m'a offert Nanette mais sinon j'utilise du 90° non modifié. Mais à Paris on a tout ce qu'on veut parait-il...

    Je dis "Bon j'en veux 3 flacons et je vous les paye les uns après les autres comme si j'étais sortie et revenue?" On en rigole et je paye le tout en une fois

    - Mlk,

    Merci mais tu ne découpes pas la plante en morceaux?

    - Colchique,

    C'est gentil de me dire que ce n'est pas trop long. Je pourrais passer des heures à parler de ces quelques végétaux que je trouve alentour dans la forêt.

    Parfois, je regrette vraiment que les arbres soient si hauts parce que j'ai besoin de ramasseurs et les miens sont toujours grognons

    La texture du baume a changé. Elle est moins molle que sur la photo mais a gagné en onctuosité et finesse de pénétration.
    Il ne faut vraiment pas hésiter à ajouter des alcools gras aux baumes.

    - Catherine,

    Même avec une jardinière que le balcon, je suis certaine qu'on peut faire des trucs.
    On fabrique toujours trop de macérats je trouve alors qu'on en utilise assez peu.

    Je n'ai pas eu le coup de coeur pour les percolations. J'espère que tu viendras nous en parler ici. Quelles plantes as tu utilisées?

    - Ben oui ma Patsch!
    Quel malheur!

    Le temps que je fabrique un truc de saison, que je prenne les photos, que je l'écrive, que je laisse quelques copines publier des recettes superbes sur le blog et la saison passe...

    Mais en ce moment, tu peux faire des baumes au thym, au romarin, à la rose, à la marjolaine (j'adore) exactement sur le même principe que ce baume au sapin.
    Même un baume au gaillet gatheron qui pousse actuellement à foison ici mais je dois me calmer...

    J'ai 2 ou 3 messages de saison à venir et je sais déjà que vous allez me détester car la saison passe (pivoine, pâquerettes...) et je t'épargne les fleurs d'acacia que m'a demandées Mlk et dont je ne parlerai pas plus.
    Pfffiou qu'elles sont exigeantes ces savonnières!

    Un petit coup de sève de bouleau ma Patsch?
    Je vois que la colère gonfle ton foie là. Bon je sors

    - Emadra,

    Tu as raison d'indiquer qu'il faut chercher ans se décourager l'alcool à 90° non dénaturé.

    J'ai fait des baumes avec tous les alcools gras je crois et je suis incapable de te dire autre chose que cela améliore la texture.
    Difficile de savoir celui qui marche le mieux.

    Allez courage, je te cherche quelques liens avec des fabrications de Mlk aussi :

    . alcool cétylique
    http://www.potions-et-chaudron.com/archives/2008/12/16/11767374.html

    . acide stéarique marié à beaucoup de karité
    http://www.potions-et-chaudron.com/archives/2009/10/13/15389565.html
    mais le meilleur rendu est avec quand même de la cire d'abeille dedans.

    . cétyl esters
    http://www.potions-et-chaudron.com/newsletters/2013/01/04/73503.html

    . et même un émulsifiant glycéryl mono stéarate ou VE
    http://www.potions-et-chaudron.com/archives/2009/06/12/14054414.html
    http://www.potions-et-chaudron.com/archives/2010/01/01/16343761.html
    http://www.potions-et-chaudron.com/archives/2011/08/31/21925503.html

    ou gélisucre
    http://www.potions-et-chaudron.com/archives/2012/07/24/24729790.html

    . VE et synchrowax
    http://www.potions-et-chaudron.com/archives/2012/01/20/23275483.html

    C'est sans fin!

    - Gingembre,

    Il y a plein de plantes dans la nature actuellement et pour le parfum il suffit de laisser faire les HE correspondantes.
    La méthode de macération huileuse s'adapte à beaucoup de végétaux voire même à des aliments et aromates (vanille, muscade, cannelle avec un peu de vinaigre comme l'indique C. Bernard, thym, laurier, marjolaine ...)

    A vos fioles les filles, l'imagination au pouvoir!

    - Nanette,

    Merci encore pour l'alcool à 96° dont je fais très bon usage

    * J'ai mis directement les feuilles de consoude brisées et le karité dans la cuve du rice cooker. Pas d'autres ustensiles et ça a coloré très rapidement.
    Si je n'avais cette impatience chevillée au corps parfois, j'aurais fait une triple macération pour un vert plus soutenu.

    * La racine de consoude est bien plus riche en alcaloïdes que les feuilles en effet et c'est ce qui occasionne la toxicité en usage INTERNE.
    On est donc extra prudent quand on en fait des extraits que l'on veut boire ou appliquer sur plaies ouvertes :
    http://www.passeportsante.net/fr/Actualites/Nouvelles/Fiche.aspx?doc=2001082701

    Tu verras que les données en usage cutané sont moins strictes. Sincèrement quand on utilise la consoude en cosmétique, on recherche plutôt la richesse en allantoïne que l'on a en actif pur et je pense alors qu'il faut un extrait ou une formule avec de l'eau.

    Quand on recherche l'activité sur les muscles et contusions, on peut tout à fait utiliser un macérat huileux de feuilles comme je l'ai fait ici corsé d'HE adaptées. Et l'on n'a aucun souci avec la toxicité si l'on l'applique sur une peau saine.

    Donc ma Nanette, pas de problèmes, choisis calendula et feuilles de consoude pour ton macérat et fais ton baume.
    Il sera efficace.

    * Un lien chez Pesclune avec des racines sèches extra-dures
    http://pescalune.canalblog.com/archives/2006/03/27/1552944.html

    * Un baume aux 12 plantes dont consoude de Moune
    http://www.potions-et-chaudron.com/archives/2010/01/10/16413835.html

    Il me semble que Moune m'a parlé d'un macérat huileux de consoude qu'elle fait avec des racines fraîches pour avoir plein de mucilage. Un peu délicat et difficile à faire je crois bien.
    J'espère qu'elle nous lit et viendra t'en dire plus.

    - S4brin4k,

    Je t'envoie mes kids à nourrir, payer les études toussa toussa... et moi je m'exile au milieu des sapins pour écrire tous les livres que tu veux

    Et je te mets aussi mon chum en pension? Mais interdit de lui faire des calins!

    - Irène,

    Je sais que tu réussis très bien les macérats avec ton saucier.
    Il fut un temps où je fabriquais à tour de bras au saucier Seb (en existe t-il d'autres marques?) des crèmes dépigmentantes (quelle horreur mon Dieu!) pour notre clientèle asiatique.

    Je mettais les bases et les actifs dans la cuve, hop ça tournait quelques heures et je mettais en tubes.
    Et dire qu'aujourd'hui je n'utilise pas la Naturalis parce que j'aime patouiller mes trucs.

    Mais je vais la sortir pour les macérats quand je suis pressée... Il n'y a pas de raison que ça ne fonctionne pas aussi bien que mon Rice cooker bien trop grand pour ça.

    - Venezia

    Ne s'agit -il pas plutôt d'un vinaigre de cônes de sapins plus riches en sève?
    On n'utilise que les bourgeons de pins me semble t-il.

    Pour les sapins, ce sont les jeunes pousses (et non les bourgeons) ou alors les fruits comme dans l'un de tes liens.
    Parfois les gens confondent bourgeons et jeunes pousses.

    Quelle merveille de site sur le Canigou. J'adore!
    Annabulles tu connais?

    - Pénélope,

    Tu me poses une colle avec la granulation du karité.
    Je suis allée voir le reste de ce karité à la consoude, qui est resté souple. Je ne sais pas vraiment si ce que l'on lit sur la chauffe du karité et l'absence de granulation est vraie.

    J'écrivais il n'y a pas longtemps je ne sais plus où que c'est l'âge du beurre qui provoque à mon avis une plus grande quantité de latex dans l'insaponifiable. Et c'est ce latex qui serait la cause de la granulation du beurre.

    Si l'on chauffe cela homogénéise certainement la texture mais peut-être de façon transitoire?

    Posté par michele le 05 juin 2015 à 11:05
  • ^_^
    Donc, si j'ai bien lu, je cueille mes pivoines dès maintenant en attendant ton prochain article de saison?
    Et ensuite, je les mets dans l'eau, la glycérine, l'huile ou l'alcool ou quoi?
    Ton huile de rose était si inspirante, je pense bien que je vais me lancer pour une huile de pivoine.
    Tu serais bien, au milieu des sapins!
    Inspirée par vous, je me suis mise à ramasser les feuilles de plantain à l'état sauvage, pour macérer dans l'huile et en faire un baume qui soulagera les enfants et les inévitables piqûres d'insectes quand on sort de la ville.
    J'ai manqué le bateau pour les jeunes pousses de sapin, mais j'ai quand même réussi à trouver une herboriste qui en avait en macération J'attends.
    J'ai une belle huile essentielle de sapin baumier de fabrication locale, je crois qu'elle trouvera sa place dans tout ça.
    Bonne journée à toutes!

    Posté par S4br1n4k le 05 juin 2015 à 13:05
  • Of course Mimi, je cisèle les plantes fraiches.
    Il y a autant d'infos dans tes réponses que dans le post, à lire et relire.
    J'ai hâte de recevoir mon glycériné d'acacia.
    J'avais aussi beaucoup aimé le mandarnier de ton jardin africain, et il m'en reste un peu.
    Oui, j'ai conservé la teinture très longtemps , c'est sur alcool donc… Mais je ne sais plus ce que j'en ai fait???

    @ Venezia
    Pas de réponse, car comme toi, j'ai tout sifflé aussi et jeté la bouteille de référence.

    Posté par mlk le 05 juin 2015 à 13:47
  • S4brin4k dans de l'alcool 90° ou 96° .
    Tu les cisèles bien au couteau et tu les mets à tremper en attendant...

    Merci Mlk!

    Posté par michele le 05 juin 2015 à 14:30
  • voilà un article qui me plait beaucoup!!d autant quil y a un bon mois ,en ramassant de la camomille ,j ai trouvé les pins avec leurs jeunes pousses et les extrémités d ou s échappait le pollen au moindre souffle .bon c est du pin parasol,ici il n y a pas de sapin!!!!!je comptais en faire un sirop ,un baume c est encore mieux .j avais déjà prévu des baumes avec du thym et du romarin ,par exemple pour le matin ,surtout le romarin .
    quel plaisir de lire ton article ,car comme toujours tu ouvres des perspectives.merci

    j arrive à trouver de l alcool à 90degré ,mais je vai toujours dans la meme pharmacie et il faut que le pharmacien soit là sinon ça marche pas ,et de plus je viens avec ma bouteille...j ai retrouvé aussi une vieille bouteille de trois six ,alcool de distillerie à 96 degré !
    bises et bon w end à toutes.

    Posté par sylvie le 06 juin 2015 à 15:23
  • Encore une question : que voulez-vous dire par alcool 90% non dénaturé?
    En pharmacie j'ai trouvé de l'alcool à 70% et de l'alcool isopropylique à 99%. Ce dernier est-il ce que vous appelez "dénaturé"?
    Comme il peut toujours servir ne serait-ce que pour stériliser, je l'ai acheté quand même.
    Mais j'ai pas mis de pivoines dedans encore...

    Posté par S4br1n4k le 06 juin 2015 à 16:55
  • Et merci Mlk pour la description du mode opératoire de tes macérations botaniques, c'est inspirant.

    Posté par S4br1n4k le 06 juin 2015 à 16:56
  • J ai relu ton article plus attentivement, tu m ouvres des horizons ☺un la console associée à l huile essentielle d helycrise doit faire des miracles sur les ecchymoses, et deux je n'aurais pas pensé au Rice cooker pour faire chauffer un macérât .c est une tres bonne idee 😀
    Avez vous vu que Christophe Bernard a publié un nouveau livre sur les vins médicinaux et les élixirs ?

    Posté par Sylvie le 06 juin 2015 à 21:13
  • Michèle et Venezia, mille merci pour vos précieuses informations et réponses détaillées. J'ai déjà mon macérat de calendula, il est bien orangé, merci à nouveau Venezia pour tes conseils. Ya plus qu'à choisir racines ou feuilles pour ma consoude ☺...

    Posté par nanette le 07 juin 2015 à 00:34
  • Pas contre, je crois que je vais le mettre dans un récipient si j'utilise mon rice-cooker, le revêtement s'affine à force d'utilisation. Tu parlais de la naturalis, mais elle chauffe trop non? Elle chauffe à plus de 70 je crois, et sur un temps très court. Tu ferais comment ? 😇. Toujours pleins de questions, c'est pas possible ça !!!!-_-

    Posté par Nanette le 07 juin 2015 à 09:36
  • Wahou merci infiniment ma Michèle pour tous tes liens, tous tes conseils et tout et tout, enfin tu sais déjà, y a du job

    Et merci merci aussi à toutes, tous vos commentaires sont tellement intéressants

    Posté par emadra le 07 juin 2015 à 15:07
  • Ce baume me donne très envie, j'adore tous les ingrédients. Dès que j'ai un moment je copie. La texture m'a l'air super. Je fais pousser consoude et soucis dans mon jardin, je n'ai plus qu'à cueillir et transformer. J'adore ce style de recettes. Merci Michèle

    Posté par Annabulles le 07 juin 2015 à 21:57
  • Coucou me revoilou!
    Merci Michèle pour ce magnifique baume verdoyant.
    Ici, je pense qu'il n'est pas encore trop tard pour trouver de jeunes pousses. L'hiver fut vraiment très long cette année... J'adore l'iconographie de ton article.
    Ah lala, ces baumes... une véritables addiction!!!
    Merci MLK pour ta description de fabrication. Tes macérats sont tjs étonnants de par leur diversité, originalité... Il me reste qq fonds de flacons que tu m'as donné lors de mon dernier passage et je n'ose pas les éliminer!
    Ici, comme le dit S4br1n4K difficile de trouver de l'alcool à 90°. J'utilise de l'alcool à 70° ou de la vodka.
    De l'HE de sapin d'Aliksir devrait bien compléter ce baume.
    Tentatrice à nouveau avec ce livre... Je vais voir si je peux me le procurer ici!!!
    Gros becs et bises à vous toutes.

    Posté par Loulou le 07 juin 2015 à 21:59
  • Effectivement loulou, il n'est pas trop tard finalement, j'ai eu la chance d'en cueillir juste hier. J'ai divisé en trois, un pour macération à froid dans huile, un pour macérer dans un mélange de miel et de sirop d'érable et le reste à sécher. Ça sent bon!

    Posté par S4br1n4k le 07 juin 2015 à 23:12
  • Quelle bonne idée le mélange dans miel et sirop d'érable!!!

    Posté par Loulou le 08 juin 2015 à 01:55
  • Merci loulou, c'est juste pcq j'ai un fiston qui adore le miel et un autre qui déteste ça, mais qui adore le sirop d'érable. C'est pour les aider avec leur toux dès que le mercure recommence à descendre... Je mets ce miel/sirop dans une infusion de tussilage séché.
    Le livre est disponible en ligne sur amazon.ca : http://www.amazon.ca/Recettes-secr%C3%A8tes-mon-herbaliste-Les/dp/2889380033

    Posté par S4br1n4k le 08 juin 2015 à 03:05
  • Pour le livre sur les Vins médicinaux et élixirs de Christophe Bernard, il sortira début juillet et il est en pré commande chez Amazon

    Posté par Irène le 08 juin 2015 à 11:14
  • Michèle, je ne connais pas la Naturalis et je ne l'aurais pas acheté, la contenance est trop faible pour moi. Il est vrai que cela ne m'inspirait pas outre mesure mais c'est tout à fait personnel.
    Je n'ai pas de rice cooker et je ne vais pas t’expliquer comment utiliser le saucier puisque tu l'as déjà fait. Ce que j'aime avec mon saucier, c'est que je peux laisser "tremper" les ingrédients et réchauffer doucement le lendemain. Et ême le surlendemain. C'est ce que je fais avec la vanille par exemple

    Posté par Irène le 08 juin 2015 à 11:18
  • Pardon : "même" _.(

    Posté par Irène le 08 juin 2015 à 11:18
  • - Irène,

    Si Dieu me prête un peu de minutes supplémentaires avant fin juin, je vais tenter une macération dans la naturalis mais il y aura peut-être un souci avec le réglage de la température s'il n'est pas assez maniable.

    J'imagine tes gousses de vanille macérant lentement ... la maison doit sentir bon

    - S4brin4k,

    Tu me fais envie avec tes jeunes pousses de sapin qui sentent bon.
    Quelle délicieuse façon de les déguster dans du miel/sirop d'érable. On aura juste envie d'être malade avec de tels remèdes!

    Tu me diras quelle odeur aura ton huile macérée? Ce sera une bonne indication par rapport au terroir en question et je ferais peut-être un macérat de pins sylvestres la prochaine fois.

    - Loulou

    Quel plaisir de te relire par ici!
    On peut penser que tu as hiberné tout l'hiver

    J'ai le très grand privilège d'avoir pu tester quelques HE d'Aliksir de grande qualité mais de sapin me semble t-il.
    Quel dommage! Elles doivent avoir une belle puissance.

    Je mets le lien vers leurs huiles canadiennes des fois que..
    http://www.aliksir.com/fr/aliksir-quebec-canada

    Le baume est aujourd'hui d'une grande finesse de pénétration, j'adore vraiment cette maturation lente avec les co-émulsifiants que sont les alcools gras.
    On voit le baume se faire et c'est jubilatoire.

    Quelles plantes pouvez-vous récolter facilement au printemps au Canada S4brin4k et Loulou? Ce serait sympa de nous faire rêver un peu...

    - Annabulles,

    Dès que possible, mets déjà tes consoude et soucis en alcool puis en huiles. Les macérations peuvent attendre que tu aies le temps de t'y mettre.

    J'allais même dire que fabriquer un baume, c'est parfois une bonne manière de faire passer son impatience quand on n'a plus de temps pour rien

    - Emadra,

    Bisous et à bientôt.
    Tu sembles si pressée!

    - Nanette,

    Si tu utilises ton rice cooker comme un bain marie, il faudra quand même surveiller que tu aies toujours de l'eau.
    Le mien a une vitesse de réchauffage qui est très douce t m'a permit une macération directe dans la cuve. Sinon ne t'inquiète pas outre mesure, fais tes macérats tranquillement dans un bain marie doux dont tu peux contrôler la température.

    Je ne me rappelle plus vraiment les réglages de la naturalis et dès que possible j'irai voir. Mais il se peut que ce ne soit pas très modulable en effet.
    Il est fait sur le principe du saucier sans les possibilités de réglages multiples de la température.

    Tu sais bien qu'ici on ADORE les questions. Tout le monde fait ainsi avancer le schmilblick alors ne te gène pas ma Nanette

    - Sylvie,

    J'ai fait vite avec le rice cooker car je travaillais entre deux et ne pouvais pas surveiller le bain marie.
    Tous ces appareils fonctionnent sur le même principe et je pense que c'est simplement la possibilité de contrôler le thermostat qui change la donne.

    Tu devrais apprécier ce genre de baumes. N'oublie pas l'alcool cétylique ou cétéarylique!

    - S4brin4k,

    L'alcool dont je parle est l'alcool ETHylique, celui que l'on boit dans le vin, la bière, le viski...
    Il est parfois dénaturé pour justement empêcher le pékin moyen de l'absorber et les dénaturants ne conviennent pas à nos préparations cosmétiques.

    Même si l'on en trouve dans les parfums que l'on vaporise dans l'air, la peau ou sur les vêtements...

    L'alcool isopropylique est réservé aux tâches ménagères et à la désinfection des surfaces. Il ne convient pas aux teintures. Ici l'alcool éthylique est essentiellement vendu en pharmacie.
    Il faudrait peut-être le demander aussi en pharmacie?
    Même à 90° c'est très bien.

    - Sylvie

    Je songe à me faire un bon baume au romarin et à l'encens dont j'ai lu dernièrement qu'ils sont très indiqués pour la mémoire.
    Alors tu penses bien que le macérat de romarin est en cours ... dans ma tête et mon cahier de cosméto.
    J'ai de la teinture d'encens quelque part, de bonnes HE de romarin cinéole de plusieurs provenances, de l'encens monastique, du sacra, du serrata...

    Au boulot!
    J'imagine la puissance du romarin de ton arrière pays, autre chose que celui de mon jardin...

    Posté par michele le 08 juin 2015 à 13:58
  • Merci pour tes précisions Michèle!
    Je tenterai de te faire rêver avec des photos éventuellement

    Posté par S4br1n4k le 08 juin 2015 à 15:35
  • Tiens, juste pour dire, j'ai laissé la nature aller dans ma cour arrière et j'y ai trouvé ces 2 espèces cette année :
    http://www.florelaurentienne.com/flore/Groupes/Spermatophytes/Angiospermes/Dicotyles/045_Violacees/01_Viola/Genre.htm
    et ça :
    http://pagesvertes.info/tussilage-article-3222,283,fr.html

    (désolée, je vois pas comment insérer des photos, alors je mets des liens)

    Pas sûre que ce soit si exotique, puisque le tussilage est arrivé de ce côté-ci avec l'arrivée des européens

    Quand je serai bien savante, je pourrai t'en parler mieux.

    Posté par S4br1n4k le 08 juin 2015 à 15:55
  • Pour les photos , S4br1n4k (ouch , pas facile , l'orthographe de ton pseudo ..) ,
    il faut passer par un hébergeur d'image

    Posté par patsch le 08 juin 2015 à 19:00
  • Michèle as tu besoin de romarin? Je le dis à Annabulles ☺de mon côté je comptais prendre tous les jours une t isane de romarin ,mais peut être qu'un baume est aussi efficace ☺j en mets quasiment tous les jours ,sur et sous les pieds ,sur la poitrine .....J aime bien....sur je fais ta formule et je te dis et je n oublié pas l'alcool cetylique ou cetearylique ☺
    Oui le romarin sauvage de la garrigue sent très bon ☺

    Posté par Sylvie le 08 juin 2015 à 19:58
  • Michèle, j ai oublié te dire :tu me fais rêver avec tes romarin et tes encens ☺monastique? Celui que l on fait bru, et pour les funérailles? Bises du sud ou il pleut 😬

    Posté par Sylvie le 08 juin 2015 à 20:03
  • Michèle, merciiiiii .
    Et moi, je cherche désespérément de l'orme rouge, depuis que Loulou nous a fait envie avec son article sur l'HE d'eucalyptus radié. Aucun herboriste n'en vend!!!! . Désespoir.........

    Posté par nanette le 08 juin 2015 à 21:30
  • Nanette, un échange? Je t'envoie de l'orme rouge (poudre ou écorce?) et tu m'envoie qqch d'équivalent, non disponible ici? Ça me ferait plaisir!

    Posté par S4br1n4k le 08 juin 2015 à 21:53
  • Merci Patsch!

    Posté par S4br1n4k le 08 juin 2015 à 21:56
  • Oh!!!!! génial, merciiiiiiii. Je crois que c'est de la poudre : http://www.potions-et-chaudron.com/archives/2014/03/26/29323010.html. Dis moi ce que je peux t'envoyer ☺

    Posté par nanette le 08 juin 2015 à 22:19
  • Il faudra trouver un moyen d'échanger nos adresses Michèle, tu peux nous aider?
    En attendant, je pense à qqch d'équivalent.

    Posté par S4br1n4k le 08 juin 2015 à 22:22
  • Pas de soucis, Michèle va nous envoyer un mail

    Posté par nanette le 08 juin 2015 à 22:25
  • Et tes essais de macérât dans la naturalis m'intéressent Michèle. Par contre, le baume calendula/consoude, je le voyais plus comme cicatrisant. Mon fils a tendance à se gratter à mort parfois et il s'écorche littéralement sur de grandes surfaces. Ca me met dans tous mes états à chaque fois.

    Posté par Nanette le 08 juin 2015 à 23:02

Commenter l'article