Défi-lait de plantes

Défi "problèmes de peau"

Par atelierdemichele

        J'avais lancé l'idée d'un défi alors que ce n'est pas raisonnable en ce moment de me disperser...

Mais Speedy-Catherine a été vive, elle a précisé le thème du défi "problèmes de peau", elle a fabriqué en un instant son soin, m'a rappelée le matin tôt pour qu'on en parle plus précisément, a pris les choses en main et nous y voilà!
Mon défi est prêt et si je ne le rédige pas aussitôt, ce sera cuit.

 

20180603_114114 20180603_160937 20180603_114002

           L'idée qui m'était venue était de fabriquer un soin pour les problèmes de peau du corps qui a soif. J'ai utilisé tout l'hiver par manque de temps, presque exclusivement des beurres de karité fouettés à peine enrichis d'agents hydratants.

Et à l'orée de l'été, ma peau fripée a besoin d'un bain d'hydratation.
Donc d'un lait corporel. Point.

En voyage rapide à Porto, j'ai fait le plein d'inspiration avec un produit local. Je suis rentrée dans une boutique : Oliva & Co.  qui ne vend que des huiles d'olive de petits producteurs du Portugal (ce pays change à la vitesse grand V!).

Bios le plus souvent, le monsieur était absolument passionné, la dame à côté lui soufflait parfois de me montrer celle-ci ou celle-là et j'ai choisi deux huiles d'olive ardentes en gorge (le signe de la richesse en anti-oxydants).

Mais voilà j'ai fait tout autre chose parce que la créativité, tout ça, tout ça...

 

Mon macérat huileux de plantes

Catherine a dit "macérat huileux de plantes", je suis allée comme presque chaque matin faire un tour de marche rapide en forêt et rien... à part un plant de consoude en fleurs au bout du chemin. J'en ai cueilli une petite feuille en me disant que ça pouvait toujours servir.

J'ai cueilli 5 ou 6 fleurs de pâquerettes sur la pelouse en remontant, une rose rouge en haut de l'escalier et j'ai posé le tout sur un morceau de papier absorbant sur la terrasse pour faire un peu sécher tout ça.

J'ai retiré mes chaussures, enfilé un maillot et piqué une tête dans la Seine, j'ai pris une douche, mis mon maillot et ma serviette à sécher sur la terrasse - je vous raconte ma vie - puis j'ai regardé les plantes et le papier absorbant renversés par le vent furieux en me disant que je devrais faire ma fabrication aujourd'hui sinon ce serait foutu.
Catherine a dit qu'il n'y a pas de délai mais quand même...

En ouvrant mon placard à plantes, j'ai retrouvé 3 feuilles sèches de consoude dont j'ai prélevé un morceau, j'ai sorti des fleurs de lavande  offertes par Irène, de la matricaire de Croatie et des copeaux d'un bois colorant alimentaire rouge lipophile d'Udaïpur tous deux offerts par Venezia. Est-ce de la racine d'orcanette?

C'est joli et ça donne un macérat huileux très rapidement réalisé dans un mélange 2/3 - 1/3 d'huile de coco fractionné et jojoba bio. J'ai fabriqué le macérat avec 30ml de ce mélange d'huiles enrichi de deux capsules de vitamine E, jeté dedans les plantes vaporisées d'alcool, posé le bécher dans l'eau bouillante feu éteint pendant 15 minutes 3 fois de suite sans changer les plantes.
Mon mode opératoire n'est pas orthodoxe mais on s'en fout, on y croit!

Le résultat est au delà de mes espérances, un somptueux rouge vineux au parfum de lavande-camomille matricaire très doux.

 

20180603_141923 20180603_142634 20180603_144418

Dans l'ordre de bas en haut et de gauche à droite, pâquerettes, consoude, rose, lavande, matricaire et bois colorant alimentaire
Plantes dans l'huile avant le bain et  macérat huileux

 

Les cogitations à propos du Défi - lé lait de plantes

Qui dit macérat huileux de plantes, dit Mlk.
Qui dit Mlk dit lécithine. Non?

Alors j'ai pensé à une lécithine modifiée pour en augmenter l'hydrophilie. On a dit "soif, bain d'hydratation" . J'ai retrouvé ces informations sur les lécithines dans les commentaires de la Lady L de Mlk:

- bio compatibles donc immédiatement efficaces pour nos peaux
- bons acteurs dans les systèmes anti-oxydants (il y en a dans l'aox cos et l'antiranz)
- anti-déshydratantes voire hydratantes à long terme (7 jours)
- anti -inflammatoires
- restructurantes pour la lysolécithine donc intéressante pour les peaux matures qui aiment être lissées et tensées (hum...)
- très bien tolérées et  innocuité vérifiée sur de très longues années.


          Et ALikéa la reine de la lécithine a dit ici " émollient hors pair, bien différent des huiles végétales et des alcool gras. Très léger, très vite absorbé par la peau car ayant une affinité particulière avec les lipides cutanés, l'effet confort qu'elle apporte est durable et efficace, sans effet gras"

      Et Zinette a écrit tout ceci sur la fiche de la Lysolécithine: "Elle est également un émollient, elle adoucit et apaise la peau, elle possède d'excellentes propriétés hydratantes et pénètre profondément dans l'épiderme.
La Lysolécithine possède un bon pouvoir émulsionnant, épaississant, stabilisant et suspensoïde".

      Très séduisant tout ça!

 

 20180603_162923

 

      Mais il y avait aussi à propos des lécithines, une autre phrase extraite du lien Lady L de Mlk:

"Pas toujours facile d’utilisation, la mise au point de produits en contenant réclame plus de temps mais les résultats tant sur le toucher que sur la tolérance et l’activité cosmétique sont indéniables. Pour reprendre une expression à la mode, ces lipides membranaires constituent une véritable seconde peau protégeant la nôtre tout en privilégiant le confort et le plaisir d’utilisation".

       Bon ben, pas le temps de cogiter trop longtemps, j'ai écrit une formule générale rapide et efficace:

2% lysolécithine, 3% alcool cétéarylique, 10% huiles végétales
0.3% gomme xanthane, 3% glycérine
Eau, HA, actifs, conservateurs pour 100%

Je décline ça avec mon macérat huileux de plantes, mes actifs hydratants (D Panthénol et fucocert), mon reste de gel d'aloé maison déjà gélifié à la xanthane, mes HE qui sentent super bon et voilà!

        En cours de route, faute de macérat en quantité suffisante pour mes 200g de défilé de plantes, j'ai complété la phase huileuse avec de l'huile de graines de concombre pressée à froid achetée chez Make it beauty. Fort heureusement elle ne sent pas grand chose et surtout pas le concombre qui interfère trop avec les HE à tel point que je me demande si les huiles de concombre qui sentent trop bon le légume sont parfumées.

Cette huile de graines de concombre est fine, très pénétrante et d'une vraie belle qualité; elle est commercialisée dans un flacon d'apothicaire brun qui ne me déplaît pas!

20180603_160822

 

Formule du défi-lait de plantes

 

20180603_150124

 

- Phase A

3% Glycérine végétale
2% Lysolécithine (Les utiles de Zinette)
42% Eau de source Rosée de la Reine

Pesez les ingrédients dans un bécher désinfecté
Agiter vivement à la cuillère magique. Jolie couleur!

 

 

20180603_150416

 

- Phase B  

30% Gel d'aloé vera maison (1% de gomme xanthane)

Ajouter à la phase A
Mélanger vivement à la cuillère magique, ça mousse un peu mais pas de soucis avec ça

 

 

 

 

   20180603_150640 

- Phase C

8% Macérat huileux de plantes sur coco fractionné et jojoba
2% Huile de concombre (Make it beauty)
3% Alcool cétéarylique

Ajouter dans les phases précédentes
Mettre à chauffer au bain-marie
A 50/55° C, sortir du bain-marie et mixer à l'électrique jusqu'au refroidissement
Arrêter régulièrement pour prendre  le temps de fabriquer le mélange d'huiles essentielles

 

 

- Phase D     

20180603_1514025% Fucocert (Aroma zone)
3% D Panthénol
1% Microsphères de silice (Aroma Zone)
0.6% Cosgard
0.4% Huiles essentielles (12 gouttes pour 100g de lait)

A froid, introduire les ingrédients un à un en mélangeant entre chaque ajout. Le pH est parfait et point n'est besoin de compenser l'eau perdue, le chauffage a été très bref.
Couler en flacons et étiqueter

 

       J'ai coulé le défilé de plantes lacté en flacon souple Twister Lucy acheté chez Aroma Zone dont j'aime beaucoup la rondeur et la douceur qui matchent vraiment bien avec le rose-délicat de ce lait.

La couleur des crèmes aux lécithines est généralement jaunâtre, peu séduisante à mon goût sauf celles émulsionnées à la Fluid lécithine super HT que j'ai tant aimée. Avec mon macérat huileux de plantes, c'est superbe, rose poudré, élégant et super séduisant.

Je pense qu'avec quelques gouttes de macérat huileux d'orcanette, on devrait obtenir la même chose. Il reste à espérer que la couleur ne virera pas dans le temps avec le flacon clair...

L'effet glu-glu redouté des crèmes aux lécithines est minoré voire aboli par l'ajout des microsphères de silice géniales sur ce coup là à 1% seulement.

Quant à l'effet cocoon non gras mais super hydratant sur mes mains, je ne vous dis que cela. Le message est écrit dans la foulée de la fabrication, je vous en donne des nouvelles plus tard quand j'aurai testé sur le corps.

L'épaississement est dû à l'alcool cétéarylique dosé à 3%, juste assez pour garder la faible viscosité et en ayant un effet nappant que j'aime bien; ne touchez pas à la texture, elle s'épaissit lentement mais sûrement.
On ne chauffe pas plus que la température de fusion de l'alcool cétéarylique, la lysolécithine émulsionne à froid sans problème quand il n'y a rien à faire fondre.

La quantité de lysolécithine peut être augmentée à 6-7% je pense,  pour des phases grasses inférieures à 40% (pas mal quand même, je vais essayer un de ces jours avec du beurre de karité).

 

20180603_160730

 

Le parfum

Fabriqué sans trop y réfléchir avec une architecture:

- petit grain bigaradier
- sauge sclarée
- j'ai mis quelques gouttes de jasmin grandiflorum parce que quand même, j'adore!

Et puis j'ai pensé à de la carotte plante entière bien plus fine que l'HE de semences un peu brute à mon nez.

J'ai dû rajouter quelques HE car l'un de mes fils a opportunément glissé qu'il avait besoin d'une crème depuis longtemps. J'ai donc mis aussi :

-  du tea tree pour l'effet antiseptique peau jeune (il y a un macérat dedans et mes fils utilisent la crème indifféremment sur le corps et le visage)
- de l'Eucalyptus globulus pour la fraîcheur
- et un peu de bois de rose magnifique de la cabane aux arômes pour le linalol et parce que j'aime bien Pescalune.

 

Et bien c'est réussi, ça sent un peu frais, la sauge sclarée domine pour l'instant mais bon...

Pour les 200g de défilé aux plantes (en gouttes):

7 petit grain bigaradier (Combes d'Ase - LCA aroma)
5 sauge sclarée (Sevessence)
3 carotte plante entière (Lavandes et compagnie)
2 jasmin grandiflorum absolue (Florame)
3 tea tree
2 Eucalyptus globulus (Bénin)
2 bois de rose (la cabane aux arômes de Pescalune)

 

 

20180603_155020
Défi -lait relevé ou bien?


Beurre réparateur

Défi "problèmes de peau"

Par CatherineNC

IMG_2722

 

 

Comme je vous le disais, j'ai beaucoup bricolé ces derniers temps et mes mains malmenées ont eu besoin d'un produit nourrissant et réparateur. Ce produit a été fabriqué et testé avec bonheur, je vais donc ouvrir le bal avec cette petite recette.

Je voulais un produit consistant, riche, à la manière du Beurre rose de Michèle dont j'ai tant aimé la texture, que j'ai fait et refait ; je m'en suis fortement inspirée surtout pour le complexe émulsifiant.

Pour le côté cicatrisant j'ai pensé à un baume qui m'avait été offert par Venezia, fabriqué avec une teinture de ciste et de labdanum, comme le dit notre Princesse "ça marche du tonnerre" ! fort heureusement, il restait dans mes placards un peu de cette teinture que Venezia m'avait offerte, quelle chance !

Pour le reste, j'ai composé ma recette en me limitant à ce que j'avais dans mes placards, "interdiction d'utiliser ma carte bleue pour cette recette", belle occasion de finir des flacons qui dorment depuis longtemps pour certains :

- un glycériné de palo santo,
- du beurre de café,
- un macérat de feuilles de consoude de ma terrasse sur coco fractionné et huile de babassu (tu te rappelles Moune du petit plan de consoude que tu m'avais offert à Paris il y a maintenant quelques années ? elle a bien proliféré...),
- un macérat de consoude, calendula, camomille romaine et matricaire, plantain, sur huile olive,
- de l'huile de tamanu si efficace pour réparer la peau.

 

IMG_2715

 

Formule de mon beurre réparateur en pourcentage
(ou en grammes pour 100 grammes de produit final )

- Phase aqueuse

15,4 % d'eau 
10 % d'hydrolat de lavande fine de Provence
10 % d'hydrolat de myrte corse
20 % de jus d'aloé gélifié à 2% d'Amigel
3 % de glycériné de bois de palo santo
1% d'allantoïne
8% teinture de labdanum et de ciste fabriquée par Venezia

 

- Phase huileuse

5 % macérat de feuilles de consoude sur coco fractionné/babassu
5 % macérat consoude, calendula, camomille romaine et matricaire, plantain sur huile d'olive
3 % huile de tamanu (calophylle inophyle)
3 % beurre de café Les Utiles de Zinette (Hydrogenated Coffea arabica Seed Oil)
2 % alcool cétéarylique
4 % cire émulsifiante n° 3  AZ (Glyceryl stearate SE)
3 % stabnatural Huile et Sens (Bentonite and Xanthan gum)

 

Troisième phase

2 % huile d'onagre
3 % D-Panthénol
1 % vitamine E
0,6 % ecogard (conservateur)
1 % huiles essentielles

 

Le mélange d'huiles essentielles à 1% (soit 30 gouttes pour 100 gr de produit)

10 gouttes de lavande fine
6   gouttes de géranium bourbon
5   gouttes de myrte citronnée
3   gouttes de ciste
3   gouttes de bois de rose
3   gouttes de myrrhe 

Je voulais y incorporer de l'huile essentielle d'encens que j'aime tant mais j'ai découvert que je n'en avais plus...

Chauffer séparément au bain-marie la phase aqueuse et la phase huileuse jusqu'à 70/75 degrés, verser la phase huileuse dans la phase aqueuse et mixer à l'électrique pendant plusieurs minutes, terminer par la cuillère magique ou la spatule jusqu'à refroidissement, incorporer la 3ème phase, bien mélanger à nouveau. Verser en pot, laisser bien reposer avant utilisation.

 

IMG_2709

 

De suite après la fabrication, j'ai "léché" le bécher (comme le fait Moune...) pour ne pas en perdre une miette et m'en suis tartinée sur les bras. Le produit était collant et ne pénétrait pas bien. Le lendemain, plus d'effet collant mais un beurre doux qui pénètre bien et qui laisse la peau très douce. Il ne faut jamais évaluer un produit immédiatement après sa fabrication, très souvent il se bonifie en quelques heures de repos.

J'ai testé ce beurre et suis très satisfaite du résultat, il est agréable à appliquer, pénètre vite, laisse la peau douce et repulpée et surtout l'effet cicatrisant sur les petits bobos est présent, c'était le but recherché.

Du coup je l'utilise également pour masser mes jambes qui ont tendance à être sèches et à desquamer avec le frottement des pantalons (je n'ai pas encore sorti les jupettes) 

Je l'ai utilisé après un rasage express du maillot (départ en week-end précipité et espoir d'utiliser mon maillot de bains) et, contrairement à d'habitude je n'ai pas vu apparaître de petits boutons rouges qui grattent dès le lendemain.

Vraiment, l'alcool de ciste et de labdanum, "ça marche du tonnerre" !!!