Ça y est c'est mon tour !

Je regrette déjà d'avoir tant attendu avant de m'y mettre car ce que vous avez fait est ÉPOUSTOUFLANT. Ce défi est une idée de génie !!! J'arrive donc avec mon petit biwil colza, j'espère qu'il plaira à ma biwilette ;-)

Une fois l'huile choisie (j'hésitais entre colza et avocat), restait à imaginer le petit plus.
Direction le tiroir à ingrédients : pas d'hésitation, je flashe directement sur mon argile violette jamais utilisée, ni en cosméto, ni en savonnerie. Alors que pourrais-je marier à mon argile violette ? des fleurs de mauve pardi ! mais apparemment la mauve ne garde pas sa couleur avec la soude donc prudence.
Donc nous disions violet et .... jaune ben oui les 2 couleurs sont complémentaires, pas de problème, quelques pétales de calendula du jardin ensoleilleront mon savon.

Mais mais mais je me suis réjouie bien trop vite.
J'imaginais déjà mon savon jaune et violet (comme je suis naïve n'est-ce pas) mais j'avais omis une chose importante. Cette huile de colza bio, que j'utilise pour la première fois, est d'un très beau jaune, comme je le souhaitais. Seulement que se passe-t-il quand on mélange du jaune et du violet : je vous le donne en mille :  du marron !!!! pourtant au tout début, quand j'ai dilué mon argile dans ma pâte, j'ai obtenu un violet profond, mais quand j'ai ajouté mon petit mélange au restant de pâte, envolé le violet, pfffffffff !!!!
Au final on croirait un savon vanille-chocolat.

60g coco
140g colza bio
infusion de fleurs de mauve bio pour diluer la soude (surgras 8%)
soie bio

séparation de la pâte en 2 :
d'un côté : ajout d'argile violette
de l'autre : fleurs de calendula

tentative de swirl (mon premier essai)
ajout sur le dessus d'un bouton de fleur de mauve et qq pétales de calendula

Il n'est pas encore démoulé, je rajouterai une photo quand ce sera fait et je vous donnerai mon avis  en  même temps.
A bientôt.

Edit du 16/10/08 : une photo de mon biwil

IMG_8387

Ma biwilette choisira celui des 2 qu'elle préfère. Je viens de l'essayer : il sent l'infusion de mauve et fait de grosses bulles très aériennes. Je le trouve très doux. J'espère ne pas avoir manqué au réglement en ajoutant de la soie alors qu'on avait dit pas d'ingrédients d'origine animale, je n'y ai pas pensé sur l'instant, je suis désolée.


Biwil "Carthame" de Catherine

Défi Biwil

Par CatherineNC

Je ne veux pas être la dernière à poster et, malgré ma déception, je me décide à vous présenter mon pauvre savon râté...  mais je n'aurais pas le temps d'en refaire et je ne veux pas faire traîner ce merveilleux défi.

Mon idée première était de faire un savon à la nigelle, j'adore son odeur et la couleur qu'elle peut donner dans le savon, malheureusement, plus suffisamment d'huile dans mes placards, heureusement notre Zinette y a pensé !

J'ai donc fait un premier essai  avec Monoï de Tahiti (pour le coco) et huile de tamanu (j'étais certaine qu'il y aurait une odeur....) mais le résultat ne me plaisait pas, ni la couleur, ni l'odeur. De plus, j'ai réalisé que j'avais surgraissé le savon avec du monoï donc je dépassais les 30 % de coco.

J'ai eu envie d'un savon qui fasse penser aux vacances, un coquillage d'une belle couleur bleu, sentant le monoï.
J'ai donc utilisé de l'eau de mer pour dissoudre la soude, de l'huile de carthame (la seule disponible en quantité suffisante dans mes placards). J'espérais obtenir un joli bleu comme celui de Chabou
ici et j'ai infusé la totalité de mon huile avec de la racine d'orcanette (offerte par Chabou). La trace est arrivée si vite que j'ai dû remplir les moules avec une cuillère et voyez quelle couleur j'ai obtenue :

DSC01665







Chabou, ton orcanette est vraiment efficace !!!!

Le savon a vite durcit (sans lactacte) mais la mousse est.... BLEUE !

J'ai recommencé mon expérience, cette fois j'ai obtenu un joli bleu ; mon contentement a été de courte durée, le savon à pris une couleur non uniforme, avec des parties plus blanches.

J'ai donc essayé de refondre le tout avec juste un peu de Monoï car la teinte générale me plaisait bien ; catastrophe, vilain comme tout, mal moulé, trop mou....

Je n'ai pas voulu revoir mon idée de départ ni utiliser de lactacte puisque le premier était bien dur sans (vous dites que Catherine est têtue ? non c'est une idée !) en respectant les consignes données par Michèle.

Voici donc la dernière version, d'une couleur "pisseuse" qui sent légèrement le Monoï, qui mousse bien :

Pour 250 gr de savon :

- 30 % soit 75 gr d'huile de coco (dont 50 gr de Monoï et 15 gr d'huile de coco qui sent bon)
- 70 % soit 175 gr d'huile de carthame BIO

- Soude : 29 gr
- Eau de mer 60 gr

A la trace :
- 20 gr d'huile de carthame infusée à l'orcanette
(surgraissage 8%)
- 3 gélules de vitamine E (TOCO 500)

DSC01668DSC01669






Le savon a du mal à durcir....

Celle qui se dévouera pour poster derrière moi aura le choix de préférer le premier, si elle préfère "décorer" son aquarium, ou du second si elle n'a pas peur de recevoir un truc informe ou d'un tout autre que je pourrai faire sur commande....

Même si je suis déçue du résultat, j'ai pris beaucoup de plaisir à essayer de relever ce défi et je me régale de voir l'inventivité de chacune ainsi que de lire tous ces échanges.

Merci Michèle pour cette superbe idée et merci à toutes pour ce partage !

Savon biwilesque par Ka fée

Défi Biwil

Par ka fee

Après moultes réflexions, tâtonnements et deux essais j'ai enfin réussis à faire mon biwil.
Je voulais un savon en deux couleurs pour pouvoir faire un marbrage un peu spécial que j'avais vu dans un gâteau ICI.
J'avais été très inspiré mais je ne me voyais pas mettre ma pâte à savon à la cuillère, j'aurais pris le risque de voir mon savon se solidifier avant que je n'ai tout incorporé. Il me fallait donc une solution plus rapide. Et c'est au cours d'une de mes nuits de réflexion biwilesque (les nuits portent conseil parait il) que j'ai trouvé l'astuce.
J'ai donc utilisé un entonnoir, fixé avec des baguettes chinoises pour pouvoir couler mes deux couleurs l'une après l'autre.

entonnoir

J'ai donc préparée mon savon en le séparant en deux pour faire une partie blanche et une partie orange avec de l'ocre jaune et de l'ocre bordeaux.

2_teintes

Puis j'ai coulé ma pâte dans l'entonnoir l'une après l'autre pour faire mon marbrage.

p_te_coul_e

Et après à peine 24h voilà ce que ça m'a donné

carotte

Recette pour 500g d'huiles :

30% Huile de coco
70% Huile de tournesol
Soude avec un escompte de 10%
100g d'eau + 50g de lait de riz rajouté à la trace
8g de lactate de sodium
1 petite carotte
Ocre rouge et bordeaux

Un savon tout simple et très nature qui pour l'instant ne sent pas grand chose mais qui est déjà très doux.

Edit : J'ai complètement oublié de mentionner les 2 capsules de Vitamine E que j'ai mis par sécurité. Oui avec 70% d'HV de Tournesol et une carotte j'ai pris un gros risque j'avoue.
Et j'en profites pour rajouter une photo de mon biwil à la lumière du jour.


savon_biwil

savon biwil bi-sésame de Venezia

Défi Biwil

Par veneziapetitpois

Quand j’ai lu “un savon avec des huiles alimentaires”, c’est le mot alimentaire qui a fait tilt: je voulais faire un savon à croquer ou presque. J’ai donc cherché une huile qui permettrait des variations quasi culinaires… et si j’ai opté pour l’huile de sésame, dont j’apprécie par ailleurs les effets anti-dessèchement, c’est parce que j’ai pensé … purées de sésame, que je pourrais incorporer pour remplacer les huiles en surgraissage à la trace.

BIWIL, pour certaines ça a été “bibi”, “be cool”, … pour moi, c’est bicolore qui m’est venu à l’esprit. Je ne m’étais encore jamais lancée dans les savons bi-couches, c’était l’occasion. Je voulais du jaune et du noir (sésame doré et sésame noir) … si j’ai eu le sombre, la partie jaune a viré à l’orangé légèrement translucide, ce qui me rend insatisfaite. Ce qui ne me satisfait pas non plus, c’est que, malgré un choix d’ingrédients réputés pour fixer les parfums, le résultat final est très discret au nez. Les savons ont curieusement un parfum évanescent… de grenadine. Mais comme j’en ai assez de tergiverser: bien, pas bien, … tant pis, je me lance.

J’ai préparé pour chaque couleur des mélanges olfactifs et colorés différents

DSCN6011

Teintures de vanille et de safran au mastic

Pour le jaune:
-une teinture alcoolique de safran et de résine de mastic allongée à l’eau de fleur d’oranger (offerte par Mlk), le tout réduit et flambé avant emploi. 
-un mélange de fleurs de carthame (encore un cadeau de Mlk) et de  curcuma en poudre mixés et tamisés, ajouté à de la purée de sésame blanche et bio.
-un reste de macérat de vanille dans de l’huile de coco (on reste dans les deux huiles donc… )

DSCN6014
DSCN6015

En haut, poudre d'açai et flocons noir, en bas, purée de sésame et poudre de curcuma-carthame


Pour le noir:
-une teinture alcoolique de gousses de vanille broyées, filtrée et allongée à la l’eau de fleurs d’oranger, le tout réduit et flambé avant utilisation
-de la poudre d’açai, (le fruit très foncé d’un palmier amazonien aux vertus anti-oxydantes) déjà essayée avec succès sur un autre savon
- pour le sésame noir, je me suis souvenue d’un de mes achats expérimentaux dans une épicerie chinoise: des flocons déshydratés à base de sésame noir, riz noir et haricot noir, sucre, amidon et noix (à délayer dans l’eau pour obtenir un petit déjeuner d’un noir d’encre, fort consistant et pas si mauvais … )

DSCN6013

L'image sur la boite rend bien compte de la couleur du breuvage au sésame et haricots noirs

Pour l’eau de dissolution, j’ai préparé une infusion très corsée de fleurs de carthame et de poudre de curcuma dans de l’eau de fleur d’oranger.   

Ce qui donne:
(pour six savons d’un peu plus de 100g chacun):

150g huile de coco indienne (30%)
350g huile de sésame bio (70%)
6g acide lactique
71g soude
180g liquide dissolution à la fleur d’oranger

A la trace de la partie sombre:
5g flocons de purée de sésame noir (and co)+ 4 gélules de poudre d’açai
-15g de teinture de vanille réduite

A la trace de la partie orangée-que-j’aurais-voulue-jaune:
5g de macérat de vanille-coco
3g poudre de curcuma bio-fleurs de carthame
19g teinture de safran au mastic réduite
20g purée de sésame blanche et bio

J’ai procédé un peu au débotté


DSCN6016

Le mélange de la solution de soude et des huiles vient d'être fait

J’ai incorporé la solution de soude au mélange coco-sésame et j’ai tout de suite divisé la pâte avant la trace.

-Dans un tiers de la pâte, pour le noir, j’ai incorporé après une trace assez légère la teinture ainsi que l’açai mélangé aux flocons de purée sombre.  J’ai versé dans mes moules tronc-coniques pour avoir un chapeau sombre aux savons. 

Puis j’ai patienté… pas assez patiemment je crois. J’ai attendu 20mn avant d’attaquer le jaune. J’avais mélangé la purée de sésame à la poudre curcuma-carthame, je l’ai ajoutée après la trace ainsi que la teinture mastic-safran. Il y a eu une demi heure environ entre la première couche, encore très molle, et la deuxième; j’ai versé doucement, rien de sombre n’est remonté à la surface, j’étais ravie, je tenais à la calotte foncée.
Je suis passée à autre chose, notamment à la lecture des premiers biwil, c’était dimanche…  Toute guillerette, je suis allée contempler mes savons avant d’aller au lit et misère, tout avait me semblait-il, viré au grenat…



DSCN6022


J’ai démoulé le lendemain, ce n’était plus grenat, mais d’un orangé très safrané (j’aurais dû m’en douter, il y a du safran… ) qui devient peu à peu légèrement translucide. Il y a une calotte sombre, un peu irrégulière.
Je les appelerais volontiers mes mal aimés, les pauvres… je les aurais voulu jaune pâle et noir… ils sont orangé-anthracite.
La mousse est abondante et légère.

Je compte sur l'indulgence de sa destinataire, je l'espère moins à cheval que moi sur les couleurs…

Biwil d'Automne par Denva

Défi Biwil

Par denva

J'ai tout de suite été emballée par ce défi-échange que Michèle nous proposait : la simplicité du projet, sa créativité (un biwil c'est bien, mais un peu fade si on ne l'embellit pas d'une belle robe...), et le plaisir de partager cette expérience avec vous toutes.

Bref, je n'ai pas planché longtemps sur ce que je souhaitais faire : un savon gourmand et crémeux.

Exit les parfums, il me fallait donc une huile odorante...et la noisette s'est imposée à moi!

Un petit tour sur Soapcalc a confirmé mon choix, huile de noisette mêlée à la coco promettaient un savon très doux, une belle mousse, mais un peu mou tout de même. N'étant pas adepte de l'acide lactique, j'ai finalement opté pour un faible ajout de sel, me permettant un séchage plus rapide et une belle mousse. Pour encore plus de douceur, laits de noisette et de châtaigne.

Cela donne donc la formule suivante :

30% d'huile de Coco

70% d'huile de Noisette

Lait de noisette et châtaigne (j'ai utilisé la méthode de Reo : mixer le lait aux huiles et ajouter la solution de soude, je ne procède plus qu'avec cette méthode qui est géniale!)

Surgras à 12% selon soapcalc, 30% de liquide (1/3 d'eau pour diluer la soude, 2/3 de laits)

A la trace, 15g de sel, 2cs de lait de noisette et 2cs de lait de châtaigne.

Le tout saupoudré de farine de châtaigne, cannelle et muscade en poudre.

Et voilà la bête :

DSC00368

Il mousse bien, a une odeur sucrée et fine de noisette.

J'espère qu'il saura faire fondre sa destinataire! ;-)


Biwil "Nigella Sativa" de Zinette

Défi Biwil

Par zinette

Alors, voilà, mon idée pour l'huile de nigelle était arrêté depuis le début du défi, quand j'ai lu Michèle lancer: coco + x, j'ai pensé tout de suite à la "nigella sativa"! J'aime beaucoup cette huile: merveilleuse, miraculeuse et son parfum ahhh! Il ressort dans le savon, si si!

<< C'est une graine qui vient d'Égypte, on l'appelle aussi le cumin noir, en anglais: black seed oil, elle est réputé pour "guérir tous les maux sauf la mort" (selon une tradition du prophète Moùhammed (s)). >>

En ce moment, je suis en plein dedans, j'en bois tous les matins à jeûn, je m'en tartine dans une crème anti-ride et mes boutons ont disparu, je me masse avec, bref faire un savon uniquement avec cette huile, je n'y jamais pensé, évidemment c'est une huile couteuse mais pour deux savons de 100 gr, on ne va pas lésiner.

Alors, la formule:

  • 140 gr d'huile vierge de Nigelle
  • 60 gr d'huile de coco
  • Vitamine E pure: 5 gouttes (édit de 17.21 H)
  • infusion de thé vert: 60 gr
  • soude: 27 gr (pour un surgras de 7%)
  • lactate de sodium: 4 gr (2%) je ne voulais mettre qu'1% mais ma main en a décidé autrement...
  • à la trace:
  • 1 cuil. à soupe de poudre de tépezcohuite
  • graine de nigelle pour le top

 

La suite en reportage photo:



soudediluedsthvert.jpg

 

Puis lorsque j'ai versé ma solution de soude (température ambiante) dans mes huiles (température ambiante), la trace apparaissait en même temps que je versais, donc en l'espace de quelques secondes.

(j'ai pensé que cela venait du fait que c'était une petite batch et c'est la première fois que je fais un savon de moins de 1 kilo!)

La trace rapide:

latracerapideavecflash.jpg

latracerapidesansflash.jpg

La réalité de la couleur se rapporte plus à la photo sans flash!

 

La pate à savon en moule:

enmoulessnigelle.jpg

 

avec rajout des graines de nigelle:

enmouleavecnigelle.jpg

 

Démoulé:

lesavondmoul.jpg

savoncoupen2.jpg

 

Hum, on sent bien le parfum de l'huile de nigelle:

miam.jpg

 

et pour le premier jour, je trouve que ça mousse bien:

amousse.jpg

 

Voilà, mon Biwil sera pour qui? En espérant de tout cœur qui plaira à ma Biwillette^^

(on s'invente de ces mots...)

 

 

Mon Biwil COOL

Défi Biwil

Par cathou14

Que je suis contente de pouvoir participer à ce défi, dans la cour des grandes!!! (en savonnerie)

Alors moi je l'ai apelle Cool car Coco + Olive = Cool

Sa formule magique respectueuse des consignes données et après grande cogitation car je ne suis pas une grande savonnière chevronnée!! :

Huile de Coco Bio 30% = 60g

Huile d'Olive bio 1ère pression 70% = 140g

Infusion d'anis vert 60 ml

Soude calculée selon The sage pour un surgraissage à 5%

Une cuillère d'argile blanche pour adoucir la teinte de l'anis vert et rendre le savon encore plus doux

à la trace huile d'amandon de pruneaux pour sa délicate odeur de frangipanier

2 capsules de Vit E

Verdict : Démoulés dès le lendemain, bien durs

Odeur très délicate de frangipane et coco

Mousse correcte

Douceur extême!!!

La suite en image : IMG_0658red_changeA qui dois je envoyer ce savon cool??? sachant qu'il doit encore sécher un petit peu....???

Mon Biwil - BiBeurre - Karité par Blandine

Défi Biwil

Par dejblandine

Que je suis contente d'avoir pu participer à ce joli défi!

J'ai hésité entre deux versions Biwil, une avec de l'huile de pistache, une avec du beurre de karité brut.
J'ai eu peur que le savon soit mou avec de l'huile de pistache en si grande quantité, et ayant un bon stock de karité brut, je me suis plutôt orientée vers une version karité.

70% de beurre de karité dans un savon, cela ne pouvait que donner un savon très doux, crémeux. J'ai donc poussé jusqu'au bout l'idée de la douceur. J'ai choisi d'utiliser du lait d'avoine pour diluer ma soude, et j'ai ajouté une cuillère à café d'argile blanche, pour la couleur mais aussi pour le fini que l'argile apporte aux savons. Je le voulais bien blanc, bien lisse, sans odeur.

Pari presque gagné!

La trace est venue très vite, comme je m'en doutais. J'ai donc coulé dans mon moule, et attendu. Il y a eu une grosse phase de gel, qui a laissé une séquelle sur mes savons: un joli halo au centre. Finalement c'est plutôt une jolie surprise, ce halo me fait penser à une bulle.
J'ai démoulé et découpé au bout de 20 heures environ; le savon était extrêmement dur; cela a été un jeu d'enfant pour le découper!

Bilan:
- niveau couleur, donc, une petite surprise, mais qui finalement me plaît bien!
- pour l'odeur, je  le voulais complètement neutre, il embaume le karité. L'odeur n'est pas entêtante,discrète mais présente.
- pour la mousse, je m'attendais à une mousse petite, serrée et crémeuse. Le crémeux est au rendez vous, et j'ai obtenu finalement plus de mousse que prévu!

Je vous présente donc mon Biwil-Bibeurre:

DSCF2606

           Formule du savon Biwil Karité par Blandine:

- 70% beurre de karité brut soit 140g
- 30% huile de coco soit 60g
- lait d'avoine et soude selon le calculateur pour un taux de surgraissage  de 10%

- 2 gellules de vitamine E, une cuillère à café d'argile blanche.

Biwil "pépins de raisin" de Michèle

Défi Biwil

Par atelierdemichele

          Pour ne pas que Nin-8 nous sorte encore un savon de derrière les fagots qui va me mettre la pression, je m'empresse de publier le premier que j'ai réalisé.
En le testant encore tout à l'heure, je le trouve très acceptable malgré son odeur inexistante.

          Il faudrait un jour lancer un défi sur la recherche d'odeur dans le savon sans huiles essentielles. C'est ce qui m'a semblé le plus difficile avec les deux savons que j'ai réalisés pour ce défi.

       
                L'idée de départ

       J'ai reçu en cadeau de la part de Mlk des feuilles de Bois d'Inde, nom local antillais, il me semble. Mais où les trouve t-elle toutes ces plantes?

feuilles_bois_d_inde__pimenta_racemosa_


          En plongeant mon nez dans l'enveloppe de papier kraft, j'ai effectué un délicieux voyage dans les cuisines de mon  enfance.
Ce sont des feuilles de Pimenta racemosa Myrtaceae, une espèce de laurier très odorant que l'on trouve dans toutes les maisons tropicales et qui sert de condiment de base en cuisine au même titre que l'oignon et l'ail.

Ces feuilles vous débanalisent une sauce en un rien de temps.


          Vous connaissez certainement son huile essentielle vendue sous le nom de Bay , Bay Saint Thomas, ou Bay rhum, magnifique odeur épicée et fruitée à la fois.
J'adore cette odeur que je trouve réchauffante et rassurante.

Elle est recommandée pour le cuir chevelu alors pourquoi ne pas en faire un shampooing en barre? Vu l'opulente chevelure que je porte, je ne suis pas vraiment emballée par les soins capillaires qui ne me font pas rêver mais je me lave tout de même la tête...

          Puis je me suis résignée à les cuisiner en attendant l'inspiration. J'ai donc réalisé une sauce tomate aux feuilles de bois d'Inde avec des épices, des aromates  et des graines. Délicieux!

Et puis j'ai lancé le Biwil au lieu de bosser:
Je suis coincée à l'ordinateur en ce moment...

Et puis j'ai voulu ranger le bordel désordre dans la cuisine que je squatte depuis trois semaines avec mes cosmétos. Même que certains râlent parce qu'ils ont soi-disant besoin de la table ronde...

J'ai donc replongé le nez dans l'enveloppe de papier kraft et mon cerveau est parti au quart de tour.

          J'ai lâché le rangement de la cuisine et voilà le résultat: Un savon aux 10 graines et au bois d'Inde.

biwil

C'est un télescopage cosméto-culinaire comme je les aime.

 

             Les préparatifs

        J'ai hésité à faire un macérat glycériné ou huileux, une teinture ou une infusion des feuilles. Je voulais en capter le maximum de parfum et comme il s'extrait facilement  à chaud en cuisine (mélange de gras et d'eau), j'ai tenté l'infusion d'abord.

infusion_feuiles_bois_d_inde

Sa couleur "vin rouge" trompeuse devrait aller parfaitement avec l'huile de pépins de raisins à laquelle je pense très peu en savonnerie.

Je n'ai pas tenté le macérat huileux à chaud mais j'y penserai si je ne mange pas toutes les feuilles.

Je voudrais incorporer des graines dans le savon. Et pour savoir comment se comporte l'huile de pépins de raisin saponifiée, il faudrait que je puisse la tester sans ajouts.


          Je décide donc de faire un savon en trois couches.

Voici les gribouillages sur le cahier de préparations:

cahier_savons

 

           La formule pour chaque couche

 

- 30% huile de coco extra vierge bio et si odorante: 150g

- 70% huile de pépins de raisins: 350g

Eau ou Infusion très corsée de feuilles de Pimenta racemosa en glaçons: 100ml (attention, c'est une réduction d'eau!)

Soude pour un surgras de 6%: 70g

2 capsules de vitamine E à 500mg et 5g de lactate de sodium

 

A la trace de l'une des couches: 10 graines (moutardes blanches et noires, fenouil sauvage ramassé au bord de la mer cet été, cumin, carvi, poivre noir bio et cardamome verte bio offerts par Venezia, baies roses, coriandre du jardin et aneth)


graines

 

             Je fabrique donc trois fois 500g d'huiles que je coule à trois heures d'intervalle:

- une couche avec l'infusion corsée de feuilles de Pimenta racemosa pour dissoudre la soude en espérant garder la couleur rouge dans le savon, l'une de mes éternelles quêtes.

Au contact de la soude, l'infusion rosit et se transforme en beige rosé très doux, finalement très joli.

biwil_3e_couche

 

- une couche blanche sans ajouts avec de l'eau pour dissoudre la soude.

biwil_2e_couche

 

- une couche blanche dans laquelle je rajoute une cuillère à soupe de graines pulvérisées grossièrement au mortier

graines_pulv_ris_es

biwil_1ere_couche

 

          J'espérais secrètement que les baies roses gardent leur couleur dans la pâte en écho au beige rosé de la couche à l'infusion.

Pour l'instant c'est presque gagné mais je ne suis pas sûre que ça perdure au cours du séchage qui a déjà fait foncer toutes les nuances.

 

       J'ai commencé à découper les barres très classiquement :

biwil_superpos_s

 

Prise d'une inspiration de dernière minute, j'ai eu envie de faire des tours rectangulaires que je trouve finalement bien plus jolies.

Comme ça, ma binôme biwil pourra choisir celui qui lui plait le mieux:

 

biwil_tour

         

          Ce savon a une mousse fine, assez peu dense (heureusement qu'il y a 30% d'huile de coco!) mais il est déjà doux puisque 70% d'huile poly-insaturée dans une formule, c'est vraiment top!

J'imagine que dans quelques semaines, il donnera tout son potentiel même s'il ne sent rien du tout! Bououuououh!

P.S. Quel vocabulaire ont ces savonnières:  bibi, pépin... Chapeau les filles !

Bibi, le bibi de tous les biwils !

Défi Biwil

Par bluetansy

bibi2Il était une fois un tournoi auquel devaient assister moult dames en robes de soie dont on m'a dit qu'elles voulaient porter chapeau...
Biwil, bi-huiles, bi-colore, bi-odor...Bibibibi...Bibi quoi !

Même si Venezia, la tentation carthame fût forte...Je ne souhaitais pas avoir recours au lactate de sodium donc, j'ai croisé le contenu de mes placards et les résultats de Soapcalc en matière d'indice de dureté, avec une arrière-pensée de préciosité, de frivolité, un soupçon d'oriental aussi et...Je me suis arrêté sur l'argan !

C'est une grande première, je n'ai jamais mis d'argan dans un savon.
Je voulais utiliser mes moules demi-sphère pour la forme du chapeau et je me suis fait grillée par leur contenance, mes deux savons principaux font environ 85g chacun. Je verrais comment rétablir l'équilibre pour ma destinataire, en accompagnant le bibi d'un présent supplémentaire.

bibi1Donc :
60g d'huile de coco VVD au parfum de rocher coco
140g d'huile d'argan
Soude pour sugraissage à 8%.


Séparation de la pâte en deux parts :
1.Ajout d'argile rouge en pâte et d'une petite demi-cuillère à café de baume du Pérou sous sa forme résine, à la délicieuse odeur de vanille.
2.Ajout d'une grosse cuillère à soupe de lait de coco en poudre.

Tentative de tracé d'étoile avec une brochette en bambou.

Démoulage rapide pour pouvoir incruster une "pierre précieuse".
Aujourd'hui, 3 jours après, pose des plumes et essai de mousse.

Conclusions : Odeur un peu doucâtre mais très neutre, point de vanille à l'horizon, qui pourtant persiste sur les mains. Aspect très mat, très "tissu". Mousse peu abondante côté rouge, beaucoup plus si on savonne avec l'ensemble du savon. Je me suis sacrifiée, j'ai fait le test sans gants, c'est bon, j'ai toujours ma peau...

Evolution à suivre !


Je ne sais pas si j'ai relevé correctement le défi du Biwil mais j'ai chapeauté les élégantes !
A la suivante !
Lloulou...L'arachide ne me fait pas peur...Et du bleu, tu penses bien que je ne pouvais pas y résister...