image

 

Comme l’air caresse la peau de l’eau lorsque le soleil se couche… (poète basque)

 

Troisième sous-titre : Métro synchro

Petite histoire avant la crème : imaginez, imaginez… deux amies qui se donnent rendez-vous (ainsi qu’une troisième) dans un restaurant pour déjeuner.
Elles ne se sont pas vues depuis quelques mois.
L’une d’elles est de passage et doit se rendre dans une boutique le matin.
Cette boutique est très éloignée (à l’échelle d’une grande ville) du restaurant.
La course faite, elle décide de s’acheter une viennoiserie car elle a pris son petit déjeuner très tôt et de changer de quartier pour faire d’autres achats.
Elle traverse le petit marché sur la place et, tout en déballant sa brioche, descend les escaliers du métro.
Elle croise une passante, qui allait remonter à l’air libre.
Elle se fige, main et brioche en l’air, se retourne et voit avec stupéfaction que la passante croisée est en fait son amie, qu’elle n’avait pas vu depuis plusieurs mois et avec qui elle avait rendez-vous pour déjeuner à plusieurs kilomètres et stations de métro de là.
De surprise, la brioche est allée au fond du sac, retrouvée lamentablement écrasée le soir.
Quelle probabilité y avait-il que ces deux personnes se rencontrent là ? Je vous laisse méditer sur la synchronicité, l’existence des anges malicieux et les surprises heureuses – et surprenantes -  que l’on peut vivre au détour d’un escalier de métro
.

 

Revenons à nos moutons

  div29 

J’ai voulu une crème plus riche, pour cocooner la peau avant l’hiver et après le soleil de l’été, qui fonde et glisse, tel un souffle de soie.
J’ai choisi trois huiles riches, non grasses et qui me paraissaient correspondre à ce que je recherchais toujours à l’intuition qui bien sûr est l’inverse du savoir ^_^

L’écume des près, la ximénia et l’inca inchi

  • l’écume des près, ou meadowfoam (Limnanthes alba, 98% d’acides gras) est anti-âge, hydratante et régénérante. Elle pénètre vite sans laisser de sensation de gras. Huile stable et bien tolérée, elle a accessoirement la propriété de bien disperser les pigments dans les produits de maquillage.

  • L’huile de ximénia, d’après la définition de Melvita : “L’huile de ximenia est extraite du noyau du fruit d’un arbuste épineux présent dans la savane africaine de la Namibie jusqu'au Zimbabwe.
    Remarquablement réparatrice et protectrice, utilisée aussi bien pour les soins du visage ou du corps que pour les cheveux, cette huile confère à la peau une grande douceur et une agréable sensation soyeuse. D’usage ancestral, parfois mélangée à de l’ocre rouge, elle aide à prévenir le vieillissement prématuré des peaux sèches et déshydratées.

  • L’huile d’Inca Inchi (merci infiniment Loulou), a aussi un toucher sec. Originaire du Pérou, elle est riche en tocophérols et comporte environ 94% d’acides gras insaturés.

J’ai ensuite bâti ma crème tout à fait classiquement, avec un mélange d’Olivem 1000/Olive douceur, qui me réussit, et un peu de palmitate de cétyle : “Un dérivé naturel de l'huile de palme appelé aussi palmitate de cétyle. C'est un ester cireux qui procure une bonne sensation sur la peau, épaissit et possède une bonne action émolliente. Utilisé dans les lotions solides et bâton déodorant et baumes.”
http://www.derma-nova.com/lexique.html

 

La formule pour 300g

 

10g écume des près
15g noyau d’abricot
5g squalane
5g beurre de mangue
10g ximenia
10g inca inchi
8g olivem
2g Cétyl Palmitate
8g cire douceur

3 Bioplex (re-merci Loulou)
8 centamilk
10 fucogel
3 rice Ns
3 cosgard
micas rouge bordeaux  (Bilby)

2g allantoïne
0,6g xanthane
3g glycérine
11,4g ha rose
180g eau rosée de la reine

idéalement, 3g d'he pour être à 100%

ici : (Copie  mélange de Moune  + santal
- j'ai mis moins de 3g, je trouve l'absolue de néroli très forte
et je ne supporte pas toujours bien les he sur le visage-
-rectifier pour faire 100%, si besoin, en ajoutant un peu plus d'hydrolat-
les quantités ci-dessous sont en gouttes)

5 absolue de néroli
20 lavande of
10 santal
12 géranium bourbon
7 petit grain bigarade

 

IMG_0027

 

Un merci aussi à Moune qui partage souvent ses bons ingrédients belges et son optimisme avec moi, aux amies parisiennes dont on ne peut pas dire qu'elles sont étrangères aux personnages de l'histoire.

Le bioplex : allez, un petit exercice d’anglais :  http://www.newdirectionsaromatics.ca/bioplex-nmf-naturally-derived-active-p-620.html

… Comme l’air caresse la peau de l’eau lorsque le soleil se couche … telle est cette crème et là, le soleil se couchait sur le pays basque, il y a 15 jours.

    IMG_0020 vague4


Le savon des restes

Savonnerie

Par atelierdemichele

DSC03451

 

              A la fin de l'été, je fabrique toujours un savon dit "des restes" qui contient tous les macérats huileux de l'année précédente.

Je les pèse en notant scrupuleusement leur poids puis je complète la formule avec des huiles de coco, palme, karité et olive.

            Ce sont en général des savons très agréables dont la couleur, le parfum et la texture changent chaque année.

DSC03466



             J'avais tant d'huiles, de beurres et de macérations cette année qu'il serait indécent d'en donner la liste exacte.

J'y ai recyclé quelques fonds de flacons d'huiles courantes, rares, précieuses ou achetées par curiosité au fil des années. Il ne faut pas les perdre et le savon permet des recyclages formidables.


            La couleur du "Restes 2010" est due à un fond de beurre de cacao brun acheté il y a des lustres chez Aromantic et à des morceaux de coques de cacao torréfiées offertes par Malegria.

J'en avais fait un macérat huileux qui est présent dans le savon et j'en ai mixé un peu.
Ils ne donnent pas réellement d'effet exfoliant car je les ai bien mixés avant de procéder au mélange avec la soude.

DSC03447



            Une fois n'est pas coutume, je ne donnerai pas de formule pour ce savon dont j'ai dû réaliser les calculs de soude à la main car les calculateurs n'offraient pas suffisamment de lignes...

Il est parfumé avec des restes d'huiles essentielles dont je me sers très peu.

J'ai complété avec de l'eucalyptus citriodora dont l'odeur tient bien et dont j'espère garder un peu de propriétés anti-inflammatoires et antalgiques. Il est corsé par de l'huile essentielle de petit grain combawa.

DSC03471


                  Tout est possible pour en varier les effets visuels.

Je m'amuse avec tous les instruments qui peuvent servir à marquer la surface: plaques de scrap, râpes à légumes en bakélite Muji, graines diverses, découpage en cubes ou en pains biseautés...


DSC03460

DSC03461


               La couleur a beaucoup foncé au séchage.

La mousse est crémeuse et onctueuse car le savon contient pas mal de beurres exotiques dont je ne me sers quasi jamais (cupuaçu, kokum, sal, mangue, tucuma...).


               Je reste finalement assez classique dans mes choix de beurres (karité, coco, cacao). A eux trois, ils me semblent représenter les différents types de beurres présents dans le monde: insaponifiables, lauriques, stéariques ou stéariques/palmitiques.

Il n'y manque que les "très" palmitiques que l'on trouve entre autres dans les graisses animales (saindoux) et évidemment dans l'huile de palme.          

           

DSC03465


              Et pendant que  je m'amuse à faire tout cela, il y a évidemment plein de chutes qui s'accumulent dans un bol.

Elles servent à décorer d'autres savons car je n'arrête jamais ^_^
Vivement la fin de l'été 2011!

DSC03478

 

Défi HE mal aimées par Venezia : "Cérat carotte-agrumes (avec tensio actif)"

Défi "Les huiles essentielles mal-aimées"

Par veneziapetitpois

http://mamidoo.free.fr/html/gifs/nourriture/legume/images/carotte_03.gif C’est la carotte qui m’a appelée si je puis dire.

J’en utilise souvent dans les mélanges, notamment en association avec le patchouli, Lolitarose est aussi une amatrice de ce duo.

Mais je ne sais pourquoi, cette fois, la carotte m’a obstinément évoqué une confiserie que préparait ma grand mère paternelle quand j’étais gamine. C’était une pâte de fruit d’un orange pétant qui associait carotte et orange et me fascinait autant par son aspect que par son goût... Elle se présentait sous la forme de petites boules roulées, non sous les aisselles, mais dans du sucre cristallisé ; je pense que ma grand mère devait également parfumer légèrement à la fleur d’oranger.

 

J’ai donc voulu lui rendre hommage avec ce mélange.

J’ai volontairement choisi des HE très simples pour que tout le monde puisse tester dans son coin. 

J’ai d’abord pensé à un produit pour le visage et j’ai joué à la fois la cosmétique et le parfum.

 

Carotte (celle du breton Clément Pallier est vraiment délicieuse) très régénérante

Cyprès pour ses propriétés circulatoires et la touche de fond boisé

Lavande pour le liant olfactif qu’elle apporte dans les mélanges et sa grande tolérance

Mandarine pour le parfum agrumes et pour ses propriétés tonifiantes (j’avais découvert cet aspect grâce à la créatrice de la boutique Anthyllide qui ne jurait que par elle pour les soins visage).

 

Ce premier mélange sentait encore trop la carotte.

 

Ayant décidé d’abandonner l’idée d’un produit visage car mes tests ne rendaient pas ce que je voulais, j’ai alors rajouté du petit grain clémentine, très apaisant pour les nerfs ; et là, le mélange est vraiment devenu carotte-agrumes, fleuri et harmonieux.

 

Huile essentielle de Carotte sauvage 10 gtes
Huile essentielle de cyprès toujours vert 3 gtes
Huile essentielle de lavande d'altitude 4 gtes
Huile essentielle de mandarine 6 gtes
Huile essentielle de petit grain clémentine 7gtes

 

Le produit lui même ensuite…

Avec les expériences savon des unes et des autres, j’ai pensé qu’ajouter un tensio actif (ce qu'est le savon)  en petites quantités pouvait aussi apporter ce glissant. J’ai choisi la mousse de babassu car jusqu’à 3% environ, il n’est pas nécessaire de la rincer; je l’ai souvent testée dans des démaquillants ; excellente tolérance. J’ai pensé que pour la mauvaise saison, se démaquiller avec une crème un peu épaisse qui oblige à masser serait intéressante. Pour avoir de l' onctuosité, j'ai donc décidé d'intégrer le TA à un cérat.  

 

Mais en essai sur le visage, j’ai rencontré deux écueils:

- j’avais mis 4 gouttes du mélange pour 60g de produit pour avoir un peu de parfum ; dosage qui s'est révélé trop puissant, et ma peau n’a pas aimé. 

- Ensuite, j’ai fait mon tout premier essai avec très peu de tensio-actif : peau nickel, mais pas simple du tout à ôter.  

 

Dépitée, je rongeais mon frein. A titre purement expérimental, j’ai rajouté directement un peu plus de mousse de babassu dans le pot et touillé pour voir ce que ça donnait. Surprise, le mélange est devenu bien plus agréable. J’ai décidé de le tester sur les pieds et les mains, puis même sur le corps, et je continue. Il s'agit  d’un produit pour peau plutôt sèche.

 

Je suis donc passée à un cérat aux TA pour le corps (peaux sèches) ou pour les pieds et les mains (toutes peaux).

Bonus: très peu suffit. Quand on fait une consommation effrénée de laits corporels, c’est un produit très pratique qui allège la trousse de toilette.

 

J’ai bien sûr voulu lui donner une couleur… carotte, j’ai donc choisi huiles et macérats en fonction de la couleur… ou du parfum, pour accompagner le mélange des HE.

 

Formule générale, (presque) celle de Michèle

Huiles : 34 grs (au lieu de 36 chez Michèle)
Cire : 9 grs
Eau : 13 grs
Tensio-actif : 2 grs
Argile : 0,5 grs
Huiles essentielles : O,5 grs
EPP

 

P1200551

 

Je l'ai déclinée ainsi :

 

Phase huileuse

23g macérats huileux de tomate et concombre, une création jardinière de Mlk
3 IPP (isopropyl palmitate), pour le glissant
3 huile à la grenade de Weleda pour son délicieux parfum et sa couleur
5g macérat dans olive de carotte, tomate, urucum pour la couleur et l'effet anti oxydant
7g céralan plus léger que la cire d'abeille
2g cire de chanvre pour le plus nourrissant

 

Phase aqueuse

2g mousse de babassu (soit à peine plus de 3%)
3g eau d’or pour ses propriétés anti inflammatoires
10g eau de glacier très peu minéralisée (j'aurais pu mettre de l'eau de fleur d'oranger)
15gtes du mélange d’HE
une pointe d’argile rouge (que j’aurais dû diluer dans un peu d’eau car il y a quelques grumeaux) pour alléger le gras et pour la couleur
5 gtes EPP , ce que j'utilise comme conservateur depuis très longtemps dans les cérats fabriqués en petites quantités et assez résistants

 

Mode opératoire : celui d’un cérat

- Faire fondre les huiles avec les cires dans un récipient au bain marie.

- Dans la même casserole, mais dans un autre récipient, chauffer au bain marie la phase aqueuse. (j’ai fait divers essais en ajoutant le TA à la fin ou dès le début, ça ne semble pas changer le résultat final)

- Sortir les deux récipients, les laisser refroidir un peu sur un torchon

- Verser en trois fois au moins la phase aqueuse sur la phase huileuse

- Fouetter après chaque ajout au fouet à cappuccino (le mien est électrique et non sur piles, assez puissant) en raclant régulièrement les bords avec le bout du fouet.

Avec le TA, le cérat mousse légèrement, “calmer” les bulles en touillant de temps en temps à la spatule

- Quand le mélange commence à tiédir (mais est encore liquide) ajouter les HE , l’argile (à diluer peut être avec une goutte d’eau) et l’EPP

- Verser vite en pots stérilisés

- Laisser refroidir avant de les refermer

 

La texture finale, onctueuse, est celle d’un beurre, légèrement plus souple que celle du cérat classique et le gras disparait nettement plus vite.

Crème visage hydratante et émolliente

Soins du visage

Par La Fee Colchique

Bonjour,

 

Grâce à Michèle et Venezia, je peux poster des recettes sur Potions et Chaudron et je suis ravie de pouvoir apporter ma maigre contribution à un blog qui m’a appris et continue à m’apprendre des tas de choses intéressantes.

 

Merci à tous les participants pour l’énorme travail accompli sur ce blog.

 

Ma première recette sur ce blog sera une crème que j’ai conçu pour le visage mais qui peut également s’appliquer sur le corps.

 

Grâce au blog de Lolitarose, j’ai découvert que le savon pouvait servir d’émulsifiant et ne pas se contenter de nous laver.

 

J’ai utilisé du melt & pour, car j’ai l’impression que plus un savon est surgraissé et plus son dosage doit être augmenté pour obtenir une émulsion. Mes savons sont surgraissés à 8 %  et j’ai l’intention de faire du savon pour l’utiliser comme émulsifiant graissé qu’à 5 %, sans colorant et sans parfum.

 

J’ai voulu essayer l’association savon + ester de sucre et je suis très contente de ce choix.

 

 

Recette

 

 

Phase aqueuse :

 

60 % eau de source

4 % granions de zinc

3 % glycérine végétale

4 % complexe hydratant NFF

3 % sucrose stearate (ester de sucre)

0,3 % poudre de xanthane

0,05 % acide hyaluronique

0,2 % sorbate de potassium

 

Phase huileuse :

 

5 % beurre de karité Nilotica

7 % huile végétale d’avocat

3 % huile de coco fractionnée

2 % substitut de lanoline végétal

5 % melt & pour

2 % alcool cetearylique

 

Ajout à froid :

 

2 % miel de manuka

4 gouttes de vitamine E

15 gouttes huile essentielle de rose pour 100 grammes de crème

acide lactique pour un pH à 6,12.

 


DSCN0360

DSCN0362

 

Je voulais vous parler aujourd’hui de mon chouchou du moment : mon savon au Monoï. Il a tout pour me plaire avec sa mousse crémeuse et généreuse.

 

Ce n’est un secret pour personne, j’adore l’odeur du monoï. Et grâce à Michèle (merci Michèle !), j’ai appris à reconnaitre et à sentir le vrai de vrai.

Mais plutôt que de sacrifier ce divin nectar pour en faire un savon (un crime selon moi !), j’ai opté pour un compromis en achetant du Monoï Hei Poa.

 

Jusqu’à une époque récente, je pensais qu’un savon qui contenait plus de 30% d'hv de coco allait me "décaper" la peau car trop agressif.

Que nenni ! Du moins pas si on augmente le surgraissage à 15% et même à 20%.

 

J’ai donc voulu tester tout d’abord un 100% coco surgraissé à 20%.

Un week-end pluvieux, je me suis amusée à tester cette formule si simple et si économe en coulant la pâte dans des emballages d’œufs Kinder (Merci Léo pour ce challenge !).

La trace est arrivée rapidement et le tout est devenu aussi dur qu’un caillou seulement quelques heures après. J’ai pu donc les utiliser dés le lendemain. Je n’avais jamais vu autant de bulles et de douceur réunies !!!! Une pure merveille !

 

Note :

Ne vous fiez pas à la couleur de ses savons-tests, les savons 100% coco sont d'un blanc immaculé d'habitude. Dans les miens, j'ai mis pas mal d'ajouts ce qui explique ce changement de teinte.

La ficelle de celui de droite est faite avec les anses d'un sac en papier (vive la récup'!!!).

L'oeuf est là, au premier plan, pour vous donner une idée de grandeur des savons.


DSCF0979

P'tite photo de mes savons ficelles 100% coco

 

Quelques jours après, j’ai voulu essayer une version plus « soft » à savoir 80% coco 20% beurre de cacao toujours surgraissée à 20% et c’est cette version que ma peau préfère et donc c’est celle que je vous présente ici.

Le résultat m’a époustouflé.

 

La formule est simplissime :

80% coco (dont 30% de monoï Hei Poa)
20% beurre de cacao
Surgraissage à 20%

Liquide : moitié eau, moitié crème de coco dans les huiles chaudes
Crème de riz bio "The Bridge"

Graines de pavot saupoudrées (j’adore car elles adhèrent bien au savon sans partir dés les premiers lavages !)

 

DSCF0988

 

A partir de 30% j’ai constaté que l’odeur du monoï reste bien ancrée dans les savons même après plusieurs mois de cure.

Simple, rapide, qui dit mieux ? Essayez et vous ne le regretterez pas.

Les variantes sont infinies !


Défi HE mal-aimées par Catherine : "Masque peau jeune"

Défi "Les huiles essentielles mal-aimées"

Par CatherineNC

Pour ce gai défi, j'ai choisi  l' huile essentielle de niaouli, produite localement, dont j'use et abuse au quotidien tant elle est polyvalente.

 

niaouli_arbre2

          L'arbre et le tronc                                                                              

 

niaouli_feuilles2

 

                           

 

 

                                                                                                                  La feuille et la fleur

 

Son odeur est forte, elle se rapproche de celle des eucalyptus mais en plus piquante, plus amère ; je sais d'ailleurs qu'une certaine Princesse n'apprécie pas du tout cette odeur.

Le niaouli est surtout connu pour ses propriétés anti-bactérienne, anti-virale, anti-catarrhale, expectorante, bref pour son action sur la sphère respiratoire ; mais elle présente aussi des vertus pour la peau, par son aspect anti-inflammatoire, antiprurigineuse et comme tonique cutané. J'ai donc décidé de l'utiliser dans cette optique et de l'intégrer dans un soin pour les peaux jeunes, à tendance grasse et acnéique.


Je l'ai mariée à égalité avec la lavande fine, intéressante pour la peau et dont l'odeur se marie bien avec beaucoup d’autres je trouve, ainsi qu'à celle du bois de rose très utile pour l'acné, puis, j'ai ajouté, au nez, les autres huiles pour modifier l'odeur, huiles qui présentent pratiquement toutes des propriétés intéressantes pour ce type de peau.

 

Les chiffres correspondent aux proportions de mon mélange :

  • 10 Niaouli : antiseptique puissante, stimulant tissulaire, favorise la cicatrisation
  • 10 Lavande fine : cicatrisante cutanée puissante, régénératrice
  • 10 Bois de rose : peaux fatiguées, acné, rides, plaies infectées, mycoses cutanées
  • 6   Bois de santal : régénérant cutanée, revitalisant tissulaire
  • 5   Lavande aspic : utile pour traiter les plaies, l'eczéma, le psoriasis, l'acné
  • 5   Citron distillé (non-photosensibilisant) : pour le côté frais de l'agrume, vivifiante mais aussi pour ses vertus astringente, tonifiante et antiseptique, contre l'acné et les peaux à tendance grasse
  • 2   Helichryse italienne : recommandée pour les plaies, cicatrices, vergetures, eczéma, psoriasis, acné...
  • 2   Thym à linalol : anti-infectieux très doux, bien toléré par la peau qu'elle assainit et régénère et dont l'odeur apporte beaucoup je trouve dans les compositions parfumantes
  • 2   Patchouli : régénératrice des tissus, cicatrisante
  • 2   Romarin à verbénone : indiquée pour la couperose, l'acné, la séborrhée
  • 2   Jasmin : utilisée ici principalement pour son odeur chaude et apaisante
  • 2   Absolue de violette : pour arrondir l'odeur mais aussi pour ses vertus : calmante, purifiante cutanée, elle décongestionne les tissus, redonne tonicité et élasticité à la peau

 

Vous trouverez peut-être que le niaouli est "noyé" au milieu de toutes les autres mais son côté piquant et âcre est très difficile à couvrir. Je trouve ce mélange très agréable au nez, après maturation, et je ne pense pas qu'il puisse indisposer qui que soit dans un soin à poser sur le visage.

Mais dans quel soin incorporer cette synergie ? je ne suis pas très inspirée ni très travailleuse en ce moment...

J'ai choisi la facilité en réalisant une des recette du livre de Michèle "Mes cosmétiques naturels faits maison" que vous connaissez tous (sinon on en parle ici par exemple) , de temps en temps, je reprends une des recettes de base de ce livre et je l'adapte ou l'enrichis en fonction des ingrédients à ma disposition, de mes envies ou des effets spécifiques à cibler.

Ces recettes sont idéales pour accompagner les débutantes mais sont un bon support pour les plus expérimentées car elles peuvent les décliner, les complexifier, les enrichir avec tous les actifs et macérats présents en très grand nombre dans les tiroirs des "vieilles cosméteuses".

J'ai donc trouvé dans le livre de Michèle une recette de "masque douceur à l'argile" (formule avancée) dont j'ai suivi à la lettre l'ossature et que j'ai composée en utilisant des ingrédients adaptés à un masque peau jeune ou acnéique.

J'ai choisi l'hydrolat de menthe poivrée, astringent, antibactérien, rafraîchissant et calmant, l'argile jaune également adaptée pour les peaux grasses, jeunes ou acnéiques, l'huile de pépins de raisin Bio, huile sèche qui pénètre facilement dans la peau, régulatrice du sebum et réputée pour être désincrustante.

Vous retrouverez un petit tableau synthétique sur les hydrolats et un rappel sur les différentes argiles

Chabou nous a donné quelques indications concernant les propriétés des huiles essentielles sur la peau.

 

Cr_mes_032

 La recette du masque crème : 

J'ai multiplié par 4 les proportions données dans le livre, j'ai ajouté un conservateur plus puissant que l'extrait concentré de pépins de pamplemousse, et un peu de Bisabolol, réparateur, adoucissant, calmant, apaise les irritations et tiraillements

PHASE A

  • 4 cuillères à soupe d'hydrolat de menthe poivrée 
  • 1 cuillère à café d'argile jaune 

PHASE B

  • 2 cuillères à café d'Olivem 1000
  • 1 cuillère à café huile végétale de pépins de raison BIO
  • 4 cuillères à soupe d'eau (eau de source de montagne)
  • 1 cuillère à café de glycérine végétale

PHASE C

  • 4 gélules de vitamine E (TOCO 500)
  • 10 gouttes de conservateur Ecogard
  • 10 gouttes de Bisabolol
  • 30 gouttes du mélange d'huiles essentielles ci-dessus

 

Mode opératoire

- Verser l'argile en pluie dans l'hydrolat et laisser absorber (phase A).

- Chauffer les ingrédients de la phase B au bain-marie jusqu'à 70°, éteignez le feu quand tout est fondu.
Fouettez vigoureusement avec un petit fouet manuel pendant 2 ou 3 minutes et laisser refroidir en mélangeant continuellement à la spatule.

- Mélangez la phase A à la phase B (en évitant les grumeaux)

- Ajoutez les ingrédients de la phase C, un à un, en mélangeant entre chaque ajout.

Ce masque crème est très agréable à utiliser car il ne tire pas sur la peau et il est presque transparent, vous ne ferez donc pas peur au facteur si, d'aventure, vous deviez lui ouvrir la porte pendant la pose...

Ma peau n'est plus très jeune, je n'ai plus la peau grasse ni d'acné mais j'ai trouvé ce masque agréable à appliquer, tant pour son confort que pour son odeur.


Merci Michèle pour toutes ces recettes et ce beau livre.

Merci Malegria pour cette idée de défi !!!! 

Défi HE mal-aimées par michele : "Soufflé gommant"

Défi "Les huiles essentielles mal-aimées"

Par atelierdemichele

      
          Pour le défi de Malégria sur les HE mal-aimées, j'ai choisi l'huile de tea-tree que j'utilise assez souvent couplée au géranium.

Le mélange fonctionne parfaitement bien sur le plan olfactif avec une quantité équivalente pour chacune.

Je trouve les propriétés de ces huiles tout à fait complémentaires dans nombre de petits bobos.
Et en plus ça sent si bon que personne ne refuse le soin.

tea_tree

Source image

                     Mon mélange d'HE pour faire passer la mal-aimée


           J'ai mis le même nombre de gouttes d'arbre à thé et de géranium bourbon dans un flacon brun de 10ml.
J'ai humé et laissé venir quelques HE qui me semblaient pouvoir entrer en synergie avec ce mélange.



En gouttes :

- 15 Tea tree
- 15 Géranium bourbon de La Réunion (merci Annie)
- 15 Citron distillé bio (non photosensibilisant)
- 10 Benjoin (grosses gouttes)
- 3 Petit grain bigaradier sur fleurs bio
- 3 Patchouli clair
- 3 Clou de girofle bio


           Déjà au bout d'une semaine, le mélange s'arrondit et donne quelque chose de chaud et balsamique, très agréable.

C'est une odeur "couleur corail" comme les perles de jojoba très fines achetée sur un coup de coeur chez Bilby lors d'une visite en bonne compagnie.

DSC03494


                              Le soin qui réhabilite


         La couleur corail de ces perles me fait penser à de l'huile de noyau d'abricot que j'utilise assez peu.

On lit trop souvent qu'elle est adaptée aux peaux mixtes alors que je lui trouve un aspect nourrissant lié à sa richesse en acide oléique.
Elle contient en outre près de 5% d'acide palmitique, l'un des trésors des corps gras.

Elle a un toucher riche et assouplissant que j'imagine très bien dans un soin exfoliant que l'on pourrait indifféremment utiliser pour le corps ou le visage.

         Je l'allège avec de l'huile de coco fractionnée et j'apporte une rondeur cosmétique avec du beurre de karité nilotica dont les quelques insaponifiables réparent les peaux exfoliées.

DSC03493


         Je choisis de faire un gel à la gomme xanthane lesté d'un peu d'émulsifiant synthétique (sodium acrylate plus) pour améliorer le pouvoir suspensif du gel et permettre l'incorporation de 20% de corps gras.

La gomme xanthane a un moindre pouvoir suspensif que l'AMIgel (AMI pour Alban Muller International).
Je n'aime pas trop ce dernier car je trouvais que les gels ou les émulsions qui en contenaient moisissaient souvent malgré le soin apporté lors de la fabrication.

J'utilisais à l'époque le couple EPP/benzoate de sodium comme conservateur et il était peut-être peu efficace pour les gels à base d'AMIgel.

Au cas où le gel n'est pas assez costaud, les perles de jojoba composées d'huile hydrogénée (plus légère que l'eau) remonteraient à la surface du pot au fur et à mesure du temps qui passe.


         Je formule avec un peu de tensioactif de la famille des acyl glucosides très doux, très bien tolérés et biodégradables: le décyl glucoside (Plantacare chez Bilby ou Mousse de sucre chez Aroma-zone).
Il est souvent couplé aux  -amidopropylbétaines dans les eaux démaquillantes sans rinçage à faible dose.

J'en incorpore à hauteur de 6% pour aider à la rinçabilité du soin.

A 10% il aura un effet nettoyant plus prononcé pour les peaux mixtes à grasses. Les masques doivent néanmoins être utilisés sur peau démaquillée et nettoyée.

         Un peu d'allantoïne tempère les éventuelles réactions au gommage grâce à son effet réparateur et apaisant.

Elle régule la production du sébum, élimine les cellules mortes tout en permettant une régénération des tissus.
Elle me semble indispensable des soins qui pourraient s'avérer irritants comme l'exfoliation.

Autre gel gommant ici

                          La formule du "Soufflé gommant"


- Phase A

20 HA de néroli bio
19 Eau distillée stérile
15 Silicium organique en dosettes
8 Glycérine végétale bio
2 Gomme xanthane
1 Allantoïne
1 Géogard ultra

-
Phase B

10 Beurre de karité nilotica fondu
5 Huile de coco fractionnée/ fleurs d'oranger (merci Mlk pour ces fleurs)
5 Huile de noyaux d'abricots bio
1 Sodium acrylate plus (ou Simulgel EG)
1 Vitamine E (acétate de tocophérol)

-
Phase C

6 Plantacare (Décyl glucoside)


-
Phase D

5 Billes de jojoba fines corail
1 Mélange d'huiles essentielles avec une  mal-aimée (30 gouttes pour 100g de soufflé)


pH correct pour cette formule
En grammes ou pourcentages

DSC03496

          Mode opératoire


Phase A

- Dans un bécher désinfecté, introduisez les liquides, le géogard ultra et l'allantoïne.
Faites tiédir au bain marie en mélangeant jusqu'à dissolution des poudres.

-  Hors du bain-marie, ajoutez la gomme pincée par pincée en mélangeant bien sans former de grumeaux.

- Laissez le gel épais en attente pour bien hydrater la gomme. Pendant ce temps, pesez le beurre de karité dans un autre bol et laissez le fondre dans le bain-marie éteint.


Phase B

- Ajoutez le sodium acrylate plus dans la phase A en mélangeant à la cuillère magique. Le gel s'opacifie et "file" un peu.

- Ajoutez le beurre de karité nilotica fondu, mélangez  puis ajoutez les autres huiles.
Ajoutez la vitamine E au refroidissement qui arrive assez vite.

- Homogénéisez longuement et parfaitement à l'aide d'une spatule souple.


Phase C

- Ajoutez le plantacare en mélangeant vivement à la cuillère magique pour faire un peu mousser. La texture se densifie tout en gonflant pour former le soufflé.

N'hésitez pas à mélanger pendant 2/3 mn pour bien lier l'émulsion.

- Si vous désirez une texture plus ferme (je trouve que c'est moins joli et ce n'est plus un soufflé ^_^), mélangez délicatement et choisissez un tensioactif moins moussant.


Phase D


- Ajoutez les huiles essentielles, testez le pH et ajustez le éventuellement.

- Ajoutez les perles de jojoba et mélangez intimement pour bien les répartir.


Ce soufflé exfoliant contient 5% de perles mais il est parfaitement possible de monter à 10% pour les corps ou les visages qui le supportent.


                             Formule générale d'un "Masque soufflé exfoliant"

Phase A :  Eau, HA, et/ou silicium organique, conservateur, actifs pour arriver à 100% - 8% glycérine ou extrait glycériné - 2% gomme xanthane - 1% allantoïne

Phase B : 10% beurre mou, 10% huiles végétales fluides à assortir au type de peau, 1% simulgel ou sodium acrylate Plus, 1% Vitamine E

Phase C : 6 à 10%% tensioactif doux ou gel lavant neutre

Phase D : 1% mélange d'huiles essentielles, 5 à 10% de perles de jojoba

Ajustez le conservateur sur l'eau et introduisez le en phase D  s'il ne supporte pas le chauffage. Pensez à ajuster le pH également.


N'hésitez pas à y incorporer les actifs de votre choix si vous désirez l'utiliser aussi comme masque à laisser poser avant d'exfolier.

          Pour un masque soufflé hydratant/nourrissant/apaisant sans exfoliant, il suffit d'ajouter des actifs, de l'argile ou d'autres huiles végétales à la place des perles.

C'est une formule facile à décliner. Je pense même que l'on pourrait remplacer le simulgel par un émulsifiant costaud du genre cire n°1 d'Aromazone en modifiant légèrement le mode opératoire.


DSC03495
 


               
Ce soufflé peut se conditionner en pots pour le corps ou en tubes pour le visage.  Je préfère la matière plastique au verre car elle ne pose pas de problèmes de casse sous la douche.

            Le masque s'utilise sur peau sèche bien démaquillée.
Il suffit de l'appliquer en mouvements circulaires le temps que la texture fonde littéralement dans la peau et que l'on ne sente plus aucune particule gommante sous les doigts.

Bien rincer et appliquer une crème hydratante.
Pour le corps je vous conseille d'en fabriquer un minimum de 200g.

            

          J'ai adoré la confection du mélange d'HE et j'ai aimé l'idée que le tea tree n'est pas un frein à un soin purement cosmétique, joli et très féminin que je vais offrir à une toute jeune fille qui a besoin d'un gommage.

Elle a apprécié un gommage que j'avais offert à sa mère et je ne sais plus lequel j'avais offert... Mon carnet de cosmétos a des secrets pour moi!

 
            Le tea tree est un anti-infectieux (antibactérien, antifongique, bactéricide majeur, antiviral, anti-parasitaire, anti-protozoaire)  intéressant pour les peaux jeunes.

Il est légèrement tonique et aide à combattre l'asthénie (il est bien connu que les ados ne dorment pas assez ^_^).

Mais le tea tree ne fait pas que cela.

C'est une HE dont on méconnait les autres vertus: cicatricante, radioprotectrice, immunostimulante, anti-inflammatoire et anti-oxydante.

Ces deux dernières propriétés ont été démontrées et semblent justifier l'utilisation de l'HE de tea tree comme anti-histaminique dans l'eczéma et comme anti-prolifératrice  dans le psoriasis.

in "Le guide Marabout des huiles essentielles" Fabienne Millet, Marabout. L'un des meilleurs livres d'aromathérapie jamais lu à ce jour en français! Franchomme peut être remisé.

 

              Toutes les HE de la synergie possèdent une action antiseptique et légèrement circulatoire .

D'autres propriétés m'ont semblé utiles pour cette jeune peau:

- Le géranium est une huile essentielle adaptogène  pour tous types de peaux. J'ai choisi le géranium bourbon au parfum plus fin venu en direct de La Réunion.

- Le citron est l'un des agrumes dont la polyvalence est superbe. Pour les peaux jeunes, il est antiseptique mais il agit aussi sur la micro-circulation cutanée. Je l'ai choisi en version distillée pour éviter la photosensibilisation.

- Le petit grain bigaradier est intéressant en cas d'eczéma. Il est calmant et choisi en version "sur fleurs", il a une belle odeur proche du néroli à moindre coût.

- Le patchouli outre l'arrondissement (?) du parfum est très intéressant comme "lisseur" de peau. Il est régénérateur cutané et devrait être introduit dans tous les soins pour peaux acnéiques car il a aussi une action anti-inflammatoire.

- Le clou de girofle outre son action antibactérienne, cautérise les plaies (à toute petite dose car il est dermocaustique). Le manier prudemment est un gage de sécurité et d'efficacité.

Il contient de l'acétate d'eugényl, un ester aromatique en plus grande quantité que dans la feuille plus riche en eugénol, et "finit" bien les parfums en notes de fond.

- L'absolue de benjoin apporte une note tellement réconfortante que je ne pouvais pas l'omettre dans une synergie aux huiles essentielles très thérapeutiques.

Comme la vanille, le benjoin  est relié à des odeurs d'enfance, il fixe et se fond merveilleusement bien dans les parfums (même sous forme de teinture) et aide les peaux qui grattent, qui craquellent...

 

                   Le parfum de la synergie est pour moi une belle odeur "pepsy" et pourtant gourmande grâce à l'association agrumes/benjoin. J'ai eu fugitivement une odeur de noyau vanillé en utilisant ce soufflé gommant pour le tester.

Il me semble que c'est un parfum qui devrait se bonifier encore car j'ai fabriqué le soin environ une semaine après avoir mélangé les HE.


            Merci encore à Malegria qui a initié ce défi très original et j'ai hâte de savoir ce que les autres participantes ont réalisé!

Défi HE mal-aimées par Mlk : "S'il vous Pieds aux huiles essentielles à aimer"

Défi "Les huiles essentielles mal-aimées"

Par mlkline

HPIM6439

 

 

 

 

 

 


Vais-je le réussir ce pied de nez à la mauvaise réputation olfactive de certaines huiles essentielles et qui plus est dans un soin centré sur le confort d’autres mal-aimés

Les pieds, les panards, si loin de nos nez, détecteurs de « mauvaises » odeurs

Mais si habiles comme ces huiles essentielles à révéler nos états d’âme

À nous ramener à l’essence d’être et aller d’un bon pied au bon port

 

Ce défi orchestré par la Belle de Lima, m’a aussi permis de retenter le savon émulsif

Comme ici, ici, et (enrichi des commentaires fort instructifs de Michèle dans le dernier lien)

 

Mais je vois bien que vous n’en pouvez plus de faire le pied de grue

Allez, je vous entraîne dans mon pied-à-terre côté cuisine cosmétique

  

HPIM6418

 

 

Formule


Phase aqueuse

32 eau de source

10 ha de menthe poivrée (rafraîchit, stimule et tonifie les pieds torturés)

5 teinture glycéro-alcool-silicium d’arnica et hélichryse maison (soulage, apaise, anti- hématome, anti-inflammatoire)

5 savon pour émulsion de PP et un petit bout d’un des miens (à mélanger délicatement dans l’eau) permet une belle glissabilité et si vous avez lu les conseils avisés de Michèle dans les liens ci-dessus cités, vous comprendrez mon, ce choix)

4 eau de mer aquamag (la mer nous fera danser)

1,5 argile blanche (absorption sans dessèchement et couleur neutre)

0,5 amigel

0,5 sel d’Epsom (la mer nous fait danser)

 

Phase huileuse

15 palme bio sublimé aux menthes et géranium maison

8 macérat de 3 menthes maison (il me semble sur hv noix du brésil)

2,5 beurre de karité nilotica

2,5 magnésium stéarate (pour le « fluffy », l’absorption flocon et, je vous conseille une chauffe intense et ensuite afin que l’émulsion retombe un peu un bref séjour au congélateur)

2 beurre d’avocat (belle et bonne action contre les crevasses, réparateur)

 

3e Phase

7 hv de chanvre

2 hydratant miel   

1.2 aloe vera x 40                                                   

1 allantoïne

0,8 conservateur

 

how_to_give_a_foot_massage6ad3f5e24f0eeeb066c0

 Et en Guest star les « mal-aimées » 20 gouttes de cette synergie

 

10 hélichryse mâle Bio Mada (M. Michel Sommerard, la donne pour circulatoire, anti-hématome et plus encore, très polyvalente)

10 menthe bergamote (antiseptique, anti-fongique et encore plus que cela tout comme la lavande, la douce et vivifiante odeur en sus)

6 arbre à thé (il peut tout et le plus, cet aborigène là)

6 patchouli

3 petit grain bigarade

3 menthe poivrée

2 benjoin


HPIM6426

 

 

Que dire du parfum ! !!!

Ma fille baromètre pointu et acéré en raffole ainsi que de la texture

Mes testeuses favorites en parleront ici en toute franchise et à l’aise dans leurs pompes

Cette synergie est multi polyvalente, essayez la contre les maux de tête, en bains de bouche, contre les refroidissements, les sinus bouchés et même pour une belle peau tant visage que corps

 

De panards, suite à ce traitement je ne parlerais plus

De petons parfumés et réparés et bien dans leurs bottes désormais je peux le jurer, promettre

C’est le pied n’est-il pas ! et léger, le pied 

Savon hydratant au beurre de cacao

Savonnerie

Par lloulou

Savon hydratant au beurre de cacao

Voici une recette de savon qui fut parmi mes premiers essais et qui me plaît toujours autant. Je dois dire qu'il s'agit de mon préféré!

Ce savon convient parfaitement à ma peau et je peux même me laver les cheveux avec bien que ce dernier ne contienne pas d'huile de ricin. Il faut dire que, contrairement à certaines personnes, j'ai "beaucoup" de cheveux mais très fins...

Je n'ai pas modifié la recette depuis le début, comme dirait l'autre, on ne change pas une formule gagnante, n'est-ce pas?

Lorsque je dis que je n'ai pas changé la recette depuis le début, ce n'est pas tout à fait vrai. Je joue avec le chocolat!

 

PA040086

Marbrage avant la cure

La recette en pourcentage :

Lard 33 %

Huile de coco 16 %

Huile de canola (colza) 21.8 %

Huile de tournesol 14.55 %

Huile d'olive (pomace) 11 %

beurre de cacao 3.6 %

Soude à calculer

 

Je rajoute un morceau de soie dans la solution de soude.

Juste avant l'apparition de la trace, je prélève un peu de pâte de savon que j'ajoute au chocolat déjà un peu dilué.

J'utilise environ 10 g  de cacao en poudre ou 15 g de chocolat de couverture fondu pour 1500g de savon.

 

A la trace, j'ajoute les huiles essentielles.

 

Mélange d'huiles essentielles :

1 volume de citrus sinensis

1 volume eucalyptus radiata

  

PA070099

Savon découpé dessus

Résultat :

Au final, un savon très hydratant (pour ma peau) avec une mousse fine et une odeur rafraîchissante et tonifiante.

Lors de la dernière fournée, j'ai rajouté un peu de crème fraîche à 35 % (2 cuillères à soupe/kg de savon) pour augmenter un peu l'effet "crémeux" de ce savon et l'essayer : c'est l'adopter! 

  

PA070101

Tranche du savon

Crémeux de massage

Aroma beauté, bien-etre et santé

Par atelierdemichele

                       Le massage corporel se fait bien mieux à mon avis avec des baumes ou des huiles gélifiées comme celle de Loulou que j'utilise surtout l'été. 


Les huiles de massage me semblent curieusement difficiles à réaliser et je les trouve un peu "lourdes" sur la peau.

                    Le crémeux de massage que j'ai fabriqué est parfumé avec des huiles très "enracinantes", qui délassent le corps, allègent les épaules et le dos, remplissent les plantes de pieds...

Foot_massage5

                 
                   J'utilise souvent l'absolue d'iris plus connue comme fixateur de parfum.
Les absolues et huiles essentielles de racines me semblent ici tout à fait indiquées.

Les racines d'iris contiennent toute l'énergie dont la plante a besoin et je la trouve très efficace quand on est épuisé, vidé et qu'on en a marre de tout!

M. Werner et R. Von Braunschweig en disent ceci: " l'iris a la capacité surprenante de s'adapter à son environnement... véritable joyau... soigne les blessures anciennes psychiques et physiques".



                   Je la couple avec de l'huile essentielle de vétiver de Madagascar évidemment.
Les racines de cette graminées sont si résistantes, que la plante peut subir des inondations ou des sécheresses intenses.

M. Werner et R. Von Brauschweig disent que "son parfum a quelque chose de maternel et de protecteur... Il nous aide à faire tomber les murs intérieurs que nous avons érigés ... nous permettant de vivre les sentiments sans craindre de nouvelles blessures".



                    Il y a aussi de l'absolue de lotus dont je vous ai parlé il y a quelque temps avec beaucoup de lyrisme.
Des parties aériennes aussi exceptionnelles de beauté qui viennent sur une tige aux racines plongées dans de la vase, c'est unique!


      
                 Les couleurs et les parfums des absolues diluées de lotus n'ont rien à voir avec cette absolue pure qui est très foncée, épaisse et d'un parfum aquatique voire vaseux (c'est comme le nard, moi j'adore!).

Ces absolues diluées sont très agréables, presqu'incolores et sont parfumées.
Seraient-ce plutôt des compositions parfumantes naturelles?

En tous cas, elles sont légères et sentent bon. C'est l'une d'entre elles  que j'utilise ici.

 

DSC03507


                Ma formule de crémeux de massage enracinant ne comporte pas de cire d'abeille.

Sur la photo précédente, ce sont les bulles d'air introduites par la mixette électrique grecque super-puissante (merci Venezia) qui donnent l'impression qu'il y a des grumeaux.

                On y trouve des corps gras émollients et à la pénétration légère (huile de coco, isopropyl palmitate ou IPP) qui viennent alléger les 52% de beurre de karité, corps gras tout aussi exceptionnel que les parfums pour enraciner.

L'IPP peut être remplacé par de l'huile de coco fractionnée ou une vraie huile très fine (meadowfoam, baobab, pépins de raisin...).


                 J'y ai ajouté du stéarate de magnésium, agent opacifiant connu surtout dans les maquillages car il adhère bien à la peau.

On le trouve fréquemment dans les baumes pour lèvres conventionnels. C'est la raison qui m'a poussée à le tester dans un baume naturel.

J'aime bien l'utiliser dans les émulsions eau dans l'huile car il épaissit et son effet lubrifiant loin de les alourdir leur donne du corps à faible pourcentage et évite l'effet "macération".
Il en faut très peu sous peine d'observer les traces blanches que donne l'acide stéarique mal dosé.

Dans le crémeux de massage, il participe à la sensation de peau sèche une fois le massage terminé. On peut s'habiller dans la foulée.


                 La formule contient également du dioxyde de titane micronisé tout à fait facultatif dans la recette.

Il aide à masquer la couleur naturelle des corps gras pour me permettre de colorer en vert d'eau grâce au pigment vert liposoluble.

Il contient un peu de diméthicone dérivé siliconé que je n'utilise jamais mais c'est à cette condition qu'il se disperse bien.

                  Dans les soins solaires, il me semble indispensable d'utiliser ce dioxyde de titane là et pas les autres non micronisés sous peine d'augmenter l'incertitude sur la puissance de protection.

 

DSC03505

 

Formule du Crémeux de massage enracinant

- 52% Beurre de karité du Bénin
- 30% Huile de coco vierge bio
- 9% Isopropyl palmitate (ou coco fractionné)
- 5% Alcool cétéarylique (merci Chabou)
- 2% Huiles essentielles
- 1% Stéarate de magnésium (mescosmétiquesbio, Bilby..)
- 0.5% Dioxyde de titane micronisé (Bilby)
- 0.5% Antiox COS (ou vitamine E)

Pigment vert au goût

 

Mode opératoire

- Faire fondre le karité, l'alcool cétéarylique et le stéarate de magnésium au bain marie
Laisser le bécher dans le bain marie éteint.
Ajouter l'huile de coco et laisser fondre, bien mélanger.

- Diluer le dioxyde de titane dans l'IPP en mixant à la mixette électrique, ajouter le pigment écrasé en mixant. Il en faut peu, les pigments colorent beaucoup.

- Retirer le bécher du bain marie, ajouter le mélange coloré aux huiles fondues et bien mélanger.

- Ajouter les huiles essentielles au refroidissement. Ces baumes avec épaississant durcissent lentement.

- Couler en pots et laisser durcir dans le bas du réfrigérateur pendant une nuit.


Autre baume de massage


Le parfum

- Absolue d'iris (Myrtea)
- Vétiver de Madagascar (Asterale, ex BioMada)
- Absolue diluée de lotus (merci Catherine)

Réalisé au goût. Je n'ai pas cherché à faire un parfum harmonieux mais une odeur enracinante.



                 La texture est crémeuse, adhère un peu sur les mains du masseur comme une mousse savonneuse pour permettre la répartition sur la zone à masser mais pénètre réellement bien une fois le massage terminé.

La peau est souple, lisse et apaisée.

Le parfum est dominé par la puissance du vétiver qui semble fixé par l'iris alors qu'il n'en a pas vraiment besoin.

               
                 Mais où est donc passée la masseuse? A t-elle a encore des crevasses ?