"Petite Garrigue": Diffusion rince tête

Aroma beauté, bien-etre et santé

Par atelierdemichele

       Besoin de concentration? Besoin d'évasion?
Faites vous donc une petite diffusion avec quelques huiles essentielles choisies pour le parfum ou pour l'effet.

Voici le mélange que j'ai réalisé il y a 2 mois et que j'adore pour son effet rafraichissant des idées et pour l'évasion qu'elle procure.

Plusieurs d'entre elles sont relativement communes.
Pour les autres, les substitutions sont possibles et faciles.

Le point de départ

L'huile essentielle de romarin dont le chémotype à cinéole permet de "lutter contre l'hypotension ou la difficulté chronique à émerger du sommeil " .

C'est la raison pour laquelle l'on dit qu'elle aide à augmenter les capacités de concentration.

Les informations sont tirées de ce livre dont je vous rebats les oreilles depuis sa sortie tant je le trouve complet: "L'aromathérapie". M. WERNER et R. VON BRAUNSCHWEIG. Ed. Vigot

 

La suite

Le nez sur du romarin cinéole ce matin,  j'ai écouté les oiseaux chanter et j'ai regardé  le soleil éclabousser ma pièce de travail. Mais bon sang, c'est le printemps!

Et le printemps est la saison du grand ménage, en particulier du grand ménage du foie. L'huile essentielle  la plus tonifiante et la plus antispasmodique du foie et de la vésicule biliaire est le romarin à verbenone.

Hop, je vous parle de mon mélange!

 

DSC03206

La réalisation du mélange

Puisque j'ai choisi du romarin, pourquoi ne pas jouer à fond  l'imagerie provençale?
Voici donc la lavande (non LES lavandes), le néroli, le bigaradier, le laurier, le cyprès, le thym, la myrte rouge, la sauge...

Et j'ai arrondi les angles avec quelques fleurs (rose, jasmin...)

 

Formule de la "Petite garrigue à diffuser"


- 16 lavande maillette
- 16 lavande d'altitude
- 8 romarin à verbenone
- 8 néroli
- 8 absolue de lavande
- 4 cyprès toujours vert
- 4 laurier noble
- 4 verveine du Yunnan
- 4 oranger amer
- 4 sauge officinale (ou sauge sclarée si impossibilité d'avoir de la sauge off.)
- 4 jasmin sambac
- 4 rose
- 2 ciste ladanière
- 2 myrte rouge
- 1 thym satureoides

en gouttes.

Laisser en contact dans un flacon brun de 10ml pendant 1 ou 2 mois.
Glacer une nuit au congélateur si vous souhaitez éventuellement le transformer en eau de toilette.

Diffuser quelques gouttes du  mélange 10mn hors présence dans la pièce de travail.

         C'est un mélange frais dont les notes fleuries permettent de ne pas tomber dans des odeurs trop culinaires. C'est un  excellent rafraichissant mental, très intéressant pour aider à penser et se concentrer.

L'idée qui m'est venue pour la baptiser est une expression très imagée mais éloquente de Chabou: Rince-tête!

         Et vous quel est votre mélange à diffuser rince-tête? 


JJ&n'Ola

Savonnerie

Par cshabou

- "Tu ne vends plus des noix de lavage ? Remarque, je trouve que ça ne lave pas si bien que ça...
- "non, je termine les quelques paquets qui me restent. En fait, je trouve que ce n'est pas écologique, il faut les faire venir de loin. Pourquoi, tu en voulais ?"
- "non, enfin oui, juste un peu pour essayer d'en ajouter dans un savon, je crois que c'est émollient et adoucissant, en plus, c'est sensé faire baisser le pH..."

noix_de_lavage

Petite conversation entre amies, mon amie M., de la chorale, et moi, un dimanche matin sur le marché où elle a un petit stand de produits d'entretien bio et de ses propres fabrications, des brumes de maison bio aux He variées, qu'elle fait sentir sur des petites formes en feutrine, mignonnes comme tout.

La papotte terminée, je suis repartie avec une vingtaine de noix pour en faire une décoction et dissoudre la soude d'un futur savon avec.
Le futur a été presque présent car j'ai lancé l'opération dès mon repas terminé.
J'avais une petite idée en tête, cette histoire de pH qui pourrait faire évoluer la capricieuse orcanette et je voulais savoir comment.
J'ai donc changé les huiles, les proportions, l'huile d'infusion de l'orcanette en conservant quand même deux cuillères à café de poudre rouge pour le batch de 1500g.

Un petit  topo sur les noix de lavage, controversées néamoins :
"Les noix de lavage sont issues du Sapindus Mukorossi, ou l'arbre à savon, qui pousse en Inde et plus particulièrement dans les contreforts de l'Himalaya, est utilisé comme détergent par les indiens. Le Sapindus Mukorossi (ou savonnier, arbre à savon, soap berry) n'est pas toxique et est utilisé en médecine Ayurvédique pour guérir les maladies de la peau (cf. Encyclopédie botanique).
Les indiens les utilisent depuis des siècles comme lessive naturelle ou shampooing.
En automne, elles sont récoltées mûres lorsque leur couleur est dorée. Ensuite, elles sont séchées, décortiquées, séparées et empaquetées dans des sacs de toile.
On utilise uniquement les coques des noix car elles contiennent une substance aux propriétés nettoyantes remarquables : la saponine.
La saponine se dissout au contact de l'eau et opère comme une lessive naturelle."


snleafsnbark  Source

 

Et pourquoi ce nom là à ce savon ?(vous avez remarqué, j'adore vous faire languir)
Et bien, j'ai la chance d'avoir rencontré deux copains, l'un en chantant, l'autre en taillant un saucisson géant
untitled sur une antique machine à main, celle à couper le jambon, ça glissait, ça poissait, c'était tout gras, on ne se connaissait que depuis quelques minutes mais la coupe du saucisson géant, ça lie l'amitié rapidement.

Et de fil en aiguille (
ok, je vous épargne la couture), ils m'ont fait une proposition que je ne pouvais pas refuser : ils allaient venir avec du matériel et me feraient un petit labo dans un coin de mon appart. P'tit labo, ça te parle mon amie M. ?
Je m'étais promis de donner leur nom à la première chose que je ferais dans cet endroit super, installé avec un petit bac et l'eau courante, une plaque chauffante électrique et un marbre qui passe au nettoyage très facilement.
Merci les gars, c'est un savon qui portera vos deux noms, certaines remarqueront la coïncidence avec mon logo, ça n'a rien à voir, mais là aussi, il y a une belle conjonction, de celles qu'on ne peut pas inventer tellement c'est impossible à croire.
Bon, ça vous laisse froids, mes histoires de copains, vous avez tort, vous avez tort, c'est le sel de la vie, l'amitié ;  l'amour c'est trop violent et compliqué mais l'amitié...

 

Alors, je reviens à mon savon :

 

Huile de coco                     26,31%
Huile de palme bio              20,11%
Beurre de karité                  6,82% macéré à chaud avec 2 càc de poudre d'orcanette
Beurre de cacao                  3,41%
Huile d'olive                      26,31%
Huile de pépins de raisin     17,04% macéré à froid avec gingembre frais et cardamome
20 g de lactate de sodium
Soude diluée dans un bain de glaçons avec la décoction des noix de lavage.
Aloé véra, sea silk dont la date de péremption allait vite arriver

Et ?
...J'ai suivi avec effroi la transformation dès le mélange, de la couleur de l'orcanette : rose, violet, vert émeraude et vert pisseux, pas très clair, ni très foncé, bref, pour le pH, je repasserai !
On ne rit pas, Mlk !

 

N_ola

Il sent synthétiquement très bon (égyptian musk) mais il a une douceur incomparable, une mousse crémeuse et dense et un look rigolo avec ses inclusions.
J'ai appris par un copain savonnier que quelqu'un faisait et vendait des savons artisanaux auxquels il ajoute du jus de noix de lavage. Il m'a donné le nom de son site, mais rentrée à la maison, je l'avais oublié (!)
Je n'ai donc rien inventé, mais j'ai pu vérifier que mon orcanette se moquait franchement de moi, des théories et du pH.

LALI : Savon pour le visage

Savonnerie

Par atelierdemichele

          Chaque région, ville ou pays  du monde m'inspire des images, des odeurs, des poncifs (banalités, clichés, stéréotypes...) tout à fait assumés.

Je fabrique  des savons , des tas de savons, d'autres savonsencore des savons et d'autres cosmétiques en les baptisant du nom d'un continent, d'un pays ou d'un adjectif s'y rapportant.
Quand je ne copie pas carrément un savon issu d'un blog du pays en question
!

DSC03195 




          J'ai envoyé un ami m'acheter de l'huile de son de riz dans une boutique japonaise de la capitale.
Il est revenu sans l'huile mais avec un savon curieux, dépaysant en diable quand on sait avec quoi il est fabriqué.

Du coup, je l'ai renvoyé dans le même magasin avec pour mission de me ramener l'ingrédient en question et l'huile de son de riz.
Si possible hein, sans vouloir le commander... tout ça, tout ça.
Il en est revenu avec les deux!

DSC03182
Savon de riz "Dassai" pour le visage

          

Hô, Hôô,  bonheur et excitation!
Je me suis mise en cuisine le soir même puisque j'avais déjà écrit des tas de formules différentes, esquissé la forme, les couches, calculé la soude, imaginé le moule, choisi les autres ingrédients.

Et voilà le résultat:

DSC03195

 

           Mais qu'est-ce donc cet ingrédient mystère?

C'est la lie de saké (mon savon s'appelle LALI, vous vous souvenez?).

Le saké est utilisé en guise de produit de beauté pour ses effets hydratants et éclaircissants du teint.
Il est supposé réduire les tâches de rousseur et les tâches de vieillesse grâce à la présence d'acide kojique, un  anti-oxydant.

Voici un article (en anglais) très instructif sur l'utilisation de saké en cosmétique mais ne prenez pas les informations prosélytes pour les éclaircissants naturels (ac. kojique, arbutine) versus chimiques (hydroquinone...)

Vous trouverez  sur le blog de Lolitarose
.son savon des rizières au saké,
.une crème doudou des filles de l'extrême au saké,
.ainsi qu'un excellent article sur la recherche du teint perdu (rituel de beauté japonaise II).

Il m'est impossible de faire les liens sur son blog, il doit y avoir des caractères spéciaux que je sais pas éliminer. Help please!!!

 

DSC03190

          L'acide kojique a été présenté comme l'une des alternatives naturelles pour diminuer la production de mélanine par la peau.
Vendu sous plusieurs noms et extraits: Dermawhite HS, Phytoclar, Rice extract "COS", Vegewhite... il sert également pour des peelings.
Ils permettent cette peau diaphane  dont les japonaises sont friandes.

Mais des études récentes ont fait état de risques potentiels pour la santé (thyroïde, foie) à partir de 0.1% d'acide kojique, ce qui est vraiment très peu compte tenu des approximations de pesée dans les cosmétiques faits maison et du risque d'accumulation dans l'organisme.

Les crèmes dépigmentantes en contiennent au moins 1% si ce n'est plus.

Il n'est donc pas conseillé d'en incorporer soi même dans ses cosmétiques.  Les dangers de certains produits dépigmentants sont bien réels et consternants.

Quelques infos ici, ici et ici

           D'autres études viennent contredire cela car de nombreux pays consomment des aliments riches en acide kojique normalement considérés comme excellents et même bénéfiques pour la santé (graines de soja, extraits de soja, tofu...).
Que faire?

Il va sans dire qu'encore une fois un aliment ou une plante est constitué de nombreux actifs qui agissent en synergie et que l'on ne peut en résumer les bienfaits à un seul de ces constituants.

La notion de totum en phytothérapie me semble être un principe de base.
   

         DSC03198


         
Bref, considérant qu'il n'y avait aucun danger à utiliser un cosmétique à base de soja, de saké ou de lie de saké, j'ai fabriqué mon propre savon à la lie!

Tout d'abord, il faut savoir que comme toute lie qui se respecte, la lie de saké (qui a beau être japonaise) ne sent pas très bon.
Au mieux, on trouve que ça sent la fondue savoyarde avec beaucoup de vin.

J
'en ai fait sentir à un haut-savoyard, maître ès fondue, qui après l'avoir humé, m'a regardée comme si en disant cela, je l'avais insulté. Lui, sa mère, son père et même ses ancêtres avant lui!
Fort heureusement pour moi ^_^ il ne peut pas me soupçonner d'en vouloir à toute sa descendance qui trouve que ça sent bien la fondue à la fin du repas quand on gratte le fond du caquelon ...

           La lie de saké ou saké kasu est utilisée dans la cuisine japonaise (je n'ai trouvé que ces recettes de soupe miso  et plat de poisson ou viande tous deux à la lie de saké).

Un essai apparemment réussi de chocolat à la lie de saké a été réalisé par Jean-Paul Hévin, chocolatier parisien.

          Le saké kasu se présente comme une pâte souple facile à découper en morceaux.
Pour l'introduire dans le savon, je l'ai mixé dans de l'eau bouillante, filtré pour retirer les résidus trop exfoliants puis mis à congeler en glaçons.


DSC03179


          J'ai utilisé cette lie directement en pâte exfoliante sur le visage.
Ce n'est certes pas pratique mais j'en suis ressortie avec un teint mat, poudré peut-être légèrement trop astringent pour une peau sèche mais le teint est indubitablement plus net.

L'effet est éphémère mais j'imagine qu'en guise de masque coup d'éclat, c'est parfait! Rassurez-vous tout de même, je n'ai pas changé de couleur!

           Cette eau de lie a été introduite à la trace pour l'une des couches du savon.
Pour l'autre, j'ai dilué la soude dans l'eau de lie.

Entre les deux couches, j'ai saupoudré une minuscule pointe de poudre de thé vert matcha à travers les mailles d'un tamis en inox comme ici.

La présence d'alcool fait gonfler la solution caustique. Normalement il faut faire éventer l'alcool avant de fabriquer la lessive de soude (pour les savons à la bière par exemple).

L'éruption caustique peut s'avérer dangereuse.

            Ne prenez donc pas de risques, mettez vos gants (évident n'est-ce pas?) et faites le dans un récipient haut posé dans l'évier pendant toute cette opération.       

DSC03178DSC03180DSC03183

      

  Astuces pour séparer deux couches de savon par une poudre

- En mettre très, très peu.
En séchant la couleur des poudres "bave" toujours dans la pâte à savon donnant l'illusion que la couche est plus épaisse.

- La saupoudrer à travers un tamis très fin idéalement en inox.
Répartir une fine poussière sur toute la surface sans revenir sur vos pas. La couleur semblera unie au séchage.

- Ajouter la seconde couche de savon  peu de temps après la première et travailler à la trace moyenne ou épaisse si vous voulez une ligne droite.
S'aider éventuellement d'une cuillère pour ne pas abîmer la surface.

 

DSC03188
La poudre de matcha est ici à peine perceptible et pourtant la ligne dans le savon est bien visible.

 

         

 Le savon Dassaï a pour INCI: Sodium hydroxydesoja (c'est écrit collé), acides gras, lie de saké. Je choisis donc de fabriquer le mien avec le plus possible d'huiles fluides et peu de détergence.

Formule du "Savon Lali" pour le visage

- 58% Huile de soja bio
- 40% Huile de son de riz
- 2% acide stéarique

Sirop de riz bio
Vitamine E

Soude pour un surgras de 7%

Couche claire: Eau de lie de saké à la trace
Couche foncée: Soude diluée avec l'eau de lie
Poudre de thé vert matcha entre les deux
          
Fabriqué au fouet à main bien entendu! La présence d'alcool dans la lie aide formidablement à accélérer la trace qui ne viendrait jamais avec ce type de formule.

La couche foncée trace plus vite que l'autre.

Savons à la lie de saké ici  et  ici

 

DSC03197



                    Particularités de la formule

Uniquement des huiles fluides (soja et son de riz) pour la douceur d'un nettoyant prévu pour le visage et juste 2% d'acide stéarique pour durcir un peu ce savon qui augure d'être très mou.

** Huile de  soja

L'huile de soja semble être mal considérée en savonnerie dans deux de mes livres sur les savons car elle serait peu chère (!) et de peu de valeur pour la peau.

 
Peut-être parce qu'elle constitue la majeure partie des huiles végétales des margarines aux USA et en Australie où elle est hydrogénée, certainement issue d'OGM et extraite par solvants.

Si sa particularité d'être hydrogénée est catastrophique pour la santé humaine dans l'alimentation, il n'en reste pas moins que l'huile de soja, pressée à froid, issue de l'agriculture biologique es
t surtout  riche en omega 6 (acide linoléique)  et omega 9 (acide oléique)... comme plein d'excellentes huiles végétales!

Elle forme peu de mousse et est une excellente alternative aux graisses animales pour qui veut des savons vegan.

Mes divers essais avec cette huile en très grande quantité (30/40%) montrent qu'elle est plus douce pour la peau lorsqu'elle est combinée à de l'huile d'olive.

** Huile de son de riz

Magnifique huile à saponifier!

Elle présente des caractéristiques étonnantes dans le savon pour une huile liquide:
. elle donne des savons qui moussent très bien,
. elle est peu rancissable grâce à la présence d'un anti-oxydant spécifique, le gamma-orizanol.

mais les savons à l'huile de riz passent volontiers par une phase de gel et ils collent un peu plus aux moules.

Dans une bonne formule équilibrée en gras durs comme l'huile de coco, ça colle moins.

Dans ma formule presque uniquement constituée d'huiles fluides, j'ai saponifié à basse température et coulé en moule large et plat sans isolation. Il n'y a pas eu de phase de gel.

**Acide stéarique

Comme la cire d'abeille, il permet de durcir un peu les formules de savons.
J'en mets en général 2 à 3% jamais plus pour ne pas avoir un savon cassant et "tirant" sur la peau.

L'acide stéarique est souvent issu d'huile de palme et c'est l'indice de saponification de cette dernière qui est généralement retenu dans les calculateurs.

**Sirop de riz bio

Parce que le sucre dans les savons majore la mousse alors formée de larges bulles très stables.

Il est possible d'ajouter 1 à 2 cuillères à café de sucre (dissout dans un peu d'eau) ou de sirop de sucre par kg d'huiles

-soit dans l'eau froide avant la soude,

-soit à la trace.

L'ajout de sucre ou de sirop de sucre dans la solution de soude chaude risque de le faire caraméliser.

Le sirop de riz n'est rien d'autre que du sirop de glucose produit à partir du riz. Je l'ai introduit en même temps que la vitamine E dans mes huiles tièdes, ça marche aussi très bien.

Et il participe à la référence au Japon évidemment!

Formule générale d'un savon visage japonais

- 58% huile de soja, huile de sésame blanc bio
- 40% huile de son de riz
- 2% acide stéarique (pour durcir un peu plus, monter à 3% et diminuer l'huile de soja et/ou sésame à 57%)
Soude/eau de riz ou lait de soja, crème de riz très fine, sirop de riz, vitamine E et un peu d'alcool de riz pour accélérer la trace.

 

 

          Mon savon LALI met une éternité à sécher, il est encore souple trois semaines après la fabrication.

Il est très doux, peu détergent et bien joli.  La ligne de thé vert a bruni et est plus nette.

Je suis très agréablement  surprise par sa mousse bulleuse qui n'est pas gluante comme celle des savons 100% olive. J'en utilise une petite boule faite avec les chutes une fois par semaine en guise de démaquillant le soir.

           Comme le savon fait maison est basique, il vaut mieux mettre une crème après usage.
Je pense qu'ils méritent encore un long séchage.

 

DSC03196

   
           Le savon dassai original étant foncé, j'ai recommencé en utilisant beaucoup plus de lie de saké (150g) pour diluer la soude.

La formule est plus classique mais très riche en huiles diverses et douces dont  de l'huile de sésame noir:

30 coco, 16 cacao, 12 colza, 10 karité, 10 olive, 10 sésame noir, 5 tournesol, 3 autruche, 2 jojoba, 2 ricin, sirop de riz bio, eau, lie de saké, soude pour un surgras de 8%.

Grâce à cette composition, il est très doux (Loulou, j'ai besoin de ton vocabulaire soutenu!). Il mousse fin et bulleux.

Il est bien joli ce second dassai n'est-ce pas?

 

DSC03201


            

           Mais alors quelle odeur de fond de caquelon!!!

Soit le vrai dassai ne contient pas beaucoup de lie, soit son alliance avec l'huile de sésame noir n'est pas recommandée dans un savon.
Dire que j'en ai fabriqué 1.5kg ! 

My sweet little V

Savonnerie

Par mlkline

 

50512859_p

 

der



 

 

 

 

 






Une fin de journée encore ensoleillée et pourtant entre chien et loup

En cheveux et caleçon siglé de chez « Bouzou » je m'apprête à enfourner mes derniers nés

enfants de soude et de gras à l'abri de refroidissements fatals

la porte d'entrée claque et un juvénile « Bonjour tout le monde » retentit emplissant

la maison de sa vitalité

Une poupée juchée sur des talonnettes chinoises et emmitouflée d'une moumoute sibérorusse

me colle un baiser sur la joue, jette un œil désabusée sur mon savon, regarde à nouveau

et là, là, j'en tremble encore d'aise et de contentement

Sa bouche s'arrondit de « oh!oh!oh! »

s'élargit de « ah! Ah,

s'ourle de « c'est trop trop beau » maman t'es trop mignonne

et dans la foulée pleuvent les recommandations , interdictions

« tu ne les tripotes pas, tu ne les démoules pas trop tôt »

et devant ma mine déconfite après ces remontrances, se permet même de préciser

« tu ne m'as pas tripoté la fontanelle comme cela! non » alors pareil, tu les laisses tranquilles

un grand sourire et un bon gros baiser à nouveau et nôtre petite danse tribale à nous

 

Formule du sweet little V

J'ai repris celle ci car j'en aime les qualités, les seuls changements ont porté sur les poudres

utilisées et l'ajout de 50 gr de lait de coco mis dans les huiles déduit de la quantité de liquide

eau de rose indienne+ eau de kewra et eau pour diluer la soude

 

j'ai réservé aussi une partie pour diluer mes poudres

kewra et rose 1cs pour 1cc de rhubarbe

kewra et rose 2cs pour 1cc de indigo mélangée à quelques grains d'ester de jojoba bleus pilés (Jo le biwil de thomaelle)

La très mauvaise idée, d'impliquer encore dame orcanette sous forme d'une cs macérée dans colza

elle m'a donné un très vilain vert glauque,fort heureusement , utilisée sur un tout petit pot de pâte et quasi oubliée et mise dans de petits moules

J'ai donc ma pâte de base à trace très fine crème pâle

divisée 1 pot avec rhubarbe

           1 pot avec jojoba bleu et indigo

           1 pot avec orcanette dans colza

           1 pot pâte de base crème

Et jeu sur les diverses traces pour déposer mes différentes couleurs et tenter un quadrillage et perpendiculaire et horizontal à l'aide d'une très fine et longue baguette

Les cœurs sont obtenus aussi en jouant sur les traces et en déposant ma deuxième couche à la cuillère et en aplanissant de son dos, d'ailleurs mon coeur le savait que ceux là pouvaient lui plaire, j'aurais peut être dû les nommer

"La gloire de ma mère" ih!ih!

       

mlk_coeur_modifi__11                                                         

 

            Tout commence comme un conte avec deux animaux on ne peut plus différents: une ânesse qui apporte du lait et une autruche qui apporte des plumes.

Les plumes d'autruche sont délicates et constituent le must des plumes de costumes du Music Hall. Elles ont la capacité de gonfler à la chaleur pour déployer leur panache.

Comme elles sont anti-statiques, elles peuvent être rassemblées en plumeau pour faire le ménage. La plus jolie danseuse du Crazy Horse doit bien traquer la poussière de temps en temps non?

Non? Ah bon...

Alors si elle ne fait pas le ménage, elle doit bien se laver après le spectacle? Donc je laisse les plumes au vestiaire et je demande à l'autruche son huile à saponifier!

 

           Tout le monde connait les bienfaits du lait d'ânesse sur la peau et dans les savons artisanaux.
Ce lait, comme celui de la jument,  est considéré comme celui dont la composition se rapproche le plus du lait maternel avec une grande proportion de lactose et peu de matières grasses.

Pour le saponifier, je le congèle en petits glaçons pour permettre une dissolution de la soude sans augmentation excessive de la température.

Savons au lait d'ânesse ici, ici, et ici (si j'en oublie, dites le moi...)
Savons au lait de jument ici

 

DSC03150

 

           L'huile d'autruche est moins connue sous nos latitudes mais elle présente comme les gras d'émeu ou de canard une grande proportion d'acides gras essentiels, peu commune chez les animaux.

Ses défenseurs la parent de merveilleuses propriétés curatives même plus que celles de l'huile d'émeu car sa richesse en AGE est plus importante (voir ici).

Je précise que comme pour l'émeu, c'est un sous-produit de l'élevage de ces animaux destinés à l'alimentation et l'on peut la trouver dans la plupart des élevages d'autruches en France au milieu de cosmétiques à base d'huile.

Leur composition est très conventionnelle mais la proportion d'huile d'autruche n'y est pas anecdotique.

DSC03153

 

          Elle se présente comme une graisse molle, blanche et fine qui pénètre très rapidement sans poisser la peau.

Je trouve qu'elle sent le beurre, le vrai beurre d'antan peut-être un peu rance (je trouve qu'aujourd'hui le beurre ne sent plus rien même le beurre cru acheté chez le crémier ne sent plus rien! Michèle en mode ronchon).

Donc quelle ne fut pas ma surprise jeudi dernier en écoutant les hauts cris de quelques princesses au nez délicat qui se sont presque pâmées de dégoût en respirant le pot d'huile d'autruche! 

Il faut dire que le pot leur a été mis sous le nez en pleine dégustation de thés délicats, de laits à la vanille charnue et de pâtisseries gourmandes. Mais quand même!

            J'ai cru qu'elles se voyaient déjà dans le champ boueux, courant derrière des bestiaux aux pattes puissantes issus de dinosaures, pour les trucider, les plumer et leur arracher des monceaux de gras sanguinolents à mettre ensuite dans des chaudrons malodorants pour en extraire cette graisse que je trouve pour ma part merveilleuse.

Même que la dame qui élève ces bêtes l'utilise en cuisine comme d'autres utilisent la graisse de canard ou d'oie pour faire sauter leurs pommes de terre.

Voyez comment l'une de ces princesses de la Tribu des Nez Délicats voit la fabrication des savons.

Enfin, qu'est-ce qu'il ne faut pas entendre... ;))

 

          L'huile d'autruche est riche en acides gras insaturés, elle est presque molle à température ambiante. Je préfère donc ne pas la chauffer et la laisser fondre doucement dans les gras durs.

Patrizia Garzena et Marina Tadiello indiquent que c'est une huile merveilleusement calmante, réparatrice et nourrissante.
Elle peut être introduite à n'importe quel pourcentage dans un savon et ses effets se font sentir même à partir de 5% des huiles.

in  Patrizia Garzena et Marina Tadiello "Soap naturally, ingredients, methods and recipes for natural handmade soap" Programmer Publishing.


DSC03147


 Formule du savon "L'ânesse et l'autruche"

- 30% huile de coco indienne
- 25% huile d'olive bio
- 20% huile de son de riz
- 15% huile de palme bio
- 10% huile d'autruche

Soie Tussah
Lait d'ânesse et soude pour un surgras de 6%

Huiles essentielles:
. 3 parts muscade
. 2 parts lavandin grosso
. 1 part santal amyris

          Depuis quelques temps maintenant, je délaisse le mixer électrique pour fabriquer mes savons totalement à la main.

Les formules à malaxer manuellement doivent être choisies:

- en mettant suffisamment d'huiles dures (50% minimum)
- en fabriquant peu à la fois (grand maximum 1kg)
- en prenant le temps de laisser poser la pâte entre deux malaxages
- en évitant de fortes proportions d'huiles de tournesol ou de colza par exemple.

J'y ai trouvé tant de grâce que j'en ai fait une floppée depuis lors totalement à la main comme les savonniers d'antan.

       

                    Fabrication manuelle

- Diluer la soude dans le lait d'ânesse en glaçons  allongé d'un peu de lait liquide
Ne pas agiter fortement mais mélanger doucement en ajoutant la soude petit à petit et en prenant soin de laisser votre bocal dans un bain d'eau avec des glaçons ou des "carboglaces".

Il m'a fallu environ 15 mn pour le faire doucement sans faire chauffer la solution à plus de 40°.

Ajouter la soie tussah finement ciselée.

DSC03139

- Faire fondre les huiles de coco et de palme, ajouter hors du feu l'huile d'autruche et la laisser fondre doucement.

- Ajouter les huiles liquides, bien mélanger et maintenir vers 40°.

- Ajouter la solution de soude aux huiles doucement en mélangeant avec un fouet en inox.
Continuer à fouetter vigoureusement mais avec précaution (pour ne pas projeter de la pâte caustique) pendant une demi-heure pour 1kg d'huiles.

Ne pas hésiter à changer de main, à poser le fouet quelques instants pour vous reposer.

DSC03141

- Filmer le bol et laisser reposer une autre demi-heure.

- Reprendre le fouet pendant 2 mn pour voir apparaitre une belle trace.
Contrairement aux traces obtenues avec le mixer électrique, celles ci même très visibles vous laissent tout le temps de procéder aux ajouts de dernière minute.

DSC03143DSC03144DSC03145

Malheureusement je savonne souvent le soir à la lumière électrique. Je devrais le faire à la bougie maintenant que je délaisse le mixer, je ferai peut-être de plus jolies photos ...

Aucune précipitation n'est nécessaire, il suffit de mélanger délicatement à la spatule pour remettre la pâte en mouvement et couler sans souci.
J'ai adoré!

- Ajouter les huiles essentielles et couler.

 

Remarque importante: Il est impératif de malaxer suffisamment longtemps pour permettre un temps de contact suffisant entre les molécules de soude et les acides gras.

Le risque d'un malaxage insuffisant est de voir de l'huile remonter à la surface du savon donc le risque d'obtenir un savon caustique ou insuffisamment surgraissé.

En cas d'impatience, il vaut mieux craquer et reprendre son mixer comme je l'ai fait ici.

         

Les temps sont purement indicatifs et peuvent varier selon la formule, le volume de savon fabriqué et votre résistance au malaxage.
N'hésitez pas à laisser faire.

               

DSC03149

 

                 Le décor

J'ai posé au fond d'un "organiseur" en plastique dur acheté au supermarché une feuille de papier sulfurisé froissée.

DSC03140J'ai coulé la pâte dessus et tapoté le moule sur le plan de travail pour aplanir la surface. Le papier sulfurisé permet un démoulage parfait et laisse ses plis à la surface du savon.

C'est très joli à peu de frais.

J'ai tenté de mettre le même papier froissé sur le dessus mais il est difficile de chasser complètement toutes les bulles d'air. Au démoulage, la surface n'est pas jolie.

Il faut également y penser quand on utilise un peu de plastique bulle pour simuler les loges de cires d'abeille.

Le plus joli motif est obtenu à mon avis avec le film au fond du moule et non dessus comme on le fait souvent. De même, il vaut mieux poser le film en diagonale, l'effet est plus naturel, moins ostentatoire.

 

      Le moule a été isolé dans le four éteint pendant 48h avant de démouler et couper.

C'est l'une des caractéristiques de ces savons faits à la main, ils ont besoin d'un peu plus de temps pour durcir correctement.
Ce sont peut-être des savons pour vieille savonnière patiente...

DSC03152

Une fois découpés, la chirurgie esthétique faite, j'ai façonné les chutes en carrés marseille-like que j'ai tamponnés (Merci Chabou pour ce mini tampon indien).
Ils sont bruts de décoffrage mais avec l'élégance du motif cashmere et un léger veinage.

J'aime beaucoup.

          La mousse est faite de grosses bulles puis elle se densifie, l'odeur de muscade est très gourmande et l'effet de texture me semble très réussi.

DSC03154

            Finalement l'alliance de l'autruche et de l'ânesse fonctionne très bien. Pas du tout comme l'alliance de la carpe et du lapin !


Shampooing usage fréquent orange-muscade

Soins des cheveux

Par atelierdemichele

               Une fois n'est pas coutume, je vais vous parler d'un soin capillaire.
L'idée de départ vient du fait qu'il faut que j'utilise mes hydrolats.

Mon réfrigérateur demande grâce, j'aime beaucoup les sentir, les goûter mais je remarque que j'en mets un peu moins systématiquement dans mes émulsions par oubli.

               Or l'hydrolat de muscade (BioMada) est très fidèle à la noix, il possède des propriétés antiseptiques intéressantes pour le cuir chevelu.
La noix de muscade se marie très bien aux agrumes et son huile essentielle persiste parfaitement dans les savons à la soude.

 

DSC03177_1



              Le shampooing usage fréquent
est formulé avec des bases lavantes douces (Aroma-zone) et peu d'ingrédients actifs.

Il est préconisé pour les personnes qui se lavent souvent les cheveux et qui devraient donc en utiliser peu à la fois.

Formule de l'Orange muscade

- Phase A

20% Base moussante douceur
15% Base Consistance
  5% Douceur de coco
  3% Mousse de sucre

- Phase B

30% Hydrolat de muscade
  5% Bétaine
  5% Extrait glycériné de lilas (du jardin d'Irène)
  1% Gomme guar conditionnante
  0.5% Acide citrique en poudre

- Phase C

9.8% Eau de source
2% Huiles essentielles
1% Silicone naturel (chitosan succinamide) Les utiles de Zinette
1% D Panthenol en poudre (Missmiss hélas disparue)
1% Macérat rocou/jojoba
0.7% EcoGard


DSC03166
         Formation du gel

Mode opératoire

* Phase A

- Dans un bécher désinfecté, peser et mélanger tous les ingrédients en remuant délicatement à la spatule silicone sans trop faire mousser.

- Chauffer vers 40° au bain-marie chaud pour liquéfier.
Le mélange devient transparent.

La base Consistance a besoin d'être chauffée à 38/45° pour éclaircir et se liquéfier.

- Garder au chaud vers 40°

* Phase B

- Diluer l'acide citrique et la bétaine dans l'hydrolat et le mettre à tiédir dans un bain marie chaud éteint.

- Dans un petit récipient désinfecté, diluer la gomme guar petit à petit  dans la glycérine avec une cuillère magique ou un petit fouet.

- Ajouter la solution d'hydrolat tiède en mixant avec un mixer électrique en état de marche  ^_^ pour les grandes quantités ou  un mixer à capuccino en évitant les grumeaux.

* Verser B dans A hors du bain-marie tout doucement, en mélangeant à la spatule silicone pour éviter de faire mousser.

* Phase C

- Diluer le D Panthenol dans l'eau tiédie.
Si vous utilisez du D Panthenol liquide, il faudra le mettre en 3è phase sans eau à raison de 2 à 5%.

Choisissez 5% pour des cheveux endommagés, cassants ou fourchus.

- Ajouter au shampooing et introduire les autres ingrédients un à un en mélangeant délicatement mais complètement entre chaque ajout.

- Mettre en flacons désinfectés.

DSC03167 
  Le mélange A et B coloré


               J'ai choisi les proportions des ingrédients pour permettre:

    une mousse relativement abondante

* La base moussante douceur constitue le corps des tensioactifs. C'est elle qui devrait être utilisée en plus grande quantité.

Préconisée entre 20 et 50% j'ai choisi le minimum (20%) pour ne pas trop déterger.
Même si ces bases lavantes sont très bien tolérées, ce shampooing est préconisé pour un usage fréquent.

* La mousse de sucre apporte un pouvoir moussant plus élevé.
Préconisée entre 3 et 30%, j'ai choisi 3% pour ne pas trop influer sur la viscosité non plus.

DSC03192

     - une viscosité moyenne

Rien ne me semble plus désagréable qu'un shampooing ou un savon liquide trop liquide.

* La base moussante douceur est relativement peu épaississante, elle doit être couplée à d'autres ingrédients plus spécifiques de cet aspect là (base Consistance, Douceur de coco et gomme guar conditionnante pour ma formule).

* La base moussante Consistance comme son nom l'indique est très viscosante tout en détergeant peu.
Préconisée entre 2 et 35%, j'ai choisi 15%, valeur moyenne puisque j'utilise également une gomme.

C'est un acyl glucoside qui constitue les meilleures bases moussantes "naturelles" mais elles ont un pH très élevé (environ 12).
Un ajustement du pH est donc indispensable.

* La gomme guar conditionnante (Les utiles de Zinette, Bilby, aromantic...) est techniquement indispensable pour moi dans un soin capillaire.
Que ce soit pour un après-shampooing, une crème  de soin capillaire, un genre d' in-shower ou un shampooing.

Elle est "conditionnante" (je ne sais toujours pas comment on dit ça en bon français, "gainante"?) et surtout elle gélifie donc épaissit l'émulsion sans lourdeur aucune.

Il ne faut pas la confondre avec la gomme guar simple qui est uniquement gélifiante.

* La douceur de coco est le produit le plus viscosant de la formule.
Elle devrait faire partie de toutes les formules de bains moussants.

Préconisée entre 1 et 5%, j'ai choisi le maximum ( 5%),  d'autant plus librement qu'elle est peu détergente également.

    - peu d'actifs

Autant dans un après-shampooing, un soin coiffant, je trouve intéressant de faire un choix d'actifs traitants pour les cheveux, autant dans un shampooing pour usage fréquent qui suppose une utilisation rapide avec très peu de temps de pose, je reste raisonnable.

         Pour un shampooing plus spécifique où l'on respecte deux lavages dont le premier est réalisé avec du produit dilué permettant une meilleure mouillabilité de la chevelure au 2è passage, les actifs devraient être choisis avec une formule de base:

. équilibrée dans les proportions de tensioactifs

. au pH ajusté (le cheveu ne peut pas ajuster son pH comme la peau et les shampooings doivent être à pH 5 environ sous peine d'être agressifs et desséchants à la longue)

. peu détergente (à quoi ça sert de blinder en actifs formidables si la base lavante enlève tout ... et décape cuir chevelu et cheveux)

          J'ai choisi d'utiliser de la bétaine (trimethylglycine), extraite de la betterave et donnée comme anti-rides pour la peau à partir de 10%.
Je l'utilise ici pour ses effets hydratants du cheveu et du cuir chevelu.

          Elle ne fait malheureusement plus partie du catalogue d'Aromantic. On peut l'omettre et mettre en 3è phase des actifs typiques des cheveux comme les protéines hydrolysées, des glycérinés maison de plantes bonnes pour la chevelure (panama, capucine, avoine, thym...).

Inspirez-vous pour cela des shampooings de la marque Klorane tout à fait conventionnels mais qui contiennent tous un ingrédient végétal.

 

          Pour donner du corps, de l'éclat et protéger les cheveux lavés souvent, j'ai choisi du D Panthenol (ou pro-vitamine B5).

C'est également un hydratant pour peaux et cheveux qui présente en plus des propriétés anti-inflammatoires, très adaptées aux cuirs chevelus fréquemment lavés.

          C'est pour moi un incontournable pour les cheveux des filles qui les teignent, les colorent, les "brushent",  les sèchent au séchoir même hi-tech, les nattent, les attachent, ne les lavent qu'au savon fait maison au pH basique...
Pour toutes les filles quoi!

DSC03191

    

- Une jolie couleur dynamisante mais douce

          Un shampooing à l'orange douce et à la noix de muscade se doit d'être orangé.
J'aime beaucoup les shampooings de couleur.

Je trouve cela gai et j'imagine que c'est en se shampooinant qu'on chante sous la douche, qu'on fait mousser son abondante chevelure et qu'on adore ensuite rincer longuement dans des effluves dynamisantes.
Autant vous dire que pour moi, c'est de la pure fiction!

           Mais bon le marketing est indispensable en matière de beauté.

D'autant plus que lors de la fabrication de mon shampooing, j'ai oublié que mon mixer avait déjà beaucoup servi auparavant et qu'il est rechargeable...
Il m'a donc lâchement abandonnée au milieu de la gélification de mon hydrolat (400g ce n'est pas 100g!) et ma gomme a fait des grumeaux!

On voit bien les grumeaux sur la photo ci dessus. Fort heureusement ils fondent bien entre les doigts et ne se sentent pas à l'utilisation. Mais quand c'est pour offrir, ce n'est pas très agréable...

          Les destinataires de ce shampooing se doivent donc d'oublier les petits spots de gel et doivent chanter sous la douche avec plein de mousse dans les cheveux ^_^

          Je voulais donc vous informer que la couleur orangée est apportée par une macération de graines de rocou du Pérou (Malegria) sur huile de jojoba excellente cire pour les cheveux.

 

      - Un pH acide pour les cheveux et le conservateur

           La formule comprend 0.5% d'acide citrique et de l'hydrolat de muscade dont je n'ai pas vérifié le pH mais qui participe très certainement à l'augmentation de l'acidité.

Il est néanmoins indispensable de tester le pH du shampooing réalisé pour le réajuster éventuellement.
L'acide lactique peut faire l'affaire car il est liquide et peut être ajouté en fin de préparation.

         

           Le conservateur EcoGard a été mis à 0.7% contrairement à mon habitude car c'est un produit essentiellement aqueux qui va trainer dans une salle de bains, va peut-être recevoir quelques gouttes d'eau.

Les savons et shampooings liquides sont très sensibles à des germes redoutables.

Le conservateur n'est efficace que dans une fourchette de pH acide (inférieure à 7).

      - Un parfum exotique et léger

Composé de 2% d'huiles essentielles soit environ 60 gouttes pour 100g de shampooing.
C'est un produit presque sans gras qui fixe difficilement les parfums.

Le mélange (en gouttes) a été préparé quelques jours auparavant.

100 noix de muscade Purissimes
50 oranger amer bio Florame
50 oranger doux bio Vitalba
20 Petit Grain cédrat Purissimes
20 Petit Grain Bergamote Myrtea
10 Petit Grain Bigaradier bio Florame

dont on utilise 60 gouttes pour 100g de shampooing.

* La noix de muscade est contre-indiquée chez la femme enceinte et les jeunes enfants, elle a un effet légèrement stupéfiant à fortes doses.
* Les zestes d'agrumes sont photo-toxiques et ne doivent pas être utilisés juste avant une exposition solaire.
Ils devraient dans la mesure du possible être choisis en version bio pour éviter d'ingérer trop de pesticides.

          J'espère que les destinataires seront contents et auront de la joie sous la douche. J'ai beaucoup aimé penser et fabriquer ce shampooing.

          Je crois que je  vais me laisser pousser les cheveux ! 

Le cérat "calédonien"

Soins du corps

Par CatherineNC

Michèle nous a indiqué comment faire un cérat de Galien sans borate de sodium (ou borax) et je trouve intéressant de ressortir ce post qui date de juin 2007 (comme le temps passe !) et qui n'est pas démodé pour autant.

Mes essais faits selon cette formule m'avaient emballée et j'ai eu envie de refaire un cérat, "calédonien" cette fois, en utilisant des produits locaux : l'huile de tamanu dont les vertus sont rappelées ici, l'huile essentielle de niaouli, ici également, et l'huile de coco faite maison que j'ai faite récemment, ici.

Ce cérat est destiné à masser mes pieds qui ont tendance à sécher du fait du port des claquettes, de la marche pieds nus, eh oui, nous sommes en été chez nous (désolée de vous faire baver :), mes coudes, mes genoux et, d'une façon générale, toutes les parties sèches du corps ou de petites portions de peau irritées.

J'ai donc pensé à fabriquer un produit 100 % local, fait avec des produits locaux, à ma portée,  et dont les ingrédients sont forcément bénéfiques puisque présents sur le sol calédonien.

En résumé :

- de l'eau du Mont Dore, source naturelle, accessible à tous, 
- de la cire d'abeille en feuille, issue des ruches calédoniennes qui produisent un si bon miel,
- de l'huile de tamanu, produite localement,
- de l'huile de coco vierge, home made, avec mes petites mains, à partir de cocos du pays,
- de l'huile essentielle de niaouli, distillée localement.

Composition du cérat "calédonien",  pour 60 gr de produit environ  :

- 22 gr d'huile ce coco

- 14 gr d'huile de tamanu

- 15 gr d' Eau du Mont Dore

-  9 gr de cire d'abeille en feuilles

- 15 gouttes d'huile essentielle de niaouli

- vitamine E = gélules de TOCO 500 (de la pharmacie calédonienne... lol..)

 

Je voulais utiliser une proportion moindre d'huile de tamanu mais je n'avais plus assez d'huile de coco. Il va falloir que j'en refasse !

 

huile_de_coco_030

 

Puisqu'il est si bien fait, je recopie ici le mode opératoire indiqué par Michèle, et précise à nouveau qu'il est très important de respecter les proportions de cire, eau et huile, et les températures pour un cérat réussi.

- Chauffer au bain-marie les huiles, l'antioxydant et la cire jusqu'à environ 55/60°

- Chauffer l'eau et/ou les hydrolats à la même température

- Verser l'eau dans les huiles hors du bain-marie en fouettant très vigoureusement (j'utilise un mousseur à lait à piles)

- Fouetter environ 1 minute jusqu'à ce que l'émulsion prenne sur les parois du récipient.
Ajouter les HE à ce stade si vous en mettez.

Fouetter quelques secondes supplémentaires en ayant soin de ramener constamment la crème des bords vers le centre.

-Verser dans un pot brun stérile.
Laisser refroidir avant de fermer le pot.

L'émulsion ne se cassera pas.
Le cérat durcira doucement et la surface sera suffisamment ferme pour permettre d'en prélever un film à chaque utilisation.

 

Ce cérat a une texture très plaisante.

Au niveau de l'odeur, celui-ci ne ressemble évidemment pas à celle qu'à dû obtenir Michèle avec de l'HA de rose et de l'huile de rose mais le parfum obtenu ne me déplaît pas du tout (je me suis habituée, à force d'en consommer, à l'odeur du tamanu et à celle du niaouli) le but étant d'obtenir un produit plutôt traitant.

Je vous encourage à refaire ce cérat, à la rose, au jasmin ou à ce que vous voulez, selon vos goûts, vos envies ou une visée thérapeutique particulière, vous ne serez pas déçu.

La Cousette

Savonnerie

Par mlkline

cousette_047


Rêves de Cousette


La Cousette s'est endormie, épuisée sur sa tâche

Des rêves de paillettes, de couleurs chatoyantes, de matières nobles, de motifs innovants

bouillonnent en son esprit

Ses mains s'agitent en son sommeil

Se sentent brodeuses, dentellières, plumassières

Son corps lévite sur les plus hautes marches du défilé fastueux, adulé par les élégantes

Consacré  par ceux qui font et défont

Elle se rêve à composer tel un  grand de la haute couture

mais des exclamations joyeuses la tirent de ce conte merveilleux

ses camarades d'atelier rieuses et bonnes filles  l'entraînent dans une ronde joyeuse

et la félicitent de sa tâche

Elle tire joie de leurs gentillesse mais , elle le connait  sans le redouter, elle, l'escalier

vertigineux

qui lui reste à escalader, marche après marche et elle en aime les affres

De création un jour!

 

cousette_016


La formule et le jeu sur les traces sont les mêmes que celle-ci et rajout d'une cs d'huile d'orcanette sur colza dans uns des pots

 

3 pâtes dont celle de base couleur crème

           Rhubarbe = rouge : une cc bonne cc

           Spiruline = vert : une cc

           Orcanette = bleu gris : une cs

 

Et pourquoi Cousette? et bien j'ai manipulé un cintre et le résultat me plaît bien

et j'ouvrage et apprend de jour en jour.

Tableau des actifs d'hydratation

Faire ses cosmétiques maisons : bien débuter

Par cshabou

Grâce à Malegria qui m'a servi de mémoire, ce petit tableau que j'aimerais "ouvert" à vos modifications, ajouts et commentaires.

J'en parle ici, je voulais une crème plus riche pour l'hiver et surtout plus hydratante car mon appartement est trop chauffé (chauffage collectif, je vis en tongs et tee-shirt et boulot dans des locaux provisoires pour l'année, très chauffés aussi). J'ai l'impression de perdre plus d'eau que dans le sud de l'Inde !

0369_Alleppey

 

 

Ingrédient

Filmogènes

Emollients

Humectants

 

Hydrophobes

Hydrophiles

 

 

Cires naturelles

X

 

 

 

Huiles végétales

X

 

X

 

Glycérine

 

 

 

X

Beurres végétaux

X

 

X

 

Urée

 

 

 

X

Aloé vera

 

X

 

X

Miel

 

 

 

X

Lanoline végétale

X

 

X

X

Acide lactique

 

 

 

X

Acides aminés

 

 

 

X

Sucres simples

 

 

 

X

Sucres complexes

(silk gel, fucogel)

 

X

 

 

Gras animal

 

 

X

 

Lipides libres (alcools gras , esters, céramides…)

 

 

X

X

Lécithine

 

 

X

 

Tab_hydrat

Le lien ci-dessus renvoit au tableau modifiable par tous sous word. C'est la solution la plus simple. Veillez simplement à ne pas l'effacer, et dites-moi si c'est simple pour vous ou non.

J'ai trouvé un schéma des aliments qui hydratent de l'intérieur.

gouttes_d_eau

Huile de coco faite maison

Trucs et astuces

Par CatherineNC

Il y a beaucoup de cocotiers en Nouvelle-Calédonie mais figurez-vous qu'on ne trouve pas d'huile de coco à acheter, sinon une huile qui vient de Singapour, c'est un comble !

Tout comme j'ai des pieds d'aloès au bas de mon immeuble, j'ai, devant mon entrée, de jolis cocotiers chargés de noix :

 

huile_de_coco_015huile_de_coco_011



 

 

 

 

 

 

et je rage de ne pouvoir acheter de l'huile de coco produite localement.

Après quelques recherches sur le net, j'ai essayé de produire mon huile de coco à partir de cocos fraîchement râpés achetés au marché municipal ; étant très maladroite avec les objets coupants, je n'ai pas pris le risque d'utiliser le coupe-coupe traditionnel.

J'ai trouvé 2 méthodes, l'une à chaud, l'autre à froid.

Dans les deux cas, il faut du lait de coco extrait de la pulpe râpée d'une noix bien mûre et de l'eau de coco ; l'eau de coco est contenue dans le coco mûr, en général, elle est jetée (celle des cocos verts se boit à la paille et c'est bon !); elle peut être récupérée avant d'ouvrir et de casser la noix, en perçant les 3 yeux situés en haut de la noix.

 

images

 

Dans les deux cas, j'ai pressé à fond une première fois, dans un linge fin mais solide, la pulpe de 2 noix pour en extraire le lait, puis retrempé mon torchon dans l'eau de coco et pressé à nouveau, à fond ; la pulpe devient sèche et peut tout à fait finir dans un gâteau, un gommage...

1/ Méthode à froid :

Placer le lait recueilli  dans un bocal transparent pour voir la séparation et laisser reposer une dizaine d'heures dans un endroit chaud, ici il fait dans les 30 degrés donc la température est idéale.

 

huile_de_coco_001

 

 

L'eau de coco fait office de ferment naturel ; l'eau se dépose au fond du pot, le gras remonte à la surface et, au bout de quelques heures, les protéines du lait se désolidarisent de l'huile.

 

 

huile_de_coco_016huile_de_coco_017

 

 

 

 

 

 

 

 

Il faut ensuite récupérer l'huile qui flotte, sans toucher à l'eau, et la passer dans un filtre, à café par exemple, pour éliminer les protéines. Je n'ai pas eu la patience d'attendre mais je pense qu'avec plus de repos les protéines seraient entièrement remontées à la surface de l'huile.

La prochaine fois, j'utiliserai un récipient à large bord car il n'est pas facile de récupérer délicatement l'huile dans un bocal à ouverture étroite.. hihihi.

On obtient une jolie huile pure et transparente qui sent très légèrement le coco.

 

 

huile_de_coco_019

 

 

Il s'agit d'un pot de yaourt, on récupère donc très peu d'huile pour 2 noix de coco, dommage.


2/ Méthode à chaud :

Mettre le lait à chauffer dans une casserole en remuant sans cesse ; la chauffe va permettre à l'eau de s'évaporer, le lait va épaissir et, au bout d'un assez long moment, les protéines vont commencer à se séparer de l'huile :

 

 

huile_de_coco_004huile_de_coco_006

 

 

 

huile_de_coco_007

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'odeur dégagée était tellement agréable que j'ai poussé le vice jusqu'à faire griller les protéines.

 

huile_de_coco_010

 

 

 

Voici l'huile obtenue, après filtration ; elle est plus trouble mais elle sent bonnnnnn !!!!!

Michèle, qui a reçu un échantillon de cette huile, pourra vous en parler.

La quantité obtenue est également petite pour 2 noix de coco, dommage....

Il existe certainement d'autres méthodes pour extraire cette huile artisanalement ; j'ai vu que Missmo en parlait sur son blog, mais elle n'a pas encore indiqué sa méthode, elle fait encore des essais ; j'espère qu'elle viendra nous en parler.