Shampooing usage fréquent orange-muscade

Soins des cheveux

Par atelierdemichele

               Une fois n'est pas coutume, je vais vous parler d'un soin capillaire.
L'idée de départ vient du fait qu'il faut que j'utilise mes hydrolats.

Mon réfrigérateur demande grâce, j'aime beaucoup les sentir, les goûter mais je remarque que j'en mets un peu moins systématiquement dans mes émulsions par oubli.

               Or l'hydrolat de muscade (BioMada) est très fidèle à la noix, il possède des propriétés antiseptiques intéressantes pour le cuir chevelu.
La noix de muscade se marie très bien aux agrumes et son huile essentielle persiste parfaitement dans les savons à la soude.

 

DSC03177_1



              Le shampooing usage fréquent
est formulé avec des bases lavantes douces (Aroma-zone) et peu d'ingrédients actifs.

Il est préconisé pour les personnes qui se lavent souvent les cheveux et qui devraient donc en utiliser peu à la fois.

Formule de l'Orange muscade

- Phase A

20% Base moussante douceur
15% Base Consistance
  5% Douceur de coco
  3% Mousse de sucre

- Phase B

30% Hydrolat de muscade
  5% Bétaine
  5% Extrait glycériné de lilas (du jardin d'Irène)
  1% Gomme guar conditionnante
  0.5% Acide citrique en poudre

- Phase C

9.8% Eau de source
2% Huiles essentielles
1% Silicone naturel (chitosan succinamide) Les utiles de Zinette
1% D Panthenol en poudre (Missmiss hélas disparue)
1% Macérat rocou/jojoba
0.7% EcoGard


DSC03166
         Formation du gel

Mode opératoire

* Phase A

- Dans un bécher désinfecté, peser et mélanger tous les ingrédients en remuant délicatement à la spatule silicone sans trop faire mousser.

- Chauffer vers 40° au bain-marie chaud pour liquéfier.
Le mélange devient transparent.

La base Consistance a besoin d'être chauffée à 38/45° pour éclaircir et se liquéfier.

- Garder au chaud vers 40°

* Phase B

- Diluer l'acide citrique et la bétaine dans l'hydrolat et le mettre à tiédir dans un bain marie chaud éteint.

- Dans un petit récipient désinfecté, diluer la gomme guar petit à petit  dans la glycérine avec une cuillère magique ou un petit fouet.

- Ajouter la solution d'hydrolat tiède en mixant avec un mixer électrique en état de marche  ^_^ pour les grandes quantités ou  un mixer à capuccino en évitant les grumeaux.

* Verser B dans A hors du bain-marie tout doucement, en mélangeant à la spatule silicone pour éviter de faire mousser.

* Phase C

- Diluer le D Panthenol dans l'eau tiédie.
Si vous utilisez du D Panthenol liquide, il faudra le mettre en 3è phase sans eau à raison de 2 à 5%.

Choisissez 5% pour des cheveux endommagés, cassants ou fourchus.

- Ajouter au shampooing et introduire les autres ingrédients un à un en mélangeant délicatement mais complètement entre chaque ajout.

- Mettre en flacons désinfectés.

DSC03167 
  Le mélange A et B coloré


               J'ai choisi les proportions des ingrédients pour permettre:

    une mousse relativement abondante

* La base moussante douceur constitue le corps des tensioactifs. C'est elle qui devrait être utilisée en plus grande quantité.

Préconisée entre 20 et 50% j'ai choisi le minimum (20%) pour ne pas trop déterger.
Même si ces bases lavantes sont très bien tolérées, ce shampooing est préconisé pour un usage fréquent.

* La mousse de sucre apporte un pouvoir moussant plus élevé.
Préconisée entre 3 et 30%, j'ai choisi 3% pour ne pas trop influer sur la viscosité non plus.

DSC03192

     - une viscosité moyenne

Rien ne me semble plus désagréable qu'un shampooing ou un savon liquide trop liquide.

* La base moussante douceur est relativement peu épaississante, elle doit être couplée à d'autres ingrédients plus spécifiques de cet aspect là (base Consistance, Douceur de coco et gomme guar conditionnante pour ma formule).

* La base moussante Consistance comme son nom l'indique est très viscosante tout en détergeant peu.
Préconisée entre 2 et 35%, j'ai choisi 15%, valeur moyenne puisque j'utilise également une gomme.

C'est un acyl glucoside qui constitue les meilleures bases moussantes "naturelles" mais elles ont un pH très élevé (environ 12).
Un ajustement du pH est donc indispensable.

* La gomme guar conditionnante (Les utiles de Zinette, Bilby, aromantic...) est techniquement indispensable pour moi dans un soin capillaire.
Que ce soit pour un après-shampooing, une crème  de soin capillaire, un genre d' in-shower ou un shampooing.

Elle est "conditionnante" (je ne sais toujours pas comment on dit ça en bon français, "gainante"?) et surtout elle gélifie donc épaissit l'émulsion sans lourdeur aucune.

Il ne faut pas la confondre avec la gomme guar simple qui est uniquement gélifiante.

* La douceur de coco est le produit le plus viscosant de la formule.
Elle devrait faire partie de toutes les formules de bains moussants.

Préconisée entre 1 et 5%, j'ai choisi le maximum ( 5%),  d'autant plus librement qu'elle est peu détergente également.

    - peu d'actifs

Autant dans un après-shampooing, un soin coiffant, je trouve intéressant de faire un choix d'actifs traitants pour les cheveux, autant dans un shampooing pour usage fréquent qui suppose une utilisation rapide avec très peu de temps de pose, je reste raisonnable.

         Pour un shampooing plus spécifique où l'on respecte deux lavages dont le premier est réalisé avec du produit dilué permettant une meilleure mouillabilité de la chevelure au 2è passage, les actifs devraient être choisis avec une formule de base:

. équilibrée dans les proportions de tensioactifs

. au pH ajusté (le cheveu ne peut pas ajuster son pH comme la peau et les shampooings doivent être à pH 5 environ sous peine d'être agressifs et desséchants à la longue)

. peu détergente (à quoi ça sert de blinder en actifs formidables si la base lavante enlève tout ... et décape cuir chevelu et cheveux)

          J'ai choisi d'utiliser de la bétaine (trimethylglycine), extraite de la betterave et donnée comme anti-rides pour la peau à partir de 10%.
Je l'utilise ici pour ses effets hydratants du cheveu et du cuir chevelu.

          Elle ne fait malheureusement plus partie du catalogue d'Aromantic. On peut l'omettre et mettre en 3è phase des actifs typiques des cheveux comme les protéines hydrolysées, des glycérinés maison de plantes bonnes pour la chevelure (panama, capucine, avoine, thym...).

Inspirez-vous pour cela des shampooings de la marque Klorane tout à fait conventionnels mais qui contiennent tous un ingrédient végétal.

 

          Pour donner du corps, de l'éclat et protéger les cheveux lavés souvent, j'ai choisi du D Panthenol (ou pro-vitamine B5).

C'est également un hydratant pour peaux et cheveux qui présente en plus des propriétés anti-inflammatoires, très adaptées aux cuirs chevelus fréquemment lavés.

          C'est pour moi un incontournable pour les cheveux des filles qui les teignent, les colorent, les "brushent",  les sèchent au séchoir même hi-tech, les nattent, les attachent, ne les lavent qu'au savon fait maison au pH basique...
Pour toutes les filles quoi!

DSC03191

    

- Une jolie couleur dynamisante mais douce

          Un shampooing à l'orange douce et à la noix de muscade se doit d'être orangé.
J'aime beaucoup les shampooings de couleur.

Je trouve cela gai et j'imagine que c'est en se shampooinant qu'on chante sous la douche, qu'on fait mousser son abondante chevelure et qu'on adore ensuite rincer longuement dans des effluves dynamisantes.
Autant vous dire que pour moi, c'est de la pure fiction!

           Mais bon le marketing est indispensable en matière de beauté.

D'autant plus que lors de la fabrication de mon shampooing, j'ai oublié que mon mixer avait déjà beaucoup servi auparavant et qu'il est rechargeable...
Il m'a donc lâchement abandonnée au milieu de la gélification de mon hydrolat (400g ce n'est pas 100g!) et ma gomme a fait des grumeaux!

On voit bien les grumeaux sur la photo ci dessus. Fort heureusement ils fondent bien entre les doigts et ne se sentent pas à l'utilisation. Mais quand c'est pour offrir, ce n'est pas très agréable...

          Les destinataires de ce shampooing se doivent donc d'oublier les petits spots de gel et doivent chanter sous la douche avec plein de mousse dans les cheveux ^_^

          Je voulais donc vous informer que la couleur orangée est apportée par une macération de graines de rocou du Pérou (Malegria) sur huile de jojoba excellente cire pour les cheveux.

 

      - Un pH acide pour les cheveux et le conservateur

           La formule comprend 0.5% d'acide citrique et de l'hydrolat de muscade dont je n'ai pas vérifié le pH mais qui participe très certainement à l'augmentation de l'acidité.

Il est néanmoins indispensable de tester le pH du shampooing réalisé pour le réajuster éventuellement.
L'acide lactique peut faire l'affaire car il est liquide et peut être ajouté en fin de préparation.

         

           Le conservateur EcoGard a été mis à 0.7% contrairement à mon habitude car c'est un produit essentiellement aqueux qui va trainer dans une salle de bains, va peut-être recevoir quelques gouttes d'eau.

Les savons et shampooings liquides sont très sensibles à des germes redoutables.

Le conservateur n'est efficace que dans une fourchette de pH acide (inférieure à 7).

      - Un parfum exotique et léger

Composé de 2% d'huiles essentielles soit environ 60 gouttes pour 100g de shampooing.
C'est un produit presque sans gras qui fixe difficilement les parfums.

Le mélange (en gouttes) a été préparé quelques jours auparavant.

100 noix de muscade Purissimes
50 oranger amer bio Florame
50 oranger doux bio Vitalba
20 Petit Grain cédrat Purissimes
20 Petit Grain Bergamote Myrtea
10 Petit Grain Bigaradier bio Florame

dont on utilise 60 gouttes pour 100g de shampooing.

* La noix de muscade est contre-indiquée chez la femme enceinte et les jeunes enfants, elle a un effet légèrement stupéfiant à fortes doses.
* Les zestes d'agrumes sont photo-toxiques et ne doivent pas être utilisés juste avant une exposition solaire.
Ils devraient dans la mesure du possible être choisis en version bio pour éviter d'ingérer trop de pesticides.

          J'espère que les destinataires seront contents et auront de la joie sous la douche. J'ai beaucoup aimé penser et fabriquer ce shampooing.

          Je crois que je  vais me laisser pousser les cheveux ! 


Le cérat "calédonien"

Soins du corps

Par CatherineNC

Michèle nous a indiqué comment faire un cérat de Galien sans borate de sodium (ou borax) et je trouve intéressant de ressortir ce post qui date de juin 2007 (comme le temps passe !) et qui n'est pas démodé pour autant.

Mes essais faits selon cette formule m'avaient emballée et j'ai eu envie de refaire un cérat, "calédonien" cette fois, en utilisant des produits locaux : l'huile de tamanu dont les vertus sont rappelées ici, l'huile essentielle de niaouli, ici également, et l'huile de coco faite maison que j'ai faite récemment, ici.

Ce cérat est destiné à masser mes pieds qui ont tendance à sécher du fait du port des claquettes, de la marche pieds nus, eh oui, nous sommes en été chez nous (désolée de vous faire baver :), mes coudes, mes genoux et, d'une façon générale, toutes les parties sèches du corps ou de petites portions de peau irritées.

J'ai donc pensé à fabriquer un produit 100 % local, fait avec des produits locaux, à ma portée,  et dont les ingrédients sont forcément bénéfiques puisque présents sur le sol calédonien.

En résumé :

- de l'eau du Mont Dore, source naturelle, accessible à tous, 
- de la cire d'abeille en feuille, issue des ruches calédoniennes qui produisent un si bon miel,
- de l'huile de tamanu, produite localement,
- de l'huile de coco vierge, home made, avec mes petites mains, à partir de cocos du pays,
- de l'huile essentielle de niaouli, distillée localement.

Composition du cérat "calédonien",  pour 60 gr de produit environ  :

- 22 gr d'huile ce coco

- 14 gr d'huile de tamanu

- 15 gr d' Eau du Mont Dore

-  9 gr de cire d'abeille en feuilles

- 15 gouttes d'huile essentielle de niaouli

- vitamine E = gélules de TOCO 500 (de la pharmacie calédonienne... lol..)

 

Je voulais utiliser une proportion moindre d'huile de tamanu mais je n'avais plus assez d'huile de coco. Il va falloir que j'en refasse !

 

huile_de_coco_030

 

Puisqu'il est si bien fait, je recopie ici le mode opératoire indiqué par Michèle, et précise à nouveau qu'il est très important de respecter les proportions de cire, eau et huile, et les températures pour un cérat réussi.

- Chauffer au bain-marie les huiles, l'antioxydant et la cire jusqu'à environ 55/60°

- Chauffer l'eau et/ou les hydrolats à la même température

- Verser l'eau dans les huiles hors du bain-marie en fouettant très vigoureusement (j'utilise un mousseur à lait à piles)

- Fouetter environ 1 minute jusqu'à ce que l'émulsion prenne sur les parois du récipient.
Ajouter les HE à ce stade si vous en mettez.

Fouetter quelques secondes supplémentaires en ayant soin de ramener constamment la crème des bords vers le centre.

-Verser dans un pot brun stérile.
Laisser refroidir avant de fermer le pot.

L'émulsion ne se cassera pas.
Le cérat durcira doucement et la surface sera suffisamment ferme pour permettre d'en prélever un film à chaque utilisation.

 

Ce cérat a une texture très plaisante.

Au niveau de l'odeur, celui-ci ne ressemble évidemment pas à celle qu'à dû obtenir Michèle avec de l'HA de rose et de l'huile de rose mais le parfum obtenu ne me déplaît pas du tout (je me suis habituée, à force d'en consommer, à l'odeur du tamanu et à celle du niaouli) le but étant d'obtenir un produit plutôt traitant.

Je vous encourage à refaire ce cérat, à la rose, au jasmin ou à ce que vous voulez, selon vos goûts, vos envies ou une visée thérapeutique particulière, vous ne serez pas déçu.

La Cousette

Savonnerie

Par mlkline

cousette_047


Rêves de Cousette


La Cousette s'est endormie, épuisée sur sa tâche

Des rêves de paillettes, de couleurs chatoyantes, de matières nobles, de motifs innovants

bouillonnent en son esprit

Ses mains s'agitent en son sommeil

Se sentent brodeuses, dentellières, plumassières

Son corps lévite sur les plus hautes marches du défilé fastueux, adulé par les élégantes

Consacré  par ceux qui font et défont

Elle se rêve à composer tel un  grand de la haute couture

mais des exclamations joyeuses la tirent de ce conte merveilleux

ses camarades d'atelier rieuses et bonnes filles  l'entraînent dans une ronde joyeuse

et la félicitent de sa tâche

Elle tire joie de leurs gentillesse mais , elle le connait  sans le redouter, elle, l'escalier

vertigineux

qui lui reste à escalader, marche après marche et elle en aime les affres

De création un jour!

 

cousette_016


La formule et le jeu sur les traces sont les mêmes que celle-ci et rajout d'une cs d'huile d'orcanette sur colza dans uns des pots

 

3 pâtes dont celle de base couleur crème

           Rhubarbe = rouge : une cc bonne cc

           Spiruline = vert : une cc

           Orcanette = bleu gris : une cs

 

Et pourquoi Cousette? et bien j'ai manipulé un cintre et le résultat me plaît bien

et j'ouvrage et apprend de jour en jour.

Tableau des actifs d'hydratation

Faire ses cosmétiques maisons : bien débuter

Par cshabou

Grâce à Malegria qui m'a servi de mémoire, ce petit tableau que j'aimerais "ouvert" à vos modifications, ajouts et commentaires.

J'en parle ici, je voulais une crème plus riche pour l'hiver et surtout plus hydratante car mon appartement est trop chauffé (chauffage collectif, je vis en tongs et tee-shirt et boulot dans des locaux provisoires pour l'année, très chauffés aussi). J'ai l'impression de perdre plus d'eau que dans le sud de l'Inde !

0369_Alleppey

 

 

Ingrédient

Filmogènes

Emollients

Humectants

 

Hydrophobes

Hydrophiles

 

 

Cires naturelles

X

 

 

 

Huiles végétales

X

 

X

 

Glycérine

 

 

 

X

Beurres végétaux

X

 

X

 

Urée

 

 

 

X

Aloé vera

 

X

 

X

Miel

 

 

 

X

Lanoline végétale

X

 

X

X

Acide lactique

 

 

 

X

Acides aminés

 

 

 

X

Sucres simples

 

 

 

X

Sucres complexes

(silk gel, fucogel)

 

X

 

 

Gras animal

 

 

X

 

Lipides libres (alcools gras , esters, céramides…)

 

 

X

X

Lécithine

 

 

X

 

Tab_hydrat

Le lien ci-dessus renvoit au tableau modifiable par tous sous word. C'est la solution la plus simple. Veillez simplement à ne pas l'effacer, et dites-moi si c'est simple pour vous ou non.

J'ai trouvé un schéma des aliments qui hydratent de l'intérieur.

gouttes_d_eau

Huile de coco faite maison

Trucs et astuces

Par CatherineNC

Il y a beaucoup de cocotiers en Nouvelle-Calédonie mais figurez-vous qu'on ne trouve pas d'huile de coco à acheter, sinon une huile qui vient de Singapour, c'est un comble !

Tout comme j'ai des pieds d'aloès au bas de mon immeuble, j'ai, devant mon entrée, de jolis cocotiers chargés de noix :

 

huile_de_coco_015huile_de_coco_011



 

 

 

 

 

 

et je rage de ne pouvoir acheter de l'huile de coco produite localement.

Après quelques recherches sur le net, j'ai essayé de produire mon huile de coco à partir de cocos fraîchement râpés achetés au marché municipal ; étant très maladroite avec les objets coupants, je n'ai pas pris le risque d'utiliser le coupe-coupe traditionnel.

J'ai trouvé 2 méthodes, l'une à chaud, l'autre à froid.

Dans les deux cas, il faut du lait de coco extrait de la pulpe râpée d'une noix bien mûre et de l'eau de coco ; l'eau de coco est contenue dans le coco mûr, en général, elle est jetée (celle des cocos verts se boit à la paille et c'est bon !); elle peut être récupérée avant d'ouvrir et de casser la noix, en perçant les 3 yeux situés en haut de la noix.

 

images

 

Dans les deux cas, j'ai pressé à fond une première fois, dans un linge fin mais solide, la pulpe de 2 noix pour en extraire le lait, puis retrempé mon torchon dans l'eau de coco et pressé à nouveau, à fond ; la pulpe devient sèche et peut tout à fait finir dans un gâteau, un gommage...

1/ Méthode à froid :

Placer le lait recueilli  dans un bocal transparent pour voir la séparation et laisser reposer une dizaine d'heures dans un endroit chaud, ici il fait dans les 30 degrés donc la température est idéale.

 

huile_de_coco_001

 

 

L'eau de coco fait office de ferment naturel ; l'eau se dépose au fond du pot, le gras remonte à la surface et, au bout de quelques heures, les protéines du lait se désolidarisent de l'huile.

 

 

huile_de_coco_016huile_de_coco_017

 

 

 

 

 

 

 

 

Il faut ensuite récupérer l'huile qui flotte, sans toucher à l'eau, et la passer dans un filtre, à café par exemple, pour éliminer les protéines. Je n'ai pas eu la patience d'attendre mais je pense qu'avec plus de repos les protéines seraient entièrement remontées à la surface de l'huile.

La prochaine fois, j'utiliserai un récipient à large bord car il n'est pas facile de récupérer délicatement l'huile dans un bocal à ouverture étroite.. hihihi.

On obtient une jolie huile pure et transparente qui sent très légèrement le coco.

 

 

huile_de_coco_019

 

 

Il s'agit d'un pot de yaourt, on récupère donc très peu d'huile pour 2 noix de coco, dommage.


2/ Méthode à chaud :

Mettre le lait à chauffer dans une casserole en remuant sans cesse ; la chauffe va permettre à l'eau de s'évaporer, le lait va épaissir et, au bout d'un assez long moment, les protéines vont commencer à se séparer de l'huile :

 

 

huile_de_coco_004huile_de_coco_006

 

 

 

huile_de_coco_007

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'odeur dégagée était tellement agréable que j'ai poussé le vice jusqu'à faire griller les protéines.

 

huile_de_coco_010

 

 

 

Voici l'huile obtenue, après filtration ; elle est plus trouble mais elle sent bonnnnnn !!!!!

Michèle, qui a reçu un échantillon de cette huile, pourra vous en parler.

La quantité obtenue est également petite pour 2 noix de coco, dommage....

Il existe certainement d'autres méthodes pour extraire cette huile artisanalement ; j'ai vu que Missmo en parlait sur son blog, mais elle n'a pas encore indiqué sa méthode, elle fait encore des essais ; j'espère qu'elle viendra nous en parler.


Crème pour mains exigeantes : prise 2 !

Soins des mains et des ongles

Par lloulou

Voici la suite pour améliorer une crème

Synopsis :

Une crème riche, épaisse, qui sente le foin pour mains très sèches !

Pour cette nouvelle version, je me suis inspirée d'une recette trouvée chez AZ .

D’autre part, j’ai tenu compte des différentes suggestions faites ou questions posées par vous tous.
 

 

Les personnages :

30 % d’eau
5 % d’aloe vera
3 % glycérine
1 % lécithine liquide
5 % beurre karité
2 % cire d’abeille
5 % Polawax
1 % cétyl ester

1 % acide stéarique
3 % Olivem 1000
40 % huiles végétales
1 % gomme de guar
0,1 % protéines de soie
2 % Bioplex MNF
0,9 % huiles essentielles
1 gélule Vit. E (400 U)
Conservateur

Je ne remets pas la recette car j'ai fait pour 100 g. Donc, on remplace les % par des g, et voilà!

Les 40% d'huiles végétales sont composés de 30%  du mélange multi plantes et de 10% d'huile de lin bio  (qui faisait partie de la recette commerciale - Il fallait bien garder des élèments de départ,non?).

 

Le mélange d'huiles essentielles est le suivant :

10 gouttes d'extrait CO2 d'encens

5 gouttes de camomille noble diluée à 10% dans jojoba

5 gouttes de bois de rose

3 gouttes de benjoin

 

Je dois souligner que je fais partie du même club que Catherine car j'ai oublié les protéines de soie.

Je trouvais que ma crème était trop jaune par rapport à l'odeur finale souhaitée. Afin d'avoir une couleur un peu plus "herbeuse" j'ai rajouté, à la toute fin, un tout petit peu (1 g) d'huile de chanvre.

 

La fin :

La texture obtenue devrait plaire à MDGF ! Une crème bien épaisse qui se tient très bien et qui a pris de la maturité avec les jours.

Côté hydratation… à suivre puisque cette crème n’est pas faite pour ma peau.

Sur le plan olfactif, le premier jour, le benjoin primait sur l’ensemble et j’étais déçue d’avoir perdu cette odeur herbacée obtenue dans la première version.

Maintenant, l’odeur est plus délicate et évoque (de façon très subtile) l’odeur des églises orthodoxes qui ont cette odeur très particulière d’encens.

L’exercice de reproduire ou tout au moins de se rapprocher d’une crème commerciale était un bon défi (que je me suis lancée toute seule… on est maso ou on ne l’est pas ! ! !). Maintenant, reste plus qu’à attendre les commentaires de la personne pour qui cette crème était destinée !

 

P2050036

Des fleurs pour pas cher : Le savon fleuri

Savonnerie

Par CatherineNC

Ma meilleure amie raffole des savons home made, doux et crémeux, aime beaucoup les fleurs et adore l'odeur de la rose.

Les bouquets de fleurs coupées fanent très vite, surtout en cette saison chaude,  particulièrement les roses ; je suis toujours très triste lorsque je vois ces pauvres fleurs piquer du nez au bout de 2 jours, sans même avoir eu le temps de s'épanouir.

J'avais donc envie de faire un savon, rien que pour elle, en suivant ses goûts, pour lui offrir des fleurs qui faneraient moins vite.

J'ai retenu des idées trouvées chez d'autres blogueuses, comme Ka fée qui fait de très belles choses ou Flo sur le blog Monde de Bulles, qui a fait de très jolis coeurs en marbre ; Michèle aussi m'a inspirée avec ses très jolies "fleurs en incrustation".

Pour l'odeur, j'ai choisi une fragrance, rappelez-vous, on a dit : "pour pas cher" ; pour le composition du savon, des huiles courantes, tout de même enrichies par du beurre de karité raffiné (mon amie le vaut bien et plus encore....), pour les fleurs, des restes de savon de couleur clair (nous en avons toutes), du colorant alimentaire et un peu de patience.

J'ai d'abord confectionné les fleurs que j'ai laissé sécher une semaine afin qu'elles durcissent un peu.

Pour ce faire, j'ai râpé des restes de savon (pas frais mais pas trop trop vieux quand même) et je les ai malaxés comme on le fait avec la pâte à modeler.

J'ai ajouté du colorant alimentaire et confectionné les fleurs (la technique est expliquée dans le tuto de Ka fée. Je n'ai pas pensé à photographier les fleurs avant de les inclure dans le savon.

Savons_200Savons_198

La composition du savon :

- 30 % d'huile de coco
- 20 % d'huile de pépins de raisin
- 20 % d'huile d'olive
- 20 % d'huile de palme
- 10 % de beurre de karité raffiné

Un peu de blanc de titane dans les huiles (j'aurais dû en mettre davantage, je voulais un savon plus blanc)

Soude calculée pour un surgraissage à 6%
Eau : minimum de la fourchette donnée par le calculateur The sage

A la trace :

Vitamine E (anti-rancissement)et fragrance English rose.

Savons_197

J'ai coulé mon savon à la trace fine, j'ai attendu qu'il épaississe un peu, ce qui a été rapide ; j'y ai posé les fleurs délicatement pour surveiller le degré d'enfouissement et les ai un peu enfoncées ; je les voulais très en relief mais j'aurais pu les enfoncer davantage, ce sera pour une prochaine fois.

On peut ainsi façonner toutes sortes de fleurs, de différentes formes ou couleurs, on pourrait aussi ne parfumer que les fleurs pour les sentir comme on le fait dans un bouquet.

J'espère que ces fleurs ne faneront pas trop vite et que mon amie pourra en profiter un petit moment.

Flamboiement

Savonnerie

Par mlkline


savonrosemalyne1









Est t' il Baroque,Rococo, Kitch                                                                Rmlk1
Peu m'importe ce savon est ma réponse

aux empêcheurs de voir la vie en rose et rouge

rouge passion du sang qui coule dans mes veines

rose midinette de mes touts premiers émois

passion et candeur, c'est moi et n'y renoncerais pas

 




Tout d'abord les instruments de la passion ou de la torture, passion torturante ih!ih! et même dévorante.

photos_bestiaire_savons_016

photos_bestiaire_savons_041Pour styliser                                                   et découper adroitement

 

 

 

 


La formule pour 1200 grammes et un surgraissage à 7%

525 hv d'olive bio

300 beurre de coco Indien

275 beurre de karité ivoirien(réponse pour Moune) de chez Zinette

75 hv de ricin

25 beurre de babassu

350 eau de dissolution pour 163gr de soude

L'eau de dissolution pour moitié eau de source et eau de kewra à la couleur neutre et à l'odeur  très poudrée, fumée( PPP en parle sur son blog) +1Cs de poudre de Kudzu et comme je vous vois rire, choisie pour ses qualités adoucissantes et apaisantes et aussi contrer les effets potentiellement réactifs de l'eau de kewra dont je ne connais pas la composition précise mais qui peut agrémenter certaines boissons et plats indiens + 1 Cs de dioxyde de titane

La pâte obtenue est d'un jaune très pâle et je la conserve à trace très fine pour la manipuler à mon aise et la colorer avec

photos_bestiaire_savons_018photos_bestiaire_savons_019

 

 

 

 


Poudre de rhubarbe offerte par Moune, pour les vertus de Moune euh! de la rhubarbe donnant un magnifique rouge

(1Cs dans un peu d'eau neutre)

Poudre de raisin Az qui m'a donné et donnera un marron un peu vert(j'aurais dû utiliser pour rire l'orcanette)

Poudre de myrtille chez Ormenis pour le saupoudrage d'une fine ligne distinguée et maîtrisée

Travail sur toutes les textures de pâte sauf fines, j'ai joué en moyenne, épaisse , très épaisse trace

pour faire mes couches, pour ouvrager mes roses maison

 

smlk5rsmlk7

 

 

 








Voila mon savon flamboyant et insolent à la barbe des "qui font à rien que m'embêter" et c'est outrageusement exaltant et jouissif de répondre sans colère et je l'espère avec créativité

Ce savon est odorant,habillé d'une synergie d'huiles essentielles sur macérat de géranium maison

Lavande de Bio Mada, Rosalina, Monarde fistuleuse à parts égales

Thym à géraniol et Géranium rosat idem

Orange douce et Petit grain Bigarade feuilles idem

Des gouttes au nez de Myrte rouge et verte, de Laurier,Romarin abv, Bay St Thomas

Et la touche de lumière en son coeur , l'huile d'Ambre offerte par Dame Irène et dont Michèle a fait un beurre d'ambre dont je me suis ointe pour un pur voyage astral

 

smlk3Smlk2g


Catherine m'a offert un colorant ultramarine bleu et du sable de l'Ile des Pins, île paradisiaque située au large de la grande terre de Nouvelle Calédonie.

Je vous la recommande pour vos prochaines vacances si vous ne savez pas où aller ^_^

 

 

 DSC03136

  Ce pigment ultramarine donne des tons variables selon la quantité utilisée:

- Catherine a obtenu un bleu marine puis un gris avec des tâches blanches comme moi avec ses biwils carthame.
Je remarque que les deux savons sont réalisés avec de l'eau de mer. Le sel intervient peut-être dans le blanchiment aléatoire de la pâte.

- Loulou a eu un magnifique bleu outremer dans son biwil arachide.
- Malegria a obtenu un bleu ciel dans un savon de refonte .
- Catherine a réussi dernièrement un bleu très doux dans un savon à l'aloé vera avec le même ultramarine.

DSC03138

           J'ai fabriqué un savon exfoliant pour les pieds avec ce sable blanc extrêmement fin.

Il devrait être moins agressif que la pierre ponce en poudre.
J'en ai profité pour diluer la soude avec de l'eau de mer comme ici.

Elle a été ramenée de Roscoff par Venezia et c'est bien involontairement que le savon m'a donné une jolie terre bleue vue du ciel, avec les nuages et tout...

 

                 Formule de "La terre est bleue comme un savon"


- 37% Huile de noyau d'abricot bio
- 31% Huile de coco indienne
- 27% Huile de Palme bio
-   5% Huile d'olive des Pouilles (merci Lolitarose)

Eau de mer de Roscoff (merci Venezia)
Soude pour un surgras de  5%
Sable de mer de l'Ile des Pins (merci Catherine)
Ultramarine bleu (merci Catherine)

Huiles essentielles ajoutées à la trace:
. Menthe poivrée bio  (1/3)
. Verveine du Yunnan bio (2/3)

 

            J'aurais pu appeler ce savon "merci les copines!"

La mousse est fondante et compense l'effet légèrement abrasif du sable. J'ai dilué un soupçon de pigment dans les huiles chaudes et j'ai mixé longuement pour bien le répartir. Le liquide a une couleur sublime.

DSC03131

 

La couleur reste éclatante après l'ajout de la solution de soude mais un ton de bleu en dessous et je me retiens pour ne pas  rajouter un soupçon de colorant.

DSC03134

 

J'ai  incorporé le sable à la trace moyenne pour qu'il se répartisse uniformément dans le savon, utilisé des moules en silicone et laissé 48 heures tranquille avant de les démouler.

Les traces blanches ne sont pas du tout poudrées comme la cendre de soude. Elles  sont bien dans la masse et elles sont apparues dès le démoulage.

 

         DSC03135

Finalement, la Terre est une tricheuse, elle est bleue comme un savon ! 

Crème pour mains exigeantes !

Soins des mains et des ongles

Par lloulou

Une de mes amies, MDGF., m’a parlé d’une crème offerte par son mari pour ses mains très sèches. Crème qu’elle aime beaucoup pour son odeur d’herbes, sa texture épaisse ! 

Je veux offrir cette crème à MDGF. lors d’une prochaine rencontre à Montréal. Suite à l’article de Michèle,  je me suis dit que c’était l’occasion pour tester le jumelage d’émulsifiants pour réaliser cette crème.

J’ai demandée à mon amie de me lire l’étiquette de son pot… Cette dernière me répondit que les caractères étaient trop petits et qu’il fallait une loupe pour lire. Du coup, j’ai eu droit à des fragments de la composition. Je soupçonne cette personne de ne pas vouloir porter de lunettes par coquetterie… mais cela ne me facilite pas les choses !

Je me suis inspirée des éléments obtenus, j’ai essayé de trouver l’INCI sans succès :

extraits d’origan, thym, cannelle, hydraste du Canada, lavande, souci, romarin, huile de lin, tournesol, beurre de karité, stearate glyceryl, stearate peg. 6, stéarate 20, acrylamide copolymère, acetate stearic, Vit. E, Xanthan, huiles essentielles thé vert, camomille, benjoin. Ces derniers sont à prendre avec un grain de sel puisque qu’il s’agit d’un " déchiffrage ".

Dans un premier temps, j’ai fait une huile infusée composée d’huile de tournesol et d’huile d’olive en quantités égales. Je n’avais pas d’huile de lin en stock !

Je trouve que l’huile d’olive est réparatrice pour les mains.

J’ai ajouté 1 g pour chacune des herbes dont je disposais, c’est-à-dire toutes à l’exception de l’hydraste du Canada.

J’ai rajouté du gingembre pour activer la circulation ou du moins, pour donner un peu de chaleur à cette crème et comme j’avais du thym citron… j’en ajouté aussi.

J’ai fait une infusion au BM pendant plusieurs heures.

 

Huile infusée multi plantes

90 g d’huile de tournesol pression à froid

90 g d’huile d’olive première pression à froid

1 g de souci

1g de camomille

1 g de lavande

1 g de plantain

1 g de romarin

1 g de thym citron

1 g de thym

1 g de cannelle

1 g d’origan

1 g de gingembre.

 

La recette (pour 100g)

- 65 g d'eau

- 15 g d'huile infusée multi plantes

- 8 g de beurre de karité

- 5 g de cire émulsifiante (polawax)

- 2 g d'Olivem 1000

- 1 g d'alcool cétylique

- 0.3 g d'acide stéarique

- 1 g  de glycérine

- 1 g de bioplex MNF

- 0.5 g de polysorbate 80

- 0.1 g de protéines de soie

- 0.1 g de gomme de xanthan

- Germall +

- Huiles essentielles : 3 gouttes de camomille noble diluée à 10% dans jojoba, 3 gouttes de bois de rose, 2 gouttes de benjoin.

 

Pour avoir les quantités en pourcentage, il suffit de remplacer les g par % et recalculer selon la quantité finale désirée. 

P2010037

Cette crème sent les herbes et je pense que l’aspect olfactif pourra satisfaire MDGF. Cependant, je pense que l’odeur pourrait être un peu plus soutenue. 

L’aspect texture est lui aussi réussi car j’ai obtenu une crème épaisse comme le souhaitait mon amie. En revanche, il va falloir attendre que MDGF. teste sa crème pour savoir si cette dernière convient à ses mains.


En allant sur le lien donné par Irène, j’ai vu une recette de crème pour les mains très sèches qui est très différente de celle que je viens de faire réaliser.

Hier, j’ai trouvé de l’huile de lin de très bonne qualité et je vais peut-être essayer de patenter une autre crème à mains inspirée de celle d’AZ. Il me reste encore un peu de temps avant notre prochaine rencontre…

P2010039