Emois Savon

Savonnerie

Par mlkline

Faire son premier savon est je crois un acte poétique

 

Passiflore_Mlk

 

Fleur de passiflore de mon balcon parisien

Le penser, le formuler, pour qu'il ait des propriétés thérapeutiques
et même ludiques, est un moment incroyablement gratifiant

 

Une montée d'énergie vitale vous réchauffe et vous emplit
Tenter d'y ajouter votre synergie parfumesque favorite pour ce savon là
Y mêler les plantes chères à votre coeur et le bonheur est à son comble
Vient ensuite l'attente, faîte de rondes autour des oisillons

 

De quelles couleurs seront ils, il est moucheté celui là
celui là est un peu troué de mousse, cet autre maigrichon

 

Vous les trouvez touchants, ils vous sont un peu étrangers, sont ils beaux
Vos yeux sont embués de vouloir percer leurs secrets
Votre nez tente de saisir le parfum, votre main tente une caresse
et reste suspendue de crainte de les effaroucher et qu'ils n'aient leur compte de chaleur et d'amour

 

Ils sont bien vivants et vous les aimez

 

savon_Mlk

 

Pour la formule, je me suis inspirée du " savon du débutant" cadeau de Michèle

La fée Libellule qui s'est posée gracile et attentive dans mon antre
et a impulsé cette paix, ce silence si propice à la "création"

 

La fée des baumes a elle aussi galvanisé cette envie latente
en unissant dans ces derniers savons, les plantes puissantes du soleil
qui parlent tant à mon âme

 

La fée Irène débutante intrépide nous a ouvert la voie royale

Simple "forcement Simple"

 

Et le cercle des fées de Potions et Chaudrons bienveillantes
aux imaginaires variés et constructifs, aux talents multiples et généreux
guettant les questions y apportant les réponses et même les bonnes adresses

 

photo_savon_Mlk

 

Formule remaniée à l'aide de soap calc et the sage

pour obtenir à peu près les mêmes qualités que celui de Michèle

et utiliser les macérats huileux en ma possession et qui n'étaient pas sur Olive

 

Pour 500gr

- 130 gr de coco Indienne

- 150 hv d'olive bio

- 100 hv de macadamia bio

- 75 beurre de palme bio macéré aux feuilles fraiches de géranium odorant

- 25 gr beurre de mangue bio

- 20 hv noix du brésil macéré aux feuilles et fleur de menthe bergamote

 

Quelques temps auparavant ayant fait un riz parfumé aux graines de cardamone
j'en ai conservé l'eau de cuisson en poussant l'amidon
et mis en glaçons au réfrigérateur

 

J'ai utilisé 150 gr de liquide de dissolution pour la soude( mms 125 à 188ml)
surgraissage de 7% et poids de soude 71 gr

 

Le jour dit Jeudi, j'ai déjeuné avec Michèle et à ma grande joie
elle m'épaulera et guidera à la maison après son rv

 

De retour à la maison, j'ai donc préparé mes ingrédients
Mis, les lunettes, le tablier, les gants
et acté en souplesse comme je l'avais vu et admiré chez Michèle

D'abord diluer la soude avec mes glaçons d'eau de riz cardamone à l'aide d'une cuillère à soupe en inox

doucement
BM pour les beurres doucement

Bécher énorme pour les huiles fluides mélangées avec les beurres fondus

Préparation de mon huile de surgraissage hv macérée de géranium et calendula filtré, environ 30gr

et j'ai ajouté la synergie d'he

J'ai pris le temps de travailler à température ambiante sans thermomètre

 

photo_Mlk

 

Synergie d'huiles essentielles dans hv de jojoba flacon environ 20ml

- 30 Nard

- 10 petit grain 

- 10 orange douce

- 10 patchouli

- 5 rose bulgare

- 5 rose Maroc(diluée)

- 6 menthe poivrée

 

Lolitarose, voila à ton tour

 

C'est trop grand et on est comme l'artisan
heureux de son travail
J'ai hâte d'en refaire


Crème lavante à la Primevère

Le bain

Par atelierdemichele

          

primev_re

          Les rugbymen, comme les routiers, sont sympas. Quelque soit leur gabarit, ils sont sympas.

          Ils se coltinent leurs congénères dans des rencontres musclées, reviennent des entrainements avec des bleus, des contusions de toutes les couleurs et ramènent des T shirts lacérés.

ballon_rugby
Magnifique ballon d'ici

          Ils aiment par dessus tout le goûter monstrueux qui suit le match mais ne rechignent pas à faire la queue sagement pour le recevoir des mains de l'entraineuse (Ben oui, le petit modèle a souvent une entraineuse et non un entraineur...).

C'est peut-être pour cela qu'ils ont tous tenté un jour ou l'autre de plaquer leur mère qui ne peut que hurler qu'ELLE ne joue pas au rugby!

          Ils se moquent de la dite mère quand elle râle contre les sauvages qui leur labourent les jambes, leur marchent dessus avec les crampons mais ne refusent pas la lavande qui sauve tout le monde quand ça ne va pas (Meuh non, ça ne fait pas mal!).

Pour la douche rituelle qui suit les entrainements, je leur ai fabriqué une crème lavante très douce à la Primevère pour calmer les douleurs, avant la revue des bobos.

           Au cours du printemps, j'ai ramassé quelques fleurs de Primevère sauvage (Primula veris ou officinalis) ou Cowslip en anglais.r_colte_fleurs_primev_re
Il en pousse un peu dans un bout de mon jardin!

Il faut absolument éviter de retirer les racines qui contiennent jusqu'à 5/10% de triterpénoïdes expectorants. La forêt vous en sera reconnaissante.

          Les fleurs surtout contiennent des flavonoïdes anti-oxydants et anti-inflammatoires.
Elles sont bonnes pour les contusions, les douleurs, les enflures et "la tendance à la paralysie".
On les utilise contre les ecchymoses et comme analgésique.

Les propriétés sont extraites entre autres de ce site en anglais qui liste de très nombreuses plantes avec leurs usages médicinaux.

primev_re_for_t

         

          J'en ai fait un macérat huileux à chaud sur de l'huile de tournesol oléique (Biofritol) en retirant la corolle.
C'est un macérat olfactivement très agréable, à l'odeur délicatement fruitée que je ne regrette pas d'avoir fait.

Certaines personnes peuvent développer une dermatite primulaire au contact des fleurs.

Chez Pescalune , on trouve aussi les propriétés du macérat huileux de fleurs sèches et racines fraîches que l'on récoltait à l'automne. Evitez de le faire en forêt s'il vous plait.

Chez Spieza on en trouve dans l'huile adoucissante pour le corps.

Chez Kneipp, on en trouvait dans l'huile de douche à la Primevère. Il y a eu une refonte de leur gamme, je ne retrouve plus cette huile formulée avec des polysorbates.

Ne pas confondre l'huile macérée de primevère avec l'huile de primevère du soir (ou Evening Primrose en anglais) qui n'est autre que l'huile d'onagre.

 
cosm_to_018mac_rat_primev_re
Huile macérée avant et après filtrations drastiques

J'ai hésité entre une huile de douche et une crème lavante.
Sur ce blog, on trouve la formule de l'huile de douche de Catherine donc j'ai opté pour une formule de crème lavante onctueuse avec des bases lavantes plus naturelles qu' ici


Formule et mode opératoire pour 300g de "Crème lavante pour rugbymen"


La Phase A

- 114.5g eau
- 10g glycérine végétale bio
- 2g allantoïne (évite les réactions possibles à la primevère)
- 2g gomme guar conditionnante (épaissit et veloute la crème, donne une sensation de douceur sur la peau)
- 1g gomme xanthane

Dans un bécher désinfecté, diluer l'allantoïne dans l'eau chaude puis ajouter la xanthane en pluie pour former un gel.
Mélanger la gomme guar conditionnante dans la glycérine et l'ajouter au gel en mixant bien.
Porter à 70° au bain- marie.

phase_aqueuseguar_et_glyc_rine

Gel à la xanthane et mélange guar-glycérine

La phase B

- 60g base moussante douceur (Aroma-zone)
- 30g mousse de sucre (AZ)
- 10g douceur de coco (AZ)

Mélanger ces tensioactifs dans un bécher désinfecté et porter à 70° en mélangeant doucement sans faire mousser.

bases_moussantes

Le mélange A et B

Verser la phase B chaude dans la phase A et mixer fortement dans le bain-marie chaud mais éteint.
On obtient une sorte de "blob", pas de crainte, ça ira...

m_lange_A_et_B

La phase C

- 30g huile de primevère
- 16g d'émulsifiant MF, VE et alcool cétéarylique mélangés* (ou olivem 1000, émulsfiant végétal de Bilby, cire n°2 d'Aroma-zone si vous n'avez pas celui là)
*il me semble important de choisir un émulsifiant qui comporte déjà un épaississant.
- 10g huile de Millepertuis sur olive bio (anti-inflammatoire, maux de dos)
- 10g huile d'arnica (contre les coups et les contusions)

Faire fondre dans un bécher désinfecté au bain marie à 70°

Le mélange A, B et C

Verser la phase C fondue dans le mélange A et B,
Mixer et continuer à la spatule souple si le mixer a du mal.
Faire refroidir dans un bain d'eau fraiche.

m_lange_A__B_et_C

La phase D

- 1.5g conservateur (à ajuster si nécessaire)
- 3g d'huiles essentielles (soit 90gttes pour 300g de crème lavante)

60gttes de mandarine distillée (Florame)
30gttes de lavande fine bio

Acide lactique pour rectifier le pH à 5/6.

Mettre en flacon pompe.

L'émulsifiant

vendu sous les noms de "Blend emulsifier" ou "natramulse"

C'est un mélange de MF, de VE et d'alcool cétéarylique;

* Pour obtenir un lait,

3% de natramulse + 2% cétyl palmitate + 12% huiles fluides + 1 à 2% de cires + 5 à 6% de beurres (kpangnan)
 
* Pour obtenir une crème encore pompable mais confortable que j'appellerais un lait d'hiver:

5% de natramulse + 2% de cétyl palmitate + 2% acide stéarique + 3% cires + 7% huiles fluides + 9% de beurres (karité et coco)
 
* Pour obtenir une crème

6/8% + un autre épaississant que les cétyl palmitates ou cétyl esters qui restent trop fins.

  cr_me_lavante

   

Le verdict

flacon_cr_me_lavante

           Si le rugbyman est costaud, il fait tout de même partie de la Tribu des Nez délicats.

J'ai donc choisi des HE très faciles.
J'aime personnellement beaucoup le résultat du mélange des macérats très odorants (arnica et primevère) avec les huiles essentielles de lavande et mandarine.
Il est à la fois fruité et dynamisant.

           L'un des testeurs a dit: "ça ne mousse pas beaucoup mais c'est agréable". Comme il n'y en a déjà plus, je le crois, que c'est agréable...

Prendre cette courte phrase pour un compliment qui déchire!

Merci !

Par lloulou

Je tiens à vous dire un immense merci pour la si "  douce et fondante " surprise !

Vous ne pouvez imaginer à quel point je suis touchée et émue par votre geste…

Merci à vous toutes pour cette immense surprise collective et merci à chacune d’entre vous pour votre geste individuel.

J’ai eu tellement de plaisir à suivre cette aventure, dont j’ai du me désister, en lisant les centaines de commentaires (un record dans les anales Chabou !).

Je me régale à la lecture de chaque nouvelle histoire qui raconte de A à Z les tourments, les excitations, le suspens de la conception à la réalisation de sa barrinette. Je m’émerveille en voyant vos barrinettes en photos. Lire les impressions visuelles et les perceptions olfactives de chacune sur les barres reçues est un voyage en soi à chaque fois mais alors, de les voir pour de vrai… quelle émotion. Et quel choc olfactif à l’ouverture de la boîte. Je vais devoir y aller progressivement et apprivoiser chacune de vos barinettes.

Je veux aussi dire merci à celle qui, non seulement est généreuse de ses mots et qui à profité de la circonstance pour se transformer en Père Noël bien avant l’heure... Merci MLKMèreNoël pour ta générosité. P-ê devrais-je dire MLKMèreNoëlExtraLucide !

Un merci tout spécial à une grande cachotière instigatrice de cette odorante idée ainsi qu’à son complice, telle mère, tel fils, n'est-ce pas Chabou ?

Merci du plus profond de mon cœur… Loulou.

"Volutes de Patchouli": savon marbré facile

Savonnerie

Par atelierdemichele

          Pour encourager la nouvelle  (en a t-elle besoin?) et les futures candidates savonnières, voici un savon fabriqué il y a quelques jours.
C'est le genre "qui en jette" alors qu'il est en réalité très facile à faire.

Je l'ai baptisée "Volutes de Patchouli"  car j'aime beaucoup cette huile essentielle associée à des agrumes dans les savons.

Une infusion de feuilles de patchouli pour diluer la soude donne également une odeur très fine au savonnage mais colore malheureusement le savon en brun peu flatteur.

cosm_to_052

          Un beau savon, un peu spectaculaire d'aspect, permet de faire passer les odeurs naturelles des huiles saponifiées ou des huiles essentielles.
La savonnière s'évite ainsi des états d'âmes sur cette question existentielle: "fragrances or not fragrances" ;-)

          La formule est la même que celle du savon au yomogi avec de l'huile de tournesol oléique.

Il suffit de choisir une formule qui ne trace pas trop vite pour avoir le temps de tout faire et surtout pour que la pâte déforme la surface à chaque fois qu'on la coule par dessus.

Le but est justement d'avoir des volutes de couleur correspondant au "coulage". C'est le même principe qu'ici mais une seule argile plus ou moins concentrée donne le ton.

Pour réussir ce savon

Il est INDISPENSABLE de faire sa mise en place tranquillement avec une nappe psychédélique digne des années 70 sinon ça sert à quoi qu'on se décarcasse pour donner de jolis noms aux savons, hein?!

cosm_to_048

Formule des  "Volutes de Patchouli"

30% huile de coco
25% huile de palme bio
20% huile d'olive bio
15% huile de tournesol bio oléique
10% beurre de karité du Bénin

Eau et soude pour un surgras au choix (ici 7%)
Soie

Argile rose (3 cuillères à soupe pour 1kg d'huiles saponifiées)
Huiles essentielles:
. Orange douce,
. lavandin et
. suffisamment de patchouli pour être dans des volutes et non à Katmandou!

cosm_to_053

 Photo un peu floue...


Mode opératoire

- Préparer un petit bol avec 3 cuillères à soupe d'argile rose diluée dans suffisamment d'eau pour obtenir un fluide et non une pâte. Laisser de côté.

- A la trace fine, ajouter les huiles essentielles puis couler environ un tiers  du savon non coloré dans un moule rectangulaire.

- Ajouter la moitié de la solution d'argile à la pâte restante et bien mélanger. Couler environ la moitié de la pâte dans le moule sans chercher à faire de mouvements particuliers.

- Ajouter le restant d'argile à la pâte, bien mélanger et couler.

J'ai fabriqué dans le même temps quelques savons individuels pour voir les différences de couleurs.

cosm_to_054

          A la découpe, la surprise est au rendez-vous puisqu'aucun savon n'est identique!
C'est simple, ça sent bon et  ça fait de l'effet.

Quelques volutes de patchouli, c'est bon pour l'oeil, le nez et la peau sans prendre l'avion ni de substances illicites.

C'est écologique  n'est-il pas?

Savon à l'armoise (yomogi)

Savonnerie

Par atelierdemichele

          Quand Chloé a gentiment proposé de m'envoyer quelques ingrédients naturels du Japon, j'ai tout de suite demandé du yomogi pour en faire un savon comme celui de Monsoinduvisage

cosm_to_050

          A 70 euros les 70g, je me demande à combien je devrais estimer le mien... fait main aussi, macéré dans ma jolie cuisine, coupé à la main aussi, séché naturellement plusieurs mois dans mon grenier...

Il contient du bon beurre de karité, une super huile d'olive bio et tout un tas d'huiles essentielles ... sans compter l'amour que j'y mets et qui n'a pas de prix.

          Ce n'est plus du luxe les filles, je crois bien que c'est de la décadence voire de l'indécence totale ce que nous fabriquons pourtant bien communément dans nos maisons ;-)

cosm_to_046

          Le yomogi ou armoise commune est utilisé dans la cuisine japonaise notamment pour la confection de gateaux appelés mochi. On l'appelle aussi "herbe à mochi".

Si vous avez déjà reçu quelques soins de médecine traditionnelle chinoise, vous avez peut-être vu approcher de certains points d'acupuncture, un cigare incandescent constitué de feuilles d'armoise (Artemisia vulgaris) séchées.

On peut aussi en piquer au bout d'aiguilles d'acupuncture ou poser de petits cônes d'armoise directement sur la peau.
Ce sont des moxas utilisés en moxibustion.

 

cosm_to_049

          Le yomogi  possède en outre des propriétés antibactériennes intéressantes dans un savon.

J'ai mis à macérer un peu de poudre dans de l'huile d'olive bio de Sicile d'abord au bain marie doux pendant 1/2 heure puis à température ambiante pendant 15 jours.
Je n'ai pas filtré l'huile pour avoir des petits points dans la surface du savon.

          J'en profite pour tester l'huile de tournesol oléique en savonnerie et voir si elle résiste mieux à l'oxydation que la variété ordinaire.

Vous trouverez son indice de saponification sur le site de Soapcalc qui vous donnera également d'autres informations sur les caractéristiques du futur savon.

 

Formule du "Décadent yomogi soap"

30% coco
25% palme bio
20% olive bio macérée au yomogi
15% tournesol bio oléique
10% karité du Bénin

Soude et eau pour un surgras de 6%
Soie Tussah

Huiles essentielles:

- Hinoki (merci Catherine),
- Pin noir et lavandin de la Drôme,
- Menthe poivrée bio.

cosm_to_051

Caractéristiques:

- dureté (29-54) :45
- pouvoir nettoyant (12-22): 20
- douceur sur la peau (44-69):50
- pouvoir moussant (14-46): 20
- mousse crémeuse (16-48): 24
- indice d'iode (41-70): 51
- INS (136-165): 163

Entre parenthèses sont indiquées les normes idéales pour chaque rubrique.

Je vous renvoie vers le blog de Cyan pour savoir comment prévoir la dureté des savons grâce à l'INS. C'est un blog malheureusement endormi que j'aime beaucoup et dont j'ai eu le privilège de tester quelques savons toujours très simples et jolis.

          Puisque je désire faire dans l'artisanat de luxe, je fais mon mélange au fouet à main, très tranquillement sans penser que la présence de tournesol même oléique peut s'opposer à la trace rapide malgré 65% d'huiles dures saturées.

La couleur est celle de la soupe de courgette au thym, j'y pense en tournant plus ou moins énergiquement...

cosm_to_047

        ...

 La décadence ayant des limites, au bout d'un quart d'heure, je fais une entorse au programme et hop, un coup de mixer électrique par dessus, ni vu ni connu,  je coule à la trace si fine que je doute de l'avoir obtenue...

Comme j'ai triché, mon savon ne vaudra jamais 70 euros les 70g ;-))

          Mais heureusement que la bonne fée des savonnières était dans les parages, la pâte a durci très vite, j'ai démoulé très sagement 24 heures après pour obtenir de jolis savons  ...décadents.

cosm_to_045

         

          La mousse est très fine comme le prévoit Soapcalc, on ne sent que le bonbon à la menthe pour l'instant mais j'ai bon espoir qu'au séchage, une belle odeur de Japon se dessine.

Au fait, ça sent quoi le Japon?


Sur la route des épices

Défi Délire d'odeurs

Par Atelier 2 Nanou

Quel défi ! et quelle idée de lancer un tel défi à cette époque de l'année.

Je n'ai point l'âme d'une poétesse aussi je vais vous raconter en toute simplicité l'histoire de ma barinette.

Le plus dur pour moi et pour certaines d'entre nous a été de trouver les proportions de beurre, de poudres sans utiliser de cire.

J'ai réalisé plusieurs tests avant de fixer mon choix de beurres et d'huiles. Ma première barre était trop grasse et s'effritait au démoulage. Dans ma deuxième barre, j'ai augmenté ma proportion d'arrow-root et utilisé du beurre de cacao chocolaté à hauteur de 10 % mais la barre n'a pas réussi son test : mes jambes se sont retrouvées marron. (point de photo, la barinette s'est retrouvée écrasée par la cafetière).

Qu'à cela ne tienne. Le troisième test a été presque le bon. Plus qu'un petit réglage niveau couleur et celà devait être bon.

Pour l'odeur, j'ai fait plusieurs macérats sur base d'huile de sésame (clin d'oeil à Lolitarose et ces macérats d'agrumes) et celui que j'ai retenu est celui fait à partir d'épices, plus odorant. Pour ce faire, j'ai :

- concassé au pilon et au mortier du poivre noir : 3 g

 

poivre_noir_concass_

 

- concassé du clou de girofle au mortier et au pilon (oublié de faire une photo) : 3 g

- râpé de la noix de muscade : 3 g

 

noix_de_muscade_r_p_e

 

- mis de la cannelle en poudre venue tout droit de la Réunion

 

cannelle_en_poudre

 

- coupé en petits morceaux du gingembre, lui aussi acheté à la Réunion : 9 g

 

gingembre_coup__en_petits_morceaux

 

Le tout a macéré pendant trois semaines. (j'ai investi depuis dans un moulin à café d'occasion pour de futurs essais d'épices et autres plantes séchées à mouliner).

 

mac_rat_d__pices

 

puis j'ai procédé à la filtration. Je suis contente : l'idée est bien présente mais horreur mon macérat est sombre et ça ne va pas coller avec ma couleur. Tans pis, je n'ai plus le temps de refaire un macérat (prise dans ma tourmante avec mes fraises).

 

mac_rat_d__pices_en_cours_de_filtration

 

Pour la couleur, pas de paillettes ni de micas: je n'ai pas envie de faire une commande spécialement pour celà ni les moyens financiers au moment du défi. Aussi, j'ai fait chauffer les neurones (si si) pour me souvenir d'avoir lu quelque part (je n'ai pas noté la source) l'utilisation de la poudre de paprika dans un macérat à chaud pour colorer les beurres et huile.

J'ai donc fait macérer de la poudre de paprika dans de l'huile de sésame, beurre de cacao, karité et arrow-root pendant 10 minutes la première fois mais le test a révélé une coloration de la peau en orange. Je devais donc réduire la macération à 5 minutes lors de la production finale. Mais j'ai oublié que, de réaliser une grande quantité (j'ai tout fait en une seule fois à chaque couche), cela allait augmenter le temps de filtration.

Le dessus de ma barre est donc très orange. Le macérat d'épices obtenu après filtration est clair et n'a pas assombri la barre.

 

La production finale :

La base de la barre :

- 70 % de beurre de cacao

- 10 % de beurre de karité

- 10 % de macérat épicé sur huile de sésame

- 10 % d'arrow-root

- 0,2 % de vitamine E

 

J'ai divisé mes quantités en deux parties (1/3, celle qui allait être colorée) et le reste (2/3, non coloré).

 

J'ai mis en premier l'arrow-root, puis le beurre de cacao et fait fondre au bain marie. Une fois le beurre de cacao fondu, j'ai rajouté le beurre de karité et l'huile de sésame.

Quand le beurre de karité a fondu, j'ai rajouté la poudre de paprika (3% du 1/3) et mis à macérer pendant 5 minutes puis j'ai filtré à travers une compresse.

Et c'est là que mes problèmes ont commencé. Vu la quantité de beurres et d'huiles à filtrer (plus de 200 g), la filtration a duré plus de 10 minutes et a donc coloré mes beurres et huiles en couleur jaune d'or.

Une fois le mélange filtré, l'odeur finale était plus légère que le macérat. J'ai donc rajouté des huiles essentielles de clou de girofle, muscade, cannelle et gingembre (pas eu le temps de commander le poivre noir et coriandre) et je ne me souviens plus du dosage exact (je me souviens juste que le dosage de base est de une goutte de chaque) puis j'ai coulé dans mon moule en silicone et pesé à chaque fois pour avoir la même épaisseur sur toutes les barres.

 

1_re_couche_de_la_barre_d_fi

Le plateau et le moule en équilibre sur la balance, le tout devant me permettre de voir la pesée.

 

Ensuite j'ai laissé refroidir et durcir la première couche.

Puis quand la première couche a bien durci (le lendemain), je suis passée à la deuxième couche sur le même principe (sans le paprika).

Pour démouler, j'ai attendu que la barre ait bien durci . J'ai dû mettre une journée complète au réfrigérateur (sur les conseils de Vénézia), la barre commençant alors à ramollir à mes premiers essais de démoulage et j'ai procédé au démoulage.

Je ne suis pas très fière de la présentation. Mon arrow-root est remonté un peu à la surface et a laissé des traces sur le dessus des barres. Quant à la deuxième couche, elle a fait des bosses au dos (je n'avais pas mis mes barres au réfrigérateur avant le démoulage).

 

barre_d_fi

 

J'ai laissé sécher à l'air libre quelques jours avant d'emballer. J'ai d'abord emballé les barinettes grossièrement dans du film étirable avant de les emballer de papier de soie et de ruban de satin.

 

barres_d_fi_emball_es

 

Je remercie Vénézia qui s'est lancée dans les premières à faire des tests et qui nous a guidé dans les dosages de beurre de karité et nous a donné les astuces de passage au réfrigérateur avant le démoulage.

A la relecture, j'en oublie de remercier Chabou qui nous a fait angoisser, rigoler de nos tests et être très impatientes à la fin et les autres participantes pour leur soutien moral.

Edit : il y avait aussi des graines de coriandre concassées au mortier et au pilon : 3 g

 

coriandre_concass_e

Pouledelux et luxdepoule

Défi Délire d'odeurs

Par veneziapetitpois

Je voulais du capiteux, du pailleté, du qui bronze la peau pour l'été, bref, je suis partie sur l’idée d’une barre régressive pour gamine qui a grandi trop vite et veut briller comme maman et sentir aussi bon qu’elle; donc un parfum de frimeuse. Qui allume au passage, jasmin et néroli. Les autres comparses: hina, girofle et poivre pour pimenter les dessous de la belle…

Je voulais aussi du minimalisme, pourquoi, je ne sais pas… peut être pour rester au plus près du défi lancé par Chabou: faire vraiment comme L*sh, mais essayer en mieux. Je m’en suis donc tenue à un duo simplet cacao-karité.

J’ai d’abord tenté des poudres végétales mélées à de l'amidon pour colorer et servir de tampon aux beurres. C’est très joli, le curcuma ou la rose en poudre de Hesh, mais se retrouver les bras couleur curry ou les jambes grenadine, je ne sais pas si tout le monde aurait apprécié…

Je me suis alors décidée à commander des mica-sans phtalates- pour mes essais bling bling à une adresse trouvée grâce à Blandine. J’ai passé des heures à faire les sélections. Comment choisir entre sparkling gold, radiant gold ou gleaming gold? (On prend les trois…) Ma règle de base néanmoins: retenir les micas les plus “doux”, c’est à dire utilisables y compris sur les zones fragiles (tour de l'œil ou bouche, une indication précieuse qui figure sur chaque fiche technique avec la liste des ingrédients composant la couleur). 

J’avais comme référence subliminale l’huile prodigieuse de N*xe, dont le doré nacré soutenu dans la bouteille donne un ton juste chaud sur la peau, j’en ai utilisé pendant des années… C’est cette nuance que j’ai essayé de retrouver car j’ai imaginé la barre surtout pour la passer sur le décolleté ou les jambes … en vraie pouledelux…

Dès l’arrivée du paquet, j’ai fait un – prudent- nouvel essai avec un cocktail de micas que j’ai pesé au dixième de gramme et une composition parfumée très riche en ylang que j’utilise pour mes crèmes (C’est cette barrinette que tu as eu, Malégria). Pendant ce temps, la macération mise en chantier se faisait peu à peu. Je suis partie plus ou moins d’un mélange déjà réalisé pour un baume et j’ai dilué avec autant de teinture de benjoin pour fixer, sachant que les poudres absorberaient sans souci la phase aqueuse de la teinture.

Mes premiers essais avaient été trop secs, même si je voulais une barre qui se tienne pour pouvoir être trimballée facilement, y compris en été. Or un peu au hasard, par pure curiosité, j’avais aussi commandé de la poudre de riz en même temps que les micas. J’ai trouvé sa texture beaucoup plus fine que celle de l’amidon et finalement, c’est elle que j’ai utilisée.

Quand je sens Pouledelux aujourd’hui, après mon retour de vacances, (il me reste une barrinette) il me semble  que son parfum a évolué, il est devenu plus discret et c’est le jasmin qui semble ressortir alors que les épices (ainsi que le hina, une huile essentielle complexe indienne, produit d'une distillation en cascade de racines et de plantes surtout himalayennes -dont le nard-) étaient très présentes au départ.

J'ai également joint à l'envoi un baume avec plus ou moins les mêmes notes parfumées pour donner une idée de ce qui m'avait inspiré au départ.


Je voudrais remercier Chabou pour ce défi mirobolant et féliciter toutes mes camarades touilleuses  qui ont fait des merveilles alors que cette folle aventure qui paraissait si simple au départ ne l‘était pas tant que ça.

 

DSCN7382

Les trois moules en silicone utilisés ; ils sont assez rigides mais je les pose prudemment sur la plaque du four pour effectuer le transfert jusqu'au congélateur sans catastrophe.   


DSCN7381

Les instruments prêts pour l'opération barrinette: une pipette très fine pour compter le parfum, un couteau à parmesan (avec manche en synthétique) pour attaquer le karité; trois piques à fruits de mer en acier que je détourne pour prélever les poudres (par leur manche), ma précieuse spatule en silicone, suffisamment étroite pour être vraiment utile (elle vient de Simon), et le fouet magique en acier. Tout se stérilise sans souci.
   

 

Pour la suite et les formules, je mets en extrait la lettre explicative que j’avais jointe à mon envoi.

"Ce qui m’a tout de suite  titillé dans la formule de L*sh, c’est la place des paillettes: avant même le karité dans l’INCI… j’en ai donc déduit qu’il  y en avait beaucoup et j’ai essayé de faire de même. J’ai mélangé trois variétés ( de TKB trading) pour obtenir un mordoré estival qui colore assez peu, mais paillette pas mal.

J’avais acheté du beurre de cacao chez G. Detout en quantité au cas où j’aurais de nombreuses tentatives à réaliser. Pour la version finale, j’ai joué la prudence, introduit du beurre de cacao bio que j’utilise en général (mais d’une texture plus souple) et prudemment completé avec le beurre de cacao G. Detout bien dur… pour que ces barres ne se transforment pas en flaques dans le paquet.   

 

Mélange parfumé pour barres pouledelux

25gtes HE  jasmin indien
5gtes absolue de jasmin sambac
20gtes HE néroli tunisien
10gtes HE hina indien
3gtes He girofle malgache
6gtes HE poivre noir malgache
69gtes teinture de benjoin

 

DSCN7590

La barre qui me reste, un peu décatie car je l'ai soumise à un peu de chaleur pour tester sa résistance.

 

Barres Pouledelux (pour 18 barres)

140g  beurre cacao Barry
100g  beurre cacao bio
36g karité
10gtes vit E

Faire fondre au bain marie. Laisser refroidir un peu, ajouter le parfum


Mélanger longuement au fouet magique en portant masque, lunettes et gants :
Pour mieux touiller les pigments, j’avais préparé deux bols identiques en divisant les quantités que je donne par deux-
 
66g poudre de riz
2,7g mica diamond cluster
3,9g mica sparkling bronze
4,8g mica  gleaming gold

DSCN7383

Premier ajout d'huiles sur les poudres, ça grumelle

 

Verser le mélange huileux sur les poudres en deux ou trois fois en touillant bien.

 

DSCN7385

Le mélange  s'irise

  


Verser à la louchette dans des moules en silicone, en touillant le mélange entre chaque barrinette, et mettre les moules au congélateur. Attendre le complet refroidissement pour le démoulage.

 

Baume luxdepoule

20g cire d’abeille bio en feuille
4g lecithine bio liquide
10g huile coco vierge
12g beurre de jojoba maison
5g macérat de rose maison dans jojoba
6g huile marque Moya (amande douce, HE camo du cap, lavande, ylang)
63g huile sésame
66g huile tournesol oleique

10gtes extrait CO2 carotte
25gtes HE jasmin sambac
20gtes HE néroli tunisien
10gtes HE hina
3gtes He girofle
6gtes He poivre noir

(pas de photos, y en a plus… )

Je veux bien un Chocolat de la sieste

Défi Délire d'odeurs

Par Lyjazz

 

Journal de bord

Je me suis inscrite sur un coup de tête, un coup de coeur. Même pas familière d'un forum ni de blogs de cosméteuses, très autodidacte, mais néanmoins j'avais envie de me donner un coup d'adrénaline pour me prouver que je pouvais y arriver.

Et puis après tout, la chimie je connais : je cuisine (quand j'ai envie et pour donner de l'amour) et j'ai développé mes photos noir et blanc...

Aucun rapport ?

Allons donc ! Je suis partie assez vite sur l'idée d'une barre exotique et gourmande qui soit quasiment comestible.

 

J'ai commencé par faire un macérat huileux girofle et cannelle (je pense à Gabriela girofle et cannelle, roman brésilien de Jorge Amado).

 

100 ml huile sésame

10 clous de girofle

1 bâton de cannelle

3 cardamomes

curcuma poudre

cannelle moulue

Au bain marie 1h

 

Je sais que je vais rehausser d'une pointe de fleur : nard sûrement, ou alors jasmin. Je cherche un peu les propriétés des épices que j'utilise : ça me va !

Le curcuma sera pour l'odeur, les propriétés (médicament traditionnel pour les maladies de la peau. Inflammations de la peau et brûlures) et la couleur.

 

La girofle assaini la peau et la rend plus lumineuse. Elle aide à la cicatrisation des plaies.

Cannelle et cardamome... sont sûrement très bénéfiques, mais sentent surtout très bon.

Je vais vite pour ce macérat, je sens très rapidement que cela va bien se mélanger à  une synergie que j'ai déjà utilisée dans un baume meringué :   HE patchouli / nard  / jasmin.

Et je laisse reposer quelques jours.

 

---ooo---

 

pendant ce temps.... j'essaie différentes formules.

A ce moment-là, je suis déjà proche de la date de clôture et il faut que je fasse très vite. C'est mon fonctionnement : je travaille dans l'urgence, au dernier moment.

 

Essai 1 

30 g b cacao

3 g b kokum

3 g argile rouge

10 g arrow root

60 gouttes huile + HE

 

Au frigo pour refroidir

 

Je pense maintenir cette odeur : mon beurre de cacao est brut et très parfumé, et marron, et l'huile infusée comestible avec les HE de fleur et patchouli est très bien (patchouli, nard, jasmin). Mais mettre moins de poudres. Et plutôt beurre de karité ou de mangue. La couleur de l'argile rouge, comme prévu, rehausse le marron du beurre de cacao.

Je note : Sortie du frigo : très joli effet de bonbon au chocolat.

Sur la peau la sensation est sympa, la couleur ne marque pas

Quelques heures plus tard : ça fond tout seul, on dirait un bonbon au chocolat qui a trainé dans la main d'un enfant.... mais la température est d'environ 27°.

Je refonds et j'ajoute 12 g de beurre de cacao (au pif).

 

Essai 2

15 g cacao

2 g beurre de mangue

1 g argile rouge

3 g arrow root

30 gtes huile parfumée

 

Changement de procédé : tamiser les poudres au fond du récipient avant de mettre les beurres pour les faire fondre au bain marie. Après léger refroidissement mettre l'huile.

IMGP0256

Idées pour le nom :

chocolat crapuleux

Gourmandise permise

Sieste au jardin

Glissade au chocolat

chocolat d'été

le chocolat de la sieste

Fleur de chocolat

Sortie du frigo : très bien.

2h après : tout mou en surface, surtout sur une barre; le centre a l'air d'aller bien.

Je refonds et j'ajoute 6 g de beurre de cacao.

Je note à posteriori.....

Finalement c'est la plus chouette des barres : elle est assez dure et fond bien sur la peau 2 jours après.

 

Et là, coup d'arrêt...

Envie : d'arrêter là.

Pas le temps ni d'argent.....

Si je veux une barre de massage je mettrais de la cire.

Mais, prise dans le défi, je refonds en rajoutant du beurre de cacao à 2h du mat.... après avoir écrit ma lettre de démission à Chabou (mais pas envoyée). Et un message un peu désespéré dans les commentaires du défi.

Moralité : la cosmétique (et la chimie en général) ce n'est pas de l'amateurisme, il vaut mieux s'organiser....

4/06

ou avoir un « truc ». que vient de me donner Venezia : mettre au congélateur plusieurs heures et ensuite laisser à température ambiante pour réadaptation. Je tente ça vers 10h. Et au besoin je pourrais faire ma production vendredi soir....

12h30 : je sors les barres du congélateur et on verra ce soir. Obligée d'aller vite pour pouvoir être dans les temps.

La première barre s'effrite (la plus petite, pas mise au congélateur ?).

Le 5 je fais un essai sur ma peau et c'est bien.

 

Je vous passe l'essai 3, tout à fait différent, qui a éclaté le lendemain et qui sentait trop fort (c'est le blanc sur la photo).....

IMGP0255

Pour aller directement à la recette des

barres définitives (6/6/09)

98,8 g beurre de cacao (105 g étaient prévues, mais le stock était écoulé)

12 g beurre de mangue (10 g étaient prévues)

5 g argile rouge

15 g arrow root

160 gtes macérat + HE + 5 gtes HE girofle

ce qui donne 15 barres/glaçons tout juste.

IMGP0261

Le lendemain : démoulage au sortir du congélateur. Puis bonification à température ambiante.

Recherche d'emballage et d'étiquettes : quelque chose de brut, de rustique, voire archaïque ou primitif, et surtout avec les moyens du bord. Aluminium et papier de soie recyclé. Ecriture au crayon gras et l'étiquette tient grâce à un morceau de raphia.

Il s'agit que ça soit transportable, puis ouvert, et ensuite reconditionné pour un nouveau transport. Et je ne sais pas faire dans le glamour ni dans le sophistiqué (sauf peut-être en idées, mais là n'est pas la question).

IMGP0268

J'ai vraiment privilégié l'odeur, comme voulait Chabou. Et je me suis servie des ingrédients que j'avais, sans chercher à introduire des produits que je ne connaissais pas ou que j'aurais testé.

C'est ainsi que j'ai voulu jouer avec l'odeur et la couleur du beurre de cacao que j'avais, les renforcer en restant dans des tonalités chaudes et comestibles.

Je vais utiliser mon macérat pour la cuisine, c'est sur !

En attendant j'en ai mis une petite dose dans le flacon qui m'a servi à préparer du gel douche. Et c'est bien  !

 

Mes barres sont petites, mais plus le temps d'aller chercher de nouveaux moules ni de commander du beurre de cacao.

 

Et puis enfin.... j'aime l'odeur, mais je n'aime pas vraiment les barres de massage en fait. Je ne sais pas bien quoi en faire.

Alors j'ai tout refondu pour en faire un fondant de douche.

Ça ne m'intéresse pas davantage : trop dur, ça ne fond pas du tout sur ma peau qui reste fraiche, même en sortant de la douche. Je préfère les baumes !

Je commence donc à tester toutes les autres barres, et, oui, peut-être m'en servir juste pour un moment parfumé. Qui sait : je trouverais peut-être la composition qui me fera craquer ?


 

Le chocolat de la sieste

 

Je suis sous le soleil des Caraïbes

Au coucher du soleil je me suis baignée

Le jardin sentait le nard et le jasmin

Omara Portuondo et Ibrahim Ferrer

chantaient Silencio

C'est l'heure la plus chaude

Je vais m'allonger sur le hamac

Mais j'appelle de mes voeux la douceur pour ma peau

Un chocolat à partager :

tu le frottes sur ma peau

tu fais glisser

tu frottes tes mains

tu suis les courbes de mon corps

au rythme de la chanson

ça fond

ça sent le chaud et les épices

ça fait du bien

entre mes reins

quand tu vas et tu viens....


 

Spicy Heart for Summer Nights

Défi Délire d'odeurs

Par Irene1

Lolitarose3P1010871_1112_2_2

 

Je n’aime pas les défis, concours, et autres compétitions. Et pourtant je me suis laissée tenter par Chabou . Pourquoi ? Et bien parce que j’aime bien les premières fois. Je n’avais jamais participé à aucun concours du genre jusqu’ici et comme la communauté des sorcières oeuvrant sur Potions m’est extrêmement sympathique, c’était plutôt tentant. D’autant que je n’avais jamais réalisé de barre de massage et surtout on nous promettait un défi extrêmement simple.

Deux beurres, éventuellement un macérat, des poudres naturelles, dont micas et bien sûr des huiles essentielles, car le défi consistait principalement à réussir une odeur originale à partir d’ingrédients naturels. Rien de bien compliqué, n’est-ce pas ?

Las ! je vous invite à aller (re) consulter les flots de commentaires désespérés de nous toutes, pauvres participantes pour mesurer l’ampleur de la difficulté.

Pour ma part, j’avais à l’origine l’idée d’une barre très printanière, champêtre même. Et comme j’avais concocté une petite synergie olfactive basée sur le basilic, je choisis donc le vert comme couleur pour la petite barre.

Pour mon premier test, je décidai donc de faire simple et d’associer beurre de karité et beurre de kokum (deux beurres que j’adore et que j’avais en stock). La poudre devant servir à éviter que la barre ne fonde trop vite et qu’elle ne soit trop grasse, j’optai pour de l’argile blanche que je mixai avec du thé matcha en poudre pour la couleur.Pour le parfum, je conjuguai basilic et agrumes, assortis d’un peu de gingembre : fameux !

Le résultat l’était moins lui, fameux. Granuleux et s’effritant à l’application, sans parler de la couleur “shreckienne” laissée sur mes jambes, bref râté.

 

Lolitarose1P1010583_2  

 

Je me remis donc à la tâche et en profitai pour tester quelque chose de totalement nouveau, y compris côté couleur. Exit le vert donc, et bienvenue au rose.

Ayant trouvé la texture trop “dure” lors du premier essai, je décidai de la “ramollir” en incorporant un peu d’huile, diminuant l’argile et remplaçant le thé vert par l’ocre rose.

Côté parfum je m’orientai vers une nouvelle synergie axée autour de l’huile essentielle de carotte qui m’inspire beaucoup en ce moment et de quelques condiments que j’avais mis à mûrir dans un flacon ambré.

Lorsque je voulus démouler après une nuit de séchage à température ambiante, catastrophe ! Je vous laisse juger de la sensualité du résultat.

 

Lolitarose2P1010580_2

 

Impossible de démouler un coeur entier, tout fondait et s’effritait ! Et dire que Chabou nous avait promis un défi simple !

Je fis un troisième test où je revins à mes premières amours : basilic et thé matcha. Lorsque je démoulai, tout semblait parfait. Mais au bout de quelques massages, le “coeur" du coeur de massage se dévoilait dur comme du gros sel et s’effritait lui aussi.

Catastrophe ! J’étais en vadrouille jusqu’au 3 juin, sans possibilité de refaire de nouveaux tests, et les barrinnettes devaient être chez Chabou le 10 juin. Impossible de refaire de nouveaux essais. Il était donc clair que le test se ferait directement sur les participantes lorsqu’elles recevraient leur lot de barrinettes.

J’ai donc improvisé la formule finale à mon retour, en écoutant du mieux possible les conseils des unes et des autres.

Non contente des contraintes qu’elle nous imposait, la sorcière Chabou a en plus exigé que l’on trouve un nom pour ces petits délices, puis qu’on écrive une historiette et comme si ça n’était pas assez, il lui fallut aussi des étiquettes.

Non mais des fois, comme si j’avais que ça à faire ! J’ai aussi des vacances moi, entre deux pauses boulot ! J’peux pas tout faire.

Finalement, j'ai réalisé une formule extrêmement simple dans sa composition en obéissant strictement aux ordres : deux beurres , quelques poudres pour la couleur et la tenue, des HE pour réaliser une "fragrance" naturelle. Après tout, c'était ça le défi, l'odeur de la barrinette.

Pour mon petit coeur, je suis donc partie de la carotte qui m'inspirait vraiment beaucoup, bien qu'elle soit difficile à utiliser sur le plan olfactif. J'ai ainsi décidé de l'arrondir, de l'enrober de quelques épices. Je voulais quelque chose de tonique, sans passer par les agrumes (soleil estival oblige !), et doux en même temps, sensuel.

L’association gingembre frais-poivre-curcuma-hinoki a apporté ce côté épicé-tonique ; alors que la face florale donnée par le jasmin, la carotte et le petit-grain ont ajouté la touche féminine et sensuelle.

 

Je vous présente donc mes "Spicy hearts for summer nights"

 

Lolitarose3P1010871_2_2_2

 

 

"Cet été, quand la chaleur sera torride et que vous aurez du mal à

 

trouver le sommeil, n'hésitez pas :

 

Epicez vos nuits avec les coeurs de massage Spicy Hearts

 

Faites délicatement glisser le spicy heart depuis votre coeur,

 

tout doucement jusqu'à votre nombril

 

et enivrez-vous de ses fragrances épicées.

 

L'été sera chaud, de Bayonne à la Nouvelle Calédonie,

 

du Plat Pays jusqu'à Paris. 

 

Alors massez-vous belles princesses et habillez vos corps  de senteurs

 

poudrées et Lushiennes.

 

Epicez vos nuits d'été, mes belles et que s'exhale votre sensualité."

 

  

La formule

 

- 165 gr Beurre de cacao

- 45 gr Beurre de Karité

- 15 gr de maïzena

- 2gr de poudre de curcuma

- 3 gts CO2 carotte

- mica cuivre

 

- Parfum 3%

-40 gt petitgrain bigaradier

-50 gt hinoki

-30 gt poivre

-40 gt gingembre frais

-10 gt carotte

-30 gt curcuma

-15 gt absolue de jasmin sambac

 

Faire fondre les beurres et mixer au mixer plongeant. Incorporer progressivement les poudres de maïzena et curcuma, puis le CO2 et re-mixer. Ajouter le mica. Verser dans le moule en silicone et placer au congélateur 12 heures avant de démouler.

Le "poids" des poudres de curcuma et mica fait qu'elles se déposent au fond du moule et constituent une pellicule légèrement exfoliante sur le dessus du coeur, ce qui permet d'utiliser le spicy heart sur les coudes et les talons d'abord en version "grattounette" puis en version hydratation douceur.

Le CO2 de carotte et le curcuma en poudre ont apporté une touche de couleur qui, du orangé pétillant se sont adoucies en mûrissant pour donner un rose pâle légèrement abricoté..

Ce fut une très belle expérience, de grands moments de joie, des fous rires, une merveilleuse amitié bloguesque.

Alors à celles qui ont reçu un exemplaire du spicy heart et qui s’apprêtent à partir au soleil, usez et abusez de cette crème en barre, le soir après la plage. Lâchez-vous les filles, l’été sera chaud !


 

Ceci est donc l'article de Lolitarose !

Barre "à l'ombre d'un magnolia en fleurs"

Défi Délire d'odeurs

Par profiteresse

Au début je voulais quelque chose de rose... alors j'ai été chercher de la racine d'orcanette, toute fière de moi... puis j'ai réfléchi au parfum... je voulais des fleurs blanches. Le pire c'est qu'à ce moment-là, je n'y voyais aucune contradiction ! Ce n'est qu'après avoir teint mes huiles de la recette finale que je me suis dit tiens ! Mais pourquoi faire une barre rose pour des fleurs blanches? Tanpis, ce sera comme ça... mais je m'avance déjà...
J'aurais beaucoup aimé travailler le néroli et le jasmin, mais ma bourse faisait grise mine... alors je me suis laissée séduire par le magnolia. Je l'ai tout d'abord mêlé à du bois du rose. Hm. Ca sent bon. Mais c'est encore très brut. J'ai voulu faire pétiller un peu mon mélange, alors j'ai mis du citron vert. C'est mieux. Le soir-même j'ajoute de l'ylang-ylang (comment n'y avais-je songé plus tôt?) là ça commence à faire voyager... Le lendemain je termine par une notre de coriandre, pour épicer un peu. Ca évoluera, mais je n'y toucherai plus.

Synergie olfactive
50 gouttes HE de Magnolia
25 gouttes HE d'Ylang-ylang
10 gouttes HE de Bois de Rose
10 gouttes HE de Limette
10 gouttes HE de Coriandre

Et puis j'ai haché des fèves de tonka que j'ai mélangées à de l'amidon de riz. On verra plus tard, mais ça donnera un peu de "chaud"...
Puis j'ai - à ma grande honte - tout oublié. Faut dire que je suis étudiante, et que cette fin d'année était particulièrement corsée à mon goût. Tic-tac, le temps me rattrape, je suis en retard ! Heureusement, La Princesse a caché un indice, dans la longue série de commentaires... Beaucoup beaucoup de beurre de cacao et pas mal de poudre ; moins de 10% de beurre de karité... là est la clé. Je fais un test (avec de la simple poudre de riz), qui est très huileux au démoulage, mais "sèche" bien. Par contre ma barrinette est rouge brique. Je devrais donc mettre beaucoup moins d'orcanette... Je valide la recette.

Macérât Cacao-Orcanette
1 g de racine d'orcanette séchée
160 g de beurre de cacao blanc désodorisé

A la dernière minute, je décide de remplacer le beurre de karité par du monoï. Il faut que ça tienne ! Ca sent tellement bon ! Je passe à l'acte, petite contrariété : je tamise ma poudre de riz, mais je récupère beaucoup moins de morceaux de tonka qu'il n'y en avait... je me dis qu'avec un peu de chance, c'était broyé suffisamment fin...
Je jette donc tout au bain-marie. J'obtiens un joli rose pâle cette fois-ci, juste ce que je voulais ! Mon mica "hotside pink" n'ira pas, il est trop électrique. Je décide donc de mettre du "coucher de soleil" à la place, qui sera beaucoup plus doux. Je verse dans les moules, ajoute une petite cuillerée à sel de mica et 4 goutes de ma synergie dans chaque alvéole de mon moule à glaçon. Je remue et je place au freezer.

Barrinettes "à l'ombre d'un magnolia en fleurs" (pour 16 alvéoles)
140 g de macérât cacao-orcanette
20 g de monoï
24 g de mélange amidon de riz/fèves de tonka
16 g d'argile blanche
+ une c. à sel de mica "coucher de soleil" et 4 gouttes de synergie olfactive par alvéole.

A ce moment là, une phrase de Chabou me revient "un moule à glaçons, mais à GROS glaçons". Horreur ! Mon moule ne fait pas de gros glaçons ! Il en fait des petits ! Bon, qu'est-ce que je fais? Je ne vais pas tout recommencer, je n'ai presque plus de beurre de cacao. Et puis de toute façon, je n'ai pas de moules à gros glaçons ! Des baumes à lèvres ! Oui, l'idée me plaît. J'adapte la recette du bisou en chocolat, en mettant du beurre de cacao blanc, en remplaçant l'huile de coco par du monoï et en ajoutant un peu de ma synergie...

Baumes à lèvres "à l'ombre d'un magnolia en fleurs" (pour une vingtaine de sticks)
16 g de beurre de cacao blanc désodorisé
16 g de beurre de karité
16 g de monoï
16 g de macérât calendula-sésame
16 g de macérât vanille-macadamia
12 g de cire d'abeille gaufrée
4 g de cire de candelilla
une cuiller à sel de mica "coucher de soleil"
8 gouttes de synergie olfactive

Les sticks à lèvres ont une jolie couleur corail pastel... et sont bien parfumés. Je suis contente.
Je démoule mes petits coeurs... Triple zut ! Mais quelle andouille d'avoir oublié que les poudres tomberaient au fond ! Et puis la tonka ne donne pas une couleur hyper-glamour... Ils sont huileux, je les laisse donc sécher et pars travailler.
Je reviens le soir, ils ont bien "séché", ils sentent comme je voulais... Le rose est joli surtout sur le dessous, où il n'y a pas de tonka. Je suis plutôt contente. Je les emballe de manière festive, dans des papiers de soie jaune, rose, mauve et turquoise... Je mets des rubans... Je fais des étiquettes, à la main comme toujours... un jour je ferai de jolies étiquettes, un jour !
Et voilà, le colis est parti !

barre_photo
Merci beaucoup Irène pour ce très gentil montage ! bon, je ne suis pas très fière de mes étiquettes, mais elles ont rempli leur office, qui était d'identifier une barrinette parmi plein plein d'autres !