Pour ce deuxième volet des produits à base de beurre de cacao, je voulais réaliser un lait pour les grands enfants qui ont du mal à mettre de la crème.
Il leur faudrait un soin nourrissant au beurre de cacao mais suffisamment fluide pour hâter la pénétration et qui sente bon.

Leur dernier soin était un peu "gore" olfactivement parlant et cette fois, je vais éviter les hydrolats trop odorants et les huiles essentielles.

La seule qui trouve grâce à leurs yeux est l'huile essentielle de lime d'Akamuti qui est séduisante au nez mais délicate à manier pour un soin destiné au visage d'enfants même si l'on rentre dans l'hiver.

100_2714
Deux textures tellement différentes   

 

           Pour obtenir un lait suffisamment fin et fluide, je choisis de vider de mon placard, un émulsifiant issu du blé que j'avais acheté car il est présent dans les crèmes de la marque Erbaviva que j'aime beaucoup pour les enfants et les femmes enceintes.

Il s'agit de l'Emuliance (cétéaryl wheat bran glucosides and cétéaryl alcohol) issu du son de blé, cousine de la cire émulsifiante n°2 d'AZ issue de la paille de blé (wheat straw) que je n'ai jamais pratiquée et vendue par le fournisseur sous le nom de Xyliance.
Je pense néanmoins que leurs caractéristiques sont identiques.

          Cet émulsifiant donne des émulsions parfaitement légères, fines et blanches.
Il peut s'utiliser sans co-émulsifiant puisqu'il contient de l'alcool cétéarylique mais je trouve que les émulsions obtenues sont instables et qu'il faudrait augmenter les proportions d'émulsifiants, diminuant ainsi la sensation de légèreté qui caractérise cet ingrédient.
C'est dommage donc je le couple à des cétyl-esters qui sont plus fins que l'alcool cétylique et qui permettent de stabiliser l'émulsion.

100_2712
Le flacon de la salle de bains


Formule du "Lait vanillé au beurre de cacao"

Mesures en grammes pour 100g de lait.


- Phase huileuse

5 beurre de cacao bio
5 macérat de vanille sur jojoba bio
4 huile d'émeu
4 Emuliance
2 huile de ximenia
2 cétyl esters (très fins, épaississent peu et pénètrent bien)
0.3 antioxydant
 

- Phase aqueuse

65.3 Eau de source
3 glycérine végétale bio
1 allantoïne
0.2 xanthane
0.2 aloe vera concentré x 200
 

- Troisième phase

2 silk gel
2 hydrolyzed oats (protéines d'avoine hydrolysées)
2 teinture de ginseng et hydrolat de rosa centifolia offerte par Venezia ; elle a une odeur superbe presque sucrée sur la fin.
1 CO2 Amaranthe bio
1 Extrait de pépins de pamplemousse concentré 

 

Le lait est fluide avec une texture très lactée, fine et "transparente". Avec le même émulsifiant et un autre épaississant, j'ai toujours obtenu des crèmes ou des laits plus opaques bien moins séduisants.

Il est rafraichissant à l'application et sent bon. C'est l'odeur de la vanille en plus lacté comme un lait infusé aux gousses de vanille.

100_2710

Il n'y a pas eu de commentaires du tout (?!) de la part des utilisateurs...


***Quelques explications sur le choix de ces ingrédients***

 

          Les huiles végétales qui composent la phase grasse sont nourrissantes et/ou parfumées. Elles accompagnent bien le beurre de cacao pour donner une senteur agréable au lait.

Il s'agit:

- d'un macérat de vanillle très corsé (3 gousses charnues et parfumées pour 100ml d'huiles) sur jojoba bio dont l'odeur persiste très bien dans les émulsions ou baumes.
L'huile de jojoba qui est une cire filme la peau avec douceur sans apporter d'effet gras. Si j'avais voulu fabriquer une crème à la place du lait, j'aurais mis un peu de cire d'abeille (0.5 à 1%).

- de l'huile d'émeu qui est traitante et qui réussit bien à mes fistons.
Elle pourrait être remplacée par une autre huile pour peau sèche (amandes douces, olive, tournesol...) ou un macérat traitant par exemple. Je me demande si l'on ne pourrait pas carrément utiliser une huile animale (saindoux, graisse de canard) si l'on n'est pas végétarien.

- de l'huile de graines de ximenia (Ximenia americana), huile sud-africaine vendue par Melvita et que j'expérimente ici pour la première fois. J'ai craqué cet été dans un magasin ...

Elle est dite réparatrice et protectrice, préconisée pour les peaux sèches et déshydratées ainsi que pour le soin des tout-petits (les miens ne le sont plus tout à fait mais ça ira très bien pour leurs peaux délicates).

Je la trouve particulièrement émolliente comme l'huile de ricin dont elle a la viscosité et l'odeur en moins prononcées.

fruit_ximenia_americana

Elle laisse  après l'application une peau très veloutée comme l'huile de sisymbre de la même marque plus adaptée aux peaux mixtes ou à imperfections mais que je n'achète plus car elle n'est jamais conservée au frais par les distributeurs or elle est très oxydable.

Et une huile oxydée sur une peau mixte, ça donne des boutons à coup sûr!

 

          Pour mes enfants dont l'un fait souvent des dartres, j'incorpore aussi quelques ingrédients spécifiques dans la phase aqueuse:

- le silk gel (ou Fucogel) qui est composé de grosses molécules de polysaccharides (biosaccharides gum), que m'a fait découvrir Venezia dans sa crème pour les mains.

Il forme un film protecteur hydratant avec un effet que je trouve un peu "repulpant". Il complète l'effet des autres hydratants que j'y ai mis.

- la glycérine végétale bio et l'aloe vera qu'on ne présente plus,

- l'allantoïne toujours utile pour les peaux réactives.

  

          La troisième phase contient des ingrédients intéressants pour les peaux atopiques comme le  CO2 d'Amaranthe bio (Amaranthus caudatus) très anti-inflammatoire et riche en vit E et squalane.

Cet extrait vient des graines de la plante et est présenté comme très utile aux peaux chroniquement sèches. Voir ici un petit complément d'informations (je n'en ai pas trouvé qui ne soient pas accolés à un site marchand)

amaranthus_caudatus

L'avoine est la plante des peaux sujettes à eczéma et on peut mettre de la poudre d'avoine colloïdale dans le bain pour les apaiser.

J'en utilise dans les savons  ou dans les sachets de poudre de bain. La forme hydrolysée, plus technique est très utile dans les émulsions mais comme toutes les protéines, elle sent mauvais...

          J'ai choisi de ne mettre que de l'EPP concentré  comme conservateur car ma 3è phase contient des ingrédients bien conservés (même l'EPP doit l'être mais avec quel produit?). J'en ai fabriqué 200g que j'utiliserai avec eux en attendant d'écrire et réaliser un soin corporel plus personnel.

Je verrai l'évolution à l'usage mais je choisis toujours de conditionner en flacons pompes par sécurité malgré la présence de la teinture en troisième phase.

Le titre alcoolique de l'émulsion est évidemment faible.

100_2713
La flasque balladeuse


*** Une formule facile pour un lait au beurre de cacao***

- 5% beurre de cacao
- 10% huiles nourrissantes ( amandes douces,  olive,  jojoba,  tournesol,  ricin...)
- 4% cire émulsifiante du même type comme la n°2 d'AZ
- 2% cétyl esters (chez Missmiss, il y en a) sinon un autre épaississant à tester en variant les quantités.
- 79% d'eau, glycérine, xanthane, conservateurs, agents actifs si votre enfant a la peau sèche ou atopique.

Faire l'émulsion à 75° et mixer si possible à l'électrique.

Si vous le faites avec la n°2 d'AZ, ce serait très sympa de venir nous dire si ça fonctionne ;-)

 

          En espérant qu'ils se crèment régulièrement cet hiver  les deux bougres! J'ai perdu le combat avec  le plus  grand, je ne suis plus de taille, je lui rend bien 20 cm. Hi hi hi !


"Le savon du Chocolatier": Le Beurre de cacao (1)

Savonnerie

Par atelierdemichele

          Le Beurre de cacao va devenir d'ici une vingtaine d'années un ingrédient précieux si l'on en croit cet article publié en anglais le 7 juillet 2008 sur le site de CNN.

Il s'intitule: "Les relations douce-amères du chocolat et de la forêt primaire", titre que je trouverais délicieux s'il ne concernait pas de graves problèmes écologiques.

Il y est expliqué que les rendements des plantations ouest-africaines de cacaoyers décroissent gravement alors qu'elles représentent les 2/3 de la production mondiale (ça me semble beaucoup)

100_2706
Beurre de cacao ou Or banc brut?


          C'est la dégradation des sols qui en est responsable. Le cacaoyer est une plante de forêt primaire qui pousse à l'ombre sous le couvert d'une bio-diversité importante.

cacaoyer

Or les pays producteurs ont privilégié des hybrides qui poussent en plaine et au soleil; Les arbustes ont vu leur espérance de vie passer de 75/100 ans à 30 ans ou moins, poussant les fermiers à aller s'implanter ailleurs en laissant derrière eux des sols appauvris par cette mono-culture.

          De plus, la vie de planteurs de cacaoyers n'attire plus les jeunes au Ghana dont le PIB dépend très fortement du cacao.

Certains organismes de protection de la Nature impliquent les entreprises consommatrices de beurre de cacao pour financer la recherche afin d'améliorer les conditions de vie des fermiers et reproduire une bio-diversité autour des plantations.

Des initiatives du même genre sont faites au Costa Rica, autre pays producteur, pour les caféiers.

Pour que le chocolat ne devienne pas une denrée aussi onéreuse que le caviar déjà en voie de disparition, on se doit d'être exigent sur la qualité des beurres que l'on achète pour nos cosmétiques et savons.

 

          J'achète mon beurre de cacao bio en général chez Bilby pour les formules qui restent sur la peau. Il est jaune pâle, a la superbe odeur du chocolat avec une pointe de "fumé" certainement dû au mode de fabrication artisanal. Il n'est évidemment pas raffiné.

Il provient d'Afrique de l'Ouest sans indication précise du pays. Je pense que c'est le Ghana ou le Togo.

On en trouve aussi chez Akamuti que j'ai testé.

 

100_2709
Le beurre biologique

 

          Pour mes savons, je l'achète chez mon chocolatier qui a augmenté ses prix dernièrement. Devant ma surprise, il m'a avoué la marque de son beurre de cacao que j'ai toujours trouvé d'excellente qualité.

Il n'est pas biologique mais vient d'un des meilleurs fournisseurs de chocolats français qui propose pourtant du chocolat bio dans sa gamme. Il ne vend peut-être pas le beurre de cacao bio mais seulement le chocolat transformé ...

Leurs fèves proviennent de plantations de plusieurs pays du monde. J'ai eu droit à une discussion très instructive avec mon chocolatier et devant son étonnement sur l'usage que j'en fais, je lui ai promis de fabriquer un savon spécialement formulé pour SON équipe avec SON beurre de cacao.

 

Article d'une chanceuse qui a effectué des stages de... cuisine à manger dans les usines de cette marque. Que vous êtes gourmandes, ce n'est pas de la cosméto-cuisine !


          Du coup, j'hésite à utiliser ce beurre de cacao dans mes savons... même si je crois qu'à l'instar de la cuisine, les bons produits de beauté sont faits à partir des meilleurs ingrédients et qu'en général, je ne lésine pas sur les bonnes huiles à saponifier.


100_2708
Le beurre du chocolatier

 

          C'est donc cette augmentation de prix qui m' a interrogée et poussée à rechercher les conditions dans lesquelles est produite cette matière grasse divine au palais et qui est tout aussi bonne pour nos lèvres et nos peaux desséchées.

Se pose aussi un réel problème quant à la qualité du chocolat que nous consommons puisqu'une directive européenne permet l'adjonction de 5 % d'autres matières grasses que le beurre de cacao dans les chocolats.

Les substituts peuvent contenir beaucoup de mauvaises graisses hydrogénées donc fuyez les barres chocolatées, les céréales chocolatées industrielles pour vos enfants et lisez bien les étiquettes.

Et c'est aussi à cause de ça que je suis là à vous bassiner avec ... la botanique du cacaoyer, par exemple. Ce ne sera pas long et il y aura plein d'images prises sur Go...e images.



          De son petit nom Theobroma cacao, le cacaoyer est un arbuste très curieux car il porte les fruits (ou cabosses) directement sur le tronc. C'est assez cocasse quand on le voit.

fruits_sur_tronc


Il fait partie de la famille des Malvacées (vous trouverez aussi Sterculiaceae dans certaines publications) .

Qui appartient aussi à cette famille et qu'on connait bien en cosméto et santé naturelle? L'Hibiscus, le coton, la guimauve, les mauves ... mais aussi les très décoratives roses trémières et autres lavatères.

fruits_du_cacaoyer

 

           Les fruits mûrs sont récoltés à maturité, les fèves sont récupérées et mises à fermenter pour retirer la pulpe blanche, réduire l'amertume et développer le futur arôme.

cabosse_de_cacaoyer

 

Ces fèves sont ensuite mises à sécher puis torréfiées, concassées et pressées pour obtenir la masse de cacao.

Cette masse ou pâte de cacao est marron puisqu'elle contient le tourteau torréfié et c'est à partir d'elle que l'on obtient le chocolat noir par adjonction de sucre.

 

          Le beurre de cacao légèrement jaune que l'on connait est obtenu par expression de la masse de cacao.

Le tourteau est ensuite réduit en poudre pour donner la poudre de cacao noir qui peut être sucrée aussi avant la commercialisation. Il contient encore un peu de beurre sauf lorsqu'il est dégraissé.

C'est la fève concassée (grué de cacao) que l'on introduit dans ces plaquettes de chocolat aux éclats de cacao mis à la mode il y a quelques années.

   

 La composition chimique du beurre de cacao permet d'expliquer son aspect dur et cassant mais fondant à la température du corps et dans la bouche pour le chocolat.

Il contient, en effet, des glycérides et des acides gras saturés (acide stéarique, palmitique...) mais aussi des mono-insaturés (acide oléique comme l'huile d'olive par exemple).

Il est donc:
- émollient
- nourrissant
- permet d'apporter une superbe texture aux crèmes et laits qui en contiennent lorsqu'il est correctement dosé. C'est un agent de consistance auquel on ne pense pas assez.

 

          Le beurre de cacao est à mon avis, incontournable dans les baumes pour lèvres en association avec la cire d'abeille. Ces deux ingrédients permettent d'éviter un dessèchement rapide de cette zone dépourvue de sébum et soumise à tant de mouvements, surtout chez les incorrigibles bavardes comme nous, les filles.

Dans un savon, il apporte beaucoup de richesse et de douceur à la mousse dès 5% et permet de durcir légèrement le savon final. Bla, bla, bla ...

Et bla bla bla et...

 

          Bon alors, on passe enfin à la formule de ce satané savon du chocolatier?
Oui, oui. Oh là là, la voilà:


100_2699
Tampon indien que vous connaissez déjà


31% coco
30% olive bio
15% beurre de cacao du chocolatier
15% palme bio
9% colza bio

Soude et eau pour un surgras de 7%
vitamine E, soie et lactate de sodium
argile rouge et poudre de cacao bio
HE biologiques d'orange douce, de lavandin et de cèdre de l'Atlas (j'adore ce mélange très fruité).


J'ai volontairement diminué la proportion d'huile de palme dans la formule car les 15% de beurre de cacao compensent largement la dureté qu'elle apporte au savon..

          Rien de bien particulier au final que si ce n'est qu'au séchage, ils ont développé une couleur un peu plus claire dessus et dessous donnant l'impression que le gâteau savon est fait d'une épaisse couche de chocolat noir posée entre deux fines couches de chocolat au lait.

Je regrette de les avoir tamponnés comme ce savon-ci. Ils auraient été plus gourmands.

100_2703
La photo est malheureusement sur-exposée      


            Si vous avez bien suivi depuis le titre, vous devinerez que je vais partir comme chaque année, sur une série de produits à base d'un même ingrédient.

L'an dernier, ce fut l'huile d'olive. Cette année, je voudrais que ce soit le beurre de cacao.

          Selon la formule consacrée, si je trouve l'énergie pendant l'automne et l'hiver, je ferai avec cette matière grasse:

- des savons (contemplez ceux de Catherine plus vrais que nature et sans beurre de cacao. Le très joli savon au beurre de cacao et sans huile de palme qu'elle avait montré sur ce blog a malencontreusement été supprimé)

- des baumes à lèvres (en attendant voici la recette de Profiteresse, celle de Venezia, celle de Pat)

- des baumes en barres selon la recette que je fais et refais sans cesse depuis tant d'années (recette de base au fin fond du forum des Plaisirs).

- un lait corporel nourrissant ou une crème, je verrai bien

- un produit de bain ludique

- un gommage corporel

- un produit capillaire

- un nettoyant visage

...

 

En attendant, je fais une petite cure de chocolat à laisser fondre sous la langue. Si, si, je vous assure, le docteur le permet à doses modérées, c'est bourré d'anti-oxydants, ma bonne dame!

Quelques arguments pour vous déculpabiliser d'en consommer


100_2692
Hhmm, on en mangerait!

Karitéa

Savonnerie

Par lloulou

P8290095Voici ma recette de savon au beurre de karité et à l’argile rose.

Ce savon est une des premières recette de savon non copiée de chez les Voisins http://www.banlieusardises.com/voisins/index.php?sid=5dd0a32211dc2b63ef465d8e51902c6f . Donc, la recette était plutôt intuitive… et pas vraiment raisonnée. Cependant, je savais que je voulais un savon bénéfique pour peau d’où l’apparition du beurre de karité. A l’époque, ce dernier ne jouissait pas de sa popularité ni de l’engouement que nous lui connaissons toutes aujourd’hui ! ! !

Je voulais aussi faire des essais de " barbouillages " avec une couleur. J’ai opté pour l’argile rose qui non seulement donnerait de la couleur mais serait douce pour la peau.

Le choix des huiles essentielles était simple car à l'époque je trouvais que c'était dommage de mettre ces petites merveilles en présence de soude caustique... (d'où la faible concentration)

Je n’ai pas modifié la recette depuis car, à ma plus grande surprise, dès le départ, les commentaires furent très positifs. Commentaires émanant de personnes ayant des problèmes de peau :

une petite fille à qui je l’ai offert à décrété à sa maman, du haut de ses 6 ans, qu’elle ne voulait plus de savon D-ve spécial peaux délicates car le mien " lui " ne piquait la peau comme l’autre! ! !

Un ami qui avait des problèmes cutanés " très apparents " sur le visage ont été apaisés avec l’utilisation de ce savon.

Lorsque je dis que je n’ai pas modifié la recette depuis le début… et bien je vous raconte des histoires… En fait je rajoute maintenant de la soie.

J’ai aussi fait des essais en rajoutant à la trace de la poudre d’alun car un lot de savon s’est mis à rancir. Dommage, pour un si joli savon, non ? Mais en fait, le problème provenait probablement du beurre de karité que j’avais utilisé. Il s’agissait d’un petit morceau que le vendeur disait être seulement pour les savons… J’ai compris pourquoi ! ! !

Alors s’en plus tarder,

La recette :

45,9 % de lard

11,12 % d’huile de noix de coco

20,22 % d’huile de canola (colza)

17,69 % d’huile de tournesol

5,05 % de beurre de karité

Soude caustique et eau à calculer

Surgraissage à 5 %

Ajouts :

Soie

Argile rose - 1 c. à thé/500 g de pâte à savon

Vitamine E - 0,5 ml/500 g

1,5 % d'huiles essentielles de cymbopogon martinï et de lavandula X hybride

Au début de la trace, je prélève un peu de pâte de savon pour mélanger l’argile rose et je réserve pour la fin.

Une fois tous les ingrédients ajoutés à la trace, je coule la pâte de savon et je verse le mélange d’argile et fait quelques vagues avec une fourchette pour donner un effet de couleur.

Au final, un savon sans prétention marbré rose et blanc. J’ai aussi essayé de mélanger directement l’argile rose à la trace. Mais je n’ai pas aimé les savons unicolores obtenus. Et oui, que voulez-vous, on s’attache à ses premiers savons tels qu’ils étaient au départ malgré leurs imperfections…

BIAF'arôme: Soin anti-coups de soleil et brûlures

Aroma beauté, bien-etre et santé

Par atelierdemichele

           Chabou m'avait demandé si l'on pourrait fabriquer une BIAF..E en naturel, ce médicament contre les brûlures que tout le monde connait.
Ma réponse avait été négative car c'est un analgésique qui en fait l'efficacité.

            En y réfléchissant, la veille  du départ en vacances (Canalblog permet de rester en contact avec le blog malgré mon absence), j'ai sorti fioles et flacons en pensant refaire ce lait dont Venezia m'a relaté l'effet apaisant sur une piqure d'insecte.
Ne le faites pas pour un effet préventif, je ne le pense pas très efficace contre les attaques de moustiques. Par contre, il est superbe pour les gratouillis, les irritations etc.

            Pour en revenir à ma crème contre les coups de soleil, voilà, c'est fait:

100_2665
Douce émulsion contre les coups de soleil

 

            Je vous parlerai de l'efficacité à mon retour mais je peux déjà vous dire que sur une piqure de bête (guêpe) sur le poignet pendant la fabrication, ça a été redoutablement apaisant et très antalgique à défaut d'analgésique.
L'effet anti-inflammatoire est étonnant.

            Voici en gros la composition de la Biaf..e :
Trolamine, stérarate d'éthylène glycol, acide stéarique, palmitate de cétyle, paraffine, perhydrosqualène, propylène glycol, huile d'avocat, alginate de trolamine et de sodium, arôme yerbatone, conservateur et eau.
Soit des agents émollients, réparateurs et hydratants en plus de l'analgésique.

 

             En naturel, pour fabriquer une émulsion contre les coups de soleil, il faudrait donc:

- des agents hydratants

. Glycérine
. Hydrolats
. Silicium organique
. Aloe vera (surnommée "plante à brûlures" dans le Pacifique). Incontournable dans ce type de soins.

- des corps gras nutritifs, émollients et réparateurs

. Beurre de?  du  beurre de? de karité bien sûr (à la place de l'huile d'avocat également riche en insaponifiables)
. Huile de  rose musquée (selon les Clergeaud: cicatrices, brûlures, coups de soleil)
. Huile d'olive ( nourrissante, pénétrante, rafraichissante. Clergeaud)
. Huile de soja ( dermatoses, reminéralisante. Clergeaud)
. Squalane (émollient, empêche la déshydratation)
. Un soupçon de cire d'abeille pour limiter les pertes en eau d'une peau brûlée

- des apaisants, cicatrisants et anti-inflammatoires

. Hydrolats de lavande, de laurier, de camomille matricaire
. Aloe vera  et karité à nouveau
. Huiles essentielles reconnues pour le traitement des brûlures: Lavande aspic, géranium Bourbon et hélichryse italienne (d'après Franchomme et Baudoux)
. Calendula (Calendula officinalis) et Millepertuis (Hypericum perforatum)
. Huiles d'andiroba et calophylle inophyle
. Bisabolol (très apaisant pour les peaux irritées)

 

          Tout ça donne une formule générale simplissime avec les émulsifiants de votre choix pour obtenir une émulsion fluide pour favoriser l'étalement mais pouvant se mettre en tube pour plus d'hygiène:

- 25% phase huileuse: huiles et macérats, beurres et cire d'abeille (1 à 2%). La rose musquée et le millepertuis me semblent indispensables.
- phase aqueuse: glycérine, aloé vera, hydrolats de lavande, de menthe poivrée, de camomille, de laurier, de carotte...
- agents actifs: bisabolol, CO2 de calendula,  de camomille et/ou de carotte, 5% d'huiles essentielles (lavande aspic, géranium bourbon, hélichryse italienne, bois de rose...)
- Conservateurs et vitamine E (ou autre anti-oxydant): ils sont indispensables d'autant que le tube peut être amené à être promené dans la voiture, le sac, des salles de bains différentes etc. et que l'huile de rose musquée est très oxydable.

 

***Le millepertuis est photosensibilisant.

Ce produit ne doit JAMAIS être appliqué avant une exposition solaire.
C'est un soin pour traiter les coups de soleil légers et qui ne doit pas dispenser de bien se protéger avec une crème solaire efficace.

Pour des coups de soleil ou brûlures plus graves ou chez de jeunes enfants, évidemment, courez chez le médecin!***

 

          Vous trouverez ici la formule d'un savon fabriqué par Catherine qui y développe les multiples propriétés de l'huile de Tamanu.
Pour ne pas avoir une odeur trop curieuse, j'ai malheureusement dû diminuer les proportions de tamanu et d'andiroba qui sont pourtant des huiles excellentes pour les coups de soleil et pour apaiser les peaux irritées.

 

          Et ici, un article sur les propriétés et le mode de fabrication de l'huile de millepertuis sur le nouveau blog de Bluetansy.
Elle y rappelle que c'est l'une des rares macérations huileuses qui se fait avec des fleurs fraîches pour y puiser l'hypéricine active.
J'ai eu la chance cette année d'avoir assez de fleurs dans mon jardin pour faire mon propre macérat, le seul que j'achetais jusque là

Encore un complément d'informations sur le millepertuis chez Zenbiloba.

         Enfin, ici, un autre article sur la fabrication de l'huile  de pétales de calendula par Zinette. S'il n'y a qu'une seule macération huileuse à avoir à la maison, ce serait celle là.

Heureusement que les copines travaillent, ça m'évite de le faire ;-)


100_2666
Le tube "Croix-rouge"


Formule de ma BIAF'arôme

** phase grasse

- 5% macération de millepertuis maison sur olive bio
- 3% beurre de karité bio
-3% macération de calendula bio sur soja bio
- 3% émulsifiant VE
- 3% cétyl esters (ou alcool cétylique pour une crème plus ferme sinon 2% suffiront)
- 2% huile d'andiroba du Brésil offerte par Venezia
- 2% squalane d'olive (émollient, composition très proche de celui du film hydrolipidique)
- 1% cire d'abeille blanche (agent filmogène évitant la déshydratation)
- 1% acide stéarique (co-émulsifiant, épaississant)
- 1% huile de tamanu (calophylle inophyle) offerte par Catherine


** Phase aqueuse

- 20% HA (hydrolat) de menthe poivrée bio (rafraîchissant, antalgique)
- 15% HA de camomille matricaire bio
- 10% Silicium organique (facilite l'étalement)
- 5% HA de laurier (très efficace comme celui de carotte achetés ici). Les HE correspondantes sont extras, de même que leur criste marine!
- 5% HA de lavande bio
- 5% glycérine végétale bio (agent hydratant)
- 4% émulsifiant MF

- 1% aloe vera concentré x 200 (hydratant, apaisant, très antalgique)


** Troisième phase

- 5% Huiles essentielles (pour 50g d'émulsion: 40 gttes de lavande aspic, 20 gttes de géranium de Madagascar, 15 gttes d'hélichryse d'altitude corse bio de Vitalba que j'adore)
- 3% huile de rose musquée bio
- 1.5% vitamine E (mixed tocopherols)
- 1% bisabolol
- 0.5% conservateur

Appliquer dès que possible après avoir rafraichi la peau ou la brûlure à l'eau froide pendant 10mn.
Renouveler l'application 2 ou 3 fois de suite jusqu'à refus de la peau.

Pas d'usage prolongé.


          L'émulsion contre les coups de soleil obtenue est fine grâce aux cétyl esters qui épaississent moins que l'alcool cétylique.
L'odeur semble moins "fraîche" que l'original mais nous, on n'a pas peur de sentir les plantes!

           Voilà ma Chabou, je pars si vite qu'il me sera impossible de t'en envoyer mais le coeur y était. Tout le temps de la fabrication, j'ai bataillé pour n'en faire que 50g;  à force d'utiliser un mixer électrique, je ne sais plus jouer du poignet surtout après une attaque de guêpe ;-).

           Bonnes vacances à tous et n'oubliez pas de vous protéger ! 

Bon, je peste, je rage car j’ai perdu mon brouillon sur Canal Blog, et l’inspiration n’est plus au rv ! ! ! Je recommence ! ! ! Je tiens aussi à préciser que la recette initiale provient du Net mais... impossible d'en retrouver l'origine, alors si quelqu'une reconnaît "un peu de sa progéniture..." qu'elle se manifeste afin que je puisse rendre à César ce qui lui revient!

Alors Catherine (et les autres bien sur aussi), voici ma recette de démaquillant " capotant ". Et oui, j’adore mon démaquillant, ce sont des retrouvailles très agréables tous les soirs ! ! ! Des retrouvailles douces et que dire sur le plan olfactif ! ! ! Enfin, il faut aimer l’odeur du macérat de vanille.

Il s’agit d’un démaquillant qui peut être utilisé de différentes façons :

Soit en massant le visage avec une noisette de produit, ensuite, mettre un tout petit peu d’eau dans le creux des mains et masser à nouveau le visage et vous obtiendrez ainsi un effet " lait ".

Vous pouvez ensuite rincer selon votre choix. Moi, j’utilise une débarbouillette de bébé qui a une face un peu rugueuse et une plus douce. J’utilise la première pour éliminer le démaquillant et repasse avec la deuxième pour finir d'essuyer le visage. Je joue avec les textures et ces massages successifs du visage. Ces textures différentes et l’odeur contribuent à relaxer le visage et l’esprit aussi  (en tout cas le mien ! ! !)

De temps à autres, si je n’ai pas de maquillage, j’utilise ce démaquillant comme crème de nuit. Mais juste de temps en temps car le pourcentage en huile est plus élevé que pour une crème régulière pour le visage (48 %). Je trouve qu’au réveil, ma peau est bien hydratée et que le contour des yeux est " repulpé " ! ! !

La recette :

60 g d’eau

40 g de macérat de vanille

10 g d’huile d’avocat

10 g de macérat de calendula

5 g de cire émulsifiante

2 gellules de Vit. E

1/8 de c. à thé de xanthan (facultatif)

Conservateur

Le macérat de vanille pourrait être un remplacé par un macérat de camomille pour ses effets anti-inflammatoires, ou par tout autre macérat ou par une huile végétale. Mon macérat a été réalisé avec 1 gousse de vanille fendue en deux et coupée en morceaux dans de l’huile de pépins de raisins.

L’huile d’avocat est hydratante grâce à la lécithine qu’elle contient. C’est un bon protecteur cutané. Une huile indispensable pour les peaux vieillissantes matures . C’est une huile qui est très bonne pour le contour des yeux.

Le macérat de calendula est utilisé ici pour ses vertus cicatrisantes, calmantes. Ce macérat est réalisé avec des fleurs séchées dans de l’huile de pépins de raisins.

Ma concentration de cire émulsifiante est un peu faible mais permet de jouer avec la texture de produit final. La concentration de 5 % donne un lait. On peut augmenter à 8 g pour avoir une crème ou bien encore rajouter 1/8 de c. à thé de xanthan pour avoir un effet de gel. Etant donné que je n’utilise plus que ce démaquillant, je joue avec la texture chaque fois que je le refais.

Je n'ajoute pas d'huiles essentielles dans cette recette puisqu'elle est uniquement de "passage"!

La recette en pourcentage :

Eau 48 %

Huiles 48 %

Cire émulsifiante 4 % à 8 %

Conservateur

Ajouts facultatifs : Vit. E, xanthan

Voilà Catherine  (et les autres bien sur aussi), ma recette de démaquillant "capotant". Etant donné que tu es "vites sur le piton", je suis certaine que nous aurons très vite tes commentaires sur ce démquillant. Je suis curieuse de savoir si tu le trouveras "capotant"!!!

PS: et non Michèle, pas de karité. Mais ma recette de savon s'en vient...


           Je pars en vacances dans une dizaine de jours et je n'ai pas pu fabriquer de soins chouchoutages pour partir malgré la longue liste de formules écrites dans mon carnet.
L'année a été longue et ardue donc je ne rêve que de simplicité et de calme, même dans mes cosmétiques.
Je pensais vaguement mettre un flacon d'huile polyvalente dans ma valise et basta!
100_2641

           Mais, je suis tombée sur les produits de Senke (j'adore...) et je me suis dit: "oh allez, une huile bi-phasée, même dite fine pour le corps, tu la fais directement dans le flacon, tu ne pèses rien et même la veille du départ, c'est bon".
L'INCI est vraiment simplissime. Tout est dans le flacon, la couleur, l'histoire, le parfum et le site.
Que du rêve...

           Et puis, j'ai ouvert le tiroir à huiles et ça a été le début de la dégringolade de pourcentages.
N'ouvrez jamais votre placard d'huiles alors que vous êtes fatiguée et rêvez de simplicité car vous pouvez tomber sur... l'huile de concombre.

Oui vous avez bien lu: huile pressée de graines de concombre achetée chez Luminescent au Royaume Uni.
Quand je l'ai reçue il y a des mois, en mettant mon nez sur le flacon, j'ai perdu 30 ans 20 ans d'un coup.

          Vous avez peut-être utilisé ces masques peel-off au concombre pour peaux jeunes à problèmes comme on dit aujourd'hui.
J'adorais cette odeur de concombre, pétillante, fraîche et purifiante, certainement issue du pur synthétique.

Et bien, l'huile de graines pressées sent exactement la même chose!
Immédiatement je l'ai associée à la légèreté de mon adolescence.
J'essaie de capturer cette senteur dans des savons au concombre (jus et pulpe) mais la fraîcheur ne persiste jamais bien longtemps, quoique je les trouve toujours très emollients si on peut le dire d'un savon .

100_2647
Savon au concombre et à 40% de coco pour le frérot qui aime les savons costauds. Mais, il est trop doux!

          J'en fais donc une huile corporelle fraîche, légèrement raffermissante et hydratante (puisque bi-phasée sur le papier) mais aussi réparatrice et quelque peu apaisante si nous croisons le soleil.

100_2645
Petit flacon à offrir

 

**Généralités sur les huiles bi-phasées**

- Pour ne pas utiliser de conservateurs, choisir uniquement des hydrolats en phase aqueuse.
La phase huileuse flotte au dessus de la phase aqueuse la protégeant un peu.

- Choisir un flacon vaporisateur.

- mettre beaucoup de phase aqueuse.
Les proportions idéales à mon avis seront de 50/50 ou mieux 40huileux/60aqueux.

- Choisir des huiles fines si on les veut vaporisables.

Un exemple:
- 40% phase huileuse: jojoba, coco fractionné, macadamia, anti-oxydants.
- 60% phase aqueuse: hydrolats à choisir pour leurs propriétés ou leur odeur, silicium organique, glycérine (2%) , teintures alcooliques (5/10%)

+/- agents actifs que je conseille vivement car ces formules à laisser sur la peau peuvent être un peu rustiques: Vitamines, hydratants, CO2, huiles essentielles..
De plus, les agents actifs du commerce sont souvent conservés et tout ça participe à la conservation de votre produit.

 

Pour les visages sujets à imperfections( pores dilatés, boutons...) , je trouve que les huiles bi-phasées peuvent être comédogènes.
N'hésitez pas à charger en anti-oxydants et à les terminer sur le corps si vous voulez un soin rapide à utiliser en attendant une vraie émulsion.

 

  100_2636         
Actifs faits maison avec plaisir

 

Formule de "l'huile fraîche au doux concombre"

** Phase huileuse:

- 17.3% Huile pressée de concombre (je ne connais pas les macérats de pulpe fraîche de concombre)
- 10% huile de coco fractionné (très fluide, très stable, effet sec et inodore)
- 5% insaponifiables de karité (chez Zinette)
- 5% huile de jojoba bio (fine, inodore et filmogène)
- 0.5% huile de la Saint Jean fait maison sur olive bio (macérât de millepertuis, excellent anti-inflammatoire après-soleil mais risque de photosensibilisation. J'en ai mis très peu pour cela et c'est une huile à appliquer le soir après la douche qui suit une journée de mer et de piscine)
- 0.3% antiox COS (anti-oxydant à remplacer par de la vitamine E)

**Phase aqueuse:

- 15% hydrolat (HA) de rosa damascena bio
- 13% HA de Patchouli (de Luminescent découvert grâce à Venezia, fournisseur de l'huile de concombre)
- 10% HA de santal ( très, trop peu odorant sinon ça sent le pipi cèdre)
- 5% HA de rosalina (même famille que le tea tree chez Bilby)
- 5% silicium organique ( pour améliorer le glissant car il n'y a pas d'émulsifiant)
- 5% mélange de teintures maison
(pétales de rosa centifolia du Pérou offertes par Malegria, lierre sauvage de la forêt, jasmin du Brésil offert par Venezia)

** Actifs:

- 3% sea silk (hydratant, soyeux et glissant chez Bilby)
- 3% silk gel (excellent hydratant chez Aromantic)
- 2% extrait de chondrus crispus (extrait de varech hydratant filmogène , tenseur et effet fraîcheur, Gel-alg ou silicone végétal chez AZ)
- 1% bisabolol (extrait de la camomille réparateur)
- 1% extrait HG maison de camomille matricaire
- 0.5% vit A (rétinyl palmitate)
- 0.3% extraits CO2 (carotte, calendula, amaranthe)

Quelques gouttes d'extrait de betterave pour contraster la couleur de la phase aqueuse.

 

Le mode opératoire est si complexe que j'hésite à en parler.
Suivez bien, c'est touffu.

- Introduire les ingrédients huileux un à un en les pesant:

100_2628

 

- Poursuivre par les ingrédients aqueux:

100_2629

 

- Agiter à l'aide d'une baguette pour bien mélanger:

100_2630

 

- Introduire dans un flacon vaporisateur en verre:

100_2632

 

- Le choisir tout de même un peu doré pour le chic:

100_2631

 

- Vaporiser sur le plan de travail pour vérifier que ça fonctionne bien:

100_2635

Vite, passer la main dessus (faut pas gâcher), essayer sur le dos de la main, porter sa main au nez, humer et rajeunir...

Car l'odeur de concombre est intacte. Elle n'a pas été modifiée par celle des hydrolats pourtant très francs hormis le santal qui est bien neutre.

N'est-ce pas que ça valait le coup de se concentrer en réalisant ces opérations cosmétologiques de haut niveau?
;o)))

100_2642

Le lendemain, sauter de joie en voyant que ce n'est pas un biphasé mais un tri voire un quadri-phasé.
En mettre dans un petit flacon pour donner à sa testeuse volontaire préférée.

Penser à en refaire si c'est stable d'ici le départ car 100g c'est trop peu... quand on veut rajeunir.

Et trouver pourquoi l'ajout de silicium organique (je crois que c'est lui) donne plusieurs phases.

Lait démaquillant pour les yeux

Soins du visage

Par CatherineNC

J'avais besoin d'un démaquillant pour les yeux ; je n'aime pas les bi-phasés ni l'impression  laissée par les huiles sur les yeux.
J'aime le concept du lait mais aucun n'est suffisamment efficace pour se débarrasser totalement du maquillage.

J'ai essayé de faire  un produit qui ait l'aspect et la consistance du lait avec l'efficacité d'un produit assez gras pour dissoudre le mascara (j'emploie du "non water-proof") et un trait de crayon eye-liner.

J'ai donc pensé à un produit tout simple composé  moitié huile, moitié eau, avec un peu d'ester de sucre pour la consistance et un peu de polysorbate pour l'homogénéité.

Voici ma petite formule, toute simple :

- 10 gr d'HV de ricin
- 10 gr d'HV de colza
- 10 gr d'HV d'amande douce

- 15 gr d'HA de bleuet
- 15 gr d'HA d'helichryse

-  2 gr de sucro-ester
-  3 gttes de polysorbate 80
-  1 gélule de vitamine E
-  conservateur (quantité en fonction de celui choisi)

Mettre dans un becher, à froid,  les huiles, les hydrolats  et l'ester de sucre.
Mixer à grande vitesse ; le mélange n'est pas tout à fait homogène ; ajouter alors le polysorbate, mixer à nouveau, le mélange devient alors homogène ; ajouter ensuite la vitamine E et le conservateur, bien mélanger.

On obtient alors un joli lait très fluide qui ne s'est pas séparé aprés 10 jours :


DSC01384


Je trouve ce produit aussi efficace que les démaquillants  vendus dans le commerce.
Je n'ai pas jugé utile d'ajouter autre chose car ce lait n'est pas destiné à rester sur la peau ; personnellement je termine le démaquillage avec un coton imbibé d'hydrolat pour ôter toute trace de résidu et toute sensation de gras que je ne supporte pas sur cette zone du visage.

Voilà donc un petit produit facile, vite fait et efficace.

Savon pour "Homme à la peau dure" (EDIT)

Savonnerie

Par CatherineNC

Après ce beau savon, réalisé par ces filles de toutes les couleurs, celui-ci vous paraîtra bien quelconque mais tant pis,  après tout, je n'ai que deux mains moi... hihi....

Les maris de plusieurs de mes copines adorent se laver le corps avec mes "savons de cuisine au café" !
Ah ces hommes, vous leur faites des savons doux et ils préfèrent ceux qui arrachent...

J'ai donc décidé de faire un savon, spécialement pour eux, pour décaper leur peau de brute, qui mousse bien et qui sente fort... et oui, la finesse de l'odeur des huiles essentielles n'est pas suffisante pour eux, (je les réserves aux savons que les filles apprécient..)

J'ai fait quelques fois un mélange d'huiles qui donne un savon à belle mousse, 25 % palme, 25 % coco, 25 % olive et 25 % pépin de raisin. J'ai donc utilisé ce mélange spécialement pour ces messieurs, en incorporant à la trace du son d'avoine macéré dans du lait condensé non sucré et du miel, pour adoucir le côté trés râpeux de la poudre de noyau d'avocat faite maison, incorporée à la trace ; j'ai choisi la fragrance Oatmeal Milk and Honey qui est ma préférée.

Voici comment utiliser le noyau d'avocat :

Aprés avoir dégusté votre avocat, prenez le noyau, enlevez la pellicule marron qui le recouvre et coupez le en petits morceaux (la matière est assez tendre et facile à couper).


DSC01310DSC01311








Le noyau s'oxyde très rapidement au contact de l'air et prend une couleur marron rouge.

DSC01328DSC01309

 







Laissez sécher ces morceaux 3 semaines, ils foncent et durcissent assez pour être passés au moulin à café et réduits en poudre.


La recette pour 500 gr de savon environ, surgraissé à 9 % :

- 125 gr HV palme
- 125 gr HV coco
- 125 gr HV olive
- 125 gr HV pépin de raisin (un macérat de vanille à renouveller)

160 gr d'eau     ( donné  par le calculateur THE SAGE, valeur moyenne )
soude pour un surgraissage à 9%

J'ai dilué la soude avec 100 gr d'eau seulement et gardé les 60 gr restants pour le lait concentré non sucré (dans lequel avait macéré du son d'avoine pendant plusieurs jours), lait qui a été ajouté à la trace.

A la trace :

les 60 gr de lait (j'ai ôté le son d'avoine en le passant)
1 cuillère à soupe de miel
2 cuillères à café de poudre de noyau d'avocat
1 cuillère à soupe de fragrance Oatmeal Milk and Honey
4 capsules de vitamine E

S vous n'avez pas de moule, vous pouvez utilisez ces pots de crème dessert d'une marque bien connue, présente dans toutes les grandes surfaces ; votre savon se démoulera trés facilement et aura une jolie forme.


DSC01303DSC01324







Ce savon est doux, crémeux, mousseux...

DSC01319DSC01315

 

 

 

 

mais je le laisse aux hommes, aux durs, parceque il gratte.... et moi je n'aime pas quand ça gratte !

 

@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@

 

Edit :

Je vous parlais d'un savon exfoliant à la vanille qui mûrissait.

Et bien celui-ci est beaucoup plus doux et je l'accepte facilement sur ma "douce peau".

Je ne retrouve plus la recette, je ne l'ai pas noté sur mon cahier... mais la base est à peu près la même que celui du dessus, sans le lait concentré.

J'ai utilisé des gousses de vanille issues de macérats maison, je ne voulais pas les jeter, alors je les ai bien égouttées, séchées et mixées le plus finement possible (ce qui n'est pas facile).

Bien sûr, je n'escomptais pas qu'elles puissent encore restituer une odeur assez forte alors j'ai ajouté à la trace de l'oleorésine de vanille et de l'huile essentielle d'amandier amer (prunus amygdalus) que je viens de découvrir dans une pharmacie.


Celui-ci, je l'aime bien !

 

DSC01329

Sur mon ordi, les savons sont un peu bleus mais, en réalité, ils sont beaucoup plus bruns.

Le savon des abeilles

Savonnerie

Par atelierdemichele

          Encore un savon?!
Vous en voulez? Oui?
Alors, voici le savon des abeilles avec du miel, de la cire d'abeille et du lait de chèvre.

          J'ai testé une augmentation de la quantité de miel selon les indications de Loulou (mais je n'ai pas osé monter à 3/5% de cire) et ça a marché sans passer par la phase de gel malgré le lait!

100_2625

          J'utilise donc par précaution de la cire d'abeille en feuilles ( Bilby et Aromantic) que je trouve si fine pour les baumes.
Attention, toutes les cires en feuilles ne se valent pas.

J'ai même pu faire la saponification à 38° grâce au faible pourcentage de cire (1%).
Pour augmenter l'aspect "cireux" sans cire d'abeille, j'ai formulé avec de l'huile de jojoba bio que j'aime beaucoup saponifier.
Elle donne des savons plus denses et à la mousse serrée surtout en association avec du beurre de cacao. Mais ça reste un luxe...

          Pour la couleur dorée, j'ai terminé ma bouteille d'huile de germes de blé Emile Noël, l'une des seules huiles non bio de ma formule.
L'huile de germes de blé peut être pressée à froid mais est rarissime en version biologique.
Je n'en ai personnellement jamais trouvé alors qu'il existe des germes de blé frais bio, délicieux avec du miel et un yaourt.

Les meuniers biologiques fabriquent des farines complètes ou semi complètes. Il ne leur reste donc pas ou peu de germes de blé à vendre ou recycler.
L'huile serait peut-être prohibitive à extraire.

 

**Formule du savon des abeilles**

24% coco bio
23% olive bio
20% palme bio
17% arachide bio
7% germes de blé
4% jojoba bio
4% colza bio
1% cire d'abeille en feuilles


Soude et lait de chèvre bio selon le calculateur pour un surgras de 10%
Soie et lactate de sodium
2 cuill à soupe de miel bio liquide
10 capsules de vit E (l'huile de germes de blé est très, très rancissable)


Il n'y a pas de parfums ajoutés et je n'espère pas obtenir d'odeur particulière car la proportion de cire d'abeille est faible et ma merveilleuse huile de coco bio ne laisse pas son odeur dans le savon.

Peut-être qu'en augmentant encore la quantité de cires, vous obtiendrez l'odeur caramelisée. Mais alors, attention à la texture.

Attention également à la présence d'arachides dans la formule pour les allergiques.

 

**Problèmes rencontrés au cours de la saponification**

- Le mélange de soude dans le lait gelé s'est fait très lentement pour éviter de brûler le sucre du lait.
La soie s'est très bien mélangée à ce stade.

100_2621

Mais lors de l'ajout du miel, la couleur rouge est arrivée comme ici sans surprises mais au cours du mélange, la soie a précipité en gros "mottons" que j'ai dû éliminer en partie malgré un mixage électrique vigoureux!

100_2622

Il faudrait peut-être éviter l'association lait/soie/miel/soude/lactate.
J'ai peut-être un peu exagéré là...

- J'ai voulu texturer le savon pour figurer les rayons de cire avec du bulle plastique comme je l'ai vu sur un blog un jour de surf internet.
Mais au cours de la nuit où je saponifiais, seule dans ma grotte, à la lueur des torches, j'ai du oublier de chausser mes lunettes de taupe bigleuse et j'ai posé le film à l'envers...

100_2623

Le matin venu, oh horreur!

Les savons sont à peine texturés donc j'ai réalisé les loges à main levée avec un pique à brochettes en métal.
Allure rustique garantie malgré une formule plus qu'onéreuse!

 

100_2624


**Succès rencontrés au cours de la saponification (il ne faut pas se laisser abattre!)**

- La très jolie couleur jaune paille est due aux huiles colorées (jojoba golden bio, colza bio et germes de blé).
Elle s'intensifie avec le séchage et la texture du savon est bien plus fine que mes formules habituelles.

- La mousse jaune également (?) est serrée et ressemble à de la crème si on frotte longuement le savon.
Pour l'instant, ils sont trop frais pour que je les utilise pour le corps mais ils promettent du bonheur sous la douche!

Décidément, ce savon m'a réservé de nombreuses surprises.
Il va falloir encore en refaire pour dissiper ces mystères...

100_2627

 

"Mon Marseille de soie": Savon de Marseille surgras

Savonnerie

Par atelierdemichele

          Comme elle n'a pas voulu me prêter son mari (et elle a bien raison), j'ai récidivé avec le tampon en bois traditionnellement utilisé en Inde pour teindre les textiles.

100_2613

          J'avais déjà tenté de marquer un savon blanc au coco quelques jours après la fabrication.
Comme il était déjà trop dur, l'empreinte ne se faisait pas et j'ai fini pas le marquer avec du charbon en poudre.

          Aujourd'hui, je vais vous parler du dernier (j'en fabrique beaucoup en ce moment!).
Il s'agit d'un savon de Marseille sur le modèle tropical (coco, palme, arachide) sans huile d'olive, comme Cyan m'en avait offert l'an dernier.

***Attention aux allergiques à l'arachide, ce savon est surgras! Il y a donc de l'huile d'arachide libre dedans. Il y en a qui sont morts d'un baiser au beurre de cacahuètes.***

Je ne retrouve pas la formule  sur son blog mais il était étonnamment peu dense, pâle,  presque transparent et elle l'avait baptisé "Massilia".
Cyan, revieeeent!

          Pour cet essai, j'ai utilisé le traditionnel 31 coco / 27 palme de Susan M. Cavitch mais j'ai enrichi la formule avec de la soie et du miel.
Car dans l'idée de tout le monde, le savon de Marseille d'aujourd'hui n'est plus vraiment doux sur la peau.
Chez les savonnières maison, non seulement il devient sublime de douceur et d'onctuosité mais il est simple et chic comme j'aime.

          Trêve de discours, je vous épargne mon blabla habituel,

 

*** le voilà dans sa robe indienne ***

100_2616 


*** Voici sa formule ***

Formule de mon Marcel de soie, zut! du "Marseille de soie"

42% huile d'arachide bio du Burkina Faso
31% huile de coco
27% huile de palme bio

Soude et eau pour un surgras de 10%
Miel de lavande bio

Lactate de sodium
Vitamine E

Soie super fine offerte par Moune
HE de lavandin bio et verveine du Yunnan bio

L'huile d'arachide bio est extrêmement odorante et vaguement écoeurante donc je parfume ces savons que j'aurais préféré laisser bruts.


*** Voici son mode opératoire ***


-  Le miel dans les savons est superbe, il sent très bon le caramel mais il fait monter la température très haut.
Les savons passent donc souvent par la phase de gel et si le miel est trop dosé, on peut avoir un savon friable, impossible à utiliser.

Ne connaissant pas la dose idéale (Susan reste étonnamment discrète dessus), je joue toujours de prudence et j'en mets très peu, trop peu pour avoir la magnifique odeur de caramel mais suffisamment pour dire qu'il y en a ;-)
Soit 1 cuillère à soupe pour 1,5 kg d'huiles à saponifier.

Pour éviter de le brûler et de trop faire monter la température, je l'incorpore à la soude diluée. La couleur rougit mais ne vous inquiétez pas, on ne la retrouve pas dans le savon.

*** On voit la température augmenter, voire la solution bouillir (attention donc pendant cette opération à laisser votre bocal dans un bain de glaçons et à avoir vos gants!)***


- Le moule choisi est très ouvert pour limiter la montée en température car je voudrais éviter la phase de gel et obtenir des savons bien blancs.

100_2611

Des moules individuels pourraient faire l'affaire.

Ces savons n'ont pas la transparence de ceux de Cyan à cause du miel, des proportions des huiles ou du fait de l'huile d'arachide qui est biologique et non raffinée, je ne sais pas trop...

 

- La température de saponification est volontairement basse (38°) toujours dans le but d' éviter la surchauffe.

 

- Le marquage au tampon se fait simplement au bout de deux heures pour cette formule, c'est à dire dès que la surface est suffisamment ferme pour supporter les coups de marteau sur le bois.

J'ai saturé la surface du tampon avec de l'huile d'olive avant de l'utiliser.

100_2615


Auparavant, j'avais tracé à l'aide d'une règle plate quelques lignes sur la surface pour bien centrer le tampon:

100_2614


*** Et voici sa mousse ***
 

100_2619
Simples et chics je vous disais...