Onguent anti-crevasses

Soins des mains et des ongles

Par atelierdemichele

          Ma masseuse a des crevasses récidivantes au bout de deux doigts et des talons.
Comme elle travaille beaucoup avec ses mains, il lui arrive d'être un peu handicapée quand ses doigts sont fendillés et douloureux.

Je lui ai proposé de lui offrir un soin anti-crevasses assez gras pour assouplir la peau mais pas trop gras pour qu'elle puisse éventuellement l'appliquer dans la journée entre deux lavages de mains.

           J'élimine les baumes pour d'évidentes raisons de pratique; Je penche plutôt pour une émulsion à mettre en tube pour qu'elle puisse se déplacer avec.

 

cosm_to_106

Le tube salvateur      

           L'émulsifiant qui me semble le plus adapté est l'Emulsifan CB ou Beheneth10 vendu par Aromantic.

Cet agent émulsifiant semi-synthétique est particulièrement destiné aux émulsions eau dans huile ou celles qui comportent une grande proportion de phase huileuse.

Je le trouve très facile à utiliser, c'est un dérivé éthoxylé comme la polawax qui permet de faire des émulsions fines et très légères qui pénètrent rapidement même avec beaucoup de gras.
C'est intéressant pour les peaux sèches qui ont besoin d'un peu de cires.

 

          Sur ce blog, j'ai déjà donné la recette d'une crème pour les ongles très grasse contenant beaucoup de lanoline.

Cette fois, je vais diminuer la lanoline et incorporer des huiles en plus grande quantité  pour avoir un produit moins couvrant.

 

cosm_to_104

 

Le beheneth 10 se présente sous une forme inhabituelle pour ceux qui sont habitués aux émulsifiants H/E, celle d'un savon "melt and pour" transparent  qui  se découpe facilement au couteau.


Formule de l'onguent anti-crevasses


- Phase huileuse:

5 Beurre de karité du Bénin
5 Graisse de canard (restes de Noël)
5 Huile d'argan cosmétique bio (offerte par  Moune)
5 Emulsifan CB
3 Substitut végétal de lanoline
3 Alcool cétylique
3 Huile de macadamia bio (offerte par A.)
1 Cire de jojoba
0.5 Vitamine E

- Phase aqueuse:

23.7 Eau de source St Georges
10 Hydrolat de myrrhe
10 Hydrolat de lavande maillette (offerte par Zinette)
10 Hydrolat de ciste ladanière bio
3 Glycérine végétale bio
0.3 Gomme xanthane

- Troisième phase:

3.5 Huiles essentielles
3 Extrait de calendula sur huile de coco fractionné maison (macérat huileux)
3 D Panthénol (vitamine B5)
2 Teca milk extract (extrait de centella asiatica) Merci encore à Moune!
0.5 Géogard 221
0.5 Vitamine A

Mesures en grammes ou %.

Le pH est correct pour cette formule. En cas de modifications, il sera utile de le vérifier et de le corriger le cas échéant.

Emulsification à 75/80°.

cosm_to_103
Après l'émulsification


Les huiles essentielles:

Choisies identiques aux hydrolats pour avoir le spectre complet de la plante.

Formule d'après D. Baudoux et A. Zhiri "Dermatologie, les cahiers pratiques d'Aromathérapie selon l'école française" Collection L'Aromathérapie professionnellement.

Gerçures, crevasses:

- 2ml HE lavandula latifolia spica (Lavande aspic)
- 0.5ml  HE Commiphora molmol (Myrrhe amère)
- 1ml HE Cistus ladaniferus CT pinène (Ciste ladanifère)
- 5ml HV Argania spinosa (Argan)
Eucerine pH5 ou beurre de karité ad. 30ml

1 application 3 fois par jour pendant 5 jours.

          J'ai gardé les proportions des HE, le beurre de karité et l'huile d'argan mais j'ai choisi la lavande maillette au lieu de l'aspic (certainement plus antibactérienne et antimycosique) pour avoir une odeur un peu plus acceptable.

Déjà que l'huile de ciste est difficile...

* 2g HE lavande maillette
* 1g HE ciste
* 0.5g HE myrrhe
pour 100g d'onguent.

 

          J'ai pesé les HE et prélévé la myrrhe avec le bout du thermomètre passé à l'alcool car elle est très pâteuse et impossible à faire couler.

D'après M. Werner et R. Von Braunschweig (L'aromathérapie. Editions Vigot), la myrrhe augmente la résistance de la peau et prévient les escarres;

Elle est antibactérienne et anti-inflammatoire.

          Dans le cas qui me préoccupe ici, les fissures et crevasses, je compte sur ses propriétés vulnéraires (qui aide à la guérison des blessures) et régénérantes.

 

 

          Le but est d'obtenir :

Une texture  souple et suffisamment malléable pour pénétrer les fissures (l'émulsifiant le permet). Cet onguent est à appliquer le soir en couche épaisse sur les doigts et les talons, sous un petit pansement si nécessaire.

Appliquer 2 autres fois dans la journée si possible jusqu'à guérison complète. Ne pas oublier de mettre quotidiennement un beurre ou une crème nourrissante sur les mains et les pieds pour écarter la récidive.

Le soin se devant en outre d'être isolant, cicatrisant et assouplissant.

cosm_to_107

L'onguent est souple mais ne coule pas si l'on renverse le pot.


- Les isolants

Cire de jojoba,
Emulsifan CB,
Substitut de lanoline,
Huile de macadamia.

- Les réparateurs et cicatrisants

Huile d'argan,
Beurre de karité,
Hydrolat de lavande maillette et son HE,
Hydrolat de ciste ladanière et son HE,
D Panthenol (ou vitamine B5),
Extrait de calendula,
Vitamine A.

Mais aussi un ingrédient précieux que j'expérimente pour la première fois grâce à Moune qui me l'a pourtant offert depuis au moins ... un an! Pardon Moune, je tarde, je tarde souvent à tester les cadeaux mais il ne faut pas désespérer!

C'est le Teca milk extract, extrait de centella asiatica riche en madécassosides (vous connaissez peut-être le madécassol (R) en pommade ou tulle gras).

Ce sont des principes très cicatrisants mais cet extrait végétal est aussi, selon le dosage, antibactérien, anti-cellulite, anti-âge, anti-vergetures, raffermissant ...

Bref c'est un produit miracle!
(Copaïba)

- Les assouplissants

Ce sont essentiellement les huiles végétales mais aussi, une audace suggérée par Malegria dans un soin pour les pieds abimés (  ici ) et expérimentée par Catherine avec succès (voir dans les commentaires).

Une autre graisse animale  que j'ai pu tester grâce à Venezia dans un baume au saindoux bio.

cosm_to_105


La graisse de canard appliquée régulièrement sur les pieds évite la formation de callosités et redonne une souplesse inattendue à la peau des talons.

Son odeur appétissante à table est difficilement supportable en cosmétique.
Heureusement que les 3% d'huiles essentielles la couvrent parfaitement.

 

 

         On obtient un onguent crémeux très blanc que j'ai coulé dans des tubes. L'odeur est bien "cistesque" au départ puis grâce au sucré de la myrrhe, le sillage devient plus ambré presque comme un parfum oriental.

cosm_to_106

          La pénétration est parfaitement facile, glissante et ne laisse pas de résidu gras tout en nourrissant la peau.

Espérons qu'elle retrouvera des doigts aussi doux et efficaces que les excellents massages qui font sa valeur!

 

 

 

 

 

 

 


Mhh il faut que je partage ça, d'autant plus que j'ai pioché des idées de ci de là sur ce blog.

Depuis quelques temps je redécouvre tant de choses que j'aime et que j'avais oubliées... comme ma manie de me préparer des huiles et des émulsions au lieu d'acheter des crèmes hors de prix, polluante et inefficaces.

*les copines* mais qu'est ce que tu nous a encore inventé...
*moi* bah quoi?
*les copines* bon c'est vrai que c'est bien mais c'est compliquéééééé puis c'est salissaaaaaaant

Oh joie bonheur de trouver de si jolis blogs quelques années plus tard (j'ai changé de copines depuis ;)) Le chômage n'aurait il pas que du mauvais? La joie de se retrouver après tant d'années à s'être oubliée?

Je ne sais plus ce que je voulais au départ. Puis j'ai réouvert mes placards, fait le compte des HE qui me restent, un flacon d'huile de vison oublié, une boite de savon noir dans ma trousse de hammam, un sachet de noix de lavage accroché au dessus de la machine à laver. Un shampoing mais bon sang mais c'est bien sûr, armée que j'étais de ma découverte sur la gomme de guar!

Je vous passe mes péripéties pour arriver à racheter quelques ingrédients... j'ai finis par me décider à commander du Shikakai sur internet et ce sera pour la prochaine fois (*moi, sourire calin* : mon coeur diiiiis je te fais un chèque et tu me prête ta carte bleueeeeeee) quant a la gomme de guar, j'en ai arraché 200g dans la seule pharmacie que je connaisse qui fasse encore les préparations.

Et zut, pas de balance, pas de cuillère doseuse, OUF un bol gradué!

Alors un shampoing, et il sera doux! Et hydratant! Et émollient! Sans savon! Il soignera mon cuir chevelu! Et antipelliculaire! Tout un programme. Mon mélange réfléchis pas à pas, une recette écrite... qui dérape pendant la préparation (ah la gomme de guar... faut y aller tranquille!). Une recette que je teste. Le toucher mhhh très agréable.
Pas de mousse, c'était prévisible.

Le rinçage... aïe c'est gras.
Bon rinçons voyons ça... Oooo avez vous déjà eu l'impression d'avoir des racines grasses jusqu'aux pointes? Catastrophe!

? mais attendez voir un peu, des racines grasses jusqu'aux pointes ? Retour a la case salle de bain. Ré applicage du mélange à sec, friction du cuir chevelu, peaux mortes qui se détachent en quantité. Intéressant.

Rinçage rapide puis shampouinage... Klorane, décidément c'est pas encore aujourd'hui que je me débarrasserai de toi. Re-rinçage. Séchage. Joie bonheur. Cheveux doux soyeux légers comme jamais, délicatement parfumés. C'est donc un masque avant shampoing!

C'est exactement ce que je voulais faire!

Ma première recette, la voici!
La veille : préparation d'une décoction de noix de lavage.
Pour 500ml d'eau filtrée, 15 demi noix neuves. Démarrer à froid dans une casserole en inox, porter à ébullition une première fois 5 minutes et être intriguée du manque d'écume. Laisse refroidir une dizaine de minutes puis porter à ébullition une deuxième fois 5 minutes. Rester perplexe devant le manque d'écume. Décider de laisser infuser la nuit.
Le lendemain, trouver que la couleur est bien plus foncée, mais que le volume a beaucoup diminué. Récupérer une demie noix et s'apercevoir qu'elle est gorgée de suc collant. Écraser chaque demi noix rapidement avec un petit pilon, remettre dans la casserole, réajuster à 500 ml avec de l'eau filtée puis porter à ébullition une dernière fois 5 minutes. Laisser refroidir, filtrer avec une passoire à thé très fine, transférer dans une bouteille propre, étiqueter et dater.

Le masque :
150ml de décoction de noix de lavage
2 cas d'huile de vison, réparatrice et cicatrisante (en pharmacie, c'est cher, environ 30-40 euros la bouteille de 200 ml et une moue pincée de la pharmacienne que vous devez presque bousculer pour qu'elle se décide à commander ce que vous voulez)
2 cas d'huile de colza (première pression à froid, bio, gorgée de vitamine E)
1 cas de savon noir
20 gouttes de HE lavande vraie (équilibrante, cicatrisante)
20 gouttes de HE géranium rosat (antipelliculaire et ça sent boooon)
20 gouttes HE Ylang Ylang (embellisseur des phanères et ça sent booooon aussi)

Émulsionner vigoureusement à la cuillère.
Ajuster à 300ml avec de l'eau filtrée
Ajouter 2 cac de gomme de guar, homogéneiser et paniquer devant la texture bien trop épaisse
Ajuster à 400 ml, homogénéiser à la cuillère, trouver ça encore bien trop épais
Ajuster à 500ml, homogénéiser à la cuillère, trouver ça encore bien trop épais mais ne plus avoir de volume dans le bol doseur pour allonger plus.

La texture définitive est obtenue environ 2h après la fin de la préparation.

Application : appliquer une dose généreuse sur cheveux secs, de la racine aux pointes. Frictionner le cuir chevelus et laisser reposer 15 minutes. Rincer rapidement à l'eau tiède, puis se laver la tête normalement (en ce qui me concerne, j'ai abandonné les démêlants depuis que je me suis rendue compte que c'est précisément ça, en tout cas les versions commerciales, qui m'abîme les cheveux m'obligeant à en utiliser de plus en plus avec le temps)

Le résultat : des cheveux doux, souples, légers et parfumés (à éviter pour celles qui n'aimes pas le Ylang Ylang ou le géranium rosat). J'espère que ça vous plaira autant qu'à moi ou que ça vous donnera des idées.

Gel-masque hydratant "CC"

Par atelierdemichele

          Un colis qui tarde à partir, une histoire de "plus de poids pour moins de port" et me voilà hier soir dans la grotte avec le chaudron sur le feu!
Elle a été très généreuse pour Noël avec moi.

Elle habite au milieu de l'océan Pacifique, près du pays du long nuage blanc et j'ai vraiment pitié d'elle car elle a très chaud, la pôvre!

Je sais qu'elle aime et apprécie les vertus du curcuma en thérapeutique et en cuisine.
J'espère qu'elle aime autant les sandwiches à la menthe et au concombre.
Je tremble, elle n'aime pas l'odeur de l'aloe frais.

Je lui ai préparé un soin rafraichissant à l'odeur, disons... audacieuse: un masque hydratant sous forme de gel à laisser poser quelques minutes sur peau nettoyée et démaquillée pour profiter des vertus revitalisantes du curcuma.

 

cosm_to_101
J'ai rempli au delà du volume du pot pour vous montrer que c'est un gel qui ne coule pas.   

 

           Le curcuma (curcuma longa) appartient à la famille des gingembres, les Zingiberaceae qui donnent des fleurs magnifiques.

C'est un rhizome utilisé depuis longtemps en médecine ayurvédique et en cosmétologie qui exploitent sa richesse en curcumine.

curcumalonga

Images tirée d'ici

 

La curcumine est un antiseptique naturel utile pour traiter l'acné.
Elle a des propriétés antioxydantes intéressantes pour aider à ralentir les effets de l'âge et elle est cicatrisante (eczéma).

D'après ce magazine, le curcuma fait partie du Top Ten des ingrédients cosmétiques pour 2009 (page 3) au milieu d'autres ingrédients naturels comme la myrtille (on utilise déjà des CO2 de Cassis), l'argan, les baies de Goji, la myrrhe, l'huile de Baobab, l'acai, l'acerola...

Les cosméteuses maison sont donc très en avance sur leur temps!

De nombreuses marques de cosmétiques conventionnels  l'intègrent à présent dans leurs formulations anti-âge et anti-couperose, dans les soins pour le contour des yeux et des lèvres, dans les produits solaires...

turmericextract

Image tirée d'ici

 

Cette épice est plus connue sous la forme du rhizome séché et réduit en poudre.
On l'utilise dans l'industrie alimentaire comme colorant des moutardes entre autres.

Elle fait partie des épices qui constituent les curries. Comme souvent, les aromates et épices utilisés en cuisine traditionnelle assurent la digestion et soulagent les troubles digestifs.

rhizome_curcuma

Image tirée d'ici

 

          En interne, elle est intéressante comme anti-inflammatoire (arthrite), anti-ulcéreux car elle aurait une action antibiotique sur l'hélicobacter pylori souvent retrouvé dans les ulcères de l'estomac.

Mais les compléments titrés en curcuminoïdes doivent être utilisés avec précautions en cas de grossesse, ulcères de l'estomac (études contradictoires)  et calculs biliaires.
Des études sont en cours pour le diabète, la maladie d'Alzheimer et le cancer.

L'HE de curcuma  est contre-indiquée en cas de grossesse, chez les bébés et les enfants.

         

        Dans le soin pour elle, j'ai incorporé le curcuma à petite dose (0.1%) sous forme d'huile essentielle dont j'aime l'odeur "poussiéreuse" et pour son effet cicatrisant.
L'huile de concombre apporte sa douce fragrance et l'huile de ximenia donne une émollience supplémentaire à la forme gel de ce masque.

J'ai choisi de colorer intensément en vert avec de la chlorophylle en poudre pour aller avec le concombre mais on aurait certainement pu y mettre de la poudre de curcuma pour le jaune.

A 0.1% l'odeur du curcuma est on ne peut plus discrète donc c'est vert et ce masque est baptisé le gel-masque hydratant CC.

CC ce sont ses initiales mais c'est aussi Curcuma Concombre!

 

Formule du "gel-masque hydratant CC"

En grammes ou pourcentages

- Phase A

73.7 Eau de source + chlorophylle au goût
10 Hydrolat de menthe poivrée bio (antalgique, effet frais)
2 glycérine végétale bio
1 Allantoïne

- Phase B

0.2 Aloe vera x 200
1.5 gomme xanthane
1.5 gomme cellulose

- Phase C

3 D Panthenol (agent hydratant et anti-inflammatoire)
2 Huile de ximenia
2 Huile de concombre
2 Sea silk
0.5 Vitamine E (soit une capsule)
0.5 Géogard 221
0.1 HE de curcuma

 

 

             Mode opératoire

- Dans un bécher désinfecté, chauffer légèrement l'eau pour dissoudre l'allantoïne. Ajouter la chlorophylle au goût, laisser refroidir  et incorporer les autres ingrédients de la phase A (Hydrolat et glycérine).

- Ajouter l'aloe vera en poudre et mixer fortement pour le dissoudre. Ajouter ensuite les gommes et mixer.

Porter le bécher à 50° dans un bain-marie en mixant 5 mn environ jusqu'à la formation d'un gel épais sans grumeaux.

- Retirer du bain marie et mélanger à la maryse pendant le refroidissement.

A froid, ajouter les ingrédients de la phase C dans l'ordre en mélangeant après chaque ajout.

- Rectifier la perte en eau si nécessaire afin de détendre le gel ( j'ai rectifié avec un peu d'hydrolat de menthe poivrée dont l'odeur ne se sent pas).

- Il m'a été difficile de voir le virage du pH car la coloration verte du gel gêne la lecture donc j'ai rajouté 2 gouttes d'acide lactique par sécurité.

 

Formule générale d'un gel-masque

- 3 à 4% gommes ou gélifiants (xanthane, cellulose comme ici)
- Eau, hydrolats, actifs, HE, colorants, conservateurs  qsp 100%

Selon le type de gomme utilisée, il faudra réajuster la proportion d'eau pour obtenir un gel suffisamment ferme pour l'étaler sur le visage mais pas trop non plus afin de garder de la souplesse à l'étalement.

Si vous testez les gommes adragante, guar, les alginates... ce serait sympa de venir donner votre version. J'en ai reçu en cadeau de Malegria et Mlk mais les tests tardent.

 

cosm_to

 

        On obtient un gel relativement ferme que j'ai laissé poser sur peau propre ce matin, allongée dans mon lit avec Ella mes fistons qui me susurrait criaient de jolis gros sons dans les oreilles.

Le monsieur du net qui livre les courses en a profité pour venir aussi, il avait téléphoné avant parce qu'il ne trouvait pas le trou merveilleux endroit où l'on habite, le téléphone a re-sonné au moins vingt fois mais Mon Dieu que c'était bon!

Le masque sèche en 15/20mn, s'enlève très bien au rinçage et m'a laissé une jolie peau fraîche et reposée.
On pourrait peut-être en faire un masque peel-off avec de l'alcool dedans pour les peaux qui le supportent.

           Je crois que le colis peut partir...

 

Fabriquer une teinture d'encens

Faire ses cosmétiques maisons : bien débuter

Par veneziapetitpois

Fabriquer ses propres teintures apporte une grande satisfaction.   
-C’est enfantin à réaliser
-le résultat est souvent très parfumé
-les propriétés thérapeutiques sont réelles 
-ça permet de varier les apports odorants quand on est obsédée intéressée par les combinaisons parfumées à incorporer dans un produit

Michèle a donné récemment le mode d’emploi pour faire une teinture de plantes fraîches (dans la recette du baume à l'achillée ici )
Je vais raconter le principe des teintures de résines comme l’encens ou le galbanum. Les résines sont des substances dures insolubles, le plus souvent d’origine végétale (mais l’ambre est aussi classée comme une résine) obtenues lors de l’incision de certaines plantes.

*Leur intérèt premier réside dans leur pouvoir fixatif. La teinture de benjoin (le benjoin est une résine) est ainsi la meilleure arme pour fixer les parfums maison faits à partir d’huiles essentielles et d’alcool. Après quelques temps de macération, son odeur douce et vanillée devient imperceptible.

*Autre point intéressant pour les résines: elles ont été utilisées depuis l’Antiquité dans les cérémonies religieuses et magiques. Ça ne fait donc pas de mal dans prévoir dans les produits; autant mettre tous les atouts de son côté!

*Enfin beaucoup  enferment des substances anti inflammatoires  (c’est le cas de la myrrhe, de l’encens, du galbanum, du mastic, du benjoin, du sang de dragon, du tolu, du copaiba etc… ) très puissantes. Revers de la médaille, certaines résines peuvent aussi être très allergisantes (attention au benjoin, au tolu, au baume du Pérou notamment)

J’ai déjà réalisé des teintures parfumées à base d’encens, de galbanum, de mastic.

Pour extraire au mieux les principes actifs d’une résine, mieux vaut utiliser un alcool de degré élevé. Dans les vieux manuels (je possède un manuel du distillateur de la fin du XIX° siècle), la macération se fait à 85° . Sur des sites qui proposent des teintures à la vente ( Avicenna par exemple)  et indiquent le degré d’alcool, il s’agit souvent de 90°.

C’est en me plongeant une fois de plus dans le livre de Suzanne Cathy sur les hydrolats que j’ai trouvé l’arme secrète pour améliorer le parfum des teintures: l’intégration d’un hydrolat à la macération.

Ainsi, en partant d’un alcool à 96°, le plus pur que l’on puisse trouver, on abaisse le degré (j’ai abaissé pour l’encens entre 80 et 85°) avec un hydrolat puis on met le petit morceau de résine à macérer dans le flacon renfermant le mélange alcool+hydrolat et zou, dans un placard.

Ce système présente un autre intérèt que j’ai découvert après diverses tentatives: on obtient une teinture limpide. En effet, si l’on pratique une macération  à 96° -pensant que plus c’est fort, mieux c’est- et que l’on dilue ensuite, c’est l’effet pastis qui se met en marche. Il y a précipitation immédiate et on obtient un lait blanc. De même si on dilue dans une macération ultérieure un morceau qui a d’abord macéré tout seul dans de l'alcool à 96, il y aura aussi précipitation.

Deux exemples concrets

1. Encens d’Oman (un cadeau de Michèle)

DSCN6542

5g encens d’Oman
dans 30g alcool 96 et 20g eau de rose Centifolia

Filtré. J’ai oublié de noter les proportions de la deuxième macération que j’ai mélangée à la première. Mais le résultat est très limpide

2. Galbanum

DSCN6540


Galbanum  5g
dans 50g alcool à 96

Reste de galbanum mou remis en 2° macération dans
20g alcool à 96 et 23g eau de rose de Provins

Filtré, résultat pur (à droite). Mais quand j'ai rallongé une partie pour diluer, le liquide s’est troublé. De même et quand j’ai réalisé une deuxième macération plus diluée, ça a précipité (à gauche) .

Macérations successives

Pour fignoler une teinture et extraire encore plus de principes actifs, on peut en effet pratiquer des macérations successives, ce qui est souvent évoqué dans les vieux textes. Après une première filtration, on récupère le morceau souvent un peu défait, on prépare une deuxième macération sur le même principe: alcool+hydrolat et on oublie le flacon dans un placard. Après filtrage de cette deuxième macération, on la mélange à la première. Le résultat: une teinture au parfum plus complexe. On peut continuer, j’arrête mes macérations “au nez”,  quand ce que j’ai extrait n’est plus très puissant. Les troisième ou quatrième macérations peuvent d’ailleurs être utilisées pour fixer des brumes de maison.

Attention: les teintures concentrées de résine ont tendance à coller. Nettoyez bien les bouchons sinon, vous aurez bien du mal à ouvrir vos flacons.

Le site d'Avicenna: ici

Tableau pour calculer les dilutions alcooliques: ici


"Petit Grain de lotus": Crème légère Acacia/Lécithine

Soins du corps

Par atelierdemichele

          Un nouveau système émulsifiant m'intrigue depuis que j'ai vu la formule chez The Herbarie.

Il s'agit du mélange:

- Lécithine de soja HLB 4
- Emulsifiant MF (sodium stearoyl lactylate)
- Alcool cétéarylique
- Gomme d'acacia
- Gomme xanthane.


100_3089
Aaah là là, ces dates ! C'est un gag.


          L'indice HLB (Hydrophilic Lipophilic Balance) caractérise les émulsifiants et autres tensioactifs.

Très schématiquement, plus ce taux est élevé, plus il signale une tendance à l'hydrophilie; les émulsifiants seront donc adaptés à des émulsions Huile dans Eau ( H/E ou O/W en anglais) avec une forte proportion de phase aqueuse.

Plus cet indice est bas, plus l'émulsifiant sera adapté à des émulsions Eau dans Huile (E/H ou W/O).

Il est extrêmement fastidieux de calculer les indices HLB des émulsions que l'on fabrique et je n'en vois vraiment pas l'intérêt si l'on respecte les indications des fournisseurs. C'est néanmoins un incontournable lors du développement des formules cosmétiques du commerce.


         La lécithine que je possède est un liquide sirupeux marron acheté chez Terre d'Olina et je n'en connais malheureusement pas l'indice HLB.
C'est une lécithine de soja sans OGM.

Les lécithines sont de nature très différentes et présentent une large palette d'indices HLB.
Le démon de l'expérimentation aidant, j'ai testé avec ce que j'avais.


          La gomme d'acacia est extraite de l'écorce d'un arbre africain Acacia senegal Mimosaceae (ou Fabaceae).
L'exudat de l'écorce est récupéré puis il peut être séché et pulvérisé pour obtenir la gomme d'acacia encore dénommée gomme arabique.

gomme_acacia
source de l'image


          Elle est utilisée depuis des milliers d'années dans l'alimentation, en confiserie et dans les pharmacopées traditionnelles.

Elle permet de lustrer les tissus. Les bazins africains empesés sont lustrés à la gomme arabique pour leur donner cet aspect "craquant" qui fait d'élégants boubous de cérémonie.

          On en trouve aussi dans les colles d'autrefois. J'ai passé mon enfance à utiliser de la colle blanche à la gomme arabique en petits pots blancs avec un couvercle rouge. Il y avait une loge à l'intérieur pour mettre la petite pelle. Avez-vous connu ça?
C'était anti-pratique au possible mais ça fait des souvenirs...


         La gomme arabique contient des mucilages très intéressants pour les sirops médicinaux.

Elle aurait la capacité de stabiliser les émulsions et même d'émulsionner une certaine quantité d'huiles.

Il suffirait de l'associer à d'autres émulsifiants et co-émulsifiants pour faire des crèmes, des brumes et des laits.


                         Doses d'utilisation de la Gomme arabique:

Pour des émulsions Huile dans Eau, selon The Herbarie.

- Laits sprayables, gels coiffants, brumes corporelles et faciales:
2 à 5% de gomme pour émulsionner 0.5 à 2% d'huiles,

- Crèmes et laits:
5 à 20% de gomme pour émulsionner 5 à 15% d'huiles. Des co-émulsifiants seraient utiles pour de grandes proportions d'huiles.

Disperser la gomme dans la phase aqueuse et la laisser se réhydrater pendant 30 à 45mn. La gomme d'acacia peut ensuite être chauffée.



Humm, je demande à voir...

Surtout que je n'apprécie guère la lécithine en tant qu'émulsifiant...

Donc, je respecte à la lettre la formule de lait donnée par The Herbarie en remarquant qu'ils ont diminué la quantité de gomme d'acacia à 3% puisqu'on y trouve d'autres émulsifiants, gélifiants et co-émulsifiants ( MF, lécithine, xanthane et alcool cétéarylique).



         Formule du "Petit Grain de Lotus"

- Phase aqueuse:

40% hydrolat de Petit Grain citronnier
39.5% hydrolat de Petit Grain oranger
3% gomme arabique ou d'acacia
0.5% gomme xanthane

- Phase grasse:

4% huile d'Abyssinie
4% huile de son de riz
3% extrait de calendula sur coco fractionné maison
2% alcool cétéarylique
1.5% émulsifiant MF
0.5% lécithine liquide sans OGM

- Troisième phase:

1.5% huiles essentielles
0.5% conservateur geogard 221

 

  Mode opératoire

- Peser les hydrolats dans un bécher propre et y disperser les gommes petit à petit en mélangeant vigoureusement à la cuillère magique.

Laisser reposer pendant 30/45mn au cours desquelles, peser tranquillement les ingrédients de la phase grasse.
Mixer la phase aqueuse au bout du temps de repos.

 

100_3083
Les gels sont réhydratés
 

- Porter les deux phases à 75/77° dans un bain marie.

- Verser la phase huileuse dans l'aqueuse en mixant bien.
L'émulsion prend presque instantanément et donne une mixture bien blanche un peu filante.
 

100_3085
L'émulsion avant l'ajout de la 3è phase (impossible de prendre une photo moins floue).
 

Je décide de retirer le bécher de l'eau chaude en continuant à mixer. Il a fallu rectifier l'eau perdue par 7.5g d'hydrolat.

- Mélanger à la spatule en silicone pendant tout le temps de refroidissement. Ajouter la 3è phase en mélangeant bien.

100_3086
Le mélange d'HE a la coloration orange soutenue du lotus.


Il n'a pas été utile de rectifier le pH avec cette formule.


          Le parfum "Petit Grain de Lotus"

* Hydrolats de Petit grain corses (oranger et citronnier)
qui sentent vraiment bon.


* HE de Petit Grain sur Fleurs
vous savez déjà que je suis très fan de l'odeur des Petits Grains. En voilà un de plus.

C'est une huile très psychoactive qui calme l'irritabilité, l'agitation et la nervosité et pourrait chimiquement se rapprocher de la lavande de ce point de vue là.

D'après Monica Werner et Ruth Von Braunschweig
(Aromathérapie: Principes, Indications, Utilisations. Ed. Vigot), l'huile essentielle de Petit Grain bigarade procure à la fois une relaxation globale, un ancrage et un rééquilibrage corporel.


* Absolue de lotus (Nelumbo nucifera ou Nymphea lotus)
La beauté faite fleur avec les roses anciennes et les pivoines à mon avis.

Sur ce blog érudit, "léché" et passionnant découvert chez Venezia, il y a ça. Tant de délicatesse alliée à une telle robustesse dans le monde végétal, c'est presque trop!

Le lotus pousse les pieds dans la vase et la tête dans le ciel, ce qui fait dire aux chinois que c'est la fleur divine par essence.

En Asie, on utilise les racines, les fleurs, les feuilles et les graines en médecine traditionnelle ou dans l'alimentation. J'apprécie les graines un peu farineuses, sucrées et confites que l'on trouve dans les épiceries asiatiques.

D'après le site osmoz "son parfum accroit la ferveur religieuse. C'est un élément sacré du bouddhisme, il est évocateur de sagesse et de sérénité. Son parfum est frais, floral, aquatique et rappelle la jacinthe".

Comme souvent les HE ou absolues de fleurs, cette absolue exhale tout son potentiel lorsqu'elle est diluée plutôt que sentie directement au flacon. Il existe des absolues de lotus blanc, bleu ou rose.

Le mien est du lotus rose acheté chez Myrtea.

* HE de bois d'Hinoki
l'HE est extraite d'un cyprès japonais.

Toujours d'après Osmoz, c'est "une odeur de fond boisée avec des notes balsamiques, camphrées".

"Le bois d'Hinoki sert à la construction des temples bouddhistes et au Japon, on lui prête des vertus spirituelles".


* HE de lavande maillette pour revenir sur terre ;)


Soit en gouttes:

30  Absolue de lotus rose
20  Lavande maillette bio
15  PG bigaradier sur fleurs
10  Hinoki
 

Je dépasse légèrement les quantités d'HE prévues dans la formule d'autant plus que l'absolue est épaisse et fait bien sûr moins de 30gttes au gramme. Il m'arrive de rectifier le parfum des émulsions une fois qu'elles sont réalisées si elles ne me plaisent pas tout à fait.

Les mélanges d'HE ne donnent pas exactement ce qu'elles sentent dans le flacon dès que l'on les introduit dans une phase aqueuse.   


      Conclusions

On obtient une crème légère et non, ce que j'appelle un lait.
Elle n'a pas tout à fait la mollesse des crèmes à la lécithine même si elle file un peu au coulage.

 

100_3087

Ce n'est pas l'aspect que je préfère dans les émulsions mais c'est acceptable.

Je pense que la couleur jaune soutenu due aux huiles essentielles ne l'avantage pas et accentue les défauts d'aspects.
Le blanc lui irait mieux mais je voulais faire une crème au lotus...

Le lendemain, elle est toujours lisse, brillante et elle tient bien en pots. Je pensais que j'aurais pu la mettre en flacon pompe.

Au moment où j'envoie ce message (soit 4 jours après la fabrication), elle s'est transformée en mousse légère.

La pénétration est bonne quoiqu'un peu curieuse, gélifiée serait peut-être le terme juste...
 

100_3091
        

         Mais, je dois bien convenir qu'à l'application, la peau est extraordinairement douce et lisse pendant plusieurs minutes. C'est étonnant!

J'adore l'odeur qui commence sur le Petit grain et qui laisse un sillage de lotus.
Je ne sais pas vraiment ce qu'il faudrait modifier dans la formule pour la rendre plus nourrissante mais je retiens la douceur immédiate et le velouté parfumé.

Toute à mon enthousiasme, j'ai fait tester le dessus de ma main si douce et veloutée à mon amour et mes gremlins. Consolez-moi, ils ne comprennent pas ce qu'est une peau veloutée... Et il parait que je dois être la reine au milieu de tous ces bonshommes!


          Est-ce qu'on peut dire vive la gomme arabique et la lécithine? Peut-être pas encore tout à fait.

Il faudrait que je tente la recette de brume corporelle à l'acacia.


Savol21


Voilà, la fin de mon séjour approche à grands pas et il me restait une chose importante à faire, pour vous, pour moi, pour remercier les différents acteurs (actrices en majorité ;o)) de ce beau geste. Ce fut un défi pour moi de trouver comment apporter nos quelques graines au moulin de l'entraide : vous étiez là et tout a été facile.

· Première étape : solliciter par un article sur Potions et Chaudrons les savonnières qui avaient un peu de stock d’avance et qui étaient prêtes en le donner.

· Deuxième étape : recevoir et conditionner les savons pour les vendre.

· Troisième étape : trouver les acheteurs, en France ou en Inde, avec un énorme écueil dont je n’étais pas consciente au début, les frais de port de pays à pays.

Consternation, conciliabules, cogitations, j’ai eu un petit mois dérangeant puis l’idée est venue, grâce à ma fille et à son copain qui se sont mis de la partie.

Les actrices de la première étape ont envoyé leurs merveilleux savons à mon domicile en France.

Ma fille et son copain ont réceptionné les colis, ont étiqueté, emballé, décoré vos diverses créations et …et oui, comment les convertir en roupies ?

Et là, intervention des acteurs, (il y avait des hommes, merci les copains !) de la troisième étape : j’ai envoyé un message à TOUTE ma liste d’adresse en France (désolée pour ceux qui n’étaient pas concernés, j’ai juste ratissé large !).

Le Pays Basque et la côte Basque ont répondu présent, bon je vais faire durer le suspense encore un peu, j’aime bien vous faire languir…

… à notre facteur qui s’étonnait de livrer tous ces colis chez nous, ma fille a raconté l’histoire et lui aussi a participé. Merci Monsieur le Facteur, je vous promets une bise dès que je rentrerai.

…et vous savez quoi ? Je suis profondément frustrée de ne pas avoir pu voir, toucher, sentir tous ces savons différents, ma doudou me les montrait à l’aide de la webcam, me décrivait leur forme, et me faisait râler car elle disait : oh, maman, si tu voyais comme ils sont beaux, ceux-là ou bien : dommage que tu ne puisses pas les sentir, c’est un délice …

Les livraisons ont commencées, un soir à ma chorale (millesker), un jour à mon lycée (non, non, je ne reprends pas le boulot encore mais vous me manquez), aux copains et aux amis d’amis et …

… j’ai remis tout à l’heure un chèque à Madeleine de BLIC de, tenez vous bien, 320 euros, pour les prochaines interventions d’urgence (vous vous souvenez, le bébé du Sri Lanka dont certaines ont vu la photo du départ pour l’hôpital : il a pu être opéré et il est sauvé, maintenant en convalescence avec ses parents).

Alors,  je vous offre ces quelques fleurs indiennes, qui vous diront merci bien mieux que moi.

Chabou

IMG_0056IMG_0057IMG_0066IMG_0077IMG_0058b

J'avais envie de faire un savon pour tester 3 paramètres :

- la recette donnée par Susan Miller Cavith dans son livre "The soapmaker's companion" page 25 : le HEMPSTER'S DELIGHT à l'huile de chanvre ; je ne suis pas très douée en anglais mais j'ai compris qu'elle affectionnait particulièrement cette huile ; elle recommande cependant de ne pas en utiliser plus de 20 à 30 % du mélange d'huiles car elle est très rancissable.

- l'utilisation dans un savon de l' aloe vera fraîchement cueilli ; j'ai la chance d'avoir un grand nombre de pieds d'aloe qui prolifèrent au bas de mon immeuble et que personne n'a eu la mauvaise idée de supprimer ; il faut dire que cette plante est très prisée, on la surnomme ici "la plante à brûlure" et tous les autochtones connaissent bien ses vertus.

- parfumer mon savon avec un mélange alcoolisé lavandin/patchouli que j'aime beaucoup, réalisé selon la recette donnée par la Princesse  Venezia ici ; il m'en restait une bonne quantité après l'avoir utilisé dans un baume après-rasage. 

Ceci est un véritable défi ; en effet, utiliser de l'huile de chanvre, très rancissable, pour un savon fabriqué à cette époque si humide ici est très risqué, j'en veux pour preuve mon mille-feuille aux biwils qui n'a pas résisté et a fini à la poubelle. Utiliser comme parfum un mélange alcoolisé qui, aux dires mêmes de Venezia ne restitue pas beaucoup d'odeur et enfin du gel d'aloe frais qui nous le savons ne se conserve pas plus de 10 jours au réfrigérateur.

 

 

DSC01764DSC01765

 

 

 

 

 

 

 

  

A propos de l'aloès, j'ai relevé ceci sur un petit livre intitulé "Aloès, la plante qui guérit de Marc Schweizer :

""Le gel blanchâtre et translucide de la pulpe de l'aloès est très instable. laissé à l'air libre, il s'oxyde très vite et ce processus détruit la plupart de ses propriétés thérapeutiques. Même placé dans un réfrigérateur, il s'altère rapidement, c'est pourquoi le véritable problème posé par sa commercialisation fut sa stabilisation. Les chercheurs qui se sont penchés sur ce problème ont d'abord essayé d'exposer le gel au rayonnement ultraviolet. Ce procédé fut vite abandonné car il modifiait sa composition chimique. On tenta aussi, sans succès notable, la pasteurisation, en soumettant le gel à des températures de plus de 60° après y avoir ajouté du peroxyde d'hydrogène.

Certains adoptèrent la technique du séchage à froid sous vide qui donna d'assez bons résultats, le gel conservant la plupart de ses propriétés une fois réhydraté ; d'autres, la technique de la déshydratation à chaud par de moyennes ou de très hautes températures. On préconisa également l'irradiation, mais comme pour les fruits et les légumes, on renonça très vite à ce procédé dont on ne connaît pas encore les conséquences sur l'organisme. En tout cas, aucune de ces méthodes ne permettait de conserver les propriétés naturelles du gel ainsi traité, en particulier toutes les vitamines et les enzymes qui font la valeur du produit ! Il fallait donc trouver le processus idéal qui permettrait de stabiliser le gel sans en détruire les enzymes. Ce fut Bill Coats, fondateur d'"Aloe Vera of America" qui découvrit et breveta la technique de conservation la plus performante à ce jour. Elle consiste à laisser incuber le gel dans des cuves, en y ajoutant de la vitamine C (acide ascorbique), de la vitamine E (tocophérol) et du sorbitol, pour empêcher son oxydation. En opérant à les températures précises (ces températures ne sont pas divulguées mais, n'excédant pas 37°, elle ne lèsent pas les propriétés médicinales du gel), il obtint une réaction chimique parfait permettant la conservation du produit.""

J'ai déjà essayé de faire un macérat d'aloe frais dans de l'huile de pépin de raisin et dans de l'huile d'olive... le mélange s'est transformé en un immonde mélange.... c'est quand même rageant de disposer de cette plante fraîche à profusion et de ne pouvoir l'utiliser autrement qu'en masque facial.

Alors j'avais quand même envie de tenter l'expérience dans un savon, au moins je serai fixée...

 

J'ai suivi à la lettre les proportions données par Susan :

  • 37 % d'huile de palme
  • 31 % d'huile de coco
  • 20 % d'huile de chanvre
  • 12 % d'huile d'olive

J'ai remplacé l'eau par le mucilage de deux belles feuilles charnues fraîchement coupées.

J'ai épluché les feuilles, c'est-à-dire enlevé la peau verte, en ne gardant que le gel translucide. Après l'avoir bien rincé (et en bloquant ma respiration car l'odeur du jus vert me donne envie de vomir...) je l'ai mixé au Bamix  pour obtenir la quantité de liquide nécessaire.

 

DSC01766DSC01767

 

Lorsque je l'ai mélangé à la soude, j'ai obtenu un mélange jaunâtre avec des morceaux comme du blanc d'oeuf cuit ; j'ai filtré le tout et ai procédé au mélange avec les huiles.

A la trace, j'ai ajouté :

  • extrait de romarin
  • vitamine E
  • vitamine C en poudre
  • extrait de pépins de pamplemousse

il faut assurer ! si j'avais eu de la lécithine de soja liquide, j'en aurais également ajouté mais point n'en ai.

Pour l'odeur, j'ai donc utilisé mon reste d'alcool lavandin/patchouli. Je l'ai fait doucement chauffé pour le laisser réduire au maximum ; j'ai obtenu un gel opaque ; il s'est formé une espèce de peau à la surface ; j'ai filtré le mélange et l'ai ajouté à la trace.

J'ai également ajouté à la trace le mucilage d'une nouvelle feuille, mixé.

Donc, en résumé et dans l'ordre... pour 600 gr d'huile :

  • 120 gr d'huile de chanvre
  •   72 gr d'huile d'olive  
  • 186 gr d'huile de coco
  • 222 gr d'huile de palme  

 

- le mucilage de deux belles feuilles d'aloe mixé, pour un minimum d'eau de la fourchette donnée par le calculateur THE SAGE et ajouté à la soude (quantité utilisée pour un surgraissage à 5 %) ; filtrage du mélange
 


A la trace :

Un mélange composé de :

  • réduction filtrée du mélange alcoolisé lavandin/patchouli
  • mucilage d'aloe vera mixé (environ 2 c à soupe)
  • extrait de romarin (quelques gouttes)
  • vitamine E (TOCO 500) 3 gélules
  • vitamine C en poudre (1 petite c à café)
  • EPP (une vingtaine de gouttes)

J'ai eu beaucoup de mal à démouler le savon pourtant coulé dans un moule en caoutchouc habituellement facile à démouler ; en les faisant séjourner une journée au congélateur, le problème a été détourné ; voyez la différence :

 

DSC01763

 

 

Première impression : (je n'ai pas résisté plus de 15 jours avant de les essayer) :
- il est doux sur la peau,
- la mousse est correcte

- l'odeur est légère mais présente ; on sent autre chose que le lavandin et le patchouli, peut-être une odeur un peu verte, l'huile de chanvre ? l'aloe ?... je ne sais pas mais l'ensemble est agréable et frais.

Il se bonifiera certainement avec la cure ; il ne reste plus qu'à souhaiter qu'il résiste au rancissement mais l'affaire n'est pas gagnée car il fait très humide en ce moment : il pleut, il pleut, il pleut depuis quelques jours....

NB : Vous voyez les filles, il n'y a pas que des bons côtés à vivre sous les tropiques....

 

Gelée de rose multi-hydratante

Soins du visage

Par atelierdemichele

          J'ai très envie de roses en ce moment et comme la formule du savon à la rose n'avance guère, j'ai fabriqué une gelée de rose hydratante, fraîche et anti-âge pour peau normale à mixte.

100_3072

          Pour réaliser cette émulsion qui ne dit pas son nom, j'ai choisi l'olivem 1000, émulsifiant très polyvalent qui peut constituer la phase huileuse à lui seul en donnant un gel-crème très frais.

Ce type de gel-crème est parfait:

- pour les messieurs qui craignent le gras
- pour les peaux grasses
- pour les pays chauds ou l'été
- pour véhiculer des actifs dans un sérum léger à appliquer sous la crème habituelle ou en guise de soin de nuit.

          L'olivem 1000, issu de l'huile d'olive possède des propriétés intrinsèques comme actif émollient et anti-oxydant.


100_3080


              Formule générale d'un gel-crème à l'olivem1000

- 94.5% Eau
- 5% Olivem 1000
- 0.5% conservateur à modifier selon les caractéristiques du vôtre.
 

Dans un bain marie, chauffer tous les ingrédients sauf le conservateur dans un bécher propre.

A 75°, mixer à l'électrique pendant environ 5mn pour former la gelée.

Laisser refroidir en mélangeant régulièrement et ajouter le conservateur à froid.



          Cette formule de base peut être enrichie avec des agents spécifiques (anti-âge, anti-acné, hydratant...), parfumée aux huiles essentielles, colorée avec des extraits CO2 ou des colorants à usage cosmétique etc.
Il suffit de modifier les proportions en les retirant de celle de l'eau.

L'olivem est donc la seule source de corps gras et il émulsifie en même temps.
C'est pas génial ça?

 

          J'ai donc décliné cette formule générale dans un soin plus riche pour la vieille peau que je deviens.

Si, si, si! J'ai vieilli et il faut bien utiliser les extraordinaires anti-décrépitudes (Merci à Malegria pour cette expression imagée) qui dorment dans mon placard.

Pendant que j'y suis, j'ai rajouté des agents hydratants, histoire d'utiliser un concept marketing qui, en l'espèce, est assez juste: multi-hydratant.

 

          Le parfum

C'est de la rose tout juste élevée par l'encens. Un très bel encens qui vient du Sultanat d'Oman mais qui a été distillé à New-York.

100_3078

J'avais eu la chance d'en goûter offert par Venezia et j'ai craqué à New York, histoire d'avoir en même temps le yuzu que je convoite depuis longtemps.

"Enfleurage" vend quelques huiles essentielles fort bien choisies par une globe-trotteuse qui raconte ses voyages sur son blog.

J'y achète de temps en temps des produits rares comme un CO2 de café ou un Petit Grain sur fleurs égyptien que je trouve très réussi ...

          Le choix de l'huile essentielle d'encens est fait en écho au soothex que j'utilise pour la première fois. Il m'a été offert dernièrement par Moune qui aggrave son cas. C'est un extrait d'encens ( Boswelia serrata) très anti-inflammatoire pour la peau et les articulations.

On en a extrait l'acide bêta boswélique qui est adoucissant et calmant.

Il réduit l'inflammation mais aussi les effets irritants des produits chimiques ou des pH extrêmes. Il a tout à fait sa place dans les soins pour peaux délicates et sensibles. Je crois que la peau de Venezia en boit énormément.

 

       Formule de la gelée de rose
 

- Phase aqueuse

43% Eau de source
20% HA de rosa damascena bio
10% Bétaïne
5% Silicium organique
3% Extrait hydro-glycériné de rosa canina sauvage fait maison
0.2% Aloe vera concentré x 200
0.1% Gomme xanthane
0.1% Gomme cellulose
 

- Phase huileuse

5% Olivem 1000
0.3% Antioxydant antiox cos
 

- Troisième phase

3% Sea silk
3% Silk gel ou biosaccharides gum 1
2% NFF
2% Remodelling intense
1% Pepha-tight
1% arrow root tamisé
0.5% Soothex (merci Moune!)
0.5% Géogard 221
0.3% Parfum (pour 100g de gelée, 7gttes absolue de rosa damascena Florame, 3 gttes HE de rosa damascena Primavera Life, 2 gttes HE Encens d'Oman Enfleurage)
2 gouttes de jus de betterave pour la couleur,
6 gttes d'acide lactique pour ajuster le pH.


100_3070

 

           Mode opératoire


- Dans un bécher propre, peser l'eau et y diluer la bétaine.
Ajouter l'aloe vera en poudre et mixer
Ajouter les deux gommes et mixer entre chaque ajout

- Ajouter le reste de la phase aqueuse en mélangeant bien après chaque produit.

- Ajouter la phase huileuse

- Porter à 75° dans un bain marie en mixant pendant 5 mn pour former l'émulsion qui prend très vite.

- Faire refroidir en mélangeant régulièrement à la maryse.

- Ajouter la troisième phase dans l'ordre en mélangeant entre chaque produit avec une maryse.


 

          On obtient une gelée à peine colorée avant l'ajout du jus de betterave et qui glisse bien sur la main en étant très confortable.

100_3071
L'émulsion avant la coloration

 

100_3073


La pénétration est douce et quasi-immédiate.

La crème laisse un sillage discrètement parfumé à la rose. 

  

 

La "multi-hydratation"
 

Comme le bon Monsieur Jourdain qui faisait de la prose sans le savoir, on fait peut-être toutes de la "multi-hydratation" sans le savoir. Voyez comment fait Mlk.

Les modes d'action des agents hydratants diffèrent et sont souvent complémentaires. Dans la gelée de rose, il y a:
 

- des humectants

qui attirent l'eau et la retiennent dans l'épiderme. Ils font partie de notre facteur naturel d'hydratation (NMF ou natural moisturizing factor).
 

Les ingrédients de ma formule qui copient ce facteur sont:

*la glycérine de mon extrait hydroglycériné de roses sauvages,

*le NFF (composé le plus proche du NMF qui contient de l'urée, du sodium PCA, de lactate de sodium et des protéines hydrolysées),

*l'acide lactique,

*la bétaïne ou triméthylglycine, acide aminé issu de la betterave, également donnée comme anti-âge à 10%.
  

- des agents filmogènes

qui empêchent la déshydratation.
 

*Ce sont généralement des huiles minérales ou silicones mais en naturel, on leur préfère les agents émollients que sont les huiles végétales. Elles sont hydrophobes, nourrissent et assouplissent l'épiderme.

Dans ma formule, seul l'olivem est dans cette catégorie.
 

*Il existe d'autres agents filmogènes qui agissent en créant un "coussin" gélifié plein d'eau à la surface de la peau. Ce sont en général de grosses molécules et je trouve leur effet "repulpant" manifeste.

Dans ma formule, il s'agit du silk gel ou biosaccharides gum1 qui est un polysaccharide, c'est à dire un sucre complexe. On le trouve également sous le nom de Fucogel.

C'est dans cette catégorie que l'on trouve le collagène des crèmes conventionnelles.

Il y a aussi le Sea silk, protéines extraites du monde marin et qui donnent un glissant extraordinaire aux crèmes.

On y trouve aussi l'arrow-root, amidon donc... donc? sucre aussi. J'adore en mettre dans les émulsions pour le velouté qu'il apporte!
 

J'en oublie certainement...

 

  

Les "anti-décrépitudes"
 

- Le Pepha-tight (R)

qui comme son nom l'indique, a un effet tenseur. C'est un extrait d'algue (INCI/ algae extract and pullulan) couplé à un polysaccharide qui est un ... agent hydratant si vous avez bien lu les lignes précédentes.

On y croit!


- Le Remodelling intense extrait du Spilanthes acmella, une plante appelée "brède mafane" à Madagascar et à La Réunion pour ceux qui connaissent.

Les boutons floraux sont macérés dans du coco fractionné et comme on sait le faire nous mêmes, il n'y a plus qu'à trouver des fleurs fraîches à Paris!

Cette plante est cuisinée en ragoût avec de la viande et a la particularité de donner une sensation proche de l'anesthésie sur la muqueuse buccale. Je ne cours pas après mais c'est une expérience intéressante à faire.

L'extrait de brède mafane est préconisé dans les produits anti-rides et contre les vergetures. Allez, ouste, fini le bla bla!

 

 

          Voici donc la gelée de rose qui sent bon en petits pots pour mes testeuses les plus proches.

100_3074

 

          Un flacon pompe s'en va prendre l'avion vers des contrées lointaines où figurez-vous qu'en ce moment, il fait si chaud qu'on est obligé d'aller à la plage et que pour tester l'effet de ses crèmes on doit se pavaner dans son salon, toute nue, avec la clim à fond...

Vous croyez ça vous qui êtes sous les couettes, emmitouflée dans des polaires ?

100_3077

Pfff! Heureusement que je l'aime celle là!

Delikatessen

Trucs et astuces

Par mlkline

J'ai beaucoup entendu parler de l'huile de concombre( Michèle, Patte) et tant d'autres

et le concombre est mon alicament préféré et je le mitonne à toutes les sauces de préférence très pimenté, cuit aussi comme mon frère me l'a fait découvrir

J'ai donc fouiné sur le net et les tarifs m'ont un peu refroidi, mais l'idée et l'envie me sont restés chevillés au corps et les effluves dont vous avez si bien parlé Mesdames ont éveillé ma concupiscence olfactive

Bref, j'ai tenté mon macérat de concombre sans le relever d'une frisure de persil ihih

Méthode/ couper de fines tranches d'un ferme concombre biologique

                 étaler les tranches sur un plat allant au four

                 chauffer à environ euh! thermostat 8

                 éteindre le four, mais laisser à la chaleur tournante

Quant vous estimez que vos tranches ont perdu l'eau sortez les du four et humez la bonne odeur de ces tranches

                  Prélevez les délicatement et baignez les dans un bain d'huile de jojo ou coco fractionné+ vitamine E

                  Mettez dans un bain marie pendant environ 1 heure(tendre hein! Le Bm) les tranches fondent un peu, beaucoup

                  Filtrez ce qui reste des tranches

et faites sentir à une ado qui passe dans le coin et qui n'y comprend rien et vous regarde d'un oeil rond et ahuri

                  Et succombez à sa réponse « Cela sent l'asperge »

Alors je demande aux dames qui ont entre les mains leur précieuse huile de concombre

                       C'est Vrai, de vrai de vrai!

Alors moi même si cela sent l'asperge, je l'adore mon huile de concombre

LaTable cosmétique  Byebye

 


Qui vivra

Par mlkline

 

IMG_7392                                       IMG_7395Qui vivra ALOE verra

 

Oui, je suis très puérile, mais en l’absence de Michèle la sorcière bien aimée
je manque cruellement de nourritures spirituelles et m’amuse comme je peux
Donc, une petite mise en bouche  inspirée d’un baume aloe vera de Melvita
qui donne  le pourcentage de certains des composants

 

J’ai donc préparé un gel d’aloe avec 70gr d’hydrolat de lavande(Biotope )
                                                  30gr de silicium organique(Bilby)
                                                  et 1gr de Xanthane et gomme cellulose intimement mêlés                        
                                                  et 1gr d’aloe vera x 40 (Miss miss)
                                +un peu de chlorophyle à l’énergie très solaire
J’ai mixé à la touillette magique, mon gel reste assez fluide et cela n’est pas gênant, tous les éléments etant bien liés
J’ai ensuite prélevé 70gr de ce gel
                            5 gr de glycérine végétal(AZ)
                            0,5 d’amidon de mais pharmaceutique
                            2gr de teinture de thé noir au jasmin(Altaîr)
Bien émulsionné et reservé
                            9gr macérat de verveine,menthe,mélisse dans palme et jojoba
                             1gr bk(bioetika)
                             1gr cire d’abeille blanche
                             2,5 gr emulsifiant L
                             1,8 gr d’alcool cetearylique
J’ai fait chauffer cette phase huileuse et à la fonte ai mis mon bol de phase acqueuse dans le bain marie, ai versé ma phase huile dans ma phase acqueuse
en touillant énergiquement, ai sorti mon émulsion réunie à temperature ambiante
en maintenant le fouettage et enfin mis dans un bol d’eau froide
L’émulsion à ce stade est superbe et le restera à l’ajout de la dernière phase
                            2gr de squalane (Bilby)
                            0,2gr de fucogel(Crearome)
                            4gr de sorbitol(Crearome)
et une composition inspirée des essais réussis au vetyver de Venezia
6 lavande fine
6 pamplemousse
3 vetyver
2mandarine+2petit grain bigarade
2 gingembre papillon
1 cannelle tamala dans hv de jojoba
Quelques gouttes de ce nectar très masculin
Je destine ce baume aloe “soft” aux deux seuls Metrosexuels de ma famille
Mon tonton de X années et poussières d’étoiles et mon neveu de X printemps
à la fougue sauvageonne
La crème est d’un joli vert et si quelqu’un a pitié de moi ,je mettrais la photo Bye