Gloss Coloré par Le Grimoire

Maquillage

Par Thomaelle

Pour 15/20ml
- 2ml de cire d'abeille (pour la consistance et la tenue)
- Vitamine E
- 1% bisabolol (apaisant, anti-irritation, donne de la brillance au gloss)
- 1.5ml de glycérine végétale (pour l'hydratation et la brillance)
- 3ml de beurre de karité (pour la texture et ses vertues nourrissantes et protectrices)
- 3ml d'hv de ricin (pour la tenue)
- 5ml d'hv de noyau d'abricot (pour ses vertues nourrissantes)
- 1/2 c à café environ de pigment(s) naturel(s)
- arôme naturel d'orange (Facultatif!)

Faire chauffer au bain-marie la cire, le beurre, les huiles.
Une fois que tout est bien fondu, ajouter la glycérine végétale et le bisabolol.
Mélanger vite et fort pour éviter de vilains "catons".
Ajouter l'arôme naturel* si désiré, mélanger fortement.
Puis ajouter le(s) pigment(s)** et bien mélanger de nouveau.
Verser dans un tube à gloss ou un petit pot.

* pour tester le goût de votre gloss ;-), prélevez en un peu avec une touillette et .... goûtez!!

** le dosage des pigments est le plus "difficile" car la couleur paraît toujours plus sombre dans le mélange qu'elle ne l'ai en réalité une fois étalée sur les lèvres. Pour vous donner une idée, il faut environ 1/2 à 1 cuill. à café pour que la couleur se voit. Allez-y progressivement.

Pour voir si la couleur vous convient, versez une goutte de gloss sur le dos de votre main, étalez. Si le gloss est trop clair, rajoutez un peu de la couleur choisie. Vous pouvez ajouter un peu de pigment noir perlé qui fonce les couleurs. Allez y progressivement.
Si au contraire, vous le trouvez trop sombre, pas de panique, ajouter du pigment blanc perlé qui éclaircit et qui en plus donne un joli lustre au gloss. Il sert aussi à petite dose, à nacrer un peu les gloss naturels.
Pour info, j'achète mes pigments chez Bilby & co.

Le Grimoire


Recette de base de baume à lèvres pour débuter de Le Grimoire

Faire ses cosmétiques maisons : bien débuter

Par Thomaelle

 Cette recette de baume à lèvres est très très simple à réaliser car elle ne comporte que des cires, beurres et hv.

- 1 c à  café de cire d'abeille ou cire de mimosa
- 1 c à  café de beurre de karité ou de beurre de cacao
- 1 c à café d'hv de ricin
- 1 c à café d'hv de noyau d'abricot, ou d'amande douce

Si vous avez, ajoutez une capsule de vit. E pour protéger les huiles pendant le chauffage ou mieux le mélange aox-cos (lécithine de soja+vit. E + C).
Mettre au bain-marie jusqu'à ce que tout soit bien fondu. Mélangez bien.
Mettre en pot. Se conserve plusieurs mois. Attention tout de même à la chaleur! le baume fond!

Vous pouvez jouer sur les quantités de cire, beurre, ou hv suivant la texture désirée. Le baume peut se refondre au bain-marie (1 fois seulement sinon tout va s'oxyder) pour ajouter plus ou moins de matière.

Le Grimoire

Je reçois souvent des mails de personnes voulant se lancer dans la fabrication de savon et qui se posent des questions ne figurant pas dans mes pas à pas...

Alors, voici un résumé des différentes méthodes, avantages, inconvénients et récapitulatif des questions qui me sont posées le plus fréquemment

 

 

I - Les différentes méthodes de fabrication

 

Le melt and pour : Le fondez-versez en français. Ce sont des bases de savon glycériné qu'on fait fondre, on peut ajouter des colorants, huiles, fragrances ou huiles essentielles, on verse dans des moules puis démoulage rapide. Utilisation dès refroidissement total. idéal comme activité à faire avec les enfants.

Allez voir les beaux savons de Daphnéa ainsi que ceux de Tallulah.

La refonte : C'est, comme son nom l'indique, la fonte d'un savon déjà sec au bain marie afin d'y rajouter des additifs tels que hv, he, fragrances, purées de fruits ou légumes.

La méthode à froid : Fabrication du savon de A à Z, maturation du savon à température ambiante

La méthode à chaud : idem que méthode à froid, sauf qu'on accélère la saponification en chauffant la pâte à savon au bain marie

ITMHP = In The Mold Hot Process : idem que méthode à froid, sauf qu'on accélère la saponification en chauffant la pâte à savon dans le four à 70-100°C pendant 2 heures.

La méthode fouettée : on fouette les huiles avec la soude de façon à incorporer de l'air dans le savon qui flottera

 

 

II - Méthode à froid

 

1. Fabrication

Voir les méthodes en image : Pas à pas de Thomaelle, le savon de biscuit et Le Savon Artisanal de Nancy

La pâte à savon est versée dans des moules, on attend que le savon durcisse avant de démouler et couper le savon si besoin, ensuite la saponification se termine en une semaine à température ambiante. Attendre 4 semaines, que le savon soit bien sec, avant de l'utiliser.

Avantages : Savon bien lisse, possibilité de faire des savons marbrés, pas de cuisson.

Inconvénients : Délais d'attente avant utilisation longue

 

2. Les huiles végétales

Les propriétés intrinsèques des huiles se renssntent dans le savon. Propriétés des huiles : Allez voir les tables de Derma-Nova, les fiches d'Aroma-zone.

- Huiles bio ou pas : c'est un grand débat, certaines s'accordent à dire que la soude tue tout, donc pas besoin d'huiles bio, d'autres assurent que certains pesticides ne sont pas tués par la soude, donc, d'après elles il vaut mieux prendre du bio. Personnellement, je crois plus à la première version, donc je n'achète pas bio

- Huiles ajoutées à la trace : elles peuvent être ajoutées à la trace afin de ne pas trop détériorer leurs propriétés ou  si l'on veut que les acides gras non-saponifié de nos savons surgras correspondent plutôt à ces huiles. 

- Huile de coco = végétaline, pas besoin d'huile qui sente le coco pour le savon

- Huile de palme = "spécial frites" de leader price

- Attention aux huiles qui font rancir le savon plus vite : maïs, tournesol. Il convient d'utiliser un conservateur dans ces savons-ci : vitamine E, etrait CO2 de romarin, préparation anti-racissement (Aox-cos, anti-ranz, etc.)

- Mes huiles préférées pour les savons : coco, palme, colza, pépin de raisin, olive

- Proportions : j'utilise une base qui se compose toujours d'à peu près les mêmes proportions d'huiles. En général 10 à 15 % d'huile de coco, 20 à 25 % d'huile de palme et le reste : huile d'olive, canola, pépins de raisin...

- Cire d'abeille : sert à faire durcir le savon. Elle n'a pas de propriétés spéciales pour la peau, ne peut pas se substituer à une huile, fond à 60°C donc le mélange eau/soude+huiles doit se faire à température plus élevée que d'habitude.

 

3. le matériel

- Mixeur pied métal : ne pas utiliser un mixeur dont le pied n'est pas en plastique ou en 100% inox sinon la soude va réagir avec le métal du pied et le détériorer.

- Cuillère en bois : difficile à nettoyer, préférer une cuillère en plastique.

- Les moules : Les moules en silicone ou en latex n'ont pas besoin d'être graissés... ça se démoule tout seul.

Pour utiliser des moules en plastique rigide, on ne graisse pas non plus, mais pour démouler, on mets une heure au congélateur, puis on passe à la vapeur, et ça se démoule tout seul.

Pour un moule en bois, il faut mettre du papier sulfurisé ou un sac poubelle au fond du moule.

Vous pouvez aussi utiliser des briques de jus de fruits ou des boites de pringles propres. L'avantage c'est que ces contenants ont une paroi interne qui permet un démoulage facile tout simplement en cassant la boite.

- La balance de ménage utilisée pour le dosage des ingrédients peut aussi être celle de la cuisine car elle n'est pas en contact avec la soude, pas besoin d'en racheter une autre.

 

4. le liquide de dilution de la soude

- Eau distillée, déminéralisée ou du robinet : l'eau distillée est exempte de microbes (au moment de l'ouverture du flacon seulement), la soude tuant tout, ce n'est pas nécessaire d'utiliser cette eau plus chère qu'une autre.

Si l'eau du robinet est dure, mieux vaut utiliser de l'eau déminéralisée qu'on trouve en supermarché. Sinon l'eau du robinet suffit.

- Quantité : le calculateur The Sage indique une fourchette pour le liquide de dilution de la soude, prenez le juste milieu.

 

- Laits pour diluer la soude :

il faut les congeler avant, car avec le processus de saponification fait cuire les sucres du lait (caramélisation).

En général, la moitié du liquide de dilution est de l'eau et l'autre moitié est du lait, la chaleur dégagée par la dilution de l'eau avec la soude monte le mélange à 94°C, l'ajout du lait congelé fait descendre la température du mélange tout en décongelant le lait, qui ne cuit pas.

Les savons au lait sont très crèmeux et très doux.

 

- Jus de carotte, de citron, infusion : pas nécessaire de les congeler, mieux vaut juste les refroidir au frigo

 

5. additifs à la trace

  • miel
  • huiles précieuses
  • lait : mieux vaut qu'il soit très froid, pas congelé mais "en cristaux"
  • graines de toutes sortes
  • purées de fruits
  • he ou fragrances
  • colorants : épices, argiles, oxydes de fer, micas....
  • ...

 

6. Petits problèmes

- Pellicule blanche = cendre de soude : Ce n'est pas dangereux (voir le savon C. l'avocat" : savon à l'huile d'avocat par Michèle)

- Le savon est mou : si les proportions d'huile et de soude sont bonnes, le savon devrait durcir fatalement. Patience. Si le savon est composé uniquement d'huiles liquides, le savon ne sera jamais très dur.

- Tâches blanches dans savon : La pâte à savon n'a pas été suffisamment mélangée et la saponification n'est pas complète. Les grains blancs sont des grains de soude, le savon est donc caustique, il faut jeter tous les savons.

 

 

III - Procédés à chaud

 

Méthodes en image sur le site du savon de biscuit

 

1. Méthode à chaud

La pâte à savon est chauffée au bain marie après l'apparition de la trace pendant une ou deux heures, jusqu'à la fin de la saponification.

Attention : il ne faut pas que le fond du bol qui contient la pate à savon touche l'eau du bain marie, sinon ça cuit trop vite ! C'est prêt quand la pâte à savon a une texture de purée.

Les he sont introduites à la fin de la cuisson.

 

Avantages : on peut utiliser le savon tout de suite après. Idéal pour les impatientes. On peut introduire à la fin de la cuisson des ingrédients qui ne supporteraient pas le contact avec la pâte à savon caustique. Il faut moins d'he pour parfumer un savon méthode à chaud que pour une méthode à froid, pour une odeur équivalente.

Inconvénient : Le savon a un texture moins lisse que la méthode à froid.

 

2. In The Mold Hot Process (ITMHP)

La pâte à savon est versée dans des moules après l'apparition de la trâce et est chauffée au four à 80-100°C pendant 2 heures.

Avantages : Pas de période de murissement, le savon est utilisable immédiatement. La texture est lisse comme pour la méthode à froid classique.

Inconvénients : le savon fond quand même plus vite qu'un savon qui a muri pendant 4 semaines. Mieux vaut quand même le laisser sécher un peu avant de l'utiliser. Attention, quand c'est un savon au lait, ça cuit les sucres... j'ai eu une mauvaise expérience avec du lait de chèvre ajouté à la trâce puis méthode itmhp....

 

III - Méthode fouettée

Allez voir l'article de Nadyne, pas de photo mais très bien expliqué ainsi que le site du créateur de cette méthode, Nizzy, malheureusement en anglais.

La composition des huiles doit être obligatoirement : 80% d'huiles solides (coco, palme) et 20% d'huiles liquides.

On fouette avec un batteur à oeufs les huiles solides à température ambiante, puis on ajoute les huiles liquides. On verse le mélange eau-soude (qui doit être lui aussi à température ambiante, donc nécessaire de le faire à l'avance) doucement, tout en continuant à battre. Il n'y a pas de trace dans cette méthode, quand le mélange commence à figer, c'est bon, on peut mouler après ajout de colorants et de fragrance ou he.

 

Avantages : le savon flotte, on peut colorer avec des colorants alimentaires et avoir de bons résultats, pas de chauffe des huiles. Le savon se démoule moins de 24 h après moulage. On peut faire des beaux savons artistiques avec une poche à pâtisserie, tels ceux de Bire5.

Inconvénients : la solidification de la pâte à savon est telle que c'est presque impossible de mouler dans des moules individuels. si on attend trop pour démouler le savon, le couper est presque impossible.

 

Voilà, j'arrive au bout de ce à quoi j'ai pensé...
Si vous avez d'autres questions, n'hésitez pas, j'y répondrais !

Pas à pas Savon en refonte

Faire son savon maison : bien débuter

Par Thomaelle

Suite à une demande pressante de la part de Catherine, je me décide enfin à vous faire le pas à pas de la refonte de savons. Cela a déjà été très bien expliqué sur le blog de Zenbiloba, la bible en matière de refonte, mais sans les images....

Cette méthode marche bien avec la refonte de savons du commerce. Personnellement, quand je dois refondre mes propres savons, j'utilise la méthode de Michèle.

Le matériel

Il faut :

  • un verre mesureur
  • une balance de ménage
  • deux casseroles de grandeurs différentes
  • une bouilloire électrique (facultatif)
  • une cuillère en bois
  • un ou plusieurs moules en silicone (ou pots de yaourt...)

loisrs_cr_atifs_078

La recette

J'ai choisi une recette de savon à l'aloes de Zenbiloba qui m'inspirait bien

340 g de savon râpé
70 ml d'infusion de menthe
190 ml de gel d'aloes
10 ml d'huile essentielle de menthe

loisrs_cr_atifs_070

Mode opératoire

Peser le savon en paillettes

loisrs_cr_atifs_080

Moi, je l'ai passé au mixeur afin d'obtenir des particules vraiment très fines et qui vont fondre très facilement !

loisrs_cr_atifs_084loisrs_cr_atifs_086

Mesurer le gel d'aloé

loisrs_cr_atifs_079

Faire l'infusion de menthe. Moi j'ai utilisé la menthe séchée que Libellune m'avait envoyé lors de notre troc. J'en ai fait volontairement plus que necessaire pour boire le reste... ;o)

loisrs_cr_atifs_073loisrs_cr_atifs_087

Verser le savon dans la petite casserole et rajouter par dessus le gel d'aloes et l'infusion. Bien mélanger.
Mettre le tout au bain marie sur la plus grande casserole sur feu doux.

loisrs_cr_atifs_088loisrs_cr_atifs_090

Remuer régulièrement avec la cuillère en bois jusqu'à obtention d'une pâte lisse et sans morceau de savon non fondu. Ici, ça m'a pris environ une heure. J'ai eu largement le temps de papoter avec tallulah sur msn en buvant mon infusion... Que du plaisir !

loisrs_cr_atifs_101

Enlever alors la casserole du bain marie et attendre quelques minutes afin que la pate à savon refroidisse un peu avant de rajouter les he. Bien mélanger.

loisrs_cr_atifs_103loisrs_cr_atifs_104

Verser dans les moules.

loisrs_cr_atifs_106loisrs_cr_atifs_107

Nettoyage

L'avantage, par rapport à la méthode à froid, c'est qu'on peut laver la casserole et cuillère en bois sans ajout de détergent, ni gants.... Un peu d'eau chaude et ça roule !

loisrs_cr_atifs_109

Démoulage

On peut démouler quand le savon a bien durci, ça peut prendre de une heure à 24 heures ! Ici, j'ai pu démouler au bout de 2 heures.

loisrs_cr_atifs_075

Séchage

Il faut permettre aux savons de bien sécher, pour ce faire, ils ont besoin d'au moins 3 à 4 semaines, afin de ne pas fondre trop vite à l'usage...

Pour plus de précisions concernant la refonte, je vous encourage vivement à consulter le blog de Zenbiloba qui a fait un superbe article à ce sujet.

Fard à paupière de Le Grimoire

Maquillage

Par Thomaelle

"POUDRE AUX YEUX"

La recette est très simple en elle-même, elle comporte peu d'ingrédients mais sa préparation est très longue ! Et attention, les pigments sont difficiles à utiliser :


1 - ils "volent" partout!!
2 - ils tâchent tout ce qu'ils touchent (mais sont heureusement très faciles à nettoyer!)
3 - ils sont trompeurs : votre fard sera toujours plus clair une fois étalé sur votre peau par rapport à la couleur de votre poudre (vous vous en rendrez compte sur les photos)

Vous remarquerez que je n'utilise pas d'eau. Il est vrai que l'on serait tenté d'en utiliser pour obtenir plus facilement un fard compact et mélanger plus facilement poudre et pigments (comme par exemple dans une recette de fard à joues que le Lutin avait noté sur son blog, recette trouvée sur Mode et Travaux je crois!)
Mais qui dit eau dit forcément prolifération de microbes, bactéries en tout genre ! Et un fard à paupière est appliqué près.... des yeux, donc PRUDENCE!!

Donc, 3 solutions s'imposent :
1 - soit on utilise de l'eau mais dans ce cas on est obligé d'utiliser un conservateur puissant (donc pas naturel !),
2 - soit on utilise de l'eau et on utilise un conservateur naturel (donc pas très efficace) et on réduit considérablement le temps de conservation : donc on garde son fard au frigo (bof bof) et on le jette à la poubelle au bout de 10 jours! bof bof bof bof :-(
3 - soit on n'utilise pas d'eau et donc..... pas de conservateur, pas de frigo et on garde son fard (bien fermé, à l'abri de l'humidité) longtemps !! ah ah ;-)

 

INGREDIENTS ET MATERIELS

- pigments minéraux naturels    mes_pigments
- amidon de marantha (appelée également arrow root)  amidon_de_marantha
- cire de jojoba
- huile de ricin

- bol en pirex ou verre
- cuillère plastique à usage unique (et si vous avez un petit pilon, ce sera merveilleux)
- pipette
- petit contenant
- balance

LE CHOIX DES INGREDIENTS

* Amidon de marantha (maranta arundicaceae) : poudre très fine, légère, soyeuse, elle a des vertus cicatrisantes.

Ma première idée était d'utiliser de l'amidon de riz ou de la maïzena. Mais en réfléchissant, je me suis dit que les pigments étant déjà très "assèchants", ce sont des pro-oxydants des lipides cutanés (merci Internet) et l'amidon de riz étant utilisé dans les huiles et crèmes comme matifiant, les 2 ne feraient pas forcément des merveilles sur notre peau !
L'amidon de marantha par contre est utilisée dans les émulsions (entre autre) pour donner un toucher très soyeux mais elle n'est pas aussi matifiante. Je l'ai donc adoptée.

* Huile de jojoba (qui est en fait une cire) : sa composition est très proche de celle du sébum humain. Son action anti-déshydratatante (elle maintient l'eau à l'intérieur des tissus) et ses propriétés régénérante, anti-rides, régulatrice, son toucher "non gras" la rendent très intéressante pour cette recette.
Elle permettra non seulement de contre-carrer les effets desséchants des pigments, de protéger cette zone très fragile qu'est la paupière mais aussi de lier les pigments à l'amidon de marantha.
Elle est de plus non sujette au rancissement.

* Huile de ricin : épaisse, collante, bien absorbée par la peau, elle me permet aux pigments de mieux adhérer.

* Vitamine E : anti-oxydante, à ajouter aux huiles végétales.

Le plus difficile est de trouver les bonnes proportions ! Bien évidemment!

J'ai fait mes essais avec un pigment noir pour bien me rendre compte de la couvrance du fard. Au fil des essais, j'ai ajouté du blanc nacré pour obtenir un fard gris légèrement nacré.


    m_lange_noir    fard_gris_1
     en cours de fabrication              mis en pot

Vous avez la preuve en image que les pigments sont trompeurs : le fard en pot est noir, mais une fois appliqué sur la paupière, il est gris! Il faut mettre 2 couches pour obtenir un fard noir.


Résultat : une texture poudre fine, qui s'étale bien, qui s'applique aux doigts ou avec un applicateur mousse (par contre pas top au pinceau !). Les couleurs sont claires si l'on applique une seule couche mais se modulent bien. Suivant les goûts (et la coquetterie!) de chacune, une retouche est nécessaire en milieu de journée.
Ces fards se démaquillent très facilement. J'utilise personnellement un mélange d'huiles de ricin, amande douce et jojoba.

FABRICATION

Pesez environ 1 g de poudre de marantha. Tamisez pour enlever tous les grumeaux.

Ajoutez environ 25 à 30% de pigment (celui ou ceux de votre choix)

Mélangez très intimement, c'est-à-dire hâchez avec une cuillère (comme les dealers que l'on voit dans les films qui préparent la drogue, je sais pas si vous voyez bien ce que je veux dire !), puis écrasez (d'où le pilon bien venu) pour éviter tout grumeau. Alternez ces 2 mouvements.

     _craser préparation fard rose : hâchez


      h_cher préparation fard rose : écraser 

Une fois que vous obtenez une poudre bien homogène et très fine, ajouter une quinzaine de gouttes de cire de jojoba et 8-10 gttes hv ricin. Mais attention, petit à petit, 2-3 gouttes à la fois pas plus, pour éviter la formation de catons. Mélangez bien (hâcher/écraser) puis recommencez : 2-3 gouttes d'hv, mélangez.........

  goutte_jojoba_ds_m_lange

               ajout hv goutte à goutte

  ajout_jojoba

Il faut vous munir de patience, car le mélange est très long mais nécessaire pour obtenir une poudre d'une couleur très homogène.

  pigment_poudre_jojoba_or 

préparation du fard or : après ajout d'hv, commence à tenir tassé sur le bord du bol. La couleur est homogène.

Ecrasez votre poudre sur le bord de votre bol. Il ne doit pas y avoir de grumeaux, ni de différence de couleur et la poudre doit rester tassée contre le bord.

Versez un peu de poudre dans un petit contenant (ancien contenant de fard à paupières, idéal !!), tassez bien, puis recommencer jusqu'à ras bord.

J'ai fabriqué 3 fards : 1 gris/noir - 1 vieux rose - 1 doré.

  fard_grisFard Gris/Noir = obtenu avec Noir Perlé (mica, iron oxydes CI-77891-73360) et blanc perlé (mica)


  fard_or_de_pr_s Fard Doré = obtenu avec Or (mica, iron oxydes et titanium oxyde CI-77499-77891)

  fard_rose Fard Vieux Rose = obtenu avec Rouge Bordeaux (mica et iron oxydes CI-77491) et Blanc Perlé (mica).

En mélangeant sur la paupière le fard Doré avec le fard Vieux Rose, j'ai obtenu un joli cuivré.

Des recettes de fards à paupières crèmes, de blushes, de blush-crèmes.... sont en train de germer dans mon esprit...... je vous dis donc à bientôt!

                       les_fards_2 
Les couleurs ressortent mal sur cette photo!! Ce n'est pas bleu et violet mais bien gris/noir et vieux rose!!

Le Grimoire

Attention aux Droits d'auteur. Textes et Photographies protégées.

Merci pour ta générosité, Le Grimoire !


Emulsifiants, texturisant...

Faire ses cosmétiques maisons : bien débuter

Par Tallulah

Quand ,on commence à faire des cosmétiques naturels, au début on fait simple.... quelques huiles agrémentées, d'huiles essentielles, des baumes à lèvres, des gommages, des bombes de bain, des laits de bain...et puis l'envie de faire ses premières crèmes arrive vite et là pour faire un crème il faut la magie d'une émulsion et tout le monde sait que eau et huile ne se mélangent pas vraiment ...il faut donc l'aide d'un agent émulsifiant ..comme pour monter une belle mayonnaise en cuisine ...

Voilà un petit condensé simple des agents émulsifiants ...mais aussi texturants et épaississants qui contribuent à faire de belles crèmes bien onctueuses...

Les émulsifiants, texturisants et épaississants :

  • Cire Emulsifiante ( aroma-zone ) : (INCI : Cetearyl alcohol and polysorbate 60 (emulsifying wax) )

Appelée polawax outre atlantique, la cire émulsifiante est une cire d'origine végétale très simple d'emploi. Elle est idéale pour réussir et stabiliser de belles émulsions : lotions, crèmes, laits. 

Elle présente l'avantage d'être auto-émulsionnable (très peu d'agitation mécanique nécessaire), constitue un émulsionnant doux huile-dans-eau (phase aqueuse majoritaire) ; les émulsions obtenues sont dotées d'une excellente texture et d'une grande stabilité sur une large gamme de pH et de température.

Le champ d'application de cette cire est très large. Ainsi, on peut réaliser aussi bien des laits, des crèmes, des produits dépilatoires, des anti-perspirants et déodorants que des produits capillaires (source cf aroma-zone).

 

  • Alcool Cétylique : (inci : Cetyl alcohol)

Un excellent émulsifiant et épaississant d'origine végétale qui remplace heureusement le blanc de baleine ou spermaceti extrait du cachalot, action stabilisante dans les émulsions, on l'emploie généralement entre 1et 3% ..(cf.bilby&co)

 

  • Acide stearique : L'acide stéarique est un acide gras organique qui vient des graisses végétales. Il contribue à faire monter et épaissir les émulsions, il s'emploie de l'ordre de 5 % et s'introduit à la phase huileuse.
  •  
  • Palm stéaric acid :

tout comme l'acide stéarique ,le palm acide stearique (extrait des palmiers )est utilisé pour stabiliser et épaissir les émulsions , combiné avec des gommes ils donnent des texture crémeuses et nacrées.Par contre ne pas trop en abuser car une crème qui contiendrai trop de Palm stearique acide, deviendrai vite trop dure et opaque...phase huileuse de l'émulsion.

  • Emulsifiant de base (Glyceryl monostearate)

Emulsifiant d’origine végétale à base d’acides stéariques et d’acides palmitiques. Il s’utilise comme l’émulsifiant végétal dans les crèmes légères.

3% pour les lotions et 5% pour les crèmes et s'introduit en phase huileuse. (bilby & co)

 

  • Emulsifiant L (C14-22 Alkyl Alcohol, C12-20 Alkyl Glycoside)

L'émulsifiant L est un émulsifiant très naturel et écologique qui convient tout particulièrement aux pulvérisateurs et aux lotions pour la le corps, 1% dans les pulvérisateurs rend la pulvérisation laiteuse. Il s'introduit en phase huileuse ( Bilby & co )

 

  • Emulsifiant MF (Sodium stéaroyl lactylate)

Employé dans la phase aqueuse en conjonction avec l'émulsifiant VE dans la phase huileuse.

Proportion de l'ordre de 2,5% - 12% dans la phase acqueuse ( bilby & co )

 

  • Emulsifiant VE (Glyceryl stearate)

Employé dans la phase huileuse en conjonction avec l'émulsifiant MF dans la phase aqueuse.

Proportion de l'ordre de 1% - 3%  dans la phase Huileuse ..( Bilby & co)

 

  • Emulsifiant Olivem (Olive oil)

Emulsifiant naturel à base d’huile d’olive, dépourvu de PEG et biodégradable à plus à plus de 90%. Il s’emploie pour les crèmes et les lotions.

Proportion de l'ordre de  2 - 4% pour les lotions et 5 - 8% pour les crèmes et fait parie de la phase huileuse (bilby & co )

 

  • Cire d'abeille :

la cire d'abeille est employée dans une foule de produits de cosmétique, mais si elle est un excellent agent épaississant elle est imprévisible et donne des émulsions très instables ; ce n'est pas un bon émulsifiant mais combinée avec du borax, elle forme de belles émulsions très homogènes...fait bien sûr partie de la phase huileuse de l'émulsion... 

 

  • Borax ou borate de sodium , (ne pas confondre avec acide borique )

le borax, quand il est combiné à la cire d'abeille accentue le coté émulsifiant de celle-ci pour créer une émulsion stable d'eau/huile. il est assez controversé et malgré ses qualités adoucissantes, conservatrices et désodorisantes ... il vaut mieux en user avec modération...ajouter à la phase aqueuse de l'émulsion.

 

  • Lanoline :

    Matière grasse, extraite de la laine du mouton et purifiée, trés facilement absorbée par la peau , elle sert d'excipient (L'excipient est le vecteur ou véhicule du principe actif. Il permet au principe actif de parvenir là ou il est censé agir.) et émulsifiant dans les crèmes...Certains n'aiment pas son coté poisseux et collant et certains y sont allergiques ; faire un test auparavant ..(sa présence est automatiquement signalée sur les emballages) ajouter à la phase huileuse de l'émulsion.

 

  • Lecithine :

la Lécithine est une substance grasse que l'on trouve dans les oeufs et les légumes, notamment dans le soja, la forme liquide de celle ci sert d'émulsifiant et de stabilisant dans l'alimentation mais aussi dans les produits cosmétiques, elle a aussi des vertus hydratantes...elle est ajoutée à la phase huileuse de l'émulsion.

 

  • La gomme de guar :

Cet agent épaississant, extrait de graines d'une légumineuse, permet de donner de la consistance aux crèmes et laits. Il permet aussi, en concentration plus forte, d'obtenir des textures gels.

Les solutions réalisées avec cette gomme sont stables .....elle est utilisée en pharmacie pour la fabrication de gels et, en cosmétique, pour la préparation de gels, de crème onctueuses, c'est aussi un agent épaississant pour les laits ..

 

  • La gomme d'adraganthe :

la Gomme d'adraganthe, ou adragante (tragacanthe), est la gomme naturelle la plus efficace comme gélifiant.

Propriétés :

- Excellent pouvoir gélifiant

- Grande stabilité même à des pH très bas

- Résiste très bien à la chaleur

- Stabilité du gel dans le temps

Utilisations :

- Cosmétique : émulsifiant, gélifiant et épaississant pour lotions, crèmes et pâtes à dentifrice

- Industrie alimentaire :  les gelées, les vinaigrettes, les sirops, la mayonnaise, les crèmes, les liqueurs, les bonbons, les sorbets...(cf : aromazone) On l'ajoute à la phase acqueuse de l'emulsion.

 

  • Gomme d'acacia ou gomme Arabic :

c'est une des plus connue des gommes naturelles ,Elle est utilisée surtout dans le domaine alimentaire pour émulsionner des produits comme le caramel et le Toffee anglais ..Mais mélangée avec de l'eau ,elle produit un gel qui peut être utilisé pour donner de la texture et stabiliser les crèmes , lotions , laits....on l'ajoute à la phase aqueuse de l'émulsion.

 

  • Gomme de Xanthane :

Elle est utilisée comme stabilisateur, épaississeur et émulsifiant dans l’industrie alimentaire. . Elle est produite grâce à la fermentation du glucose ou du sucrose par la bactérie. Xanthomonas campestris. Sa plus grande propriété est d'augmenter la viscosité de l'eau. Elle est stabilisante et épaississante.  Pour former une émulsion, on la dilue dans la phase aqueuse.

 

  • Agar-agar

Produit gélifiant obtenu à partir d'algues rouges, il est très largement employé dans l'industrie alimentaire : confitures, gelées , flans...mais on peut aussi l'employer pour des cosmétiques en le mélangeant avec l'eau, il reproduit exactement la texture de la gelée... il suffit de l'ajouter à un liquide chaud et de le faire bouillir 2 mn, par contre il en faut très peu, et comme le dit hooly, il est très difficile de le doser pour de petites quantités...

 

A venir, les conservateurs et anti-oxydants...

Crémes pour les mains de Bluetansy

Soins des mains et des ongles

Par Tallulah

Alors...

Pour 2 pots de 60 ml plus un petit pot (pot portion de confiture):

Phase huileuse :
30 g d'huile liquide (exemple macadamia)
30 g de beurre (exemple : 15g de beurre d'avocat et 15g de beurre d'aloe vera)
15 g de cire émulsifiante (ou 13g de cire émulsifiante plus 3 g d'acide stéarique, selon la conssitance souhaitée)

Phase aqueuse : 75 g (soit des hydrolats - exemple . 35 g hydrolat d'hélichryse, 30g hydrolat de lavande aspic, soit de l'eau)

Actifs et conservateurs : Vitamine E (gélules standard de pharmacie : 3 gélules) ou oléorésine de romarin, Extrait de pépins de pamplemousse (extrait classique type citrobiotic 15 gouttes)
Huiles essentielles (exemple : 10 gouttes ciste - Cistus ladeniferus, 10 gouttes encens oliban -Boswellia carterii-, 10 gouttes lavande aspic - Lavandula latifolia)
Extraits CO2 (exemple : 6 gouttes extrait de cynorhodon -Rosehip en anglais-, 6 gouttes extrait de calendula -Marigold en anglais-, 6 gouttes d'extrait d'argousier -Seabuckthorn en anglais-)

Pour le toucher non gras : 8 g d'amidon (exemple: arrow root)

Préparer plan de travail, instruments, main et contenants, en les stérilisant (je passe tout à l'alcool à 90°, pour les contenants usagés, je les stérilise à l'eau bouillante et je les repasse à l'alcool au dernier moment). Peser les ingrédients, déboucher les flacons -dévisser et reposer les bouchons-.

Faire chauffer les beurres et la cire (et éventuellement l'acide stéarique) avec le contenu des gélules de vitamine E ou l'oléorésine de romarin  jusqu'à ce que la cire soit fondue. Ajouter votre huile liquide, mélanger. Ajouter l'amidon et fouetter vivement au fouet à main. Attention aux grumeaux !

Si vous n'avez pas utilisé d'acide stéarique, vous pouvez alors rajouter vos hydrolats à froid, assez rapidement et en mélangeant vivement. Si vous n'avez pas le tour de main, vous risquez d'obtenir une vilaine texture...mais c'est en forgeant qu'on devient forgeron...En incorporant à froid, vous préservez les propriétés de vos hydrolats.

Si vous utilisez de l'eau, vous pouvez la faire chauffer sans souci, si vous utilisez de l'acide stéarique, ou si vous voulez assurer, il est préférable de chauffer votre phase aqueuse, s'il s'agit d'hydrolats, ne pas dépasser 40°C.

Quand votre émulsion est bien stable, vérifier la température (au thermomètre ou avec l'habitude en posant la main sur votre récipient), à 40°C - ou moins- ajouter EPP, HE et extraits au CO2 en mélangeant.

Verser dans vos contenants. Si votre mélange est assez froid, fermer immédiatement, c'est meilleur pour la conservation...Effectivement fermer trop tôt un pot contenant une crème chaude peu provoquer de la condensation.

Notes :
- Si vous utilisez de l'acide stéarique et qu'il y a trop de différences de températures entre vos phases, il y a risque de floculation, d'apparition de petites boulettes blanches pas terribles.
- Certaines cires émulsifiantes ne tolèrent pas les écarts de température entre phases, la polawax est plutôt tolérante...A vous d'expérimenter en fonction de votre cire (dans ce cas, tester avec des quantités plus petites et des ingrédients pas trop chers, en sachant que changer d'ingrédients modifie tout de même les paramètres)
- On peut mettre totues les huiles à chauffer et mettre l'amidon avec, mais je trouve que procéder comme j'ai indiqué permet moins de grumeaux et préserve els propriétés des huiles au maximum.
- Si on utilise du beurre de karité, celui ci peut granuler si la crème subit ultérieurement des changements de température.
- Il s'agit d'une crème nourrissante, d'où le 50-phase aqueuse/50% phase huileuse.
- Pour l'EPP et la vitamine E, vosu devez tenir compte des indications de votre fournisseur quand isl sont prévus pour les cosmétiques, sinon, pensez à regarder le nombre d'unités pour la vitamine E (de 200 UI à 500 UI), la concentration pour l'EPP (33% dans un extrait standard).

J'ai demandé  aux miss patronnes du site, une rubrique aroma-mélanges de base...Je pourrais y faire des suggestions de mélanges pour crèmes mains... ;-)

et voilà...A vos fourneaux !

 

Merci BLUE, pour ta recette ....C'est extrêmement bien expliqué...!!

Et ça tombe bien j'ai ouvert une catégorie , "Aroma beauté, bien-etre et Santé" , axée plus sur l'aromatherapie et les mélanges, les synergies , les idées de diffusion ambiance ou bien-etre...si vous êtes adepte de diffusion d'huiles essentielles...Donc, y'a plus qu'a.....

Savons transparents de Catherine

Savonnerie

Par Thomaelle

Aujourd’hui, j’ai eu envie de refaire des savons transparents, orange (FO mangue) et vert (FO sweetgrass) alors je me suis dis tiens pourquoi pas en profiter pour mettre la recette sur « potions et chaudrons ».

J’ai suivi la recette et la méthode de Susan MILLER CAVITCH, les seules qui aient fonctionné pour moi.

Voici les proportions que j’ai utilisées pour faire ce lot de savon (j’ai partagé l’appareil avant d’ajouter couleur et parfum, après avoir passé le mélange).

Ingrédients :DSC00235

Huile de coco :             138 gr
Huile de palme :           138 gr
Huile ricin :                  117 gr

Soude :                        60 gr
Eau déminéralisée       120 gr

Additifs :

Glycérine :                   94 grDSC00234
Ethanol (alcool à 95°)  232 gr
Sucre :                       101 gr
Eau :                           78 gr (pour faire le sirop avec le sucre)

Résumé de la méthode de Susan MILLER CAVITCH :


Peser tous les ingrédients.   
- les 3 huiles
- l’alcool dans un bocal (couvrir pour éviter l'évaporation)
- la glycérineDSC00231
- le sucre et l'eau (pour obtenir le sirop)

Peser et mélanger soude + eau = laisser refroidir

- Fondre les graisses
- Chauffer sucre + eau au micro-ondes jusqu’à ébullition – mélanger, on obtient un sirop

Chauffer les huiles à 54° - ajouter soude (peu importe température)
Mixer

A la trace bien franche,  mettre au bain marie


- Ajouter glycérine, remuer, porter à 54 °

- Hors du feu, ajouter doucement l’alcool (attention de ne pas enflammer !)
  écraser doucement les morceaux avec le dos d'une cuillère – fondre tous les morceaux
  (si difficile remettre un peu à chauffer) faire attention de ne pas enflammer alcool !

- Porter le mélange à 71°
  le savon se liquéfie,  enlever du feu et écraser les derniers morceaux

- Réchauffer le sirop sucre 30 secondes au micro ondes

- Savon = 71 ° (réchauffer s’il a refroidi avant d’ajouter le sirop)
- Ajouter le sirop sucre 71°
- Mélanger doucement (qq coups de spatules pas plus)
- Porter le tout à 82 °

- Filtrer dans une passoire fine (si nécessaire)

- Ajouter le parfum, la couleur
- Verser dans les moules
- Placer le tout au congélateur 1 H environ


Les photos ont été prises à la sortie du congélateur, ça se démoule super facilement dans des moules en silicone.

Cérat de galien

Faire ses cosmétiques maisons : bien débuter

Par Tallulah

Encore une recette de base, connue de tout temps, et assez facile pour débuter...

Tirée du livre de Patrice de Bonneval "l'herboristerie".

Par contre j'ai divisé excatement par 10 les proportions ça faisait un peu trop de creme quand meme, d'un seul coup...

 

Formule en pourcentage ou pour 100 grs :

53,5 Huile d’amande douce

33 Eau de rose

13 cire d'abeille (de préférence blanche, purifiée)

0,5 Borate de sodium

 

- Faire chauffer , la cire et les huiles ensemble...

- Dissoudre le borate de sodium dans l'eau de rose, et  l'incorporer petit à petit dans l'huile à l'aide d'un fouet en mélangeant rapidement ce qui va emulsionner le mélange et produire une creme bien blanche et homogène...

- Attendre que le melange soit refroidi et le mettre imediatement en pot...

Conserver au frais.

 

Vous pouvez bien sur partir de cette recette de base de cérat et le modifier selon votre envie :

- les huiles (l'huile d'amande douce est très racissable). Plus vous croiserez les différents acides gras (en fonction des différents huiles végétales choisies), plus votre soin sera complet.

- la phase aqueuse : hydrolats, silicium organique, ou simplement de l'eau (de source, minérale ou distillée).

 

(Le borate de sodium aide à faire emulsionner la cire d'abeille d'un maniere stable)

 

D'autres cérats sur le blog :

Ma Crème de base...

Faire ses cosmétiques maisons : bien débuter

Par Tallulah

Bon , je vais vous mettre la crème de base que j'aime bien et dont je me sert souvent ...

Notament en lui ajoutant des ingrédients exfoliant... ou autre , (je l'aime bien car c'est une creme bien blanche....ou les details exfoliants, ou les poudres de mica suceptible d'etre incorporées ressortent bien ...)

Phase acqueuse

98gr d'eau distillée ou d'hydrolat

Phase huileuse

2 gr d'acide stearique

2gr d'alcool cetylique

7 gr de cire emulsifiante

20gr d'huile d'amande douce ou jojoba

5 gr de karité

 

Faites chauffer séparement les 2 phases, puis à l'aide d'un mixeur à main, mélanger la phase huileuse dans la phase acqueuse (o/w), selon l'effet recherché....En effet, l'émulsion eau dans huile (w/o) est beaucoup plus grasse au toucher qu’huile dans eau et dépend de l'émulsifiant.

 

Lorsque la température de l'émulsion atteint 25° C., ajoutez les huiles essentielles ainsi que les autres ingredients selon votre recette, poudres exfoliantes par exemple, ou conservateur (de l'extrait de pépins de pamplemousse, de la vitamine E, etc.) et continuez de mixer un peu, puis versez dans des petits contenants ...moi personnellement j'attend un peu que cela soit completement refroidi pour fermer mes pots car je n'aime pas bien les petites goutellettes de condensations à l'interieur du couvercle quand c'est encore tiede..

logo