Une autre recette de déodorant

Soins du corps

Par lloulou

Et bien voilà, les grandes chaleurs sont de retour et un déodorant efficace s’impose.

A l’origine, la base de cette recette

(que j’ai bien évidemment modifiée)

n’est pas de moi (peut-être une recette de Louva… ? ). Aussi, si quelqu’un se reconnaît…

J’ai fait une infidélité à ce déodorant en essayant la recette de Catherine que j’ai bien aimé mais que je réserve pour les prochains grands froids mais profitons de la chaleur avant !

La composition :

5 g de beurre de cacao

15 g de beurre de karité

30 g d’huile de pépin de raisin

30 ml d’eau de source ou infusion au choix

40 ml de bicarbonate de soude

20 ml de fécule de maïs

Huiles essentielles : j’alterne les mélanges pour éviter d’absorber toujours les mêmes HE

Conservateur

La méthode est la même que pour la fabrication des crèmes.

Mettre dans un pot et laisser reposer deux ou trois jours avant utilisation. En effet, j’ai remarqué que le bic et la fécule mettent quelques jours pour absorber les gras jusqu’à obtention d’une pâte homogène.

Pour l’utilisation, il suffit de prendre un tout petit peu de la pâte avec l’index et de l’appliquer sur les aisselles.

Ce que j’aime de cette recette c’est qu’elle est modulable suivant le type de transpiration que l’on a, suivant la texture que l’on préfère. Si il fait très chaud, il suffit d’augmenter la quantité de beurre de cacao.

Ce déodorant ne bloque pas la sueur mais l’absorbe et ne tâche pas les vêtements. L’essayer c’est l’adopter ! ! !

Je parle pour moi…

Voici un exemple de mélange d’huiles essentielles que je trouve efficace : 4 gouttes de citrus paradisi, 4 gouttes de melaleuca alternifolia et 4 gouttes de mentha spicata ou mentha piperita lors des grandes chaleurs.

Actuellement j’utilise un mélange anti-maringouins (@ Michèle pour le mot et @ Zen qui a un peu de misère avec eux en ce moment, n’est-ce pas Zen ?) avec du cymbopogon martinii, cymbopogon citratus, cymbopogon nardus et mentha spicata.

J’espère que vous aimerez cette recette et comme je le disais plus " l’essayer c’est… "


Le rosaire de bain

Savonnerie

Par atelierdemichele

          Dans la famille des refontes de savons maison, il y a aussi le rosaire ou chapelet de bain.

100_2240

 

         *** Tout a commencé par une visite il y a quelques mois dans un temple du design parisien très célèbre où je suis tombée au rayon "Bain" sur ces chapelets commercialisés par une marque non moins célèbre de produits et accessoires du hammam.

          ***Très simples et donc très beaux, ils servent:

- soit d'anti-mites
Le vrai savon de Marseille est aussi connu pour ces propriétés et je compte bien un jour fabriquer des plaques de savon de Marseille sans surgras à exposer dans nos armoires à la place des actuels produits.
Les pulls de monsieur et seulement les siens (?) sont régulièrement attaqués par ces bêtes malgré le magnifique bout de bois de santal ramené du Pacifique glissé, entre les piles.

- soit de savon d'invités
Il suffit d'en couper une boule pour les offrir à ceux que vous recevez et à qui vous prêtez votre douche.

- soit de lanière lavante à faire glisser dans le dos sous la douche
Avouez que c'est d'un raffinement suprême!

- soit de réserve de petits savons à emporter en voyage quand vous n'avez pas comme Catherine, une petite boîte réservée à cet effet.
J'ai choisi de faire des boules assez petites (2.5/3 cm de diamètre) pour pouvoir semer derrière soi ces savons, sans avoir le regret de les laisser et sans s'encombrer d'une savonnette humide de la douche du matin lors du départ...



         *** Cela s'est poursuivi avec le traditionnel bol de chutes de savons qui se remplit doucement au fur et à mesure des douches de la famille et des fabrications immodérées de savons.

Et voilà ce que ça donne!

100_2231

de petits tas de pâte à savon



100_2232

transformés en boules rondes de la taille désirée


100_2234

boules rondes tranformées en boules à facettes


100_2237

chutes de facettes qui redonneront des boules etc. (si ce n'est pas du recyclage ça...)


100_2238

Boules percées à l'aide d'une aiguille à tricoter



         *** Et voilà le travail!

100_2239100_2241

Le chapelet à 13 boules et le collier de bain
Il ne reste plus qu'à les laisser sécher très, très longtemps!


          ***Il est tout à fait possible de former des boules quand vous coupez vos savons à froid.
Il suffira de les percer et de les enfiler sur une jolie ficelle.

La grosse perle du collier ci-dessus est faite avec une de mes boules de savon à froid.

Vous obtiendrez ainsi des chapelets de perles de couleur différentes qui durciront certainement beaucoup plus vite que ceux faits en refonte.

Savons à l'eau de mer

Savonnerie

Par CatherineNC

Nous avions évoqué, dans les commentaires sur le "Savon exfoliant aux algues et son d'avoine" l'idée d'un "Savon thalasso du Pacifique", Michèle se demandait si l'on pourrait utiliser de l'eau de mer et si le savon sentirait la mer. Je me suis donc mise à la tâche, avec un grand plaisir, je l'avoue.

J'ai utilisé le mélange suivant :

- 25 % coco
- 35 % palme
- 40 % olive

Eau de mer (du Pacifique, s'il vous plaît !), dans laquelle j'ai fait mariner des algues (de l'Atlantique ) Kombou (Laminaria Digitata)  pour dissoudre la soude.

A la trace, j'ai ajouté :

- de la spiruline en poudre ( j'en avais à écouler car une amie m'a ramené de la poudre à la place de gélules et, franchement, je trouve que c'est "inavalable" sous cette forme...)
- des algues sèches moulues à l'aide d'un moulin à café
- un peu d'huile de carthame.

Je pensais obtenir un savon trés vert (j'avais déjà obtenu un beau vert foncé avec la spiruline), j'ai obtenu un savon plutôt clair ; quant à l'odeur de mer : aucune (désolée Michèle !) l'odeur est plutôt neutre mais pas du tout désagréable.

Savons_eau_de_mer_004












 

Ils n'ont que 3 semaines et je ne les ai pas encore utilisés mais cela ne saurait tarder car je résiste rarement trés longtemps à les essayer, là, c'est un record !

J'en ai déduit que, peut-être, l'eau de mer favorisait un savon clair !?
Pour l'odeur, l'eau de mer du Pacifique étant moins iodée que celle de l'Atlantique, il faudrait peut-être que je déménage pour me rapprocher de mon amie Thomaelle... hihi

 

Pour contrôler si l'eau de mer donnait plutôt un savon blanc, j'ai décidé d'en faire une autre fournée, avec lait de coco, pulpe de coco et fragrance coco (au dernier moment, je me suis aperçu que je n'en avais plus et j'ai donc opté pour la fragrance vanille qui, je pensais, irait bien avec un savon blanc.

Voici la composition utilisée :

- 30 % de palme
- 30 % d'olive
- 20 % de coco
- 20 % de colza

A la trace, j'ai ajouté :

- du bon lait de coco obtenu en pressant ,à travers un fin torchon, de la pulpe de coco fraîchement râpée, achetée au marché le matin même ; je projetais d'utiliser le reste pour cuisiner mais ma gourmandise l'a emporté et... j'ai tout bu.... c'est si bon !
- un peu de pulpe de coco
- de la fragrance vanille

Je n'ai pas du tout, mais du tout obtenu un savon blanc, bien au contraire.
Le premier jour le savon était relativement clair mais, au fil des jours, il fonce inexorablement.

Savons_eau_de_mer_002Les voici, 10 jours après :











Alors il faudra que je refasse le test à l'eau de mer, mais sans matière grasse comme le lait ou la pulpe de coco et sans fragrance qui, on le sait, peut faire varier la couleur.

 

Tant que j'y suis, je vous fais part de ma dernière trouvaille :

j'ai acheté, dans un magasin qui distribue de la vaisselle, des babioles et plastiques divers importés du Japon,
des petites boîtes dont la taille est parfaite pour un savon de voyage. A chaque fournée de savon, j'en moule un dans une petite boîte, il se démoule parfaitement bien et le savon est parfaitement adapté à sa petite boîte puisqu'en séchant il rétrécit un peu.

J'avais acheté 4 boîtes dans un premier temps ; j'ai voulu en acheté d'autres, malheureusement, il n'y en a plus...

Savons_eau_de_mer_005Savons_eau_de_mer_008












 

 

J'ai placé un stylo pour que vous puissiez évaluer la taille des boîtes.
Le savon un peu rosé vient juste d'être coulé, il a été fait avec du colorant bleu....

 

J'ai repris une petite photo des savons au coco pour que vous contatiez qu'ils ont ENCORE foncé !

 

DSC00311

 

 

Comme dit Missmiss, la prochaine fois que je voudrais faire des savons au chocolat qui ne sentent pas le chocolat, j'utiliserai cette recette !!!

 

Le Cérat de Galien sans borax (borate de sodium)

Trucs et astuces

Par atelierdemichele

          J'utilise la rubrique "trucs et astuces" et non "les bases" pour la formule de ce cérat de Galien mais il n'y en a pas vraiment, si ce n'est que les proportions de phase aqueuse et huileuse sont telles qu'il n'y a pas besoin de borate de sodium (ou borax) pour faire prendre l'émulsion.

Les cérats sont constitués d'un mélange d'huiles et de cires. Le plus vieux cérat qui est parvenu jusqu'à nous est celui de Galien à partir duquel on a inventé le cold cream.

 

          Le baume pour lèvres est souvent le premier cosmétique que les novices fabriquent.
Pour commencer à faire des émulsions, la première crème est souvent le cérat de Galien.
Je pense que la première crème devrait se faire avec une excellente cire émulsifiante et surtout une bonne formule!


          Je trouve cela très dommage de commencer par ce qui me semble paradoxalement, le plus difficile: fabriquer une crème eau dans huile, qui tienne, qui soit agréable et qui ne soit pas trop grasse avec une telle proportion de gras et tant de cire d'abeille qui fige rapidement.

Pourtant j'aime beaucoup le cérat de Galien qui porte le nom du père de la pharmacie.

J'en fabrique par 60g seulement (qui me dure environ 1 mois hors du frigo et sans conservateur) et j'en ai toujours un petit pot quelque part.

100_2229

 

          C'est un produit polyvalent qui me sert:

- pour nourrir les pieds le soir.
Je profite de cet instant pour me détendre, réfléchir, prendre du temps pour moi.

- pour nourrir les cheveux après le shampoing: une lichette chauffée dans les mains et passée sur le cuir chevelu (ou sur les pointes sèches pour les cheveux longs secs).
Un coup de brosse et c'est tout.

Pour cet été, il pourra être utile en masque avant le shampooing pour lutter contre les effets désséchants des bains de mer ou de piscine.

- pour les lèvres en couche plus ou moins épaisse avant le coucher avec le secret espoir que mon compagnon de lit ne mangera pas tout
- comme véhicule d'HE quand j'ai besoin d'une dose unique. L'huile est quelquefois peu pratique, elle coule, il faut un récipient ...
- comme crème nourrissante des mains quand j'ai effectué de gros travaux, testé des savons encore un peu trop basiques...

Je ne l'utilise donc pas sur de grandes surfaces de peau mais plutôt comme produit d'appoint et en couche mince. Le "secret" est donc de ne prélever qu'un petit film à la fois, en lissant la suface du pot et d'en remettre si nécessaire

 

Voici la formule originale donnée par Tallulah :

53.5% huile d'amandes douces
33% eau de rose
13% cire d'abeille
0.5% borate de Na

Des générations l'ont fabriquée ainsi mais je la trouve trop grasse, lourde et difficile à faire pénétrer.
De plus elle comporte de l'huile d'amandes très oxydable alors que la formule ne comporte pas d'anti-oxydant donc il est conseillé de garder le pot au réfrigérateur et de l'utiliser rapidement.

 

 100_2228

 

Ma formule pour un pot de 60g

36g d'huile végétale
15g d'eau, d'hydrolat ou un mélange des deux
9g de cire d'abeille bio en feuilles (je n'utilise plus celle en bloc)
+ antioxydant fortement recommandé (vit E, extrait de romarin...)
+/- HE

 

Mode opératoire

- Chauffer au bain-marie les huiles, l'antioxydant et la cire jusqu'à environ 55/60°

- Chauffer l'eau et/ou les hydrolats à la même température

- Verser l'eau dans les huiles hors du bain-marie en fouettant très vigoureusement (j'utilise un mousseur à lait à piles)

- Fouetter environ 1 minute jusqu'à ce que l'émulsion prenne sur les parois du récipient.
Ajouter les HE à ce stade si vous en mettez.

Fouetter quelques secondes supplémentaires en ayant soin de ramener constamment la crème des bords vers le centre.

-Verser dans un pot brun stérile.
Laisser refroidir avant de fermer le pot.

L'émulsion ne se cassera pas.
Le cérat durcira doucement et la surface sera suffisamment ferme pour permettre d'en prélever un film à chaque utilisation.

 

          Je recommande d'utiliser de la cire d'abeille bio en feuilles.
Elle est beaucoup plus fine et plus facile à travailler que celle vendue en blocs.
Le nettoyage des instruments aussi en est grandement facilité notamment pour les baumes.

Voici le dernier cérat  en date fabriqué avec de l'huile de roses rouges et un excellent HA de rose bulgare.

 

  100_2230

 Je voulais les utiliser dans la forme la plus brute possible.
Une délicate odeur m'enveloppe donc quand je l'utilise...

Comme on le disait, les huiles essentielles sont à proscrire pour les futures maman ou mamans allaitantes...mais on peut sans aucun risque profiter des vertues des huiles essentielles sans leur dangerosité pour la femme enceinte en utilisant des hydrolats...Et thomaelle m'a fait pensé avec sa lotion, à préparer une lotion fraiche pour jambes lourdes et mauvaises circulations avec des hydrolats...

DONC POUR 150ml : (mais vous pouvez en mettre plus )....

un mélange d' HA  en vaporisation ....

*50 ml  de cyprés pour la circulation , genevrier pour la retention d'eau

*50 ml de menthe poivré pour l'effet fraicheur

*50 ml de camomille bleue, apaisante ,( ou d'hélychrise italienne , pour la circulation )

ce mélange a des vertues activatrices du systeme lymphatique et circulatoire... vasoconstricteur...

Donc encore une fois c'est simple et efficace....


Huile de roses rouges

Faire ses cosmétiques maisons : bien débuter

Par atelierdemichele

C'est la saison des roses!

J'ai quelques rosiers rouges anciens dans mon jardin qui ont bien besoin qu'on s'occupe d'eux.
En attendant, celui qui grimpe sur le mur sud, près de ma cuisine, donne encore de très belles roses d'un rouge profond que je peux voir au printemps depuis ma fenêtre en cuisinant ou en fabriquant quelques potions de sorcière.

100_2219

Il doit être "biologique" puisqu'il n'est jamais traité et qu'il a les pieds dans de l'excellent limon de la Seine.

J'ai donc ressorti le livre de Patrice de Bonneval qui parle si bien à mes oreilles.
Il s'agit de "l'herboristerie" édité aux Editions Désiris.

C'est un ouvrage de présentation malheureusement austère mais qui tient:

- de l'ouvrage scientifique pour botanistes et phyto-aromathérapeutes
- du formulaire thérapeutique pour apothicaires sur le retour
- du grimoire pour sorcières avec de vieilles recettes improbables

mais il contient aussi quelques formules simples, intéressantes et faciles.

A la page 286, une macération de roses rouges m'a attirée et je m'y suis mise.
Cette huile de roses rouges est préconisée comme fortifiant, raffermissant et adoucissant.


    **J'ai réduit les proportions pour ne pas déshabiller mon rosier
        J'ai préféré l'huile d'argan cosmétique à l'huile d'olive trop odorante
        j'ai rajouté un antioxydant pour protéger mon huile au chauffage**


Mode opératoire:

50g de roses rouges fraîches pilées au mortier et mises dans un pot en verre brun
+ 100ml d'huile d'argan bio cosmétique
+ Antioxydant
Boucher et exposer au soleil pendant 8 jours.

- Faire légèrement bouillir (j'ai choisi le bain-marie) et exprimer fortement.

- Ajouter de nouveau à l'huile obtenue, 50g de roses rouges fraîches et pilées.
Exposer à nouveau 8 jours au soleil, faire bouillir et exprimer.

- Recommencer l'opération une dernière fois en faisant bouillir un peu plus longuement afin de consumer le suc des roses.

- Filtrer et décanter.

On obtient une macération huileuse très odorante, de rose mêlée d'un soupçon de "vert" ou d'herbacé.
Très proche de l'odeur de roses sur tiges.


Les pétales dans un mortier en marbre:

100_2184


Un peu de roses pilées:

100_2186


La dernière décantation:

100_2221


Le flacon d'huile de roses:

100_2224

J'en ai parfumé une fiole avec de l'huile essentielle de roses que je hume ou utilise pure sur la peau.

L'autre partie servira à fabriquer un cérat de Galien sans borate de sodium que j'aime beaucoup pour nourrir les pieds le soir au coucher.



vahin_

Dans la gamme des soins de grossesse, je demande le lait!

Voici la recette:

Phase aqueuse:
82 g d'infusion de thé au jasmin

Phase huileuse:
10 g de beurre de cacao
10 g d'huile végétale de coco
3 g de cire émulsifiante
3 g d'acide stéarique

3ème phase:
10 gttes d'EPP
1 g d'aloe vera concentré x40

Une fois que les ingrédients de la phase huileuse ont foudu, les mélanger avec l'infusion et fouetter. Quand le mélange passe sous les 40°, ajoutez la 3ème phase et emballez.

Je ne vous dit pas l'odeur délicieuse de chocolat, coco et jasmin! Ahhhh si bébée pouvait la sentir...elle en redemanderait. On se croirait à Tahiti! Ou chez Catherine!

Photo_032  Photo_033

Hé voilà le lait pour vahiné dans son petit flacon...la prochaine fois j'augmenterai quand même la phase aqueuse pour qu'il soit un chouia plus fluide.

Variations sur les brumes de maison

Senteurs et parfums

Par veneziapetitpois

Depuis plusieurs mois, je prépare régulièrement des brumes de maison très odorantes, uniquement en faisant macérer plantes et épices, sans huiles essentielles… ce qui me permet d'en offrir aux copines enceintes. Par ailleurs, je trouve que le parfum obtenu est particulièrement tenace, sans jamais être agressif. J'ai testé de nombreux mélanges. J'indique ici ceux qui me semblent les plus réussis:

Rose-vanille-gingembre
15cl hydrolat de rose
30cl vodka ou cachaça ou eau de vie de fruit, celle qui est vendue pour préparer des cerises à l'eau de vie par exemple. L'alcool doit titrer dans les 40° environ.
30cl eau distillée ou déminéralisée
2 cuillérées à soupe de pétales de rose roses (rosa damascena). Je peux aussi utiliser des roses rouges.
1 bâton de vanille fendu en deux et coupé en tronçons
1 gros tronçon de gingembre frais, pelé (de la taille de la première phalange du pouce)

Placer le tout dans un (ou plusieurs) bocaux à goulot large, à l'ombre et à l'abri de la lumière. Je les garde dans ma penderie. Les retourner de temps en temps. Filtrer au bout de trois semaines environ (ouvrir de temps en temps pour sentir le mélange). J'utilise un filtre à café en nylon très fin. Je conserve le liquide filtré dans une bouteille en verre, toujours dans ma penderie. Il continue à évoluer et le parfum mûrit lentement. Je ne transvase dans un vaporisateur qu'au dernier moment, quand je prévois de m'en servir ou de faire un cadeau.

Variante rose-vanille-girofle
Je remplace le gingembre par trois clous de girofle qui apportent une nuance poivrée. 

Variante patchouli-rose vanille
2 cuillérées à soupe de feuilles de patchouli séchées remplacent le gingembre. Pour qui aime le parfum du patchouli (le vrai), c'est une merveille.

Variante pandanus
Le pandanus est une plante que l'on trouve en Asie (dont les feuilles sont parfois utilisées dans les desserts). On trouve dans les épiceries indiennes de l'eau de kewra, en fait de l'eau aromatisée avec de l'extrait de pandanus. Son parfum s'apparente à celui de la rose, avec un je ne sais quoi d'oriental qui m'enchante. Par ailleurs, c'est un produit peu onéreux. Je remplace donc parfois l'eau de rose par de l'eau de kewra (qui s'accorde particulièrement bien avec le patchouli).   

J'utilise notamment ces brumes contre les odeurs de tabac. C'est très efficace.

Lotions pour toutes les peaux

Soins du visage

Par Thomaelle

J'aime bien les lotions et la sensation de fraicheur qu'elles laissent sur le visage...

Ma recette de base pour 240 ml :

100 ml d'hydrolat
100 ml d'eau distillée ou minérale
1 càs d'huile végétale
1 càs de gel d'aloe vera
1 càs de savon liquide

Pour les peaux mixtes à grasses :

Hydrolat de lavande et de menthe, hv pépin de raisin

Pour les peaux sensibles :

Hydrolat de camomille et de lavande, hv calendula

Pour d'autres idées d'utilisation d'hydrolats, je vous conseille d'aller consulter le blog de Bluetansy qui a fait une série d'articles très bien faits sur ce sujet !

Suivant votre type de peau, vous pouvez rincer ou pas... La teneur en savon est très faible, mais certaines peaux supportent mieux que d'autres !

Faire son premier savon : Pas-à-pas Savon Lavande Pavot

Faire son savon maison : bien débuter

Par Thomaelle

Ca fait un moment que j'y pense, me voici enfin décidée à vous livrer sur ce blog l'article le plus populaire de mon blog ! Bonne lecture, et n'hésitez pas à poser toutes les questions qui vous viennent en commentaires !

 

Mise en garde

Avant de lire et d'appliquer le pas à pas qui suit, vous devez savoir que manipuler la soude c'est dangereux ! Le contact de la peau avec la soude provoque de graves brulures, de même qu'en cas d'inhalation, de contact avec les yeux et en cas d'ingestion. D'où l'intéret de bien vous protéger en prenant les mesures necessaires : gants, masque, lunettes de protection, vêtement à manches longues.

Plus de renseignements sur les dangers de la soude

Vous ne devez jamais prendre une recette trouvée dans un livre, dans un blog, dans un forum, pour argent comptant ! Il faut toujours recalculer chaque recette avec un calculateur adéquat tel que The sage, pour la vérifier et si vous la modifiez. Si vous échangez une huile contre une autre, il faut recalculer aussi car chaque huile n'a pas le même indice de saponification.

Il y va de votre santé, ne jouez pas avec !

En cas d'accident, je ne saurais être tenue pour responsable...

 

  

Les ustensiles

 

loisirs_cr_atifs_869     loisirs_cr_atifs_870

 

Tous les ustensiles doivent être à usage réservé aux savons (à cause du contact avec la soude).

Il faut :

  • une balance de ménage
  • un saladier en pyrex ou en verre
  • un grand pichet résistant aux hautes températures et aux produits chimiques (en verre par exemple)
  • une plus petit pichet
  • une spatule en silicone
  • une grande cuillère
  • un mélangeur à soupe à pied en plastique ou en inox (surtout pas en aluminium)
  • 2 thermomètres qui montent jusqu'à 100°C
  • une casserole pour le bain marie

 

Les protections

 

loisirs_cr_atifs_871

 

Le contact avec la soude est dangereux pour la peau donc il convient de se protéger très sérieusement :

  • un tablier, des manches longues
  • des lunettes de protection
  • des gants
  • un masque nez-bouche

 

La recette

 

Sans_titre_1

 

Même sur une recette trouvé sur internet ou sur un livre, il faut toujours vérifier les proportions à l'aide du calculateur The Sage (le seul compétent en la matière sur le web, malheureusement en anglais).

 

Les huiles

loisirs_cr_atifs_867

 

Dans cette recette, il me faut : Revérifiez les proportions à l'aide de The Sage pour peu que je me sois trompée en recopiant....

  • 250 g d'huile de coco (coconut oil) = végétaline dans le commerce
  • 200 g d'huile de palme (palm oil) = Spécial frites chez leader price
  • 300 g d'huile de pépins de raisin (grapeseed oil)
  • 200 g d'huile d'olive (olive oil)

 

Les ajouts supplémentaires

  • 5 ml huile essentielle de lavande
  • 2 càs de grains de pavot

 

La soude

 

loisirs_cr_atifs_868

 

On trouve la soude, en france, dans les magasins de bricolage sous la marque Spado.

 

Le dosage de la soude

Doser 300 g d'eau dans le grand pichet, et réserver. Mesurer avec la balance et le petit pichet (ici un verre) 134 g de soude.

 

loisirs_cr_atifs_876    loisirs_cr_atifs_873

 

Attention, il faut être très précis sur ces mesures, la réussite de la recette en dépend !

Verser la soude dans l'eau (et pas le contraire pour éviter les projections)
Mettre le pichet dans l'évier avec un fond d'eau froide pour refroidir le mélange aux alentours de 40 °C.

 

loisirs_cr_atifs_877   loisirs_cr_atifs_878

loisirs_cr_atifs_879

 

Le dosage des huiles

Mesurer les huiles une à une dans le saladier à l'aide de la balance.

Pendant ce temps, mettre le bain marie à chauffer.
Mettre ensuite le saladier sur le bain marie et faire fondre l'huile solide. Porter le mélange à 40-42°C.

 

loisirs_cr_atifs_885    loisirs_cr_atifs_887

 

Le mélange des deux phases

Quand les deux phases sont à 40°C environ, verser la soude dans les huiles.

Mélanger les deux à l'aide du mélangeur à soupe et attendre la trâce.

 

loisirs_cr_atifs_889    loisirs_cr_atifs_890

 

La trâce

Le mélange devient beaucoup plus épais et quand on laisse tomber un peu de ce mélange sur le reste du mélange, il ne coule pas et reste en surface en faisant une trâce... Je ne sais pas si je suis bien claire là !

La trâce est obtenue en 2 à 3 minutes.

 

loisirs_cr_atifs_898

 

L'ajout des suppléments

A ce moment, on peut rajouter les graines de pavot et l'huile essentielle de lavande.

 

loisirs_cr_atifs_899    loisirs_cr_atifs_901

loisirs_cr_atifs_902   loisirs_cr_atifs_903

 

Bien mélanger.

 

Coulage dans les moules

J'aime bien utiliser des moules en silicone pour mes savons. Le démoulage est super facile. Si vous n'en avez pas, vous pouvez aussi utiliser des boites de pringles ou des briques de jus d'orange ou de lait bien nettoyées.

Verser le mélange ainsi obtenu dans les moules à l'aide de la grande cuillère et bien racler les parois à l'aide de la spatule en silicone pour ne pas en perdre une miette... Du si bon savon, pensez donc !

Appliquer par dessus les moules un plastique alimentaire style sel-o-frais pour éviter l'apparition d'une pellicule blanche à la surface du savon.

Mettre le tout dans une glacière ou si vous n'en avez pas comme moi, dans le four (bien avertir toute la famille que les nouveaux petits gateaux ne se mangent pas !) et appliquer par dessus une serviette afin de bien garder la chaleur nécessaire pour le processus de saponification.

 

loisirs_cr_atifs_872   loisirs_cr_atifs_904

loisirs_cr_atifs_905   loisirs_cr_atifs_909

loisirs_cr_atifs_910   loisirs_cr_atifs_911

 

Maintenant on attend environ 24 h.

 

Nettoyage

Pour nettoyer les ustensiles dont on s'est servis pour cette recette doivent être nettoyés avec de l'essuie-tout puis quand la plus grosse partie du savon est enlevée, laver avec une éponge réservée à cet usage et avec du liquide vaisselle. Ne jamais jeter le reste de savon dans l'évier !

 

loisirs_cr_atifs_906   loisirs_cr_atifs_907

 

Démoulage

Le lendemain, les savons sont près à être démoulés.

 

loisirs_cr_atifs_870

 

La période de séchage

Pour pouvoir être utilisé sans risque, il faut être sur que le processus de saponification est bien terminé et que le savon est très sec... Il faut donc attendre 4 semaines ! C'est long, je sais mais c'est nécessaire !
On le met donc dans un endroit assez sombre et bien ventilé... moi je n'ai pas dans ma maison cet endroit miracle alors je mets mes savons dans ma chambre... au grand désespoir de mon mari qui doit dormir encerclé par les odeurs les plus diverses.

 

PS : la phase de chauffe de l'huile n'est nécessaire que si dans les composants il y a des huiles solides (coco, palme, karité, cire d'abeille...). Si vous n'avez dans votre recette que des huiles liquides, vous pouvez préparer la soude plusieurs heures à l'avance de façon à ce qu'elle soit à température ambiante quand vous voudrez faire votre savon. Ceci évite l'achat de thermomètres et l'utilisation du bain marie.