On peut entendre régulièrement sur les blogs des cris de colère de personnes blessées par la publication d'une recette copiée ou fortement inspirée d'une des leurs sans en mentionner la source.

Si cela est compréhensible mais dommage car finalement être copié c'est flatteur et copier n'est pas honteux, il arrive que soient dans l'air du temps, tous les éléments pour que plusieurs personnes pensent à la même chose en même temps.

        C'est souvent arrivé dans l'histoire des grandes découvertes (!) et nous en sommes les heureux bénéficiaires.

Le monde de la cosmétique fait maison est dynamique, souvent joyeux et très inventif. Je suis heureuse d'y participer et je suis très souvent stupéfaite par l'ingéniosité des un(e)s et des autres.

 

       C'est donc avec une joie étonnée que j'ai lu ce matin sur le forum des Céphées naturelles l'intervention de Pumbaa2 suivie de celle de Wistiti qui ont chacune formulé un soin autour des mêmes ingrédients.

Je remarque qu'elles ont toutes les deux choisi des pseudos inspirés d'animaux; Je pense changer mon prénom et écrire dorénavant sous le nom de Mimi la souris, histoire de rester dans le même mood qu'elles ^_^

 

DSC03796La crème tient en pots ou flacons pompe

 

       Nous avons donc choisi en même temps de nous fabriquer des soins à base de Sélénium couplé à des vitamines A, C et E.

Pour ma part, dans la crème de l'air du temps au sélénium, je teste un émulsifiant que j'utilise pour la première fois:
 

le Methyl glucose sesquistéarate
 

          Il est vendu sous le nom d'Emulsan®

Dans cet INCI,  on entend glucose et stéarate (pour faire simple, c'est un ester de l'acide stéarique et d'un glucoside, "sesqui" étant mis pour "un et demi").

Emulsifiant huile dans eau réputé être peu irritant pour l'oeil, il peut s'utiliser en couple avec d'autres émulsifiants et est très doux.

On peut donc y penser pour formuler de jolis soins pour le contour de nos yeux délicats.

 

          Je voulais une crème nourrissante.

Je couple l'emulsan avec du glyceryl stéarate SE (du VE auto-émulsifiant) et des co-émulsifiants nourrissants et filmogènes (lanolin alcohol et cétyl palmitate pour stabiliser à la chaleur).

Le glycéryl stéarate SE a un HLB plus élevé que le VE (glyceryl stéarate). Il peut donc s'utiliser seul sans co-émulsifiants.

On l'appelle SE (pour Self Emulsifier) car il contient en plus du VE un peu de potassium ou de sodium stéarate.

        On l'obtient en faisant réagir un excès d'acide stéarique avec de la glycérine. L'excès d'acide stéarique étant ensuite mis en contact avec un agent alcalin bien connu des savonnières (soude ou potasse autrement dits hydroxyde de sodium ou de potassium que l'on entend dans leur nom).

 

Acide stéarique en excès + glycérine

=

Glycéryl stéarate (VE)+ excédent d'acide stéarique (+ soude ou potasse)

=

Glycéryl stéarate (VE) + savon de soude ou de potasse (sodium ou potassium stéarate)

=

Glycéryl stéarate SE

 

Le produit final de la réaction contient donc le glyceryl stéarate et les sels de potassium ou de sodium issus de la saponification. C'est le glyceryl stéarate SE.

        Comme tout le monde sait aujourd'hui qu'un peu de savon donne de très belles émulsions couplé avec un émulsifiant, on comprend l'intérêt du glycéryl stéarate SE!

Plus d'infos

 

 DSC03795L'extrait glycériné de fleurs de violettes fraîches avant filtration

 

Formule générale

- 2.5% emulsan
- 1.5% glyceryl stérate SE (ou 1% émulsifiant VE et 0.5% savon rapé)
- 2% lanolin alcohol (ou lanoline végétale mais augmenter la proportion à 3 ou 5%)
+ 1% cétyl palmitate (ou autre épaississant cétyl esters, alcool cétylique, acide stéarique..)
ou 3% d'épaississants si vous ne voulez pas de substituts de lanoline.
- 5% beurres
- 19 ou 20% huiles végétales au choix
le reste en eau, hydrolats, glycérine, actifs et conservateurs pour 100% au total

  

Formule de la crème "Dans l'air du temps"

 

- Phase aqueuse

41% eau
15% silicium organique
3% extrait glycériné maison de fleurs de violettes sauvages fraîches
0.2% gomme xanthane
 

- Phase huileuse

8% huile de noix du Brésil bio
5% squalane d'olive
3% huile de jojoba bio
3% huile de sésame désodorisé bio (Bilby)
3% huile de babassu bio (ou coco)
2.5% Emulsan (lesutilesdezinette)
2% beurre de karité du Bénin
2% alcool de lanoline (allerlei praktisches.ch)
1.5% glycéryl stéarate SE (lesutilesdezinette)
1% cetyl palmitate (Bilby)
0.8% cire de jojoba
 

-Troisième phase

3% huile d'inca inchi (Malegria)
3% fucogel 1.5 (Bilby)
1% complexe vitaminique ACE (lesutilesdezinette)
1% extraits CO2 de cassis et d'onagre
0.5% Ecogard
0.5% mélange d'HE peaux matures à la violette
 

+/- acide lactique pour ajuster le pH aux environs de 5.

 

 selenium_03

structure chimique du Se (Source)

 

Le sélénium
 

        Oligo-élément à effet anti-oxydant que le corps ne synthétise pas et qui n'est apporté que par une bonne alimentation.

Il faisait partie des compléments vitaminiques donnés aux participants de l'étude  SU.VI.MAX (SUpplémentation en VItamines et Minéraux Anti-oXydants) lancée en octobre 1994 en France.

Il s'en est suivi une inondation du marché avec ce type d'associations d'antioxydants (sélénium et vitamines A, C et E) en comprimés puis évidemment en crèmes pour éviter la décrépitude ^_^

 

     Comme on y croit fermement, on se fabrique la même chose en choisissant de la noix du Brésil (ou d'Amazonie), championne toutes catégories parmi les végétaux pour sa richesse en sélénium.

Parce qu'il y a aussi les huîtres du Pacifique (Catherine, file sur l'ïle de Uitoé il y en a plein sur le plâtier!), le thon en conserve, les abats de dinde ou de poulets...

        Mais bon, je vous laisse tester tout ça en crèmes si vous le voulez mais moi je choisis prudemment l'huile de noix du Brésil (Bertholletia excelsa) dans laquelle je ne sais pas s'il reste beaucoup de sélénium mais je sais faire des crèmes avec.

Elle contient des omégas 6 en quantité (ciment cutané) ainsi qu'une bonne proportion d'acides gras saturés (palmitique et stéarique) qui apportent une belle action protectrice anti déshydratante  pour les peaux sèches.

Autre soin à l'huile de noix d'Amazonie

Fiche sur cette huile

 

      Pumbaa2 a choisi pour sa part, des granions de sélénium en ampoules.

      

Le complexe vitaminique ACE
 

       Il contient donc des vitamines que l'on utilise régulièrement dans nos produits de beauté pour leurs différents effets notamment anti-oxydants.

Il s'utilise de 0.5 à 2% de la formule.

        Dans ce mélange lactescent,  les vitamines sont solubilisées dans de l'eau alcoolisée avec de l'huile d'arachide, du coco fractionné et de la lécithine. Ce mélange est conservé et acidifié pour assurer sa stabilité.

 

        Il me semble possible de le remplacer par un mélange des dites vitamines composé au maximum  de

-0.5% de vitamine E sous forme d'acétate (gélules dosées à 500mg)

-1% de vitamine C sous forme d'ascorbyl phosphate

-0.5% vitamine A sous forme de rétinol palmitate.
 

Point sur les vitamines en cosmétique

 

 DSC03770
La crème 48h après la préparation

 

Le mélange d'HE peaux matures à la violette
 

      Utilisé en faible quantité (0.5% soit 15 gouttes pour 100g de crème) et composé autour de l'absolue de feuilles de violettes à l'odeur verte et herbacée assez soutenue. Elle stimule l'élasticité cutanée et ravice les teints ternes et fatigués (source).

J'ai utilisé également un extrait glycériné maison de fleurs de violettes sauvages à l'odeur inexistante mais comme on a dit qu'on y croyait...

 

En gouttes :

20 carotte parties aériennes fruitées Simples pluriel,
10 galbanum Myrtea,
10 lavande d'altitude bio Florame,
6 myrrhe Bilby,
15 parfum de rose indien Venezia,
20 bois de rose Sevessence,
10 absolue de feuilles de violettes Aromazone,
20 citron vert Purissimes.

 

          La crème est bien blanche, elle est fluide au moment de la couler en flacons mais elle épaissit au cours des premières 48 heures.

Je la trouve très agréable pour une peau à tendance plutôt sèche, la pénétration est légère et rapide.

Le parfum est très herbacé et persistant malgré la faible proportion. Les huiles essentielles de galbanum et de carotte renforcent l'odeur de l'absolue de feuilles de violettes.

        Quant à l'effet anti radicalaire, il attendra bien un peu pour se faire voir!

 

Signé Mimi la souris. 


"Aqua mask" : masque-crème hydratant à l'argile bleue

Soins du visage

Par atelierdemichele

                    La saga des masques continue avec un masque crémeux pour peaux mixtes matures à l'huile d'onagre que je désire rafraîchissant, hydratant, adoucissant.

Un masque douceur, un peu nettoyant et qui ait une jolie couleur. Pour cela les argiles marchent parfaitement bien.

Je pense que l'on peut choisir une base de crème qui nous réussit et la compléter avec de l'argile pour avoir un bon masque.

 

            * L'argile bleue perle

 

Elle est dite "oxygénante", elle apporte de l'éclat et de la luminosité au teint alors on y va!

Selon les sources, assez pauvres je dois le dire, on lit qu'elle conviendrait aux peaux normales ou mixtes, aux peaux grasses, aux peaux sèches et très sèches... Je pense qu'elle convient à toutes les peaux comme l'argile blanche ou l'argile rose.

 

DSC03746

Argile bleue en cours d'hydratation à l'eau de sureau

      

         C'est une argile très sensible au pH comme la majorité des ingrédients bleus dont les pigments sont des farceurs.

J'ai dû jongler lors de la fabrication pour qu'elle ne rosisse pas (dès pH 5 elle devient rose). Sur la photo ci dessus, on peut malheureusement observer quelques spots roses dans un fond bleu pâle.

L'argile bleue serait-elle colorée comme l'est l'argile violette?

 

         J'avais formulé au départ avec de l'hydrolat de rose considéré comme acide.

J'ai réalisé mon mélange argile/HA et oh surprise, il rosissait immédiatement. Croyant avoir fait une bourde (genre, je n'ai plus toute ma tête), j'ai recommencé en me concentrant bien fort sur ma tâche: rose!

J'ai recommencé avec un autre HA de rose: même constat.

J'ai continué avec un nouvel HA de rose (et ai découvert en même temps que j'étais entre autres une acheteuse compulsive d'HA de roses ^_^) : même chose!

J'ai arrêté ces tests aberrants, ai repris le livre de Susan Catty qui indique quelques pH, ai sorti mes HA de ciste et d'immortelle sensés avoir  un pH nettement inférieur à 4: même chose, l'argile bleue perle devenait rose!

 Susan Catty, "Hydrosols the next aromatherapy", Healing Arts Press

 

       J'ai donc mesuré le pH de mes hydrolats (où étaient donc mes deux neurones scientifiques dites-moi?!).

- HA de rosa centifolia Lueurs du Sud : pH 5

- HA de rosa Damascena Sylviane Reina : pH 7

- HA de rosa Damascena Essenciagua : pH 6

- HA de ciste Vitalba :  pH 6

- HA d'immortelle corse Vitalba : pH 6

 

        Soit mes HA sont vieux (C'est fort possible, les HA voient leur pH augmenter dans le temps, le dernier acheté était celui de Lueurs du Sud, soit Susan Catty a réalisé ses mesures de pH au cul de l'alambic, soit il faut vraiment réviser cette histoire de pH et d'astringence selon les HA qui deviennent somme toute très relatifs.

Piste à suivre donc...

 

        En attendant, j'avais de moins en moins d'argile bleue dans mon paquet!

J'ai donc choisi un hydrolat dont je suis certaine du pH très acide que j'avais mesuré et dont je parle dans mon masque japonais.

Il s'agit de l'hydrolat de sureau qui possède une belle action nettoyante et je l'ai couplé avec de l'HA de saponaire qui a un pH proche de 7.

 

L'hydrolat de saponaire dont j'aime beaucoup la douce odeur de savon mousse un peu lors de la fabrication du gel sans dommage pour la crème finale qui semble gonflée et  ronde.

J'y retrouve le type de texture des émulsions fabriquées avec du savon comme émulsifiant que les copines ont fabriquées et que j'ai eu le bonheur de tester.

Il contient un peu d'acide malique acidifiant et conservateur.

Tout ça fait que le mélange avec l'argile gonfle et est un peu moussant.

onagre

                  *  La formule du "Blue aqua-mask"

 

- Phase A

10% HA de sureau
5% argile bleue perle

Saupoudrer l'argile au dessus de l'hydrolat sans mélanger. Laisser s'hydrater le temps de fabriquer l'émulsion.
 

- Phase B

35% HA de saponaire
10% HA de sureau
5% glycérine végétale bio
2% urée
0.5% allantoïne
0.2% gomme xanthane

Faire dissoudre urée et allantoïne dans un bécher désinfecté contenant le mélange hydrolat et glycérine tiédi.

Former le gel avec la gomme.
 

- Phase C

5% émulsifiant CG/CA (ou 1.5 cétéaryl glucoside + 3.5 alcool cétéarylique)
5% huile de carthame oléique bio (ou olive)
5% végélane (ou squalane)
3.5% biodine
2.5% zenibee cream (ou karité nilotica)
1% cétyl palmitate
0.2% antiox Cos 

Faire fondre la phase C, porter à 75° et verser en mixant dans la phase B portée à la même température.

Mixer pendant 5/10mn, ajuster l'eau perdue à froid idéalement avec un hydrolat.
 

- Phase D

3% huile d'onagre bio
3% sea silk
3% D panthénol
0.6% Ecogard
0.5% huiles essentielles

Ajouter la phase D dans la crème en mélangeant entre chacun des ingrédients.

Ajouter de l'acide lactique goutte à goutte pour obtenir un pH nettement acide à 4/5 sinon l'argile bleue rosira lors de son ajout.

 

DSC03748

 

Mélanger la phase A à l'aide d'une spatule souple pour obtenir un mélange homogène sans grumeaux.

Ajouter dans la crème acidifiée et mélanger intimement.

Couler en tube souple, étiqueter et ... dater!

 

         Le fil conducteur du parfum qui m'a valu quelque réflexion amoureuse certes mais fort peu délicate était la présence d'esters aromatiques que j'apprécie dans la camomille, la lavande fine, le petit grain mandarinier et l'ylang ylang mais aussi dans l'absolue de genêt très puissante malgré la dilution à 10% dans l'alcool (ne pas en abuser!).

Une seule goutte est largement suffisante.

 

Le parfum en gouttes pour 100g :

4 encens sauvage Florame,
3 lavande altitude bio Florame,
2 extrait CO2 de vanille Bourbon Bilby,
2 myrrhe sauvage Senteurs de fées,
1 absolue de genêt diluée dans de l'alcool Myrtea,
1 bois de rose Sevessence,
1 camomille romaine Nugier

 

Il y manque  un peu d'agrumes pour l'aérer car je le trouve un peu lourd pour un masque douceur hydratant. 

  

                      * L' émulsifiant

 

      C'est un mélange tout prêt d'alcool cétéarylique (AC) et de cétéaryl glucoside (CG) très courant dont nous avons de nombreuses formules sur ce blog.

Ce mélange donne des émulsions très professionnelles.

La proportion maximale de corps gras ne devrait pas dépasser 20/25% sous peine d'instabilité.

 

 DSC03761

      

         Je l'utilise à 5% de la formule couplé à 1% de cétyl palmitate.

Le cétyl palmitate permet à cette dose d'augmenter la stabilité des émulsions à la chaleur. Avec de la glycérine plein la formule, on accroît la stabilité au froid et on hydrate à fond.

Mon tube de masque va durer un certain temps dans la salle de bain contrairement à une crème de jour qui s'utilise quotidiennement.

De plus ce co-émulsifiant apporte confort, épaississement, onctuosité... toutes caractéristiques bonnes à prendre pour un masque-crème.

  


DSC03747DSC03749DSC03751    

 

                     * Les corps gras

 

- L'huile de carthame oléique bio


riche en omégas 9 très protecteurs cutanés.

Informations sur la composition en acides gras de la bouteille:

              


8%


AG saturés


77%


AG mono-insaturés dont oléique


14.8%


AG omégas 6


0.2%


AG omégas 3


40.1mg pour 100g


Vitamine E

 

DSC03750

 

           Je m'interroge souvent lorsque j'emploie ces huiles oléiques pour la cosmétique car elles pourraient tout à fait être remplacées par de l'huile d'olive qui contient plus de 60% d'acide oléique.

J'aime beaucoup l'huile de carthame dans les savons quand je ne choisis pas l'huile de chanvre trop verte. Ici, que reste t-il des caractéristiques du carthame quand elle est sous forme oléique?

 

- L'huile d'onagre bio


riche en omégas 6, ciments cutanés fort utiles pour les peaux déshydratées. Elle est préconisée pour réduire les rides et assouplir la peau.

 

Informations prises sur la bouteille :


8.3%


AG saturés


6%


AG mono-insaturés dont oléique 


84%


AG omégas 6 dont acide gamma linolénique


1.7%


insaponifiables

 

 

 

 

 

 

 

L'huile d'onagre est sensible à l'oxydation, je l'introduis en 3è phase et j'utilise un bon anti-oxydant dans la formule.

 

- Le végélane


Il est considéré comme le plus pur des squalanes d'olive.

Il apporte entre 2 et 15%, une souplesse à la peau, pénètre rapidement et est également un bon fixateur des pigments et des parfums.

Proche du sébum humain, il protège les peaux que l'on soumet à l'action répétée de masques divers et variés au cours de l'année des masques ^_^

 

- Le zenibee cream


Ou comment profiter des bienfaits de la cire d'abeille sans en subir les inconvénients.

C'est une cire d'abeille estérifiée (INCI : Beeswax esters C14-30) dont Chabou a parlé dans sa crème multipurpose très réussie.

Elle est très intéressante quand l'on veut se désintoxiquer du karité un peu de couvrance et une action émolliente.

Cette cire d'abeille a été modifiée pour diminuer son point de fusion en un beurre onctueux et très lisse sur la peau.

Pour une peau plus sèche que la mienne, j'aurais augmenté le pourcentage à 4/5% puisque cette formule ne contient que 15.5% de corps gras dont 2.5 de zenibee cream.

 


                   * Les agents actifs et hydratants

 

Urée, sea silk, allantoïne, D panthénol, glycérine végétale bio sur lesquels je ne m'étend pas ici pour développer la biodine.

INCI : Macadamia Ternifolia (25-30%), Phospholipids (20-25%), Glycine soja (10-15%), Stearic acid (10-15%), Glycerin (10-15%), Palmitoyl PG-linoleamide (5-10%), Squalane (5-10%).

 

La biodine dont l'INCI dit tout est un magnifique ingrédient  composé entre autres de plusieurs lipides que l'on retrouve naturellement dans la peau.

Elle s'oppose à la déshydratation, restaure le film lipidique (peaux sèches), régule le sébum (peaux grasses), densifie la peau (peaux matures).

On l'utilise entre 0.3 et 0.5% dans les produits qui se rincent et entre 3 et 4% pour les émulsions. Dois-je considérer mon Aqua-mask comme un lavant ou comme une émulsion à laisser sur la peau?

A 3.5% j'ai joué la carte de l'efficacité puisque je peux juste essuyer ce masque après la pose le soir sans rincer pour profiter de ses bienfaits.

 

       Ma formule de masque peut sembler redondante pour la glycérine, le squalane voire les omégas 6 avec cet ingrédient mais je trouve que sa qualité hydratante vient aussi de là.

 

                        *  Le verdict après utilisation

 

 La texture est souple, onctueuse et agréable à étaler en couche épaisse.

 

 Le parfum est très perfectible et ne pourrait pas convenir aux nez délicats ou peu habitués aux HE.

Ce masque me semble a posteriori très "beauté/médoc" comme la crème "nard c'est nard". On ne se renie pas ^_^

 

  La couleur est plutôt parme (elle plairait à Mlk), elle  pâlit dans le temps et je pense qu'il n'y en aura plus dans quelques semaines. Perfectible donc...

 

  La rinçabilité est parfaite grâce à la présence détergente de l'hydrolat de saponaire.

Le masque juste essuyé et laissé sur la peau pour la nuit la rend souple et  hydratée à fond le matin; je n'ai eu aucune intolérance liée au pH plutôt acide.

Cette formule serait presque un masque "coup de fouet" avant une sortie ou un événement important. Je crois que je me fais cette réflexion à chaque fois que j'utilise un masque!

Je la garderais bien pour refaire un masque hydratant simple sans argile pour peau sèche en choisissant d'autres huiles végétales... et du karité!

 

   J'aime beaucoup, beaucoup, beaucoup !

Mamiwata, le masque noir peel-off

Soins du visage

Par atelierdemichele

              Chose promise, chose due!

L'année des masques a débuté avec un masque blanc inspiré par le Japon.
Aujourd'hui, c'est le continent noir qui m'a soufflé c
e masque que j'aime beaucoup utiliser car il laisse la peau très nette et douce.

DSC03668


           La déesse des eaux, esprit de la mer encore appelée Mamiwata (pidgin issu de l'anglais " mother water" transformé en "mommy water") donne son nom à ce masque purifiant destiné aux peaux normales à grasses ou à la zone T des peaux mixtes.

Testé sur une peau mature sèche, il ne s'est pas avéré agressif du tout mais ce n'est pas une peau sensible.

Comme à l'accoutumée, je tenterai de donner quelques variantes permettant d'adapter ce type de soin à toutes les peaux car la texture me semble assez révolutionnaire et séduisante.

Masques noirs du commerce ici, ici et ici (ligne très inspirante).



           Le cahier des charges


- Une couleur noire

obtenue avec  de l'argile noire très riche en fer.
Le paquet est très pondéreux dans la main, c'est assez surprenant car les autres argiles ventilées me semblent assez légères.

La poudre est lisse et n'a pas d'effet granuleux même si en mélangeant le masque émulsifié, on "entend" le bruit des particules le long du bécher.

Cette argile noire ne gonfle pas dans l'eau; Il est donc inutile de la laisser tremper avant de l'ajouter en fin de préparation comme je l'indiquais dans le masque au rhassoul.

Il est préconisé de ne pas utiliser d'ustensiles en métal quand on manipule les argiles. L'argile noire riche en fer ne s'offusquera certainement pas d'être mise dans mes béchers en inox ...

 

DSC03661

Argile mélangée au minimum d'hydrolat


- Une grande  douceur à l'application

J'aime les masques onctueux quand on doit les masser sur le visage.
Je préfère émulsifier les argiles plutôt que de les utiliser en masques extemporanés avec eau et huile.

Comme j'aime à le dire, se faire un masque demande du temps pour soi et j'apprécie d'avoir un produit tout prêt pour cela.
Mais certaines personnes peuvent aimer les masques à fabriquer à l'instant du besoin car les produits utilisés sont frais; C'est une question de goût personnel.

Pour que la couleur semble profonde sans utiliser trop d'argile, j'ai tablé sur une texture gélifiée adoucie par un émulsifiant. Il est possible de colorer le fond en blanc avec de l'empatage blanc ou de l'oxyde de zinc.
Je voulais une texture de terre glaise, de pâte lisse un peu collante qui donne envie de la malaxer, de la façonner avant de l'appliquer.

J'ai donc utilisé deux gélifiants (xanthane et cellulose) en quantité non négligeable ainsi que deux émulsifiants communs et courants (le couple MF/VE) en toute petite quantité avec de l'ester de sucre.

Pas d'ingrédients spectaculaires donc mais mes fondamentaux encore une fois pour me prouver qu'on n'en a jamais terminé avec les basiques ^_^.

Autre masque gélifié ici


- Une application fraîche

Les masques noirs me semblent devoir donner un effet un peu frais à l'application.
L'effet attendu est purifiant, sain et devrait être couplé avec une sensation de netteté qu'apporte l'alcool en quantité notable.

J'ai utilisé une teinture de bois faite maison réalisée à l'alcool à 80° avec du palo santo offert par Malégria.
Les chutes de bois sont encore dans le bocal depuis quelques années maintenant et je ne filtre qu'au moment de m'en servir.

Le parfum est tout juste parfait, agréable et très réconfortant.
Dans le masque il ressort merveilleusement bien.

Le palo santo a en outre une action intéressante sur les douleurs musculaires et articulaires. Mais sur le visage et la peau, quel effet pourrait-il avoir à part peut-être un effet anti-inflammatoire?

Il est possible d'utiliser toute teinture réalisée pour le parfum (rose, jasmin, lavande, vanille, tonka...) ou les propriétés thérapeutiques ou cosmétiques de son choix (calendula, lavande, consoude, autres plantes bénéfiques...).

Pour les personnes qui ne désirent pas d'alcool sur le visage, il est possible de remplacer la teinture par la même quantité d'hydrolat de son choix.

 

palo_santo
Photo de palo santo prise chez  Malegria


- Une odeur agréable

Le noir en cosmétique a été très à la mode dernièrement mais essentiellement pour des masques car c'est une couleur qui me semble médicinale ou très liée à la propreté, à la purification.

Si j'aime les savons noirs, j'aime que l'odeur de cette couleur soit un peu costaud, très présente et puissante.

Mais mon masque avait une douceur de texture que je ne voulais pas galvauder donc j'ai tablé uniquement sur le parfum de la teinture de palo santo.

Pas d'huiles essentielles donc et des huiles végétales  neutres pour respecter le chaud parfum du bois.

La formule peut être enrichie d'huiles essentielles choisies pour le parfum ou les propriétés cosmétiques à raison de 0.5 à 1%.

J'aime assez assortir le parfum à la couleur. Voici quelques idées extraites du site Rainbow meadows:

- argile jaune: Mélange Siren Song, en gouttes,  1 bergamote, 1 camomille romaine, 1 citron, 1 orange douce, 1 santal, 1 tangerine ou pamplemousse, 2 lavande, 1 ylang ylang complète.

- argile rose: Mélange Lavalier, en gouttes, 8 orange douce, 1 camomille romaine, 4 absolue de rose, 1 nard, 1 ylang


- Un retrait en "gommages"

Je voulais que l'on retire le masque en le gommant sur la peau avant de rincer.
C'est le moyen d'observer cet effet matifiant et purifiant de la peau.

L'alliance des gélifiants et de l'alcool permet après séchage de procéder à de légers mouvements circulaires. On observe
l'élimination du masque se détachant alors en petites particules.

J'aime beaucoup ce type de retrait et il est évidemment possible de prévoir dans la formule un peu de particules gommantes si l'on veut une réelle exfoliation.

DSC03672
Particules gommées
                   


                     La formule du "Masque noir Mamiwata"


En grammes ou pourcentages

- Phase A

47.4 eau distillée
1 allantoïne
2 arrow root tamisé
1 sucrose stéarate (ester de sucre d'Aromazone)
1.5 gomme cellulose
0.5 gomme xanthane

DSC03657

Dans l'eau tiédie au bain marie, diluer l'allantoïne et ajouter l'arrow root. Bien fouetter à l'aide d'une cuillère magique.
Ajouter l'ester de sucre et mélanger  intimement
Gélifier en ajoutant les gommes petit à petit en remettant au besoin dans le bain marie pour hydrater les gommes et gélifier à fond.

On obtient une pâte blanche  épaisse et gélifiée.
Rectifier éventuellement l'eau perdue.
Je connais les poids de mes béchers vides  et je ne saurais trop recommander de les noter dans un coin pour pouvoir procéder aux rectifications d'eau perdue au chauffage.



- Phase B

1 substitut végétal de lanoline
2 émulsifiant MF
1.5 émulsifiant VE
0.5 alcool cétéarylique
4 huile de coco fractionnée
4 huile de jojoba bio


Porter à 70° pour bien faire fondre la phase, incorporer à la phase A maintenue au chaud dans le bain marie éteint.
Sans retirer du bain chaud, mélanger intimement à la cuillère magique pour former une pâte qui se décolle des parois du bécher comme une pâte à choux.

Retirer du bain marie et mélanger vivement pendant 5 mn sans trop mollir en laissant refroidir.


- Phase C

3 NFF
0.6 Ecogard
8 teinture de palo santo
2 aloe vera liquide concentré x 40

+/- acide lactique

Ajouter au mélange A et B pour obtenir une texture grumeleuse peu flatteuse.
Continuer à fouetter à la cuillère magique jusqu'à obtenir un masque lisse et onctueux.


DSC03659DSC03660DSC03662

Rectifier l'eau perdue et ajuster le pH à l'aide d'acide lactique impérativement à ce stade car la couleur noire ne permettra plus d'observer le virage de la couleur.

Malaxer encore au besoin avec la spatule en silicone souple.


- Phase D

20 argile noire humectée d'un peu d'hydrolat ou d'eau distillée


A l'aide de la spatule souple, mélanger l'argile et le masque jusqu'à l'obtention d'une pâte lisse gélifiée qui se tient.

Mettre en pots.


DSC03663


              Le masque s'utilise
en couche fine une à deux fois par semaine sur peau préalablement nettoyée et démaquillée. Masser délicatement quelques instants et laisser poser pendant 15 à 20 minutes selon l'épaisseur de la couche.

Gommer doucement en petits mouvements circulaires pour détacher les particules. La peau est nette, sèche et mate.

Elle peut ensuite être rincée ou vaporisée d'une fine couche d'hydrolat ou de lotion tonique.

 

     Formule générale d'un masque gélifié à l'argile (grammes ou %)

Phase A: 1 allantoine, 2 arrow root (ou amidon de maïs, de riz, poudre fine de bambou...), 1 ester de sucre AZ, 1.5 cellulose, 0.5 xanthane (ou 2 xanthane), eau et/ou hydrolats pour 100%

Phase B: 2 MF, 1.5 VE, 0.5 alcool cétéarylique (ou alcool cétylique, acide stéarique, cétyl esters...), 9 HV adaptées au type de peau

Phase C: 8 teinture alcoolique, 5 actifs au choix, conservateur à ajuster

Phase D: 10 à 20 argile ou charbon en poudre au choix sachant qu'il faudra ajuster la quantité d'eau selon son absorption.

 

Argile_Noire_4aef9abbd427f

   

               Quelques échantillons ont été mis de côté pour mes testeuses enthousiastes.

Elles viendront vous dire si Mamiwata leur a été bénéfique. Mamiwata, comme de nombreuses divinités fait peur mais tous les masques font peur. N'est-ce pas?

 

DSC03667


Hibernata

Soins du visage

Par mlkline

 

HPIM6518

 

 

 

 



 

 

Hiberner… .Hiverner

Entre les deux coule toute la richesse et la sophistication de la langue française

Pour cette crème, j’ai pensé Hivernata et j'ai succombé aux courbes d’Hibernata


Vous souvenez vous ! chères cigales qui laissez le moindre rayon de soleil vous réchauffer et peut être vous tromper…Nous étions encore en hiver


Vous souvenez vous ! Des piqûres de la neige, du mordant intense de cette vague de froid qui s’était abattu sur le pays et, comme nous marchions courbés et transis, le visage grimaçant et plissé, rougi, tiraillé, ne sachant à quel Dieu de la crème protectrice se vouer


Moi, il me reste en mémoire, alors que m’extasiant sur le blanc manteau neigeux qui habillait de sa froide et pourtant belle caresse Paris et sa banlieue, la légèreté folâtre des flocons de neige papillonnant le long des larges baies vitrées de mon lieu de travail, il me reste en mémoire disais-je, les cris outrés de ma belle Lolitarose qui, en ce jour d’extrême froidure n’eut pas l’heur d’apprécier mon délire poétique


Assise toutes deux à une table gourmande et réchauffante, devisant de tout et de nos derniers bébés cosmétiques échangés, elle me notifia donc, non sans quelques conseils avisés, l’insuffisance de protection de mon hibernata n°1, que j’avais pourtant conçu cocooning

 

Déconfite, je fus

Mais ô combien stimulée je suis et reste


Formule revisitée pour nourrir, protéger, habiller de vison, sublimer et enchanter les visages de mes amies, je les visualise déjà, arborant le sourire ravi de ces femmes Inuits, à la large face épanouie, mais sans l’outrage de la graisse de phoque.


J’ai tourné autour des Inci des cosmétiques allemands, les rares à employer les lécithines dans leurs formulations (Hauscka, Logona, Lavera) et privilégié un corset d’épaississants, car comme le souligne Michèle « un émulsifiant doit émulsionner et puis c’est tout » cela me va, alors j’applique età petite dose, en jouant sur les capacités d’émollience nutritiveet protectrice de ces co et épaississants tous issus du naturel

 

Pour 100 grammes et ses à peu près de cosméteuse en sa cuisine

 

50 eau de source

10 eau florale de Galinsoga (cadeau de Michèle) de M. Nugier qui la donne pour raffermissante et tonifiante de la rate

5 ha de géranium bio (Bilby)

4,5 glycériné alcoolé silicium d’encens et écorces d’orange bio maison

0,8 gomme amigel

0,5 aloe-verax40 (l’aloe, étant soumis lui-même à de rudes conditions d’existence, il me semble qu’il est absolument apte à protéger nos peaux du méfait des conditions climatiques)

Dans cette phase ne cherchez que mon bon vouloir et envie d’utiliser ce qui me plaît

0,1 Xanthane

0,1 lécithine alimentaire de G.Detou sous forme de poudre, donné pour issu de soja non OGM et végétal

 

La phase huileuse il me semblejouera pleinement son rôle de protection et de nutrition


10(Un mixte à parts égales de baobab le ventru imperturbable et réconfortant malgré son toucher sec) et d’hv de son de riz

8,2 l’huile régénératrice de Weleda (macadamia, jojoba, et pépins de grenade)

2,8 Ve

1,4 Beurre de Nilotica de chez Zinette

1,2 Lysolecithine (az)

1,2 cetyls esters de Zinette

0,8 beurre de macadamia

0,8 cire d’abeille blanche

 

J’ai bien évidemment, introduit l’huile de Weleda à grands coups d’attentions et failli oublier de … …..La mettre

 

2,4 Lauroyl lysine, protecteur, toucher doux

1 protéines de blé

Conservateur

 

Pour compenser la perte d’eau, je joue avec les fucogel et autres à hauteur de 2%

 

Voilà mon Hibernata pour hiverner en beauté

Hakushiki, le masque japonais

Soins du visage

Par atelierdemichele

            Hakushiki, masque du théatre Nô qui signifie "de couleur blanche".
Une formule simple, un mode d'emploi qui l'est tout autant pour un instant de pause fraîcheur.

J'aime beaucoup les masques que j'associe à des moments de tranquillité et de soin pour soi. Ils me semblent quasi facultatifs dans les routines de beauté (quoique...).

J'en fabrique régulièrement pour exfolier, hydrater, reposer et depuis quelques temps je planche sur une formule nourrissante à essuyer sans rincer.

Infos sur le Théâtre Nô

DSC03627


         Aujourd'hui c'est un masque dont la simplicité chic me ravit.
Il est tout à fait dans la mouvance des soins de beauté japonais où l'on applique des textures fluides et légères en couches multiples.

La formule peut être adaptée selon les envies ou les besoins car le masque sert simplement à hydrater pour donner un teint pur dans une senteur délicate et légère.


DSC03632

Formule du "Hakushiki, masque japonais pour teint pur"


- 39% Hydrolat de rosa centifolia bio
- 20% Plasma de Quinton hypertonique
- 20% Hydrolat de sureau bio (Bilby and Co.)
- 15% Silicium organique
- 5% Glycérine végétale bio
- 0.5% Protéines de riz hydrolysées
- 0.5% Conservateur Géogard 221

1 grosse goutte de colorant alimentaire  rouge
1 goutte de vodka à l'or pur (merci Mlk), 1 goutte de saké (merci Lolitarose), 1 goutte de saké (merci Venezia)

pour 200ml de masque.

La couleur rose est discrète et l'odeur est très agréable.

DSC03630


           Les hydrolats sont astringents et resserrent les pores.

J'ai choisi l'hydrolat de sureau dont le pH est très acide pour cet effet là.
C'est un excellent nettoyant qui a une odeur légère qui interfère assez peu avec le reste. J'aime beaucoup l'employer dans les émulsions nettoyantes.

L'hydrolat de rosa centifolia très agréable est mis ici pour l'odeur délicate car je n'utilise pas d'HE ou de substances parfumantes dans ce masque.

 
          Le silicium organique apporte un effet hydratant manifeste si l'on ne croit pas à ses actions anti-âge.
J'en utilise dans les émulsions et dès qu'il est intéressant d'éviter les hydrolats.


          Le plasma de Quinton que je choisis dans sa version hypertonique, plus concentrée que notre milieu intérieur.

Il apporte des sels minéraux évidemment mais permettrait de rappeler vers l'épiderme un peu d'eau pour compenser la concentration du plasma.
On obtient ainsi un effet "repulpant", certes  éphémère en couple avec la glycérine.

Si l'on prend le temps de se faire un masque et que l'on ne se voit pas jolie et "repulpée" sans bistouri ni injections, on ne se donne pas du courage pour recommencer et penser des tas de formules cosmétiques révolutionnaires...
      
Chez Pescalune, quelques infos sur cet ingrédient.


             
Les protéines de riz hydrolysées sont mises pour rester dans le mood japonais.
Elles sont hydratantes et anti-âge.

Elles donnent un toucher souple à la peau et peuvent être incorporées jusqu'à 5%. Je préfère rester dans la fourchette basse car les protéines sentent mauvais et colorent le soin.

Si vous ne tenez qu'à l'efficacité, augmentez la proportion de cet actif; Les protéines hydrolysées pouvant suffire pour tout faire.

Formule générale
15% silicium organique, 20% plasma de Quinton hypertonique, 5% glycérine ou extrait glycériné maison, conservateur, actifs hydrosolubles, hydrolats, teintures et /ou eau pour 100%

   

Elle est proche de mon eau cellulaire dont je donne la formule dans le baume de nuit du Quintet balm.

         

Le mode d'emploi

 - Le masque s'utilise sur le visage parfaitement démaquillé.

- Dans une coupelle, introduisez une pastille de masque en papier plié acheté par paquets de 5 chez Muji

- Ajoutez quelques gouttes de formule Hakushiki et émerveillez-vous de voir la pastille grandir, gonfler et se colorer en un long serpent rose qui ne fait même pas peur ^_^

- Dépliez le masque, humectez le au besoin et posez le sur le visage en l'ajustant à votre morphologie

- Allongez-vous et laissez poser 10 minutes

- Terminez par une bonne crème hydratante fabriquée selon vos besoins avec vos huiles préférées.

 

 DSC03634 DSC03634
DSC03635
 DSC03636

 

 

 

            Pour ma part, je termine en vaporisant un peu d'eau cellulaire et en ventousant un léger film de baume de nuit.
Le masque se pose une fois par semaine et donne un teint frais et reposé dès l'application.

 

 DSC03639
    N'ayez pas peur du masque déplié, il ne vous veut que du bien!     

               Au même titre que les années précédentes où je déclinais une huile (2007), une odeur  (2007),  un beurre (2008) ou des couleurs variées  (2010), j'aimerais que 2011 soit l'année de tous les masques!
Et 2012 aussi...

Les voici:

- Mamiwata, le masque noir

- Aqua-mask, masque-crème hydratant à l'argile bleue

- Le masque de Dracula, masque purifiant aux terres rares de Roumanie (peaux mixtes)

- Il y a du masque dans l'air par Loulou

- Nanda devi : gommage visage minute

- La douceur du couvent : masque-crème apaisant

- Le masque du Dr M.

- Masque cocoon à l'argile violette

Masque exfoliant à l'encens et aux perles d'eau douce (peaux mixtes à grasses)

- Masque nourricier aux karités

- Masque phyto-rescue à l'angélique

 

 

 

 


A màs

Soins du visage

Par cshabou

257112

Imaginez, imaginez une crème de jour trop légère, je refais une crème de jour, encore trop légère, je recommence, opiniâtre (pas têtue, hein) et je vous les livre toutes les trois.

DSC03640

Elles ont en commun l’émulsifiant Eluxe Pro, trouvé chez l’anglais Fresholi (ils ont une merveilleuse absolue de frangipanier) avec des composants synthétiques et qui rend les recettes inratables, avec un résultat toujours satisfaisant, agréable, joli, “luxueux” si l’on reprend la présentation du site. Je vous en ai déjà parlé ici et Michèle ou encore .

Je ne suis pas pour le naturel à tout prix, toujours et partout, pour moi, le “trop et le peu, gâchent le jeu”. J’essaie simplement de faire les choix les moins mauvais, compromis entre l’efficacité et l’innocuité dans un monde où manger et respirer revient à vivre dangereusement. Et les amies sont là pour aider, rectifier, donner des pistes, que serais-je sans vous….

Bon, philosopher, c’est bien, mettre les formules, c’est bien aussi… dont acte :

Orange Plume

 

pomme-orange 

 

Richer

 

glace12 

Gourmande Confort

 

Gifs%20Anim%E9s%20Chaussures%20(3) 

 

Phase I (24%)

4 Eluxe Pro
4 IPP
4 Hv Argan
5 Hv Pépins de raisin
5 Hv Coco Fract
2 Beurre Karité Nilotica 1 Cire d’Orange
0,5 Vit E

 

Phase II


Eau
5 Ha Fragonia
10 Ha Néroli
0,3 Xanthane
1 Urée

Phase II

0,5 Silk Gel
0,5 B Panthenol
1 Soothex
2 Rice Ns
0,9 K300
20 He Lavande Off
20 He Orange 5 fold
10 He Neroli

Très très légère, pénètre instantanément, convient mieux au corps qu’au visage. Laisse une peau super douce, sans aucun effet de gras. Permet de s’habiller immédiatement.

 

Phase I (25%)

4 Eluxe Pro
4 IPP
2 Beurre de Copuaçu
4 Hv Argan
1 Cire Zenibee
5 Hv Macadamia
5 Hv Golden Jojoba
Vit E 

 

Phase II

Eau
Ha Rose
2 Urée
3 Glycérine veg
0,2 Gomme Xanthane
0,1 Gomme cellulose 

Phase III

1 Soothex
1 Teca Milk
1 Extrait CO2 Baie d’églantier
0,9 K300
20 gouttes Lavande off
12 Géranium bourbon
10 Santal
7 Petit grain bigarade
5 Néroli
4 absolue de Frangipanier

Plus riche mais toujours aussi agréable et douce.

 

Phase I (30%)

4 Eluxe Pro
3 IPP
5 Avocat
1 Lécithine
5 Golden Jojoba
5 Beurre de Mangue
2 Chanvre (à la fin)
2 Figuier de Barbarie (à la fin)
3 Carotte sur Olive Bio
Mixed Tocophérols


Phase II (65%)

Eau
0,7% Allantoïne
1,5 % Urée
0,5 Aloé Véra
0,3 Xanthane

Phase III (5%)

1% Soothex
1% Fucogel
1% Fragrance naturelle AZ
0,9% K300
1,1% Rice NS

 

 

En duo avec un sérum, fait la job.

Je n’ai pas mis le pourcentage de l’eau, il faut ajuster en fonction des autres ingrédients, juste avec une addition et une soustraction ^_^ pour arriver à 100%.

 

DSC03641



DSC03643


Sur les conseils de Michèle, j’ai changé les corps gras entre la première crème et la seconde car IPP, coco fractionné, Nilotica et cire d’orange, plus le RiceNS expliquaient le toucher sec et le manque de confort/gras.

 

DSC03642


.

DSC03646


Dans la troisième, j’ai carrément monté le pourcentage de la phase huileuse à 30%, baissé celui de l’IPP et de l’amidon de riz.

 

Je reviens au printemps, avec une crème pour l’été !

Ciao, Belle ! 

Crème fine au Monoï

Soins du visage

Par CatherineNC

 

Une de mes amies a ramené de Tahiti de la crème au Monoï qui lui a provoqué des petits boutons sur le visage ; j'ai donc eu envie de lui composer une petite crème home made, juste pour elle car je ne suis personnellement pas une amoureuse de l'odeur du Monoï (je devine déjà l'air désapprobateur de celles qui rêvent de plage, de soleil et de cocotiers...) ; ai-je le droit de vous dire qu'en ce moment je rêve de froid, de neige, de ballades en forêt, de buée qui sort de la bouche ? ; pour vous être agréable, je vous mets quelques photos de vos prochaines vacances.

 

Une plage de l'Ile des Pins

Une plage de l'Ile de Lifou

Une plage de l'Ile de Maré

 

plage_d_ouv_a

Une plage de l'Ile d'Ouvéa

 

Une des plages de Nouméa (Anse Vata)


J'ai copié la crème au jasmin de Michèle "All that Jas" dont j'avais beaucoup apprécié le texture et la pénétration, aspects importants pour moi qui vis en pays chaud, là où l'été toute crème me paraît lourde sur le visage, quand le taux d'hygrométrie est tel que rien ne semble pénétrer.

Faire une crème fine oui mais quand même nourrissante pour la peau mâture de mon amie (même si elle ne fait pas son âge ; ah ces asiatiques, elles ont beaucoup de chance, je suis jalouse...).

J'ai donc utilisé exclusivement le Monoï (huile de coco) comme huile végétale pour garder l'odeur recherchée,
je n'ai pas utilisé d'hydrolats mais de l'eau de source pour ne pas interférer avec l'odeur du Monoï,
j'ai conservé le beurre de karité en choisissant la variété Nilotica (doux, crémeux, très fin et léger, facilement absorbé par la peau),
j'ai ajouté un peu d'urée pour l'hydratation,
du Silk Gel (biosaccaride gum 1) qui protège, hydrate, réduit les risques d'allergie pour les peaux sensibles,
du D Panthénol (provitamine B5), humectant, anti-inflammatoire qui réduit les dommages de l'exposition au soleil (mon amie est une fanatique des bains de soleil)
et du Palmitate de Cetyle 95, acheté chez Zinette ; voici ce qu'en dit Zinette : Nouvelle version de cetyls esters, le Palmitate de Cétyle apportera des propriétés identiques aux cetyls esters mais avec un meilleur rendu: texture plus fine, moins grasse, moins de "traces blanches" à l'application... il est vrai que ce co-émulsifiant semble apporter de la finesse à la crème.

 

Cr_mes_042Cr_mes_054

 

 

 

 

 

 

 

 


La recette :

  Phase A

70,6 % d'eau de source

0,4 % de gomme de cellulose

2 % d'urée


  Phase B

6 % d'Olivem 1000

2 % de beurre de Nilotica

10 % d'huile de Monoï

1 % de Palmitate de Cétyle

 

 Phase C

3 % de glycérine (macération maison avec fleurs de tiaré et de frangipanier)

2 % de Silk gel

2 % de D Panthénol (liquide)

1 % de conservateur K

qq gouttes d'acide lactique pour ramener le PH à 5


J'ai jeté (comme dirait Michèle) la gomme de cellulose dans l'eau, ainsi que l'urée, j'ai mixé avec le mousseur à lait. J'ai porté les phases A et B à 75 ° environ, ai versé A dans B et mixé au mixeur électrique, la crème s'est vite émulsionnée. Sous 40°, j'ai ajouté la phase C et ai ajusté le PH avec quelques gouttes d'acide lactique (le conservateur K n'est pas efficace au-delà d'un PH de 5,5).

J'ai essayé la crème avant de l'offrir et j'ai trouvé qu'elle était très bien, fine, légère, pénétrante, sans la sensation de tiraillement que me donne d'habitude l'Olivem 1000 et sans sensation de gras non plus, malgré l'huile de coco et le beurre de karité ; l'équilibre semble relativement atteint ; je vous ferai un retour sur les commentaires de mon amie après usage prolongé ; j'aime aussi la brillance et couleur blanche obtenues (plus blanc que sur les photos). 

image

 

Comme l’air caresse la peau de l’eau lorsque le soleil se couche… (poète basque)

 

Troisième sous-titre : Métro synchro

Petite histoire avant la crème : imaginez, imaginez… deux amies qui se donnent rendez-vous (ainsi qu’une troisième) dans un restaurant pour déjeuner.
Elles ne se sont pas vues depuis quelques mois.
L’une d’elles est de passage et doit se rendre dans une boutique le matin.
Cette boutique est très éloignée (à l’échelle d’une grande ville) du restaurant.
La course faite, elle décide de s’acheter une viennoiserie car elle a pris son petit déjeuner très tôt et de changer de quartier pour faire d’autres achats.
Elle traverse le petit marché sur la place et, tout en déballant sa brioche, descend les escaliers du métro.
Elle croise une passante, qui allait remonter à l’air libre.
Elle se fige, main et brioche en l’air, se retourne et voit avec stupéfaction que la passante croisée est en fait son amie, qu’elle n’avait pas vu depuis plusieurs mois et avec qui elle avait rendez-vous pour déjeuner à plusieurs kilomètres et stations de métro de là.
De surprise, la brioche est allée au fond du sac, retrouvée lamentablement écrasée le soir.
Quelle probabilité y avait-il que ces deux personnes se rencontrent là ? Je vous laisse méditer sur la synchronicité, l’existence des anges malicieux et les surprises heureuses – et surprenantes -  que l’on peut vivre au détour d’un escalier de métro
.

 

Revenons à nos moutons

  div29 

J’ai voulu une crème plus riche, pour cocooner la peau avant l’hiver et après le soleil de l’été, qui fonde et glisse, tel un souffle de soie.
J’ai choisi trois huiles riches, non grasses et qui me paraissaient correspondre à ce que je recherchais toujours à l’intuition qui bien sûr est l’inverse du savoir ^_^

L’écume des près, la ximénia et l’inca inchi

  • l’écume des près, ou meadowfoam (Limnanthes alba, 98% d’acides gras) est anti-âge, hydratante et régénérante. Elle pénètre vite sans laisser de sensation de gras. Huile stable et bien tolérée, elle a accessoirement la propriété de bien disperser les pigments dans les produits de maquillage.

  • L’huile de ximénia, d’après la définition de Melvita : “L’huile de ximenia est extraite du noyau du fruit d’un arbuste épineux présent dans la savane africaine de la Namibie jusqu'au Zimbabwe.
    Remarquablement réparatrice et protectrice, utilisée aussi bien pour les soins du visage ou du corps que pour les cheveux, cette huile confère à la peau une grande douceur et une agréable sensation soyeuse. D’usage ancestral, parfois mélangée à de l’ocre rouge, elle aide à prévenir le vieillissement prématuré des peaux sèches et déshydratées.

  • L’huile d’Inca Inchi (merci infiniment Loulou), a aussi un toucher sec. Originaire du Pérou, elle est riche en tocophérols et comporte environ 94% d’acides gras insaturés.

J’ai ensuite bâti ma crème tout à fait classiquement, avec un mélange d’Olivem 1000/Olive douceur, qui me réussit, et un peu de palmitate de cétyle : “Un dérivé naturel de l'huile de palme appelé aussi palmitate de cétyle. C'est un ester cireux qui procure une bonne sensation sur la peau, épaissit et possède une bonne action émolliente. Utilisé dans les lotions solides et bâton déodorant et baumes.”
http://www.derma-nova.com/lexique.html

 

La formule pour 300g

 

10g écume des près
15g noyau d’abricot
5g squalane
5g beurre de mangue
10g ximenia
10g inca inchi
8g olivem
2g Cétyl Palmitate
8g cire douceur

3 Bioplex (re-merci Loulou)
8 centamilk
10 fucogel
3 rice Ns
3 cosgard
micas rouge bordeaux  (Bilby)

2g allantoïne
0,6g xanthane
3g glycérine
11,4g ha rose
180g eau rosée de la reine

idéalement, 3g d'he pour être à 100%

ici : (Copie  mélange de Moune  + santal
- j'ai mis moins de 3g, je trouve l'absolue de néroli très forte
et je ne supporte pas toujours bien les he sur le visage-
-rectifier pour faire 100%, si besoin, en ajoutant un peu plus d'hydrolat-
les quantités ci-dessous sont en gouttes)

5 absolue de néroli
20 lavande of
10 santal
12 géranium bourbon
7 petit grain bigarade

 

IMG_0027

 

Un merci aussi à Moune qui partage souvent ses bons ingrédients belges et son optimisme avec moi, aux amies parisiennes dont on ne peut pas dire qu'elles sont étrangères aux personnages de l'histoire.

Le bioplex : allez, un petit exercice d’anglais :  http://www.newdirectionsaromatics.ca/bioplex-nmf-naturally-derived-active-p-620.html

… Comme l’air caresse la peau de l’eau lorsque le soleil se couche … telle est cette crème et là, le soleil se couchait sur le pays basque, il y a 15 jours.

    IMG_0020 vague4

Crème visage hydratante et émolliente

Soins du visage

Par La Fee Colchique

Bonjour,

 

Grâce à Michèle et Venezia, je peux poster des recettes sur Potions et Chaudron et je suis ravie de pouvoir apporter ma maigre contribution à un blog qui m’a appris et continue à m’apprendre des tas de choses intéressantes.

 

Merci à tous les participants pour l’énorme travail accompli sur ce blog.

 

Ma première recette sur ce blog sera une crème que j’ai conçu pour le visage mais qui peut également s’appliquer sur le corps.

 

Grâce au blog de Lolitarose, j’ai découvert que le savon pouvait servir d’émulsifiant et ne pas se contenter de nous laver.

 

J’ai utilisé du melt & pour, car j’ai l’impression que plus un savon est surgraissé et plus son dosage doit être augmenté pour obtenir une émulsion. Mes savons sont surgraissés à 8 %  et j’ai l’intention de faire du savon pour l’utiliser comme émulsifiant graissé qu’à 5 %, sans colorant et sans parfum.

 

J’ai voulu essayer l’association savon + ester de sucre et je suis très contente de ce choix.

 

 

Recette

 

 

Phase aqueuse :

 

60 % eau de source

4 % granions de zinc

3 % glycérine végétale

4 % complexe hydratant NFF

3 % sucrose stearate (ester de sucre)

0,3 % poudre de xanthane

0,05 % acide hyaluronique

0,2 % sorbate de potassium

 

Phase huileuse :

 

5 % beurre de karité Nilotica

7 % huile végétale d’avocat

3 % huile de coco fractionnée

2 % substitut de lanoline végétal

5 % melt & pour

2 % alcool cetearylique

 

Ajout à froid :

 

2 % miel de manuka

4 gouttes de vitamine E

15 gouttes huile essentielle de rose pour 100 grammes de crème

acide lactique pour un pH à 6,12.

 


DSCN0360

DSCN0362

 

            Je vous l'avais promis, voici donc le second volet de ma ligne de soins quotidiens pour les peaux mixtes et grasses, éventuellement sujettes aux imperfections.

 

            Ce sérum est le soin traitant de la gamme, et je l'ai voulu vraiment très efficace. Je l'ai donc formulé autour d'actifs qui agissent en synergie pour décongestionner la peau, rééquilibrer les productions sébacées et illuminer le teint.

 

02082010685


            Un sérum, c'est très concentré. À travers ce terme, on désigne non pas le meilleur des crèmes, mais d'autres formules, des condensés d'actifs dont le nombre frise parfois la cinquantaine.

L'idée de départ était de proposer les sérums comme des "cures" annuelles de bienfaits cutanés, un peu comme les compléments en vitamines et minéraux qu'on avale pour aider l'organisme éprouvé par l'hiver. Ils manquaient souvent de fluidité et étaient plutôt réservés aux dames.

Aujourd'hui, le sérum est la quintessence du soin topique. Il regorge toujours d'actifs sélectionnés, mais ne cible plus seulement les séniors. Désormais aérien et délicatement fluide, il est appliqué rapidement et convient donc aussi aux plus pressés.


            C'est ce type de soins qui me séduit le plus. Ciblé, efficace mais délicat, raffiné. En plus, ça me permet de ne pas avoir des crèmes hydratantes avec une liste d'actifs interminable. Ce type de crème donne parfois des textures étranges, désagréables, quand ça ne se déphase pas... Et l'odeur est parfois... hum... spéciale, dirais-je.

 

            Je vous livre une formule facilement adaptable (en pourcentages) :

 

Formule de mon sérum Équilibrance|Rédemption :

 

- Phase A

. hydrolat (lavande, tea tree, romarin à verbénone, etc.) : q.s.p. 100
. 15 HG concombre (AZ)
. 5 simulgel / Sodium Polyacrylate Plus (INCI similaires mais légèrement différents)
. 4 D-panthénol
. 3 urée
. 2 squalane
. 2 bisabolol
. 1 isopropyl palmitate (ou squalane)
. 1 He (10 palmarosa, 9 géranium, 8 bois de rose, 6 copaïba distillé)
. 0,7 cosgard
. 0,5 xanthane
. 0,3 cuivre-PCA
. 0,3 zinc-PCA

- Phase B

. 10 teinture de géranium (une merveille olfactive sucrée offerte par Venezia)
. 5-10 AHA (ceux d'AZ, dilués à 50%, ajuster selon le votre)
. 2 acide salicylique
. 0,5 teinture de propolis
. 10 gouttes de teinture de consoude (offerte par Venezia)

   

               Pazapas : 

- Diluer l'acide salicylique dans les teintures. Ajouter les AHA. L'acide salicylique est soluble surtout dans l'alcool mais des grumeaux peuvent rester malgré tout. 

- Dans un bécher, peser l'hydrolat. Y diluer l'urée puis le Cuivre- et le Zinc-PCA, et ajouter un à un les autres ingrédients de la phase B en terminant par le simulgel, puis la xanthane (en mixant bien à chaque fois).

- Ajouter la phase A.

Grâce au mixer, les quelques grumeaux d'acide salicylique sont bien dispersés. De toute façon, j'ai constaté que les gros grains se solubilisaient au contact du simulgel.

- Conditionner en flacon pompe. Pour un flacon avec pipette, réduire la proportion de simulgel à 3% et la xanthane à 0,2-0,3% (selon la votre), et ajuster le pourcentage d'hydrolat pour un total de 100%.

 

02082010683

 

Appliquer le soir en couche fine, sur peau préalablement nettoyée. Un léger picotement peu parfois être ressenti sur certaines zones plus sensibles ou irritées (à la base des narines par exemple).

Commencez par une application tous les deux soirs et augmenter la fréquence jusqu'à chaque soir si vous ne constatez aucune irritation ou sensibilisation.

On conseille parfois de n'utiliser les AHA et BHA qu'en cure, car de tels soins sollicitent beaucoup le renouvellement cellulaire.


Quelques points blancs peuvent apparaître au début des applications. Normalement, ils disparaîtront rapidement. C'est un peu comme à la fin de l'été et que l'on a pris le soleil : la peau réagit souvent en bourgeonnant, une semaine ou deux après l'arrêt de l'exposition.

Dans ce sérum, j'ai introduit un peu d'extrait de propolis pour palier à ce problème. Ça devrait tuer dans l'œuf toute velléité de l'ennemi. Attention toutefois aux terrains allergiques (aux produits de la ruche ici). 

  

Quelques mises en garde inhérentes à ce type de produit :


- Faire un test derrière l'oreille et au pli du coude, et attendre 24 H pour ne constater aucune réaction.

- Ne pas combiner au gel d'aloe vera. L'association est détonante et peut provoquer rougeurs et sensibilisations.

- Éviter tout contact avec les yeux et leurs contours.

- Si vous constatez une réelle irritation, cessez immédiatement l'application, rincer à l'eau claire et appliquer un soin ou un hydrolat apaisant. Si l'irritation persiste, consultez un médecin.

- Avant toute exposition au soleil, il est souvent recommandé d'appliquer un écran solaire sur les régions où l'on a appliqué un produit contenant des AHA en forte quantité. La peau n'a en effet plus ses cellules mortes qui forment un écran solaire naturel.

Il me semble que la concentration maximum autorisée sur le marché en libre service est de 15 ou 20% en France selon que le soin se rince ou non. Ce soin est dosé à 5% d'AHA d'AZ qui son eux-mêmes concentrés à 50%. Faites le calcul ! ;)

En tout cas, rassurez-vous, on est bien en deçà des concentrations en acides de certaines crèmes du commerce qui peuvent avoir des dosages très haut (j'ai vu un nombre conséquent de crèmes à 15% et le dosage peut monter jusqu'à 20% dans certains masques à laisser poser et à rincer).

Quant à l'acide salicylique, on le dit plus doux que les AHA. On le trouve communément dosé à 2% pour le visage. Zinette, chez qui je me suis fourni, le préconise jusqu'à 3% sur le visage.

  

02082010684

 

            Les actifs choisis sont volontairement peu nombreux, mais particulièrement ciblés et efficaces. Costauds diraient certaines... Mais le sérum a l'avantage de permettre de n'en délivrer à la peau que la dose idéale. Bien dosés et bien associés, mes actifs s'avèrent très efficaces même en couche fine.


Mon soin est fondé sur quatres axes majeurs :

- des acides de fruits et de l'acide salicylique : rénovateurs et assainissants

    Les acides de fruits sont des AHA (pour Alpha HydroxyAcids) et sont dérivés des sucres de fruit. Ils sont souvent conseillés aux peaux épaisses, luisantes et aux teints brouillés. En dehors des peaux sensibles, ils s'adaptent à tous les épidermes avec un dosage adapté.

Très bons agents kératolytiques (c'est ainsi que l'on appelle les actifs qui "décollent les cellules mortes"), ils ont un effet exfoliant certain et éliminent les surplus de sébum, ce qui illumine le teint par effet "peeling". La peau retrouve son éclat, le grain est lissée, le teint unifié et les pores resserrés. La peau est plus souple et mieux hydratée. Les bains de lait d'ânesse de Cléopâtre, c'était ça : elle recherchait l'action acide du lactate.

Les AHA ont également la faculté de favoriser le renouvellement cellulaire et la production de collagène.

Pour des informations plus pointues, je vous renvoie à la fiche d'AZ.


    L'acide salicylique est un BHA (pour Bêta HydroxyAcids) et, oui, c'est lui qui est à l'origine de l'aspirine. Sa nature de BHA le rend plus doux que les AHA.

Comme les AHA, c'est également un excellent agent kératolytique qui possède en plus des propriété bactériostatiques, bactéricides, anti-prurigineuse et anti-fongiques. Outre l'utilisation sur les peaux grasses, mixtes et/ou à imperfections, il est utilisé pour éliminer les cors, les verrues et les pellicules (pour citer les usages les plus courants).

Quelques informations plus détaillées.

    L'intérêt des AHA et des BHA est également de rééquilibrer le pH des peaux mixtes et grasses. Pour mémoire, je vous remets le lien qui m'a incité à faire cette ligne de soin.


    Les AHA et BHA sont malgré tout d'un maniement difficile. Et il faut vraiment commencer par des dosages faibles et augmenter petit à petit pour trouver son dosage à soi.

Par ailleurs, attentions aux associations avec les AHA et BHA : certaines synergies peuvent être trop fortes pour la peau.

    Si un soin à laisser sur la peau est trop rude pour certaines peaux, on peut également créer un soin à rincer, un masque effet peeling bi-hebdomadaire par exemple. J'en ai vu qui associent, apparemment avec succès, les AHA, l'acide salicylique et même des enzymes (pourquoi pas un peu de Régulat ? Notre princesse préférée l'expérimente avec succès. Mais attention, je parlais à l'instant d'associations détonantes... L'effet de synergie peut sans doute permettre d'utiliser des dosages moindres pour une efficacité optimale.)

[EDIT (un mois après écriture de cet article) : j'ai testé, l'association AHA/BHA/régulat est excellente et moins agressive car on utilise une moindre proportion d'acides.]

    Mais dans tous les cas, il est très important de commencer avec de faibles dosages et voir comment la peau réagit. (Je sais, je l'ai déjà dit. Trop jeune pour radoter dites-vous ?)

On peut également consulter un dermatologue qui indiquera le rythme des applications et la concentration en acides.


           - le duo cuivre-PCA et zinc-PCA : pour rééquilibrer les zones grasses

    Ce sont des sels de cuivres et des sels de zinc associés au PCA (acide pyrrolidone-carboxylique) qui est présent naturellement dans le facteur d'hydratation naturel de la peau. L'intérêt réside dans l'absorption optimisée des ions métalliques qui en résulte car ils sont couplés à une molécule que la peau reconnait.

Le cuivre-PCA régule l'activité des glandes sébacées et c'est également un précieux anti-décrépitude.

Le zinc-PCA est également séborégulateur (je me souviens encore de l'époque où le dermatologue m'avait prescrit des gélules de zinc...). Il est anti-inflammatoire, cicatrisant et anti-bactérien (très efficace dans le cas de l'acné).

Dans la même famille, on peut également jouer la carte du myristyl-PCA qui est également efficace contre l'acné.

Plus d'informations sur le cuivre-PCA et sur le zinc-PCA.


    Attention, le cuivre-PCA est très oxydant et peu très facilement se réduire en présence d'ingrédient plus oxydable que lui. Dans ce soin, j'ai fait exprès de ne rien mettre qui s'oxyde pour ne pas courir de risque. Mais si le soin blanchi, devient gris (vert de gris en fait) voir carrément marron cuivré, c'est que le cuivre s'est réduit et a oxydé un autre ingrédient. Je pense qu'il vaut alors mieux arrêter l'application.

Le cuivre-PCA est également incompatible avec le cétéaryl glucoside qui le rend inactif. Je pense également que le sucrose stéarate — et peut-être les sucro-esters en général ? — est incompatible avec cet actif car ma dernière crème visage a viré au brun cuivré en moins d'une semaine. Je soupçonne le sucrose stéarate d'avoir joué le rôle de catalyseur.

Le zinc-PCA est beaucoup plus stable et on observe bien plus rarement ce genre de problèmes.


           - des agents apaisants : pour éviter les irritations

On a :

. l'allantoïne, également séborégulatrice,

. le bisabolol, composé très apaisant, indispensable selon moi avec les AHA/BHA.

. le D-panthénol, hydratant et anti-inflammatoire,

. l'hydrolats de lavande, frais, purifiant et apaisant.

. la teinture de consoude, très concentrée et réparatrice.

      

           - l'extrait hydroglycériné de concombre frais (AZ) : pour son effet illuminateur de teint et pour ses propriétés purifiantes et séborégulatrices.

Je vous renvoi directement vers la fiche technique d'AZ qui raconte tout ça mieux que moi.


    On peut bien entendu ajouter d'autres extraits botaniques, qui peuvent d'ailleurs plus être ciblés anti-imperfection. D'ailleurs, si imperfections il y a, augmenter l'extrait de propolis à 1% voire 2%. Résultat garanti ! Mais l'odeur...


Pourquoi seulement du Simulgel EG / Sodium Polyacrylate Plus ?

     

        Il y a deux raisons à ce choix unique.

- D'une part, il est très difficile de stabiliser une émulsion réalisée avec un émulsifiant naturel contenant autant d'AHA. Même la gelée à l'olivem (réputé pour sa stabilité), pourtant sans phase grasse à émulsionner, n'a pas bien tenu. Il est préférable de se tourner vers des émulsifiants éthoxylés (PEG ou avec des noms d'INCI se terminant en -eth) qui sont biens plus stables.

- D'autre part, je voulais à tout prix une texture la plus conventionnelle possible : gélifiée, aqueuse, glissante, évanescente. D'où également l'utilisation du squalane et de l'isopropyl palmitate qui apportent aussi un brin d'émollience supplémentaire.

 

        Le dosage du Simugel / Sodium Polyacrylate Plus est plus élevé qu'a l'ordinaire car il est très sensible au pH. Avec un pH aussi bas, il n'épaissit qu'à partir de 3% environ (selon la documentation disponible que le site de Copaïba). On obtient normalement une crème légère à 3%, mais un fluide avec les AHA/BHA.


Formule générale de sérum fin et fluide au Simulgel EG / Sodium Polyacrylate Plus (hors AHA/BHA) sur le forum des Céphées.

Autre formule de gel fluide avec cet émulsifiant.

 

Pour un sérum naturel, je vous renvoie à la gelée à l'olivem 1000 qui est également très agréable à utiliser. Attention, l'émulsion ne tient pas bien avec les AHA/BHA.

On peut également associer le Simulgel à l'olivem avec succès pour empêcher le côté trop conventionnel du Simulgel, et éventuellement en faire une crème fluide légère (en adaptant les dosages pour les acides).

 

Le Simulgel EG est disponible chez Copaïba en Belgique et désormais chez Zinette, qui propose aussi l'isopropyl palmitate. 

  

            Le complexe d'huiles essentielles a surtout été choisi pour être frais, fleuri et légèrement agrume (pour une fois, je sais ce que tu éprouves, Irène, lorsque tu dis ne pas réussir à "raconter" un parfum).

Ces huiles ont tout de même des propriétés astringentes, toniques, anti-bactériennes, régénératrices et, pour le copaïba surtout, apaisantes.

    Les peaux plus sensibles pourraient préférer des huiles essentielles plus apaisantes. Et les peaux sujettes aux imperfections pourraient choisir des huiles encore plus traitantes.


            Contrairement aux masques effet peeling qui doivent exfolier en peu de temps (un quart d'heure généralement), l'efficacité et les bienfaits de ce type de sérum ne commencent à être visibles qu'à moyen terme (au moins deux semaines).

Mais le jeu en vaut la chandelle ! Quelques points blancs sont certes apparus au début des applications, mais depuis je n'ai jamais eu un teint aussi lumineux et une peau aussi parfaite depuis très, très longtemps. Beaucoup de gens autour de moi m'ont trouvé moins fatigué aussi, preuve que le changement est vraiment visible.

Mes actifs ont vraiment bien tenu leurs promesses.

 

            Quant à la texture, une merveille ! J'adore. Tout simplement. C'est exactement comme je voulais : frais, aqueux, glissant, gélifié, ultra-pénétrant. Et l'odeur sied particulièrement bien à cette texture, tout comme la couleur bleu-vert du cuivre-PCA.

Vraiment, je ne saurais que trop vous conseiller de tenter l'expérience !


        Bon... Je viens de me relire : j'en ai encore écrit des tartines. Ça devient une mauvaise habitude. Mais, promis ! Je me soigne pour le troisième volet.

Mais vous n'allez pas le croire, j'ai essayé de faire court !

Pardon pour l'indigestion...            

 

        Je tiens aussi à remercier ma douce Irénée pour le temps qu'elle a passé à relire cet article et ses suggestions qui m'ont été fort utiles. Merci ma belle !