Soin tenseur du décolleté: Le beurre de cacao (4)

Soins du corps

Par atelierdemichele

          Une conversation entre copines le week-end dernier:

- "Tu sais faire une crème pour les seins et le cou ?
- Ben oui, on peut tout faire! Si tu veux, je peux t'en faire une.
- Ah oui alors, j'en ai vraiment besoin. Je voudrais quelque chose pour le matin, un peu dynamisant comme odeur, tu vois?"

Euh ... oui, je vois tout à fait mais est-ce que je saurais faire?
Encore une fois, j'ai dit oui. Puis, je me suis mis la pression toute seule...

          Il a bien fallu chercher quoi y mettre, écrire une formule alors que je ne crois pas vraiment à l'efficacité de ce genre de crèmes et passer à l'acte.

Comme je suis dans le beurre de cacao et l'olivem en ce moment, voici ce que j'ai fabriqué: Un soin tenseur du décolleté (buste et cou).

100_2779

         Le challenge:

- Obtenir une sensation de fermeté au moins immédiatement, à l'application.

J'ai hésité entre un gel, un gel-crème comme le permet l'olivem comme seule phase huileuse (5%) ou une crème plus confortable et anti-âge puisque c'est pour une personne d'une cinquantaine d'années.
J'ai choisi la dernière option même si elle semble moins "tirante" qu'un gel à l'application..

- Obtenir une belle odeur "dynamisante"

alors que j'aimerais utiliser des HE comme le ciste, le romarin verbenone, la sauge sclarée, la carotte ...  et des huiles végétales comme la bourrache, la nigelle, le pépin de courge...

- Convaincre grâce à cette demande, une personne peu habituée aux cosmétiques en général et au naturel qui plus est.

Elle utilise une vague crème achetée à la va-vite parce que sa peau tire un peu quand il fait froid mais c'est tout.  Et là, tout d'un coup, elle voudrait s'occuper de ses seins et de son cou! Dites moi où va se nicher la sophistication chez les femmes?

Bref, j'ai fabriqué en suant et doutant, en me disant qu'au pire, ce serait pour mes seins et mon cou qui n'en n'ont pas besoin.

J'ai évité d'y mettre des tas d'actifs tenseurs et "autres rajeunisseurs", comptant sur la régularité de l'application et le plaisir de s'occuper de soi.


           La synergie d'HE fabriquée un peu en avance (mais pas assez, je pense) . 

En gouttes et selon D. Baudoux pour les propriétés:

. 15 géranium de Madagascar (fragrance agréable, tonique astringente cutanée)
. 10 palmarosa (fragrance agréable, crevasses des seins, régénérante cutanée)

. 10 bois de rose (régénératrice tissulaire,vieillissement cutané, excellente tolérance cutanée)
. 5 romarin verbenone (peau cartonnée, rides, cicatrisante et régénératrice)
. 5 carotte (anti-rides, régénérant de la peau selon G. Roulier)
. 5 citron bio (drainage lymphatique mais légèrement irritante pour certaines peaux). J'ai beaucoup hésité à la mettre mais on la retrouve dans de  nombreuses formules naturelles du commerce et dans ces synergies d'HE pour le cou.
. 3 encens (cicatrisante, tonifiante, fragrance agréable)
. 2 myrte vert (astringente cutanée, rides)
. 2 sauge sclarée (détoxicante, participe à la lutte contre le vieillissement cellulaire selon Roulier)
. 2 ciste (vieillissement précoce de la peau, astringente)
. 1 ylang ylang extra (fragrance agréable, tonique pour la peau, fatigue sexuelle féminine)


auxquelles j'ai rajouté ensuite pour dompter l'odeur de ciste:

. 20 lavande officinale bio (fragrance, régénératrice cutanée, arrondit tous les parfums comme note de coeur)
. 10 mandarine bio (peau sèche, fragrance agréable)

Attention: HE photosensibilisantes, irritantes et hormon-like pour certaines, éviter pendant la grossesse, en cas de cancers ou troubles  hormono-dépendants, faire un test cutané au préalable et ne pas s'exposer au soleil.

100_2775


          Les huiles végétales (selon les Clergeaud entre autres):

choisies pour leurs propriétés raffermissantes, astringentes et anti-vieillissement mais j'ai limité mon choix aux huiles peu odorantes et/ou peu colorées pour avoir un parfum acceptable, une finesse d'émulsion et une couleur blanche.

. noisette (astringente)
. jojoba (assouplissante, effet barrière, prolonge le geste de massage)
. macération de pâquerettes sur soja bio désodorisé (réputée pour le buste, le soja apportant l'équilibre hormonal féminin)
. bourrache et onagre (prostaglandines pour l'équilibre hormonal féminin)
. son de riz et cire de riz (adoucissantes, insaponifiables, microcirculation)

mais si on ne craint pas pour les odeurs et la couleur, il est intéressant de considérer aussi: le sisymbre, la figue de barbarie, la nigelle, la calophyle inophile, le pépin de courge, la rose musquée, huile de pétales frais de lys, le pépin de cassis... (cf. "les huiles végétales, C. et L. Clergeaud, Ed. Amyris)

           Le beurre de cacao apporte de l'onctuosité à cette crème. Je n'ai pas choisi le karité qui aurait été parfait car le système émulsifiant apporte les insaponifiables de l'olive.

           Le système émulsifiant:

- l'olivem 1000 (cétéaryl olivate and sorbitan olivate) à 3% pour obtenir une crème et dont je recherche l'action hydratante à long terme par rapport à d'autres émulsifiants.

Quelques indications sur les dosages, légèrement supérieurs à ceux que je pratique le plus souvent.

Ses propriétés se trouvent sur cet article

100_2773

 

- l'oliwax comme émollient.

Son INCI: Hydrogenated olive oil (and) Olea europeae fruit oil (and) Olea europeae fruit oil insaponifiables

100_2774

          Cette substance a une composition très proche du sébum grâce au squalane et possède une bonne partie des insaponifiables de l'huile d'olive dont elle provient.

C'est un agent hydratant et stabilisant des émulsions à l'olivem s'il est utilisé de 1 à 3% et c'est un actif grâce aux insaponifiables s'il est utilisé de 2 à 5%.

          L'oliwax possède une action anti-oxydante prouvée par des études. Il permet d'éviter le rancissement rapide de l'émulsion si on y incorpore de l'huile d'amandes douces par exemple.

Les crèmes obtenues avec ces deux ingrédients sont fines, évanescentes à l'application mais l'effet nourrissant et hydratant est manifeste.

 

Formule du "Soin tenseur du décolleté"
 

- Phase huileuse

. 3% olivem 1000
. 2% oliwax
. 2% beurre de cacao bio
. 2 % huile de noisette bio
. 2% huile de jojoba bio
. 2% macération de fleurs de pâquerettes sur soja désodorisé bio
. 2% huile de son de riz
. 1% antiox
. 0.5% cire de riz
 

- Phase aqueuse

. 36.70% eau de source
. 10% HA de rose de Damas
. 10% silicium organique
. 10% de bétaïne (agent hydratant issu des betteraves à sucre et donné comme anti-rides à 10%. (cf. Aromantic)
. 5% HA de sauge sclarée
. 3% glycérine végétale bio
. 3% extrait de chondrus crispus appréciée dans l'huile fraîche de cet été (Gel-alg ou silicone végétal chez AZ)
. 0.5% aloe vera x 200
. 0.3% gomme xanthane
 

- Troisième phase

. 2% mélange d'HE citées plus haut (soit 50 gouttes du mélange pour 100g)
. 1% huile de bourrache bio
. 1% huile d'onagre bio
. 0.5% conservateur
. 0.5% arrow root tamisé

Acide lactique pour ajuster le pH

 

          Le mode opératoire est classique:

- Chauffer les deux phases à 70° après avoir fabriqué le gel avec la xanthane et l'eau.

- Verser la phase huileuse dans l'aqueuse en maintenant la température et l'agitation pendant 5mn.

- Refroidir lentement en mélangeant régulièrement.

- Ajouter la dernière phase sauf l'arrow root à froid. J'ai personnellement ajouté ces 0.5% prévus car je trouve que la crème est encore plus veloutée et permet de s'habiller dans la foulée.

- Ajuster le pH si nécessaire

 

100_2762

 

          L'odeur s'est bien arrangée et le ciste est bien moins présent qu'avant l'ajout de lavande et d'orange douce.

Il est malheureusement impossible par voie de blog, de vous faire vivre l'impression de douceur et de légèreté à l'application mais c'est une crème idéale pour le corps. Bien plus légère que je n'aurais cru!

Quant à l'efficacité, ON Y CROIT !


           Je pars en vacances dans une dizaine de jours et je n'ai pas pu fabriquer de soins chouchoutages pour partir malgré la longue liste de formules écrites dans mon carnet.
L'année a été longue et ardue donc je ne rêve que de simplicité et de calme, même dans mes cosmétiques.
Je pensais vaguement mettre un flacon d'huile polyvalente dans ma valise et basta!
100_2641

           Mais, je suis tombée sur les produits de Senke (j'adore...) et je me suis dit: "oh allez, une huile bi-phasée, même dite fine pour le corps, tu la fais directement dans le flacon, tu ne pèses rien et même la veille du départ, c'est bon".
L'INCI est vraiment simplissime. Tout est dans le flacon, la couleur, l'histoire, le parfum et le site.
Que du rêve...

           Et puis, j'ai ouvert le tiroir à huiles et ça a été le début de la dégringolade de pourcentages.
N'ouvrez jamais votre placard d'huiles alors que vous êtes fatiguée et rêvez de simplicité car vous pouvez tomber sur... l'huile de concombre.

Oui vous avez bien lu: huile pressée de graines de concombre achetée chez Luminescent au Royaume Uni.
Quand je l'ai reçue il y a des mois, en mettant mon nez sur le flacon, j'ai perdu 30 ans 20 ans d'un coup.

          Vous avez peut-être utilisé ces masques peel-off au concombre pour peaux jeunes à problèmes comme on dit aujourd'hui.
J'adorais cette odeur de concombre, pétillante, fraîche et purifiante, certainement issue du pur synthétique.

Et bien, l'huile de graines pressées sent exactement la même chose!
Immédiatement je l'ai associée à la légèreté de mon adolescence.
J'essaie de capturer cette senteur dans des savons au concombre (jus et pulpe) mais la fraîcheur ne persiste jamais bien longtemps, quoique je les trouve toujours très emollients si on peut le dire d'un savon .

100_2647
Savon au concombre et à 40% de coco pour le frérot qui aime les savons costauds. Mais, il est trop doux!

          J'en fais donc une huile corporelle fraîche, légèrement raffermissante et hydratante (puisque bi-phasée sur le papier) mais aussi réparatrice et quelque peu apaisante si nous croisons le soleil.

100_2645
Petit flacon à offrir

 

**Généralités sur les huiles bi-phasées**

- Pour ne pas utiliser de conservateurs, choisir uniquement des hydrolats en phase aqueuse.
La phase huileuse flotte au dessus de la phase aqueuse la protégeant un peu.

- Choisir un flacon vaporisateur.

- mettre beaucoup de phase aqueuse.
Les proportions idéales à mon avis seront de 50/50 ou mieux 40huileux/60aqueux.

- Choisir des huiles fines si on les veut vaporisables.

Un exemple:
- 40% phase huileuse: jojoba, coco fractionné, macadamia, anti-oxydants.
- 60% phase aqueuse: hydrolats à choisir pour leurs propriétés ou leur odeur, silicium organique, glycérine (2%) , teintures alcooliques (5/10%)

+/- agents actifs que je conseille vivement car ces formules à laisser sur la peau peuvent être un peu rustiques: Vitamines, hydratants, CO2, huiles essentielles..
De plus, les agents actifs du commerce sont souvent conservés et tout ça participe à la conservation de votre produit.

 

Pour les visages sujets à imperfections( pores dilatés, boutons...) , je trouve que les huiles bi-phasées peuvent être comédogènes.
N'hésitez pas à charger en anti-oxydants et à les terminer sur le corps si vous voulez un soin rapide à utiliser en attendant une vraie émulsion.

 

  100_2636         
Actifs faits maison avec plaisir

 

Formule de "l'huile fraîche au doux concombre"

** Phase huileuse:

- 17.3% Huile pressée de concombre (je ne connais pas les macérats de pulpe fraîche de concombre)
- 10% huile de coco fractionné (très fluide, très stable, effet sec et inodore)
- 5% insaponifiables de karité (chez Zinette)
- 5% huile de jojoba bio (fine, inodore et filmogène)
- 0.5% huile de la Saint Jean fait maison sur olive bio (macérât de millepertuis, excellent anti-inflammatoire après-soleil mais risque de photosensibilisation. J'en ai mis très peu pour cela et c'est une huile à appliquer le soir après la douche qui suit une journée de mer et de piscine)
- 0.3% antiox COS (anti-oxydant à remplacer par de la vitamine E)

**Phase aqueuse:

- 15% hydrolat (HA) de rosa damascena bio
- 13% HA de Patchouli (de Luminescent découvert grâce à Venezia, fournisseur de l'huile de concombre)
- 10% HA de santal ( très, trop peu odorant sinon ça sent le pipi cèdre)
- 5% HA de rosalina (même famille que le tea tree chez Bilby)
- 5% silicium organique ( pour améliorer le glissant car il n'y a pas d'émulsifiant)
- 5% mélange de teintures maison
(pétales de rosa centifolia du Pérou offertes par Malegria, lierre sauvage de la forêt, jasmin du Brésil offert par Venezia)

** Actifs:

- 3% sea silk (hydratant, soyeux et glissant chez Bilby)
- 3% silk gel (excellent hydratant chez Aromantic)
- 2% extrait de chondrus crispus (extrait de varech hydratant filmogène , tenseur et effet fraîcheur, Gel-alg ou silicone végétal chez AZ)
- 1% bisabolol (extrait de la camomille réparateur)
- 1% extrait HG maison de camomille matricaire
- 0.5% vit A (rétinyl palmitate)
- 0.3% extraits CO2 (carotte, calendula, amaranthe)

Quelques gouttes d'extrait de betterave pour contraster la couleur de la phase aqueuse.

 

Le mode opératoire est si complexe que j'hésite à en parler.
Suivez bien, c'est touffu.

- Introduire les ingrédients huileux un à un en les pesant:

100_2628

 

- Poursuivre par les ingrédients aqueux:

100_2629

 

- Agiter à l'aide d'une baguette pour bien mélanger:

100_2630

 

- Introduire dans un flacon vaporisateur en verre:

100_2632

 

- Le choisir tout de même un peu doré pour le chic:

100_2631

 

- Vaporiser sur le plan de travail pour vérifier que ça fonctionne bien:

100_2635

Vite, passer la main dessus (faut pas gâcher), essayer sur le dos de la main, porter sa main au nez, humer et rajeunir...

Car l'odeur de concombre est intacte. Elle n'a pas été modifiée par celle des hydrolats pourtant très francs hormis le santal qui est bien neutre.

N'est-ce pas que ça valait le coup de se concentrer en réalisant ces opérations cosmétologiques de haut niveau?
;o)))

100_2642

Le lendemain, sauter de joie en voyant que ce n'est pas un biphasé mais un tri voire un quadri-phasé.
En mettre dans un petit flacon pour donner à sa testeuse volontaire préférée.

Penser à en refaire si c'est stable d'ici le départ car 100g c'est trop peu... quand on veut rajeunir.

Et trouver pourquoi l'ajout de silicium organique (je crois que c'est lui) donne plusieurs phases.

Huile Lactée par Mlk

Soins du corps

Par Thomaelle

Petite recette, inspirée par une composition de Lavera, par les "fondants" de Reo, l'huile gel de Loulou, la puissante générosité pédagogique de Michèle, la rigueur noteuse de Patte et aussi ma grande paresse sous ce soleil estival.

Petite huile lactée

60gr hv soja
20gr émulsifiant MF
8gr hv avocat
3gr hv coco
6gr hv amandons de prune
3gr lécithine de soja en poudre
+poudre d'acerola
+HE si vous le voulez

on obtient une huile qui se transforme en lait au contact de l'eau, très facile, pas de problème de conservation et on peut s'amuser à colorer!

on fait juste chauffer la cire et les huiles non fragiles en touillant et on verse sur le bol de l'huile de soja et on rajoute Mr Amandons.

On peut aussi rajouter des hv jusqu'à consistance idéale et personnaliser.

Voila, le rideau se baisse sur cette recette tout à fait perfectible et qui n'attend que la suite des prochains épisodes

Merci à toutes car quand je pense à ce blog collectif, un sourire béat anime mon coeur !

Bikini Bôm: cérat cosmétique post-épilation

Soins du corps

Par atelierdemichele

          Ceci n'est pas un message de notre pin-up.
C'est la formule d'un cérat à utiliser après l'épilation sur le maillot, zone sensible et délicate s'il en est.
Ce produit peut bien sûr servir aussi sur le corps entier si vous voulez une formule simple, apaisante et nourrissante.

          Je n'applique rien de particulier après les épilations si ce n'est la crème que l'esthéticienne me met machinalement à la fin du soin.
Je la regarde faire tout aussi machinalement depuis des lustres sans réagir et penser que cette crème ne contient sûrement pas ce que je préfère mettre sur moi.

Même si elle est sensée être apaisante, sensée retarder la repousse des poils, sensée être légèrement antiseptique, et tout, et tout...

          Depuis peu, je réagis, et j'agis.
Allez hop, un cérat comme ici avec de l'aloe-vera en phase aqueuse que j'emporterai à chaque fois et qu'elle m'appliquera parce que tout de même, on ne va pas se laisser faire sans rien dire alors qu'on sait fabriquer des crèmes qui font tout ça aussi!

Voyez ici un cérat de Venezia avec de l'aloe vera. Cette audace m'a beaucoup inspirée.

 

          Puis je réalise qu'une personne m'a offert un très vieux livre à Noël alors que je n'attendais pas tant de générosité de sa part.
Il n'en reste pas moins que j'ai été touchée par son geste car c'est un livre qui appartenait à son père, pharmacien.

Ce vieux livre contenait des annotations dans les marges, des bouts de formules griffonnés sur des morceaux de papiers jaunis, une enveloppe déchirée sur laquelle on  peut lire qu'elle a été envoyée en 1945...

100_2582



          Il y a tant de présence de ce monsieur dans ce formulaire, que je m'étais jurée de faire un jour une de ces formules, très improbables par ailleurs car certaines sont irréalisables aujourd'hui, voire carrément dangereuses.

C'était vraiment autre chose  que les parabens qu'on diabolise tant aujourd'hui.

          Comme  depuis Galien, on se refile des recettes de cérats et qu'il y en a une en page 41 qui s'appelle "cold-cream extra-fin", formule de la pharmacopée britannique, (joli nom pour le maillot, n'est ce pas?) je ne prend pas du tout de risques.

100_2583



          Ce cérat contient du blanc de baleine que l'on remplace habituellement par des épaississants et/ou des beurres.
Le blanc de baleine provenait des cachalots et est constitué principalement de palmitate de cétyle (sel de l'acide palmitique et de l'alcool cétylique).

Sur le site de sheabutter.com (Loulou, remarques-tu l'habile astuce pour parler du karité sans en avoir l'air ?), on peut lire que sa composition est très proche de celle de l'huile de jojoba, information confirmée par le vendeur des robindesbois que je croise sur tous les salons bio et à qui j'achète un flacon de jojoba de temps en temps, histoire de faire ma B.A.

Mais l'huile de jojoba est liquide et ne peut pas jouer le rôle d'épaississant comme le blanc de baleine (ou spermaceti).
Comment faire un substitut du blanc de baleine?

 

          Je me souviens alors d'une discussion sur le forum Aromat où Copaiba conseillait Malegria qui ne trouvait pas de beurres au Pérou. Noté dans mes carnets secrets depuis lors, je n'avais jamais eu le temps d'essayer son conseil.

 

Voici son substitut de beurre de jojoba:

- 30% huile de jojoba
- 70% alcool cétéarylique (mélange d'acide stéarique et d'alcool cétylique)

Faire fondre au bain marie et mélanger vivement jusqu'au refroidissement sans laisser le temps à l'alcool cétéarylique de recristalliser à part.

100_2571

 

Le résultat est un peu trop "friable" voire cassant à l'application sur la peau. Il donne un toucher sec mais je désire quelque chose de bien plus onctueux.
L'épilation du maillot reste un geste douloureux et je voudrais un baume, au sens figuré du mot:

" Baume (fig.): Ce qui adoucit les peines, calme la douleur, l'inquiétude". Le Petit Robert.

 

          J'augmente donc la part d'huile de jojoba pour avoir 50% de chaque composant. Et c'est plus agréable, très onctueux, une vraie texture de beurre 100_2573.

Dès que j'aurais terminé la quantité de "beurre" préparée, je testerai avec des cétyl-esters achetés lors d'une commande de Patte et qui seront peut-être encore plus adaptés.

Je formule mon cold cream en modifiant à peine les proportions du vieux formulaire.


          Mais que choisir comme parfum pour avoir à la fois l'action adoucissante, antiseptique, cicatrisante et le tout très féminin et sensuel vu la zone à laquelle est destiné ce soin?
Le jasmin?

J'ai en ma possession un sublime jasmin sambac qui s'y prêterait bien. Ce que j'ai lu ici, puis et encore ici ou confirme mon choix.

Bon, je vous la fait courte:

- agit sur le plan gynécologique (syndrôme prémenstruel, douleurs utérines...)
- réputé comme aphrodisiaque (hum, hum...), frigidité, impuissance, anorgasmie (non, non, n'en jetez plus!)
- adoucit les peaux irritées (enfin, tout de même!)

         

          Pour ne pas trop m'égarer, je vais coller mon jasmin dans les bras de la lavande fine sous l'oeil vigilant de la rose.
Et voilà mon parfum soignant, érotisant, apaisant, antiseptique... pour le maillot!

100_2575

 

 

Formule du Bikini Bôm

- Phase A

. 29g huile de noyau de pêche (symbolique pour avoir une peau du même nom)
. 10g gel d'aloe vera maison
. 8g de substitut de "beurre de jojoba" maison
. 3g cire d'abeille blanche en pastilles

Faire fondre au bain marie et mélanger au mixer à capuccino .

- Phase B

. 1g de cire de jasmin grandiflorum (acheté ici, peu cher et de bonne qualité)

Ajouter dans la phase A chaude et mixer jusqu'à ce que ce soit complètement fondu.
Laisser éventuellement encore au bain marie éteint.
Une fois la cire fondue, retirer du bain marie, poser sur une surface froide  et continuer à mixer pour faire prendre légèrement au refroidissement jusqu'à l'obtention d' une "crème fluide".

- Phase C

. 10 gouttes d'extrait de pépins de pamplemousse (qui joue aussi le rôle d'antiseptique). Il y a un conservateur dans mon gel d'aloe.

Ajouter au stade de "crème fluide" et continuer à mixer pendant 5mn pour épaissir encore un tout petit peu plus.

- Phase D: Parfum

. 10 gouttes d'huile essentielle de lavande officinale
. 5 gouttes d'absolue de jasmin sambac biodynamique
. 3 gouttes d'absolue de rose marocaine

Bien mélanger et couler en pots stériles avant le complet refroidissement. C'est plus joli.

 

 

100_2577

          Le petit pot est dans le sac pour emporter chez l'esthéticienne, qui fait des yeux ronds et comprend enfin  pourquoi je reste sourde aux sirènes de ses deux marques toutes si formidables et qui communiquent  tant sur les arômes et les huiles essentielles... Hi hi hi, je sais lire les INCI!

 

          Le Bikini Bôm durcit comme un cérat, forme un film mince et odorant sur la peau épilée et en réalité, j'en mets sur tout le corps le soir pendant 2 ou 3 jours.

C'est tout simplement divin!

Lait solaire

Soins du corps

Par cshabou

Lait solaire

Soleil du Monde

Une invitation au voyage, ça vous dirait ?
Et bien, pour tout de suite ou pour l’été qui va bientôt arriver, j’ai tenté un lait solaire avec le sucrose stéarate, émulsifiant que j’ai adopté d’emblée et in extenso – des mots savants pour dire que j’en suis raide dingue !
Un grand merci à toutes celles qui ont testé et expérimenté pour nous - Michèle a ouvert la voie sur ce blog, Vénézia en parle longuement sur le sien, et toutes celles qui en ont parlé sur leur blog - et je vous souhaite à toutes de pouvoir l’essayer ! C’est une texture très différente de celle qu’on obtient avec la cire émulsifiante, agréable et fraîche et … difficile à rater. Par contre, pour la protection solaire, j’émets des réserves quant à l’efficacité de ce lait et je vous conseille vivement de vous protéger du soleil : chapeaux, parasols, exposition aux heures les moins chaudes et de préférer les crèmes solaires du commerce pour les cas extrêmes et les petites peaux fragiles.
Vous pourrez utiliser ce lait pour vous balader le nez en l’air, flâner sur les marchés, …bref je suis sure que votre imagination galope déjà vers ces prochaines vacances ensoleillées.

Comme le fait très justement remarquer Michèle, nous ne sommes jamais certaines de la dispersion des filtres minéraux dans nos produits maison ni de leur indice de protection. Les ingrédients que j’ai choisis vont dans ce sens mais … prudence !

Le flacon est transparent, la belle couleur orange est celle du lait.

 

J’ai donc commencé par

100 grammes

de concentré d’émulsion :
Phase huileuse :
20 g Hv carotte
20 g Hv Sésame macéré avec 2 càc de rocou broyé
5 g de beurre de Karité
10 g d’Hv d Macadamia
5g de beurre de coco*

Émulsionné avec Phase aqueuse :
20 g de glycérine
10 g d’eau
10 g de sucrose stéarate.
Il suffit de mixer à froid (voir explications de Michèle - la crème de mes enfants- je n'ai pas encore appris à mettre des liens)

Auxquels j’ai ajouté tout simplement mes ingrédients actifs (en mixant):
5 g d’oxyde de zinc
4 g de dioxyde de titane micronisé (Bilby) **
1 g NFF
0,2 g d’Aloé Véra concentré
1 g de bisabolol
2 g d’extrait d’argousier
1,8 g d’allantoïne
et complété jusqu'à 186 g de phase aqueuse (en mixant toujours):
75 g d’HA de lavande
25 g d’Ha de Jasmin
86 g d’eau Rosée de

la Reine


0,2% de xanthane
0,2% de Germall +.


* l’huile de coco a un gros inconvénient transformé en avantage dans le cas d’un produit solaire : elle n’est pas absorbée par la peau. Mais il faut en mettre peu car elle a un effet desséchant.
** Evitez de respirer les poussières de ces poudres qui peuvent être irritantes pour les poumons.

Et l’odeur, me direz-vous ? et bien pas d’huile essentielle pour aller au soleil mais comme j’aime que ça sente bon, j’ai fait la vilaine : quelques gouttes de fragrance coco-lime (miam, miam !) connue grâce à Tartopom qui avait parfumé un lait après soleil pour un swap.

Premier effet inattendu mais appréciable : le rocou en excès – je pense qu’une c à c suffit largement – colore la peau et j’aurai l’air bronzée dès que je mettrai mes jambes à l’air. Ma fille dit que je risque de ressembler à un « Peaux-Rouges » mais j'ai essayé et non !. 


Je teste et je vous reviens là-dessus, mais je ne suis pas un bon sujet d’expérimentation car j’ai une peau solide et mâte. Par contre, si vous essayez des améliorations, merci de nous en faire profiter.

Soleil_du_Monde


Le lait du (voyageur) rêveur

Soins du corps

Par CatherineNC

Je me suis approvisionnée, il y a peu de temps, en émulsifiants VE (glycéryl stéarate) et MF (Sodium stearoyl lactylate) dont on dit qu'ils permettent de jouer sur les textures pour aller de la crème au lait trés fluide.

Vivant en pays chaud, j'apprécie la légèreté et la fluidité du lait et je trouve qu'il peut se décliner à l'infini, pour hydrater, parfumer, traiter, satiner, protéger le corps, selon la formule utilisée, du lait hydratant au lait anti-moustiques, toutes les combinaisons sont intéressantes.

J'ai donc demandé conseil à mon "professeur" Michèle qui m'a gentiment indiqué les proportions à utiliser pour obtenir un lait fluide avec les émulsifiants VE et MF.
 


Je viens de tester une petite recette de ma composition à visée plutôt hydratante. Elle est perfectible bien sûr mais je suis heureuse d'avoir obtenu un beau lait fluide (qui ne se sépare pas....) avec une proportion si faible de corps gras.

Voici donc la composition de base indiquée par Michèle pour obtenir un joli lait fluide avec VE et MF :

-    6 % d'huiles végétales
- 1,5 % d'émulsifiant VE (à ajouter en phase huileuse)
- 0,5 % d'alcool cétylique (à ajouter en phase huileuse)
- 2,5 % d'émulsifiant MF (à ajouter en phase aqueuse)
- le reste en eau, hydrolat et ajouts de la 3ème phase, soit 89,5 % au total pour arriver à 100.


Petite précision d'une grande importance à propos de l'eau évaporée en cours de fabrication :


Il faut peser le bol vide dans lequel on met la phase aqueuse, noter le poids, sachant qu'à la fin de la fabrication, on devrait obtenir en le pesant, un poids égal au poids du bol vide + le poids total du produit qu'on a décidé d'obtenir - le poids de la 3ème phase (qui ne sera ajouté qu'après refroidissement). Donc à la fin du mélange des 2 premières phases, peser le bol, ajouter le poids d'eau chaude qui manque et bien mixer.

En effet, l'eau s'évapore beaucoup pendant le chauffage et il faut compenser la déperdition, au risque de ne pas obtenir ce que l'on voulait.

 

Mode opératoire :

- Chauffer les deux phases à 70 °, verser la phase huileuse dans la phase aqueuse et mixer (de préférence avec un mixer à pied puissant) pendant 5-10 minutes.

- Mettre à refroidir dans un bain d'eau fraiche en continuant à mixer.

- Quand le mixer commence à peiner, continuer avec un fouet manuel ou une spatule.


Vous obtenez un joli lait pompable. J'ai agrémenté le mien de quelques gouttes d'orcanette infusée dans de l'huile de pépin de raisin pour obtenir un lait rosé.

Il aurait pu être plus fluide mais la précision des mesures est trés importante dans ce genre de produit.

 

On obtient toujours des calculs comme "0,5 gr" et c'est trés difficile de respecter cette précision lorsque l'on n'a, comme moi, qu'une balance qui mesure seulement au gramme mais on y arrive avec un peu d'application. Je compte quand même me procurer une balance de précision car je suis plutôt perfectionniste et, n'ayant pas l'intention d'arrêter de sitôt la fabrication de mes petits produits, je veux pouvoir utiliser tous les actifs aux proportions exactes.

De plus, cela doit aussi vous arriver, parfois je mets mes produits et la balance ne bouge pas puis, d'un coup, elle fait un bond et je me retrouve avec plusieurs grammes de trop, ce n'est pas bien pratique...

Parfois je fais un peu de récupération mais ce n'est pas toujours facile... donc j'estime qu'à ce stade une balance plus précise ne serait pas du luxe (si vous avez des tuyaux à ce sujet, je suis preneuse).
 


Pour mon prochain lait, je ferai chauffer, ensemble, tous les éléments des phases huiles et eau... pour voir...

 
DSC01286
DSC01285



La composition de ce lait pour environ 200 gr de produit :

Phase huileuse :

- 3 gr d'HV andiroba
- 4 gr d'HV inca inchi
- 5 gr de macération de fleurs de camomille dans HV pépin de raisin
- 1 gr de vitamine E (acetate BP/USP)
- 3 gr de VE
- 1 gr d'alcool cétylique

Phase aqueuse :

- 150 gr d'eau déminéralisée
-  24 gr HA rose de Damas
-    5 gr de MF
-    1 gr d'extrait de soie (j'ai fait du repêchage mais j'ai bien dû en mettre plusieurs grammes... lol ..)

Phase trois :

- 1 gr d'aloe vera concentré X 40
- 5 gttes extrait CO2 de rose
- 5 gttes extrait CO2 d'argousier
- 3 gttes de germall+ (en attendant de trouver mieux et aussi efficace en pays chaud, ou conservateur de votre choix à ajuster selon dosage usuel)
- 15 gttes au total d'huiles essentielles ramenées de Mysore lors de mon voyage en Inde:

    * bois de santal
    * jasmin noir
    * water lily (une variété de nénuphar)

 

DSC01288


Je craignais d'avoir mis trop de water lily qui sent trés fort mais, une fois sur la peau, l'ensemble dégage un parfum fleuri et chaud à la fois que j'aime bien.

Ces huiles essentielles, outre leur parfum qui enchantent mes narines, réunissent quelques propriétés intéressantes.

             Le jasmin est l'une des huiles les plus utilisées en Inde. L'histoire raconte que Krishna a fait la cour à sa femme en lui offrant de l'huile de jasmin. Cette huile est utilisée dans la plupart des grandes occasions de fête.
Le jasmin noir serait particulièrement efficace contre l'eczema, le sporiasis.

             Le water lily est peut-être l'huile la plus importante en Inde. Elle est utilisée comme anti-moustiques : 2 à 3 gouttes frottées sur le corps le protégerait pendant 7 à 8 heures (je l'ai testée pendant mon séjour en Inde, je n'ai pas été piquée). Elle est trés utile en Inde du Sud pour éradiquer la maladie de l'éléphantisme où elle sévit.

             Quant au santal, c'est mon chouchou, à cause de son odeur mais aussi de ses multiples propriétés thérapeutiques bien connues :

antispetique, anti-inflammatoire, décongestionnant et régénérateur veineux, calmant, sédatif, équilibrant, régénérateur de la peau, diurétique, mucolytique, aphrodisiaque (réveil l'appétit sexuel de l'homme en stimulant la production de testostérones)...

Dans son livre L'aromathérapie énergétique, guérir avec l'âme des plantes, Lydia Bosson précise ses propriétés énergétiques :

- apaise le stress, la nervosité, l'impatience, la dispersion mentale, l'épuisement nerveux,
- combat l'agressivité, l'égoïsme,
- purifie l'ensemble des chakras,
- unifie les corps physiques, mental et spirituel,
- aide à trouver équilibre, paix et sérénité intérieurs,
- développe la relation et la compréhension avec autrui,
- ouvre à l'amour universel,
- aide à trouver son chemin spirituel, invite à la méditation.

Et dans l'introduction qu'elle fait pour chaque huile de son livre, elle écrit ceci à propos du bois de santal :

"Le bois de santal a une longue histoire dans la vie culturelle et spirituelle en Asie. Exploité pour la sculpture de meubles ou de statuelles, ou pour la construction des lieux saints, il est aussi brûlé sous forme d'encens dans les temples indous et bouddhistes."

On l'utilise notamment lors des mariages ainsi que pour embaumer les morts et permettre à leurs âmes d'intégrer une nouvelle vie.

Partie prenante des rituels spirituels en Inde, le bois de santal, traditionnellement associé aux méditations, favorise la découverte de son moi intérieur et de son essence divine.

Les Hindous ont coutume d'appliquer de la pâte de bois de santal sur le 3ème oeil. Dans le bouddhisme, il est utilisé pour se protéger contre les démons et les parasites de tout genre. Pour les écoles de Tantra, il est relié tant au chakra des racines qu'au chakra coronal et sert à réveiller la Kundalini et à la transformer en sagesse spirituelle.

Sa place est aussi prépondérante dans la médecine, qu'elle soit chinoise, tibétaine ou indienne ayurvédique, afin de combattre les troubles liés à un excès de Pitta."



N'avez-vous pas un peu voyagé en imaginant la provenance des huiles végétales d'andiroba, d'inca inchi, des huiles essentielles indiennes ?
moi si, comme d'habitude. A défaut de voyager, laissons-nous aller au rêve, c'est si bon.

Un grand MERCI à Michèle pour ses conseils et tout le reste...

Autour du beurre de karité

Soins du corps

Par CatherineNC

Inspirée par tous vos essais de karité fouetté et plus particulièrement par "la chantilly de karité" de Venezia , j'ai eu l'idée de me préparer une crème au karité manié et au gel d'aloe, pour obtenir quelque chose de frais et nourrissant en même temps à appliquer sur les jambes, surtout par temps chaud.

J'ai commencé par manier du beurre de karité à la cuillère, puis j'ai progressivement incorporé de l'huile de tamanu, bonne pour la circulation et de l'huile d'inca inchi, huile sèche, légère, mais assouplissante, restructurante et protectrice, excellente pour éviter la déshydratation de la peau, je l'adore... 

J'ai donc travaillé mon beurre à la cuillère , puis j'ai progressivement incorporé les huiles :

Savons_FOUETTES_002












 

J'ai ensuite ajouté le gel d'aloe, la texture est devenue trés légère et trés agréable :

DSC01268












 

puis de la maïzena (je ne trouve plus d'arrow root) .

L'odeur du bois de santal se marie parfaitement bien avec celle de l'huile de tamanu qu'elle couvre agréablement, j'aime beaucoup.

J'ai obtenu un produit trés sympathique qui laisse un effet bien frais aprés application.

Savons_FOUETTES_004











 

 

A titre indicatif, voici les proportions que j'ai utilisées :

- 40 gr de beurre de karité
-   3 gr d'huile de tamanu
-   6 gr d'huile d'inca inchi
- 50 gr de gel d'aloe vera
-   1 petite cuillère à soupe de maïzena
- 10 gouttes d'huile essentielle de bois de santal

Le produit est resté trés stable, même en dehors du réfrigérateur, et malgré la forte chaleur qui règne chez moi actuellement (plus de 30°)

Je considère que cet essai est une base qui mériterait d'être affinée, enrichie, peut-être avec plus d'huiles,  des actifs, des agents hydratants, à peaufiner....

Le karité est vraiment  intéressant à utiliser.












   

"Café crème": crème décadente au café

Soins du corps

Par atelierdemichele

          Un raté qui se tranforme en un plaisir si décadent que je ne résiste pas au plaisir d'en parler ici.

          J'ai acheté il y a maintenant quelques mois un extrait CO2 de café (coffea arabica) qui sent vraiment le café mais est piquant au nez.
Un peu comme un vieux café réchauffé que l'on a laissé refroidir.
Mes essais d'incorporation dans un baume n'ont rien donné de palpitant.
J'en étais même vaguement écoeurée quand je humais le flacon pour en apprivoiser la senteur.

 

 

100_2403

  Extrait CO2 de coffea arabica produit en agriculture conventionnelle en Inde

          J'avais acheté chez Aromantic du beurre de cacao brun contenant un peu de cacao en poudre pour faire des baumes à lèvres cacaotés.
Ce beurre est beaucoup moins gras que le beurre de cacao ordinaire.
Il se présente comme un mélange de morceaux de beurre bruns et de poudre de cacao.

 

          J'avais gardé dans mes tablettes lorsque je hantais le net à la recherche de formules magiques qui marchent, ce lien d'un fournisseur d'ingrédients cosmétiques.
La rubrique "formulary/recipes" était séduisante mais je n'en comprenais pas bien les recettes d'émulsions.
Alors, j'ai décidé de faire l'une d'entre elles qui bousculait les proportions que je connais d'émulsifiants et épaississants.

          La formule du ""No Ewax" cocoa-shea whipped cream" comporte beaucoup de phase huileuse.
J'ai remplacé les émulsifiants cités par 3% MF et 8% VE (Bilby) dans ces proportions complètement folles et ça a ... raté.
Evidemment.

Or j'ai du miraculeux polysorbate 80 (merci Catherine) qui sauve les émulsions qui se séparent, n'est ce pas Thomaelle?

Quelques gouttes plus tard, l'émulsion était lisse,  belle et curieusement pas grasse du tout mais le mélange de beurre de cacao brun et du CO2 de café était des plus écoeurants.

Ce n'est plus une "no Ewax", pour le coup mais chuuut!
On aurait dit la crème "au chocolat et à la crème" que je sers en petits pots avec de l'orange confite que tout le monde adore chez moi.

 

          Se crémer avec une crème à la senteur et à l'aspect si alimentaire me déplaisait fortement.
Et comme c'était sensé être une "whipped cream", j'ai donc "whippé" avec le fouet électrique, ce qui a permit d'oxygéner la pâte et, agréable surprise, de développer l'arôme du café.
J'ai rajouté un soupçon d'absolue de vanille et le résultat est superbe: fin, nourrissant malgré une pénétration très rapide et d'une délicate odeur gourmande sans être envahissante.

Il m'est difficile de décrire la sensation sur la peau: cela ressemble à un beurre fouetté, bien fouetté sans le côté gras.

 

          C'est donc un "café crème" corporel très honorable dont je vous donne la formule approximative car je n'ai pas compté les gouttes de polysorbate 80, de CO2 de café, d'absolue de vanille, d'HE d'orange douce bio.

100_2401

Juste après la fabrication

 

Formule du "café crème du matin"

- Phase huileuse:

6g karité bio
6g beurre de cacao marron
4g beurre de coco bio

10g huile de tournesol bio
6g huile de jojoba
6g huile d'avocat
2g huile de germes de blé bio

8g émulsifiant VE
0.2g antiox-cos


- Phase aqueuse:

30.3 g eau de source
10g silicium organique
3g émulsifiant MF
3g glycérine végétale bio (une merveilleuse trouvaille en bio)

- Troisième phase:

4g aloe vera conc x40
1g arrow-root tamisé
0.5g conservateur

CO2 de café, HE d'orange douce bio, absolue de vanille, HE bay (Pimenta racemosa feuille).

Faire une émulsion à 70°.

Ajouter quelques gouttes de polysorbate 80 si ça se sépare.
Fouetter à l'électrique pour aérer la crème.
Mettre en pots stériles.

C'est un délice!

100_2404

  Une photo bien trompeuse du pot après le prélèvement de ce matin.

 

       ***Je pense qu'il suffit de faire une crème grasse (40% d'huiles) avec votre émulsifiant habituel et de la fouetter ensuite pour obtenir cette légèreté.
A mon avis fouetter une crème peu grasse enlèverait de l'onctuosité et serait plus "craquante" sur la peau.***

 

Une autre version?

- 16g de beurres (6 cacao, 6 karité, 4 coco...)
- 24g huiles fluides grasses et nourrissantes (tournesol pour la vit E, abricot, jojoba, germe de blé pour la vit E, avocat...). J'éviterais l'amande douce qui quoique grasse, est très sensible à l'oxydation.
- 10g cire émulsifiante
- 2g acide stéarique
-  2g alcool cétylique

- 33g eau de source
- 10g gel d'aloe vera
- 3g glycérine végétale
- 3 capsules de vit E (c'est très empirique mais indispensable car on introduira beaucoup d'air)
- 1g d'arrow-root ou d'amidon de votre choix

+ conservateur, HE

Faire votre crème comme d'habitude et au refroidissement, la fouetter à l'électrique pour y incorporer beaucoup d'air et la "monter".
Rectifier les HE si nécessaire car l'incorporation d'oxygène peut modifier votre mélange odorant.

Choisir des HE gourmandes pour accentuer le côté cosméto-culinaire!

Si vous essayez cette version, venez m'en parler.  Je l'ai écrite sans l'essayer encore. Bzz.

        Je ne sais plus quelle crème choisir après la douche du matin tellement il y a de pots dans ma salle de bains actuellement.

Que c'est dur la vie par moments!

Déodorant de Shrek, par Telmagre

Soins du corps

Par Thomaelle

Non non, c'est pas une blague!!
c'est pas pour les enfant non plus!

Je lui ai donné ce nom parce qu'il est vert (pâle), c'est la chlorophylle qui le colore ainsi.
Cela dit j'avais hésité avec "Hulk" aussi;-)

Ca faisait très longtemps que j'avais envie de me faire un déo, j'ai lu des éloges sur celui de Martine (remanié bien des fois), mais je préfère les déo bille quand meme....enfin, je n'exclue pas l'eventualité d'une  barre non plus, un de ces jours peut être!!
Alors, j'ai commandé tout ce qui est utile dans un déo sur Aroma-zone (mon nouvel ami!), soit:
-poudre de chlorophylle
-allantoïne
-poudre d'alun
-hydrolat de menthe poivrée (celui là je l'avais deja, de Mandriolu)

J'y ai ajouté du calendula pour apaiser d'eventuelles rougeurs, du karité (j'en mets dans tous les produits), de l'EPP (efficace contre les mycoses, et bacteries responsables des odeurs), une HE anti-bacteriennes (tea tree+palmarosa), benjoin pour la peau, geranium pour l'odeur et palmarosa qui aurait des propriétés contre les odeurs corporelles dû a une transpiration excessive.
Je voulais ajouter de l'aloé vera et de l'arrow-root en 3éme phase mais finalement j'en ai pas mis (surtout parce que c'est suffisamment liquide ainsi!)

voici donc:

 

Déodorant de Shrek!

**phase A (22g)
21g HA menthe poivrée
0.6g chlorophylle (solution à 50 % de chlorophylle poudre dans l'eau)
0.3g allantoïne (1%) à ajouter ds hydrolat chaud
1g glycerine
3g poudre alun

**phase B ( 8g)

4g calendula
3g beurre karité
2g cire emulsifiante polawax (4%)

**phase C

8 gttes EPP
germall+
HE tea tree: 1 gtt
benjoin: 2 gttes
geranium rosat: 2 gttes
palmarosa :6 gttes

Odeur de menthe présente, mais surtout de palmarosa, ce déo est frais à l'application et a une odeur légèrement citronnée je trouve.
L'émulsion est verte.
Donne 50ml pile-poil!!
L'émulsion est assez liquide et coule bien sur la bille
Et rassurez vous.....je ne me suis pas transformée en Princesse Fiona....mes aisselles ne sont pas vertes, lol!!

"J'ai un petit grain": gommage sucré aux Petits Grains

Soins du corps

Par atelierdemichele

"Avoir un grain, un petit grain", c'est être un peu fou, d'après mon dictionnaire.

Malgré mon air sage, j'ai un brin de folie  mais seulement quand je fais des savons, des crèmes aussi, des laits et des baumes aussi et ...
 

Mais revenons à nos moutons, j'aime beaucoup les huiles essentielles de Petit grain.
Je commence à en avoir une collection qui se marie bien aux autres huiles essentielles ou qui se suffit à elle-même.


          Elles proviennent de plantes du genre Citrus, famille des Rutacées (orangers, mandariniers, bergamotiers etc.) qui donnent des huiles essentielles différentes selon la partie de la plante utilisée:

- les fruits donnent des HE par expression du zeste (HE de citron, d'orange douce, d'orange amère ou bigarade, de bergamote, de combawa, de mandarine, de pamplemousse, de cédrat etc.)

- les fleurs distillées donnent l'HE de néroli pour l'oranger amer. Le rendement est très faible, ce qui rend cette HE chère. Il n'y a pas à ma connaissance d'autres HE de fleurs de citrus.
Il existe du néroli co-distillé plus abordable que l'HE de fleurs seules.

D'après Michel Sommerard (Le chemin des arômes, Ed. Médicis), " la distillation de la fleur produit aussi l'eau de fleur d'oranger par récupération des eaux d'extraction. C'est une manne qui fait baisser le prix de l'HE qui, sinon, atteindrait le prix de la Rose". Mais on trouve facilement de l'eau de roses... et l'HE reste très, très onéreuse.

 

- les feuilles et les tiges distillées donnent les HE de Petit grain que l'on qualifie ensuite du nom de l'espèce qui les a produites.

 

          Dans ma collection, il y a:

. Petit grain bigaradier (Citrus aurantium bigaradia): la plus courante, d'odeur suave, douce et très agréable même si j'ai mis du temps à l'apprécier. Je la trouvais un peu étrange au début.

. Petit grain bergamotier (Citrus aur. bergamia): d'odeur acide, presque vinaigrée.

. Petit grain combawa (Citrus hystrix): d'odeur acidulée, très puissante olfactivement parlant comme c'est souvent le cas pour les HE malgaches mais presque sucrée.

. Petit grain mandarinier (Citrus reticulata): une petite merveille de puissance olfactive. Je la trouve assez proche du néroli mais en moins acide.

. Petit grain cédrat (Citrus medica): discrète, proche des zestes pressés. Je l'adore.


          Je n'ai pas trouvé où me procurer des HE de petit grain de Pamplemoussier (Citrus grandis, paradisi ou maxima dont j'apprécie beaucoup l'HE de zeste), de citronnier (Citrus limonum) ni d'orange douce (Citrus sinensis). Je ne sais pas si elles existent.
 

**** On les appelle "Petit grain" car autrefois, on distillait les rameaux feuillus récoltés avec des embryons de fruit que l'on appelait des petits grains. D'après Michel Sommerard, l'appellation est restée, même si aujourd'hui on distille seulement les feuilles et les tiges. ****


           Les propriétés de ces HE sont essentiellement dues aux esters qu'elles contiennent.

Ce sont eux qui leur confèrent une action sédative ( insomnies, stress, fatigue mentale, somatisations à composante émotionnelle...) et anti-inflammatoire entre autres ( le P.G. Combawa a une valeur thérapeutique notée +++ dans l'arthrite d'après Franchomme).

Bref, vous comprendrez qu'il faut toujours avoir un Petit Grain près de chez soi!

 

          Et comme j'ai un gros grain, j'ai décidé de les utiliser toutes ensembles dans un soin constitué d'une multitude de petits grains ... de sucre: un gommage sucré aux Petits Grains.

 

100_2353
        

         Je ne suis pas adepte des gommages ou des produits de beauté de l'instant, fabriqués au moment de les utiliser avec ce que je trouve dans mon réfrigérateur.

Non pas qu'ils soient inefficaces, au contraire, leur extrême fraîcheur plaide en leur faveur.

C'est juste qu'avoir ces produits à disposition dans la salle de bain me permet de me faire un gommage parce que là, sous la douche, tout d'un coup, j'en ai envie et j'en ai le temps.

   
         Mon gommage est donc émulsifié et conservé pour attendre dans le pot le temps qu'il faudra, pour que je le termine.
J'en fabrique seulement 100g à la fois et ma formule est toujours la même sauf que je varie les parfums, les couleurs et les huiles.

100_2349

 

Pour cette fois, j'ai associé les petits grains au santal que j'adore: Celui de Nouvelle Calédonie (merci Catherine!).

 

La formule de mes grains

Phase 1
57g de sucre de canne blond bio
5g de poudre de santal
5g d'argile blanche

- Phase 2
8.5g de beurre de karité
5g de macérat de graines de rocou dans du jojoba (plein de bêta-carotènes)
5g d'huile de ricin sulfatée
5g de macérat de camomille matricaire bio dans de l'inca inchi (merci Malegria)
3.5g de cétéaryl glucoside (émulsifiant végétal de Bilby)
2.5g d'alcool cétéarylique

- Phase 3
2g d'eau de source chaude
0.5g de benzoate de sodium

- 
Phase 4
5 gttes de santal austrocaledonicum
5 gttes de P.G. cédrat
3 gttes de P.G. mandarine
3 gttes de P.G. bigarade
2 gttes de P.G. combawa
2 gttes de P.G. bergamote

Si ce n'était la poudre de santal très odorante, j'aurais monté à  25 à 30 gouttes le total d'HE pour les 100g de gommage.

 

- Faire fondre les émulsifiants et le beurre de karité de la phase 2 dans un bol au bain-marie puis ajouter les huiles fluides,

- Mélanger les ingrédients de la phase 1 dans un autre bol,

- Peser l'eau chaude pour y faire fondre le benzoate de sodium,

- Verser les gras dans les poudres et ajouter le conservateur.

Bien mélanger avec une petite maryse en écrasant la pâte contre les parois du bol jusqu'au refroidissement.

- Ajouter les HE et mélanger intimement.

- Mettre dans un pot stérile et étiqueter.

 

100_2350

Cette formule donne une pâte gourmande à l'allure très douce mais qui gomme efficacement si l'on l'utilise en plusieurs étapes:

- Mouiller le corps.

- Prélever un peu de pâte gommante et l'émulsionner dans les mains avec un peu d'eau chaude.

- Gommer par mouvements circulaires de petites parties de peau à la fois jusqu'à ce que les grains fondent sous la main.
Vous ne devez plus sentir de particules exfoliantes.

- Recommencer ainsi jusqu'à couvrir tout le corps en 7 fois: 2 jambes, ventre, fesses et bas du dos, 2 bras et épaules, poitrine et cou.
Si votre amoureux est dans les parages, le mobiliser pour le haut du dos.

- Rincer et sécher délicatement.

Si le gommage est fait dans les règles de l'art, le parfum "fond" dans l'épiderme et reste sur la peau. C'est un délice!

Il ne sera pas utile de se parfumer ou de se crèmer ensuite.

 

100_2348

 

Formule de base ( pour environ 100g):

- 57g sucre de canne bio
- 10g argile et/ou poudres de plantes
- 15g huiles végétales fines et/ou huile de ricin sulfatée
- 8.5g beurre de karité
- 6g émusifiant et/ou épaississant (la cire émulsifiante de Zinette seule, marche très bien. L'épaississant n'est alors pas obligatoire)
- 1g huiles essentielles soit 25/30 gouttes pour 100g de pâte gommante
+ conservateur, indispensable à mon avis, surtout que l'on introduit de l'eau dans le pot en prélevant la pâte en plusieurs fois. Rectifier alors la quantité de sucre pour avoir 100g au total.


          Je reviens pour mettre les liens qui ne marchaient pas au moment d'écrire ce message:

gommage sucré de Catherine et

celui de Zinette.