Macérâts huileux maison : Extraits végétaux à chaud sur coco fractionné

          L'huile de coco fractionnée encore appelée caprylic/capric triglycerides est une huile fluide, incolore et inodore. Elle est si stable qu'on lit souvent qu'elle n'a pas de limite de durée de vie.

Son usage pour des macérations huileuses à chaud me semble donc tout aussi raisonnable que celles faites sur de l'huile de jojoba.

Elle ne graisse pas la peau et est généralement utlisée en grande quantité dans certains cosmétiques naturels où sa stabilité et sa légèreté permettent des formulations sans silicones.

cosm_to_063


          Cette huile est issue de l'huile de coco hydrolysée puis fractionnée (d'où son nom) pour en retirer les longues chaines de triglycérides plus fragiles à l'oxydation.

La fraction restante est constituée des chaines moyennes que sont les "caprylic et les capric triglycérides" qui sont saturés donc très stables et peu sensibles à l'oxydation.
Ces fractions en font aussi une huile qui ne fige pas du tout mais reste liquide.

 

coco
Cocotier: Cocos nucifera Palmiers


          Je la trouve  intéressante:

- pour les huiles corporelles quand on veut un effet "huile sèche" au naturel. J'en avais mis dans mon huile fraîche bi-phasée cet été.

- pour les huiles de massage corporel quand encore une fois, on recherche juste un peu de glissabilité sans poisser la peau.

- pour faire des colorants huileux (macérât d'orcanette, de rocou...) à rajouter en faible quantité dans une émulsion sans augmenter la phase grasse.
J'en fais aussi avec le jojoba qui est stable mais plus cher.

- pour certains baumes quand l'on recherche une vraie légèreté comme avec les baumes à l'acide stéarique.


L'huile de coco fractionnée ne remplace bien évidemment pas l'huile vierge de coco qui apporte encore plus d'émollience et quelques acides gras insaturés.
J'en fais donc un usage raisonné et très précis.


          Cet été, j'ai fabriqué un macérat huileux de pétales de roses fraîches sur un mélange de coco fractionné et de coco vierge à chaud car nous avions manqué de soleil.
Avec le froid, cette huile fige et je dois fréquemment la faire tiédir au bain-marie, ce qui me semble un peu dommage et peu pratique.

          Venezia utilise un extrait d'orchidée sur coco fractionné dans certains de ses cosmétiques et j'ai trouvé sur le site de The Herbarie, un extrait de calendula "OS = oil soluble" réalisé aussi sur coco fractionné (regardez dans la rubrique "botanical extracts" puis dans "botanical extracts- oil soluble").


*** Il va sans dire encore une fois que cela ne remplace pas un macérat huileux dont on veut profiter des propriétés de l'huile de support. ***


Je garde donc mon macérat de calendula sur soja bio pressé à froid qui est excellent pour les peaux atopiques ou les dermatoses mais qui sent très fort.

Mes macérations sont des triples macérats où je change les fleurs toutes les semaines trois fois.

Elles sont extrêmement odorantes et c'est quelquefois un peu gênant quand on veut offrir un soin traitant parfumé parasité par l'odeur du soja et du calendula.

cosm_to_022 cosm_to_063


          J'ai donc réalisé un extrait de calendula sur coco fractionné à chaud avec de grandes fleurs de souci offertes par une amie.
Elles ne sont pas certifiées bio mais ne sont pas traitées.

Le séchage est réalisé par cette amie qui me donne aussi des roses et de la lavande manipulées dans d'excellentes conditions.
Ses pétales de calendula sont souples, odorants et d'un ja
une soutenu.

cosm_to_062
Première macération des pétales



Extrait de calendula OS maison

- Dans un bocal en verre propre, tasser les fleurs sèches
- Remplir d'huile de coco fractionné et d'anti-oxydant, Boucher.
- Mettre au bain-marie à feu doux pendant 30 minutes. Filtrer et laver le bocal, bien le sécher en le passant à l'alcool à 90°.

- Remettre l'huile filtrée dans le bocal sec et remplir avec de nouvelles fleurs. Compléter jusqu'à ras bord avec de l'huile de coco fractionnée et chauffer au bain-marie doux pendant encore 30mn.

- Recommencer une nouvelle fois pour obtenir un extrait très concentré, d'un jaune d'or soutenu et très odorant.

Conserver en flacon brun bien bouché.

 

 cosm_to_063
Couleur jaune d'or du macérat alors que l'huile de coco fractionnée est aussi transparente que l'eau. J'en ai été très surprise car mes autres macérations de calendula sont faites sur des huiles pressées à froid généralement jaunes donc ce changement radical de couleur est peu perceptible.

 

Cet extrait peut s'utiliser pur ou remplacer une partie des huiles dans les crèmes, les laits, les beurres ou les baumes.

Je préfère fabriquer de petites quantités de macérats (50ml environ à la fois) car on en utilise vraiment peu et je les renouvèle à la saison suivante.

Au cas où j'ai eu les yeux plus gros que le ventre, je les recycle en savon des restes.


          Il serait très intéressant de faire d'autres extraits botaniques complexescomme chez The Herbarie avec plusieurs plantes pour avoir des extraits lipidiques sur coco fractionné:

- pour le parfum (vanille, menthe, rose)
- pour toutes peaux (calendula, matricaire, rose, trèfle rouge ou trèfle des prés, saule blanc, sureau noir)
- pour cheveux (ortie, achillée, sauge, lavande, prêle)

La liste peut être longue.


          Si vous n'avez pas toutes les plantes mais quelques extraits CO2, pourquoi ne pas faire un 
extrait lipidique pour peaux sèches matures avec:

- une macération sur coco fractionné de pétales secs de rose, lavande, calendula, camomille matricaire
- quelques gouttes de CO2 de cassis, onagre...

Autre macérat de calendula
Autres idées de macérats huileux


          Quand à mon extrait de calendula OS, je viens d'en faire des baumes pour les lèvres dont la formule viendra un peu plus tard.


Il était temps, nous n'en avons plus un seul et il fait encore bien froid !


Autour du chaudron

    Cela me plaît, oh! que cela me plaît
    J'aime beaucoup les macérations au BM, car je trouve que le parfum
    des plantes y est plus captivé et quand on ouvre le pot, une odeur souvent sucrée et lascive ou "suave" comme dit Venezia, vous arrondit les angles et puis on est présente pour capter cette chaleur....bon encore une fois, j'aime beaucoup le Parfum et Grenouille et ces manipulations chaudes et souvent j'aime bien regarder la plante fondre car là aussi elle change d'odeur, de couleur, de forme, d'aura, d'envies
    Michèle tu nous mènes d'un pas allègre de plus en plus vers l'auto gestion et nomie, alors Merci

    Posté par mlk le 12 janvier 2009 à 19:42
  • Que c'est intéressant tout cela, merci Michèle de mener toutes ces expériences et de nous en faire profiter.

    Une huile qui n'a pas d'odeur naturelle, qui n'est pas trop grasse et qui ne rancit pas... j'en veux.

    Posté par Catherine le 12 janvier 2009 à 20:05
  • quelle huile interessante...

    ...pas de couleur, pas d'odeur, se conserve et apporte de la glissabilité : mais c'est le rêve de toute cosméteuse ! Si on exclue les propriétés des "vraies" huiles végétales, l'huile de coco fractionnée doit donner des émulsions aux textures intéressantes. Peut-on la comparer au squalane ? ou à une huile dont j'ai entendu parler mais que je n'ai pas testée, l'huile d'Abyssinie ?
    Je sens que je vais suivre ce pazapa pour réaliser de nouveaux macérats parfumés.
    Merci pour toutes ces précisions si précieuses

    Posté par lolitarose le 12 janvier 2009 à 21:56
  • C'est super, j'adore ces macérats à chaud....sauf que moi je n'arrive qu'à faire des fleurs fries!!! hihihi
    Bon, je retente encore ce soir avec un macérat de mauve sur coco, moi aussi j'aimerais bien obtenir les propriétés et la belle couleur bleue de mes pétales de mauve!!
    bise
    celine

    Posté par denva le 12 janvier 2009 à 22:04
  • Michèle, je suis ravie que tu abordes le thème des macérats , surtout à chaud. Comme Mlk, et après pas mal d'axpériences,j'en arrive souvent à préférer les macérats réalisés au bain marie à chaud plutôt que les longues macérations, Ça permet aussi d'utiliser des fleurs fraiches; (j'ai ainsi fait à Noel une macération de pétales de roses frais -pauvre rosier qui a été dépouillé jusqu'au cœur, y compris de ses fruits qui macèrent dans de l'alcool- dans de l'argan -je n'avais que ça sous la main-… j'ai obtenu l'huile la plus cicatrisante que j'ai jamais testée).

    Merci d'insister sur l'utilisation de l'huile de coco fractionnée que j'ai tendance à économiser, je vais me lâcher un peu sur ma bouteille. C'est d'ailleurs après avoir testé ton exquise huile fraiche estivale que j'avais décidé d'en acheter tant j'avais été séduite par la finesse de la texture.

    J'étais en train de gamberger sur un macérat d'aloe car j'ai une plante à la maison que pour l'instant je n'ai encore jamais touchée… La pauvre : avec tes suggestions alléchantes, je crains un peu pour ses grandes oreilles, pardon, feuilles.

    Posté par venezia le 12 janvier 2009 à 22:52
  • Ah je commence à utiliser la coco fractionnée et tu fais un article sur elle, quel bonheur!
    Je l'ai découverte surtout pour son utilisation dans les produits destinés aux peaux acnéiques, et j'ai ensuite découvert une autre de ses propriétés: elle solubilise très bien les pigment ce qui en fait une alliée dans l'élaboration de maquillage et de démaquillant.

    Je n'ose pas encore l'utiliser en macérat car j'en ai peu mais c'est effectivement une excellente utilisation de cette huile, qui permet de conserver ses propriétés disons "mécaniques" (sensation sèche, solubilisation des pigments, résistance à l'oxydation) en lui attribuant les propriétés térapeuthiques des fleurs qu'on y a plongé.

    Merci Michèle!

    Posté par malegria le 13 janvier 2009 à 02:05
  • Mlk, je tenterai la menthe poivrée comme tu l'as fait pour le parfum.

    Catherine, pour toi qui est en pays chaud, tu peux couper tes HV l'été avec du coco frac. Tu auras ainsi un peu plus de légèreté je pense.

    Lolitarose, je trouve que le coco frac ne peut pas vraiment se comparer aux autres HV même fines.
    Elle a la finesse cosmétique du beurre de coco avec bien plus de légèreté.
    C'est une toucher très différent à mon avis.

    Denva, pour ne pas frire, il faut vraiment baisser le bain marie au maximum.
    Je ne suis pas sûre que la mauve laissera sa jolie couleur dans ton huile. Ses pigments me semblent hydrosolubles.

    Tiens, tu me donnes une idée, on pourrait peut-être avoir du bleu dans de la glycérine par contre...
    Ce serait top que ça reste bleu car les infusions de mauve finissent par verdir.
    A tester donc...

    Venezia, j'avais commandé 500ml de coco fractionné car elle est si stable que je ne crains pas l'oxydation.

    Malegria, tu fais bien d'en parler pour le démaquillage car je continue à gamberger sur une formule de nettoyant lacté qui ne dessèche pas et je préfèrerais ne pas utiliser de siliconé.

    Peut-être faudra t-il miser sur l'émulsifiant aussi et éviter les détergents...

    Posté par michele le 13 janvier 2009 à 12:50
  • Michèle
    La mauve, je l'ai en glycériné très jolie mais dans les émulsions, elle devient ou verdâtre ou grisouille, je l'ai aussi dans de l'hv de coco cuite, mauve mais au contact cela change
    idem dans les sels de bain
    Le mélange cuit/ menthe poivrée+lavande+rose
    tu as eu un exemplaire (dans palme&jojoba) sans he
    Ou se procure t'on la coco frac? et un prix?
    Je crois t'avoir donné un glycériné de mauve?+chouia d'alcool
    Merci encore, c'est trop bien

    Posté par mlk le 13 janvier 2009 à 13:25
  • je dirai comme Malégria, quel bonheur cet article!
    Mlk a posé la question de savoir où acheter de cette huile, donc j'attend gentiment......
    Mais, j'ai une question à te poser, Michèle.
    Qu'entends-tu par "j'en fais donc un usage raisonné et précis", s'il te plaît ?
    2ème page des 5 pages de ton cours.....ben oui, j'imprime et je classe.

    Posté par moune le 13 janvier 2009 à 15:35
  • - Mlk, j'ai vérifié ton flacon d'extrait. Il est effectivement coloré, je ne le voyais pas à travers le flacon brun.
    C'est dommage qu'il ne garde pas cette couleur.

    Mes 500ml de coco frac viennent de chez New directions uk quand j'ai commandé le tocolive et le végélane.
    Je me demande si Bilby n'en vend pas. Il faudrait le leur demander.
    Je ne sais pas si d'autres fournisseurs en France en ont.

    Coucou ma Moune, je voulais dire que je n'utilise pas le coco fractionné comme d'autres HV.
    Je le garde pour des usages ponctuels qui requièrent ses spécificités (effet sec, colorant et maintenant extraits concentrés).

    Les bonnes HV odorantes, grasses et tout, ont tout de même de l'intérêt.

    Posté par michele le 13 janvier 2009 à 22:28
  • ah ! oui, d'accord. Merci, Michèle. Je ne le comprenais pas comme ça. Merci pour l'adresse de fourniture. C'est un peu loin pour moi,ça. Je vais voir si y en a pas plus près.

    Posté par moune le 14 janvier 2009 à 06:27
  • j'arrive avec un train de retard...
    Pourtant, avec un tel sujet !
    Je suis très étonnée car pour moi l'hv de coco fractionnée était exclue de mes préparations :
    Car
    * une hv trop "travaillée". Ce qui dans mon esprit = perte de ses propriétés. Intéressante "que" pour jouer sur les textures. Donc, comme on en trouve pas en France (étrange d'ailleurs), achat d'autant plus superflu

    * L'hv de coco fractionnée comme l'hv de coco= grasse et comédogène, utilisable que pour les soins corporels
    Et je lis qu'elle est intéressante pour les peaux grasses !
    De plus neutre et se conservant très bien. Du pain béni pour nos macérations

    Remise en question sur remise en question.
    Merci Michele de bouleverser nos préjugés

    Posté par patte le 15 janvier 2009 à 15:53
  • Hé hé..Zinette vient d'entrer l'hv de coco fractionnée dans sa boutique !!!

    Posté par patte le 15 janvier 2009 à 18:38
  • J'ai commencé à faire des macérations dans l'huile de coco fractionnée.
    Je viens de faire calendula + matricaire = pouah, ça sent à mon nez un peu comme le saucisson !

    C'est normal docteur ?

    Posté par Catherine le 06 février 2009 à 21:51
  • Je crains que oui Catherine. Mon expérience perso est que j'ai abandonné la matricaire en macérat à cause de cette odeur désagréable. Mais il faut reconnaitre aussi l'efficacité indéniable de ce macérat calendula/matricaire, tu as une merveille entre les mains! Bizz' Catherine

    Posté par malegria le 07 février 2009 à 09:22
  • Merci Malegria.

    Je suis en train de réfléchir à une crème de jour légère et je voulais utiliser ce macérat mais, franchement, même s'il a des vertus intéressantes, je vais l'oublier. Je pourrai peut-être l'utiliser dans une crème pour les pieds... mais alors en blindant la formule d'HE fortes en odeur !

    Posté par Catherine le 07 février 2009 à 10:00
  • Catherine,

    - ne crains pas de l'utiliser dans ta crème. Il faut peu de corps gras en général et il se peut que l'odeur puisse être masquée avec l'eau et les HE.
    Si tu utilises d'autres corps gras avec, ça passera.

    - l'odeur est la preuve que tu es une excellente "macératrice". Un macérat qui ne sent pas n'est pas bien réalisé.

    - Tu pourrais peut-être le remettre au bain marie avec des pétales de rose. L'odeur en sera plus complexe et peut-être plus acceptable.
    N'oublie pas de charger en anti-oxydants.

    - La camomille noble donne une odeur plus acceptable. En ce moment, je nage dedans.

    Pourquoi ne pas le remettre à chauffer avec rose et camo noble si tu en as...

    Posté par michele le 07 février 2009 à 15:29
  • Merci Michèle.
    Je n'ai plus de rose ni camomille noble mais ce n'est pas perdu. Je voulais une crème qui sente très bon alors je ne vais pas prendre le risque d'utiliser mon "saucisson" pour celle-ci ; je trouverai bien une autre utilisation.

    Posté par Catherine le 07 février 2009 à 22:44
  • la coco fractionnée ,est-ce la même chose que la coco "sulfatée",s'il vous plait ?
    L'une est fluide, l'autre est en copeaux solides.
    J'ai peur de mal faire et de gâcher de bonnes plantes.
    Merci beaucoup.

    Posté par moune le 27 février 2009 à 12:12
  • Non Moune, le sodium coco sulfate est un tensioactif qui sert pour déterger (savons liquides, shampooings...).

    L'huile de coco fractionnée (ou fractionated coconut en anglais) a pour INCI Caprylic/capric triglycerides.
    C'est une huile liquide totalement transparente. C'est elle que j'ai utilisée pour la macération.

    Dans les crèmes légères ou les laits pour l'été, elle est super.

    Que vas-tu faire macérer de beau ma belle?

    Posté par michele le 27 février 2009 à 13:30
  • merci bien, Michèle. je vais faire un chouia de roucou pour les laits printaniers !!
    aussi :un peu de calendula,de consoude,de prêle.
    Dès que l'ortie montrera le bout de son nez, j'en ferai aussi. j'ai vraiment beaucoup aimé ce "cours" sur les macérations sur coco fractionné.Mes petits bocaux sont prêts ! Vivement dimanche.

    Posté par moune le 27 février 2009 à 16:38
  • merci bien, Michèle. je vais faire un chouia de roucou pour les laits printaniers !!
    aussi :un peu de calendula,de consoude,de prêle.
    Dès que l'ortie montrera le bout de son nez, j'en ferai aussi. j'ai vraiment beaucoup aimé ce "cours" sur les macérations sur coco fractionné.Mes petits bocaux sont prêts ! Vivement dimanche.

    Posté par moune le 27 février 2009 à 16:55
  • Je viens de réaliser trois macérats à chaud selon cette tehcnique :

    - rose-lavande
    - patchouli
    - calendula-matricaire.

    Le résultat olfactif est impressionnant, notamment pour la matricaire (je ne forcerai jamais quiconque à boire une infusion de matricaire !!! lol).

    Crois-tu que je pourrais faire de même avec la bourrache ? J'en ai en simples, et je me suis dit que cela pourrait permettre d'avoir un peu des propriétés de l'HV...

    Posté par Nansou le 09 janvier 2010 à 15:53
  • Je suis écroulée : je viens de lire les com, je n'avais pas vu que le macerat calendula-matricaire avait été tenté... je confirme: avec ce macérat, c'est l'efficacité des plantes qu'on recherche, rien d'autre ! lol

    Posté par Nansou le 09 janvier 2010 à 16:13
  • @Nansou
    J'en ai fait de la macération huileuse de ces belles fleurs de Bourrache, mais ni couleur, ni odeur, ce sont les graines qui donnent l'huile
    En teinture ou glycériné cela peut le faire je pense
    Tu macères à tour de bras, c'est super! et avec tout cela que de beaux savons en perpective? non des crèmes suis je bête

    Posté par mlk le 09 janvier 2010 à 17:58
  • déception pour la bourrache !

    Oui, je suis dans les mécerats, j'adore, mais je vais déjà manquer de coco fractionnée !

    Ce sera pour des crèmes, des savons.. mais chut !je tamobuille pour gâter des copines!!!

    Posté par Nansou le 09 janvier 2010 à 18:02
  • je fais matricaire+pétales de rose, pour l'odeur, c'est netetment mieux (quoique je ne déteste pas la matricaire… )!

    Posté par venezia le 09 janvier 2010 à 18:18
  • Je crois que je ferai ça, mais j'achèterai de la rose, la mienne n'est pas très odorante...

    Posté par Nansou le 09 janvier 2010 à 18:29
  • Effectivement on ne peut espérer avoir de l'huile de bourrache en faisant macérer les fleurs mais j'en ai mis dans un macérat sur coco frac avec d'autres plantes rien que pour le plaisir.

    L'ensemble sentait bon mais ce n'était certes pas grâce à la matricaire ni à la bourrache!

    J'en parle ici:
    http://potionchaudron.canalblog.com/archives/2009/10/05/15316242.html

    As-tu obtenu une odeur de patchouli avec les feuilles sur huile?

    Posté par michele le 09 janvier 2010 à 18:32
  • C'est vrai Michèle, je me souviens maintenant de ta superbe huile !

    j'ai obtenu un beau macérat vert et très odorant avec le patchouli ! J 'en suis contente !

    Posté par Nansou le 09 janvier 2010 à 18:37
  • Ce n'était pas sur huile de coco fractionnée, mais j'ai également fait un macérât très odorant et d'une très belle couleur avec le patchouli.
    C'était pour un savon "secret" qui viendra un jour ici et, marié avec quelques autres ingrédients, l'odeur a subsisté dans le savon.

    Posté par Irene le 10 janvier 2010 à 10:38
  • J'ai hâte de voir Irene, surtout si l'odeur a subsisté !

    Posté par Nansou le 10 janvier 2010 à 10:50

Commenter l'article