Remplacer l'huile de palme dans les savons

Faire son savon maison : bien débuter

Par atelierdemichele

              Question importante, récurrente et incontournable dès lors que l'on veut faire des savons et que l'on se renseigne sur son impact écologique.

Selon sa sensibilité, on préfère l'éviter.

On fait alors des savons qui se tiennent, moussent et lavent tout comme leurs congénères formulés avec de l'huile de palme.

 

           Alors pourquoi cette huile me semble apporter un plus dans mes savons?

Pourquoi je ne cherche pas à tous prix à l'éviter?

Et si je veux l'éviter pour une raison ou une autre, par quoi la remplacer valablement?

Je ne reviendrai pas sur les raisons abominables qui ont mené à cet état désastreux et à la mauvaise réputation de l'huile de palme dans le monde (et même dans les pays où on la consomme traditionnellement!).

Internet est plein de liens sérieux sur le sujet.

L'avis de Rita Stiens

 

huile_de_palme-62e7d

Source image

 

           L'huile de palme contient selon la provenance, près de 44% d'acide palmitique, un acide gras saturé contenant 16 atomes de carbone.

On en trouve aussi dans d'autres graisses végétales mais aussi dans les graisses animales, la viande, le lait et par conséquent dans le beurre et les fromages ...

 

          Mais si aujourd'hui l'on peut avoir honte d'avouer publiquement que l'on aime la viande, le beurre, l'huile de palme et les fromages ^_^  l'acide palmitique nous est indispensable car il est à l'origine de tout le métabolisme des lipides et de la fabrication par notre organisme des acides gras de plus longue chaîne réputés bons pour notre santé.

Si vous en mangez, vous ne mourez pas plus qu'en consommant de la viande, de l'huile d'olive, du beurre ou du fromage; il faut juste veiller à la choisir brute, éthique autant que faire se peut, riche de ses bêta carotènes et surtout NON HYDROGENEE.

Et la consommer avec la modération qu'il faut si vous êtes très carnivores.

 

           L'introduction de l'huile de palme dans trop, beaucoup trop d'aliments est juste aberrante pour la santé dans les pays occidentaux où des alternatives ont toujours existé pour l'acide palmitique mais elle ne l'est pas sur le plan économique pour certains grands groupes, c'est sûr.

Alors ouvrons l'oeil et revenons à nos savons.

 

         Pour mémoire, ce sont les acides gras qui donnent  les caractéristiques du savon une fois qu'ils sont saponifiés.

 

- Les acides gras saturés de 12 carbones comme l'acide laurique (huiles de coco, de babassu, de palmiste, de murumuru, de tucuma...) sont une fois saponifiés, des détergents durs qui moussent en grosses bulles légères.

Laurique

=

Bulles légères et détergentes peu durables

 

- Les acides gras saturés de 16 ou 18 carbones comme l'acide palmitique ou l'acide stéarique (huile de palme, saindoux, karité, cacao...) donnent à la saponification de la dureté et stabilisent la mousse en la rendant très crémeuse et durable.

 

Laurique + stéarique ou palmitique

=

Bulles crémeuses durables et  détergentes

 

- Les acides gras insaturés de plus de 18 carbones comme les acides oléique, linoléique ou linolénique (huiles d'olive, tournesol, chanvre, ricin...) donnent une fois saponifiés de la douceur au savon.

 

Laurique + Stéarique ou palmitique + Insaturés

bulles crémeuses et durables et douces

=

Super savon!

 

          Comme les huiles végétales et animales sont complexes, elles sont souvent un mélange entre ces divers acides gras en proportions variables avec plein d'autres acides gras plus rares ou spécifiques.

Nos savons sont donc souvent un mélange de ces divers acides gras saponifiés.

 

        

           Il me semble que l'acide palmitique (plutôt que l'huile de palme donc) est un incontournable dans les savons pour

 

- améliorer la dureté à terme

Mais l'acide stéarique le fait aussi jusqu'à rendre le savon cassant quand il y en a trop. Les gras animaux font ça aussi et même encore mieux que les gras végétaux durs.

 

- rendre la mousse crémeuse et onctueuse

Mais l'acide stéarique et le ricinoléique aussi font ça bien

 

- améliorer la rinçabilité

Et c'est là que le bât blesse pour moi car j'aime que la mousse démarre au quart de tour, que le savon glisse immédiatement sur la peau.

Jaime voir couler une eau savonneuse non laiteuse.
Elle me donne le sentiment que toutes les bonnes huiles surgraissantes s'écoulent dans les égouts, ce qui est très subjectif évidemment.

 

              Formuler sans huile de palme demande à mon avis de ne pas seulement se focaliser sur la présence de corps gras durs mais aussi sur la richesse en acide palmitique des huiles végétales liquides si l'on veut éviter les gras animaux.

On utilise donc les deux solutions et on compare!

 

palmier-a-huile-arbre_lightbox

Source image

 

Solution n°1 : Corps gras solides riches en acide palmitique

 

- Beurres de cacao, mowrah ou illipé , saindoux, huile d'autruche, suif de boeuf, graisse de canard (env 25%)

- Autres beurres végétaux stéariques et/ou palmitiques (kokum 18%, buriti 16%, mangue 15%, sal 13%, cupuaçu 7% ...)

- Beurre de karité ou kpangnan (3/5%)

  (sources Aroma-zone et wikipedia).

           

            Par expérience personnelle, je me vautre dans le karité mais je n'ai pas la formulation heureuse en saponifiant du karité en grande proportion.

Tout simplement parce que  j'apprécie le toucher et la mousse des savons aux corps gras riches en acide palmitique.

Le beurre de karité n'en contient que très peu (3-5%), il est plutôt riche en acide stéarique (40%) un peu "sec" pour moi quand il est saponifié en grande quantité dès 30/40% des huiles).

Le savon noir africain saponifié à la potasse ne me fait pas le même effet.

Sa grande richesse en insaponifiables apporte beaucoup bien entendu et la nature fait bien les choses en l'occurance mais bon, je n'aime plus trop de karité dans mes savons durs.

La meilleure association est pour moi : 40 à 45% olive, 30% coco, 10% palme, 5 ou 10% karité, 5% ricin, 5% cacao.

 

           Si vous connaissez la richesse et le lustre des savons contenant beaucoup de beurre de cacao, vous comprendrez la différence d'avec ceux au karité car le beurre de cacao est riche en acide palmitique (à peu près autant que d'acide stéarique, environ 20-25%).

Mais point trop n'en faut et la meilleure association a été à mon goût : 30 ou 32% olive, 31% coco, 15% cacao, 15% palme, 7 ou 9% jojoba .

 

           Pour ne choisir que les corps gras les plus accessibles, la simple formule suivante vous permettra de faire la différence : 31% coco, 27% palme, cacao ou karité, 42% olive.

Celui à l'huile de palme pour moi est parfait, celui au cacao  a une dureté sublime et celui au karité est un savon que je qualifierais d'ordinaire même si 27% de karité dans un savon est du luxe en soi!

Tout étant relatif par ailleurs, ces goûts n'engagent que moi.

 

               Je ne retiens pas ici l'adjonction de cire d'abeille ou d'acide stéarique qui me semblent être uniquement durcisseurs et ne se rapprochent pas de l'acide palmitique saponifié.

 

Solution n° 2 : Huiles liquides riches en acide palmitique  (plus de 10%)

 

- Huile de coton (23%)

- Huile de baobab (22%)

- Huile d'avocat (21%)

- Huile de son de riz, de yangu (18%)

- Huiles d'olive, de neem (16%)

- Huiles de noix du Brésil, de germes de blé, de papaye (14%)

- Huiles d'argan, de bourrache française, de calophile, de figuier de Barbarie, de nigelle (12%)

- Huiles de soja, de pépins de courge, de fruit de la passion, de melon  (10-11%)

- Huile d'arachide (7-16%)

- Huiles aux taux honorables (entre 5 et 10%) : camelia, noix, colza, macadamia, pépins de raisin, sapote, sésame

(sources Aroma-zone et wikipedia).

 

    En lisant la liste des huiles, on comprend pourquoi la simple huile d'olive est superbe une fois saponifiée.

Elle contient environ 16% d'acide palmitique ce qui est très honorable. A ne donc pas négliger dans une bonne formule sans huile de palme!

 

rhubarbe sans palme80% coco,  20% autruche, très surgraissé,  poudre de rhubarbe

 

            Quelques formules pour décliner tout cela comme on le désire:

 

Non vegan 

 

34% olive, 31% coco, 15% gras animaux (saindoux, blanc de boeuf, graisse de canard, autruche, oie...), 10% cacao, 5% karité, 5% ricin

34% olive ou autres huiles palmitiques, 10% gras animaux, 15% graisses végétales palmitiques (cacao, mangue), 10% huiles omégas 6 et 3 qui moussera peu

25% huile d'olive (ou colza pour une trace lente), 25% huile d'avocat, 25% coco, 25% graisse de canard

 

Vegan 

 

30% coco, 70% autre huile (biwil)

50% olive, 25% coco, 20% karité, 5% ricin (peut-être le plus formidable des sans palme!)

42% olive, 31% coco, 27% karité ou beurre de cacao

45% huile d'olive, 25% coco, 10% beurre de cacao, 10% beurre de karité, 10% huile de colza

34% huiles riches en palmitique (coton, olive, avocat...),  31% coco, 10% cacao, 10% karité, 10% autres huiles oméga 3 et  6 (tournesol, colza, chanvre, sésame...), 5% ricin

45% coton, 30% coco, 20% cacao, 5% colza

 

Idées de savons sans palme sur Potions et chaudron

Réflexions intenses chez Soapsession (Kafée)

Excellent message de Lalla qui a élaboré et expérimenté autour du remplacement de l'huile de palme dans les savons

 

         Quelle est votre recette favorite de savon sans palme?

 


Faire son premier savon : le savon du débutant

Faire son savon maison : bien débuter

Par atelierdemichele

          Longtemps, j'ai pensé que trop d'huile de coco dans la formule donnait un savon moins doux.
Puis, à force de lire et d'essayer les recettes de Susan Miller Cavitch dans "The soapmaker's companion", Storey Publishing, je reviens sur mes certitudes.

Ses formules comportent très souvent 31% d'huile de coco et 27% d'huile de palme.
Non seulement le savon obtenu est doux mais il mousse superbement sans déssécher: le reste de la formule contenant généralement des huiles insaturées avec un  taux de surgraissage important (10%).

 

          L'huile de tournesol bio est une huile très courante et peu onéreuse mais:

- elle peut très rapidement rancir car elle est poly-insaturée
- elle met un temps fou à tracer comme toutes les huiles insaturées si la formule en contient une grande quantité.

Les savons à l'huile de tournesol sont néanmoins très émollients et d'une douceur incomparable.

 

          Pour éviter ces désagréments il suffit de:

- rajouter un anti-oxydant ( S. M. Cavitch utilise de l'extrait de pépins de pamplemousse dans toutes ses recettes, je préfère la vit E moins chère),
- et de coupler l'huile de tournesol à une forte proportion d'huiles de coco et palme.

 

100_2486

Le savon du débutant au tournesol et au calendula

 

          Très souvent, on conseille au savonnier débutant de commencer par un savon de Castille avec 100% d'huile d'olive pour ne pas gâcher trop d'huiles précieuses.
Mais le castille donne plus une gelée qu'une mousse, glisse sans arrêt des mains et tout le monde ne l'apprécie pas.

Alors, pourquoi ne pas plutôt conseiller cette formule de Susan (nous sommes maintenant un peu copines tant j'ai lu son livre!) qui:

- trace suffisamment lentement mais pas trop pour permettre de bien l'observer cette fameuse trace,
- donne un savon que l'on peut couper environ 8 heures seulement après l'avoir coulé,
- permet de faire plein de choses sans affolements ( colorer, marbrer, ajouter fleurs et huiles essentielles...),
- donne un savon clair et presque transparent très gratifiant pour les inclusions.

Et il est doux, il mousse superbement, il est durable même surgraissé à 10%.
Bref, j'adore et je n'arrête pas d'en faire.

 

Formule du "Savon du débutant":

42% huile de tournesol bio
31% huile de coco
27% huile de palme bio

Eau et Soude pour un surgras de 10% selon le calculateur
Saponification entre 27 et 35° (je pratique personnellement le 38/42°).


A la trace , pour 1kg d'huiles,

-  Fleurs de calendula coupées finement: 1 petite cuillère à soupe
- Huiles essentielles: 10ml palmarosa, 8ml cèdre de Virginie, 1ml lavande officinale, 1ml litsea cubeba
- 6 capsules de vit E  par sécurité pour éviter le rancissement.

 

100_2487

C'est quoi cette date bizarre sur mon joli savon?

 

Susan Miller Cavitch conseille de colorer la pâte en jaune orangé avec du roucou pour magnifier les pétales jaunes.
Je l'ai déjà fait mais les bêta-carotènes du roucou sont très labiles à la lumière et les savons pâlissent à la longue.
Le jaune persiste un peu autour des pétales mais je trouve que ce n'est pas très beau.



***Trois astuces pour utiliser des fleurs dans un savon***

 

1- La couleur

. Seules les fleurs de calendula gardent leur jolie couleur jaune au contact de la soude.
J'y recycle celles issues de mes macérats huileux.
Ne vous attendez donc pas à garder le  bleu de la lavande ou du bleuet, le rouge ou le rose de la rose, le vert de la menthe...

100_2491

Ma tisane de fleurs pour le sav... le soir  ;o)

 

. Les infusions de feuilles vertes riches en chlorophylle (épinards, orties...) colorent la pâte en vert mais à la longue, la couleur s'affadit à la lumière en surface.
Au fur et à mesure de l'utilisation du savon, vous verrez réapparaitre un très joli vert avec de petits points foncés si vous avez mixé les feuilles.
C'est vraiment très joli!

100_2498

Savons à l'infusion d'ortie parfumés à la menthe et au romarin avant et en cours d'utilisation. Voyez le très joli savon à l'ortie de Pat.

 

2 - La taille des pétales

Les couper finement à l'aide d'une paire de ciseaux dans un gobelet en verre.
Si vous laissez des pétales entiers, à la découpe de vos barres de savons, vous aurez des trainées très laides.
Les fleurs de lavande brunissent aussi et donnent de plus jolis savons si elles sont broyées à moins que vous n'aimiez le côté rustique de celui de Florame.

 

100_2489

La fleur sèche, les pétales après macération, les pétales finement coupés.

 

3- La quantité

1 cuillère à soupe pour 1 kg d'huiles est nettement suffisante pour avoir un joli rythme dans le savon.
Trop de fleurs, trop de flocons d'avoine ou trop de graines de pavots fatiguent la vue et donnent une espèce de magma peu flatteur au final.

 

***Autres formules pour débutant avec 3 huiles***

En partant des mêmes proportions d'huiles de palme et de coco, on peut varier la troisième huile sans fin pour avoir des savons étonnamment durables et doux.

42% huile insaturée
31% coco
27% palme

 

J'ai déjà essayé avec succès:

coco, palme, carthame,
coco, palme, sésame,
coco, palme, olive,
coco, palme, avocat...

avec ou sans lait,
marbrés ou unis,
avec ou sans argiles,
avec ou sans fleurs,
avec ou sans huiles essentielles,
en pains carrés, ronds, ovales ou rectangulaires,
en coeurs, en fleurs ou en cannelés,
avec ou sans morceaux de vieux savons ...

Qui a dit que je faisais trop de savons (?!)

Faire son premier savon : Pas-à-pas Savon Lavande Pavot

Faire son savon maison : bien débuter

Par Thomaelle

Ca fait un moment que j'y pense, me voici enfin décidée à vous livrer sur ce blog l'article le plus populaire de mon blog ! Bonne lecture, et n'hésitez pas à poser toutes les questions qui vous viennent en commentaires !

 

Mise en garde

Avant de lire et d'appliquer le pas à pas qui suit, vous devez savoir que manipuler la soude c'est dangereux ! Le contact de la peau avec la soude provoque de graves brulures, de même qu'en cas d'inhalation, de contact avec les yeux et en cas d'ingestion. D'où l'intéret de bien vous protéger en prenant les mesures necessaires : gants, masque, lunettes de protection, vêtement à manches longues.

Plus de renseignements sur les dangers de la soude

Vous ne devez jamais prendre une recette trouvée dans un livre, dans un blog, dans un forum, pour argent comptant ! Il faut toujours recalculer chaque recette avec un calculateur adéquat tel que The sage, pour la vérifier et si vous la modifiez. Si vous échangez une huile contre une autre, il faut recalculer aussi car chaque huile n'a pas le même indice de saponification.

Il y va de votre santé, ne jouez pas avec !

En cas d'accident, je ne saurais être tenue pour responsable...

 

  

Les ustensiles

 

loisirs_cr_atifs_869     loisirs_cr_atifs_870

 

Tous les ustensiles doivent être à usage réservé aux savons (à cause du contact avec la soude).

Il faut :

  • une balance de ménage
  • un saladier en pyrex ou en verre
  • un grand pichet résistant aux hautes températures et aux produits chimiques (en verre par exemple)
  • une plus petit pichet
  • une spatule en silicone
  • une grande cuillère
  • un mélangeur à soupe à pied en plastique (surtout pas en métal)
  • 2 thermomètres qui montent jusqu'à 100°C
  • une casserole pour le bain marie

 

Les protections

 

loisirs_cr_atifs_871

 

Le contact avec la soude est dangereux pour la peau donc il convient de se protéger très sérieusement :

  • un tablier, des manches longues
  • des lunettes de protection
  • des gants
  • un masque nez-bouche

 

La recette

 

Sans_titre_1

 

Même sur une recette trouvé sur internet ou sur un livre, il faut toujours vérifier les proportions à l'aide du calculateur The Sage (le seul compétent en la matière sur le web, malheureusement en anglais).

 

Les huiles

loisirs_cr_atifs_867

 

Dans cette recette, il me faut : Revérifiez les proportions à l'aide de The Sage pour peu que je me sois trompée en recopiant....

  • 250 g d'huile de coco (coconut oil) = végétaline dans le commerce
  • 200 g d'huile de palme (palm oil) = Spécial frites chez leader price
  • 300 g d'huile de pépins de raisin (grapeseed oil)
  • 200 g d'huile d'olive (olive oil)

 

Les ajouts supplémentaires

  • 5 ml huile essentielle de lavande
  • 2 càs de grains de pavot

 

La soude

 

loisirs_cr_atifs_868

 

On trouve la soude, en france, dans les magasins de bricolage sous la marque Spado.

 

Le dosage de la soude

Doser 300 g d'eau dans le grand pichet, et réserver. Mesurer avec la balance et le petit pichet (ici un verre) 134 g de soude.

 

loisirs_cr_atifs_876    loisirs_cr_atifs_873

 

Attention, il faut être très précis sur ces mesures, la réussite de la recette en dépend !

Verser la soude dans l'eau (et pas le contraire pour éviter les projections)
Mettre le pichet dans l'évier avec un fond d'eau froide pour refroidir le mélange aux alentours de 40 °C.

 

loisirs_cr_atifs_877   loisirs_cr_atifs_878

loisirs_cr_atifs_879

 

Le dosage des huiles

Mesurer les huiles une à une dans le saladier à l'aide de la balance.

Pendant ce temps, mettre le bain marie à chauffer.
Mettre ensuite le saladier sur le bain marie et faire fondre l'huile solide. Porter le mélange à 40-42°C.

 

loisirs_cr_atifs_885    loisirs_cr_atifs_887

 

Le mélange des deux phases

Quand les deux phases sont à 40°C environ, verser la soude dans les huiles.

Mélanger les deux à l'aide du mélangeur à soupe et attendre la trâce.

 

loisirs_cr_atifs_889    loisirs_cr_atifs_890

 

La trâce

Le mélange devient beaucoup plus épais et quand on laisse tomber un peu de ce mélange sur le reste du mélange, il ne coule pas et reste en surface en faisant une trâce... Je ne sais pas si je suis bien claire là !

La trâce est obtenue en 2 à 3 minutes.

 

loisirs_cr_atifs_898

 

L'ajout des suppléments

A ce moment, on peut rajouter les graines de pavot et l'huile essentielle de lavande.

 

loisirs_cr_atifs_899    loisirs_cr_atifs_901

loisirs_cr_atifs_902   loisirs_cr_atifs_903

 

Bien mélanger.

 

Coulage dans les moules

J'aime bien utiliser des moules en silicone pour mes savons. Le démoulage est super facile. Si vous n'en avez pas, vous pouvez aussi utiliser des boites de pringles ou des briques de jus d'orange ou de lait bien nettoyées.

Verser le mélange ainsi obtenu dans les moules à l'aide de la grande cuillère et bien racler les parois à l'aide de la spatule en silicone pour ne pas en perdre une miette... Du si bon savon, pensez donc !

Appliquer par dessus les moules un plastique alimentaire style sel-o-frais pour éviter l'apparition d'une pellicule blanche à la surface du savon.

Mettre le tout dans une glacière ou si vous n'en avez pas comme moi, dans le four (bien avertir toute la famille que les nouveaux petits gateaux ne se mangent pas !) et appliquer par dessus une serviette afin de bien garder la chaleur nécessaire pour le processus de saponification.

 

loisirs_cr_atifs_872   loisirs_cr_atifs_904

loisirs_cr_atifs_905   loisirs_cr_atifs_909

loisirs_cr_atifs_910   loisirs_cr_atifs_911

 

Maintenant on attend environ 24 h.

 

Nettoyage

Pour nettoyer les ustensiles dont on s'est servis pour cette recette doivent être nettoyés avec de l'essuie-tout puis quand la plus grosse partie du savon est enlevée, laver avec une éponge réservée à cet usage et avec du liquide vaisselle. Ne jamais jeter le reste de savon dans l'évier !

 

loisirs_cr_atifs_906   loisirs_cr_atifs_907

 

Démoulage

Le lendemain, les savons sont près à être démoulés.

 

loisirs_cr_atifs_870

 

La période de séchage

Pour pouvoir être utilisé sans risque, il faut être sur que le processus de saponification est bien terminé et que le savon est très sec... Il faut donc attendre 4 semaines ! C'est long, je sais mais c'est nécessaire !
On le met donc dans un endroit assez sombre et bien ventilé... moi je n'ai pas dans ma maison cet endroit miracle alors je mets mes savons dans ma chambre... au grand désespoir de mon mari qui doit dormir encerclé par les odeurs les plus diverses.

 

PS : la phase de chauffe de l'huile n'est nécessaire que si dans les composants il y a des huiles solides (coco, palme, karité, cire d'abeille...). Si vous n'avez dans votre recette que des huiles liquides, vous pouvez préparer la soude plusieurs heures à l'avance de façon à ce qu'elle soit à température ambiante quand vous voudrez faire votre savon. Ceci évite l'achat de thermomètres et l'utilisation du bain marie.

Faire son premier savon : le Castille

Faire son savon maison : bien débuter

Par Thomaelle

Le savon basique pour commencer dans la savonnerie est le savon de Castille.

100% huile d'olive !

 

10681918

 

Formule du savon de Castille pour 500g d'huile d'olive :

 

Huile d'olive 500g
Soude 65g
Eau 170 ml

 

J'ai suivi le procédé à froid et la trace a mis 20 min à apparaitre.

La trace est plus longue à apparaitre que pour un savon contenant de l'huile de palme ou de coco. Donc ne pas s'inquiéter si ça semble long.

De même, le savon va mettre plus de temps à durcir qu'un savon "classique". Compter 2 à 3 jours avant démoulage. Même après les 4 semaines de séchage, c'est un savon qui va rester plus ou moins mou et il va fondre plus vite qu'un autre.

Si vous voulez faire en sorte que le savon de castille soit plus dur, vous pouvez ajouter un peu de cire d'abeille dans le mélange d'huile (n'oubliez pas de recalculer la soude avec The Sage !).

Mais il est également très doux pour la peau et convient très bien aux peaux délicates des enfants.

Je reçois souvent des mails de personnes voulant se lancer dans la fabrication de savon et qui se posent des questions ne figurant pas dans mes pas à pas...

Alors, voici un résumé des différentes méthodes, avantages, inconvénients et récapitulatif des questions qui me sont posées le plus fréquemment

 

 

I - Les différentes méthodes de fabrication

 

Le melt and pour : Le fondez-versez en français. Ce sont des bases de savon glycériné qu'on fait fondre, on peut ajouter des colorants, huiles, fragrances ou huiles essentielles, on verse dans des moules puis démoulage rapide. Utilisation dès refroidissement total. idéal comme activité à faire avec les enfants.

Allez voir les beaux savons de Daphnéa ainsi que ceux de Tallulah.

La refonte : C'est, comme son nom l'indique, la fonte d'un savon déjà sec au bain marie afin d'y rajouter des additifs tels que hv, he, fragrances, purées de fruits ou légumes.

La méthode à froid : Fabrication du savon de A à Z, maturation du savon à température ambiante

La méthode à chaud : idem que méthode à froid, sauf qu'on accélère la saponification en chauffant la pâte à savon au bain marie

ITMHP = In The Mold Hot Process : idem que méthode à froid, sauf qu'on accélère la saponification en chauffant la pâte à savon dans le four à 70-100°C pendant 2 heures.

La méthode fouettée : on fouette les huiles avec la soude de façon à incorporer de l'air dans le savon qui flottera

 

 

II - Méthode à froid

 

1. Fabrication

Voir les méthodes en image : Pas à pas de Thomaelle, le savon de biscuit et Le Savon Artisanal de Nancy

La pâte à savon est versée dans des moules, on attend que le savon durcisse avant de démouler et couper le savon si besoin, ensuite la saponification se termine en une semaine à température ambiante. Attendre 4 semaines, que le savon soit bien sec, avant de l'utiliser.

Avantages : Savon bien lisse, possibilité de faire des savons marbrés, pas de cuisson.

Inconvénients : Délais d'attente avant utilisation longue

 

2. Les huiles végétales

Les propriétés intrinsèques des huiles se renssntent dans le savon. Propriétés des huiles : Allez voir les tables de Derma-Nova, les fiches d'Aroma-zone.

- Huiles bio ou pas : c'est un grand débat, certaines s'accordent à dire que la soude tue tout, donc pas besoin d'huiles bio, d'autres assurent que certains pesticides ne sont pas tués par la soude, donc, d'après elles il vaut mieux prendre du bio. Personnellement, je crois plus à la première version, donc je n'achète pas bio

- Huiles ajoutées à la trace : elles peuvent être ajoutées à la trace afin de ne pas trop détériorer leurs propriétés ou  si l'on veut que les acides gras non-saponifié de nos savons surgras correspondent plutôt à ces huiles. 

- Huile de coco = végétaline, pas besoin d'huile qui sente le coco pour le savon

- Huile de palme = "spécial frites" de leader price

- Attention aux huiles qui font rancir le savon plus vite : maïs, tournesol. Il convient d'utiliser un conservateur dans ces savons-ci : vitamine E, etrait CO2 de romarin, préparation anti-racissement (Aox-cos, anti-ranz, etc.)

- Mes huiles préférées pour les savons : coco, palme, colza, pépin de raisin, olive

- Proportions : j'utilise une base qui se compose toujours d'à peu près les mêmes proportions d'huiles. En général 10 à 15 % d'huile de coco, 20 à 25 % d'huile de palme et le reste : huile d'olive, canola, pépins de raisin...

- Cire d'abeille : sert à faire durcir le savon. Elle n'a pas de propriétés spéciales pour la peau, ne peut pas se substituer à une huile, fond à 60°C donc le mélange eau/soude+huiles doit se faire à température plus élevée que d'habitude.

 

3. le matériel

- Mixeur pied métal : ne pas utiliser un mixeur dont le pied n'est pas en plastique ou en 100% inox sinon la soude va réagir avec le métal du pied et le détériorer.

- Cuillère en bois : difficile à nettoyer, préférer une cuillère en plastique.

- Les moules : Les moules en silicone ou en latex n'ont pas besoin d'être graissés... ça se démoule tout seul.

Pour utiliser des moules en plastique rigide, on ne graisse pas non plus, mais pour démouler, on mets une heure au congélateur, puis on passe à la vapeur, et ça se démoule tout seul.

Pour un moule en bois, il faut mettre du papier sulfurisé ou un sac poubelle au fond du moule.

Vous pouvez aussi utiliser des briques de jus de fruits ou des boites de pringles propres. L'avantage c'est que ces contenants ont une paroi interne qui permet un démoulage facile tout simplement en cassant la boite.

- La balance de ménage utilisée pour le dosage des ingrédients peut aussi être celle de la cuisine car elle n'est pas en contact avec la soude, pas besoin d'en racheter une autre.

 

4. le liquide de dilution de la soude

- Eau distillée, déminéralisée ou du robinet : l'eau distillée est exempte de microbes (au moment de l'ouverture du flacon seulement), la soude tuant tout, ce n'est pas nécessaire d'utiliser cette eau plus chère qu'une autre.

Si l'eau du robinet est dure, mieux vaut utiliser de l'eau déminéralisée qu'on trouve en supermarché. Sinon l'eau du robinet suffit.

- Quantité : le calculateur The Sage indique une fourchette pour le liquide de dilution de la soude, prenez le juste milieu.

 

- Laits pour diluer la soude :

il faut les congeler avant, car avec le processus de saponification fait cuire les sucres du lait (caramélisation).

En général, la moitié du liquide de dilution est de l'eau et l'autre moitié est du lait, la chaleur dégagée par la dilution de l'eau avec la soude monte le mélange à 94°C, l'ajout du lait congelé fait descendre la température du mélange tout en décongelant le lait, qui ne cuit pas.

Les savons au lait sont très crèmeux et très doux.

 

- Jus de carotte, de citron, infusion : pas nécessaire de les congeler, mieux vaut juste les refroidir au frigo

 

5. additifs à la trace

  • miel
  • huiles précieuses
  • lait : mieux vaut qu'il soit très froid, pas congelé mais "en cristaux"
  • graines de toutes sortes
  • purées de fruits
  • he ou fragrances
  • colorants : épices, argiles, oxydes de fer, micas....
  • ...

 

6. Petits problèmes

- Pellicule blanche = cendre de soude : Ce n'est pas dangereux (voir le savon C. l'avocat" : savon à l'huile d'avocat par Michèle)

- Le savon est mou : si les proportions d'huile et de soude sont bonnes, le savon devrait durcir fatalement. Patience. Si le savon est composé uniquement d'huiles liquides, le savon ne sera jamais très dur.

- Tâches blanches dans savon : La pâte à savon n'a pas été suffisamment mélangée et la saponification n'est pas complète. Les grains blancs sont des grains de soude, le savon est donc caustique, il faut jeter tous les savons.

 

 

III - Procédés à chaud

 

Méthodes en image sur le site du savon de biscuit

 

1. Méthode à chaud

La pâte à savon est chauffée au bain marie après l'apparition de la trace pendant une ou deux heures, jusqu'à la fin de la saponification.

Attention : il ne faut pas que le fond du bol qui contient la pate à savon touche l'eau du bain marie, sinon ça cuit trop vite ! C'est prêt quand la pâte à savon a une texture de purée.

Les he sont introduites à la fin de la cuisson.

 

Avantages : on peut utiliser le savon tout de suite après. Idéal pour les impatientes. On peut introduire à la fin de la cuisson des ingrédients qui ne supporteraient pas le contact avec la pâte à savon caustique. Il faut moins d'he pour parfumer un savon méthode à chaud que pour une méthode à froid, pour une odeur équivalente.

Inconvénient : Le savon a un texture moins lisse que la méthode à froid.

 

2. In The Mold Hot Process (ITMHP)

La pâte à savon est versée dans des moules après l'apparition de la trâce et est chauffée au four à 80-100°C pendant 2 heures.

Avantages : Pas de période de murissement, le savon est utilisable immédiatement. La texture est lisse comme pour la méthode à froid classique.

Inconvénients : le savon fond quand même plus vite qu'un savon qui a muri pendant 4 semaines. Mieux vaut quand même le laisser sécher un peu avant de l'utiliser. Attention, quand c'est un savon au lait, ça cuit les sucres... j'ai eu une mauvaise expérience avec du lait de chèvre ajouté à la trâce puis méthode itmhp....

 

III - Méthode fouettée

Allez voir l'article de Nadyne, pas de photo mais très bien expliqué ainsi que le site du créateur de cette méthode, Nizzy, malheureusement en anglais.

La composition des huiles doit être obligatoirement : 80% d'huiles solides (coco, palme) et 20% d'huiles liquides.

On fouette avec un batteur à oeufs les huiles solides à température ambiante, puis on ajoute les huiles liquides. On verse le mélange eau-soude (qui doit être lui aussi à température ambiante, donc nécessaire de le faire à l'avance) doucement, tout en continuant à battre. Il n'y a pas de trace dans cette méthode, quand le mélange commence à figer, c'est bon, on peut mouler après ajout de colorants et de fragrance ou he.

 

Avantages : le savon flotte, on peut colorer avec des colorants alimentaires et avoir de bons résultats, pas de chauffe des huiles. Le savon se démoule moins de 24 h après moulage. On peut faire des beaux savons artistiques avec une poche à pâtisserie, tels ceux de Bire5.

Inconvénients : la solidification de la pâte à savon est telle que c'est presque impossible de mouler dans des moules individuels. si on attend trop pour démouler le savon, le couper est presque impossible.

 

Voilà, j'arrive au bout de ce à quoi j'ai pensé...
Si vous avez d'autres questions, n'hésitez pas, j'y répondrais !

Pas à pas Savon en refonte

Faire son savon maison : bien débuter

Par Thomaelle

Suite à une demande pressante de la part de Catherine, je me décide enfin à vous faire le pas à pas de la refonte de savons. Cela a déjà été très bien expliqué sur le blog de Zenbiloba, la bible en matière de refonte, mais sans les images....

Cette méthode marche bien avec la refonte de savons du commerce. Personnellement, quand je dois refondre mes propres savons, j'utilise la méthode de Michèle.

Le matériel

Il faut :

  • un verre mesureur
  • une balance de ménage
  • deux casseroles de grandeurs différentes
  • une bouilloire électrique (facultatif)
  • une cuillère en bois
  • un ou plusieurs moules en silicone (ou pots de yaourt...)

loisrs_cr_atifs_078

La recette

J'ai choisi une recette de savon à l'aloes de Zenbiloba qui m'inspirait bien

340 g de savon râpé
70 ml d'infusion de menthe
190 ml de gel d'aloes
10 ml d'huile essentielle de menthe

loisrs_cr_atifs_070

Mode opératoire

Peser le savon en paillettes

loisrs_cr_atifs_080

Moi, je l'ai passé au mixeur afin d'obtenir des particules vraiment très fines et qui vont fondre très facilement !

loisrs_cr_atifs_084loisrs_cr_atifs_086

Mesurer le gel d'aloé

loisrs_cr_atifs_079

Faire l'infusion de menthe. Moi j'ai utilisé la menthe séchée que Libellune m'avait envoyé lors de notre troc. J'en ai fait volontairement plus que necessaire pour boire le reste... ;o)

loisrs_cr_atifs_073loisrs_cr_atifs_087

Verser le savon dans la petite casserole et rajouter par dessus le gel d'aloes et l'infusion. Bien mélanger.
Mettre le tout au bain marie sur la plus grande casserole sur feu doux.

loisrs_cr_atifs_088loisrs_cr_atifs_090

Remuer régulièrement avec la cuillère en bois jusqu'à obtention d'une pâte lisse et sans morceau de savon non fondu. Ici, ça m'a pris environ une heure. J'ai eu largement le temps de papoter avec tallulah sur msn en buvant mon infusion... Que du plaisir !

loisrs_cr_atifs_101

Enlever alors la casserole du bain marie et attendre quelques minutes afin que la pate à savon refroidisse un peu avant de rajouter les he. Bien mélanger.

loisrs_cr_atifs_103loisrs_cr_atifs_104

Verser dans les moules.

loisrs_cr_atifs_106loisrs_cr_atifs_107

Nettoyage

L'avantage, par rapport à la méthode à froid, c'est qu'on peut laver la casserole et cuillère en bois sans ajout de détergent, ni gants.... Un peu d'eau chaude et ça roule !

loisrs_cr_atifs_109

Démoulage

On peut démouler quand le savon a bien durci, ça peut prendre de une heure à 24 heures ! Ici, j'ai pu démouler au bout de 2 heures.

loisrs_cr_atifs_075

Séchage

Il faut permettre aux savons de bien sécher, pour ce faire, ils ont besoin d'au moins 3 à 4 semaines, afin de ne pas fondre trop vite à l'usage...

Pour plus de précisions concernant la refonte, je vous encourage vivement à consulter le blog de Zenbiloba qui a fait un superbe article à ce sujet.