A màs

Soins du visage

Par cshabou

257112

Imaginez, imaginez une crème de jour trop légère, je refais une crème de jour, encore trop légère, je recommence, opiniâtre (pas têtue, hein) et je vous les livre toutes les trois.

DSC03640

Elles ont en commun l’émulsifiant Eluxe Pro, trouvé chez l’anglais Fresholi (ils ont une merveilleuse absolue de frangipanier) avec des composants synthétiques et qui rend les recettes inratables, avec un résultat toujours satisfaisant, agréable, joli, “luxueux” si l’on reprend la présentation du site. Je vous en ai déjà parlé ici et Michèle ou encore .

Je ne suis pas pour le naturel à tout prix, toujours et partout, pour moi, le “trop et le peu, gâchent le jeu”. J’essaie simplement de faire les choix les moins mauvais, compromis entre l’efficacité et l’innocuité dans un monde où manger et respirer revient à vivre dangereusement. Et les amies sont là pour aider, rectifier, donner des pistes, que serais-je sans vous….

Bon, philosopher, c’est bien, mettre les formules, c’est bien aussi… dont acte :

Orange Plume

 

pomme-orange 

 

Richer

 

glace12 

Gourmande Confort

 

Gifs%20Anim%E9s%20Chaussures%20(3) 

 

Phase I (24%)

4 Eluxe Pro
4 IPP
4 Hv Argan
5 Hv Pépins de raisin
5 Hv Coco Fract
2 Beurre Karité Nilotica 1 Cire d’Orange
0,5 Vit E

 

Phase II


Eau
5 Ha Fragonia
10 Ha Néroli
0,3 Xanthane
1 Urée

Phase II

0,5 Silk Gel
0,5 B Panthenol
1 Soothex
2 Rice Ns
0,9 K300
20 He Lavande Off
20 He Orange 5 fold
10 He Neroli

Très très légère, pénètre instantanément, convient mieux au corps qu’au visage. Laisse une peau super douce, sans aucun effet de gras. Permet de s’habiller immédiatement.

 

Phase I (25%)

4 Eluxe Pro
4 IPP
2 Beurre de Copuaçu
4 Hv Argan
1 Cire Zenibee
5 Hv Macadamia
5 Hv Golden Jojoba
Vit E 

 

Phase II

Eau
Ha Rose
2 Urée
3 Glycérine veg
0,2 Gomme Xanthane
0,1 Gomme cellulose 

Phase III

1 Soothex
1 Teca Milk
1 Extrait CO2 Baie d’églantier
0,9 K300
20 gouttes Lavande off
12 Géranium bourbon
10 Santal
7 Petit grain bigarade
5 Néroli
4 absolue de Frangipanier

Plus riche mais toujours aussi agréable et douce.

 

Phase I (30%)

4 Eluxe Pro
3 IPP
5 Avocat
1 Lécithine
5 Golden Jojoba
5 Beurre de Mangue
2 Chanvre (à la fin)
2 Figuier de Barbarie (à la fin)
3 Carotte sur Olive Bio
Mixed Tocophérols


Phase II (65%)

Eau
0,7% Allantoïne
1,5 % Urée
0,5 Aloé Véra
0,3 Xanthane

Phase III (5%)

1% Soothex
1% Fucogel
1% Fragrance naturelle AZ
0,9% K300
1,1% Rice NS

 

 

En duo avec un sérum, fait la job.

Je n’ai pas mis le pourcentage de l’eau, il faut ajuster en fonction des autres ingrédients, juste avec une addition et une soustraction ^_^ pour arriver à 100%.

 

DSC03641



DSC03643


Sur les conseils de Michèle, j’ai changé les corps gras entre la première crème et la seconde car IPP, coco fractionné, Nilotica et cire d’orange, plus le RiceNS expliquaient le toucher sec et le manque de confort/gras.

 

DSC03642


.

DSC03646


Dans la troisième, j’ai carrément monté le pourcentage de la phase huileuse à 30%, baissé celui de l’IPP et de l’amidon de riz.

 

Je reviens au printemps, avec une crème pour l’été !

Ciao, Belle ! 


Crème fine au Monoï

Soins du visage

Par CatherineNC

 

Une de mes amies a ramené de Tahiti de la crème au Monoï qui lui a provoqué des petits boutons sur le visage ; j'ai donc eu envie de lui composer une petite crème home made, juste pour elle car je ne suis personnellement pas une amoureuse de l'odeur du Monoï (je devine déjà l'air désapprobateur de celles qui rêvent de plage, de soleil et de cocotiers...) ; ai-je le droit de vous dire qu'en ce moment je rêve de froid, de neige, de ballades en forêt, de buée qui sort de la bouche ? ; pour vous être agréable, je vous mets quelques photos de vos prochaines vacances.

 

Une plage de l'Ile des Pins

Une plage de l'Ile de Lifou

Une plage de l'Ile de Maré

 

plage_d_ouv_a

Une plage de l'Ile d'Ouvéa

 

Une des plages de Nouméa (Anse Vata)


J'ai copié la crème au jasmin de Michèle "All that Jas" dont j'avais beaucoup apprécié le texture et la pénétration, aspects importants pour moi qui vis en pays chaud, là où l'été toute crème me paraît lourde sur le visage, quand le taux d'hygrométrie est tel que rien ne semble pénétrer.

Faire une crème fine oui mais quand même nourrissante pour la peau mâture de mon amie (même si elle ne fait pas son âge ; ah ces asiatiques, elles ont beaucoup de chance, je suis jalouse...).

J'ai donc utilisé exclusivement le Monoï (huile de coco) comme huile végétale pour garder l'odeur recherchée,
je n'ai pas utilisé d'hydrolats mais de l'eau de source pour ne pas interférer avec l'odeur du Monoï,
j'ai conservé le beurre de karité en choisissant la variété Nilotica (doux, crémeux, très fin et léger, facilement absorbé par la peau),
j'ai ajouté un peu d'urée pour l'hydratation,
du Silk Gel (biosaccaride gum 1) qui protège, hydrate, réduit les risques d'allergie pour les peaux sensibles,
du D Panthénol (provitamine B5), humectant, anti-inflammatoire qui réduit les dommages de l'exposition au soleil (mon amie est une fanatique des bains de soleil)
et du Palmitate de Cetyle 95, acheté chez Zinette ; voici ce qu'en dit Zinette : Nouvelle version de cetyls esters, le Palmitate de Cétyle apportera des propriétés identiques aux cetyls esters mais avec un meilleur rendu: texture plus fine, moins grasse, moins de "traces blanches" à l'application... il est vrai que ce co-émulsifiant semble apporter de la finesse à la crème.

 

Cr_mes_042Cr_mes_054

 

 

 

 

 

 

 

 


La recette :

  Phase A

70,6 % d'eau de source

0,4 % de gomme de cellulose

2 % d'urée


  Phase B

6 % d'Olivem 1000

2 % de beurre de Nilotica

10 % d'huile de Monoï

1 % de Palmitate de Cétyle

 

 Phase C

3 % de glycérine (macération maison avec fleurs de tiaré et de frangipanier)

2 % de Silk gel

2 % de D Panthénol (liquide)

1 % de conservateur K

qq gouttes d'acide lactique pour ramener le PH à 5


J'ai jeté (comme dirait Michèle) la gomme de cellulose dans l'eau, ainsi que l'urée, j'ai mixé avec le mousseur à lait. J'ai porté les phases A et B à 75 ° environ, ai versé A dans B et mixé au mixeur électrique, la crème s'est vite émulsionnée. Sous 40°, j'ai ajouté la phase C et ai ajusté le PH avec quelques gouttes d'acide lactique (le conservateur K n'est pas efficace au-delà d'un PH de 5,5).

J'ai essayé la crème avant de l'offrir et j'ai trouvé qu'elle était très bien, fine, légère, pénétrante, sans la sensation de tiraillement que me donne d'habitude l'Olivem 1000 et sans sensation de gras non plus, malgré l'huile de coco et le beurre de karité ; l'équilibre semble relativement atteint ; je vous ferai un retour sur les commentaires de mon amie après usage prolongé ; j'aime aussi la brillance et couleur blanche obtenues (plus blanc que sur les photos). 

Shampoing solide

Soins des cheveux

Par lloulou

 

Pour répondre à la demande de Vénézia, voici enfin la recette du shampoing solide que j’utilise depuis très longtemps. 


 

Il s’agit d’un shampoing fait selon la méthode à froid. 

 

Les ingrédients qui composent cette recette sont simples. Je pourrais améliorer la recette mais elle fonctionne bien comme cela. Je me dois de vous dévoiler un petit bout de mon anatomie... j’ai les cheveux courts, très fins mais fournis (à l’inverse de certaine... non, non, je ne pointe personne en particulier, n’est-ce pas M...???

 

Ce shampoing fonctionne aussi très bien pour les cheveux très bouclés. Correction de vocabulaire : lire trèèès frisés. 

 

 

Les ingrédients :

 

L’huile de coco et de canola (colza) sont ma base pour ce shampooing. J’ai un faible pour l’huile de canola dans mes savons car elle donne une mousse très agréable et confère une dureté au savon que j’aime bien.

 

L’huile de ricin est une huile indispensable dans un shampoing car elle fortifie les phanères et nourrit les cheveux secs et cassés (ce qui n’est pas mon cas...). D’autre part, cette huile apporte une belle mousse au savon. J’ai un peu de misère avec les shampoings qui ne moussent pas beaucoup. Réaction un peu idiote mais je pense que cela doit remonter à des habitudes trèèèèèèèès lointaines mais bien ancrées!

 

L’huile de chanvre est très hydratante et nourrissante. Sa couleur verte donne une jolie coloration au savon - normalement - mais ici, altérée par le rhassoul... ce qui au final donne une couleur pas très très heureuse pour éviter de dire caca d’oie! Je sais, cette couleur n’est pas très glamour!

 

Le beurre de mangue est émollient, régénérant et nourrissant. Il est utilisé dans les soins pour les cheveux.

 

J’ai utilisé l’huile de pépins de raisins car je voulais une huile nourrissante sans effet de gras. 

 

Je n’ai pas jugé utile de mettre des huiles essentielles puisque le produit ne reste pas sur les cheveux et, est de surcroît rincé immédiatement et abondamment. 

 

Le rhassoul, que j’ai utilisé longtemps comme shampoing lorsque j’étais jeune. Il s’agit d’argile minérale naturel que l’on trouve uniquement dans le moyen Atlas Marocain. Les femmes orientales l’utilisent dans aussi bien pour les soins corporels que capillaires.

 

Le kaolin est de l’argile blanche douce et soyeuse. Ici, pour éviter l’aspect collant sur le cheveu que pourrait avoir le savon.

 

Du baume pour cheveux qui ne demandait qu'à être recyclé car un peu  collant lorsque utilisé directement.

 

 

La recette :

 

20 % huile de coco

20 % huile de ricin

20 % beurre de mangue

15 % huile de pépins de raisins

15 % huile de canola

10 % huile de chanvre

Eau et soude selon le calculateur avec un surgraissage à 5 %

Soie


 

Ajouts à la trace : 

 

1 cuillère à thé de rhassoul

1 cuillère à thé de kaolin

1 cuillère à soupe d'un baume complètement raté pour les cheveux

 

 

En conclusion, je pourrais dire que des modifications pourraient être apportées aux ingrédients mais finalement, pourquoi changer une formule gagnante?

 

 


 

P1290193

 

Vous pouvez admirer la "magnifique" couleur!

 

  

 

PS : j’aurais peut être dû utiliser le passé car Parfum  m’en a offert une autre sorte... qui est devenu «l’unique du moment»! La recette de ce dernier 

 

Bombes de bain couleur rose fluo

Le bain

Par La Fee Colchique

J’ai découvert depuis peu le plaisir de faire et d’utiliser les bombes de bain.

 

Ce sont les bombes de bain moussantes que j’apprécie le plus.

 

 

Recette :

 

150 grammes d’acide citrique

150 grammes de bicarbonate de soude

50 grammes de SCI (sodium cocoyl isethionate)

50 grammes de lait de brebis en poudre

50 grammes de maïzena

50 grammes de beurre de karité

colorant en poudre rose neon pink

fragrance tarte à la fraise (jellybeans)

pulvérisations d’hydrolat de rose


 

Le SCI doit être sous forme de poudre fine.

 

Ne pas trop pulvériser d'hydrolat de rose car la pâte doit juste être humide. Une pâte trop mouillée va donner des bombes de bain qui vont gonfler et se craqueler en séchant et ce n'est pas le but recherché.


Les bombes de bain se détachent des moules au bout de 24 heures.

Une fois les bombes de bain démoulées, les laisser sécher à l’air libre 4 à 5 jours pour qu’elles durcissent bien.

Ces bombes de bain colorent l'eau du bain en rose. La mousse n'est pas très abondante, mais suffisante pour laver le corps.

 deux vidéos qui montrent que faire des bombes de bain ce n'est pas compliqué.


DSCN0755

 

Le vocabulaire cosmétique ... selon les hommes

Soins pour hommes

Par atelierdemichele


         
 Aujourd'hui, pas de recettes cosmétiques mais juste un peu d'humour.

Il parait que les hommes et les femmes ne parlent pas tout à fait le même langage. On aurait besoin de dire beaucoup de mots, eux en utiliseraient peu.
Tous ces poncifs...

En ce qui concerne la cosmétique, je me suis livrée à une expérience amusante que j'aimerais vous relater.

Je lui donnais des mots et il me disait ce que ça lui évoquait.

        Si le goût vous en dit, pour faire cette expérience, choisissez de préférence un homme né avant que l'on médiatise les métrosexuels ou autres jeunes hommes qui aujourd'hui prennent soin de leur peau.

Nés au temps où les hommes, les vrais évidemment, se donnaient quelques claques sur les joues avec des après rasages alcoolisés et puants, ils se mettent de la crème quand c'est le docteur qui l'a prescrit ou quand ça démange véritablement.


cosm_homme


Source image

         Les réponses sont édifiantes même quand on s'y attend!


GELEE

- "Confiture", "ça colle vraiment et ça ne tient pas sur la tartine"
- "Mais je te parle de cosmétiques"
- "Oui mais c'est ce que ça m'évoque, je n'y peux rien!"


GEL

- "C'est froid",  "gel hydratant"
- "Ah, il y a de l'espoir"  ^_^



CREME


"Je crois que ça doit coller"


SERUM

- "Sang qui coagule"
- "Tu exagères la!"
- "Mais non le sérum, ça sauve des vies, c'est issu du sang, c'est un terme médical!"



FONDANT

"Là c'est sûr que ça doit coller"


EMULSION

- "Vinaigrette"
- "Toi tu n'as pas lu mon livre!"


BAUME

- "Euh, euh ...  ça me fait penser à arnica, embrocation, sport, traumatisme"
- "Quel vocabulaire dis donc,  est-ce que tu sais que c'est composé de 100% de gras?"
- "Ah bon? c'est positif quand même, si ça doit soigner"
- "Je t'adore!"



BEURRE CORPOREL

"Gras!"


BEURRE FONDANT

"C'est bon", "gastronomie", "c'est fait pour bouffer quoi, rien d'autre"

Pardon, il s'exprime avec un vocabulaire plus soutenu habituellement mais il appelle toujours un chat un chat...


LAIT

- "Je ne sais pas, ça dépend"
- "Ne réfléchis pas, dis moi juste si ça te donne envie de mettre ça sur ta peau"

- "En fait, je n'ai rien envie de me mettre sur la peau, ça ne me parle absolument pas.
"



Fin de l'expérience, il avait déjà utilisé tous ses mots.

Moi j'en avais encore plein en réserve: gel-crème, nourrissant, crémeux, lissant, repulpant, régénérant, anti-âge, ressourçant, fluide, élixir...


     Chez vous, ça donne quoi?


Savon pailleté bleu

Savonnerie

Par lloulou

PC170073

 

Lorsque l’on parle de coïncidences... ou de concordances des temps... voici un savon que j’ai fait en même temps que Michèle faisait celui-ci. La différence, je suis beauuuuuuuuuucoup moins prompte que cette dernière sur le clavier!

 

Au départ, j’ai fait ce savon pour moi, une fois n’est pas coutume. J’avais des bouts de savons bleus et le goût d’un savon blanc qui laisserait apparaître des fragments bleus pour venir chatouiller le bout de mon coeur et me faire sourire. Et oui, au cas ou vous ne l’auriez pas encore compris, j’aime le bleu!

 

Pour obtenir un savon très blanc, j’ai choisi un mélange que j’ai déjà utilisé et je dont je connaissais le résultat.

 

Pour allier la pureté et la douceur à ce savon, je voulais une senteur qui, elle aussi, me fasse sourire. A l’époque, j’avais une envie d’agrumes. Je ne sais pas si vous êtes comme moi mais l’odeur de pamplemousse me fait sourire et me met de la joie dans le coeur.  Je venais de recevoir des fragrances d’agrumes et j’ai osé faire un mélange avec de l’huile essentielle et senteurs artificielles.

 

Au final, un savon hydratant qui donne une mousse très agréable et qui a une odeur avec un petit «je ne sais quoi» qui provoque un contentement.

 

 

La recette en pourcentage :

 

Soie ajoutée dans l’eau avant l’ajout de la soude

Volume d’eau et de soude calculés avec le calculateur Soapcalc

 

40 % de noix de coco

25 % d’huile de grignons

25 % d’huile de colza

5 % de beurre de karité

5 % d’huile de ricin

 

Ajout à la trace :

 

Lait en poudre

Copeaux de savons bleus

1 volume d’huile essentielle de lavande

1 volume de fragrance de yuzu

1 volume de fragrance de pamplemousse

 

P1170165

 

"2 miels 11" : crème bénéfique

Soins du corps

Par atelierdemichele

          "Quatre végétaux sont indispensables au bien-être de l'homme: le blé, le raisin, l'olive et l'aloé.

Le premier le nourrit, le second élève son esprit, le troisième lui apporte l'harmonie et le quatrième le soigne"

Christophe Colomb (1451-1506)



DSC03596



      
            On lui prête cette phrase séduisante qui m'a inspiré une crème particulière pour la nouvelle année 2011.
Christophe a découvert l'Amérique et moi je viens de découvrir le tribehenin!

Je ne vais pas vous raconter que c'est une île surgie du fond des mers ni que s'y trouvent quelques tribus isolées.
Non, non c'est un agent émollient, conditionnant  et épaississant issu de  la glycérine (glycérol)  et de l'acide béhénique. Un ester quoi...


            L'acide béhénique est un acide gras que l'on trouve dans les huiles de jojoba, d'olive, de colza, d'arachide, dans les gras de poisson etc.
Il est très intéressant  puisqu'il est à l'origine de nombreux ingrédients  cosmétiques gras tout comme l'acide stéarique très prolifique aussi.

Je vous avais déjà parlé de l'alcool béhénylique dans l'une de mes nombreuses copies des célèbres beurres corporels, la Boutik Ducor.

Cet alcool est un agent épaississant dont je sais après divers essais qu'il donne un toucher plus adoucissant que l'alcool cétylique.
L'aspect lissant se développe dans les jours qui suivent la fabrication de la crème.
On n'en trouve plus guère en France et c'est bien dommage.


             Le tribehenin lui (ou Syncrowax HRC) est noté "3 têtes qui sourient" par Rita Stiens et se présente sous forme de billes blanches qui fondent dans la phase huileuse entre 57 et 62°C.

Qualifié dans la fiche fournisseur d'agent modificateur de structure, cela aurait dû faire tilt dans mon cerveau quand je l'ai lu.

D'autant plus que le fabricant indique qu'il modifie la structure des autres cires les rendant moins rigides et plus brillantes.

Prochains essais: dans des baumes et non dans des émulsions!

Infos


        Passons enfin au nom de ma crème: "2 miels 11", une allusion à la nouvelle année 2011 et à une carte de voeux ainsi libellée qui m'a bien inspirée (merci D.)

Ma crème comprend donc:

2 miels (miel de lavande maritime et miel de Manuka présent dans mon savon au pissenlit

0 karité ^_^ (c'est un réel exploit n'est-il pas ?  mais aussi 0 parfum, 0 phénoxyéthanol, 0 paraben, 0 acide lactique. Meuh non ce n'est pas un ingrédient l'acide lactique!)

11 ingrédients au total (vous verrez qu'on y arrive très vite!)

DSC03587



           Je voulais une crème bénéfique et simple. Une crème universelle qui puisse servir pour le corps, les mains, les pieds... de la terre entière.

J'ai donc choisi des huiles végétales issues des plantes bénéfiques citées par Christophe (olive, pépin de raisin, germe de blé) que  j'ai complétées par un beurre exotique (le coco puisque je ne pouvais pas choisir le karité) et de l'aloé vera concentré comme seul actif.

L'huile de coco possède d'indéniables propriétés cosmétiques, est assouplissante sans apporter trop de sensation de gras et sent bon dans sa version extra vierge bio.


Formule de la "Crème 2 miels 11"

Phase huileuse (6 ingrédients)

- 5 Huile de coco bio
- 5 Huile de pépins de RAISIN
- 5 Huile d'OLIVE des Pouilles (offerte par Lolitarose)
- 4 Tribehenin ou SynchroWax (Huiles et sens)
- 3 Emulsifiant Olivem 1000
- 0.5 Antioxydant Aox cos

Phase aqueuse (2 ingrédients)

- 66 Extrait hydrolat-glycériné de silicium organique (magnifique produit!)
- 5 Mélange de miels

Troisième phase (3 ingrédients)

- 3.5 Huile de germes de BLE
- 2.5 ALOE VERA x 40 (Bilby)
- 0.5 EcoGard

Acide lactique pour ajuster le pH

Emulsification à 70/75° réalisée au mixer électrique pour 200g.

 


          La crème obtenue est jaune pâle, brillante, si brillante que j'ai eu l'impression qu'elle allait se déphaser. On dirait de la crème glacée décongelée.

D'autant plus que la texture était bizarre. Elle se cisaillait puis glissait quand je tentais de la prélever avec la spatule en silicone.

La pénétration est tout aussi particulière. Tout d'abord une sensation aqueuse et très fraîche qui plairait à Mlk puis un évanouissement dans la peau qui sèche presque aussitôt!

Bizarre et absolument perturbant.

          Doutant de mon choix d'émulsifiant (3% d'olivem 1000 peu gras et au toucher un peu sec parfois), j'ai immédiatement reformulé en choisissant du VE (glycéryl stéarate) plus gras et en permutant les proportions (3% de SynchroWax et 4% de VE).

Les deux crèmes sont identiques d'aspect et de toucher.
Aucune différence n'est notable 3 jours après la fabrication!

DSC03590




          Quelques recherches m'ont menée à la notion de textures transformantes dans un article fort intéressant sur quelques ingrédients dont l'un issu de l'acide béhénique sous forme de PEG.

Le terme de "quick break" et la description de la sensation à l'application sur la peau me semblent assez proches de ce que donne ma crème 2011.

Je cite:

"Lors de l'application sur la peau, la structure unique du bi-gel se brise entraînant une agréable sensation de fraîcheur.  Cet effet appelé "quick break" ... Sensible aux électrolytes de la peau, le réseau ainsi créé se casse lors de l'application, libérant ainsi l'eau de la formule et provoquant un effet frais perceptible. Un film continu discret de phase grasse se forme alors à la surface de la peau pour un confort d'utilisation, un fini agréable et un effet protecteur renforcé"

              Il me semble que la forme PEG devrait permettre l'amélioration du toucher et donner des émulsions bien plus acceptables sur le plan cosmétique.

Ici l'effet protecteur de la phase grasse ne me semble pas évident mais il est bien "continu et discret".


  

DSC03598


            

                  Ma "2 miels 11" ne démérite pas trop pour autant même si la formule doit être repensée.

Si elle semble toujours au bord de la rupture malgré une nette stabilité**, même si elle est trop brillante, elle laisse la peau "rebondie" et hydratée.
Au temps de Christophe, l'on était moins exigeant qu'aujourd'hui sur l'innocuité et les textures des produits de beauté  ^_^ .

** Edit :  Les deux crèmes au VE et olivem ne sont finalement pas stables dans le temps. Elles se déphasent soit environ 3 semaines après fabrication. Devoir à recommencer!

                     Extrait hydrolat-glycériné de silicium organique (magnifique produit!).

Cela ne vous interpelle pas un peu?

Ah tout de même, il y en a qui lisent les formules!

J'avais droit à seulement 11 ingrédients n'est-ce pas ? Alors j'en ai inventé un dont les 66% sont composés ainsi: 50% hydrolat de chanvre, 10% de silicium organique et 6% de glycérine végétale bio ^_^


Je regrette que la formulation en janvier 2011 se fasse par temps froid car l'effet frais et aqueux est formidable.

                   Aahh là là, je rêve de me trouver à bord de la Santa Maria quelque part sous les tropiques!

Brut de Laurier

Savonnerie

Par cshabou

IMG_0089

L'automne voit revenir chaque année deux choses qui me font prendre quelques kilos, que je reperds difficilement après les fêtes : le raisin, que je mange avec du pain et du fromage de cantal doux et le coing dont je fais de la pâte.

Au début, j'avais des coings sauvages du midi, odorants, rabougris et quelques fois habités, mais qui donnaient une pâte d'une saveur incomparable, ou comparable à la pâte d'azeroles, leçon de patience de mes grand-mères et qui faisait nos délices.
Maintenant, exilée et n'ayant plus de garrigue où ramasser les coings, je les achète au marché mais il leur manque toujours un peu de soleil. Tant pis, tant que je pourrai tourner le presse-purée pour passer les fruits, il y aura du "membrillo" chez moi en automne.

Alors, me direz-vous, quel rapport avec le titre de brut de laurier. Vous ne voyez pas ? C'est normal, difficile de trouver si on ne sait pas, sauf de rares personnes qui l'ont testé, ce savon qui me donne un mal de chien chaque année.

....Dans le sud-ouest par contre, les lauriers foisonnent et j'en ramasse les baies à maturité pour en extraire une toute petite quantité d'huile que je mets dans mes savons pour les peaux à problèmes.
"Mettre les baies à bouillir dans de l'eau et recueillir au fur et à mesure l'huile verte qui surnage dans les bouillons. Mixer ensuite les baies et refaire bouillir, on extrait encore un peu d'huile, cuillerée après cuillerée. Mettre au réfrigérateur, l'huile se prend sur l'eau qu'on ne peut éviter de prélever avec. Recueillir l'huile et s'il reste de l'eau, sécher très doucement au bain marie."
Vous pouvez aussi acheter tout simplement l'huile de baie de laurier, c'est plus rapide et plus simple ^_^
Bien, vous ne voyez toujours pas le rapport avec le coing ? C'est encore normal.

Comme la cuisson de ma pâte, cette année et l'extraction de l'huile des baies de laurier tombaient le même dimanche, j'ai eu l'idée, ni sotte ni grenue, de garder l'eau de cuisson des coings pour diluer la soude de mes savons. Pourquoi ? Ni tengo idea. Sin rason.
Juste, ça me plaisait bien.
Vous voyez, maintenant ?

IMG_0087

Alors voilà ce savon, toujours trop vite distribué mais dont j'ai sauvé un morceau pour le tester enfin, hier.

Pour 2184 grammes d'huiles :

  • 112 g de beurre de cacao
  • 608 g d'huile de coco
  • 320 g de beurre de karité
  • 464 g d'huile de palme équitable
  • 320 d'olive pomace (aceite de orujos de oliva, de l'autre côté)
  • 320 d'huile d'olive bio, macérée avec du thym frais, du romarin et des feuilles de laurier
  • 40 g d'huile de chanvre

à 7% de sur-graissage

j'ai ajouté :

  • 55 g d'huile de baies de laurier, (plus un peu de sueur de mon front...mais nonnnnn !)
  • une cuillère à soupe de spiruline
  • le suc de trois branches d'aloé vera
  • 125 ml d'eau de coing
  • 40 g de lactate de sodium
  • 10 gélules de vitamine E
  • huiles essentielles de thym, de romarin et de laurier, 5 ml de chaque pour cette quantité.

Un savon dur mais d'une douceur réellement à tomber, je suis la première surprise.
Michèle avançait que la pectine du coing y est pour quelque chose, sans doute ; ce qu'elle ne savait pas, c'est qu'il y a aussi le sacrifice des trois grosses tiges d'aloès de mon balcon, charnues à souhait, que j'ai pelées et mixées pour ajouter le suc à la trace.
L'odeur est un peu sauvage, l'aspect brut de décoffrage mais le toucher très doux, presque comme un gel de douche synthétique.

Comme quoi, il est aussi facile d'imiter (sans le faire exprès) le synthétique avec du naturel que l'inverse, CQFD !
mini190

Une superbe pâte de coing ici

index

"Pour une cosmétique intelligente" Dominique Baudoux

Bibliographie

Par atelierdemichele

   J'ai longuement hésité à écrire un billet sur ce dernier livre de Dominique Baudoux, pharmacien aromatologue:

"Pour une cosmétique intelligente, Huiles essentielles et végétales"

Dominique BAUDOUX, Editions Amyris (28,50 euro)


Auteur de nombreux ouvrages de référence sur les huiles essentielles, il est aussi directeur de la société Pranarom qui commercialise des HE et leurs dérivés.

pu_cosmetique



 Le sous-titre du livre est : " Les huiles essentielles sur la peau, au travers de la peau, au delà de la peau".
Vaste programme s'il en est!


- Le sommaire

. Théorie sur les HE
. Théorie sur la peau
. Huiles végétales et HE
. Principales HE utilisables en dermocosmétique
. Soins quotidiens aux  HE (bains, massages, gommages, épilation, troubles de la peau) avec formules
. Annexes et index


- La mise en page

Les fiches monographiques de chaque HE sont disséminées dans le texte en belle page (page droite).
Souvent en regard d'une recette spécifique, elles indiquent la description de la plante, les propriétés dermocosmétiques et un avis d'expert.

Par exemple

. page 140 (gauche)
Eczéma de contact (une formule avec HE de matricaire, menthe des champs, camomille noble, lemongrass, hélichryse italienne, katafray, HV calendula, calophylle, noyau d'abricot)

. page 141 (droite)
Monographie de l'HE de camomille noble

- Le propos

On y retrouve le ton scientifique et sans fioritures des autres livres de D. Baudoux.
Chaque monographie est ponctuée d'un "avis d'expert" qui reprend le même ton avec quelques remarques sur les précautions à prendre.


Mais j'ai été terriblement gênée par les paragraphes intitulés "le plus" .

Ces paragraphes terminent quelques unes des recettes et  sont parfois des incitations à acheter des produits (finis ou non) vendus par la marque Pranarom.

page 160 "Faire une cure trimestrielle du complément Omega3-Q10 à raison de ..."

 
S'y mêlent quelques poncifs de médecine chinoise, de médecine holistique, de diététique, de principes naturopathiques...

 

page 124  "la lecture holiste de l'allergie est un excès de défense de l'organisme vis à vis du monde extérieur....l'allergie nous ramène aussi à l'organe foie... L'alimentation (laitages) et les médicaments (vaccins) sont autant de causes favorisant les états allergiques. Une superbe action de terrain se rencontre par la prise par voie orale d'une capsule d'Estragon 3 fois par jour..."

 

 Le vocabulaire et la tournure de certaines phrases m'ont laissée perplexe. Le style est lourd, flou et contraste avec le reste du livre.

page 82 "cette synergie aromatique ne vaut pas exclusivement pour les femmes mais pour tout individu souhaitant développer le pôle féminin de tout être vivant qui sommeille en lui"

page 168 "...  Prévenir, protéger et nourrir la peau au quotidien est la meilleure garantie pour sa durabilité en son état le plus intact...

 

- Les recettes


Ce sont des formules proches de ce que l'on connait des autres livres de D. Baudoux, à savoir  des formules d'aromathérapie plutôt que de vraies recettes cosmétiques.


Exemple: Sérum anti cernes page 130

HECT lentisque pistachier x ml

HECT hélichryse italienne x ml

HECT cyprès de provence x ml

HV argan 3ml

HV jojoba 4ml

1 application matin et soir jusqu'à amélioration sensible


- Mes "moins"

* La mise en page est légèrement déroutante car il faut sans cesse se reporter à l'index pour trouver les monographies des HE.

Mais c'est effectivement intéressant de lire les caractéristiques de l'HE majeure d'une formule en regard de la dite formule.

Ce n'est pas une réelle critique car l'ordre de classement me semble très individuel, nous n'avons pas tous la même logique.

* Le style décalé et parfois publicitaire des rubriques "le plus" donne l'impression que ces additifs ont été réalisés à la va-vite.

* Le titre peut prêter à confusion. 

On ne peut pas considérer que c'est un livre sur la cosmétique naturelle. Les formules contiennent beaucoup d'HE et pas forcément les plus courantes.

C'est un répertoire qui me semble un peu "pro".

 

- Mes "plus"

* Les photographies et les couleurs fraiches évoquant la nature, l'exotisme, les voyages...

C'est un vrai pari visuel car la maquette est originale. J'aime beaucoup ce style.

* Les formules d'HE très professionnelles donnent un éclairage non conventionnel sur certains usages d'HE.

Si l'on s'en tient aux recettes purement cosmétiques, certaines HE sont peu usitées et seraient pourtant efficaces quoique d'un maniement plus délicat.

Je pense  à la tanaisie annuelle couplée à la rose de Damas dans une formule régénérante et lissante.

* Une réflexion intéressante sur le nombre de gouttes pour 1g et 1ml. La question n'est pas réglée pour autant...

D. Baudoux indique qu'il faut respecter les proportions.


En conclusion

Ce livre ne me semble pas être celui à acheter en première intention pour utiliser les HE en cosmétique. Je l'ai lu maintes fois dans l'ordre, de la première à la dernière page contrairement à mon habitude.

Il ne me semble pas lisible autrement.

J'y suis revenue à plusieurs reprises pour me rafraichir les idées dans l'utilisation des HE pour la beauté car c'est là son intérêt. Ce livre mêle des formules pour de  vrais troubles dermatologiques et des recettes de beauté avec argiles, crèmes  neutres, HV et HE.

Un cadeau à s'offrir pour aller plus loin...

Soin vitaminé protecteur aloé-argousier

Soins pour hommes

Par atelierdemichele

               En cet hiver rigoureux, j'ai fabriqué un soin protecteur pour homme qui n'aime pas trop le gras.
Or pour bien protéger la peau du froid, il faut des corps gras mais bien choisis.

Pour cela il me semble important de ne pas compter seulement sur la quantité de corps gras mais aussi:

- sur leur composition en acides gras
- sur le couple émulsifiant/épaississant

En effet trop de gras peut dans certaines circonstances faire plus de mal que de bien.


J'ai donc choisi:

- L'olive Protection ou Olivem 900
INCI : sorbitan olivate

C'est un émulsifiant formidable pour former des émulsions eau dans huile dont l'effet reconstituant est manifeste.
Il permet l'incorporation de phases grasses importantes à condition de bien stabiliser l'émulsion. Je choisis dans ce cas là du sulfate de magnésium (sels d'Epsom) comme ici et  ici.

Mais dans le soin à l'aloé -argousier, je préfère rester à 20% environ de corps gras et je couple l'olivem 900 à de l'alcool cétéarylique comme épaississant.

Autres soins à l'olive protection: ici, ici
  et ici.


- L'Emulsifan
INCI : polysorbate 20

Emulsifiant issu de l'huile de coco sous forme de PEG, il "bétonne" la structure et allège le toucher de l'olive protection.

Il permet également de faire des brumes peu riches en corps gras, d'affiner les huiles corporelles...

Il doit impérativement être associé à un agent épaississant dans les émulsions. La texture se densifie alors un peu.


DSC03574



            
              Formule du "Soin vitaminé protecteur Aloé - Argousier"


- Phase huileuse

. 10% Huile de tournesol bio désodorisée
. 5% Beurre de cacao bio du Pérou
. 5% Beurre de karité du Bénin
. 5% Olive Protection
. 4% Emulsifan
. 3% Alcool cétéarylique Chabou


- Phase aqueuse

. 57,10% Eau distillée
. 5% Glycérine végétale bio
. 0,1% Gomme xanthane
. 0,1% Konjac


- Troisième phase

. 2.5% Aloé concentré x 40
. 2% Vitamine E
. 0.5% Géogard 221
. 0,5% Huiles essentielles
. 0.2% Huile d'argousier bio

+/- Acide lactique pour ajuster le pH


Parfum "Mock jasmin"

- 9 gouttes de patchouli
- 6 gouttes ylang-ylang complète
pour 100g de crème.

Sensé être un ersatz de jasmin, je trouve qu'il est très proche du patchouli.
Il se complexifie néanmoins au fil du temps.
Sans que je n'y retrouve cependant le jasmin...


Mode opératoire

- Dans un petit bol désinfecté, diluer les gommes dans la glycérine en malaxant bien jusqu'à former une pâte lisse et sans grumeaux.
Mixer dans l'eau petit à petit et laisser gonfler 10/15mn.

Il ne faut pas incorporer le konjac dans l'eau chaude sous peine de voir se former des grumeaux difficiles à récupérer.

- Peser la phase huileuse dans un autre bécher désinfecté et porter les deux phases dans un bain marie à 75°C.

- Verser les huiles dans l'eau et mixer pendant 5/10mn en ayant soin de ramener vers le fond du bécher toute la crème qui épaissit sur les bords.

- A 25/30° incorporer un à un les éléments de la 3è phase sauf les HE en mélangeant bien entre chacun d'entre eux à la maryse en silicone.
A froid, ajouter les HE et ajuster le pH si besoin était.


                    Pourquoi ces ingrédients ?


- Les gommes gélifiantes : xanthane et konjac


Outre la gomme xanthane, j'utilise du konjac que je ne connaissais qu'en gélules coupe-faim car il a la capacité d'absorber jusqu'à 100 fois son poids en eau. On lit aussi qu'il peut gonfler jusqu'à 17 fois son volume.
Bref il absorbe beaucoup d'eau...

Il doit impérativement être écrasé dans un peu de glycérine avant d'être incorporé à la phase aqueuse sous peine de former des grumeaux.

Je le couple à la xanthane pour sophistiquer un peu la texture comme je le fais avec le couple cellulose/xanthane.

Outre la stabilisation de l'émulsion, le konjac riche en glucomannanes hydrate la peau.
Il est émollient et légèrement filmogène ce qui me permet de ne pas augmenter la phase huileuse.

Comme d'habitude, les gélifiants doivent s'utiliser à faible dose (ici 0.2%) pour éviter un effet collant désagréable à l'application.


- L'huile de tournesol bio désodorisée

Riche en omégas 6 , acides gras constituants des céramides cutanés, l'huile de tournesol mal-aimée des produits de beauté maison est pourtant une huile formidable.
Les céramides forment le "ciment" de notre peau, permettant d'éviter la deshydratation.

J'aime assez comparer notre peau à un mur dont les briques seraient les cellules épithéliales et le mortier seraient les céramides.
Charger sa crème en omégas 6 permet de la protéger efficacement.

L'huile de tournesol est peu onéreuse, elle existe en version bio tout aussi abordable et quand on peut l'avoir en version désodorisée, c'est le nirvana!
Elle est riche en vitamine E excellent agent anti oxydant, réparateur et hydratant.

Si l'on veut faire encore plus performant dans la protection cutanée, on peut la choisir en version bio, oléique (omégas 9) et désodorisée chez Bilby.

 

Autres crèmes à l'huile de tournesol iciici

 

DSC03578



- Le beurre de cacao bio du Pérou

Une merveille olfactive!
Je suis passée devant dans un salon bio, je me suis dit "Baah, du beurre de cacao, tu en as plein le frigo!".
Et en plus du très bon.

J'ai passé mon chemin, je suis revenue goûter une infusion, regarder les plantes amazoniennes que je connais grâce à Malegria qui m'en a offert.

Avant de partir, j'ai tout de même demandé à sentir ce beurre de cacao à 12 euros la plaque de 125 g. Gloup!!

Et là j'ai sorti mon porte-monnaie sans plus réfléchir: une odeur de chocolat blanc si réaliste que j'ai failli croquer dans la tablette.
Il est juste sublime et je crois n'en avoir jamais senti un comme cela. Et pourtant je m'y connais en beurres de cacao.


Mise à part l'odeur renversante qui ne peut pas persister dans mon émulsion (mais qui est géniale en baume pour lèvres), le beurre de cacao est un bon agent nourrissant et protecteur des peaux sèches.
J'y ai recours en petite quantité dans les soins pour enfants.


- L'huile d'argousier bio

Excellent cicatrisant cette huile pressée à froid est riche en vitamines (bêta carotènes et vitamine E) ainsi qu'en phytostérols comme les insaponifiables du karité.
Vous comprenez pourquoi ce beurre me semble indispensable en cosmétique.

Les phytostérols sont des merveilles du monde végétal, anti-inflammatoires, réparateurs et protecteurs de la cohésion cutanée.
En usage interne, ils prennent la place du cholestérol et ne se déposent pas dans les artères.

L'argousier existe également en extrait CO2 que je comptais utiliser à 0.2%. Mais je n'en avais plus et j'ai dû utiliser l'huile en petite quantité pour ne pas modifier ma formule au dernier moment.
Il suffisait d'en  incorporer 1 à 10% en diminuant d'autant la part d'eau.

Avantages des vitamines dans les cosmétiques ici


- L'aloé vera concentré x 40

On ne vante plus les propriétés de l'aloé véra pour la peau: hydratant, cicatrisant et apaisant notamment en cas de brûlures.

Il apporte également son lot de vitamines.
Je le préfère sous forme concentrée et liquide permettant de l'incorporer en faible quantité (2 à 2.5%) afin de laisser de la place dans la formule pour d'autres actifs.


DSC03577




       Le résultat

A la fin de la fabrication, c'est une crème qui semble pénétrante, molle et filante  comme les crèmes à la lécithine.
Les polysorbates donnent souvent ce type de texture un peu "gonflée" mais je ne pensais pas l'obtenir avec de l'olive protection.

Au bout d'une semaine, la texture est plus homogène, encore plus légère à mon avis.
Dans le flacon pompe, elle n'épaissit pas tout en apportant un réel confort.
J'aime beaucoup cet effet protection fine tout à fait supportable sous une autre crème pour le visage.

La couleur orange douce est assez labile à la lumière et doit être protégée en flacon opaque si l'on veut la garder.
Elle serait plus intense si j'avais incorporé l'huile d'argousier à 5%.

      L'association "Olive protection + Emulsifan + 10% beurres + 10% huiles végétales" fonctionne vraiment bien si l'on veut protéger des peaux qui n'aiment pas trop le gras!