Savon olé olé : Savon à l'horchata

Savonnerie

Par annabulles

               J'ai décidé de sortir de l'ombre  (4 ans que je vous espionne…)  pour mon plus grand bonheur et celui de mes proches.

D'abord pour la savonnerie, puis les baumes, les crèmes…  après avoir bénéficié de cours "particuliers" auprès de Michèle (un vrai luxe n'est ce pas ?) et puis en glanant les multiples expériences dont vous avez la générosité de partager, les secrets sur ce site tellement fourni en techniques multiples, en ingrédients parfois surprenants et toujours bénéfiques.

 

DSCN1792

              Alors, aujourd'hui, j'ai décidé après un vif encouragement de mon amie, de partager une recette avec vous et de vous parler d'un ingrédient peu connu chez nous mais qui, en Espagne, et notamment dans la région de Valencia, est consommé traditionnellement dans les "orchatéria" où se retrouvent sans distinction d'âges les Valenciens : la chufa ou souchet.


 Voici quelques informations sur :

- la noix ou chufa

- l'huile de chufa ou huile de souchet

- la boisson ou horchata de chufa

 

DSCN1794

              

         Je vais souvent à Valencia, où vivent les tias (tantes dans la langue de Cervantes), et à peine franchies les portes de Valencia nous nous précipitons chez Mari-Toni, temple de l'horchata, siroter ce délicieux breuvage. 

Et c'est justement en appréciant mon verre de lait  "d'horchata granizada" tout en écoutant la tia me ventant les multiples vertus de cette boisson pour la énième fois,  - Tia a 86 ans et elle en parle avec tellement de conviction que je ne me lasse pas de l'entendre -  que me vint l'idée de l'intégrer dans une recette.

Si c'est bon pour ma santé, il n'y a pas de raison que ma peau ne l'apprécie pas.


                    Seulement voilà, cette boisson est fragile.

Il en existe bien en bouteille, et on en trouve dans les supermarchés. Mais, je vous le dis de suite, rien à voir.

Et c'est la serveuse, intéressée par notre échange (nous sommes des habitués) qui m'apprit que sur place ils  faisaient du concentré d'horchata.

  

Formule des savons Olé Olé à l'horchata

 

- 300 g huile de coco indienne                                                                                     

- 200 g huile de palme bio                                         

- 300 g huile d'olive bio                                      

- 100 g huile de sésame                                                  

- 100 g  beurre de cacao                                                

-  50  g beurre de karité                                                   

- 100 g d'huile d'avocat     

                                   

Soude pour un surgraissage à 8 dissoute dans la moitié du liquide indiqué par le calculateur.

70 g de concentré d'horchata mélangé dans les huiles

 

A la trace :

20 g  de lactate de sodium

10 g de ricin

15 ml HE d'orange

10 ml HE de bois de siam

5 ml HE de poivre noir

2 ml HE de camphrier


La trace est venue assez rapidement.

Et voilà ce que ça donne avec une seule formule:


**  Un premier savon avec des micas bleus   **  

 

DSCN1793

 

J'ai utilisé la méthode du "funnel" pour couler ce savon dans des moules individuels. 

J'ai divisé la pâte en trois parties:

- une que j'ai laissée nature

- une avec de l'oxyde bleu

- la troisième avec des micas vert océan.


DSC04232DSC04233

             

J'ai pu démouler le lendemain et vérifier la mousse.  

Elle est très douce, onctueuse, et ne voulant pas gâcher mon lait restant, je me suis lancée dans une autre aventure avec la même recette mais cette fois j'ai utilisé 4 préparations successives et j'ai travaillé en couches.

J'adore les rayures.

 

**  Un deuxième savon aux rayures vertes  **

 

 DSC04231

 

Et c'est le vert qui m'a inspirée.


Alors, j'ai sorti

- de la poudre d'orties que j'avais cueillies au printemps

- de la spiruline

- du mica vert

et j'ai fait une couche en changeant la palme blanche par de la palme rouge, car j'aime beaucoup la couleur obtenue.

 Les rayures sont un peu bancales, mais au final j'aime bien le rendu ... et la mousse est toujours aussi généreuse !!

 

                 Il me reste du lait, mais cette fois-ci je le congèle pour la prochaine fois. Il me faut d'abord réduire le stock.

Heureusement que Noël n'est pas loin, je vais pouvoir me lancer dans de nouvelles aventures savonnesques. 


Savon calque

Savonnerie

Par atelierdemichele

               Absolument pas douée en emballages et étiquettes, j'avais commandé des noms tissés afin de personnaliser certains cadeaux.

Peu utilisés depuis 6 ans (j'ai retrouvé la facture ^_^), ils dormaient dans un bocal d'un sommeil si lourd que j'ai eu du mal à savoir où je les avais rangés.

 

                    Un savon simple méritait un écrin un peu sophistiqué.

 

 DSC04225

 

 

Formule du savon calque

 

- 33% Huile de coco

- 25% Huile de palme bio

- 22% Huile de macadamia bio

- 20% Huile de son de riz (offerte par Lolitarose)

 

Eau et soude pour un surgras de 7%

EPP concentré mis dans les huiles

Soie Tussah

30ml d'HE pour 1kg d'huiles saponifiées (20 ml HE de petit grain bigaradier bio, 5 ml d'ylang ylang complète, 5ml de lavandin bio)

 

               J'ai beaucoup aimé coudre même si à présent ma machine à coudre dort dans le grenier, j'aime le papier calque, j'aime Loulou écolo, j'ai beaucoup aimé ces savons artisanaux cousus, j'ai beaucoup aimé  fabriquer ça :


DSC04259

 

- Le matériel


Du papier calque 21X29.7, une paire de ciseaux, de la colle en ruban, une règle plate graduée, un cutter, des noms tissés ou des étiquettes en papier... et des savons bien sûr!

 

DSC04238DSC04239DSC04242


 

- Le mode opératoire

 

. Couper la feuille de calque en deux dans le sens de la longeur, couper une petite bande de 2 cm dans la largeur et la jeter.

Cette bande n'est pas obligatoire à retirer si vos savons sont épais. Les miens font environ 1.5 cm d'épaisseur.


DSC04247

 

. Former un rabat de 1.5 à 2 cm sur la largeur des bandes et coller avec la colle en ruban


DSC04248

 

. Encoller les extrémités du nom tissé et former un rabat plus propre.

. Coller le nom sur le rabat du calque en le centrant.

 

DSC04250DSC04251

 

. A l'aide du cutter et à 6cm du rabat, couper le calque en 7 stries de 2 à 3 cm de long espacées de quelques mm.

Les stries formeront des aérateurs qui laisseront le savon sécher avant utilisation; Surtout si comme moi vous les emballez peu après la fabrication.

 

DSC04252DSC04253DSC04258

 

. Encoller l'envers du calque sur 3 côtés (les 2 longueurs et le rabat portant l'étiquette)  sauf celui sans rabat

. Poser un savon à peu près au centre du calque sur les stries

 

DSC04254

 

. Rabattre avec précaution le bord non encollé puis le bord avec l'étiquette pour emballer le savon. Lisser ce bord pour bien coller la largeur.

Procéder avec délicatesse car le papier calque est très fragile et forme vite des "cassures" inesthétiques s'il est plié par inadvertance.

 

DSC04255

 

. Fermer l'un des côtés avec précaution puis l'autre en faisant glisser le savon au fond à chaque fois. Il est plus aisé de le faire en tenant le tout verticalement.

 

DSC04256DSC04257

 

J'ai testé la fermeture d'un côté avant d'y glisser le savon mais la colle marche très bien; Et je me suis retrouvée plus d'une fois avec l'autre côté fermé par la même occasion mais sans savon dedans...

 

- Et voilà le travail

  

DSC04245Même sans nom tissé le papier calque ordinaire est beau

         

Conclusions 


 - Vive la colle en ruban

 -  La machine à coudre n'est pas l'amie de Michèle ni du papier calque (il vaut mieux du papier glacé recyclé)

 - Le papier calque coloré est l'ami des savons

 - Le papier calque pastel est l'ami du savon à motif dont il laisse entrevoir la délicatesse

 - Le calque doré ou argenté est aussi le très bon ami des savons de Noël ou du nouvel an.


DSC04261DSC04262DSC04263

DSC04264DSC04265

 

                   Quand j'ai ENFIN compris ce qui fonctionnait le mieux, cela m'a prit une petite demie heure pour emballer 8 savons.

J'ai enfin pu débarrasser la table ronde des ingrédients, bols, spatules, pots et cadeaux entre temps rejoints par des savons, le calque, le cutter, la machine et la boîte à couture.

Tout ça menaçait de s'effondrer si l'on y rajoutait une plume d'oie. Certains étaient au bord de la crise de nerfs.


                  J'ai passé le reste de la journée à ranger mes affaires.

Je tiens à la paix dans mon ménage ^_^

"La douceur du couvent" : masque-crème apaisant

Soins du visage

Par atelierdemichele

             Couvent des oiseaux ? Couvent des corbeaux ?

Je n'ai pas encore pu choisir tant il me semble qu'on rigole beaucoup dans les couvents. Pas pour les mêmes choses, pas avec les mêmes réalités.

Mais avec coeur très certainement.

 

         Difficile de raconter une histoire avec ce soin qui fait bien sûr partie de la saga des masques; Je vous livre juste que c'est le masque de mon lien avec elle.

Mon bon public, ma poulette, ma frisée, ma soeur très certainement.

 

          J'ai laissé venir une formule avec l'émulsifiant olivoyl.

INCI : Potassium olivoyl hydrolyzed wheat protein, cetearyl alcohol, glyceryl oleate, glyceryl stearate, potassium hydroxide

Un émulsifiant complexe qui comme son cousin l'olivem 1000 permet une action hydratante en soi liée à la fabrication de structures lamellaires au sein de la crème.

Il devrait être exploité pour les peaux qui n'apprécient pas l'olivem 1000 et ne veulent pas le coupler à l'oliwax LC.

Composé de protéines de blé hydrolysées à l'action adoucissante et hydratante marquées, il donne des émulsions douces et peu épaisses même à fort pourcentage.


Voir ici le lait à l'olivoyl de Mlk

  

 

DSC04207

 

             La seule originalité de cette formule est un extrait que j'ai fabriqué avec des feuilles d'hamamélis (Hamamélis virginiana Hamamélidacées) rares et uniques.

Elles ont été découvertes par le producteur dans une propriété laissée à l'abandon suite à une exploitation qui n'aurait pas marché.

On dit que l'hamamélis garde en son sein pendant l'été ce que les autres végétaux expriment et les restitue pendant l'hiver alors que les autres entrent en dormance : Les fleurs jaunes s'épanouissent à partir de l'automne et durent jusqu'au coeur de l'hiver.

Dérivé du grec, "hama" = ensemble et "melon" = fruit, le nom d'hamamélis signifie que cet arbre est l'un des rares à pouvoir porter en même temps des fruits et des fleurs.

C'est l'une de ces plantes contraires comme je pense qu'elle est une femme contraire qui résiste.

J'ai aimé l'histoire, j'en avais acheté et je n'en avais rien fait.

 

                J'ai donc réalisé un extrait alcoolo-hydro-glycériné de feuilles d'hamamélis inspirée par cette formule.


Solvant

- 17% alcool à 90°
- 14% glycérine végétale bio
- 69% eau distillée 

Hacher grossièrement les feuilles sèches d'hamamélis dans un pot en verre stérilisé
Couvrir avec du solvant
Laisser en contact en remuant régulièrement pendant 15 jours 
Filtrer et conserver avec de l'Ecogard.

 

          Elle fabrique tout le temps ce type d'extraits sans jamais pouvoir donner les quantités qu'elle utilise. Mais au couvent des oiseaux, on aime bien de temps en temps être corseté et je recherchais une formule un tant soit peu précise.

Ce n'est pas une formule obligatoire, je n'ai pas retrouvé le pouquoi du comment de ces pourcentages.

 

           L'extrait d'hamamélis a la propriété d'être :

- un tonique veineux (couperose, veinules apparentes, jambes lourdes)

- un apaisant cutané sensé soulager les inflammations (après-rasage, peau sensible, soins douceur pour eczéma)

Source

 

Je l'ai utilisé couplé à de l'hydrolat d'hamamélis astringent et raffermissant (elle veut toujours tout "tenser") mais j'ai résisté à la gomme d'acacia et à la lécithine.

 

               Pour renforcer l'action hydratante, j'ai ajouté un mini soupçon de xylitol.

Ce polyol (sucre) est issu de l'écorce de bouleau. Il est utilisé comme additif alimentaire (E967) et possède un index glycémique bas.

Sur la peau, c'est un agent hydratant dont l'action est proche de celle de la glycérine; Les sucres simples font de bons humectants.


Si vous aimez les dentifrices faits maison, n'hésitez pas à y incorporer du xylitol.

C'est un sucre non cariogène qui possède une saveur rafraîchissante intéressante quand on ne veut pas utiliser d'huiles essentielles.

Le dentifrice de Kat


            J'ai choisi le violet comme couleur de mes sentiments ^_^ pour elle.

Elle le réussit à merveille avec un mélange de bleu et de rouge.

En réalité, j'ai coloré d'abord avec quelques gouttes d'ultramarine violet dilué dans de l'huile de coco fractionné mais comme cela ne donnait pas ce que je désirais, j'ai rectifié avec de l'oxyde bleu. C'est donc une couleur parme pas réussie très douce.

 

DSC04206

 

              Le masque est à masser une fois par semaine en couche épaisse sur le visage et le cou démaquillés puis à laisser poser pendant 10 mn. Essuyer le surplus avec une lingette et laisser ainsi pour profiter des bienfaits des actifs.

Il est possible de rincer à grande eau puis de tonifier à l'aide d'un hydrolat d'hamamélis si la peau est irritée ou fragilisée.

  

Formule du masque "La douceur du couvent...
... des oiseaux ou des corbeaux" ?
 

- Phase aqueuse

30 % Eau de source
20% HA d'hamamélis
10% HA d'encens
10% HA de myrrhe
4% Extrait alcoolo-hydro-glycériné de feuilles d'hamamélis maison
1.2% Xylitol (Flore Alpes)
 

- Phase huileuse 

8% Olivoyl ou cire olive douceur
6% Huile de jojoba
2% Beurre de karité
1.5% Alcool cétéarylique
1% Emulsifiant VE
0.5% Cétéaryl glucoside (CG90)
0.3% Cire d'abeille blanche bio
 

- Troisième phase 

3% Protéines de riz hydrolysées (Aroma-zone)
1% Huiles essentielles
0.6% Ecogard
0.5% Mixed tocopherols (Bilby and Co.)
0.4% Bisabolol
0.2% Extrait hydroglycériné d'aloé véra x 200 (Héliocosm)

 

pH rectifié à l'acide lactique

Oxyde bleu et ultramarine violet au goût

Emulsion réalisée à 70/75°

 

              Pour parfumer, j'ai choisi des huiles essentielles faciles à marier en cosmétique avec le petit poil de folie du poivre vert et un peu d'encens tout de même.

Un encens monastique of course provenant de l'Abbaye de Rieunette. Leur petit grain bigaradier est extra, leur géranium bourbon n'en parlons pas, leurs lavandes zôssi!

Tout cela ne pousse pas chez les Cisterciennes mais elles savent comment sélectionner de bons produits.

Si vous vous déplacez dans la boutique parisienne située dans un quartier qui me plait, vous verrez comme dans les couvents on aime manger, boire, humer, cosméter, soigner...

Vivre en somme ^_^ et, avec les exigences du label Nature et Progrès s'il vous plait!

 

Mélange d'HE en parts

6 Petit grain bigaradier Couleur ciel
6 Géranium bourbon Couleur ciel
6 Lavande fine Couleur ciel
4 Encens Couleur ciel
2 Poivre vert Florame

  

                  Quant à la question, "couvent des oiseaux" ou "couvent des corbeaux"...

Je n'ai pas envie de choisir.


Les corbeaux sont des oiseaux comme les autres ! 

               Vous aurez beau imaginer la plus formidable des formules, ce qui tape dans l'oeil c'est la forme ou le parfum.
Malgré tout, j'aime chercher ce qui donnera le meilleur des savons possible ... sans utiliser les conseils de Soapcalc.

 

                    Toutes les maisons du village situées le long du coteau possèdent une source privée qui coule dans le jardin.
Mais à côté de la Maison des spectacles, sous le rocher, coule une eau communale avec une plaque indiquant que l'eau de la Source du Rocher n'est pas contrôlée bactériologiquement en continu.

               La municipalité décline donc toute responsabilité en cas de consommation de cette eau de source; Ce qui fait rire les habitants qui depuis toujours et de plus en plus, viennent tourner le robinet pour y remplir bouteilles et bidons.
Car bien entendu l'eau potable au robinet de leur maison est pleine de nitrates et de pesticides ^_^ même si les analyses prouvent le contraire.

Les français sont les 2è plus gros consommateurs d'eau en bouteille d'Europe derrière les italiens et presqu'à égalité avec les belges.
C'est vrai qu'on ne recherche pas les médicaments, les hormones ...

 

 

DSC04230 Moule chrysanthème (série Garden molds) acheté chez GB House

 

 

          C'est la seconde fois que je fais ce savon presque sans changer la formule que j'avais insérée dans le message sur les possibilités de remplacement de l'huile de palme dans les savons faits maison.

On ne se refait pas, j'ai tout de même procédé à de minimes modifications (pas de beurre de karité à la trace, ajout de soie à la soude diluée).
Le savon n'est pas parfumé pour focaliser l'attention sur la joliesse de la forme.

 

  

Formule du "Savon de la Source du Rocher"

 - 50% Huile d'olive bio
- 25% Huile de coco bio
- 20% Beurre de karité du Bénin
- 5% Huile de ricin bio

 Eau du village (Source du Rocher)
Soude pour un surgras de 7%
Soie tussah

Pour les adeptes de l'ajout d'huiles à la trace, il est possible de saponifier en surgraissant à 4%.
Puis d'ajouter 3% de beurre de karité fondu à la trace.

 

         J'adore ce savon qui durcit lentement mais donne quand même pour moi l'un de mes meilleurs savons sans huile de palme et sans huiles précieuses ou rares. Et quand même 20% de beurre de karité que je manie normalement avec plus de prudence.
Peu détergent, moussant, glissant, doux...

La pâte doit être coulée à la trace fine dans ce type de moules et l'on peut voir sur la photo que tous les pétales ne sont pas complets, je n'ai pas assez tapoté le moule pour bien répartir le savon.

          Dommage que je ne possède pas d'autres moules comme celui là; Pour noël, j'aurais offert un savon à chacun des habitants du village !

Je savonne, je savonne, je savonne…

Savonnerie

Par cshabou

pour Noël !

P1010785

Le petit dernier, un savon tout simple pour laver le petit (et grand) linge.

Pas une nouveauté, me direz-vous, je suis d’accord. Mais ça me titillait depuis un moment d’essayer de saponifier un mélange pour friture, sorte de shortening végétal acheté en grande surface.

Sa composition* : 35% de tournesol, 15% de tournesol à haute teneur en acide oléique, 30% de colza, 20% de palme.
Un mélange clair, sans odeur (peut-être une manipulation car sur la composition, il est marqué : arôme naturel).

La majeure partie de la recette étant de l’huile de coco à 80% et son utilisation pour la lessive m’ont convaincue de prendre le risque.

La composition détaillée m’a permis de mettre des chiffres pour chaque huile du mélange dans le calculateur.

La formule

800 g d’huile de coco hydrogénée

200 g du mélange intitulé : Huile végétale pour friture*.

300 g d’eau (30%)

171,967 g de soude pour un surgraissage à 1% (ocazou)

20 g de fragrance Baby Powder (ma fille dit que ça sent bon la couche de bébé propre :o)

 

Une trace ni trop rapide, ni trop lente, idéale pour un savon bien lisse. Même en moules individuels, il est passé par la phase gel, et deux heures après, il était démoulable.

Je l'ai essayé en prélavage sur des taches bien incrustées, sur un tee-shirt blanc, il est 100% efficace.

La couleur des deux savons de la photo est légèrement différente, le gros était dans un moule en silicone (de qualité) rouge très foncé, l’autre dans un moule canadien en plastique transparent.
C’est dommage que les savons coulés dans du silicone changent de couleur car ils sont tellement plus facile à démouler !

lessive                                                                    source de l’image


Sur la tête à Toto, mais pas dans ma famille de chevelus

Y'en a des bouclés, des frisés, des raides (pas neck), des entre deux, des crépus à petits zéros serrés

Avec tous en partage, une touffe peu commune et un amour immodéré de la coiffure originale et détonnante

Et vous pensez qu'il y de quoi se faire des cheveux ?

Non et non et même au naturel et surtout au naturel et depuis que Michèle m'a offert

un conditionneur qui renvoie le Big L'....l à ses histoires de zinzin.

Je formule à tout crin des soins capillaires qui font danser la chevelure et palir les sirènes à long poil

Que dis je ! même les sirènes à longs poils longues crinières, peuvent embellir les pointes et plus avec ce fluide qui, ni n'alourdit, ni ne pègue.

 

Je suis passé (pour mon plus grand bonheur capillaire) à l'oliwax faute de BTMS et j'en suis ravie

Je trouve que l'oliwax assouplit et aère la chevelure, lui donnant gonflant et lustre sans casser la nature du cheveu

On peut définir les boucles, sans effet laque...Bref, j'avoue avoir trouvé la formule qui me va au poil et qui semble assez universelle, vu la diversité capillaire de mes testeuses et testeurs

Le système émulsifiant (oliwax, cire de ricin et lécithine, nourrit , répare, conditionne le cheveu ) permettant de mettre assez peu d'huile au final

                                                                                                                          

DSCN1153   DSCN1149

 

Formule (pour 100g ou %)


Phase aqueuse : 80,5

50 eau de source

20 hydrolats de vetiver, oranger, basilic pour le plaisir de l'association olfactive

5 gel de silicone maison à base de chondrus crispus, que j'ai voulu relativement fluide aux mêmes vertus que celui de AZ

4.7 alcoolé sur rhum des Antilles de feuilles de bois d'inde fait par ma Dada

0.8 gomme guar la conditionnante chez Zinette et Bilby

 

Phase huileuse : 13.7

4 Huile d'Abyssinie

3 Oliwax, le fournisseur le donne pour très conditionnant et lustrant du cheveu

2 huile de baobab

2 macération de feuilles de bois d'inde, myrte, écorce d'oranger sur sésame et coco frac maison

1.4 lécithine Az

1.3 cire de ricin déniché, car oublié depuis longtemps dans une de mes boîtes

Je préfère utiliser la cire à l'huile que je trouve trop pégueuse, et qui a tendance à mon avis à attirer la poussière dans les cheveux et à les faire laver plus souvent et donc à agresser quand même. Mais ce n'est que mon point de vue, conforté tout de même par ma pratique intensive "es".

 

Phase non chauffée : 5.8

2 coco silicone chez Zinette (oui, on peut chauffer aussi)

2 miel hydratant

1 kératine

0.8 conservateur

 

J'ai réajusté en fin d'émulsification et de pesée, en ajoutant

3 gr de panthénol

1 gr de véritable huile végétale de cade, (une odeur, que j'adore à manier et marier avec  doigté) génial aussi dans un savon et testé aussi

1gr d'huile de brocoli

 

Synergie d'he : vetiver, neroli, citron, bay st thomas


Je suis plutôt contente de cette formule qui semble convenir à une infinie variété de chevelures

Moi, j'ai promis à une amie de porter les jolis foulards bandeaux offerts, à porter sur chevelure déployée

et je peux tenir ma promesse ! 

Amande amère

Soins du visage

Par cshabou


P1010754_GF

 

Un automne d’une rare beauté, tout en chaleur et grains de soleil, des rires partagés, une destination “distillation sarriette” (dont je vous parlerai dans un prochain article) sur les ailes du vent du nord, un essai de crème qui me donne envie d’en refaire, et voilà la petite dernière, “Amande amère”

Ne cherchez pas de lien dans le nom, juste un hommage à la garrigue de mon pays.

A la base, c’est une recette d’Héliocosm, remaniée et offerte par Catherine (merci, belle amie) et revue à ma façon.

Les émulsifiants lui donnent une texture particulière, à l’aspect un peu “beurre” (pas de panique !) mais qui fond tout de suite et pénètre instantanément.

  • La cire émulsifiante de chez Zinette (je crois qu'il n’y en a plus en ce moment). C’est un mélange de Cetearyl Glucoside et d’alcool cétéarylique. Le pourcentage de chacun n’est pas spécifié mais on a coutume de faire 3,5% de Cetearyl Glucoside et 1,5% d’alcool cétéarylique.
  • Le glycéryl stéarate ou VE, qui est un émollient et qui épaissit (un peu trop ici, j’ai rajouté de l’hydrolat de rose à la fin car je trouvait la texture trop épaisse)

Un effet poudré, avec une rémanence soyeuse longue sur la peau donné par :

  • l’IPP dont nous a parlé souvent Michèle 
  • l’ingrédient nouveau d’Héliocosm, le PROPANEDIOL DICAPRYLATE.

Soyons fous, j’ai mélangé les deux !

Un corps gras classique, l’huile d'argan pour une peau de mon âge ^_^ et du concentré de phytostérols d’avocat de chez AZ, raffermissant, apaisant, anti-âge et réparateur.

Trois actifs  : Co2 d’amaranthe (apaisant), Bisabolol qu’on ne présente plus et du Fucogel, qui contribue aussi à donner ce toucher velouté que j’apprécie beaucoup.

 

P1010783_GF

 

La Formule

Phase H

5% du mélange Cétéaryl Glucoside/ Alcool cétéarylique
4% de Glycéryl stéarate
9% de Propanediol dicaprylate
4% d’Isopropyl Palmitate
4% d’huile d’argan
4% de concentré de Phytostérols d’avocat
une pointe de couteau de Rice Ns

Phase O

41% d’eau Rosée de la Reine
21% d’hydrolat de rose
5% de glycérine
0,3% de xanthane
0,7% de géogard ultra

Phase A

0,5% Co2 Amaranthe
1% de Bisabolol
0,5% de Fucogel (biosaccharide gum-1)

plus 20g d’Ha de rose pour fludifier

 

Un co-pitage qui permet d’essayer une formule, revisitée en fonction de ses propres goûts et ingrédients.

saison-12

Savon des feuilles mortes

Savonnerie

Par atelierdemichele

            Elles se ramassent à présent à la pelle mais le 01/11/11, elles couvraient encore les murs de la maison.

J'ai eu le désir de fixer un peu cet automne languissant en un savon qui m'a valu des qualificatifs variés et surtout .... apitoyés.

Mes quelques jours d'absence ne leur ont pas été difficiles à vivre, ils n'ont parlé que de moi mes savons ...

 

DSC04217

 

            Laisser l'empreinte des nervures à la surface d'un savon est très facile à faire.

J'aime énormément faire cela sur des savons verts avec des feuilles de laurier suffisamment coriaces pour soutenir sans ciller la causticité de la soude.

Lulea a réussi quelques pépites illustrées sur son blog dans un savon à l'huile de chanvre et un savon au champagne.

 

Formule du savon des "Feuilles mortes qui se ramassent à la pelle"

 

- 25% huile de coco

- 25% graisse végétale

- 25% huile d'olive bio

- 15% huile de son de riz (offerte par Lolitarose)

- 10% huile de colza raffiné


Eau et soude pour un surgras de 7%

Extrait concentré de pépins de pamplemousse, lactate de sodium, soie tussah

Ocre rouge du désert, oxydes néons verts et jaunes

Huiles essentielles de romarin à cinéole et menthe des champs

 

DSC04219

 

          Je coule la pâte à savon sur les feuilles pour bien les maintenir en place sinon elles s'enfoncent par endroit dans le savon dur.

Mais pour des feuilles peu coriaces, il vaut mieux les poser sur la pâte déjà coulée en ayant soin d'éliminer les bulles d'air.


           Mes feuilles de vigne vierge se comportent bien d'ordinaire mais en cette fin d'automne, si elles semblaient costaudes, c'étaient déjà des feuilles mortes.

A posteriori, il vaut donc mieux disposer les feuilles mortes sur la pâte, nervures saillantes en contact avec le savon.


DSC04208

         

                        

                 J'ai fabriqué ce savon aux couleurs d'automne à l'aide d'oxydes verts, jaunes et un peu d'ocre du désert.

 

- Préparer les différents colorants dilués dans un peu d'huile ou d'eau et couler dessus de la pâte à savon  à la trace extra-fine.

Laisser en attente sans remuer.

 

DSC04210

 

 

- Disposer les feuilles dans le moule.

 A la trace fine, couler quelques gouttes de pâte sur les bords des feuilles afin de les stabiliser

 

DSC04209DSC04211

 

 

- Porter la pâte principale colorée à l'ocre rouge à la trace fine, mélanger jusqu'à la trace fine chacune des pâtes colorées en ocre foncé, vert et jaune puis les verser dans le bol principal.

Mélanger à peine afin de garder des veines jaunes et vertes.

Couler sur les feuilles.

 

DSC04212

 

- Laisser durcir le temps de pouvoir démouler, retirer les feuilles et couper les savons.

 

Tout ça c'est la théorie...

En pratique, j'ai disparu pendant 4 jours, en laissant les moules sur la table ronde.

A mon retour, j'ai filé voir ce qu'étaient devenus mes savons.

 

              Devant ma mine contrite et le regard apitoyé de ceux qui étaient présents, j'ai compris qu'on en avait parlé en mon absence et qu'on avait conclu qu'il valait mieux tout jeter!

Ils sont trop minces

Ils sont moches

On ne peut pas se laver avec des trucs pareils

Ma pauvre chérie, il vaut mieux les jeter, tu ne crois pas?


         Mais moi je suis têtue et intolérante à la frustration, ça c'est sûr.

J'ai donc découpé comme j'ai pu pour sauver quelques feuilles du désastre, je les ai délicatement retirées du savon à l'aide d'un couteau pointu.

Bon ... c'était horrible quand même et certains ont fini à la poubelle. La pâte se fendait en séchant, les couleurs étaient pâlichonnes, les feuilles humides et noirâtres...

 

        Car les feuilles mortes même bien mortes ne supportent pas la soude. Elles "fondent" presque dans le savon y laissant la couleur marron.

Ce ne sont plus des empreintes, ce sont des tatouages!

Je les ai rincés doucement sous l'eau chaude et .... j'aime bien le résultat un peu nostalgique, presque triste comme l'humeur d'automne.

Je n'en ai sauvé que 6 sur les 12 prévus. La mousse est présente et douce grâce à la soie.

 

 

Qu'est-ce que la graisse végétale?


En France, on n'a rien dans les magasins qui se vende sous cette appellation.

Outre Quiévrain et outre Atlantique, on trouve des pains de graisse à frire sous des INCI mystérieux ou explicites (graisse hydrogénée de soja, maïs, tournesol, palme...).

Vous trouverez aussi certaines recettes de savons avec cette appellation vague de graisse végétale, shortening ou crisco.

La mienne vient de Belgique où on la trouve au supermarché sous forme de pains blancs au rayon des huiles et graisses de boeuf. Je ne conseille pas de la privilégier car elle contient certainement de l'huile de palme hydrogénée produite dans les plus horribles conditions.

Il n'y a rien sur l'emballage qui permette de savoir exactement ce qu'elle contient à part un mélange de graisses végétales or elle provient d'une grande marque agro-alimentaire...

Vu ce que j'ai obtenu, je pense ne pas réitérer l'essai en savonnerie!


 

 

DSC04220

 

                  Dites-moi, on peut leur trouver un peu de charme non?

"La crème des baumes" : baume au stéarate de sodium

Faire ses cosmétiques maisons : bien débuter

Par atelierdemichele

                   Un baume que j'ai baptisé "beurre parfumé à l'ambre".

La définition exacte serait "la crème des baumes" ou encore plus explicite en anglais "butter cream", tant la texture est crémeuse à l'application alors que la surface est assez ferme.

J'adore !

 

DSC04195

     

               Stéarate de sodium ou stéarate de magnésium ?

 

Les noms se ressemblent tant.

Quelles différences ? Quelles utilisations?

Quel est l'intérêt d'avoir les deux?

D'autant plus que l'on peut fabriquer du stéarate de sodium en saponifiant de l'acide stéarique avec de la soude alors que le stéarate de magnésium me semble plus difficile d'accès en fait-maison.


Pour fabriquer son acide stéarique selon les indications de Célimène

Pour fabriquer son stéarate de sodium selon la recette de Parfum

        

            Ce n'est pas mon trip de fabriquer tous mes ingrédients car je trouve cela dispendieux (c'est du canadien ça  ^_^)  en temps, ce qui me manque le plus au monde ainsi qu'en énergie :  stocker des litres de glycérine, d'alcool, de vinaigre blanc bio, chauffer, touiller, décanter, filtrer, faire sécher, moudre etc.

Mais je respecte ce désir d'être autonome, n'y voyez aucune malice ou critique.

Tout est stimulant en cosmétique maison.

            

 

               Le stéarate de magnésium


C'est un sel de l'acide stéarique et du magnésium que l'on extrait le plus souvent de la magnésie.

C'est un additif alimentaire dont on doit aujourd'hui prendre soin de vérifier l'origine végétale. Il sert d'agent lubrifiant pour la fabrication des comprimés et gélules dans l'industrie pharmaceutique.

L'acide stéarique des graisses bovines ne devrait plus être utilisé depuis la maladie de la vache folle.

Les substituts végétaux ont donc fait leur apparition pour des raisons de santé publique qui ont du même coup réglé les préoccupations des personnes heurtées par la souffrance animale et  des personnes de confession musulmane ne voulant pas avaler des médicaments d'origine non animale non halal.

En cosmétique, c'est un agent de charge des poudres de maquillage dont il facilite l'adhésion à la peau donc la tenue. Dans les émulsions, il allège la sensation de gras.

Dans les baumes pour lèvres conventionnels il apporte une cohésion aux divers corps gras.

 

Le stéarate de magnésium : 

dans la crème des pieds secs de Mlk

dans le beurre anti vergetures d'un jeune homme fort doué qui ne nous connaît plus

dans mon crémeux de massage 100% gras

dans la mousse 3 en 1 de Colchique

dans le maquillage minéral de Nandini

 


               Le stéarate de sodium


C'est un savon issu de la combinaison d'acide stéarique (acide gras présent dans de nombreuses huiles végétales) et de soude (hydroxyde de sodium).

Il est possible de l'utiliser comme émulsifiant/co-émulsifiant dans les émulsions qui gonflent et donnent alors une texture de crème fouettée très gratifiante.

C'est un ingrédient précieux pour formuler des savons à barbe dont la mousse est crémeuse et ... tient le temps de se raser.

Il donnent aux déodorants un effet anti-macération intéressant et fait partie de très nombreuses compositions de la marque Lush.

Il peut facilement être fabriqué à la maison quand on sait faire du savon à froid.


Le stéarate de sodium :

dans la crème mate et fraîche pour le corps de Venezia

dans les émulsions de Cristine

dans le savon exfoliant de Molène

 


DSC04194

 

               Alors que choisir ?

 

          Le plus polyvalent pour moi serait le stéarate de magnésium pour les émulsions, les baumes, le maquillage...

Il présente la particularité d'être un opacifiant qui permet de bien colorer les émulsions avec des pigments ou des micas.

Pour les férus de maquillage maison dont je ne suis pas, il est incontournable pour les teints minéraux car il permet une bonne adhésion des pigments.


          Le stéarate de sodium se prête lui bien plus volontiers aux produits de bain qui sont rincés.

Lush et ses addicts l'apprécient beaucoup (bombes de bain, déodorants compacts, pains démaquillants...), tous produits dont je ne suis pas friande, je dois être trop vieille ou trop classique ;)

C'est un savon dont on imagine bien qu'il donne du gonflant et de la texture mais son toucher me semble moins gratifiant et moins sophistiqué en émulsions.

Il demande certainement à être couplé avec d'autres émulsifiants plutôt nourrissants qui donneront un toucher plus cosmétique aux crèmes.

 

              Dans la crème des baumes, j'ai choisi le stéarate de sodium que je n'avais pas encore testé dans une formule anhydre.

Le beurre obtenu est ferme au toucher mais sa crémosité est notable.

Il pénètre sans effet gras et s'étale sans difficulté sur le corps entier avec une petite quantité.


               Je le trouve superbe et je pense que pour obtenir le même effet, il faut tenir compte:

- des beurres et huiles qui ont un toucher fin et pénétrant (coco, nilotica, jojoba)

- du peu de beurre de cacao qui durcit suffisamment pour obtenir un véritable baume solide.

 

 

Formule de la crème des baumes

 

- 62g Beurre de karité nilotica bio

- 14g Beurre de cacao bio du Pérou

- 10g Huile de coco bio

- 10g Huile de jojoba bio

- 2 g Stéarate de sodium

- 2g Huiles essentielles

 

Faire fondre au bain marie tous les ingrédients sauf le beurre de karité nilotica et les huiles essentielles, retirer du bain chaud

Mixer au fouet à capuccino, ajouter le nilotica qui est suffisamment mou pour fondre sans chaleur ajoutée et mixer

Faire prendre dans le bas du réfrigérateur pendant 10mn environ

Ajouter les huiles essentielles, mélanger à la spatule en silicone pour bien lisser et couler en pots. A ce stade le baume est fluide et coule aisément

La crème des baumes va épaissir pendant les 24h qui suivent pour donner une texture ferme mais si crémeuse à l'application!

 

             Mon mélange d'HE est composé autour d'un macérat huileux d'ambre gris et de diverses HE que l'on sent à peine.

            J'ai certainement trop dosé en huile d'ambre mais le parfum est délicieux.


En gouttes :

3 boswelia sacra Primavera life
1 absolue de benjoin Bilby and Co.
4 patchouli Astérale
4 vétiver bio Bioarômes Madagascar
1 angélique racine Nugier
1 mousse de chêne sous forme liquide Missmiss
8 huile d'ambre Irène
2 baume tolu dilué Farfalla
2 cèdre de l'Atlas bio Florame
2 ambrette Myrtea Oshadi

 

DSC04196

 Mmmmm...  

Savon au maté bio

Savonnerie

Par atelierdemichele

                 Un savon formulé pour avoir du vert, un beau vert profond relativement facile à obtenir en saponification.

 

DSC04188Au soleil

 

            Qu'elle provienne d'huiles végétales très vertes (avocat, chanvre...) ou de macérât huileux de plantes pleines de chlorophylle (consoude, thé vert...), la couleur verte est l'amie de la soude.

Je trouve que les infusions de plantes vertes donnent une coloration plus brune que verte à la longue et que les macérâts ou huiles vertes finissent aussi par donner un vert-brun.

Pour permettre une longévité de la couleur, j'utilise aussi un soupçon d'argile verte pour des savons  vert-céladon très doux ou de la poudre d'épinard que je trouve très jolie.


              Un jus concentré, extrait de feuilles d'épinard au thermomix et offert par une copine savonnière à ses heures m'a donné le plus joli vert-olive du monde!

Malheureusement il semblerait qu'il faut des tonnes de feuilles pour obtenir les quelques millilitres offerts et valablement utilisés à l'époque dans un marbré vert et blanc.


             La poudre de chlorophylle est épatante pour le coloris pétillant que l'on obtient mais chez moi elle fragilise les savons qui rancissent alors trop souvent.

Ne l'abandonnez pas si vous avez la chance de ne pas connaître le rancissement de vos savons, elle apporte un vert stable et encore différent des autres.

Dans le savon au maté, j'ai choisi un peu d'oxyde vert pour permettre au vert végétal de rester longtemps lumineux.

On peut aussi utiliser les micas verts aux couleurs délicates.


             Tous ces verts sont à l'échelle des verts dans la nature : variés !

 

maté

Source image

 

             La yerba maté (Ilex paraguariensis Aquifoliacées) est une plante qui donne des infusions d'un vert profond et très soutenu type végétation équatoriale.

La famille des Aquifoliacées (du latin aquifolium = houx) contient évidemment les houx, très jolies plantes n'est-ce pas?


C'est en regardant les traces du vert qui résiste au lave-vaisselle sur mes tasses blanches  que j'ai décidé de fabriquer un savon au yerba maté facile à trouver aujourd'hui dans les mag bios.

Comme les feuilles de maté sont riches en caféine, on pourrait se laisser bercer à l'idée que ce serait un savon amincissant... ou au moins antioxydant.


            On boit traditionnellement l'infusion dans de  très jolies gourdes en calebasse avec une paille en métal qui permet d'éviter l'absorption de débris de feuilles. Maté veut d'ailleurs dire "gourde".

Moi j'utilise simplement une théière munie d'un filtre comme pour le thé.

Il est important de vérifier que vous n'utilisez pas de médicaments pouvant présenter des interactions avec le maté avant d'en boire beaucoup.

La teneur en caféine y est moindre que dans le café mais supérieure à celle du thé.

 

DSC04193Yerba maté sec

 

Formule du savon au maté bio


- 30% macérât de feuilles de maté bio sur huile d'olive bio

- 30% huile de coco bio (Soapsession)

- 20% huile de palme bio (Bilby and Co.)

- 10% beurre de karité du Bénin

- 10% huile de ricin bio

 

Infusion corsée de feuilles de yerba maté bio et soude pour un surgras de 7%

Environ une cuillère à soupe de beurre d'avocat bio à la trace (pour terminer la pochette traînant sur la table ronde ...)

 

Additifs pour 1.5 kg d'huiles saponifiées


-  Lactate de sodium (12g introduits dans l'eau de la soude)

-  Soie tussah (1 pincée introduite dans la soude)

-  Oxyde vert (l'équivalent d'une demi-cuillère à moka mixée dans les huiles chaudes)

-  EPP concentré (1.5 cuillère à café dans les huiles)

-  Huiles essentielles (3% du poids des huiles à la trace)

 

Mélange odorant délicieux

3 parts orange 5 fold

1 part géranium rosat bio

1 part patchouli bio

1/2 part tea tree bio

 

DSC04189

                     

                        La saponification s'est faite sans surprise.

J'ai coulé à la trace fine dans ces moules marguerites en silicone que j'adore et qui sont superbes avec des pâtes colorées.

Ils vous subliment tous les savons de couleur.

 

                La mousse est abondante, ronde et lustrée mais ... verdâtre.

Il semble que l'infusion soit en cause mais c'est elle bien plus que le macérât huileux qui me semble donner un ton de vert profond encore plus visible dans les savons issus de la phase de gel.


                J'ai adoré imaginer, formuler et fabriquer ces savons mais ils sont encore trop frais pour que je les fasse grimper à la salle de bain.

L'un d'entre eux me sert de testeur. Vous imaginez bien que je le teste souvent.

Il est poli comme un galet vert du fleuve ... équatorial of course !