Savon zébré au lait fermenté bio

Savonnerie

Par atelierdemichele

                J'aime beaucoup le lait dans les savons mais je trouve que le lait fermenté n'est pas à dédaigner non plus.
Il donne de la dureté de façon très perceptible et une coloration beige plus marquée que celle du lait.

Devant ma stupeur à avoir fabriqué toute une série de savons qui ne durcissaient pas, je me suis résolue à bétonner une formule qui donnerait à coup sûr un savon très dur :

- Lait fermenté bio 
- Lait d'ânesse liquide
- Lactate de sodium
- Graisse animale (huile d'autruche)
- Beurres végétaux durcisseurs (palme, karité, cacao...)

Bon je n'ai pas fait dans la nuance car ils ont durci si vite (18h) que le tamponnage n'a pas été réussi sur les savons rectangulaires.
Heureusement j'en avais coulé quelques cubes sur lesquels je m'étais amusée comme une enfant.

 

DSC04502

 

                   Me croirez vous si je vous disais que l'inspiration m'est venue un soir en dressant la table pour quelques invités?

En ouvrant le tiroir à bijoux de table, j'ai retrouvé ces porte-serviettes en corne ramenés de Madagascar il y a X années.
Je me suis dit : Un savon sur lequel je dessinerais ces motifs de pelage que j'affectionne, cela devrait être sympa ...

Et voilà, le lendemain, j'ai volé quelques ml de lait fermenté à mes loustics et sorti tout ce qu'il fallait. 

 

DSC04495

               

J'avais posté  une photo de quelques savons réalisés au lait fermenté sur ce blog il y a quelques années dans une formule improbable sans palme ni coco (sans aucun beurre d'ailleurs) et marbré au cacao.

J'étais déjà très folle.

 

              Le lait fermenté existe dans de très nombreuses régions sous divers noms :

- Lassi en Inde
- Lait Ribot en Bretagne
- Elben dans les pays arabes
- Buttermilk en anglais (je vous mets avec émotion le lien vers le savon karité-buttermilk de Tartopom)
- Kéfir (de lait) dans l'est de l'Europe

Dans le savon il n'apporte pas à mon avis la douceur des laits liquides. J'ai donc ajouté du lait d'anesse pour diluer ma soude.
Son intérêt réside à mon sens dans le durcissement des savons, la phase de gel quasi systématique et la stabilisation de la mousse.

Comme il est épais je l'utilise à moins de 5% de la totalité des huiles saponifiées. J'y verrais peut-être plus de douceur en augmentant son pourcentage.

Mon seul essai de dilution de la soude dans le lait fermenté s'est soldé par une phase de gel épouvantable avec séparation de la pâte.
Je n'ai jamais recommencé...

 

Formule du savon zébré au lait fermenté bio

- 30% Huile de noyau de palme du Bénin
- 15% Huile de palme bio
- 13% Beurre de karité du Bénin
- 12% Huile d'autruche
- 10% Beurre de cacao bio
- 10% Huile de tournesol raffinée anti-projections
- 5% Huile de ricin bio
- 5% Huile d'avocat Moune

Eau, lait d'ânesse et soude pour un surgras de 5%
Lait fermenté bio dans les huiles végétales chaudes à raison de 4% de leur poids

Lactate de sodium selon le calculateur
60ml HE de géranium bourbon et ylang ylang tous deux provenant de Madagascar

Argile verte surfine et poudre de charbon de bambou

 

 

            L'huile de tournesol raffinée anti-projections contient de la lécithine.

La lécithine aidant à renforcer la vit E dans les compositions anti-oxydantes, cela devrait faire mon affaire. L'huile de tournesol devrait faire sa réapparition dans mes savons.

Pour l'instant, ils vont bien alors que nous avons traversé quelques semaines de pluies incessantes.
Même l'huile de tournesol oléique n'a pas fonctionné dans mon savon au yomogi.

J'ai saupoudré le dessus des savons fraîchement coulés avec l'argile  et le charbon puis dessiné à l'aide d'un stylet sondeur en inox les motifs de pelage.

Le lendemain, j'ai rapidement passé une éponge humide sur la surface afin d'éliminer le surplus de poudres.

 

DSC04492DSC04504

 

 

               Si c'était à refaire, je coulerais plutôt une très fine couche de pâte à savon noire sur la surface avant de la travailler au stylet.
Cela donnerait un motif plus net et plus fin que celui là.

Catherine, je choisirai une autre forme de moule la prochaine fois car ils sont durs, durs, durs...
Je vais leur raboter le museau ^_^


Ode à l'ortie (4) : Lait d'herbes à l'ortie

Soins du corps

Par atelierdemichele

                 Le macérat d'ortie m'a semblé être un bon corps gras à mettre dans un lait de printemps.

L'huile d'olive bio  qui lui sert de support est un trésor des pays méditerranéens mais je trouve qu'elle fait assez peu partie des cosmétiques faits maison et même des cosmétiques naturels.

A part quelques marques d'huile d'olive dont les franchises émaillent le pays et qui offrent des gammes de cosmétiques naturels à l'huile d'olive, j'ai l'impression qu'on la boude un peu.

Elle semble cantonnée aux macérats huileux, aux liniments oléo-calcaires et aux savons.



DSC04589


            Sur ce blog en 2007 (oups ça ne me rajeunit pas ^_^), j'ai un peu parlé de mon affection pour cette huile d'olive en cosmétique dans une saga que j'aurais pu encore enrichir tant elle est présente ... comme le karité dans mes fabrications.

J'aurais pu la laisser de côté et utiliser des huiles africaines qui sont tout aussi riches en acide oléique aux propriétés nourrissantes et protectrices.

Mais je suis née dans l'huile de palme, l'huile d'arachide et le beurre de karité, il se trouve que j'ai goûté très tard l'huile d'olive.


             J'ai patiemment appris à en guetter les saveurs variées selon le pays producteur ou le terroir.

J'ai recherché le fort piquant dans la gorge qui signe la grande richesse en polyphénols. Il faut pour cela un excellent producteur.

Lui, parle joliment de l'ardence en bouche. Allez-y  et goûtez ce qu'il vous dit et ce qu'il vous met dans la cuillère, c'est étonnant.  Merci à Annabulles qui me l'a fait découvrir.


J'ai scruté la robe, admiré le jaune ou le vert profond.

Je l'ai massée sur le dos de la main (oui osez, c'est le seul critère pour la mettre dans vos crèmes).

J'ai cherché de l'odeur ou surtout pas d'odeur pour la crème au néroli dont la formule me taraudait le crâne...


              Dans son livre sur les huiles végétales, Michel Pobeda indique à propos de l'huile d'olive en page 212 que "ses phytostérols ont des fonctions cicatrisante et anti-inflammatoire... que ce soit pour le visage, le corps ou les cheveux, elle est hydratante, réparatrice et représente à elle seule un soin complet".

in "Les bienfaits des huiles végétales, Michel Pobéda, Ed. Marabout"



DSC04548



                J'en ai donc mis dans ce lait léger et frais sous forme de macérat d'ortie.

Je l'ai simplement formulé avec l'équivalent d'un émulsifiant doux que j'utilisais souvent pour les enfants ou pour les peaux atopiques.

Il s'agit de la xyliance ou cire n°2 d'Aromazone (INCI : Cetearyl wheat straw glycosides and cetearyl alcohol).


1-2% pour réaliser des textures fluides comme des laits
3-10% pour réaliser des textures plus épaisses comme des crèmes


 

            Je cherche à faire une formule de lait très léger.

J'ai finalement utilisé la fourchette basse des crèmes et je l'ai couplé à un minimum d'acide stéarique/alcool cétéarylique pour améliorer un peu la viscosité.
 

Ce soin peut être interprété en :

- lait nettoyant peau normale
- sérum yeux matures
- sérum d'actifs ciblés pour la nuit


          Pour avoir une couvrance minimale, j'ai utilisé très  peu d'huile complète (4% du macérat huileux sur olive).

Le reste de la phase huileuse est composée d'esters d'acides gras et même pas de karité.


Formule générale d'un lait ou fluide à la xyliance ou cire n°2

- 8% huiles estérifiées (coco fractionné, propanediol dicaprylate, dicaprylyl carbonate...), 4% HV véritable nourrissante (olive par exemple), 3% xyliance ou cire n°2, 0.8-1% acide stéarique/alcool cétéarylique/alcool cétylique...

- Eau, 15-20% HA, 3 - 5% glycérine végétale bio, 1-3 % lactate de sodium, 0.2% xanthane, conservateurs, actifs hors hydratants et parfum qsp 100%

Mixer électriquement, émulsification à  70° impérativement.

           


Formule du lait d'herbes à l'ortie

  

Phase aqueuse

64.00% Eau de source
7% HA d'hélichryse italienne bio Héliocosm
7% HA de lavande bio Héliocosm (merci Emadra)
3% Extrait glycériné de feuilles d'ortie maison
2% Lactate de sodium
0.2% Gomme xanthane
 

Phase grasse

 4% Macérat huileux d'ortie/olive bio
4% Huile de coco fractionnée
4% Dicaprylyl carbonate (Héliocosm)
3% Xyliance (Huiles et sens) ou cire n°2 (Aroma zone)
0.4% Acide stéarique
0.4% alcool cétéarylique
0.2% Aox Cos
 

Troisième phase

 0.6% Ecogard

 0.2% Huiles essentielles (soit 12 gouttes pour 200g : 2 Marjolaine à coquilles bio Sevessence, 3 Géranium Afrique du Sud, 3 Citron distillé Florame, 4 Mandarine verte bio Sevessence)

 

 

             Pour jouer l'hydratation, j'ai oublié mes actifs habituels au profit du lactate de sodium comme le fait souvent Colchique. Je garde la glycérine considérée comme moins humectante car elle stabilise l'émulsion au froid et elle est le véhicule des anti-oxydants de l'ortie.

Colchique teste de façon scientifique les ingrédients avant de conclure et si elle préfère le lactate de sodium, je l'écoute et je teste aussi.

C'est un bonheur en tous cas et j'aurais pu en mettre jusqu'à 3%, mon lait est trop pauvre en actifs hydratants pour les besoins de ma peau.

- Le lactate de sodium fait partie de  notre facteur naturel d'hydratation  (NMF) et est incorporé dans certains hydratants composés comme le NFF que j'utilise beaucoup.

- Ses autres propriétés cosmétiques : agent bactériostatique (empêche le développement des micro-organismes sans les tuer néanmoins, un conservateur est donc toujours nécessaire), légèrement kératolytique comme l'urée, durcisseur et hydratant dans les savons, en facilite le démoulage...

Bref que du bon ;)


Informations sur le lactate de sodium sur l'ancien blog de Colchique

Tableau des actifs hydratants par Chabou

Les 5 meilleurs agents hydratants chez Rita


DSC04547Macérat glycériné de feuilles d'ortie


            Rien de particulier à ajouter si ce n'est un macérat glycériné de feuilles d'orties fabriqué à chaud. J'ai crains l'odeur "purin d'ortie" dont me prévenait mon cher époux étonné de me voir m'agiter autour de cette herbe en cosmétique.

"Tu ne crois pas que tu devrais plutôt en faire une bonne soupe?"


La glycérine est mise pure au contact des feuilles puis chauffée au bain marie doux pendant 1/2 heure (durée approximative, j'ai arrêté dès coloration notable du glycériné).

J'ai laissé refroidir, filtré drastiquement et utilisé immédiatement sans mettre de conservateur vu la crainte de l'odeur et la quantité ridicule que j'ai fabriquée (2/3 feuilles hachées + 2 grosses cuillères à soupe débordantes de glycérine dans 1 mini pot de yaourt en verre recyclé).


 

            J'ai volontairement peu parfumé pour garder l'idée du "Lait d'herbes" inspiré par la délicieuse "Caresse de l'herboriste". Appellation que j'aurais bien piquée aussi  à une gamme naturelle que j'ai zieutée avec Mlk pour ma formule.

Le mélange d'HE est frais, pimpant et léger.


La couleur est à peine verte mais évoque bien les herbes choisies pour ce soin botanique (ortie, marjolaine, hélichryse, lavande...).

Malheureusement le lait mousse un peu comme souvent avec les émulsifiants sucrés et mon mixer à bout de souffle. Il épaissit légèrement dans la semaine qui suit la fabrication pour donner un joli fluide lacté qui nappe les parois du flacon.

Je ferais bien la prochaine fois un lait avec un peu plus de véritables huiles, un peu moins d'esters d'acides gras, le même pourcentage d'émulsifiant, un peu plus d'épaississant (0.5 acide stéarique et 0.8 alcool cétéarylique) par exemple, j'aime beaucoup cette trame....


             Cette mini gamme à l'ortie vite faite était jubilatoire à fabriquer, j'ai rangé ma table ronde restée en l'état pendant que je gambergeais sur tout ça :

- L'huile macérée

- Le savon original

- Le baume matifiant

- Le lait d'herbes

Il me reste encore de l'huile d'ortie. Que vais-je encore en faire?   


 

DSC04543La gamme à l'ortie
A l'année prochaine pour faire la fête à l'ortie si vous le voulez bien!

Ode à l'ortie (3) : Le baume "matifiant" à l'ortie et à la marjolaine

Aroma beauté, bien-etre et santé

Par atelierdemichele

                          Avec mon huile d'olive macérée aux feuilles fraîches d'ortie, j'ai fabriqué un baume très simple parfumé à la marjolaine.

L'épaississement de l'huile est obtenu grâce à la cire de ricin qui me semble être une cire bien particulière.


DSC04539



On peut penser :

- que l'on peut lui substituer n'importe quelle autre cire issue d'une huile végétale hydrogénée (cire d'amande douce,  cire d'abricot, cire de son de riz ...) puisque c'est aussi une cire hydrogénée (INCI hydrogenated castor wax)

- qu'elle possède les propriétés de l'huile de ricin (cheveu, ongles...)

mais elle ne fait pas seulement ça.


             C'est l'une des cires qui permet d'épaissir les émulsions obtenues avec certains émulsifiants huile dans eau comme le P3R avec lequel l'on obtient plutôt des laits que des crèmes.

Elle est bien lubrifiante et devrait être d'autant plus agréable dans les rouges à lèvres qu'elle est un agent de liaison des pigments.

La cire de ricin est préconisée pour durcir les déodorants et ce n'est pas pour rien. Elle donne un toucher quasi mat. D'où mon titre accrocheur.


 Autres formules avec de la cire de ricin :

un trio de baumes colorés

un déodorant crème

un conditionneur capillaire sans BTMS

un baume pour les ongles


              Certaines personnes fabriquent-elles encore des déodorants sur baume?

Je me suis toujours demandée si elles n'avaient pas une sensation de macération désagréable à cause du support huileux. N'ayant jamais testé, je ne sais pas si cela convient ou pas mais si je devais faire un déodorant solide sur gras, je l'épaissirais volontiers à la cire de ricin.

Selon la quantité de baume étalée, on observe une sensation de peau mate malgré le 100% gras.

Ce que ne donne aucune autre cire végétale dans un baume (à ma connaissance) sauf à y introduire un constituant sensé améliorer le toucher (émulsifiants, esters d'acides gras...).

 


DSC04534Cire de ricin


               J'ai donc délibérément fabriqué une formule extra simple qui permette de vérifier cet aspect là.

Je suis complètement charmée par la pénétration obtenue. A moins de 12/15% de cire de ricin  la texture du baume sera plus molle mais un peu moins pénétrante, donc plutôt adaptée aux lèvres par exemple.



Formule générale du baume à l'ortie

20% Cire de ricin

80% Macérat huileux d'ortie fraîche sur olive bio

+/- antioxydant

Faire fondre les ingrédients au bain marie très chaud

La cire de ricin a un point de fusion à 86°.



            En fait je n'en ai d'abord fabriqué que 10 g (2 cire + 8 HV) afin d'observer la texture et l'évolution au fil des jours.

Ces 10 g remplissent juste un petit pot à baume de 10 ml ce qui est bien pratique quand je veux tester une formule avant d'en fabriquer beaucoup.


Une astuce pour prévoir approximativement le volume (ml) d'un cosmétique fabriqué en poids (grammes)

10 grammes de baume ou lotion aqueuse mesurent  10 ml

  10 grammes d'émulsion ou de gel  mesurent environ 12 ml

     9 grammes d'huile fluide mesurent environ 10 ml



DSC04544Marjolaineee toi si jolie...


        Séduite par la texture, j'ai ensuite fabriqué un baume ortie-marjolaine avec la merveilleuse huile essentielle de marjolaine à coquilles que je vous recommande .

Ce n'est pas Mlk qui me contredira ^_^


20% cire de ricin

79% macérat d'ortie/olive bio

0.5% vitamine E

0.5% HE marjolaine à coquilles bio Sevessence/géranium d'Afrique à parts égales.

 

 

        L'HE d'origanum majorana est tranquillisante tout en étant tonifiante.

Elle est intéressante pour les personnes fatiguées, lasses, embourbées dans des ruminations incessantes et à la limite de baisser les bras. La marjolaine à coquilles permettra de se reprendre en douceur sans abuser d'excitants.

Je trouve qu'il faut en faire un usage modéré afin de ne pas s'anesthésier émotionnellement (André Bitsas le confirme dans son livre "Aromathérapie, corps et âme, Ed. Amyris"), position bien confortable quelques fois mais bon...

Attention à l'utiliser diluée car elle est dermocaustique et à ne pas la confondre avec la marjolaine sylvestre.


           On dit souvent que l'HE a une odeur agreste, épicée, de foin ... mais cette distillation de Sevessence la distingue complètement de son cousin l'origan dont je trouve la note piquante à la limite de l'agressivité nasale.

Il y a dedans une note douce presque  sucrée et très aromatique qui justifie son nom commun anglais "sweet marjoram". Cela m'a donné envie de la coupler avec une note plus fleurie, le géranium.

J'utilise un géranium cadeau  qui m'a été rapporté d'Afrique du Sud.

Il est sans surprise, c'est un pelargonium graveolens de marque Jean Southey droit dans ses bottes ^_^


             Moi j'adore la marjolaine, l'ortie, l'huile d'olive bio de Sicile et la cire de ricin.

Au fait,  le géranium aussi!

Ode à l'ortie (2) : Le savon original à l'ortie

Savonnerie

Par atelierdemichele

                    L'huile d'olive macérée à l'ortie m'a servi à fabriquer un savon cuit au four selon la méthode ITMHP.

C'est à dire que le savon est mis à cuire dans son moule au four à 70° (chaleur tournante) pendant 2h puis laissé à refroidir pendant une nuit.


               J'ai eu la surprise de vivre ce que Elle06 et Venezia relatent à propos de savons fabriqués selon cette méthode.

Ce qui m'a le plus surprise, c'est que le savon coulé en moule rectangulaire en plexiglas et cuit en même temps que les petits carrés en moule silicone n'a pas développé cet aspect de granit sur les parois lié à des bulles d'air qui s'échappent de la pâte je suppose ...

Le mystère reste entier mais je comprend leur stupéfaction.


                 Il est bien sûr facile de fabriquer ces savons avec de l'infusion d'ortie. Cette fois, je préfère expérimenter avec l'huile macérée qui donne une jolie couleur kaki pâle à la pâte.

Une couleur plus originale en somme que le vert végétal de l'infusion que j'aime aussi.

Savons à l'infusion d'ortie ici ou ailleurs



DSC04523



Formule du savon "original" à l'ortie


45% Macérat d'ortie sur huile d'olive bio

30% Huile de noyau de palme artisanale du Bénin

20% Beurre de karité du Bénin

5% Huile de macadamia bio


Eau de dégorgement de concombre bio et soude pour un surgras de 6%

Soie tussah et lactate de sodium

Charbon de bambou  et dioxyde de titane pour les couleurs foncée et claire

Huiles essentielles de géranium bourbon,  hélichryse femelle et poivre noir (Homéopharma Madagascar)

ITMHP 70° pendant 2H


          

             Dans un moule rectangulaire j'ai mis le reste, un mélange de pâte neutre et  pâte foncée en marbrage one pot.

 C'est joli aussi mais vraiment différent.

 

DSC04537



             Je profite de cette formule pour insister sur la douceur de l'huile de noyau de palme ou huile de palmiste malheureusement peu proposée chez les fournisseurs en France.

Je la trouve bien plus douce à la peau et même à la texture du savon que l'huile de coco que l'on pourrait mettre à la place. Toutes deux sont riches en acide laurique indispensable pour un savon moussant.

Autre savon à l'huile de palmiste


           J'ai la chance d'en recevoir malheureusement en trop petite quantité à chaque fois directement produite artisanalement au Bénin. Elle est jaune pâle et présente l'odeur caractéristique de cette huile.

Le rendement n'est pas le même que pour l'huile de palme. C'est un boulot de romain de concasser les noix puis d'extraire l'huile des amandes. Je connais le travail que c'est et je le goûte toujours pleinement et en conscience.

           Quand on a testé, on ne peut qu'aimer les savons avec cette huile en lieu et place du coco que j'aime bien pourtant. L'huile de babassu ne me donne pas les mêmes satisfactions.

L'huile de palmiste généralement vendue en Europe est raffinée, très blanche et inodore. Les problèmes écologiques et humains soulevés par la production d'huile de palme devraient être les mêmes pour la palmiste.

Il n'y a pas à ma connaissance de production raisonnée à grande échelle.



                  L'eau de dissolution de la soude est l'eau issue de mes concombres dégorgés l'été dernier je pense et mise à congeler.

Heureusement qu'on vide régulièrement le congélateur, je ne m'en souvenais plus...

Elle est salée et d'une jolie couleur vert d'eau très séduisante. J'ai déjà fabriqué des savons au concombre dans lesquels la pulpe mixée très finement donne une texture presque gélifiée très douce.

L'odeur de concombre (pardon Chabou) reste dans le savon mais très légèrement, j'avais beaucoup aimé et j'en ai mis une photo quelque part sur ce blog.

Si je la retrouve, je mettrai le lien.


DSC04522



             A la trace très fine, la pâte à savon est séparée en 3 parties dont la plus grande reste neutre.

L'une est éclaircie à l'aide de dioxyde de titane dilué dans un peu d'huile et bien écrasé en un fluide lisse.

L'autre est foncée à l'aide de poudre de charbon de bambou (merci Isy via Mlk) diluée dans de l'eau et bien fluide.

J'ai coulé de la pâte neutre dans les petits moules cubiques puis versé alternativement par dessus de la pâte claire puis de la pâte foncée sans chercher à faire quoi que ce soit de précis.

 

           Tout a cuit en ITMHP (In the mold hot process).

Mais seuls les petits cubes ont bullé comme l'on peut l'observer sur les côtés des savons. Et ça n'a pas bullé à travers le savon (?!)


DSC04525



    Bon, on va dire que c'est original...

Ode à l'ortie (1) : La macération huileuse d'ortie fraîche

Faire ses cosmétiques maisons : bien débuter

Par atelierdemichele

              Le mois d'avril est la saison; Les orties communes poussent enfin sur les bords des chemins et au bord de l'eau.
J'ai sorti mes gants, mes bottes en caoutchouc et mon grand bol en inox.

A peine aidée par un ramasseur très, très grognon qui a regretté d'être le seul à la maison cet après-midi là, j'ai récolté à grandes poignées des feuilles d'ortie des jardins (Urtica dioica Urticaceae).

 

DSC04535

 

            Les propriétés médicinales de cette plante banale qui signe les sols fertiles sont détaillées dans un petit livre dont je faisais la critique ici : "Remèdes et recettes à l'ortie"  François Couplan, Ed. Rustica

 

           Toutes les extractions valables sont des infusions, des teintures, des vinaigres, des jus ou des extraits secs. Il semble donc que tous les actifs sont plutôt hydrosolubles.
Mais il est fait mention sur les sites d'herboristes et dans le livre de F. Couplan d'une macération huileuse sur huile d'olive considérée comme une excellente huile de massage ou un tonique capillaire.

A défaut d'être certaine de l'efficacité, j'ai au moins une huile d'olive de qualité et une jolie couleur vert pâle qui ressort assez bien dans les produits que j'ai fabriqués avec la macération.

 

             Mon ode à l'ortie sera composée de plusieurs épisodes dont le premier est la fabrication de l'huile d'olive bio macérée à l'ortie fraîche.
Elle est simple à réaliser comme toutes les macérations huileuses.

Je ne pratique la macération solaire qu'avec les sommités fleuries de millepertuis; Toutes les autres sont à présent des triples macérations à chaud au bain marie doux.

Les feuilles d'ortie sont finement hachées au couteau et doivent être travaillées aussitôt après la cueillette pour leur éviter de noircir.
Je ne les effeuille qu'au moment de les hacher afin de leur conserver une certaine fraîcheur.

 

 

DSC04516DSC04519
Feuilles d'ortie fraichement cueillies et hachées au couteau rouge

 

 

             Je choisis une huile d'olive bio de Sicile.

Je l'utilise depuis des années pour la cuisine, la cosmétique, les savons ... et me fournis grâce à une amie en bidons et bouteilles à chaque production : La uliva di Marco Alabiso.

Elle est très pénétrante, de couleur claire jaune-dorée et son parfum très léger ne contrarie nullement les cosmétiques que je fais avec. C'est une huile d'olive que je trouve très cosmétique.

- 1 bol (environ 250ml) de feuilles fraîches d'ortie tassées
- 250 ml d'huile d'olive bio
- 1 capsule de vitamine E (0.5g)

 

              Cette fois, je verse simplement l'huile chaude sur les feuilles comme je l'avais fait pour le parfum très fidèle dans un enfleurage de roses rouges.

L'huile d'olive est gentiment chauffée à 80° maximum et versée sur les feuilles hachées entreposées dans un bol haut.
J'ajoute la vitamine E et à l'aide du thermomètre, je touille de temps en temps jusqu'au refroidissement pendant 1 h environ.
Je filtre sur filtre métallique en exprimant bien avec une spatule en silicone.

 

DSC04520DSC04526

 

              L'huile obtenue est trouble de l'humidité des plantes et ce n'est pas un souci puisque je procède à une triple macération avant de filtrer drastiquement.

Il suffit de récupérer l'huile de première macération et de la chauffer à 80°C. Verser ensuite sur le contenu d'une capsule de vitamine E et de nouvelles plantes.
Cette opération sera donc répétée à 3 reprises.

 

               A la toute fin, je filtre l'huile triplement macérée sur filtre en tissu (merci Moune) puis sur filtre à café en papier non blanchi au chlore.
On peut voir sur les photos ci dessous que l'huile devient plus limpide au fur et à mesure des filtrations.

En fonction de la quantité d'eau retenue, il peut être nécessaire de filtrer deux fois sur papier.
Seul le papier absorbera l'humidité résiduelle qui peut limiter la durée de vie de la macération.

Comment fabriquer un filtre en tissu (lire dans les commentaires le lien donné par Moune)

 

DSC04527DSC04528DSC04529

 

                   L'ortie ne colore pas intensément et l'huile sent délicieusement les plantes. J'aime particulièrement l'odeur qui s'en dégage quand on verse l'huile chaude dessus.

Cette macération huileuse d'ortie peut s'utiliser telle quelle en guise :

- d'huile de massage pour les corps douloureux, les articulations arthrosiques enrichie ou non d'huiles essentielles adaptées
- de bain d'huile tonifiant pour cheveux secs

- d'huile pour booster la mémoire et stimuler la créativité selon Hildegarde de Bingen ...

J'ai trouvé toutes ces indications uniquement sur des sites marchands, je ne peux pas affirmer que cela fonctionne.
F. Couplan la donne comme anti-vergetures.

 

              Mes livres de phytothérapie hormis celui de F. Couplan sus-cité, restent muets sur les extraits lipidiques donc j'utiliserai mon huile à l'ortie pour fabriquer:

- un savon
- un baume
- un lait corporel

Tous à l'ortie fraîche des bords de chemins.

 

DSC04543
A vos orties, il fait enfin beau !


              Il est d'usage dans les mondes d'initiés, d'avoir recours à des abréviations.

En voici quelques unes qui émaillent les textes de ce blog et auxquelles ont recours toutes les personnes qui fabriquent leurs cosmétiques et savons.


Abs = Absolue

AC = Alcool cétéarylique

Antiox = Antioxydant

Aox-cos = Antioxydant vendu sous ce nom

 

Bio  = Biologique

BK, bk = Beurre de karité

BM = Bain-marie

BV, Bv, bv = Beurre végétal


cc  = Centimètre cube, millilitre

cc, cac, càc = Cuillère à café

Cas, càs, CAS  = cuillère à soupe

°C = Degré Celcius

Coco frac = Huile de coco fractionné

 

Emu L  = Emulsifiant L, C14-22 Alkyl Alcohol, C12-20 Alkyl Glycoside

EPP = Extrait de pépins de pamplemousse (conservateur naturel)

 

g, gr  = Gramme

GMS = Emulsifiant Glycéryl mono stéarate

gtt, gtte, gttes  =  Goutte (s)


HA, Ha, ha = Hydrolat, eau florale

HE, He, he  = Huiles essentielles

HAG = Extrait hydro-alcoolo-glycériné, extrait de plante sur un mélange d'alcool, d'eau et de glycérine

HG, extrait HG = Hydroglycériné, extrait de plante sur un mélange de glycérine et d'eau

HV, Hv, hv = Huiles végétales


INCI = International nomenclature of cosmetic ingredients, nomenclature internationale des ingrédients cosmétiques

IPM = Isopropyl myristate

IPP = Isopropyl palmitate


KOH = Potasse


MF = Emulsifiant sodium stéaroyl lactylate

ml  = Millilitre


NaOH =  Soude caustique, hydroxyde de sodium, hydroxyde de soude


PP = Petit prince Yulaan, notre fils à toutes

PPP = Princesse au Petit pois, notre Venezia à tous

 

SCI  = Sodium cocoyl iséthionate, tensioactif en poudre (pour shampoing solide par exemple)

SCS = Sodium coco sulfate, tensioactif en poudre (pour shampoing solide par exemple)

 

TA = Tensioactif

TM = Teinture mère


VE = Emulsifiant glyceryl stéarate

Vit = Vitamine


J'en oublie très certainement. Veuillez mettre en commentaires ceux qui manquent, je me ferai un plaisir de les rajouter.

Crème peaux mixtes à l'huile de limnanthe

Soins pour hommes

Par totopetitpas

Allez, avec la photo de classe, tout de suite la formule en % :
 

IMG_0532


Phase A

1,0 Montanov L (émulsifiant L)
0,5 alcool cétylique
5,0 dicaprylyl carbonate
5,0 propanediol dicaprylate
5,0 HV limnanthe
2 gt Antiranz

Phase B

64,7 eau
2,0 glycérine
1,0 allantoïne
0,8 Eukyl 300
1,0 Soothex
2,0 Fucogel
0,5 TECA (poudre)
3,0 Rice NS

Phase C

2,0 Simulgel EG

Phase D

1,0 bisabolol
3,0 Biosoline
1,0 Kiosmétine
1,0 vitamine E
5 gt HE encens (Boswellia carterii)
5 gt HE géranium rosat
5 gt HE romarin verbénone
5 gt HE santal


Mode opératoire :

- Fondre A à 80°C.

- Verser l'eau bouillie sur B et mixer quelques instants (pour homogénéiser la phase aqueuse, riche en ingrédients).

- Verser B sur A et mixer 3 minutes pour émulsionner.

- Ajouter C et mixer quelques instants (en fait, autant que l'épaississement le permet).

- Homogénéiser lentement à la spatule jusqu'au refroidissement.

- Ajouter D, homogénéiser lentement à la spatule et couler en pot ou en flacon airless.


J'utilise un Bamix avec son disque émulsionneur :

disque-melangeur

Il tourne jusqu'à 14000 t/min. Yahou ! Je peux vous dire que ça dépote dans le bécher. Si on prend soin de bien garder l'embout collé au fond, on est presque sûr de ne pas faire entrer d'air et on évite ainsi la déconvenue (majeure pour moi) de se retrouver avec une mousse. Bah oui, c'est comme ça, j'aime pas les mousses !


IMG_0535
C'est la fête dans le bécher !


Pour ce qui est des phases, voici l'explication :

Ma phase huileuse (A) est classique. La phase aqueuse (B) contient des actifs que j'expose en effet à haute température (Non, ne hurlez pas !). Je me fie pour cela aux fiches techniques des laboratoires fournisseurs.

De même, je n'hésite pas à utiliser des parabènes (Cessez de hurler, vous dis-je !), après m'être éclairé.

J'introduis la phase C, le Simulgel EG, une fois que l'émulsion est bien prise. À ce stade et à cette température (70° environ), c'est encore un lait très fluide grâce à Montanov L, ce qui permet de mixer le polymère sans obtenir immédiatement l'épaississement maximal qui rendrait le mixer inopérant.

J'homogénise lentement, très lentement et sans bain-marie d'eau froide. Je me fais peut-être des idées, mais je crains qu'en accélérant le refroidissement se produise une cristallisation.


IMG_0539
Arf ! Mon aïe-fonne ne fait pas de beaux plans serrés !
Mais vous voyez l'onctuosité de l'émulsion.


Vous aurez noté que je n'acidifie pas la préparation. Mon eau de source a un pH de 6, j'estime donc qu'il est inutile d'ajouter de l'acide lactique, d'autant que les actifs sont pour certains acidifiants.

Maintenant, quelques explications sur le choix des ingrédients.


Émulsifiants:

Dans ma quête de la texture parfaite, j'apprivoise depuis quelque temps le couple Montanov L et Simulgel EG (notez l'appellation EG, en effet il y en a d'autres).

L'association glucoside - polymère donne des crèmes onctueuses, fondantes et de bonne tenue même avec peu de phase grasse, comme ici. De plus, Montanov L offre un toucher très doux (renforcé ici par le Rice NS) et Simulgel EG assure une pénétration quasi immédiate.


Émollients:

Des esters gras de chez Heliocosm, pour émollier (ça existe, ce mot ?), donner du glissant et du confort, tout ça sans alourdir, bien sûr.

De l'alcool cétylique, pour la tenue. J'utilise d'ordinaire du palmitate de cétyle, plus fin et sophistiqué, mais je le soupçonne de réagir avec l'extrait de Centella Asiatica. En effet, par deux fois, j'ai vu ma belle émulsion hyper blanche et brillante se transformer en mayonnaise tournée sous mes yeux écarquillés d'horreur au moment de l'ajout du précieux (en plus !) extrait. Never again...
Avez-vous déjà connu cette mésaventure ?


Normalisant:

J'ai choisi l'huile de limnanthe sur une indication de Venezia qui se réfère à une étude qui la donne pour normalisante des peaux mixtes (anti-séborrhéique sur les zones grasses, adoucissante sur les zones sèches.


Autres actifs:

Je résume car vous trouverez beaucoup d'informations sur le site de Copaïba.

C'est un peu l'armada puisqu'au final, ça nous promet hydratation, retard du vieillissement (de la peau seulement, mais c'est déjà pas mal !), anti-inflammation, réparation et protection solaire (modérée).
 

L'allantoïne est cicatriante, hydratante et adoucissante. J'en mets dans tous mes produits.

- le Soothex (Boswellia Serrata gum) traite et prévient les réactions inflammatoires. Ici, c'est entre autres le feu du rasoir que je veux minorer. Et comme je suis fou de l'encens, je ne peux que l'aimer. Celui-ci est communément appelé encens indien, son parfum est moins captivant que le Boswellia carterii ou le Boswellia Sacra (là, c'est un sommet olfactif indépassable, selon moi) mais il est plus «thérapeutique».

- le Fucogel est hydratant et donne un toucher velours à la crème.

- le TECA (Total Extract of Centella Asiatica) est un extrait végétal en poudre (moins pratique à utiliser que sa version TECA milk, je trouve) aux vertus cicatrisantes bien connues des dermatologues.

- le Rice NS pour absorber et matifier en plus d'adoucir.

- le bisabolol est anti-inflammatoire et adoucissant en plus d'anti-bactérien.

- la Biosoline est un composé de polymères de sucres qui aide les cellules à se défendre contre les UV A et B.

- la Kiosmétine, que Michèle apprécie dans sa crème visage, j'aime l'oncuosité qu'elle donne. Elle protège contre la pollution, active le renouvellement cellulaire et la fabrication de collagène.


Parfum:

Je l'ai fait simple autour d'un géranium ramené de la Réunion par un ami à qui d'ailleurs cette crème est entre autres destinée. Le couple encens-santal marche à tous les coups et le romarin de chez Hévéa donne ce qu'il faut de «puissance verte».

À propos de romarin, je trouve qu'il est rare d'en humer des bons. Ils sont souvent agressifs, boiseux, vulgaires en somme. Celui-ci, en revanche, est très fin.


Texture:

Vraiment ce que je cherchais : crème épaisse, onctueuse, brillante, zéro traces blanches, fondante et très pénétrante. Il y a un confort et une fraîcheur immédiats à l'application.


IMG_0543  IMG_0545
Voilà !


Et vous, avez-vous déjà utilisé un polymère en association avec un ester de sucre ? Je serais curieux d'avoir votre avis.

Ciao !

Savon marbré dans le bol

Savonnerie

Par atelierdemichele

              In english, "in the pot swirl soap".

J'en ai visionné plein sur la chaîne "toi tube" ^_^  et la plus explicite sans la musique qui vous vrille le cerveau  me semble être  celle de KBShimmer

Du coup j'en suis à mon 3è en quelques jours tant cette méthode est simple et agréable à réaliser.

 

DSC04583DSC04584

 Les couleurs sont plus franches en réalité, photos prises par  temps gris et humide...

 

 

Formule du savon marbré dans le bol

 

- 30% huile de coco indienne

- 15% huile d'olive bio

- 15% huile de maïs raffinée

- 10% beurre de karité du Bénin

- 10% beurre de cacao bio

- 10% huile de palme bio

- 10% saindoux (lard)


Eau et soude pour un surgras de 7%

Oxyde jaune, oxyde rose, poudre de charbon de bambou

Huiles essentielles de ravintsara et ylang ylang à parties égales (superbe odeur très agréable à mon goût)

 

 

Ce n'est pas une formule très adaptée à ce mode opératoire, je trouve a posteriori qu'elle contient trop de gras durs dont une graisse animale qui durcit très vite. Il est destiné à une personne qui aime les savons durs, durables et moussants.

Mon savon est un peu "sec" sur les bords et ne rend pas le marbré aussi heureux qu'une formule avec plus de gras insaturés (minimum 50%).


DSC04570

Vue du dessus



J'ai découvert du coup plein de jolis blogs qui avaient déjà joué avec le savon marbré dans le bol  ^_^ :

chez Macosmétodéco&co

chez Wistiti même en couleurs rasta

chez Swanee 

chez Mystic

chez Elle06

chez Blank-savon...

J'en oublie certainement, n'hésitez pas à me laisser en commentaires un lien vers un savon de ce type qui m'aurait échappé.




Mode opératoire

 

      1 - Procéder à la dilution des colorants dans le minimum de liquide possible (ici de l'eau) en formant un fluide bien lisse sans grumeaux.


       2 - Fabriquer le savon comme d'habitude à froid en mélangeant la soude et les gras fondus à 38/42°C.  Avant la trace et une fois que la pâte est bien lisse, ajouter les HE.

Verser la pâte dans les colorants. Bien mélanger sans aller jusqu'à la trace et laisser en attente.

J'ai choisi de mettre beaucoup moins de noir que de jaune et de rose.

 

DSC04550

 Les pâtes colorées en attente

 

 

              3 - Reprendre le bol principal et mixer jusqu'à une trace extra-fine.

Laisser en attente et mélanger les pâtes colorées jusqu'au même type de trace très fine.

 

 DSC04551

                    La trace extra-fine

 

             4 - Verser les pâtes colorées les unes à côté des autres dans le bol principal et à égale distance en fonction du nombre de couleurs.

Garder très peu de pâte au fond des pots colorés pour faire un marbré en surface. Il suffit en fait de ne pas racler le fond des dits-pots.


Deux couleurs se mettent face à face (midi et 6h)

Trois couleurs se mettent en triangle (midi, 4h et 8h)

Quatre couleurs se mettent à midi, 3, 6 et 9h...

Il faut choisir des couleurs assorties et laisser faire son imaginaire. J'ai choisi de mettre peu de noir mais en 2 points.

 

             5 - Enfoncer une spatule en silicone dans l'une des couleurs jusqu'au fond du bol et tracer un cercle concentrique dans le sens horaire passant par chacune des couleurs jusqu'au point de départ.

Retirer la spatule et la mettre en attente sans égoutter dans l'un des pots ayant contenu les couleurs.

Sur la 2è photo ci dessous,  la spatule entre dans la tâche rose et part à droite vers le noir, le jaune puis le noir et ressort dans le rose.

 

 

DSC04552DSC04553

 Répartition des colorants et marbrage à la spatule (sens horaire)

 

 

            6- Verser la pâte dans un moule rectangulaire (le mien fait 1200g, c'est un bon poids pour ce type de marbré) en commençant par le centre puis glisser vers l'extrémité  droite puis retour vers l'extrémité gauche. Et ainsi de suite jusqu'à épuisement de la pâte.

Reprendre les fonds de pâtes colorées laissés dans les bols et répartir sur la surface en lignes (photo 1 ci dessous). On voit que ma trace est malheureusement trop épaisse déjà.

Tapoter le moule sur le plan de travail pour bien aplanir la surface.

A l'aide d'une baguette , former des zigouigouis en surface pour terminer le marbrage en surface (photo 2 ci dessous).

"Marbrage" n'existe pas en français mais bon...

 

DSC04555DSC04556

 

 

 

             7- Isoler le moule ou forcer la phase de  gel qui intensifie normalement certaines couleurs. Je trouve que les micas et les ocres marchent mieux que certains oxydes.

 

Découper le savon en pains réguliers sachant que les 2 bords seront les moins marbrés. Chaque savon sera unique.


DSC04580

Autre savon réalisé avec des ultramarines rose et violet, du mica rouge corail et des micas brillants


La formule de ce dernier est plus riche en huiles fluides et me semble plus appropriée au marbrage dans le bol .

Un exemple : 30 coco, 20 palme ou karité, 50 huiles insaturées.



 

 

Shampoing barre à la bière

Savonnerie

Par CatherineNC

J'aime utiliser les savons en barre pour laver mes cheveux  très fins, mous et clairsemés, courts et colorés (pour cacher les cheveux blancs).

Chabou vient de nous dévoiler sa recette d'après-shampoing que mes cheveux apprécient également.

Ce produit et mon dernier savon à la bière semblent bien convenir à ma nature de cheveux, je les trouve plus volumineux, plus faciles à mettre en forme lors du brushing (indispensable pour moi aussi Emadra...), plus nerveux, plus brillants.

Je suis quand même obligée de les fixer à l'aide d'un spray très fort, sinon ils s'envolent au moindre souffle de vent et Dieu sait si ce coquin de vent souffle fort et souvent en région PACA ! mais ce savon permet de bien les nettoyer et de les débarrasser des résidus du gel.

Michèle nous avait  indiqué comment utiliser la bière dans son magnifique savon surgras à la bière brune

 

Pour ce savon, j'ai longuement fait infuser de la poudre de shikakaï et de la poudre de neem, rapportées d'Inde, dans de l'huile d'olive.

J'ai également utilsé de l'aloe vera rapporté du Pacifique ; je l'avais cueilli frais, coupé en petits tronçons, fait sécher au soleil et réduit en poudre, pour voir. La poudre semble s'être bien conservée, ne pas avoir subi de modification d'odeur ou de couleur avec le temps (plus d'un an). J'ai donc osé en utiliser ; dans un savon je ne pensais pas prendre un gros risque.

 

La recette pour 500 gr de savon :

100 gr d'huile de coco
100 gr d'huile palme
100 gr d'huile d'olive infusée au shikakaï et au neem
  75 gr d'huile d'avocat
  50 gr d'huile de carthame
  50 gr d'huile de nigelle
  25 gr d'huile de ricin

Je vous laisse recalculer les pourcentages pour voir si vous avez bien intégré ce petit rappel... :)
 

Soude pour un surgraissage à 7% selon le calculateur THE SAGE
La totalité d'eau donnée par le calculateur remplacée par de la bière bien éventée

J'ai ajouté de la soie et la poudre d'aloe dans l'eau de soude


A la trace, j'ai ajouté :

- du CO2 de romarin, un bon antioxydant dont l'odeur un peu forte n'est pas gênante dans ce savon
- un mélange d'huiles essentielles d'ylang ylang, de patchouli et de romarin.

 
Au final, ce savon a une odeur agréable, c'est le romarin qui l'emporte et cela va très bien pour un shampoing.

 

DSC03218


J'ai voulu tamponner ce savon avec mon nouveau tampon, réalisé sur ma demande par Omar, mais il était encore trop frais, surtout au niveau de la phase de gel.

Voici ce tampon apposé sur un autre savon :


DSC03220


Un petit conseil :

Avant de se laver les cheveux, brosser vigoureusement la chevelure afin d'éliminer les cheveux morts et un maximum de résidus dûs aux gels ou laques utilisés (ils seraient tombés de toute façon...) ceci évitera de retrouver un savon plein de cheveux, ce n'est pas agréable et difficile à nettoyer...

Je trouve ce savon agréable aussi sur le corps, du 2 en 1, c'est pratique pour les petits voyages... 

Mais qu'a bu l'âne au lac

Savonnerie

Par mlkline

Mais qu'a bu l'âne au lac


C'est par ce questionnement, que je répondais à ma fille quand, j'estimais que sa, ses questions

trouveraient facilement réponses avec un brin de jugeote, et même sur le bout de la langue, voire planté au milieu de sa figure

"Qu'a bu l'âne au lac", déclenchait chez elle un sursaut d’orgueil, un tourbillon d'interrogations et enfin un éclat de rire vainqueur, une fois la réponse trouvée, facilement trop facilement

J'ose croire aussi, une forme de distanciation qui se nomme humour;)

En fin de compte qu'a bu l'âne au lac...De l'eau pardi !

Et moi, j'ai failli boire la tasse et me noyer dans mon obstination et entêtement


IMG_1251IMG_1251



Que je vous explique 

J'ai lors de mes promenades, trouvé dans cette incroyable boutique, entre autres délicatesses, cette pure merveille de la nature qui nous veut du bien, L'algue Klamath

 

Je l'ai tout d'abord utilisée en boisson régénérante et ce sur au moins une semaine...positifs les effets, sur la forme générale


DSCN1399










Mais, vous n'imaginez tout de même pas, que ce bleu émeraude, n'allait éveiller ma convoitise de savonnière et par là, même mon entêtement et obstination à espérer une quelconque «mansuétude» de Dame La soude


 DSCN1387

 









On vogue donc entre mer et lac 

Avec une formule sur coco surgraissé à 20% et j'en remercie encore et toujours Isy

Car je peux jouer à tous les niveaux et aucun de mes « batchs » n'est semblable, juste douceur, mousse au rendez vous et densité (terme emprunté à Michèle, qui semblait y trouver une belle qualité), jeux sur les couleurs et les traces

DSCN1392



Formule (en 2 temps)

80% beurre de coco

8% huile de ricin biologique

6% beurre de cacao en pastilles

6% beurre de palme bio et équitable

 

Eau et soude pour un surgras de 7% de départ 


Eau de dissolution

mixte glacée d'eau de source et hydrolat de Salicorne additionnée d'une bonne cuillère à soupe de poudre de Klamath, jolie couleur vert bleu...J'en salive déjà ;)

Couleur vite défigurée à l'ajout de la soude en un orangé bouillant

Méthode rapide "gagnez du temps" de Kafée


Ajout à la fonte des sus dessus cités

8% macérât maison de chondrus crispus

5% huile d'arachide

Un total global et entier d'environ 20% de surgras



Bornée, mais pas complètement ahurie, j'avais préparé un pot de copeaux d'un ancien savon bleu

à inclure dans une partie de la pâte blanc crème obtenue, travaillée à trace ferme et versée dans le moule

Image 5

Pour l'autre partie de base, mélange avec une cc de poudre de klamath diluée dans un peu d'hv de ricin

En réserve aussi, un peu d'argile blanche pour nuancer les tons obtenus et j'ai coulé step by step les différentes couches

Mon macérat de chondrus est sur quatre huiles bio (tournesol x 2, colza et carthame) et la pâte est bleu vert et sèche et sèche et devient........Ce qui me pendait au bout du nez...Couleur Limon, mais je les aime et je vais encore savonner et me rêver au bord du lac



Image 6

  

 Mademoiselle Ed, délicieux déshabillage 

Merci